Le Deal du moment : -39%
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON ...
Voir le deal
1190 €

Partagez
 

 Un envahisseur de trop [quête annexe aux Portes II]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 915
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Sam 09 Mai 2020, 16:20

Intrigue/Objectif : Quête pour permettre à Shan Yu de se débarrasser de l’effet de l’évènement : Invasion de criquets, et de sauver une partie des récoltes du royaume de Hou-Hou.

Note importante : la « conquête » de Shan Yu sur Hou-Hou, c'est dans la tête du conquérant. Le royaume ne s'est pas réellement soumis à son autorité, mais ne la conteste pas totalement. Le général Shang et le roi Powhatan ont accepté une forme d'alliance, que Shan Yu prend pour une preuve de soumission, quitte à régler les détails plus tard.


La puissante armée de Shan Yu avait conquis le royaume de Hou-Hou par une simple démonstration de force sur un village et l’arrivée de l’armée Bahr Barr. S’il n’y avait aucune gloire à remporter une telle victoire, elle avait l’avantage de préserver l’armée actuelle du conquérant et de lui fournir de nouvelles troupes, augmentant ainsi ses effectifs militaires. Si l’armée de Hou-Hou était présentement faible, mal équipée et sous peu, mal alimentée, c’était un outil supplémentaire pour qui savait comment s’en servir à son plein potentiel.

Cela dit, il y avait un inconvénient majeur avec Hou-Hou, cette invasion infortunée d’un essaim de criquets. En tant que conquérant, ces bestioles avantageaient l’avancer de Shan Yu, mais en tant que souverain, il lui incombait maintenant de gérer cette crise.

Pendant que Shan Yu devait régler les affaires internes de sa prise de possession du royaume, et ainsi, sa conversion en province Bahr Barr, le conquérant confia à ses tacticiens la tâche de déterminer ce qui valait la peine d’être sauvé, et ce qui valait mieux abandonner. Il s’agissait de la froide réalité avec ces insectes. Ils allaient dévorer tout ce qui rencontrerait leur route.

Pour donner une chance aux habitants de Hou-Hou, des récoltes devaient être sacrifiées. En exposant de la nourriture d’un côté et en protégeant celle d’un autre, il deviendrait possible d’éloigner l’essaim principal à la recherche de la nourriture la plus accessible. Il serait alors bien plus aisé de défendre et gérer cette partie des récoltes. C’était une stratégie du désespoir, mais c’était déjà mieux que la vaine tentative actuelle de tout protéger.

***

Le plan qui fut proposé au chef Bahr Barr était bien plus drastique que même lui imaginait. Plus de la moitié des récoltes devaient être sacrifiée, parmi celles qui n’avaient pas encore été entièrement dévorées. D’après les calculs d’un des subalternes de Shan Yu, une si maigre récolte serait insuffisante pour nourrir la nouvelle province pendant plus de quelques mois, selon l’intensité du rationnement qui serait imposé la population et la durée du séjour de l’armée Bahr Barr.

Cette dure réalité témoignait des nombreux ravages que pouvaient infliger de si petites bestioles quand elles étaient en grand nombre. Il s’agissait également d’une démonstration du pouvoir d’un peuple affamé quand il n’avait plus rien à perdre. Ni Shan Yu ni l’ancien roi de Hou-Hou n’allait avoir un quelconque contrôle de la population si elle avait trop faim pour craindre la mort. C’est pourquoi la nouvelle province allait avoir besoin d’aide, mais elle devait impérativement offrir quelque chose en retour.

Shan Yu devait son succès à sa capacité à satisfaire la cupidité des dirigeants de ses provinces et à répondre aux besoins de leurs populations. Si le conquérant forçait ses propres alliés à subvenir aux besoins de la province de Hou-Hou sans rien obtenir en retour, des conflits éclateraient inévitablement et les rêves de conquête du Bahr Barr devraient être laissés en suspens, le temps de réaffirmer son autorité. Une conversation était nécessaire à ce sujet avec l’ancien roi et même le général Shang, qui y avait vécu un moment.

Cherchant une meilleure alternative au plan de son stratège, Shan Yu considéra ses options. Shang avait fait mention d’un dieu vivant dans la montagne qui se tenait à l’une des frontières entre Hou-Hou et Hi-Hi-Hi. Shang était un bien mauvais menteur et le conquérant savait très pertinemment que le commandant avait exagéré l’importance de cet être, peu importe aussi divin fût-il. Cette alliance envers ce dieu n’incluait visiblement pas la protection contre les criquets et les envahisseurs. Shan Yu était sûr que si une alliance avait réellement lieu, il s’agissait bien plus probablement d’un accord de cohabitation.

Cela dit, la magie était certes une alternative, pour peu qu’un puissant sorcier accepte d’offrir son aide. Dans l’état actuel de Hou-Hou, le conquérant voyait mal un de ces êtres ne pas chercher à tirer d’imposants gains de cette aide apportée. Aussi bien dire que Shan Yu risquait de perdre le peu de richesse dont disposait sa nouvelle province au cours d’une telle transaction. Non, il valait mieux répondre à la situation par ses propres moyens.

Quant à ce dieu, Shan Yu passerait son propre accord en temps et lieu. Dans le meilleur des cas, il s’agissait d’un simple ermite qui vivait au sommet de la montagne et ne se souciait pas du monde en contrebas. D’une manière ou d’un autre, ça ne valait pas la peine d’y risquer l’armée Bahr Barr.

***

Shan Yu donna son accord pour organiser le sacrifice d’une bonne part des récoltes. Elles devaient être abandonnées aux insectes, pendant que tous les bras valides s’occupaient de défendre le reste par tous les moyens possibles. Il s’agissait d’une stratégie qui fut plusieurs fois employée contre lui-même, quelques fois avec succès. Évidemment, l’on ne pouvait raisonner avec de vulgaires insectes, mais l’on pouvait diriger un estomac qui criait famine.

La stratégie Bahr Barr consistait principalement en la création d’un corridor de champs de récoltes non défendus, pour inciter les bestioles à s’y nourrir et à graduellement s’éloigner des champs défendus. Une fois éloigné, leur instinct prendrait le relais et les insectes se dirigeraient vers la source de nourriture la plus accessible. L’essaim n’avait pas l’intelligence nécessaire pour ensuite rebrousser chemin pour se nourrir des récoltes non consommées. Elles allaient continuer d’avancer, s’éloignant toujours plus.

Maintenant, il fallait mettre en place les moyens de cette stratégie. Par chance, ce n’étaient pas les bras qui manquaient, maintenant que l’armée Bahr Barr passait en phase d’occupation. C’est là que les ingénieurs, les artisans et les artificiers parmi les guerriers pourraient démontrer leurs capacités, pendant que la discipline militaire permettrait aux troupes d’accomplir le travail avec une efficacité remarquable.

Certains conquérants faisaient l’erreur de limiter leurs forces à des bêtes assoiffées de sang. Pas Shan Yu. Lui, il conquérait, puis il prenait contrôle. Le conquérant ne quittait jamais une province avant qu’elle ne devienne autosuffisante. Ainsi, elle était en mesure d’offrir un tribut en hommes et en nourriture, la base de toute conquête réussite. Si Shan Yu pouvait contrôler la cupidité des marchands sans scrupules et s’en faire des alliés indéfectibles, ces criquets n’avaient aucune chance.

***

La stratégie de Shan Yu ne fit pas que des contents parmi la population de Hou-Hou, tout particulièrement celle des champs sacrifiés. Le conquérant ignora leurs supplications et imposa sa décision. Le simple fermier ne voyait pas plus loin que son champ. Seul un souverain avec une vue d’ensemble et un plan pouvait sauver quoi que ce soit de la calamité qui frappait cette province fraichement conquise, ce qui n’était pas pour déplaire au conquérant. Avec une soumission d’un roi aussi prompte, il fallait un défi digne du nom de Shan Yu pour piquer son intérêt.

Une réputation se forgeait par les victoires. La victoire des Bahr Barr sur un royaume aussi faible n’inspirerait aucune crainte ni aucun respect. Sauver ladite conquête du désastre et en faire une province riche, ça, ça imposait le respect et la crainte. Les souverains étaient tous un peu jaloux les uns des autres, mus par la peur qu’un autre soit plus compétent qu’eux et que même la population s’en rende compte. Ça, ça imposait le respect.

En quelque sorte, l’essaim de criquets était le véritable premier ennemi de Shan Yu dans cette nouvelle contrée et non le roi Powahatan avec sa piètre armée. Des conquérants moindres seraient probablement tentés de balayer ce genre de victoire du revers de la main, mais lorsque les luttes de pouvoirs comptaient autant de joueurs qu’en cette contrée, la population se perdait rapidement dans la joute politique. Il fallait savoir se démarquer du lot.

Avec trois sorcières qui œuvraient chacune dans la cruauté et la violence, Shan Yu serait mal avisé de s’enliser dans une escalade du macabre. Il n’avait pas leur… créativité en la matière. Alors, il ne perdrait pas son temps à jouer à un jeu où il n’avait aucun atout en sa faveur. Dans ce cas, pourquoi ne pas conquérir le cœur populaire ? La jalousie était un puissant moteur de propagande et il n’y avait pas plus commère que le paysan moyen. Quand Shan Yu en aurait fini avec Hou-Hou, il comptait bien éclipser toutes les sorcières, sauf une, celle qui aurait triomphé de ses adversaires.

Il fallait savoir relativiser ses exploits. Que Shan You transforme Hou-Hou en province digne de ce nom allait faire pâle figure en comparaison avec la mainmise d’une sorcière sur les deux royaumes les plus riches et puissants de la contrée. Le conquérant y comptait bien, puisque ce n’était qu’ainsi qu’il connaître la plus grande gloire d’entre tous : celle de vaincre un adversaire jugé plus puissant que lui.

***

Après avoir géré les récalcitrants et diriger les efforts collectifs vers un but commun, le nouveau dirigeant de Hou-Hou commençait à obtenir des résultats apparents. Les pertes de récoltes étaient plus importantes qu’espérées, mais elles restaient dans les limites prévues. Avec l’éloignement de l’essaim de criquets, elles étaient bien moins nombreuses les bestioles à s’attaquer aux champs protégés.

Maintenant, le conquérant allait pouvoir rediriger le gros de ses ressources vers les champs à protéger plus au nord et ainsi de suite, jusqu’à ce que la région soit libérée de l’assaut des insectes voraces. À ce sujet, Shan Yu allait devoir consulter les archives du royaume. Si ce mal était courant dans cette contrée, il faudrait impérativement une solution plus efficace dans l’avenir.

Somme toute, Shan Yu était satisfait de la gestion de cette crise. La nécessité de la coopération entre les guerriers Bahr Barr et la population de Hou-Hou allait favoriser le transfert de pouvoir et une fois le retour à la normale, l’annexion finale de Hou-Hou comme province Bahr Barr se passerait bien plus pacifiquement. Tous auront vu de leurs propres yeux que ce sont les guerriers de Shan Yu qui leur sont venus en aide dans cette période de grande nécessité, et non leur voisin, ou même ce dieu dans sa montagne. Qui donc se portera à la défense du souverain déchu, surtout s’il ne perd pas tout à fait la régence de son domaine ?

Cet avantage se traduisait également par une augmentation de la cohésion des forces militaires. Les soldats et futurs conscrits de Hou-Hou travaillaient étroitement avec les guerriers Bahr Barr, ce qui faciliterait leur intégration dans l’armée de Shan Yu le temps venu. Cette camaraderie militaire était après tout la base de toute armée unie.

***

Au terme d’une rude campagne d’anéantissement de criquet, Shan Yu put finalement déclarer sa conquête totale et irrévocable sur le royaume de Hou-Hou. Elle était maintenue promue à devenir la toute nouvelle province Bahr Barr et, ultimement, la porte vers la conquête entière de la contrée tout entière.

À ce stade, cette annonce n’était qu’une formalité, mais une formalité nécessaire pour procéder à la suite de la conquête. Puisque ce royaume lui appartenait, Shan Yu avait également acquis tous ces problèmes. Même avait la chance de n’avoir pas d’autres ennuis majeurs que cette invasion de criquets, le conquérant avait la lourde tâche de faire prospérer un peuple qui vivait dans de simples tentes, alors que les deux royaumes voisins avaient élevé d’imposants châteaux et bâti d’imposantes villes.

Il y avait un grand retard technologique, culturelle et économique à combler pour que la province de Hou-Hou puisse même rembourser l’aide qu’elle avait immédiatement besoin pour éviter à son peuple la famine. Un autre conquérant aurait eu tôt fait de délaisser cette conquête au profit d’une autre, plus profitable, mais Shan Yu n’était pas ce conquérant lambda.

« À nous deux, Hou-Hou. Toute terre à son utilité. Il suffit de trouver la tienne. »

Résumé:

1938 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#69
 

Un envahisseur de trop [quête annexe aux Portes II]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Briseur de trêve [quête annexe aux Portes II]
» [Annexe aux Portes V] - La fuite
» [Annexe aux Portes V] - Par le pouvoir d'un mot je recommence ma vie | Zebella
» [Annexe aux Portes V] - Tremblement dans le monde
» Prémices d'une collaboration | Leandra [annexe aux Portes II]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres du Lac Bleu-