AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 I - Fiche de race

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mitsuko Taiji Stark
~ Ombre ~ Niveau II ~

~ Ombre ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 31300
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 40/41 ; Force : 40/41 ; Charisme : 46/47 ; Intelligence : 45/50 ; Magie : 60/61
◤ ◤:
avatar
MessageSujet: I - Fiche de race   Jeu 13 Avr 2017, 12:21



Les Lyrienns

Les Lyrienns sont les maîtres des huit éléments. Autrefois appelés Élémentals par la population non Lyriennes, ces derniers avaient accepté ce nom bien malgré eux. Après la troisième partie de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi et l’acquisition de leur indépendance, ils décidèrent qu’il était temps de s’affirmer et de se choisir un véritable nom. Si le peuple pouvait, précédemment, vivre uni, la disparition des Temples et des Éléments Éternels les priva de cette faculté. Aeden se divisa en onze îles, dont huit dévolues à chacun des éléments. Les Ætheri, ou Titans, qui vivaient jusqu’ici enfermés furent de nouveau libres et dictèrent leurs lois. Des guerres et des tensions débutèrent comme si ces dernières avaient toujours existé, comme s’il était dans la nature des Lyrienns de composer une nation éparse et divisée. Le nouveau mode de vie du peuple l’obligea à changer, à se transformer.

© Mitsuko




Informations



  • Création de la race : Lors de l'Ère de la Grande Fronde

  • Grands événements historiques :

    ☩ Chacun sait que les Lyrienns furent créés durant l’Ère de la Grande Fronde. Les éléments de l’époque étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui, ayant des particularités magiques qui rendirent possible la naissance de la race leur étant liée. Le phénomène se produisit après l’intervention de la magie des Mages, une magie non contrôlée qui emporta avec elle un individu et un élément, donnant naissance à un être hybride et nouveau. Si beaucoup de légendes circulent sur la création du peuple, cette version demeure l’officielle chez les historiens.

    ☩ Dispersés aux quatre coins du monde et détestés par les Sorciers qui voyaient en leur création des aberrations et la preuve de leur échec, les Lyrienns durent leur salut à un Roi qui s’appropria une terre : Aeden. Cet homme, Iro, à la force des éléments qui vivaient en son sein, créa des barrières qui devraient protéger la cité et ceux qu’elle abritait pour des siècles et des siècles. Il façonna peu à peu une gloire qui ne fut que de courte durée. À sa disparition, la royauté fut confiée à Takias qui essaya de continuer l’œuvre de son prédécesseur malgré les coups bas du sort. Les Souverains qui devaient lui succéder ne seraient pas, non plus, de ceux qui élèveraient l’estime mondiale vis-à-vis des Lyrienns, bien au contraire. Chacun se rappelle de la façon hautaine et irrespectueuse dont Morvan, Esprit Élémentaire sous l’Ère du Chaos du Cristal, sortit du Conseil des Chefs, portant un coup magistral à la réputation des siens. Le conseil d’Aeden qui suivit, mettant en avant l’incapacité des conseillers de la Reine à gérer la situation qui se dessinait petit à petit, fut l’occasion de nombreuses moqueries de la part des Grands de ce Monde. « Les Lyrienns osent se soustraire au Conseil des Chefs et ont la prétention d’essayer de régler le problème, seuls dans leur coin, avec des conseillers ignorants et qui ne cessent de se chamailler ? Non vraiment… A-t-on déjà vu un peuple aussi ridicule ? » entendait-on ici et là. Relayées par les Sorciers, sans doute, la destruction d'Aeden n'aidant en rien, les rumeurs prirent des proportions dévastatrices et le peuple fut considéré comme pestiféré par l’ensemble de la population des Terres du Yin et du Yang. Il fallut bien des années avant que la raison ne reprenne ses droits, raison qui ne fut guère aisée à obtenir du fait de la succession de Souverains semblant tout aussi inaptes ou éphémères les uns que les autres. Pourtant, lorsque la guerre des Dieux éclata, elle balaya les préjugés.

    ☩ Il fallut faire un choix et les Lyrienns firent celui qui leur parut le plus logique : suivre les Ætheri. Malheureusement, ce ne furent pas eux qui gagnèrent, la victoire soufflée par Sympan. La sentence de ce dernier s’abattit sur eux, d’une manière écrasante et désespérante. Les barrières magiques qui sauvegardaient Aeden jusqu’ici cédèrent et l’île apparut au beau milieu de l’Océan, les portails qui menaient à elle brisés à jamais. Celle-ci se retrouva nue de toute magie générale de protection et le peuple comprit qu’une nouvelle page de leur histoire s’ouvrait devant eux. Pire, il s’avéra qu’un cataclysme se produisit au sein de leur être, les éléments refusant de répondre, comme absents. Les plus puissants Lyrienns comprirent que quelque chose venait de se briser à jamais et, dans un climat de tension du fait de la tyrannie de la Reine, il fut découvert que les Temples jusqu’ici gardés par les Esprits Élémentaires avaient totalement disparu, l’artefact se trouvant en leur sein avec eux. Les regards se tournèrent alors vers l’Impératrice du Tout. Est-ce que, par ses choix inconsidérés, elle avait mené le peuple à sa perte ?

    ☩ Néanmoins, la puissance et les choix stratégiques de Gabriela la gardèrent sur le trône. Le peuple vécut dans la peur, dans l’attente d’une rébellion, jusqu’à ce qu’un nouvel événement se produise. La terre d’Aeden trembla et il fut vite diagnostiqué que l’île se mouvait. Elle ne tarda pas à se séparer en onze parties. Les Grands virent là une occasion en or d’affaiblir le pouvoir et, comme un instinct revenu, les membres des éléments se séparèrent afin de coloniser l’une des terres. Cependant, Gabriela n’avait guère que des détracteurs et ses soutiens firent de même. Les Lyrienns se séparèrent et les années qui suivirent furent marquées à la fois par un affaiblissement de la royauté, par un renforcement du pouvoir de ceux que l'on appelait à présent Üsthyas, et, enfin, par des conflits au sein même d’une race qui avait su, jusqu’ici, tant bien que mal, garder un semblant d’harmonie.

  • Espérance de vie : Un siècle.
  • Nombre approximatif : Cinquante-cinq mille | Actuellement > Glace : 20 000 ; Eau : 8 000 ; Électricité : 6 000 ; Air : 6 000 ; Métal : 4 300 ; Terre : 3 500 ; Nature : 2 000 ; Feu : 200

  • Les pouvoirs de base :

    • Qyndily Mantris [élément à préciser] [Pouvoir majeur]
    • Qyndily Aenör [L'élément du Qyndily Mantris] [Pouvoir mineur]
    • Kölge Nazaret ou Yüngül Nazaret [Pouvoir majeur] *

      * Les Lyrienns nés avant la fin de la troisième partie de l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, gardent leurs anciens pouvoirs ; Si vous avez à créer un Lyrienn à partir de maintenant, il sera forcément de la nouvelle génération, donc aura les pouvoirs ci-dessus.


  • Les spécialités à favoriser : Force & Magie
  • Lieu(x) de la race : Aeden et le berceau cristallin
  • Économie : L'argent, le lapis-lazuli, les prunes, l'eau de vie, l'argenterie, les nectarines et les brocolis.
  • Dieu Protecteur : Actuellement, il s'agit d'Akull.

  • Chef de race actuel : Gabriela (PNJ)

  • Üsthyas joueurs :

    • Üsthyas Yangin | Sefir : _ ; Mjeshtër : _ 
    • Üsthyas Su  | Sefir : _ ; Mjeshtër : X
    • Üsthyas Hava | Sefir : _ ; Mjeshtër : _
    • Üsthyas Yer | Sefir : _ ; Mjeshtër : _
    • Üsthyas Ildirim | Sefir : _ ; Mjeshtër : _ 
    • Üsthyas Djomir | Sefir : _ ; Mjeshtër : _
    • Üsthyas Qar | Sefir : _ ; Mjeshtër : _
    • Üsthyas Tobieth | Sefir : _ ; Mjeshtër : _


  • Anciens chefs de race connus :

    • Emnri
    • Elysabeth
    • Iro
    • Takias
    • Kevne
    • Erine



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33359-mitsuko-taiji-stark
Mitsuko Taiji Stark
~ Ombre ~ Niveau II ~

~ Ombre ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 31300
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 40/41 ; Force : 40/41 ; Charisme : 46/47 ; Intelligence : 45/50 ; Magie : 60/61
◤ ◤:
avatar
MessageSujet: Re: I - Fiche de race   Lun 22 Mai 2017, 11:35



Hiérarchie

Depuis l’Ère de la Conciliation, la hiérarchie des Lyrienns a totalement changé. Chaque Lyrienn vit sur l’île de son élément. Rares sont ceux ayant choisi une vie en communauté, ceux-ci appelés Sülh. Ces derniers correspondent le plus souvent à une minorité de ceux qui sont appelés « Anciens », c’est-à-dire à ceux qui sont nés bien avant la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi et qui ont vécu dans un monde où les Lyrienns pouvaient vivre en harmonie et, ce, malgré leurs différences. Autre changement notable : le pouvoir de la royauté s’est estompé au profit du pouvoir de ceux qui gouvernent les îles. Bien entendu les îles sont réputées sous domination royale et certains grands événements, comme la cérémonie de la Révélation, le rappellent bien. Néanmoins, dans les faits, le Roi ne gouverne que sur la ville d’Aeden et étend son pouvoir grâce aux Sefirs sur les différentes îles lorsque l’entente est bonne. Même si ces derniers ont de l’importance, la figure la plus emblématique reste celle du Mjeshtër. En réalité, la seule raison pour laquelle le Souverain est si puissant et peut garder sa place est la protection du Dieu de son élément et son avantage démographique.

Note : Les rangs officiels prennent un "s" au pluriel contrairement aux autres appellations.

Les Asgjës (Niveau I) correspondent aux individus nés d’un ou de deux parents Lyrienns mais qui n’ont pas encore été embrassés par un élément. Ils se trouvent entre deux eaux et n’ont, de ce fait, aucune certitude de devenir Lyrienn un jour. Souvent, il s’agit d’enfants ou d’adolescents, même s’il y a tout de même quelques adultes dans le lot, ces derniers étant légèrement mal vus. L’Asgjë peut suivre les enseignements d’un Müellim ou de l’un de ses apprentis s’il le souhaite pour essayer de révéler l’élément qui dort en lui. Généralement, à ce stade là, l’Asgjë apprend à méditer et à prier les Ætheri. On lui enseigne également la géopolitique lyrienne, la mythologie et différentes sciences lui permettant d’être éveillé sur le monde. Il est rare qu’un Asgjë fasse autre chose qu’étudier, son éducation étant offerte par l’île sur laquelle il est né. Il arrive également qu’un Asgjë soit confié à un Lyrienn plus expérimenté afin de voyager à travers le monde. Les familles riches, enfin, envoient parfois leurs enfants à Basphel.

Une fois que l’élément a étreint l’Asgjë, il devient un Telebe (Niveau II). À ce moment-là, il doit subir la cérémonie de la Révélation. En fonction de son cas, ce moment peut être plus ou moins facile. Certains Telebes sont embrassés par l’élément de leur île natale et, dans ce cas, la cérémonie n’est qu’une formalité. Dans les autres cas, la chose est plus délicate. Aussi, certains Telebes étaient, jadis, membres d’un peuple différent, ce qui fait que leur intégration est plus compliquée. Quoi qu’il en soit, une fois la cérémonie de la Révélation effectuée, la vie du Telebe ne sera pas facile pour autant. Son Qyndily Mantris ne sera pas aisé à maîtriser et il devra suivre un long apprentissage auprès d’un Müellim ou de l’un de ses apprentis ; le continuer s’il l’avait déjà commencé avant. Il faut savoir que les préceptes de l’élément du Qyndily Mantris lui seront enseignés avec vigueur. Certains éléments sont bons et compréhensifs comme l’Eau ou l’Air, d’autres sont bien plus exigeants et difficiles, comme la Glace ou le Feu. Ainsi, certains Telebes seront battus et vivront un véritable calvaire s’ils ne rentrent pas dans les clous, d’autres auront une vie plus facile, entourés d’êtres à l’écoute. Cette période de la vie du Lyrienn est encore placée sous le joug de l’apprentissage, ce qui changera quelque peu par la suite.

Lorsque le Telebe commence à maîtriser son Qyndily Mantris, il devient un Valyuta (Niveau III). Il suit toujours l’enseignement d’un Müellim mais c’est le moment pour lui d’avoir une véritable fonction au sein de l’île dans laquelle il s’est épanoui. La fonction que le Valyuta occupera n’est généralement pas choisie par lui mais en fonction des besoins de l’île et de ses capacités. Il est, cependant, en droit de refuser. La chose se passe en plusieurs étapes. Dans un premier temps, le Valyuta est convoqué par l’un des subalternes du Mjeshtër qui a reçu les observations de ses enseignants quant à sa personne. Plusieurs postes sont généralement proposés au Lyrienn qui ne donnera pas sa réponse de suite. Un voyage en découlera, un voyage que le Valyuta peut faire seul ou en compagnie d’autres Valyutas. Ce voyage est destiné à la recherche des Éléments Éternels. À vrai dire, la Royauté pense que ces derniers ont été annihilés ou ont fusionné avec les Ætheri lorsqu’ils sont sortis de leur monde, mais puisque les Sülh les cherchent, elle ne peut les laisser agir à leur guise. Ainsi, si les îles des éléments les plus pacifiques ne font que chercher les Éléments Éternels, d’autres demandent clairement aux Valyutas de tuer les Sülh qu’ils croiseraient sur leur route. Le voyage est plus ou moins long. Une fois de retour, les Valyutas donneront une réponse quant à leur future fonction. S’ils en souhaitent une qui n’étaient point dans celles évoquées, alors ils devront prouver leur valeur et leur savoir-faire. Le métier du Valyuta peut être n’importe quel métier, sachant qu’en fonction des éléments, certains rôles seront prédominants. Les Lyrienns du Feu sont pour la moitié membre de l’armée de Yangin par exemple puisque leurs traits de personnalité en font des guerriers.

Lorsque le Valyuta est prêt, son rang change pour celui de Müellim (Niveau IV). Son rôle devient bien plus important pour la communauté d’Aeden mais également pour les territoires extérieurs. Si, auparavant, le Lyrienn pouvait sortir de l’archipel comme bon lui semblait afin de découvrir le monde ou mener à bien les missions lui étant confiées, le Müellim possède une fonction très importante qu’il lui faudra mener avec rigueur : celle d’ambassadeur. Ce n’est pas la seule, loin de là, car il en possède une autre à l’extérieur, celle de gardien du territoire du Berceau Cristallin, et deux autres à l’intérieur : l’enseignement aux moins expérimentés et l’accomplissement de son travail habituel au sein d’Aeden. En fonction des capacités du Lyrienn en question, les rôles qui sont les siens prennent une place plus ou moins importantes dans sa vie. Ainsi, un Müellim peut choisir de consacrer énormément de temps à son rôle d’enseignant et beaucoup moins au reste ou bien, dans les limites de ses capacités, choisir d’accorder le même temps à chaque fonction. Ici encore, les particularités de chaque élément jouent énormément sur la manière de faire des Müellim. Les Lyrienns du Métal ou du Feu font de très mauvais ambassadeurs par exemple. Rares sont les talents à pouvoir représenter l’île en extérieur alors que la chose est bien plus aisée pour les Lyrienns de l’Eau ou de l’Air. Bien entendu, les alliances des différentes îles à l’extérieur ne sont pas les mêmes.

Lorsque le Lyrienn a prouvé sa valeur et qu’il est devenu assez expérimenté pour le devenir, il prend alors le titre d’Üsthya (Niveau V). Il existe en réalité deux sortes d’Üsthyas et le nouveau nommé devra choisir son rôle en fonction de ses compétences et préférences. Ainsi, s’il devient Sefir, son rôle sera principalement un rôle extérieur à l’île de son élément. Travaillant avec le Mjeshtër, il représentera l’île à la capitale au sein de laquelle il séjournera une partie de son temps, proche de la royauté. Cette partie de la fonction est particulièrement dangereuse en ce qui concerne les éléments ennemis de l’élément royal. Le plus souvent, le Sefir est un Lyrienn puissant, fort de beaucoup de ressources et de soutiens. Le Sefir est également celui qui gère les territoires extérieurs à l’archipel d’Aeden et à qui est confiée la gestion de la diplomatie et des grandes entreprises visant à la gloire et à l’extension de la race. Le Mjeshtër, lui, est celui qui gère l’île de son élément. Considéré comme l’égal du Souverain – voire son supérieur – par les Lyrienns y vivant, il décide de la guerre ou de la paix, des alliances et des tensions avec les autres îles et la Capitale. C’est pour cela que le Sefir et le Mjeshtër sont particulièrement proches : le Sefir devant annoncer les intentions du Mjeshtër à Aeden ville puisque ce dernier ne sort pratiquement jamais de son île et, parallèlement, annoncer au Mjeshtër les intentions du Kraal. Néanmoins, le rôle du Mjeshtër ne s’arrête pas là car en plus de gérer son territoire, il est celui qui sait, celui qui enseigne et qui garde l’histoire des Lyrienns. Lié à la religion, il doit la perpétrer sur le territoire qui est le sien. Celle-ci possède une grande place dans l'enseignement de la magie élémentaire. Maîtrisant à la perfection son Qyndily Mantris, le Mjeshtër est forcément un Lyrienn ayant une grande puissance magique et possédant le don d’éternité car rares sont ceux pouvant atteindre un tel perfectionnement en une seule vie.

Jadis, le Souverain des Lyrienns était nommé le Seigneur du Tout, une appellation qui est tombée en désuétude à cause de sa signification, signification dangereuse dans un monde où il n’y a plus la place pour la maîtrise de tous les éléments. Tombées dans l’oubli, les anciennes légendes ne sont plus que poussières, souvenirs égarés dans l’esprit des Anciens qui se demandent parfois si ce qu’elles racontaient n’était guère que mirage. La nouvelle appellation est Kraal (Niveau VI). Contrairement à ses prédécesseurs qui régnaient sur tout le peuple, le Kraal n’est plus vu aujourd’hui comme la figure incontournable lyrienne au niveau de l’organisation générale du territoire et de la soumission de tout le peuple à sa volonté. Pourtant, son pouvoir est grand et quiconque le nierait serait soit fou soit idiot. En effet, au Qyndily Mantris du Kraal correspond l’Æther protecteur de la race, celui dont la puissance sera supérieure à celle de tous les autres Dieux. Cette relation entre l’Æther protecteur et le Kraal donne à ce dernier un pouvoir qui ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que le temps passe. Grâce à sa magie, un Lyrienn sur trois naissant sera de l’élément du Souverain, renforçant ses troupes petit à petit au détriment des autres îles, surtout celles ennemies. Ce n’est pas tout car, en réalité, les alliés du Kraal lui doivent allégeance. Ainsi, un Souverain ayant énormément d’alliés naturels aura également beaucoup de poids dans le jeu politique. En revanche, un Souverain n’en ayant pas devra s’imposer par la force, souvent avec des manières peu orthodoxes, ou laisser courir le temps et accepter de n’avoir guère plus de poids que les Mjeshtërs. Dans tous les cas, même dans la meilleure des configurations, le Kraal ne peut avoir la main sur l’ensemble des îles d’Aeden ou maintenir une paix durable de par sa seule volonté. De ce fait, si le Kraal n’est pas malin, son règne est souvent court, car aucune île ennemie ou ayant des relations tendues avec lui n’a intérêt à ce que ce dernier perdure des années durant. Néanmoins, chose importante : il connaît le secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33359-mitsuko-taiji-stark
Mitsuko Taiji Stark
~ Ombre ~ Niveau II ~

~ Ombre ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 31300
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 40/41 ; Force : 40/41 ; Charisme : 46/47 ; Intelligence : 45/50 ; Magie : 60/61
◤ ◤:
avatar
MessageSujet: Re: I - Fiche de race   Lun 22 Mai 2017, 11:35



Clefs de Compréhension


La naissance : Si, jadis, ceux que l’on appelait Élémentals naissaient soit naturellement, d’au moins un parent de la race, soit magiquement par l’union du sort raté d’un Magicien ou d’un Sorcier et d’un élément, les choses changèrent à l’aube de l’Ère de la Conciliation. Aujourd’hui, les vieux préceptes ont été balayés et les éléments ne sourient plus au premier venu, bien au contraire. Si, bien entendu, avoir deux parents Lyrienns augmente les chances d’en être un, ceci n’est en aucun cas un automatisme. Telle une offrande des Ætheri, la maîtrise d’un élément ne s’acquiert pas facilement. N’est Lyrienn que celui qui le mérite et le gène peut apparaître absolument partout. Absent à la naissance, il est impossible de savoir si un nourrisson appartient à la race ou non. La faculté de se servir du Qyndily Mantris apparaît beaucoup plus tard et, en attendant ce jour, l’enfant de deux Lyrienns n’est qu’un être magique dénué de facultés élémentaires.  

La révélation : La révélation, ou communion, est un processus qui peut intervenir absolument chez tous les peuples, à l’exception de certains comme les Ombres notamment. Il s’agit du jour où le Qyndily Mantris se réveille et se révèle à un individu, faisant de ce dernier un Lyrienn. Loin d’être une faculté innée facile à contrôler, s’en servir s’apprend. La révélation peut intervenir à tous les stades de la vie mais elle est rare avant l’adolescence, ce qui signifie que bien des êtres demeurent à Aeden, enfants de deux Lyrienns, sans pour autant savoir s’ils le seront un jour. La révélation est un événement absolument douloureux qui peut s’étaler sur plusieurs heures voire plusieurs jours. L’élément exerce alors une véritable emprise sur le nouveau Lyrienn qui peut, à cause de celle-ci, changer totalement de caractère et de physionomie.

Le drame de la non révélation : Il est presque impossible d’être certain que le gène Lyrienn ne dort pas en un individu. Pourtant, lorsque l’enfant de deux Lyrienns commence à entrer dans l’adolescence ou dans l’âge adulte et que le Qyndily Mantris ne se révèle toujours pas, il peut en découler deux phénomènes. Le premier est le développement de l’anti-magie qui s’applique pour les enfants qui n’avaient développé aucun don jusqu’ici. Ils seront alors Humains et devront quitter Aeden au plus vite. Le deuxième a glacé le sang de plus d’un membre de la race. Selon l’alignement de l’individu, il se peut que sa magie se noircisse et qu’il devienne un Sorcier ou, au contraire, qu’elle se pacifie et qu’il devienne un Magicien. Eu égard aux tensions existant entre les différents peuples, le même sort attend ces derniers : l’exil. Parfois, et le cas est rarissime, l’être reste dans un état mystérieux d’entre-deux, usant de magie sans que cette dernière ne corresponde à rien de spécifique.

La cérémonie de la révélation : Depuis l’Ère de la Conciliation et la séparation d’Aeden en onze îles distinctes, il est de coutume d’amener les nouveaux Lyrienns à la capitale afin de prouver leur appartenance à telle ou telle île. Cette cérémonie a plusieurs fonctions. La première est de présenter les nouveaux membres de la race au Roi ou à la Reine afin que ce dernier ou cette dernière puisse les observer. Coutume ayant vu le jour sous le règne de la Reine Gabriela, elle était au début peu respectée des îles étant en guerre ou presque avec l’élément royal car la fin de la cérémonie était généralement funeste pour les habitants de celles-ci. Néanmoins, depuis l’avènement du tribut, la tradition est entrée dans les mœurs. Quiconque s’y soustrait risque, de toute façon, de voir son île attaquée. La deuxième est de transférer sur le bon territoire les Lyrienns n’ayant pas développé un Qyndily Mantris correspondant à celui de leur île de naissance, ce qui est fréquent et déchire souvent des familles. Certains parents tentent de cacher leurs enfants mais la chose est dangereuse pour tout le monde.

Le tribut : Le tribut est une sorte de contrat entre la royauté et les îles belligérantes. Lorsqu’un Lyrienn de ces îles se dévoile, l’île en question, pour le garder ou le récupérer doit payer un tribut à la royauté. Ce tribut peut être n’importe quoi : des bijoux, des services, de l’or, des cadeaux divers et variés. Lorsque l’île refuse, un duel se met en place au cœur de la capitale.

Le duel : Le duel s’organise lorsqu’une île belligérante refuse de fournir un tribut à la royauté. Les deux parties choisissent alors un représentant chacune et le duel entre les deux individus commence. En fonction de l’élément du Souverain, ce peut être un duel à mort ou non. Le gagnant remporte un droit sur la vie du Lyrienn pour qui il s’est battu. Si la royauté gagne, elle gagne l’individu. Identiquement si l’île gagne. Sous le règne de Gabriela, beaucoup de Lyrienns sont morts de cette façon, la reine gagnant les duels grâce à la prédominance du Dieu Protecteur et faisant exécuter les individus ennemis sans sommation.

La religion : Les Lyrienns prient essentiellement les huit Ætheri Élémentaires et, ce, en fonction de leur Qyndily Mantris et des alliés de l’élément en question. De façon générale, leur culte se limite à ces derniers et à une ou deux autres Divinités. Néanmoins, les Sülh, eux, ne sont pas dans cette optique. En effet, puisqu’ils se sentent abandonnés des Dieux, puisque ces derniers sont la cause de la discorde chez le peuple d’après eux, ils sont naturellement tournés vers d’autres Dieux. Les Qis, généralement, adoptent les croyances du peuple sur le territoire duquel ils vivent. [Cf les fiches de divinité]

Les Ætheri élémentaires : Après la fin de la troisième partie de l’Ère de la Renaissance du Dieu-Roi, les Dieux élémentaires qui étaient jadis enfermés furent libérés. À partir de ce moment précis, l’unité, tout de même fragile mais existante, entre le peuple vola en éclat. La nature reprenait ses droits et la véritable essence de la race naquit de nouveau. Les relations des Divinités devinrent les relations entre les Lyrienns et les éléments qui jusqu’ici s’étaient montrés dociles devinrent bien plus belliqueux entre eux, impactant la psychologie de leurs utilisateurs. Il existe huit Ætheri élémentaires : Shaana, Natyrië, Tokë, Lyë, Vëtëtimë, Akull, Hekur et Ajrov.

L’Æther dominant : Parmi les huit, il en existe toujours un dominant : celui correspondant au Qyndily Mantris du Roi ou de la Reine du peuple. Fort d’une puissance plus importante que les autres Dieux, là n’est pas la seule conséquence de la souveraineté. En effet, un Lyrienn sur trois développe un Qyndily Mantris de l’élément du Dieu en question, augmentant significativement les rangs alliés de la royauté et donc les prières à l’attention de l’Æther.

L’emprise de l’élément : Lorsqu’un individu est jugé assez digne par les Ætheri pour qu’un élément l’étreigne, une véritable emprise se forme sur celui-ci. En effet, chaque élément possède ses propres particularités, reflet de la personnalité du Dieu qui le représente. De ce fait les Lyrienns de la glace se ressembleront, tout comme les Lyrienns des autres éléments. Ces derniers sont soudés dans leurs similitudes et c’est presque l’élément qui dicte sa façon d’agir au peuple, comme s’il était instinctif pour les Lyrienns de Feu de détester cordialement les Lyrienns de la Glace par exemple. Les tensions, les guerres ou les alliances sont devenues naturelles après la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi. Elles ne sont en aucun cas le fruit d’une construction sociale. [Afin de construire votre personnage, vous devez aller lire les fiches des Ætheri se trouvant dans forum « religions et courants ». Son caractère doit correspondre à celui du Dieu de l’élément choisi.]

L’exception : Depuis le début de l’Ère de la Conciliation, il existe une véritable pression sociale chez les Lyrienns par rapport à la Révélation. Le fait que le peuple vive sur des îles en fonction de l’élément qui les a étreints conduit à séparer des familles et à briser des amitiés. En effet, du jour au lendemain, un frère et une sœur peuvent se retrouver ennemis et le sentir au plus profond de leur être sans pouvoir faire autrement que d’obéir à leur instinct. Les parents, tout particulièrement, observent énormément leurs enfants, leurs traits de caractère ou leur physionomie afin d’essayer de déceler le moindre indice concernant l’élément qui les embrassera. Et les enfants sentent ces regards et ressentent cette pression. De ce fait, il arrive, rarement mais tout de même, qu’un individu essaye de se fondre au moule dans lequel il a grandi et qu’il soit étreint par un élément qui ne lui correspond en rien, sans qu’aucun changement notable de personnalité ne survienne. Dans ce cas là, la joie des premiers jours fait vite place à une existence douloureuse, emplie de mal être. Il est extrêmement difficile pour ces individus de maîtriser leur Qyndily Mantris, voire impossible. Après quelques années, leur esprit finit par se tordre, par se rebeller et il n’est guère rare que les Lyrienns en question deviennent complètement fous. Certains quittent Aeden, d’autres en sont bannis, ce qui est loin d’être une mauvaise chose car cela leur permet de soigner leur mal-être social pour ensuite se voir décerner leur véritable élément, celui qui leur convient et qui révélera, d’un même temps, leur vraie personnalité, souvent très éloignée de celle qu’ils s’étaient efforcés de maintenir jusqu’ici. [Jouable exceptionnellement. Me contacter]

Les Anciens : Les Anciens sont les Lyrienns nés avant le début de l’Ère de la Conciliation. Ils sont ceux qui ont connu la vie dans une société unie malgré les différences. La plupart se sont acclimatés au nouveau monde mais certains se sont réfugiés sur l’une des onze îles, celle-ci portant même leur nom : Sülh. Les Anciens sont des êtres respectés, quand bien même ces derniers sont voués à disparaître eu égard à l’espérance de vie au sein de la race. Généralement, ils contrôlent plusieurs éléments, ce qui est particulièrement mal vu pour la nouvelle génération mais accepté pour eux. Il est communément admis qu’ils vivaient dans un autre monde, un monde faux et tronqué par l’absence des Ætheri élémentaires qui, seuls, connaissent la vérité et le chemin à suivre. Beaucoup d’Anciens ont fait le serment de ne plus utiliser les pouvoirs élémentaires correspondant aux ennemis de leur Qyndily Mantris, par respect pour les Dieux et l’ordre établi, par instinct également. [Les joueurs à pouvoir jouer les « Anciens » sont ceux qui étaient présents avant l’Ère de la Conciliation. Les autres ne peuvent incarner que la nouvelle génération qui correspond à la fiche de race actuelle]

Les Sülh : Les Sülh sont les Lyrienns qui se sont appropriés l’une des onze îles, appelée également Sülh, afin d’y vivre en paix et en harmonie, ensemble. La chose est plus que délicate car les éléments eux-mêmes résistent à l’intérieur de ces individus, si bien qu’ils ont dû inventer une mixture, la Ujë, afin de calmer les tensions en eux. Les Sülh souhaitent plus que tout revenir à l’ancienne configuration, quand bien même la chose parait contre nature à présent. Composés en grande majorité d’Anciens et/ou de leurs enfants, la Royauté pense que la communauté Sülh s’essoufflera d’elle-même par la disparition des anciennes générations ou par la force. En effet, quand bien même les Sülh prieraient-ils les Ætheri élémentaires, ceux-ci ne leur confèreraient aucune protection. Toutes les îles, à l’exception de Sürgür qui est une île neutre, sont contre les Sülh. Beaucoup de Lyrienns les considèrent comme des hérétiques, si bien qu’il est de coutume d’appeler Sülh quiconque ne suit pas les chemins de la hiérarchie de la race, se perdant dans des considérations opposées à celles véhiculées par les Dieux. Les Sülh recherchent les Éléments Éternels. [Jouable exceptionnellement. Me contacter]

Les Qis : Les Qis sont considérés comme faisant partie des Sülh mais leur thématique est légèrement différente dans le sens où ils n'ont, pour la plupart, jamais vécu à Aeden, ni reçu un quelconque enseignement. Ce sont des Lyrienns apparus ici et là, abandonnés ou autres, qui n'ont aucune intention de vivre sur l'archipel car ils ne s'y sentent pas à leur place et ont déjà trouvé leur équilibre. Ils se fichent le plus souvent des intrigues de leur race et le peuple se fiche également de leur cas. [Jouable exceptionnellement. Me contacter.]

Les Éléments Éternels : Une grande partie du folklore Lyrienn repose sur ces derniers. Précédemment cachés au sein du temple correspondant à leur élément, les Éléments Éternels étaient gardés par ceux que l’on appelait jadis les Esprits Élémentaires. Néanmoins, à la fin de la troisième partie de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi, lesdits temples disparurent, emportant avec eux ce qui était caché en leur sein. Peu de temps après, les Ætheri se libérèrent, reprenant leurs droits sur une race abandonnée de leur présence depuis bien trop longtemps. Voici, à peu de choses près, comment l’histoire fut racontée, certaines versions estimant que les Dieux s’étaient libérés avant la disparition des temples mais restant tout de même fidèles au contenu. Quoi qu’il en soit, plusieurs croyances en découlèrent, notamment chez les Sülh qui virent en la disparition des Éléments Éternels la cause des tensions naissantes entre les Lyrienns. C’est pourquoi, depuis le début de l’Ère de la Conciliation, les habitants de Sülh cherchent ces fameux Éléments Éternels, n’ayant aucune idée de leur forme ou de leur localisation. Ils sont convaincus qu’en les réunissant tous, la paix et l’harmonie reviendra en terres lyriennes. La royauté ayant eu vent des expéditions menées partout dans le Monde par les Sülh, elle a réussi à obtenir de toutes les îles un contrat, stipulant qu’elles enverraient les Valyutas les chercher également.

Les Faes Élémentaires : À la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi, les Faes Élémentaires disparurent. Seuls les Anciens se rappellent de ces dernières et sont encore à même de raconter les légendes sur ces créatures étranges faites de l’élément du Qyndily Mantris de son possesseur. Nul ne sut ce qu’elles devinrent et le mystère reste entier.

Les Peyin : Si avant l’Ère de la Conciliation, les Peyin ne posaient aucun souci, les choses ont bien changé avec les déboires que connurent les Lyrienns avec la malédiction de Sympan. En effet, il est extrêmement difficile aujourd’hui pour un Lyrienn de maîtriser son Qyndily Mantris et de contrôler d’autres éléments, cette dernière particularité étant d’ailleurs très mal vu par à peu près toutes les îles quand il s’agit d’éléments avec lesquels les relations sont tendues, et par certaines peu importe le cas (notamment Yangin, Djomir et Qar). Quoi qu’il en soit, de cette difficulté est née une certaine haine concernant les individus non Lyrienns maîtrisant les éléments, ces derniers étant appelés Peyin. Si les plus pacifiques sont simplement défiants vis-à-vis d’eux, les plus hargneux (là encore la Glace, le Métal et le Feu essentiellement) ont tendance à simplement vouloir les exterminer.

Les Sürgür : Sürgür désigne à la fois une population de Lyrienns et une île. Lorsque le terme désigne un Lyrienn, il s’agit d’un individu ayant développé des dons concernant d’autres éléments que celui de son Qyndily Mantris. Souvent mal vu, la plupart de ceux étant dans ce cas se cachent ou s’exilent d’eux-mêmes. Certaines îles tolèrent les Sürgür du moment que l’élément en question est un élément allié ou neutre, d’autres ne les tolèrent pas, peu importe l’élément en question. C’est le cas de Yangin, de Djomir et de Qar, les Sefirs tuant sans sommation quiconque est pris à utiliser un autre élément que celui de son Qyndily Mantris. Les raisons peuvent être multiples mais, généralement, il ressort de ces dernières que le Lyrienn est alors considéré comme contre nature par rapport à la volonté des Ætheri. De même, la peur d’un espion venu d’une île ennemie est omniprésente. Néanmoins, il semblerait que certaines îles, connues pour tuer ces fameux Sürgür, les utilisent parfois pour des tâches mystérieuses. Quand le terme Sürgür se rapporte à l’île, il désigne la onzième île, celle sur laquelle personne ne veut mettre les pieds. Réputée maudite, la légende raconte qu’aucun Lyrienn n’en est jamais revenu. Elle est donc neutre.

Les îles : À la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi, Aeden s’est donc séparée en onze îles. Outre Sürgün et Sülh qui sont un peu à part, l’on trouve également Aeden, l’île principale et capitale, qui porte à présent le même nom que l’archipel. Aeden est sans doute le dernier endroit sous domination royale sur le territoire duquel il est possible de trouver des Lyrienns qui vivent les uns avec les autres, bien que cette situation ne soit pas éternelle. En effet, les Lyrienns des îles ayant atteint le rang de Müellim se doivent de se déplacer de temps en temps à Aeden, en sachant que cela concerne uniquement les îles qui ne sont pas en guerre avec l’élément royal. Si l’île est en guerre, elle n’envoie qu’un Sefir, puissant, de préférence. Les autres îles, huit au total, correspondent à chaque élément. Yangin est l’île du Feu, Su est l’île de l’Eau, Hava est l’île de l’Air, Yer est l’île de la Terre, Ildirim est l’île de l’Électricité, Djomir est l’île du Métal, Qar est l’île de la Glace et Tobieth est l’île de la Nature. Aeden est, du fait de l’élément royal, sous domination du Kraal et de l’île lui correspondant.

Le Berceau Cristallin : Autre territoire Lyrienn, le Berceau Cristallin est surtout dans un état naturel, peuplé de petits villages, essentiellement des éléments suivants : Eau, Air, Glace et Électricité.

Le mariage : Comme les Lyrienns vivent sur les îles en fonction de leur Qyndily Mantris, la tradition veut que les mariages mixtes ne soient pas ou peu acceptés. Des Lyrienns d’éléments ennemis ou en tension ne peuvent en aucun cas se marier. Ils ne pourraient pas eux-mêmes le supporter tant les éléments sont contraires et belliqueux entre eux. Ils se détruiraient. Néanmoins, de manière générale, les mariages entre les Qyndily Mantris neutres ou alliés sont tout à fait possibles. Il faut simplement gérer la cohabitation puisque chacun est censé vivre sur son île. Des visites et des séjours sont, bien entendu, autorisés mais il n’y a aucune vocation d’installation à long terme dans ces derniers. Le seul moyen pour des Lyrienns d’éléments différents de se retrouver est de vivre ailleurs que dans l’archipel d’Aeden, naviguant entre leurs obligations et leur vie de couple. Les mariages avec d’autres races ne sont mal perçus que par les Lyrienns du Feu, de la Glace et du Métal. D’ailleurs, ces derniers trouvent rarement chaussure à leur pied tant ils sont exigeants ou simplement invivables. La vie de couple n’est pas faite pour eux et il est rarissime qu’elle survienne. Bien entendu, cela ne concerne pas les Sülh qui ont décidé de vivre ensemble, peu importe l’élément. Néanmoins, ils ne sont pas exempts de complications à ce niveau-là non plus. De même, les Anciens, qui ont été habitués à vivre en communauté de plusieurs éléments sont plus tolérants mais le Qyndily Mantris est puissant et le poids du social énorme. De ce fait, depuis la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi, il est très rare que les couples d’éléments ennemis ou en tension qui s’étaient formés jadis aient persisté. Il en va de même au niveau des amitiés.

[Nom de l’élément] Qyndily Mantris : Au choix du Lyrienn : Deck (Feu), Fybb (Nature), Hijit (glace), Sowo (Air), Zuug (Métal), Ramav (Électricité), Pyx (Terre), Qiln (Eau). Le Qyndily mantris est le don par excellence des Lyrienns. Qu’importe les êtres qui maîtrisent les éléments, ils seront impuissants face à la magie du peuple car les éléments les ont choisis. Ainsi, un Lyrienn fera taire les pouvoirs élémentaires des non Lyrienns qui essaieront de s’en servir contre lui, peu importe l’élément de base de ce dernier, à l’exception des individus possédant la Magie Élémentaire. Ainsi est l’une des forces du Qyndily Mantris. Plus qu’un moyen de défense face à autrui, le don permet au Lyrienn qui l’utilise de fusionner, créer et contrôler son élément. La fusion lui permet de devenir la matière, de s’échapper ou de se protéger en ne faisant qu’un avec celui qui l’a étreint. La création permet de façonner du néant l’élément. Enfin, le contrôle permet de le faire se mouvoir selon sa volonté.

Qyndily Aenör : Par l’élément du Qyndily Mantris. Jadis, le Qyndily Aenör pouvait être d’un autre élément mais la pratique a été annihilée à l’aube de l’Ère de la Conciliation. Avec les relations houleuses entre les Ætheri, les Lyrienns ayant vu le jour après l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi ne peuvent se régénérer qu’avec l’élément de leur Qyndily Mantris. Ce pouvoir leur sert à soigner leurs blessures et à éloigner la fatigue.

Kölge Nazaret ou Yüngül Nazaret : Soit le contrôle de l’ombre ou le contrôle de la lumière. Outre l’utilité du pouvoir en lui-même, celui-ci modifie légèrement la personnalité du Lyrienn. Bien que soumis aux traits de caractères de son élément, en choisissant Kölge Nazaret, il s’en détachera légèrement, sur deux ou trois points. À l’inverse, en choisissant Yüngül Nazaret, les traits de l’élément seront accentués. Cette particularité annoncée, il est à signaler que le pouvoir s’est développé à la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi et ne concerne donc que les Lyrienns nés durant l’Ère de la Conciliation. Particularité des plus étonnantes : si un Lyrienn de la nouvelle génération contrôle la lumière, il ne pourra pas contrôler l’ombre, et vice versa. Nazaret sert à contrôler soit l’ombre soit la lumière, permettant de faire se mouvoir ces deux « éléments ». Beaucoup de légendes parlaient autrefois de ces entités mais ces dernières ont été oubliées avec le temps.

Tableau récapitulatif :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33359-mitsuko-taiji-stark
Mitsuko Taiji Stark
~ Ombre ~ Niveau II ~

~ Ombre ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 31300
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 40/41 ; Force : 40/41 ; Charisme : 46/47 ; Intelligence : 45/50 ; Magie : 60/61
◤ ◤:
avatar
MessageSujet: Re: I - Fiche de race   Lun 22 Mai 2017, 11:35



Légendes


La confrontation de deux époques

« Les légendes du passé sont tombées en désuétude et seront vouées à disparaître avec la chute des Anciens. Le Temps viendra ravir ces derniers, un par un, et seuls les vieux ouvrages poussiéreux porteront encore trace de notre histoire, une histoire hypothétique en laquelle la nouvelle génération ne voudra plus croire. Pourtant, ne sommes-nous pas nous-même coupables de pareil crime ? Qui se souvient encore de l’époque où les Ætheri Élémentaires étaient libres ? ». « Mjeshtër Su, vous parlez encore tout seul… » dit une voix inquiète qui fixait le vieil homme depuis quelques temps déjà. La femme était jeune. Elle avait vécu les derniers instants de la guerre des Dieux mais ne pouvait se rappeler son commencement pour ne l’avoir jamais vécu. Le vieillard se retourna vers elle, la fixant de ses yeux abîmés par le poids des années. Il s’approcha d’elle, lentement. Ses mains tremblaient. « Mon petit… Je crains que notre race ne connaisse bien des déboires dans les Ère à venir… Toutes ces guerres… Toutes ces tensions… elles nous détruiront. ». « Je ne pense pas Mjeshtër Su. Je sens au plus profond de mon être que les choses doivent être ainsi. ». « Bien sûr… Seuls les Anciens ont peur à présent, ceux qui étaient là bien avant ta naissance et qui ont pris le temps d’apprécier toutes les années que nous avons passé ensemble. ». Moïra, puisque tel était son nom, prit les mains du vieillard dans les siennes. Elle voulait qu’il comprenne mais il était si vieux qu’elle doutait qu’il puisse réellement. Il avait été élevé ainsi après tout. « Notre peuple n’a connu que la disgrâce par le passé. Nous étions la risée de tous. Avec les Ætheri de nouveau à nos côtés, nous pourrons regagner ce que nous avons perdu. Chaque Lyrienn est différent, au plus profond de son être et quand bien même nous formons une nation, nous ne pouvons vivre de la même manière, avec les mêmes alliées et ennemis. Chacun pourra faire ses choix à présent, les Lyrienns du Feu pourront s’allier avec les Démons et nous autres avec des races plus pacifiques, sans que cela n’entrave en rien l’autre. ». « Les Lyrienns du feu ne souhaitent que la guerre à présent. Plus rien ne retient leurs ambitions… ». « Vous voyez, Mjeshtër Su, même vous le concevez dans vos propos. Nous étions enchaînés à ce vivre ensemble, cet état intermédiaire qui venait refouler notre véritable nature… ». « Les Sühl n’ont pas abandonné… ». « Ils se noient dans leurs convictions et celles-ci les tueront. ». La discussion se termina peu de temps après. Néanmoins, cela en était trop pour le vieil homme. Le Mjeshtër Su périt dans son sommeil, emportant avec lui des souvenirs du passé et bien des questions restées sans réponse.

Le secret

« Qui êtes-vous ? ». Gabriela l’avait soufflé de sa voix froide et tranchante. « Qu’importe. Je suis ici uniquement parce que vous êtes dans une fâcheuse position. ». « Je ne vous le permets pas » fit-elle avec un geste de la main et un ton qui auraient pu faire trembler n’importe lequel de ses sujets. Pas son interlocutrice. La blonde se mit, au contraire, à rire, continuant d’une voix cristalline et imperturbable. « À dire vrai, je n’ai guère besoin qu’une petite reine de pacotille me permette quoi que ce soit. J’ai un marché à vous proposer. Enfin, pas vraiment. En réalité, disons que si vous n’acceptez pas, je n’aurai pas à vous tuer puisque les rebelles s’en occuperont rapidement pour moi. ». Elle ne laissa pas la reine répondre, la forçant à se taire d’un léger haussement de sourcil. « Voici le futur qui se dessine actuellement pour vous. La guerre des Dieux se terminera officiellement d’ici quelques jours, tout au plus, au rythme de la Coupe des Nations. La vérité est que vous avez déjà perdu. Quoi qu’il en soit, après les hésitations des premiers jours, vos opposants vous renverseront et je suppose que votre sort ne sera guère enviable ; viol, torture et compagnie… le rituel habituel. La fin de l’Ère est propice à quelques manipulations et je suis disposée à vous aider. Peu importe les lois de l’univers. J’ai moi-même déjà perdue et le plateau du jeu va bientôt être renversé. Seulement… Lorsque l’île d’Aeden se divisera, car oui, elle va se diviser, vous devrez garder un secret pour moi. Les découvertes que vous y ferez seront troublantes, déstabilisantes même, mais vous devrez tout faire pour tenir hors de la connaissance du monde ces êtres. Une poignée risque de s’échapper, c’est même certain, mais vous devrez tout faire pour les retrouver. ». « Pourquoi donc ? ». « La seule question que vous devriez vous poser est celle qui vous concerne. Comment vais-je m’y prendre pour maintenir votre règne ? ». Elle sourit, plantant ses yeux verts dans ceux de la Souveraine. « En libérant ceux qui sont restés trop longtemps enfermés. Je ne vous garantis pas un règne à perpétuité cependant, simplement des années précieuses qui vous permettront de vous retourner et de décevoir vos opposants quant à votre sort. ». Elle marqua une pause, touchant de l’un de ses doigts un verre qui se glaça instantanément, une sphère de feu dansant en son centre. « Je considère votre silence comme une acceptation. Ma journée est assez chargée. Plusieurs Souverains attendent ma visite. ». Elle tourna les talons, murmurant fermement. « Ne vous avisez pas de me défier. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33359-mitsuko-taiji-stark
 

I - Fiche de race

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ♣ Fiche de race ♣
» La fiche de Frodon
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Fondements :: Races majoritaires :: Lyrienns-