Le deal à ne pas rater :
Nouveau maillot de l’équipe de France de Football pour l’Euro ...
89.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 ¤ Lieux octobre/novembre : L'accélérateur ¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mimi
~ Déchu ~ Niveau II ~

~ Déchu ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 35316
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005
Mimi
Dim 30 Sep 2012, 23:46

HRP :
Spoiler:
 

¤ Lieux octobre/novembre : L'accélérateur ¤ 328379brighteveningmartin1651619c1

Des légendes, il y en a tellement. Comment être certain que toutes soient vraies. Cependant, qui ne tente rien n'a rien comme l'on dit souvent. Votre aventure va commencer comme ceci : alors que vous vous baladiez ou voguiez à vos activités habituelles, vous avez rencontré une personne qui vous à raconter la légende de l'anneau de croissance, un anneau qui permettrait à quiconque de vieillir à sa guise sans pour autant renoncer à sa jeunesse. Car si l'anneau permet de vieillir, il ne permet pas de rajeunir en dessous de l'âge que vous aviez précédemment. Cet anneau est précieux de par les pierres qui le composent mais également par rapport à son étrange pouvoir que bien des adolescentes aimeraient posséder pour, par exemple, pouvoir séduire l'homme plus âgé dont elles sont amoureuses. Beaucoup de malfrats se l'arracheraient aussi, car cet anneau leur permettrait de se fondre dans la foule sous l'apparence d'un vieillard que personne ne pourrait soupçonner. Et l'avantage d'un objet c'est qu'il ne peut être touché par l'anti-magie des humains.

Quoi qu'il en soit, cette légende raconte qu'aux cascades cristallines, se trouverait un passage secret, niché derrière l'une des cascades du lieu. Pour trouver ce passage, il vous faudra bien sûr bien du courage car il y a beaucoup de chutes d'eau et certaines bien plus dissimulées que d'autres. Néanmoins, une fois ce passage trouvé, un chemin vous conduira dans un magnifique jardin abritant plusieurs bâtiments, chacun gardé par une fée qui ne vous laissera passer qu'après que vous ayez répondu à une énigme ou réussi une épreuve. Cependant, tous les bâtiments de pierres sont vides, excepté celui dans lequel l'anneau repose, attaché à la pierre. Si vous le trouvez, il faudra également trouver le moyen de l'emporter, mais si vous réussissez alors la vieillesse se dévoilera à vous...


¤ Lieux octobre/novembre : L'accélérateur ¤ 6arr
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Invité
Invité

avatar
Lun 15 Oct 2012, 18:20

« Comment tout ça a commencé déjà ?

-Hé bien ? Tu vas nous le dire oui ou non ?

-Oui, laisse moi une seconde !

Alice était assise dans un cercle de personne près du port. Au milieu crépitait un feu et une marmite bouillonnait. Il y avait la mer dans le fond qui charriait ses senteurs d’iode et d’algue, rapportant aussi le balancement régulier des vagues. Tous étaient des hommes à l’exception de Alice et d’une brune à l’habit bien lâche. Ils avaient des allures de marin un peu crasseux. De ces costauds qui ont parcourus la mer de long en large et qui maintenant se pendaient aux lèvres de la rousse. Bière, ou soupe à la main, tous attendaient la suite du récit des aventures de la jeune humaine de passage sur le continent du matin calme.

« Ah ! Je me souviens, ça y est.

-A la bonne heure !

Alice ouvrit la bouche et tout le monde se tu pour l’écouter… Il y eu de la fumée qui s’éleva et, tout comme les images, l’esprit de chacun se laissa envoler vers un continent lointain. A travers le ciel, les nuages et le temps, tout s’en revint à l’avant-veille, loin par delà les mers et les terres. Voici comment tout commença.

Deux jours plus tôt…

Alice et Manitou poursuivaient leur investigation à travers le continent naturel. L’humeur était bonne tout comme le temps, décidément de leur coté en ce début d’automne. La jeune femme avait chanté le long du chemin et son ami s’était même enhardi à se baigner dans la rivière. En chemin, ils avaient croisé un voyageur. Comme cela se fait souvent, ils discutèrent pendant un moment, du moins jusqu’à ce qu’ils se séparassent. Il s’agissait d’un jeune magicien très au fait des rumeurs et légendes de ces terres. Alors qu’ils approchaient des cascades cristallines, il s’amusa à lui conter l’histoire de l’anneau de croissance dont le pouvoir permettait de faire vieillir son porteur à sa guise et de le ramener à sa véritable apparence en un tour de main. C’est là qu’un embranchement apparut et qu’ils durent se dire adieux. Alice et Manitou restèrent près des cascades afin de manger et songer à tout ceci avec amusement.
Plus le temps passait, plus Alice pensait à cet anneau et le plaisir qu’elle aurait à se découvrir sous des allures de vieille. Se relevant, elle annonça à Manitou sa volonté de chercher l’anneau, expliquant qu’ils ne perdraient rien à s’y essayer.
Elle s’engagea au milieu des cascades et regarda alentour. Il n’y avait que des murs d’eau grondant. Derrière eux, d’autres murs d’eau, comme un dédale. A tout faire, elle en avait pour des jours entiers. Toutefois, elle s’y lança tout de même sans prendre le temps de la réflexion. Pendant près de deux heures, elle traversa les chutes les unes après les autres. Trempée et glacée, elle fini par reconnaître que sa façon de faire était mauvaise et qu’elle y gagnerait à réfléchir davantage. De plus, certaines chutes étaient si puissantes qu’elle avait grande peine à les franchir, cela lui prenait beaucoup de temps et d’énergie. Elle trouvait à s’en sortir en se glissant sous le ventre de Manitou qui, de part sa force, passait sans difficulté. Toutefois, le tigre n’appréciait pas du tout ce jeu et se lassa bien vite, jusqu’à refuser de coopérer.
Alice s’installa donc sur un rocher, elle avait laissé ses vêtements sécher à coté d’elle et songea, bras croisés autour de ses jambes repliées.

« Et t’étais toute nue ?

-Rooh, ce que tu peux être lourd !

La brune claqua l’arrière de la tête d’un gros blond en marinière. Celui-ci répliqua par un grognement et quelque chose comme « ça va, je demande juste comme ça ». Le rire de Alice se fondit dans l’assemblée, elle indiqua à la femme d’un geste de la main qu’elle n’était pas importunée par cette remarque. Retrouvant sa position initiale, le blond rougeaud tourna son regard vers Alice, encore bourru qu’on se soit moqué de lui.

« Hum, bon… Alors, cette suite ?

-Ecoutez bien, c’est là que ça devient intéressant.

Alice reprit son récit et une fois de plus chacun s’y laissa conduire.

Elle attendait donc immobile d’avoir une illumination. Cependant, rien ne lui vint et ce après une demi heure à patienter. Aucune idée ne lui traversait l’esprit, si ce n’est que la légende n’était qu’un mythe sans fond de vérité. Entre temps, elle pu se rhabiller. C’est alors que paru une petite boule de lumière voletant à la manière d’une libellule. Alice la fixa aussitôt, attiré comme l’ours par le miel. C’était une fée. La chétive créature s’ébattait avec insouciance dans son environnement et riaient d’un tintement de cristal. L’humaine se laissa guider : elle n’avait jamais vu de fée. Elle la suivit en sautant de roche en roche et au dessus des lits d’eau. Elle traversa un cours et un étang formé par les excavations du terrain, puis arriva devant une cascade bien petite. Alors, le point de lumière disparu sous le rideau liquide. Alice marqua une expression déçue, qui fut vite remplacée par un sourire. Elle s’engagea sous la cascade et découvrit alors un genre de tunnel. Guidée par la lumière, elle continua encore et parvint à un jardin. La jeune femme s’émerveilla de tant de beauté au milieu des roches. Elle resta un moment à regarder autour d’elle, avant d’apercevoir la fée. Cette dernière semblait garder l’entrée d’un bâtiment, comme un petit autel. La jeune femme s’avança et elles échangèrent un sourire.

« J’ai une énigme pour toi jolie humaine. Si tu réponds juste, je te laisserai entrer.

-D’accord, répliqua Alice enthousiasmée, pose ton énigme !

-Chaque fée en a deux, chaque sorcière en a deux, chaque elfe en a deux… Seuls les lutins n’en ont pas. De quoi s’agit il ?

Alice posa un indexe méditant sur sa lèvre. Elle se répéta l’énigme intérieurement plusieurs fois sans que rien ne lui vienne. Fée, elfe ou sorcière, elle ne connaissait rien de leur vie, de leur culture. Comment pouvait elle savoir ce qu’ils avaient que les lutins n’ont pas. La jeune femme continua à se rappeler les quatre mots clef comme une chanson. Une chanson où n’importe que les sonorités et la prononciation des mots et c’est alors que l’éclair lui vint.

-Le « e » !

Inutile de savoir lire pour remarquer qu’il n’y avait pas le son « e » dans « lutin ». Souriant à cette réponse, la fée se poussa, dévoilant le passage vers l’intérieur du bâtiment. Trônant au milieu de la salle, il y avait une pierre sur laquelle scintillait doucement le petit anneau. Les yeux d’Alice s’éclairèrent et elle tendit aussitôt la main pour s’en saisir. Hélas il était fixé à la roche d’une façon mystérieuse. Mais la jeune humaine ne s’embarrassa pas de ce détail. Elle prit sa hachette par l’envers et adressa un coup sec à la pierre, qui céda. Une fois qu’elle eu le fragment de roche sur lequel était attaché l’anneau en main, celui-ci glissa comme s’il n’y avait jamais été fixé. Elle récupéra l’objet et s’en retourna.
Peu après, Alice se trouva un endroit paisible au bord de la rivière, la ou l’eau ne se meut pas et offre un beau miroir. Elle passa l’objet au doigt… et se découvrit soudain vieille. La peau ridée comme si mille ans d’adversité s’était écroulé sur sa tête. Alice poussa un cri d’horreur et ôta l’anneau, retrouvant ainsi sa jeunesse.

« Et c’est après que tu as rencontré cette personne bizarre qui t’a donné un bout de miroir ?

-Oui, peu après. Alice leva les yeux vers le ciel. J’ai tellement souhaité ne jamais vieillir, après avoir vu ça, que je me suis lancée dans l’aventure sans réfléchir. Il parlait d’un miroir magique qui rend jeune pour toujours.

-Aaah les magiciens et leurs joujous magiques !

Fit un interlocuteur humain un peu ivre en levant sa choppe.

« La paix ! Lança la brune. Et alors tu as perdu ton tigre ma chérie… c’est trop bête.

-Oui… Je ne sais pas où il est. C’est affreux, j’ai comme un trou de mémoire. C’est le noir.

Le blond prit la parole.

« Y’a des gens qui disent qu’au monument religieux on aurait caché un artefact qui remonte le temps. Alors si ça peut t’aider à retrouver ton Manitou, va donc y faire un tour !

Après cette anecdote, les choppes claquèrent et il y eu beaucoup de rire au dessus du port. Sur le continent du matin calme, la quête n’était pas terminée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 22 Oct 2012, 20:43

Une vieille femme bloquait la circulation. Elle criait à qui voulait l’entendre qu’elle avait été maudite. Les gens passaient leur chemin, évitant tout contact avec la folle qui tentait désespérément de se raccrocher à eux. Pensaient-ils vraiment qu’elle avait la peste ? Forceria n’aimait pas ignorer les gens, même si des fois cela semblait plus commode ainsi. Toute personne était porteuse d’une histoire bien à elle. Quelle était celle de cette vieille femme? Son attitude avait tout de celle d’une aliénée et pourtant quelque chose l’intriguait. Les étoiles lui soufflaient qui cette femme était intéressante, mais restait-il encore à découvrir pourquoi. La réhla s’approcha en l’observant. Un coup d’œil simple lui suffit pour remarquer que ses vêtements ne correspondaient en rien à son âge. Pourquoi une femme d’environ… soixante dix ans portait-elle les vêtements d’une adolescente à peine majeur. Dans une jupe courte et un débardeur décolleté cette femme avait tout l’air d’un vieux fruit dans un papier doré. C’était très étrange. Soit cette femme disait la vérité, soit elle était sérieusement dérangée.

Prenant son courage à deux mains elle bouscula le passant pour attraper le bras de la vieille femme et l’entraîner dans une des ruelles adjacente à celle où elles se trouvaient. Son passé était bien trop court pour une femme aussi avancée en âge. C’est là qu’elle apprit l’existence d’une cité derrière les cascades crystalines, mais aussi ce qui troublait cette femme. Elle n’était qu’une humaine… De plus elle n’avait aucune notion en magie. Elle avait trouvé une bague et l’avait mise à son doigt. Alors que son esprit était prit par le sommeil le bijou lui avait joué un sale tour. A l’heure actuelle, malheureusement pour elle, il lui était impossible de maîtriser un objet magique. Tant qu’elle le garderait à la main il ferait tout ce qu’il voudrait.

Pour ne pas dévoiler sa véritable race d’appartenance à cette humaine, elle se contenta de lui demander quelle était son histoire. Cette femme se nommait Pya. Du moins c’est plus ou moins la seule chose qu’elle comprit de ses explications. Forceria aurait bien aimé lui donner une bonne gifle pour la faire reprendre ses esprits, mais elle ne voulait pas lui briser un os. A cet âge on fait attention à ne pas trop se faire violenter. La réhla se contenta donc de lui demander de répéter à nouveau son histoire. Bien que plus claires ses explications restaient des plus confuses. Il y avait tant de détails inutiles et tant de digression qu’il était difficile de suivre la trame principale de son histoire. Pourquoi s’était-elle affligé cette explication d’ailleurs ? A oui… la discrétion… Pour rassurer la vieille femme elle l’attrapa par les épaules et prononça quelques paroles réconfortantes avant d’énoncer la solution au problème de la vieille femme. Il n’y avait aucune garantit mais qui ne tente rien n’a rien.

"Enlevez cette bague. Peut être que cet objet est magique. Vous me dites que vous l’avez trouvé hier et qu’aujourd’hui votre apparence est celle d’une vieille femme. Il doit y avoir un rapport."

D’abord méfiante, la femme finit par retirer la bague.La peau se la jeune femme s'étira jusqu'à reprendre sa forme d'origine. Dans un élan de haine Pya jeta la bague au sol. Heureuse d'être de nouveau elle même elle la remercia de tout son coeur. Forceria n'eut même pas le temps de faire un pas pour récupérer la bague que la jeune femme l'enlaça dans ses bras. Ce n'était vraiment pas la peine de la remercier. Seule la bague l'intéressait à présent. Lorsqu'elle réussit enfin à se dégager de l'entrave dont elle était prisonnière la bague se dématérialisa devant ses yeux. Sans doute la bague avait-elle reprit sa place... En même temps cette femme n'en voulait pas. Forceria baissa les yeux et soupira. Pourquoi les choses devaient-elles être aussi compliquées? Il fallait toujour traverser mille et un pays et tuer des centaines de monstres, et pourquoi? Pour un petit objet qui ne lui servirait sans doute qu'une dizaine de fois dans sa vie. Enfin... Peut être lui sauverait-il la vie, relativisa-t-elle. La rhéla s'écarta de la foule et se téléporta aux cascades crystalines. Voilà un pouvoir qui lui était souvent utile! Autant en combat qu'en déplacement. Elle avait pensé à l'époque que jamais elle n'aurait à l'utiliser. Mais avec toutes ses missions, ses objets à aller chercher... il s'était avéré plus qu'utile.

"Bon, maintenant que j'y suis, il ne reste plus qu'à trouver la cascade que j'ai vu dans les souvenirs de cette femme."

Il y avait un nombre incroyable de chute d'eau, mais grace aux souvenirs de la soit disant folle il n'y aurait aucun problème pour trouver la bonne. La réhla ne voulait pas s'éterniser. Un jour elle reviendrait et prendrait son temps pour observer les lieux. Trop de choses nécessitaient sa présence dans le Joukaku pour rester à faire trempette ici. L'anneau serait-il au même endroit que dans ses souvenirs? Pourquoi ne pas aller vérifier directement? Cela ne coûtait rien et puis si jamais il y était, cela lui ferait gagner un temps précieux. A son grand soulagement l'anneau s'y trouvait bien. Par contre elle ne savait pas comment l'enlever. Un trou de mémoire... Comment cela était-il possible? Elle venait de voir la vie de cette femme quelques dizaine de minutes auparavant... Comment avait-elle pu déjà l'avoir oublié?? Un petit sentiment de panique s'empara d'elle. Ses pouvoirs s'amenuisaient-ils? Non, c'était sans doute la bague elle même qui avait scellé une partie de sa mémoire... Oui, ce devait être ça. Elle l'espérait en tout cas. C'est alors qu'une fée fit son apparition. Ses traits tirés indiquaient qu'elle n'était pas ravie de la voir ici.

"Qui vous a permis de rentrer chez moi sans permission?"

Forceria répondit qu'elle était désolée, mais qu'elle pensait que la ville était inhabitée. La fée lui demanda de bien vouloir sortir. Forceria fixa l'anneau avec hésitation. Sans tenir compte de ce que la fée venait de dire elle lui demanda ce qu'elle voulait pour le bijou. La fée se répéta mais il n'y eut pas réel résultat. La créature finit par lui proposer un marché. Si elle faisait quelque chose pour elle, l'anneau serait sien. Forceria demanda ce qu'elle pouvait faire. La réponse la convînt. Il fallait nettoyer la ville en entière. Voilà qui ne serait pas chose difficile. La réhla chercha dans son sac l'arc de cupidon. Une fois cela fait elle tira quelques flèches par-ci, par-là. En quelques secondes les yeux de la fée se mirent à briller. Cela faisait bien des siècles que la ville n'avait pas été en aussi bon état. Elle disparut dans sa maison et en sortit avec l'anneau.

"Chose promise, chose dû."

Après quelques explications concernant l'anneau, elle la passa au doigts. Immédiatement l'anneau lui donna l'âge choisi. Elle voulait voir quelle serait son apparence vers soixante dix ans. Ce qu'elle vit la choqua quelque peu. Ses joues étaient creusées par le temps. Dans ses yeux on pouvait lire une sagesse bien plus grande qu'à l'heure actuelle. Son corps était extrêmement fin. On aurait dit une brindille... La vieillesse était vraiment quelque chose de dérangeant... Ses cheveux bleus avaient viré au blanc. Forceria pensa à son véritable âge et son apparence redevînt celle d'une femme de vingt ans. Cet anneau lui serait utile, mais jamais elle ne s'y habituerait vraiment...

(+ de 50 lignes ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 24 Oct 2012, 18:24

HRP:
 

    Il était magnifique. C'était le plus pur que je n'aie jamais vu. Il y avait mon reflet, avec mon plus beau sourire, certes candide, mais charmant. Derrière mon portrait il n'y avait rien je voyais la glace, mais rien ne s'y reflétait. Je ne cessai de le faire tourner face à moi. J'y faisais évidemment très attention, mais ne pouvait m'empêcher de le regarder, maintenant que j'avais l'éternité pour le faire. Je ne m'étais pas demandé ce que signifiait l'éternité par rapport à mon moi intérieur et à ma perception du monde, mais sans m'en rendre compte, les choses avaient changées. Je profitais encore de la vie, mais ne voyais plus mes petits soucis quotidiens passés. Je voyais les choses en plus grand. Je voyais le monde comme une immense toile d'araignée où chacun avait un petit fil et où chaque fil se croisait, parfois intimement parfois publiquement. Chaque fil pouvait prendre bien des tournures et au milieu de tout cela il y avait une araignée, je n'avais pas encore sur dire qui elle était. J'avais d'abord pensé aux Dieux, mais je m'étais dit que sans nous il n'y avait pas de Dieux, or sans toile il y avait une araignée. J'en était arrivé à la conclusion que cette araignée était en fait tous les chefs de races ou de clans de ce monde. Tous ensemble influaient sur la toile tout en créant des fils, parfois pour en cacher d'autres, parfois pour en révéler. Mon regard de porta à nouveau sur le miroir. Je n'allais plus quitter cette apparence. Mais comment aurai-je été dans dix ans ? Puis dans vingt ? Puis dans trente ? Je ne pouvais le savoir, car dans cinq-cent ans je n'aurai pas bougé d'un pouce. Peut-être que je serai devenue une des faces de l'araignée. Cela aurait été tellement beau. J'aurai pu alors gouverner un monde comme je l'entendais. En tous les cas je gouvernais déjà ma joyeuse bande de pirates et j'espérai bien qu'un jour, elle serait reconnue comme une race à part entière. L'éternité avait quelque chose de dangereux. Elle était un fléau pour beaucoup, mais pour ceux qui savaient l'utiliser, elle était la plus redoutable des armes. De plus j'avais ma vie entre mes mains. Je pouvais la faire cesser plus tôt que prévu en brisant ce miroir, mais si par hasard il était brisé, je pouvais le reformer par mes pouvoirs et si je le faisais assez vite je regagnerai ma jeunesse. Je n'avais pas envie de bouger de mon coin. L'eau y était chaude et le sable sous-marin caressait la peau de mes reins. C'était magique. Mais à quoi bon être éternel si l'on passe son éternité à ne rien faire. Je me souris à moi-même, comme pour correspondre à mon reflet. Il fallait que je trouve une cachette pour ce dernier. Je le mettrai sur mon bateau une fois qu'il aura vu bien des choses, mais en attendant je décidai de le conserver avec moi. Je l'entourai d'une autre couche de verre pour le protéger puis le rangeai.

    Soudain je vis une bouteille en contrebas. Je m'en approchai et la saisis entre mes mains. Elle était recouverte d'une épaisse couche de corail et de moisissures, mais à l'intérieur, il y avait un petit bout de papier roulé. Il avait l'air neuf. Comme si le temps n'avait pas eu d'emprises sur lui où comme s'il venait d'apparaître. Cela était bien étrange. Je sortis de l'océan pour aller me poser sur un caillou, comme les sirènes des récits de marins qui attirent leurs proies sur une plage puis déroulai le petit bout de papier. Je pus y lire :


    Un anneau serti de rubis et de diamants
    Riche et élégant
    Permettant de mourir, mais élégamment
    Jusqu'à la fin des temps

    Un point d'eau resplendissant
    Où l'on voit le sourire des enfants
    Caché à la couleur du diamant
    Si tu trouves une réponse prestement

    Je souris. Encore une fois le destin avait mis sur ma route un moyen de jouer avec le temps. Je voulais me voir plus vieille et je compris que cela me permettrait de le faire. C'était une des meilleures coïncidences de ma vie. Je lus et relus le parchemin et compris finalement qu'il se trouvait au cascade cristalline, je ne compris pas toutes les phrases, mais je pus saisir que cela parlait d'un anneau et que cela parlait des cascades cristallines. Les bouts de verre sur moi vinrent s'assembler en une plaque ronde. je fis apparaître l'eau des cascades et plongeai la tête dans le verre pour la ressortir dans un autre point d'eau.

    C'était un lieu magnifique mais je n'étais pas là pour contempler à quel point il était bucolique. Je devais trouver ce sésame qui me permettrait de m'amuser longtemps, éternellement même. La logique aurait voulu que l'objet fusse derrière une des cascades, mais il y en avait tant. Alors je me mis à nager de l'une à l'autre en les remontant parfois grâce à ma maîtrise de l'eau puis en cherchant un indice qui m'aiderait. Je n'avais que la couleur du diamant comme indice, or il était transparent. Quel comble alors ! Je m'amusai tout en scrutant les moindres recoins puis soudainement toute l'eau d'une cascade disparut pour se métamorphoser une une créature faite uniquement de l'élément marin. Elle ne dit rien, mais avant que je ne puisse moi-même prononcer mot elle déchaîna sur moi deux tentacules qui lui servait de bras. Je les évitai prestement puis sortis mon trident de verre que je fis virevolter jusqu'à la tête de la créature. Or le verre passa au travers de la créature aquatique qui n'en fut que plus contrariée. Du moins vu ses grognements c'est que je ressentais. C'est alors que je souris, comme illuminé par une idée divine. Je m'élevais dans un tourbillon d'eau et mes mains se contractèrent comme si je tenait une boule sur le point d'exploser. Mes sourcils devinrent froncés et soudainement la créature marine se contracta. Elle avait l'air de se débattre puis elle se mit à se concentrer en un point que je fixai. Elle devint petite, elle pouvait tenir dans le creux de mes mains puis la boule d'eau vint se mettre entre mes deux paumes libérant derrière elle un petit tunnel en verre, la couleur du diamant. Je souris, entrai dans le tunnel et libérai l'eau qui redevint une belle cascade. Je voyait la pierre autour du tunnel et c'était tout simplement magnifique.

    J'arrivai enfin dans un immense jardin. Les plantes se couraient après dans tous les sens et cinq bâtiments s'offraient alors à moi. Chacun gardés par une fée. Je réfléchis encore et me dirigeai vers une fée aux ailes transparentes qui me sourit et me dit :


    "On me dit fluide et fuyante, mais le froid me rend résistante.
    Je suis vague au bord de mer,
    Je descends les montagnes en hiver,
    Narcisse a cédé à mes charmes.
    Sans moi vous n'aurez plus une larme et vous seriez mort."


    Je réfléchis en cherchant la solution, phrase après phrase. Il ne pouvait y avoir qu'une réponse et je n'avais sûrement qu'une seule chance. C'est ainsi que je pris les éléments qui me parurent important et qui n'était pas là pour embellir, fluide, fuyante, mer, larme. La réponse était logique je levai la main, sautillai et dis :


    "L'EAU !!"

    La fée s'écarta et m'invita à entrer dans l'édifice. Au milieu se trouvait un petit anneau sur un bloc de pierre. Or l'anneau était scellé dans la pierre. Je touchai la pierre et soudain elle se transforma en verre que j'ouvris délicatement. Je sortis, mis l'anneau à mon doigt et pensai en me regardant à moi plus vieille. Je me vis à trente ans, à quarante ans et ce jusqu'à huitante ans. Je souris, bien contente de rester comme je l'étais, mais au moins je savais ce qui m'aurait attendu et je pouvais l'utiliser. Je laissai l'anneau à mon doigt et repartis chercher une cachette dans l'océan. Du moins c'est ce que je croyais...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 06 Nov 2012, 22:06

Ellana et Lucas étaient dans un village tout à fait charmant, sans ivrogne dans tous les coins de rue, ni dans la seule taverne qui arrivait à subvenir malgré les quelques habitants. Les deux jeune gens étaient dans la dites taverne, et buvaient, une limonade pour Lucas, tandis que Ellana avait un coca. Depuis quelques temps, elle sentait une paire de yeux fixés sur eux. Bien sur, tout le monde les avaient regardé au départ, ils étaient des étrangers, mais ils avaient fini par arrêter, alors que ses yeux, eux, n'arrêtaient toujours pas de les fixer. Après encore une dizaine de minutes, l'homme qui les regardait vint vers eux, et s'assit à leur table sans même demander. Aussitôt, Lucas arrêta de parler, et fixa avec étonnement l'inconnu, tandis que Ellana le regardait aussi, en soulevant un sourcil, le regard méfiant.

- Eh bien mademoiselle, vous avez l'air plutôt méfiante à mon égard.

- Tout à fait normal lorsqu'un inconnu s'assoie à notre table sans avoir demander la permission. Qu'est-ce que tu nous veut?

- Eh bien, comme vous avez l'air d'être tous les deux de grands aventuriers, j'ai une histoire à vous racontez, peut-être qu'elle va vous intéressé. Enfin, vous n'allez peut-être pas me croire, c'est ce qu'on fait les habitants.
Alors, commençons. On dit qu'au cascades cristallines, il y a une grotte caché derrière l'une d'entre elle. Lorsque vous l'aurez trouvé, il vous mènera jusqu'à un merveilleux jardin, dans lequel se trouve des bâtiments chacun gardés par une fée. Pour y entrer, il vous faudra résoudre une énigme ou réussir une épreuve. Mais il n'y a qu'un seul bâtiment d'intéressant, les autres sont vides. Dans ce lieu, il y a un anneau, attaché à une pierre qui permet de vous faire vieillir à volonté. De passer d'un adolescent à un vieillard frêle et fragile.
Intéressant n'est-ce pas? A vous voir, vous ne semblez pas très intéressé. Tant pis, à plus tard mademoiselle, jeune homme.


L'inconnu se leva et partit, l'air de rien. Ellana le regarda, tandis que la porte se fermait derrière lui. Lorsqu'elle ne le vit plus, elle termina son coca, Lucas faisant de même et ils sortirent de la taverne. La Bélua n'avait pas vu la pointe de curiosité s'allumer dans le regard du jeune garçon, tandis que celui-ci commençait à organiser un plan pour aller trouver cet anneau. C'était bien la première fois qu'il pensait faire quelque chose sans Ellana, mais il avait gagner en expérience, savait de mieux en mieux maîtriser son pouvoir ainsi que l'art de manier le katana. Ils entrèrent dans l'auberge, et partirent se coucher après avoir mangé. Lucas se coucha avant Ellana, afin qu'elle ne voit pas qu'il restait habiller. Lorsqu'il fut sur qu'elle se soit endormie, puis il se leva sans bruit, puis se fondit dans une ombre et s'en alla. Il n'avait pas mit de cousins sous la couette pour faire comme s'il était encore là, car cela n'aurait servit à rien avec l'odorat et l'ouïe de Ellana, cela n'aurait servit à rien, alors autant ne rien faire. Il se faufila hors de l'auberge toujours fondu dans l'ombre. Il avait de la chance se soit, c'était la lune noire, il y avait donc des ombres un peu partout.

Il sortit pourtant de l'ombre, et se mit à courir pendant un moment. Il finit par marcher, tandis que la nuit passait. Lucas se mit à réfléchir à ce que pourrait bien être l'énigme ou l'épreuve que lui ferait passer les fées, mais il n'arrivait tout simplement pas à trouver ce que cela pouvait être. Après plusieurs heures, l'Ondin s'arrêta près d'une rivière, et y plongea. Il se transforma aussitôt. Ses jambes se collèrent, et une queue ressemblant à celle d'un dauphin avec des écailles bleu/verte, apparut. D'autres écailles lui poussèrent sur le corps, ainsi que des membranes entre les doigts, une nageoires dorsale, ainsi que deux autres nageoires sur le coté. A la fin, des branchies apparurent sur son cou.

Le jeune Ondin se mit à remonter le courant. Il savait ce qu'il finirait pas trouver, les cascades cristallines. Effectivement, il était dans la rivière éternité. Après une dizaine de minutes passées sous l'eau, il arriva dans un grand lac, avec pleins de cascades autour de lui. Il sortit la tête de l'eau, et regarda l'endroit, émerveillé devant tant de beauté. Après l'avoir regardé un moment, il se mit à chercher le passage. Lorsqu'il l'eut trouvé il y pénétra. Après avoir nager une vingtaine de mètres, il tomba sur le jardin merveilleux dont leur avaient parlé l'homme. Il sortit de l'eau, et attendit de sécher. Les Fées arrivèrent et commencèrent à parler avec lui, puis deux d'entres elles utilisèrent le pouvoir de contrôler la chaleur pour le sécher plus vite. Lucas les remercia, avant de se relever, ayant retrouver ses jambes. Il discuta avec les Fées, et commença à s'amuser avec elles, ce qui les rendis très heureuses, Lucas en perdit même la raison de sa venu ici.

Après un moment, il comprit que, même si les Fées avaient peut-être pour but premier de jouer, elles l'empêchaient aussi de réaliser ce pourquoi il était là, en le détournant de sa mission, ce qui était plutôt simple en soit, car, même avec son intelligence, il venait à peine d'entrer dans l'adolescence. Le jeune garçon finit par se secouer, et par arrêter de jouer. Les Fées, déçues, s'éloignèrent de lui, l'air contrarier. Apparemment, elles n'avaient pas apprécié qu'il arrête de jouer avec elles.

Lucas regarda autour de lui, essayant de deviner dans quelle grotte pouvait bien abriter l'anneau. Le jeune Ondin observa attentivement chaque maison. Après quelques minutes, il finit par s'approcher d'une des habitations, comme régit par un instinct. Une fée l'empêcha de passer en se plantant devant lui. Lucas s'arrêta et attendit que la Fée se mette à parler en première, il ne l'avait pas vu tout à l'heure, et il commença à se poser quelques questions.

- Si tu veux rentrer ici, tu vas devoir répondre à mon énigme. La voici: Qu'est-ce qui sert à s'asseoir, dormir et se brosser les dents?

Lucas se mit à réfléchir. Quel genre d'objet pouvait-il bien servir à faire tout cela? Pour dormir et s'asseoir on pouvait trouver des tas de chose en commun, mais que venait faire "se brosser les dents" dans tout ça? Rien n'était en rapport avec les deux premiers. Heureusement pour lui, il n'y avait aucune limite de temps, sinon il aurait été mal. Soudain, une illumination se fit dans son esprit, et un sourire malicieux apparut sur ses lèvres.

- En réalité, cette énigme est plutôt simple. On peut penser au départ qu'il faut un seul objet pour répondre à cette énigme, mais il en faut trois. Voila la réponse. Pour s'asseoir il faut une chaise, pour dormir il faut un lit, et pour se brosser les dents il faut une brosse à dent.

La Fée fit un sourire gentille, avant de s'envoler. Lucas se douta que cela voulait dire qu'il avait le droit d'entrer dans l'habitation. Le jeune Ondin poussa la porte et pénétra dans la maison. Il n'y avait qu'une grande salle, presque entièrement vide, à l'exception de l'anneau sellé dans la pierre. Lucas s'approcha de l'anneau. Il contrôla son ombre, et la glissa entre le mur et la pierre, et la fit grossir, assez pour que l'anneau finisse par sortir de la pierre. Il le rattrapa, puis remit son ombre à sa place. Il passa l'anneau à son doigt, en pensant à avoir l'âge d'une vingtaine d'année. Il se sentit grandir, et lorsqu'il sortit et se regarda dans l'eau, il n'en crut pas ses yeux. Ses rondeurs d'enfants avaient complètement disparu, il était aussi plus grand, plus musclé, et bien plus beau, sans être trop prétentieux.

Lucas arrêta les pouvoirs de l'anneau et il retrouva sa taille et son apparence habituel. Il plongea alors dans l'eau, et suivit le courant pour déboucher sur la rivière éternité. Après quelques minutes, il finit par sortir la tête de l'eau, regardant autour de lui. Il sentit alors l'eau devenir un étau autour de lui, avant d'être soulevé par cette dernière. L'eau se retira entièrement de son corps, et il reprit son apparence normal. Au moment où il faillit tomber, une main l'attrapa par le manteau à l'arrière du cou. Il se fit tourner d'un demie tour, et se retrouva soudain en face d'Ellana, qui le regardait de ses yeux gris, implacable. Lucas avala difficilement sa salive.

- Toi. Je sais très bien où tu es allé. Maintenant dis moi si cela en valait la peine avant que je ne t'étripe sur place.

- Je... Euh... Oui, ça en valait la peine. J'ai trouvé l'anneau et j'ai testé son pouvoir, il m'a vraiment fait vieillir et...

- Tu as testé l'anneau? Te rends-tu compte qu'il aurait pu être ensorceler et que le mettre aurait pu déclencher un sort qui t'aurais tué? Espèce d'idiot. Je te jure, tu es complètement idiot. J'espère au moins que tu n'as pas prit plus de risques. Enfin, tu ne m'as pas l'air blessé, et comme tu n'as pas prit de temps, je suppose que tout c'est bien passé.

Ellana lâcha Lucas qui tomba sur ses fesses. Il n'avait pas pu en placer une, et il trouvait cela bien mieux, s'il avait essayé cela aurait été pire. Ce qu'il trouvait le plus effrayant lorsque Ellana était en colère, c'était son regard implacable, que lorsqu'on était prit dedans, on le sentait toujours sur nous, même si on ne la regardait pas, ainsi que sa voix froide, et dure, sans émotions, car elle n'avait pas haussé le son.

Lucas regarda la Bélua qui se retournait et commençait à partir, le laissant là. Après qu'elle ait parcouru une dizaine de mètres sans qu'il ne se lève, elle tourna la tête vers lui et le fixa. Le jeune Ondin déglutit, avant qu'elle ne déclare:

- Bon tu viens, j'ai pas que ça à faire de t'attendre.

Lucas était étonné, car il ne pensait pas qu'elle lui dirait ça, ni sur ce ton, alors il mit un temps pour réagir.

- Euh... Oui j'arrive! Attends-moi!

Le jeune Ondin se leva précipitamment, faillit retomber une ou deux fois, avant de se reprendre et de rejoindre Ellana, qui se remit à marcher. Il resta silencieux, attendant qu'elle dise autre chose, mais elle resta muette. Elle savait qu'il avait l'anneau, et si elle ne lui avait pas demander de lui donner, c'est qu'elle le lui laissait. Lucas aurait bien voulut sauter de joie lorsqu'il comprit ça, mais il ne se risqua pas à le faire, ayant peur de déclencher une nouvelle fois la colère de Ellana.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 08 Nov 2012, 02:53


«Maintenant que nous sommes immortels, que pouvons nous faire?
Nous voudrions vieillir comme les personnes qui nous entourent seulement le destin reste capricieux et a encore fait des siennes.
Notre état nous désole, il nous rend fou. Nous habituerons nous un jour à la vie infinie?»



Une légende... La légende de l'anneau de croissance avait mené la sorcière en ces lieux
féeriques. Un jeune garçon du nom de Caore, habitant d'Avalon, la lui avait racontée. Très impliqué, il avait expliqué avec enthousiasme que l'anneau de croissance possédait des vertus recherchées par beaucoup de personnes de ce monde et surtout, recherchées par les êtres de la nuit et les morts errant sur la Terre; les Vampires et les Ombres. Lui, rêvait d'accéder à ce pouvoir et désirait grandir au plus vite. Ce petit blond ne se doutait pas une seconde qu'il parlait à une personne dénuée de sentiments, le côté sombre de Naely, et ne pensait pas que son interlocutrice le poignarderait après son récit, lui arrachant par la même occasion toutes ses envies de maturité.
Après lui avoir ôté la vie, la jeune femme des Lunes aperçut son esprit l'observer avec beaucoup de rancœur. C'était normal, il était trop jeune pour comprendre qu'une telle tourmente pouvait pousser les plus gentilles personnes à effectuer les pires péchés. Il n'arrivait pas à voir la peine qui traversait l'âme de la sorcière, celle qui la dévorait. La folie de cette dernière avait empiré au fil des années et prenait de plus en plus d'importance.
Alors qu'elle marchait dans la ville, Nîvem, son loup blanc la rejoignit. Il s'arrêta devant elle, l'empêchant de passer et s'assit en caressant la jambe de sa maîtresse à l'aide de son petit museau. La jeune femme qui avait compris son compagnon plongea l'une de ses mains dans l'une des nombreuses poches de sa robe noire. Elle en sortit une chaîne d'argent reliée à une croix ornée d'un bijou blanc et le déposa autour du cou de l'animal. En une fraction de seconde, ce dernier se transforma en un bel homme au regard perçant. Après s'être vêtu, il tendit les doigts vers ceux de la sorcière puis les entrelaça, rapprochant de plus en plus leurs deux corps. Il savait qu'à ce moment précis, elle avait besoin de ses bras, de son souffle et de sa peau. Elle venait de commettre un acte irréparable et devait être consolée.
Ils restèrent ainsi plusieurs instants, collés l'un à l'autre comme si leurs vies en dépendaient puis ils se séparèrent et ne gardèrent qu'une main accrochée à celle de l'autre. Ils se mirent à marcher le long de la rivière Éternité jusqu'à ce qu'ils trouvent enfin les cascades Cristallines situées à plus de cents mètres des premières habitations d'Avalon. Il faisait nuit, c'est pourquoi personne n'avait remarqué l'assassinat de Naely mais c'est aussi pour cette raison qu'elle ne pouvait admirer la beauté des lieux dans lesquels elle se trouvait. Son ouïe et l'odorat de Nîvem étaient les deux sens qu'ils utilisaient le plus pour se repérer, pour avancer.
Enfin, sans prévenir son compagnon, la sorcière des Lunes s'approcha du cours d'eau et s'y
enfonça, laissant flotter sa longue robe. Elle avançait lentement car ses pieds s'enfonçaient dans la terre qui se trouvaient sous la rivière et, lorsque l'eau eut atteint sa poitrine, elle s'arrêta et se retourna. Ses longs cheveux blancs ressortaient sous la faible lueur de la lune et, bien que sa peau bleuit légèrement au contact de l'eau froide, son visage angélique était mis en valeur. Ses yeux bleus reluisaient, un petit sourire pouvait se lire sous ses joues. Naely grelottait pourtant, elle ne bougeait pas, elle attendait quelque chose. L'homme-loup fut tout d'abord étonné d'un tel comportement puis il comprit et rejoignit son amie. Il posa l'une de ses main sur le visage de la jeune femme puis la serra contre lui. Suite à sa première transformation, tous deux n'avaient pas pu réellement passer du temps ensembles, seuls. Ils n'avaient pas pu apprendre de l'autre sans être constamment observés et profitaient donc de l’opportunité qui s'offrait à eux.
Sans prononcer le moindre mot, Nîvem caressait le corp de son ancienne maîtresse, celle qui était à présent son amie, sa réelle moitié. Il n'avait pas acquis la parole mais aucun son ne sortait de sa bouche, pas même un gémissement de bonheur, rien. Son regard blanc était impassible, il était fort et ne montrait aucun sentiment.

«Merci.. Merci d'être là à chaque instant, merci de savoir me réconforter et de m'aider quoi qu'il arrive..»

La jeune femme pleurait à présent dans les bras de son compagnon puis, elle le repoussa doucement. Bien qu'habituée aux conditions extrêmes, elle commençait déjà à ne plus sentir certains de ses muscles alors, elle sortit de l'eau, entraînant Nîvem par la main. Le soleil commençait à se lever et la chaleur se dissipa dans l'air ce qui aida la sorcière à ne pas succomber à une douloureuse hypothermie. Sa peau redevint blanche, effaçant tous les reflets bleutés, seules ses lèvres mirent plus de temps à recouvrer leur véritable couleur.
La lumière éclairait enfin les lieux lorsque Naely décida de s'en aller à la rencontre de l'un des elfe qui gardait un anneau de croissance. Elle admira tout d'abord le feu d'artifice d'arcs-en-ciel qui se battaient au dessus de l'eau. De nombreuses fleurs jaunes, oranges et dorées entouraient les bords des cascades, même les arbres semblaient féeriques. Ensuite, la jeune femme des Lunes se mit à parcourir les lieux. Elle se retrouva sous les cascades, suivie de son ami, à plusieurs reprises, tentant de trouver le passage qui les mènerait au jardin de la légende. La recherche fut longue mais fructueuse au bout d'une heure ou deux, un chemin s'afficha devant ses yeux. Ce dernier mena les deux compagnons dans un jardin aussi beau que celui que Naely avait entrevu des fenêtres du manoir Taiji. Empli de fleurs multicolores et d'arbres plus verts les un que les autres, l'espace offrait aux papillons un généreux habitat. Les oiseaux exotiques y avaient niché et chantaient à tue tête.
Pour tout être normalement constitué, cet endroit l'émerveillerait et effacerait tous ses tourments pourtant, cela ne se passa pas ainsi dans la tête de la sorcière. Elle souillait ces lieux magiques et se remémorait le visage des personnes qu'elle avait tué avant qu'ils ne puissent admirer un tel endroit.

«Je suis un monstre..»

Lorsqu'il entendit ces mots de la bouche de son ancienne maîtresse, Nîvem la prit par la taille et la dirigea vers les bâtiments blancs gardés par des fées. Tout d'abord, la sorcière fut prise d'une légère nausée en les voyant puis, l'une des petites bâtisses attira son attention. Elle était plus sale que les autres, recouverte de lière et de mousse à certains endroits. A son entrée se trouvait une fée masculine, ce qui était plutôt rare, vêtue de noir. Ses cheveux blonds étaient assortis à ses ailes dorées et ses yeux noirs, qui auraient effrayé n'importe qui, donnaient confiance à Naely.
Elle s'approcha donc de lui et n'eut pas le temps de se prononcer avant qu'il ne la questionne:

«Je me situe à des milliers de kilomètres et illumine vos plus noirs cauchemars. Bien que généralement figée, je me veux parfois mouvante, qui suis-je?»

La sorcière réfléchit quelques instants, de peur que sa réponse paraisse dénuée de sens puis elle s'exprima.

«Une étoile.»

Sans prononcer un mot de plus, l'homme-fée tendit le bras vers la porte de la petite maison
de pierre. La jeune femme des Lunes courut à l'intérieur avant de s'apercevoir que le bâtiment était quasiment vide. Seul, au centre, se trouvait une pierre dans laquelle était incrustée un anneau.
Prise d’enthousiasme, Naely sortit son petit grimoire noire et récita de nombreuses paroles de latin et de grec ancien. Un crépitement se fit entendre puis, la sorcière attrapa à toute vitesse la petite bague. Apeurée par les effets de cette dernière, la jeune femme sortit sans la passer à l'un de ses doigts et la cacha dans l'une des nombreuses poches de sa robe.
Elle prit Nîvem par le bras et s'enfuit de ce monde enchanté en courant, espérant ne jamais y
remettre les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 25 Nov 2012, 01:09

« L’intelligence est, hélas ! toujours une énigme, mais pas plus que la bêtise... »



Tranquillement assise sur une chaise de bois, la jeune femme sirotait une petite boisson réconfortante. Elle venait de terminer son quart de travail et elle se donnait un petit moment de répits très bien mérité. Soudain, elle vit un vieillard sortir de la taverne et il vint proche d'elle. Ses yeux globuleux l'observaient avec intérêt avant qu'il ne s’appuie sur sa canne de bois. La jeune femme redressait alors lentement son regard vers lui.


- Hey mam'zelle! Vous avez envie d'entendre une histoire hallucinante!? Et non pas besoin d'argent je la donne gratuitement à tous ceux et celles qui veulent l'entendre!


La chaman prit doucement une grande inspiration avant de soupirer. Croisant ses bras contre sa poitrine, la jeune femme secoua légèrement sa tête et regarda l'homme avant de lui dire qu'elle n'était pas intéressée par ses histoires clownesques. L'homme éclata alors de rire. Un rire qui reflétait bien son euphorie. La jeune femme haussa alors calmement les épaules. Elle s'en fichait de ce type.


- Ah mais mam'zelle! Vous seriez pourtant si jolie à mon âge. Avec cet anneau magique qui vous permettrait de vieillir!


Soudain, elle fut intéressée. Toute sorte de magie l'intéressait. La chaman redressa la main pour attirer l'attention du viel homme et lui demanda de commencer à raconter son histoire. La jeune femme aux cheveux noirs comme l'ébène fit assez de charme auprès de cet inconnu à la peau ridée afin d'obtenir ce qu'elle désirait. Il s'assied en face d'elle dans la seule autre chaise libre qu'il y avait. Alors là il leva légèrement sa canne et la posa sur ses genoux.


- On raconte que cet anneau donne à son porteur l'opportunité de pouvoir vieillir à sa guise. Cependant, on raconte tout autant que cela n'affecte pas son âge d'origine. Lorsqu'il retire l'anneau, son âge revient à la normale. L'on dit qu'on retrouve cet anneau derrière les cascades cristallines. Et il faut trouver le bon endroit puisqu'une fée garde chacune des portes.


Shoshanna en eut suffisamment entendu et se leva pour quitter l'endroit sans dire un mot de plus au viel homme. Ni même regarder derrière elle même si elle l'entendait l'interpeller. Elle s'en fichait de lui. La chaman avait eu ce qu'elle désirait entendre.


******

Son voyage se déroula sans aucune encombre. La jeune femme était revenue aux cascades cristallines. Là où elle avait rencontré un démon, autrefois. Un petit sourire élargit ses lèvres pendant quelques secondes. La jeune femme vint ensuite sur les bordures des cascades et réfléchit un moment à comment traverser cet endroit. Elle demanda alors à son esprit de traverser et grâce à son pouvoir de sonder les alentours, Faith réussit à trouver le trou dans la cascade. La chaman emprunta le même chemin et arriva dans un endroit où il y avait plusieurs bâtiments. Mais présentement, elle était dans un jardin. Le vieillard de tout à l'heure lui avait dit la vérité sur tout. Même une fée gardait une par une chaque porte de chaque bâtiment. Elle décida donc de demander à son esprit de lire dans leurs esprits. Elles n'étaient pas très fortes ni très malignes alors le défi ne fut pas vraiment d'une tâche difficile même si Faith devait scruter plusieurs esprits. Elle en découvrit une qui semblait cacher quelque chose, moins idiote que les autres. Plus sûre d'elle. Shoshanna s'était donc avancée vers celle-ci.


- Je sais que tu caches l'anneau derrière cette porte. Tu ne peux me mentir alors n'essaie pas de me duper ou sinon tu finiras 600 pieds sous terre.


La fée observait la chaman avant de savoir qu'elle était sérieuse et qu'elle en était parfaitement capable. La fée décida donc calmement de lui poser une énigme.


- Sur un arbre à 2 branches des oiseaux se parlent, l'un d'en haut dit à ceux d'en bas "si un de vous nous rejoint, nous serons alors 2 fois plus que vous, par contre si un de nous descend, nous serons alors à égalité". Combien y a-t-il d'oiseaux sur les branches ?


La jeune femme trouva complètement absurde son énigme mais elle y pensa longuement. Shoshanna avait heureusement assez d'intelligence et de logique pour finalement essayer une réponse. Enfin, elle espérait très bien réussir.


- 7 en haut, 5 en bas.


La fée ne parla pas un instant avant de calmement se pousser sur le côté. Elle lui ouvrit la porte avant de partir en lui disant qu'elle avait eu la bonne réponse à son énigme. C'était bon de savoir que quelques fois l'intelligence pouvait bien nous aider à nous sortir de certaines situations! Shoshanna pénétra dans le bâtiment et chercha un petit moment avant de trouver l'anneau en question. La chaman quitta tout de suite le bâtiment pour reprendre son chemin. Elle ne comptait quand même pas restée dans un tel endroit et s'éterniser. Elle préfère toujours la solitude mais elle prévoit encore des quêtes pour elle. Autant pour le pouvoir que la satisfaction personnelle.



Environs 60 lignes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 25 Nov 2012, 21:37


- Ce pauvre grand-père n'a plus toute sa tête !

Lâchais-je d'un ton purement moqueur , mon regard indiquant pourtant une lassitude extrême , perdue dans un agacement profond ; de tourner en rond sans doute . Saya-kan sur mon épaule , je me frayais un passage entre les petites cascades parsemant le tunnel camouflée sous la plus grande d'elle , qui m'avait bien trempé de la tête aux pieds au passage .

- C'est sans doute pour ça que tu essaies de faire ce que dit la légende , non ?

Répliqua Saya-kan face à ma phrase précédente . Je m'arrêtais en plein élan , la fixant durement avant de tirer la langue , souriant . Elle n'avait pas tort . Mais j'étais horriblement curieuse , et ça me perdrait tôt ou tard , ce tic enfantin qui en a déjà trahi plus d'un au-delà des limites de la vie . Discuter pour passer le temps , arpentant ces souterrains humides depuis quelques minutes qui passait déjà pour de longues heures ; non , la patience ne serait jamais mon amie apparemment .

- Dis-moi Sora ... As-tu au moins une méthode appliquée logique pour essayer de trouver ce que tu cherches au moins ?

Questionna Maika , visiblement un peu inquiète , mais qui cachait cette inquiétude derrière cet air soupçonneux .

- Au-cu-ne ma chère . Au feeling , j'ai jamais changé de méthode !

- Ben on est parties pour laisser nos squelettes ici alors ...


Soupira t-elle d'un air pessimiste à faire peur . Je troquais mon air faussement surpris et vexé contre un rieur et souriant , la décoiffant affectueusement , lui faisant comprendre qu'avec moi , il n'y avait pas de cul-de-sac sur le chemin de la vie , juste des obstacles tous surmontables ; ou plus couramment , une personne qui croit en l'impossible , quelque soit la situation .

- Il caille sec dites donc ...

Dis-je pour détourner un peu la conversation sans pour autant qu'elle s'arrête là , déjà que le temps me paraissait long mais alors là ... En même temps , mes deux compagnes étaient comme moi . Trempées jusqu'aux os . Mais j'y pense ! Quelle imbécile ! Je les attrape toutes deux , les colle à moi après m'être assise dans un coin de la grotte , faisant apparaître le feu dans ma main . Elles crient toutes deux de joie avant de me faire un énorme câlin , profitant de la chaleur de l'élément dans ma paume .

Je sentais mes paupières se fermer légèrement , je savais que je manquais atrocement de sommeil . Bah que risquais-je là-dedans ? Maika remarqua ce rabais de mes paupières et fit de même suivie de Saya-kan . Nous trouvâmes donc très vite le sommeil , toutes trois agglutinées en tas , espérant sans doute nous réchauffer , car j'ignorais comment faire la cheminée ambulante pendant mon sommeil .

-----------------------------------------------

Quand je me réveillais enfin , sans vraiment pouvoir dire combien de temps j'avais dormi , Maika et Saya' se frottait les yeux , ayant trop bougé alors qu'elles étaient contre moi , j'avais dût les réveiller . Alors que ma vue floue s'éclaircissait , je sursautais . Une petite créature fit un bond dans les airs ; une fée . Elle me zieutait depuis ... Je sais pas combien de temps et semblait , vu son regard , me trouver quelque chose de très anormal . Je me levais , m'époussetant , entendant une voix venir d'un autre couloir , un ton qui m'était inconnu .

- Lina ! Tu t'es encore fait la malle ! Qu'est-ce que que ces oiseaux-là ?!

- Je ne sais pas , ils étaient là quand ...

- Tututut , tais-toi donc et rentre vite ! Je m'en occupe !


La minuscule fée hocha la tête , volant vers le couloir où se trouvait une autre fée , qui vint bien vite devant mon nez . Un vieillard avec des ailes ... Vraiment pas commun . Il joignit ses petites mains , prenant un sourire faussement ravi .

- Excusez-moi créatures supérieures mais vous n'êtes pas sensées vous trouver en ces lieux sacrés ... Si vous le voulez bien , ayez la bonté de retourner d'où vous venez . Je vous en remercie d'avance !

Gné ? Qu'est-ce qu'il a le papi ? Il m'aime pas parce que je suis de la nouvelle génération , c'est ça ? Je comprenais rien à ce qu'il racontait de plus ... Saya-kan vient se nicher sur mon épaule , Maika à mes côtés , la renarde me glissant à l'oreille , sans discrétion apparemment , puisque le grand-père réagit aussitôt après :

- Qu'est-ce qu'il a le moustique ?

- Surveillez votre langage la bestiole !


Non mais et puis quoi encore ?! J'attrapais le minuscule insecte par les ailes , celui-ci se débattant vigoureusement , me faisant sourire telle la sadique que j'avais toujours été , prenant momentanément un air de comédien inspirant le je-m'en-foutiste abusif .

- On se calme le senior ailé ! Elle vous a rien fait et moi non plus ! Mais pour avoir lancé les hostilités avec autant de délicatesse , vous allez nous aider tiens !

- Et puis encore ?! Vous avez pas mal de culot vous ! Relâchez moi de suite !

- Taratatata ! Ce n'est pas un moustique qui va me faire la leçon , et vu la facilité avec laquelle je vous retiens , vous écrabouiller le sera d'autant plus , alors modérez vos paroles ... Donc , nous cherchons l'anneau de croissance , les p'tites fées et les énigmes qui vont avec . Pourriez-vous nous indiquer le chemin ?


Le papi ailé bougonna , baissa les bras , soupira bruyamment puis finit par me montrer le couloir de devant . J'hochais la tête , souriant à mes deux compagnes , leur faisant signe de me suivre . Pendant quelques minutes de marche , nous suivîmes toutes les trois avec attention les indications du grand-père qui soupirait à chaque phrase lâchée . Nous arrivâmes finalement plutôt vite , après un long tunnel sans autre issues , droit .

L'endroit était magnifique , éclairé , teinté de couleurs vives et joyeuses ; féérique quoi ... Presque à gerber . Je tirais la langue dans un mouvement de dégoût .

- Merci papi ! Mais une dernière chose ! Avant de me taper tous les sanctuaires gardés par tes congénères , tu serais gentil de me montrer le bon , que je me casse pas trop la tête ! Tu me dois bien ça !

- Et puis encore , vous ne manquez vraiment pas de culot ! Vous êtes v...


Le grognement agressif de Saya-kan qui montrait les dents et hérissait ses poils le fit frissonner de haut en bas , et il nous déigna tristement l'un des bâtiments , très semblable aux autres pourtant . Je fronçais les sourcils mais voulait me dire que sous le poids de la pression et des menaces , il n’avait pas menti . Je le lâchais donc en lançant un "merci" moqueur , arrivant devant un autre de ses insec... Fées , entendons-nous .

- Oh , je suppose que vous êtes là pour l'énigme ?

Questionna t-elle comme si c'était une évidence , repoussant ses longs cheveux bleus ... Aussi longs que mon index . J'affirmais son hypothèse , attendant qu'elle commence , me concentrant un peu .

- Bien . Soyez attentifs !

Elle toussa un peu , avant de tourner dans les airs et de lâcher enfin l'énigme :

- Je suis dans le ciel , différent et caché dans le cœur , au bout de la terre mais aussi dedans et je suis au extrémité de l'étoile , bien que surmonté d'un élégant couvre-chef , je suis ... ?

Je lâchais bien vite ma réponse ; trop simple sur ce coup-là . Elle m'envoya d'un claquement de doigt la bague qui tomba dans ma main . Je la tournais dans tous les sens , avant de la lancer en l'air , et de la rattraper d'une franche poigne , remerciant la fée d'un sourire . Une journée de plus au paradis des légendes et des rêves !


(+ 50 lignes ~)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 28 Nov 2012, 11:29

athan avançait, sous la protection du satellite naturel qui réfléchissait une douce lumière bleutée sous la voute étoilée. Il était arrivé ici par le plus grand des hasard, ou plutôt, le hasard avait du lui en vouloir pour l’emmener jusqu’ici ! Estimant qu’il avait assez trainé dans la rue commerçante - et aussi parce que les habitants commençaient à avoir des soupçons sur un suceur de sang qui rôdait dans les environs - Nathan avait décidé d’explorer un peu plus le monde, et il s’était alors rendu au port. Bien évidemment, il n’avait jamais pris le bateau et n’avait aucune idée de la façon dont fonctionnaient ces choses, mais il était certain qu’on pouvait l’emmener loin d’ici, et peut être qu’avec un peu de chance tout se passerait bien, et qu’il aurait même des réponses à ses questions … Bon, fallait pas rêver non plus, mais il attendait beaucoup de ce voyage, mais il en fut seulement malade !

ssis dans un coin de la cale, il tenta vainement de dormir, seulement tourmenté par le tangage incessant du bateau. Il ne savait pas qu’un truc aussi gros pouvait secouer autant, mais il le retiendrait à présent ! Une fois parti dans ses songes, l’enfant dormit comme un bébé pendant des heures et se réveilla au crépuscule suivant, apparemment arrivé à destination. Profitant du bazar que faisaient les ouvriers pour décharger les caisses, il se hâta de quitter l’appareil avant de se faire attraper, puis il marcha un peu dans les rues de la ville qui était plutôt calme. La faim le tiraillant un peu, et ne sachant pas trop se servir de sa gourde magique - qui avait aussi un peu de mal à fournir du sang en quantité il fallait le dire - l’enfant se décida à partir pour une petite chasse. Bien évidemment, il préférait éviter faire du mal aux gens, mais pour lui cette notion était tout à fait relative et son ventre passait avant tout !

rouvant une personne seule, qui tiendrait sûrement debout même après avoir été ponctionnée de son sang, il ne tarda pas à jouer ce qu’il savait faire de mieux : l’enfant ! Se contentant de montrer son angoisse et sa peine, une certaine empathie était aussitôt née chez la future victime qui n’y vit que du feu et aida le bambin, qui une fois dans les bras de son repas l’hypnotisa d’un regard et l’incita à trouver un coin calme pour manger à l’abri de toute distraction. Une fois sa soif satisfaite et la victime bien affaiblie, il essuya la plaie et l’incita à rentrer chez elle, et c’est en descendant de son piédestal qu’il fit tomber une fiche de la poche de ladite personne. Etonné, il se saisit du papier et retint la dame qui lui lu ce qu’il y avait marqué sur le parchemin et ce qu’il y avait à la clé.


- Pour de vrai ?!

ais puisqu’on le lui disait ! Alors comme ça il était possible de ne plus être un enfant … Pour toujours ? Une vague d’espoir envahit son corps et traversa son visage qui s’illumina presque aussitôt. Laissant son repas repartir chez lui, il se hâta de se rendre jusqu’aux cascades cristallines, mais ce qu’il ignorait, c’était que l’endroit était … Loin ! Marchant une partie de la nuit, et demandant régulièrement son chemin pour ne pas se perdre, il parvint à arriver à destination avant l’aube, mais juste avant ! Trouvant un coin d’ombre dans une ruelle tandis que le soleil se levait, il matérialisa le confort minimum pour une bonne journée de sommeil et s’endormit, bien crevé par la longue marche qu’il avait faite. N’étant pour une fois pas troublé tandis qu’il roupillait, il se réveilla à la nuit suivante et reprit son chemin comme si de rien n’était.

rrivant devant les cascades, le petit être fut émerveillé par le spectacle qui s’offrit à ses yeux et il en resta pantois pendant plusieurs minutes. Pensant alors que vérifier sous chacune des cascades serait très dur, il pensa fort - mais alors très fort - à une solution pour passer sous les cascades sans difficulté, et sans être trempé … Jusqu’à ce qu’un parapluie apparaisse dans sa main ! Oui, il aurait pu essayer de dévier le cours des chutes d’eau, créer des arcades piles sous les cascades pour dévier tout ce qu’il y avait comme eau, mais un parapluie, c’était très bien aussi ! Serrant l’objet lorsqu’il devait passer sous chacune des chutes, il fut d’abord déçu que les premières ne donnent rien d’intéressant, puis au bout d’une petit heure à grimper un peu partout, il trouva enfin quelque chose, ou plutôt l’absence de pierres derrière la chute dut la réponse à ses soucis !

l arriva alors dans un grand et beau jardin et se fit presque agresser par une horde de petits êtres qui lui volaient tout autour de la tête. Ayant un peu peur de ce que ces créatures étaient et lui voulaient, il se recroquevilla au sol et se mit à dire pleins de mots pour se rassurer, en venant à parler d’un anneau magique et tout ce qui s’y attelait, ce qui intéressa les fées qui cessèrent de le harceler. L’une d’elles se tint alors devant lui et vint jusqu’à son oreille pour lui susurrer :


- On veut bien te laisser tranquille, mais seulement si tu sais répondre à cette énigme !

- Même en marchant vers lui, on ne peut l’atteindre …


ogitant pendant plusieurs minutes, le vampire réfléchit longuement, jusqu’à ce que les fées s’impatientent et redeviennent bruyantes. Envisageant de fuir le plus loin possible, il se souvint qu’il essayait parfois d’atteindre la ligne magique entre le ciel et la terre et il aspira tout l’air jusqu’à ce que ses poumons soient pleins, mais il ne parvint pas à aligner le bon mot, car il ne savait pas comment cela s’appelait !

- Heu … Le truc entre le ciel et la terre … Je … Je sais pas son nom, mais je suis sûr que c’est ça !!!

- Oh mon dieu, quel boulet ce mioche ! Bon, on va dire que c’est ça hein ! Et pour info, c’est l’horizon !

on, au moins il se coucherait moins idiot le jour suivant ! Ecoutant à la lettre les dires de la fée, Nathan prit assez mal le fait qu’on le considère comme un idiot et il trouva facilement la solution à la prochaine colle. Après tout, pourquoi chercher et risquer de se tromper quand on pouvait demander la réponse à la question … Et puis l’hypnose, c’était pas de la triche car les règles ne l’interdisait pas ! Demandant poliment qu’on lui donne l’anneau, la fée sous hypnose ne tarda pas à lui obéir et tout content, il le mit à son doigt en pensant à être plus grand … Et il le devint ! Surpris par le nouveau point de vue qu’il avait - le sol était tout de même plus loin - il constata que ses habits étaient un peu serrés et pensa à de nouveaux, qui se substituèrent immédiatement aux anciens. Remerciaient les fées - un peu médusées par la méthode employée pour que Nathan arrive à ses fins - il repartit alors, marchant bien plus rapidement qu’à l’accoutumée et fier de son coup, même s’il ignorait quelle tête il avait sous cette nouvelle forme, mais bon ça, il verrait plus tard !

[ HRP : Presque 70 lignes ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 09 Déc 2012, 13:14

" Alors la,non ! "

Un cri venait de résonner dans la forêt,où tout du moins dans le jardin ou les deux fées vivaient ensemble. Les animaux du coin virent admirer ce qui se passait,curieux et impatients,à l'affut d'une bagarre pour occuper leurs vies monotones, mais ils repartirent assez vite déçus. Tous les jours c'était la même chose. Mickael faisait encore des siennes et énervait sa congénère une fois de plus. Ils se tournèrent tous vers lui,l'air de lui reprocher quelque chose,comme si le cri de la fée les avaient sorti brutalement du sommeil.

Il haussa les épaules,désespéré par leurs réactions. Elle lui refusait toujours tout et il devait faire le bon toutou à sa maman. Le fé ne sut plus quoi faire et opta pour la solution du romantisme. Il semblait qu'il commençait à deviner l'importance des sentiments que lui portait sa chère et tendre fée. Il lui prit la main et se mit à genoux comme s'il allait lui demander sa main, marmonnant des "s'il te plait" par milliers, avec des yeux de chien battu pour l'attendrir. Elle plongea son regard dans le sien, sentit l'amour emplir son coeur mais retira brutalement sa main, tapa un coup par terre avec ses maigres bras et s'en alla après un beau " pff! " de colère.

Oh,cette technique ne fonctionnerait pas toujours,il devait en trouver une autre. Elise venait encore de lui refuser une sortie tous les deux. Malgré ses nombreux refus,il avait toujours réussi à la faire changer d'avis,cette fois ci,ça s'annonçait plus dur que prévu. Il voulait juste aller se balader dans la ville,la dernière fois elle avait survécu non? Il soupira. Elle ne changerait donc jamais. Et le pire,c'est que tout ce qu'il pensait au moment là,elle le savait.

Elle pouvait lire dans les pensées des gens. Pour lui qui est un grand commère - pour un garçon,chose assez étrange -, rien n'avait plus de secrets auprès d'Elise,elle dévoilait sa vie en un battement de cil. Quelle idée de s'enticher d'une congénère pareille! Tout les opposait. Absolument tout. Malgré leur dispute,il savait qu'elle ne possédait pas la force nécessaire pour lui en vouloir. Il se rapprocha d'elle et la prit dans ses bras doucement. Elle se laissa charmer et se colla contre lui,plongeant sa tête dans le creux de son cou. Il la souleva alors facilement et la rendit prisonnière de son étreinte.

" Mickael,je vous ordonne de me lâcher immédiatement! "
" Le jour où tu arrêteras de me vouvoyer peut être! "

Il se mit à rire de la fée qui restait impuissante face à lui. Elle avait beau être plus âgée, Mickael restait le plus malin des deux. Il la porta et s'envola jusqu'à la ville,abandonnant son jardin pour la journée. Il saurait se débrouiller seul. Même en hiver,il allait pouvoir survivre, ce n'était pas la première fois qu'il ne s'en occupait pas.

Pour une fée, ne pas s'occuper de son jardin était un comble,mais pas pour lui. Elise en prenait toujours soin à sa place,trop fainéant pour le faire lui-même,mais surtout,il ne savait pas prendre soin de quelque chose. On lui confiait un vase,dans la minute on le retrouvait brisé. On lui confiait un document important, dans la minute on le retrouvait déchiré. On lui confiait un coeur, dans la minute il le brisait. La fée s'en sentait l'exemple même.

Il n'était pas quelqu'un de très responsable. Gentil et serviable,mais pas responsable. Il fuyait les responsabilités comme la peste,qui sait si un jour il aurait le courage d'élever un enfant..il se serait enfui avant même que sa femme ne lui annonce. Pendant qu'il volait, Elise lui tapait dans le dos,hurlant de la laisser tranquille. Comme on dit,l'espoir fait vivre! La laisser tomber dans la neige en pleine forêt? Oh,si elle voulait se retrouver perdue sans Mickael à ses cotés, c'était son problème.

Il leur fallut un peu plus de trente minutes pour arriver en ville. Trente minutes où la fée n'avait cessé à aucun moment d'hurler, mais quelque chose frappa le fé. La peau de sa congénère semblait congelée,trop froide pour être réelle. Il se mit à craindre l'hypothermie,retira sa propre veste et lui posa sur le dos afin qu'elle se réchauffe. Ils n'étaient plus très loin du but.

Elle commença à lui hurler dessus, vexée par son comportement qui,une fois de plus,allait leur causer des soucis. Bien sur,elle exagérait. Ce caractère vieux jeu tapait sur le système du fé, habitué à courir partout et à chercher l'aventure n'importe où. Il s'aventura alors dans la ville,laissant Elise là ou elle était. Si elle voulait rentrer,elle le pouvait. Oh,suis-je bête,elle ne connaissait pas le chemin..

La fée le rejoignit à contre-coeur, brûlant de lui mettre une gifle et de le voir se repentir de ses actes,d'une manière où d'une autre. Il avait même osé tenter de la séduire pour parvenir à ses fins. Quel goujat! Quel acte absolument ignoble de la part d'un être pourtant féerique.. Elle lui prit alors le bras afin qu'il n'ait pas trop froid non plus,sa veste sur le dos,son attention ayant néanmoins chamboulé les sentiments de sa compagne dont la colère s'estompait au fil du temps qui passait,au ralenti.

Une jeune femme interpella les deux fées qui se précipitaient vers une auberge,dans l'espoir de trouver quelque chose à faire,mais l'aventure semblait venir à eux comme si elle vait deviné leur envie de bouger. Du moins,l'envie du fé,qui n'était toujours pas partagée par Elise. Elle l'attrapa alors par la manche pour le faire reculer quand cette femme d'une taille considérable par rapport à la leur s'approchait d'eux. Elle ne le sentait pas vraiment bien.

Mickael ne lui obéit alors pas, ce qui ne la surprit pas vraiment. Elle écouta ce que la demoiselle avait à leur dire. Une bague permettant d’accélérer la croissance.. pour lui qui avait toujours voulu paraître plus vieux,ne serait-ce que le temps d'un petit évenement, cet objet l'intéressait! Il se renseigna alors sur l'endroit où le trouver. Aux cascades cristallines. Ca tombait bien,ils n'avaient jamais visité cet endroit. Ils se regardèrent tous deux,souriant.

[EN COURS!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 04 Jan 2013, 16:43

~ Shiro survola le bassin peu profond qu'ils devaient traverser. Kuro la suivait de près car la demoiselle semblait enthousiaste, au point d'oublier qu'il était là à marcher, de l'eau jusqu'au mollet. De temps à autres, une goutte d'eau venait faire un bruit aquatique et onduler gracieusement le liquide transparent. Le Démon leva la tête vers le plafond troué qui les dominait. Pourquoi l'Ombre s'acharnait-elle à chercher un objet pour vieillir, n'était-elle pas contente de sa vie éternelle ? Il soupira tout en se laissant absorber par la pureté du ciel. Soudain, le jeune homme glissa et se rattrapa de justesse. Il s'agrippa avec force à un pilier humide pour éviter de perdre davantage l'équilibre. La demoiselle fut surprise et se retourna, alertée par le bruit. Elle vit son ami tenir le pilier et éclata de rire avant de dire,

"Eh ben ! On avait la tête ailleurs et on a glissé ? Sacré Kuro, tu fais un drôle de numéro, toi qui d'habitude à toujours la tête sur les épaules"

Elle continuait de pouffer haut et fort de son compagnon qui la regarda d'un air lasse. Cela arrivait à tout le monde déraper maladroitement sur une surface douteusement glissante. Il se ressaisit et reprit calmement sa marche, oubliant les rires de son amie qui s'en remettait à peine. La demoiselle essuya une larme de joie à son oeil et reprit elle aussi la route. Après la visite chez le Blue Chaman, les voilà en route pour découvrir et obtenir un nouvel objet. Une vieille dame lui avait dit que, derrière les cascades cristallines était caché un fabuleux trésor. Son pouvoir ? Faire vieillir quiconque sans pour autant perdre la vigueur et l'ardeur de la jeunesse. Surprenant, non ? On l'appelait l'anneau de croissance et c'était la raison de la venue des deux voyageurs en ce lieu limpide. Ce n'était qu'une escale dans le périple que la jeune fille avait commencé, celui de récolter toutes ses facultés d'Ombre en véritable pouvoir. Les terres du Yin et du Yang ne leur avait pas encore dévoilé toutes leurs surprises et, sûrement qu'il leur en restait bien d'autres à percer. La vie, sur ces terres, n'est qu'un voyage, chaque jour une aventure fabuleuse. Demain est un autre jour, là c'était le cas de le dire.

La petite fille attendit que son ami escalade la petite pente humide pour avancer de nouveau. La dame leur avait aussi dit que l'anneau était bien caché, apparemment, des Fées veillaient sur ce dernier. Le nom de cette race avait fait frémir Kuro, il n'avait pas revu des Fées depuis longtemps certainement, peut-être depuis sa rencontre avec Isabelle... Shiro se le demandait encore. Quoi qu'il en soit, celles-ci leur poserait des énigmes à résoudre et, une fois cela fait, ils pourraient trouver l'anneau. Et maintenant, les deux amis s'étaient arrêtés devant l'une des cascades, Shiro trouvant celle-ci suspect. Elle s'approcha d'elle. Le courant devait être très fort, car elle se ferait écraser à coup sûr. Elle soupira avant de balayer l'endroit du regard. Brusquement, elle eu une idée à la vue d'un rocher. Elle sourit et fila rapidement vers la grosse pierre. Kuro se poussa vivement pour laisser le passage à Shiro. Il releva un sourcil, se demandant ce que son amie cherchait à faire. Elle s'arrêta devant la roche et, grâce à sa télékinésie, elle souleva le gros caillou. Puis, elle lévita rapidement, le caillou à sa suite. Kuro se baissa pour éviter de se faire taper par le rocher. La demoiselle se planta devant la chute d'eau et dit à l'attention de Kuro,


"Regarde Kuro, je vais fendre l'eau avec ce rocher ! Comme je ne contrôle pas l'eau, je peux au mins couper ce courant avec un objet et grâce à ma télékinésie. Par contre, comme la chute est puissante et que je vais devoir redoubler d'effort, ça serait bien que tu te dépêche pour passer Kuro"

Elle tourna sa tête dans sa direction. Le Démon affirma d'un signe de la tête qu'il avait compris. La petite Ombre sourit avant de se concentrer à nouveau sur la cascade. Elle passa le rocher qui scinda l'eau en deux parties. A peine eu-t-elle passé le rocher que Kuro passa laissant ensuite de l'espace pour que Shiro puisse venir. Celle-ci passa rapidement avant de repousser le caillou et de le poser. Finalement, cela ne lui avait pas demandé tant d'effort que ça, ce qui prouvait au moins qu'elle avait sacrément progressé depuis son élévation au rang de Passeuse et surtout, que sa télékinésie ne faisait plus qu'un avec elle. Kuro sourit, il était content de voir son amie avec autant de force, à quoi servait-il maintenant ? Plus à grand chose en tout cas, c'était presque à se demander si ce n'était pas Shiro qui protégeait Kuro et non l'inverse. Shiro c'était mise en route pendant les réflexions intérieures de Kuro et avait bien remarqué que celui-ci ne suivait pas. Elle se tourna vers lui et rebroussa chemin. Elle posa sa main doucement sur l'épaule de son ami qui sursauta, tout en déclarant,

"Quelque chose ne va pas Kuro ? Depuis qu'on a commencé notre périple tu sembles bien triste... Bon d'accord, la descente en Enfer, c'était peut-être pas une bonne idée, mais on a quand même trouvé ce qu'on cherchait, non ? C'est le plus important"

Kuro se tourna par réflexe vers Shiro qui venait de le surprendre. Il baissa son regard pendant que Shiro terminait sa phrase. Que pouvait-il bien lui répondre à nouveau ? Il balaya le sol du regard avant de releva la tête et de dire,

"Oui, c'est le plus important. Tu as raison, je devrais pas faire cette tronche d'enterrement, mais tu sais, j'peux pas m'empêcher de penser à Isabelle dès qu'on parle de l'Enfer ou de Fée... Elle me manque tu sais, beaucoup... Je... Je regrette tellement ce que j'ai fait aujourd'hui"

Kuro baissa à nouveau la tête. Shiro n'avait pas voulu réveiller les souvenirs douloureux de son ami et voilà que celui-ci se morfondait encore une fois sur son sort. Elle soupira, ne sachant que dire. Elle essaya de corriger sa faute,

"C'est pas ce que je voulais dire Kuro. Le passé c'est le passé, faut voir de l'avant maintenant, je suis sûre qu'un jour, tu la reverras. Et je suis certaine que, malgré ce que tu as fait, elle t'aime toujours, crois moi"

Elle lui adressa un sourire qui se voulait réconfortant. Le jeune homme observa Shiro un court instant avant d'acquiescer. C'est vrai, s'il s'apitoyait sur son sort, il ne pourrait rien changé, mais en même temps, c'était une douleur tellement intense, un souvenir, un acte, une fraction de seconde trop dur à oublier et à réparer selon lui. Ils reprirent finalement leur marche en direction du petit village et son jardin où ils devaient trouver l'anneau magique qui lui permettrait d'accélérer sa croissance. Quoi de plus génial quand on était coincé dans le corps d'une petite fille à vie ! Au bout de quelques minutes tranquilles de marche, une lumière commença à apparaître au bout du chemin. Ils venaient de trouver l'entrée du jardin et de ses bâtiments ! Ils débouchèrent tels deux explorateurs dans le nouvel endroit. C'était un jardin calme, paisible et parfumé de milliers d'odeurs différentes qui chatouillaient le nez, surtout celui de l'Ombre. Un large sourire se dessina quand elle vit se spectacle. Elle s'approcha d'une rose qu'elle huma et apprécia, les fleurs étaient vraiment très belles ici. Shiro fit une remarque,

"Trop belle ! Je vais faire en sorte d'avoir les mêmes fleurs et les mêmes arbres dans le jardin animalier, comme ça, d'autres espèces pourront venir se reposer"

Elle rigola et sauta de joie. Kuro sourit discrètement à sa joie enfantine et observa le lieu. Il ressemblait un peu à la rivière fleurie où il avait rencontré pour la première fois sa bien-aimée. Soudainement, une sorte d'éclair attira son attention. Il comprit que cela devait très probablement être une Fée. Il déclara à Shiro qui sentait toutes les fleurs possibles,

"Shiro, je crois qu'une Fée est passée par là. On devrait sûrement aller voir ces bâtiments, je pense qu'ils ont la clé de ce que nous cherchons"

L'Ombre se tourna vers son interlocuteur et acquiesça tout en se retournant ensuite vers les bâtiments féeriques. Ils se dirigèrent donc vers les édifices de petites tailles, mais plus grand que celle d'une Fée à son habitude. Pour Shiro, pourrait facilement entrer tandis que Kuro devrait certainement se baisser pour passer et se déplacer. Elle toqua gentiment à l'une des porte et une Fée de taille moyenne vint lui ouvrir avec un sourire. Elle découvrit que la petite demoiselle qui venait de frapper était une Ombre et leva la tête pour voir un Démon à sa suite. Son sourire ne s'effaça pas le moins du monde en voyant le jeune homme et, au contraire, engagea la conversation,

"Bonjour voyageurs. Vous devez être là pour l'anneau de croissance, je me trompe ? Bien, il se trouve derrière cette porte, mais, avant toute chose, vous devez répondre juste à l'énigme suivante pour entrée : qu'est-ce qui est jaune, sent bon et bouge au gré du vent ?"

La demoiselle mit en marche ses cellules grises et se gratta le crâne. Kuro releva un sourcil et réfléchit avec elle. Il savait bien que souvent, les énigmes des Fées n'étaient pas bien dures, bien que cela dépendait de la personne. Il observa le jardin, cherchant un indice dans ce dernier. La réponse lui paru forcément venir de cet endroit fleuri. Il se répéta les mots mentalement et parcourut les fleurs avec attention. Brusquement, la réponse paru lui apparaître évidente et il le dit comme un automatisme,

"Une jonquille"

Shiro se retourna et la Fée sourit. L'Ombre suivit le regard de son ami qui se dirigeait vers une jonquille justement. La femme ailée rigola doucement avant de dire, d'un air joyeux,

"Et c'est une bonne réponse monsieur. Effectivement, il s'agit d'une jonquille, mes fleurs préférées, hi ! Bien, comme la réponse était juste, vous pouvez entrer maintenant. L'anneau se trouve dans une des salles du fonds"

Shiro sauta de joie encore une fois, ça y est, elle pouvait enfin pénétrer dans le lieu pour chercher l'anneau. Kuro fut sursauta légèrement en voyant son amie avancer et se pressa. Il salua en même temps la petite Fée. La Passeuse avait déjà vite filé vers la roche où se trouvait l'objet. Il la rattrapa à grands pas et se stoppa à ses côtés. La jeune fille saisit la bague, l'observa un court instant avant de l'enfiler à sa main droite, déclarant,

"Merci Kuro pour la réponse et aussi à cette gentille Fée. Maintenant, je vais pouvoir voir ce que cela fait, d'être une adolescente ou une adulte voir même un mémé... Tu n'aimerais pas toi Kuro ?"

Elle se tourna vers se dernier qui haussa aussitôt les épaules, comme-ci l'idée de vieillir lui déplaisait particulièrement. L'Ombre rigola, elle en tout cas, elle avait bien envie de voir ce que ça faisait d'être grand...
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

¤ Lieux octobre/novembre : L'accélérateur ¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Le naturel :: Terres d'émeraude-