Le Deal du moment : -41%
Moniteur 24″ pouces HP M24F FHD
Voir le deal
99 €

Partagez
 

 [A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11068
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Lun 27 Juin 2022, 04:43


Illustration - Olga Panfilova

Les Rayons dans les Arbres


Partenaire - Aramis Borghild [Ezechyel]
Intrigue - Mancinia va à la rencontre de Seryndë et Aramis dans le but d'établir une entende entre les Humains et les Ygdraë.



Soulevant quelques mèches de ses cheveux, une douce brise se levait ce matin, interrompant son observation depuis la fenêtre ouverte de sa chambre. Il faisait agréable, mais Mancinia ressentait le froid sur ses épaules dès qu'elle sortait du Désert. Ce n'était pas par crainte de tomber malade, uniquement par une habitude prise ces dernières semaines. Elle avait beau être régulièrement sur le territoire de Nylmord ou Haute-Terre, les températures chaudes lui convenaient mieux. Dans un soupir, elle quittait sa position pour se retourner vers sa fille qui lisait un livre. Plus exactement, Sif observait les images avec une concentration propre aux enfants, fronçant de temps en temps les sourcils, ou les rehaussant sous la soudaine surprise. Ça l'amusait toujours d'observer de telles réactions chez ses enfants. Quelle histoire pouvait-elle bien se raconter à partir de ces colorations sur papier ? Sa cadette grandissait et les signes de son acceptation chez les Humains étaient plus visibles, personne n'aurait osé la rejeter pour sa différence raciale, si on prenait en considération ses parents et tout ce qu'ils avaient accomplis, au contraire, on voyait cette adoption comme une chance. Si un Dieu lui avait confié sa garde avant de les nommer Prophètes, c'était alors là un signe du Destin. Peut-être devait-elle voir dans la Bénédiction donné à l'Ygdraë lors du Festival comme faisant partie de ce vaste cycle ?

Marquise, vous êtes réveillée ?
Entre, Monika.

La Magicienne entrait, attirant toute suite l'attention de la rouquine qui voulait lui accorder son câlin matinal, auquel la jeune femme céda volontiers. Maude étant assez occupée dans son travail pour pleinement accueillir son amie de longue date, la Camériste avait effectuée le trajet en leur compagnie, exceptionnellement. Cela lui permettait de promener Sif dans les rues sans importuner les habitants, en plus de garder un oeil sur elle en toute confiance. Astriid était actuellement absente, mais sa venue avait été soudaine et son voyage, avec celui de ses collègues, s'était raccourci avec l'aide des Anges. Mancinia en venait à regretter de ne pas manipuler la téléportation, surtout qu'elle y était bien plus habituée que ses homologues qui avaient mis une ou deux heures à s'en remettre, au moins pour faciliter ses déplacements et tout ce qu'elle entreprenait. Neah lui servait de chauffeur, mais lui le voyait comme un entraînement, peaufinant sa précision. Son coeur se serrait, il lui manquait. L'Imprévisible avait évité une rupture diplomatique avec les Anges avec son aide, en y repensant, cela avait été la première étape d'une suite logique. En devenant Marquise, elle avait réussi à nouer des liens entre les Humains et les Magiciens de manière bien plus visible que leur territoire secret. En agissant en son âme et conscience pour venir en aide aux Filles de Maëlith enlevées, cela lui avait valu d'être l'instigatrice d'une entende entre les Orines et les siens. Maintenant, on lui remettait officiellement la charge des négociations avec les Ygdraë et, lorsque les Sorciers l'auraient décidé, elle irait récupérer les siens sur leurs terres ... parce qu'elle avait réussi à mettre sa foutue rancoeur de côté pour discuter avec le Duc Windsor. Ça faisait énormément, même pour elle, mais bon ... Elle le voulait, ce rôle d'Ambassadrice. Le meilleur moyen pour les Humains de sortir de leur isolement, après avoir tant agis pour l'économie et l'amélioration de la vie des citoyens, c'était la suite de son chemin vers le sommet.

J'ai encore un peu de temps avant ma réunion. Et si nous mangions un peu ?

Un bon morceau de pain beurré lui faisait vraiment envie, en cet instant. En descendant les marches, le tenancier les saluait tandis qu'il nettoyait son comptoir en prenant en compte sa demande. Ce dernier avait presque cru devoir refuser de la loger, de crainte que la clientèle ne lui fasse défaut durant l'intégralité de son séjour, mais elle avait devancée ses pensées en louant toute son auberge pour les Humains. Ils avaient au moins réussi à trouver cet arrangement, puisque ce serait mal vu de la chasser, même poliment. Sif se mis à babiller dans son langage propre, disant quelques mots de commun entre deux vocables incompréhensibles, alors que Mancinia tenait sa petite main pour l'aider à se tenir debout sans tomber, même si la petite essayait de saisir les pans de sa robe bleue. L'Ygdraë marchait un peu ... là où sa soeur aînée était encore paresseuse. Ça commençait à inquiéter l'Humaine, même si son âme de doctoresse lui rappelait que ce n'était pas spécifiquement problématique. Souriante, elle posait ensuite sa fille sur ses cuisses pour manger en sa compagnie.

Prophétesse ?

Mancinia se retournait vers la détentrice de cette voix. Sa haute taille, ses longs cheveux sombres cascadant sur le côté droit de son visage et de grands yeux bleus perçants ne laissaient aucun doute sur sa nature de combattante, même en dehors de son maintien ou de sa tenue, cela se ressentait.

Je suis Elhain, se présenta la Sylvestre en s'inclinant. J'ai été ordonnée pour vous conduire auprès de la Dagmar Borghild.

Comprenant qu'il était l'heure de son rendez-vous, Mancinia remis sa fille aux bons soins de Monika, non sans manquer l'oeillade de l'Ygdraë à l'encontre de l'enfant. Était-elle en train de se dire qu'elle avait l'air de bien s'en occuper, mine de rien ? Tandis que ses partenaires l'accompagneraient, alors Mancinia se retournait vers Elhain.

Nous vous suivons.
Vous n'avez pas d'escorte ?
Non.

La Soldate aux longues oreilles prit un air étonné devant son sourire, mais elle le gommait rapidement. Cela devait paraître étrange qu'une dignitaire étrangère ne soit pas militairement accompagnée, mais les Humains étaient des Soldats. Ils savaient se défendre seuls. À l'extérieur, les rayons solaires réchauffaient la peau de ses bras dénudés ; il était rare de la voir en robe en dehors des événements officiels se tenant en intérieur, favorisant les pantalons en extérieur, mais cette rencontre ferait exception. Son regard dérivait sur les côtés, tant elle sentait des regards sur eux. Présente depuis quelques jours avec le reste de la délégation, personne ne pouvait la manquer au sein de la bourgade ; la seule Humaine avec un Ma'Ahid aussi dérangeant tout en étant prestigieuse, c'était elle. Ils ne devaient pas être totalement d'accord qu'elle eut adopté une des leurs ... mais personne ne le lui dirait directement. À une époque, elle aurait fui ou, honteuse, elle aurait évité quoi que ce soit, maintenant, elle soutenait les regards et les autres baissaient les yeux. La présence de leur guide était salutaire devant les artères étrangères, si Mancinia avait connu Earudien, ce nouveau territoire lui était étranger. Prenant la direction d'un parc ravissant, surplombant l'étendue d'eau environnante et éloigné du tumulte ambiant - certainement réservé au travail diplomatique - l'Humaine observait les environs tout en suivant la marche imposée par la Sylvestre. Milhë était une région verdoyante et, invariablement, à ses yeux habitués à un climat aride, de temps à autre tempéré, cela détonnait. Ce n'était pas la même végétation confuse et agressive de Taelora, inspirant ici le paisible et la beauté, surtout aussi proche de l'eau ... ce qui leur faisait tant défaut.

D'un autre côté, la tension nouait son corps devant l'ampleur de la tâche. Son interlocutrice serait Seryndë Borghild. Mancinia ne savait pas si l'idée l'emballait ou si elle devait craindre cette entrevue, mais dans tous les cas, elle avait hâte de faire sa rencontre. On ne tarissait pas les éloges sur son travail au-delà des frontières et ce, quel qu'il soit. Elles géraient toutes deux un vaste patrimoine, avec la même volonté de faire progresser les choses. Que pouvait-il mal se passer ? Normalement, rien. Ce fût d'ailleurs elle qui l'accueillit, alors que certains Ygdraë aux alentours avaient les traits tirés. Son Ma'Ahid, bien qu'amoindri dans cet environnement magique, ne pouvait que causer des troubles. Mancinia sourit, ancrant son regard dans celui de sa future interlocutrice, avant de s'incliner légèrement.

Dame Borghild. C'est un honneur de vous rencontrer.

Post I - 1310 mots


[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 814
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Lun 01 Aoû 2022, 18:06

[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Ire-az10
Image : Image : Artiste inconnu
Les rayons dans les arbres



Armé d'un peigne aux dents serrés, l'Ygdraë s'appliquait à dompter les mèches rebelles de sa chevelure qui pendaient au-dessus de ses yeux. Il y a quelques mois à peine, il se serait simplement tressé les cheveux pour échapper à l’irritation de mener une bataille perdue d’avance, mais à présent, il n’en avait plus l’option. Lorsqu’il avait pris la décision de se couper les cheveux, il avait été loin de s’imaginer qu’il puisse éprouver autant de difficulté à se coiffer. Pourtant, il était bien là, à se débattre contre une tignasse qui refusait de se laisser vaincre, en dépit de toute la vigueur qu’il répartissait dans ses mouvements. Dans un soupir de résignation, Aramis s’affala contre le dossier de sa chaise, ouvrant brusquement les doigts pour libérer le peigne de son emprise. L’objet rebondit sur le bois de la coiffeuse en produisant un bruit sourd qui attira involontairement les prunelles de l’Elfe en direction du miroir. Dès qu’il croisa l’image de son reflet, ses lèvres se retroussèrent pour former une grimace. Depuis qu’il avait échappé de justesse à l’attaque d’un Goled, il n’avait jamais regretté s’être débarrassé de quelques centimètres de cheveux, se confortant à l’idée qu’un ennemi n’aurait plus l’opportunité de prendre avantage de leur longueur afin de le conduire à sa perte. Or, sa conviction d’avoir fait le bon choix ne s’était jamais ébranlée, précisément parce qu’il savait pertinemment que la Magie pouvait toujours l’aider à dissimuler sa cicatrice. Il n’aurait jamais pu anticiper que sa mère puisse l’approcher avec une proposition aussi inattendue que celle de rencontrer la Matasif Leenhardt pour discuter d'une potentielle alliance entre leur peuple et les Humains. S'il avait su qu'une telle invitation aurait pu lui être tendue dans le futur, il se serait probablement abstenu de se couper les cheveux. Il aurait pu s'en servir afin de camoufler – en partie – les marques de brûlure qui ternissaient sa peau. À quoi Seryndë avait-elle pu penser en l'invitant à se joindre à la table des négociations? Était-ce en raison du titre honorifique que les Enfants de Sympan lui avait octroyé durant son séjour à Utopia? Croyait-elle que sa présence lui permettrait de faire pencher les discussions en leur faveur? Secouant la tête, le Cyraliel se détourna de son reflet. Bien qu'un lien de sang les unît l'un à l'autre, l'esprit de la Dagmar Borghild lui demeurait impénétrable. Elle savait pourtant qu'il n'avait jamais été à l'aise de montrer sa balafre à des inconnus. Certes, la Marquise était reconnue à travers le monde entier, mais cela ne changerait rien au fait qu'il allait la rencontrer en personne pour la toute première fois. Outre les histoires et les rumeurs qu'il avait entendu à son sujet, il connaissait peu de choses sur la Fille du Soleil et, à vrai dire, il n'avait jamais vraiment pris la peine d'en savoir davantage sur elle. Une erreur visiblement, puisqu'il s'apprêtait à s'asseoir à la même table qu'elle afin de négocier une entente entre leurs nations respectives. Et pourtant, même en sachant cela, la Conseillère l'avait personnellement contacté pour venir assister à cet échange diplomatique. Malgré ses réserves, Aramis n'avait pas eu d'autre choix que d'abdiquer à sa demande. Bien qu'il occupât ses fonctions d'ambassadeur depuis plusieurs mois, il restait un novice dans la sphère du métier. Décliner l'invitation d'une Dagmar aurait été perçu comme un signe d'arrogance et de suffisance, un affront envers l'ordre établi et leurs convenances. S'il avait eu la liberté de choisir, il aurait assurément refusé d'accompagner sa congénère à cette rencontre. Il comprenait le raisonnement qui avait cheminé dans son esprit afin de le désigner, lui, plutôt qu'un autre, mais d'un autre côté, il lui en voulait de l'avoir fait, simplement parce qu'il ne portait pas les Humains dans son cœur. Il aurait été plus qu'enchanté de participer à des négociations avec des Anges, des Faes et même des Evershas, mais des Humains... L'Ygdraë était conscient de la réputation que Mancinia Leenhardt s'était forgée au fil des ères, mais malheureusement, il lui était difficile de se défaire de ses préjugés.

« Aramis? » Dans un ondoiement de tissus carminés, Seryndë apparut sous l'encadrement de la porte. L'Elfe était vêtue d'une longue robe au décolleté plongeant, ceinturée par une bande de tissu argentée ornée de motifs complexes, mais élégants. Ses cheveux, parés de quelques ornements platines, étaient noués en tresse sophistiquée qu'elle avait rabattue sur son épaule gauche. Silencieux, Aramis ajusta machinalement le col de son veston, glissa un dernier regard en direction du miroir, puis rejoignit la Dagmar qui l'attendait de pieds fermes à l'entrée de sa chambre. « Je suis prêt. » souffla-t-il en plongeant l'azur de ses yeux dans l'émeraude des siens. « Bien. Nous partirons dans cinq minutes. » Ce furent les derniers mots qu'ils s'échangèrent avant de quitter le domaine.



Seryndë accueillit l'Humaine en se munissant d'un sourire posé. À l'image de son invitée, elle prononça quelques mots de salutations afin d'alimenter l'échange, sans toutefois accompagner la marque de courtoisie d'une révérence solennelle. L'étiquette sylvestre la prévenait de courber la tête devant une étrangère dont le rang n’équivalait pas le sien dans la hiérarchie de son peuple. Cette pratique, qui avait vu le jour au début de l'Ère de la Conciliation, s'était depuis lors intégrée dans la coutume ygdraëenne à la volonté, bien entendu, des Cyraliels. Néanmoins, pour les représentants officiels dont le statut était inférieur à celui d'un diplomate étranger, les règles étaient différentes. Naturellement, ils ne pouvaient se prévaloir des mêmes droits et privilèges que l'Yggdrasil et les Dagmars. C'est pourquoi, en présence d'une personnalité publique qui leur était hiérarchiquement supérieure, ils étaient dans l’obligation de s’incliner. Et tel un enfant obéissant, Aramis fit exactement ce qu'on attendait de lui dès qu'il parvint à la hauteur de la Matasif : il pencha légèrement le buste vers l’avant pour effectuer une révérence. « C'est un plaisir de vous accueillir sur nos terres, Dame Leenhardt. » reprit tranquillement la sylvestre sans se départir de sa mine chaleureuse. « Comment appréciez-vous votre séjour? » Malgré le supplice que le Ma'Ahid faisait peser sur elle, l'Elfe n'en laissait paraître aucun signe. Pas un seul froncement ou pli disgracieux pour venir trahir son affaiblissement : son faciès restait parfaitement lisse et naturel, contrairement au reste de son entourage qui affichait, pour la plupart, des rictus pincés. Bien que sa puissance magique fût dérisoire en comparaison de sa mère, Aramis subissait lui aussi les contrecoups de l'anti-magie, quoiqu'à un moindre degré. Pourtant, le peu qu'il ressentait suffisait à lui faire grincer les dents. Il pouvait à peine s'imaginer la résilience dont la Dagmar devait faire preuve pour garder la face auprès de l'ambassadrice en se maintenant à proximité de cette dernière.

« Asseyez-vous, je vous en prie. » lui dit-elle après l'avoir invitée à pénétrer dans le lieu du rendez-vous – un grand pavillon aux tons cristallins dans lequel des fauteuils et une table nappée, agencés aux couleurs du bâtiment, avaient été installés. L'Ygdraë attendit patiemment que son fils et l'Humaine aient pris place sur leur siège respectif avant de s'asseoir à son tour, puis ordonna à un Soldat de remplir leurs verres avec l'eau contenue dans la carafe posée sur la table. « Avant de commencer, permettez-moi de vous présenter mon collègue. » Elle ouvrit la main en direction du Cyraliel. « Voici Sire Aramis Borghild. Il a récemment été promu ambassadeur chez les Anges à la suite de l'annexion de la Jungle de Vinyarië, sur les Terres d'Iyora. Malgré sa fonction officielle, il n'agira qu'à titre d'observateur aujourd'hui. » - « Enchanté. » souffla-t-il en effectuant un petit signe de tête. Le regard de la Dagmar se posa brièvement sur son fils, avant de se reporter vers la Fille de Sympan. « L'entente que vous nous proposez repose sur un projet plutôt audacieux. » commença-t-elle lorsque les présentations furent conclues. « Les déserts ne sont guère réputés pour leur clémence envers la biodiversité, et pourtant, vous espérez parvenir à introduire de nouvelles espèces végétales à Utopia, une Cité située en plein cœur de cet environnement austère. » L'Ygdraë marqua une pause. « En théorie, il serait possible d'atténuer le climat désertique de la ville, mais les ressources dont nous aurions besoin pour accomplir cet objectif seraient non seulement importantes, mais coûteuses également. Alors, permettez-moi de vous poser une question : comment avez-vous l'intention de procéder pour garantir le succès et la pérennité de cette alliance? »

✠ 1 400 mots | Post I

Pour te donner un visuel, voici les vêtements que Seryndë et Aramis portent actuellement :
- Seryndë (Sa robe est rouge au lieu d'être verte)
- Aramis


Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11068
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mer 07 Sep 2022, 16:27


Illustration - Olga Panfilova

Les Rayons dans les Arbres


Tout se passe très bien, répondit-elle en se redressant. Cet endroit est vraiment resplendissant.

Son voyage diplomatique avait beau être couplé d'une découverte du territoire de Melohorë, elle avait eu l'opportunité de faire quelques visites à Earudien dans le passé et autant dire que les Ygdraë s'étaient surpassés. Si elle avait été toujours bien accueillie malgré son Ma'Ahid, elle ressentait la différence entre avant et maintenant. Les Magiciens n'exagéraient pas quand ils disaient que ce dernier était devenu presque oppressant, tant cela se lisait aussi sur le visage des résidents de la Cité. La seule raison pour laquelle l'Humaine n'était pas chassée, c'était parce qu'elle avait des titres multiples et une réputation écrasante. Sur les territoires de sa race, sans doute n'était-elle pas encore assez, mais à l'étranger, ce n'était pas la même chose. Ce malaise, bien qu'elle le regrettât en présence de certains interlocuteurs, Mancinia ressentait une certaine fierté. Ça lui serait utile devant les Mages Noirs. Après s'être acquitté des principales formules de politesse, la Dagmar Borghild guida l'invitée qu'elle était jusqu'à leur lieu d'entrevue, au sein duquel trois sièges avaient été installés autour d'une longue table, avant de lui présenter la personne qui les accompagnerait. Aramis. Aramis Bor ... Une seconde. Le Temara da Ocara ? Quelle coïncidence. Ce devait être la raison pour laquelle il lui était familier ; elle avait dû le voir quelque part durant les festivités. Sa cicatrice ? Elle n'en avait cure. Elle avait tellement vu de malades, de brûlés, de blessés et d'autres choses peu enviables dans le cadre de ses études médicales que ce n'était pas ce qui la dérangerait ou la marquait particulièrement. C'était devenu une habitude, d'autant plus qu'ils avaient dû vivre la Guerre des Dieux, ce n'était pas une chose que l'on oubliait en quelques semaines ...

Il en va de même pour moi.

Tout se passerait bien. Tout ce qui pouvait mal se passer, c'était un refus poli de leur part. Une impossibilité de réaliser leur demande sans pour autant rompre tous les liens dans la foulée. Ce qui importait, c'était qu'une entende éventuelle se créée.

J'ai conscience que nous demandons une intervention soudaine et complexe pour une première négociation. Que ce projet réussisse ou non dépend de nombreuses variables dont nous ne détenons pas tous les tenants et aboutissants.

Qui plus est, la race a été longuement coupée des autres. Les Humains avaient manqué de nombreuses opportunités devant les esprits peu entreprenants de leurs anciens monarques, même si des étrangers bravaient le Ma'Ahid pour commercer avec eux et inversement. Pourquoi leurs dirigeants n'en seraient pas capables ? Le Ma'Ahid était-il réellement infranchissable ? C'était bien ce qui avait toujours posé problème, pas vrai ? Est-ce que chacun ne se cherchait pas des excuses ?

Nous souhaitons néanmoins effectuer des essais pour observer la viabilité d'un tel projet. Si cela est impossible, nous n'attendons évidemment pas de miracles, mais sans doute vaut-il mieux entreprendre que de rester les bras croisés.

Elle avait souvent l'impression que les anciens avaient cette attitude passive. Peut-être était-elle plus confiance grâce à ses acquis sur d'autres territoires ? Peut-être était-ce la raison pour laquelle elle était assise à cette table.

Nous souhaitons rendre à Utopia un climat qui lui fait défaut depuis la disparition de Drejtësi.

Mancinia était incapable de parler de sa mort. Elle avait beau l'avoir entendu de la bouche des Prêtres, son déni était aussi puissant que sa dévotion. Personne ne lui disait rien, évidemment, puisque vénérer une statue vie de sens ne concernait qu'elle. Disparue ou non, c'était l'Aether de la Justice qui avait agi pour les siens. Mancinia espérait seulement que Väaramar et Izanami ne se disputent pas leur Protection, mais de ce qu'elle avait constaté, ça ne semblait pas être le cas.

Notre Capitale subi un important réaménagement, ordonné par Sa Majesté la Reine. Attiré par cela, de nombreux étrangers viennent également installer des commerces dans nos rues et si le Désert n'est pas un point de passage privilégié entre les Côtes de Maubëe et les Terres du Lac Bleu, il ne demande qu'à en être pour faciliter le commerce.

C'était en cette raison que résidait sa volonté de bâtir Astura. Un port commercial faciliterait grandement les déplacements de chacun, dans la mesure où la Magie ne marchait quasiment pas dans le Désert, à défaut de celle des Anges.

Mon peuple a été isolé des autres durant trop longtemps ...

Les Humains étaient les plus anciens alliés des Anges et des éléments indépendants de leurs deux nations ont mis en péril cet équilibre. Un équilibre précaire étant une répercussion de la Guerre des Dieux. La Terre Blanche était tombée, les Ygdraë avaient abandonnés Earudien et eux-mêmes s'étaient disloqués, de crainte d'être exterminé à nouveau. Définitivement. Certes, les Magiciens avaient beaucoup agis, mais désormais, la seule force de l'Armée Blanche n'était plus une garantie. L'Impératrice du Bien n'était plus qu'une ombre. Peut-être était-elle aigrie de toutes ces lettres de visite restées sans réponses ... ou avec des excuses évasives. Peu importait le passé, maintenant, ils devaient se concentrer sur l'avenir. Mancinia avait enfoncé une porte en devenant Chevalière chez les Magiciens. Son ascension n'avait pas cessé depuis, c'est pourquoi ...

Je ferais tout ce que j'estimerai nécessaire pour lui.

C'est l'audace de la Reine Violette qui a permis de construire Utopia malgré toutes les protestations dont elle fût victime. Alors pourquoi aurait-elle peur ?

Post II - 900 mots


[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 814
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Mer 02 Nov 2022, 17:35

[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Ire-az10
Image : Image : Artiste inconnu
Les rayons dans les arbres



Les doigts enserrés autour de sa coupe, Seryndë tendait une oreille attentive au discours de la Marquise, se murant derrière un silence poli afin de ne pas interrompre sa progression. Sans rompre le contact visuel, l’Ygdraë hochait à quelques reprises de la tête lorsque son invitée énonçait un point sur lequel leurs opinions se rejoignaient. Ce geste, qui avait non seulement pour but de faire valoir son écoute active, permettait également d’indiquer son niveau d’approbation à l’égard des idées qu’elle proposait. Assis sur la chaise voisine, Aramis se montrait, quant à lui, plus réservé dans ses réactions, concentré à analyser la pertinence de sa proposition. Privé de ses pouvoirs ancestraux, il ne lui était plus possible de mémoriser chaque information qui se glissait à ses oreilles, l’obligeant à focaliser toute son attention sur le contenu du discours afin qu’aucun détail n’échappe à sa vigilance. Il parvint à maintenir ce niveau de concentration jusqu’à ce que le silence, qui mit terme à la prise de parole de l'Humaine, retombe autour de la table. Quelques secondes filèrent sans que la relève ne soit assumée par quiconque, le vide se laissant progressivement écarter par le bruit du vent et le chant des oiseaux. Réaffirmant son emprise autour de son verre, la Dagmar Borghild ne s’abreuva pourtant pas du liquide qu’il contenait, plongée dans ses réflexions. Elle demeura ainsi, les paupières closes, pendant un instant qui sembla durer une éternité, avant que l’émeraude de ses yeux ne s’ouvrent de nouveau à la lumière en se braquant dans ceux de la Matasif.

« Votre ambition est certes louable, mais il en faudra plus pour convaincre le Conseil des Sages de se rallier à ce projet. » admit-elle en décroisant les doigts. « Le principal enjeu sera de trouver des intéressés parmi les nôtres pour effectuer le déplacement jusqu’au désert. » Il était évident que très peu d’Ygdraës serait prêt à renoncer aux climats tempérés des forêts de Melohorë au profit des températures arides de ces grandes plaines sablonneuses. « Le lien qui unit les Ygdraës et la Nature est extrêmement puissant. » expliqua-t-elle. Si puissant qu’un éloignement prolongé pouvait devenir source de dépression chez les esprits plus sensibles. « Il faudra présenter un argument convaincant à la population pour aviver leur intérêt envers ce projet de reboisement. » Plus qu’une question de préférence, il s’agissait d’une concession bien douloureuse pour des êtres aussi intrinsèquement liés à la Nature : celle-ci dictait non seulement leur mode de vie, mais aussi les croyances autour desquelles ils se ressemblaient. Un lieu entièrement dépourvu de végétation éveillait, bien entendu, des craintes, mais plus que tout, les déserts étaient généralement perçus d’un mauvais œil par la collectivité. Les raisons n'avaient d'ailleurs pas autant d'importance que leurs implications, qui attribuaient l'existence de ceux-ci à une malédiction de Phoebe. À vrai dire, les Humains ne constituaient qu’une seule part du problème, avec leur Ma’Ahid : le territoire sur lequel ils avaient choisi de s’installer s'avérait encore plus problématique. Or, le succès de cette alliance reposait justement sur la coopération afin de tirer profit de leur expertise respective. Le projet était, certes, ambitieux, mais s’ils ne pouvaient garantir la mise en place d’une bonne entente, alors celui-ci était condamné à échouer. Même si le réaménagement d’Utopia figurait au centre de leur partenariat, il leur serait d'abord nécessaire de construire un pont par lequel les Humains et les Ygdraë pourraient se rencontrer et échanger les uns avec les autres afin d’établir une relation solide. Il s’agissait, bien évidemment, que d'une solution parmi tant d'autres pour contourner le principal obstacle contre lequel cette alliance se heurtait : le manque de compatibilité.

Mis à part leurs rapports indirects via les Anges, les Elfes et les Enfants de Sympan n'avaient jamais osé établir un rapprochement en dehors du cadre des explorations, et encore, Fahorë s’était bâtie sans requérir l’aide de ces derniers. Malgré leur réputation de sages, les Ygdraës n’étaient pas pour autant à l’abri de préjugés. Après tout, ce n’était pas un hasard si, jusqu’à présent, les autorités de Dhrosca avaient évité le contact direct auprès d’eux : le Ma’Ahid était une habileté handicapante pour un peuple habitué à vivre de la Magie et des bénéfices qu’elle leur procurait. S'en priver pour les besoins d'un partenariat dont personne n'était en mesure de prévoir le succès ne leur semblait guère judicieux, d’autant plus que le Conseil des Sages était dirigé par une élite aux mentalités plutôt conservatrices. C’était là une des nombreuses conséquences que la guerre des Dieux avait laissé sur un peuple meurtri par les multiples destructions de leur Cité ancestrale, un trauma collectif dont il ne s’était toujours pas complètement guéri. À l’époque, les explorations sur les Terres d’Iyora avaient beaucoup fait parler, précisément parce que cette décision allait à l’encontre des politiques habituelles des dirigeants. Beaucoup s’étaient réjouis de l’issue de ce vote, qu'ils avaient perçu comme étant la preuve d'une reconnaissance que les Ygdraë avaient tardé à retourner aux Anges pour le soutien qu'ils leur avaient prêté durant la guerre contre les Démons. En revanche, pour les Humains, les choses étaient bien différentes. Non seulement ils ne partageaient aucune histoire commune, mais en plus, leurs contacts avaient été relativement limités à cause de leur isolation respective. Certes, il était vrai que les actes de la Marquise en tant que Prophétesse n’étaient pas passés inaperçus, de même que l’octroi de ce titre honorifique à l’égard de son fils, mais ces événements ne représentaient que trop peu pour permettre de changer entièrement l’opinion des sylvestres sur les Enfants de Sympan – et l’inverse était probablement vrai.

« Ce que je suggère, c’est de commencer par essayer de renforcer les liens entre nos peuples respectifs. Plus tôt la confiance s’installera, mieux se sera. » La Borghild marqua une pause pour avaler une gorgée d’eau. « Par exemple, nous pourrions organiser quelques activités culturelles dans le désert pour permettre aux Ygdraës de s’adapter progressivement au climat et au Ma’Ahid. Évidemment, cela occasionnera des dépenses supplémentaires, mais sur le long terme, cet investissement nous sera certainement bénéfique. » Elle l'espérait. « Qu'en pensez-vous? »

✠ 1 047 mots | Post II

Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11068
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Jeu 10 Nov 2022, 18:27


Illustration - Olga Panfilova

Les Rayons dans les Arbres


Curieusement, le silence qui suivi le discours de Seryndë ne l'inquiétait pas outre mesure ; son interlocutrice ne semblait pas être mécontente de l'entrevue. Mancinia imaginait aisément que peser la situation actuelle et se projeter dans l'avenir sans garanties n'était pas une chose évidente ; les Humains étaient demeurés longtemps dans un renfermement borné. Son optimisme personnel à l'entende des siens avec les races magiques n'étaient pas totalement partagé par ces derniers, sans leur être ouvertement hostiles, il y avait des risques d'incompatibilité qui les dépassait. Il y avait des aspects non-négligeables à prendre en considération pour une équipe d'études ; le climat détonnant avec les latitudes dans lesquels ils résidaient ordinairement, ainsi que l'absence de magie. L'Humaine le comprenait très bien, puisqu'elle avait voyagé au travers du Continent Naturel durant son adolescence, elle-même avait besoin d'un temps d'adaptation aux températures des autres régions. L'idée d'Aramis s'avérait excellente, pour ne pas dire nécessaire à la poursuite d'un avenir conjoint.

Cette suggestion est excellente.

Les Humains avaient entrepris ce genre d'échanges avec les Orines, instaurant progressivement des célébrations où les uns allaient chez les autres en gage d'amitié. C'était un excellent moyen de se retrouver autour d'un repas, d'une boisson ou d'une danse. Il n'était pas non plus négligeable que cette entende avait conduit Neah et Maximilien à prendre part à la construction d'un temple de Línggǎn, l'Aether de l'Inspiration, selon les Filles de Maëlith, au sein du Désert. Ils ne vénéraient pas le même Aether, mais il fallait être idiot, ou fou, pour contrarier un peuple quasiment divin. Le seul point qui pouvaient poser problème ... est-ce qu'un peuple aux moeurs variées et artistiques pouvaient s'entendre avec un peuple aussi strict et scientifique ? Dans tous les cas, ils ne devaient rien forcer et laisser les choses se faire naturellement ; cela pouvait être plus long, mais les résultats seraient certainement à la hauteur.

Je serai ravie d'organiser un tel événement dans les prochains mois.

Puisque la demande venait des Humains, il était normal que les Ygdraë soient les invités. Quant aux éventuels coûts, l'Iskandar était prête à les assumer seule si nécessaire, l'argent n'entrait pas en ligne de compte pour le bien des siens. Utopia avait besoin de ces aménagements et ... ils pourraient bâtir d'autres cités sur le territoire désertique si cela s'avérait une réussite. En faire un véritable point de relai entre les Côtes de Maubëe et l'Edelweiss Enneigée. Et une entende serait de bon augure quant à l'avenir de Sif. Son peuple, oui, mais sa fille, d'autant plus !

J'ai également conscience que les membres de votre peuple ont une affinité avec la magie.

Elle avait expérimenté cette perte aux travers des souvenirs de Neah. Désagréable. En usant de sa magie d'Extinction, le Capitaine brisait celle de ses adversaires en même temps que la sienne et cela se jouait sur leur puissance physique. Des peuples ayant des liens aussi étroits avec un élément environnement devaient le ressentir avec une forte puissance. C'était bien l'ennui entre les Enfants de Sympan et les autres races, seuls les Anges étaient immunisés contre cet effet. Cela étant dit, beaucoup d'étrangers s'y étaient habitué au fil des ans et il n'y avait pas de raison que ce ne soit pas le cas avec eux.

Je suis cela dit certaine que l'esprit des vôtres saura relever ce défi.

Ce serait un comble qu'un peuple aussi savant ne soit en mesure de l'être qu'avec ses ressources magiques ; cet aspect était négligeable devant leur Science. Mancinia avait aussi conscience de ce lien pour en avoir vu ses effets sur Sif, mais aussi sur Astriid, plus visiblement. Moins sur Maude, qui s'était rapidement habituée à Utopia sous son ancien climat qu'à sa perte de magie ... Cela devait aussi à voir avec leur maîtrise de cet art. Il faudrait trouver une potentielle solution si leur mission s'étendait sur la durée ...

Je ne souhaite pas non plus rompre les liens indissociables des Ygdraë avec le Nature. Il y a toujours possibilité de créer un point de relai entre Utopia et la sortie du Désert avant d'entrer en territoire Magicien, puisque le climat y est plus doux et verdoyant. C'est une possibilité à ne pas écarter pour que vos collaborateurs souffrent moins du climat et de l'Antimagie.

Ce serait sans doute excellent de le faire en parallèle aux premières rencontres, un aménagement d'un point de relai existant restait tout aussi possible ... son côté militaire lui rappelait cependant la présence de brigands qui passaient par les cassures du à leur annexion d'un territoire vaste sans pouvoir contrôler toutes les allées et venues. Si une question de sécurité ne manquerait pas d'être évoquée, elle pouvait advenir plus tard. Dans ce tableau idyllique et solennel, une ombre apparu sur les recoins de sa vision. Aux côtés d'Aramis ... se trouvait Lálbabhis. L'Humaine évitait de la regarder de crainte que son interlocuteur ne se sente dévisagé, prenant l'anse de sa boisson entre ses doigts avant de la porter à sa bouche et d'en boire une gorgée. Qu'est-ce qu'elle fichait là ? Elle ne l'avait pas revu depuis son thé organisé sur le marquisat. Reportant ensuite son attention sur ses interlocuteurs en souriant, elle espérait que son Archontesse ne fasse rien de fâcheux ... Pourquoi réapparaissait-elle quand elle s'y attendait le moins ? ...

Tout cela peut s'avérer complexe, mais je suis persuadée que nous parviendrons à abattre les murs dressés devant nous.

Et entre nous, osa-t-elle penser.

Sans doute ! approuvait Lálbabhis en ricanant. Rien ne résiste à tout ce qui est sauvage !

Post III - 920 mots


[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 814
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Ven 18 Nov 2022, 20:42

[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Ire-az10
Image : Image : Artiste inconnu
Les rayons dans les arbres



Un sourire éclaira brièvement le visage impassible de la Cyraliel en recevant la réponse positive de l’Humaine, qui exprima ouvertement son intérêt envers l’idée qu’elle lui proposait. Elle était rassurée que son invitée ne minimise pas l’importance de tisser des liens solides entre leurs nations respectives avant d’entreprendre un projet aussi ambitieux. À force d’échanger avec la Marquise, Seryndë avait été en mesure de jauger la valeur que cette alliance revêtait à ses yeux et, par extension, à ceux du gouvernement qu’elle représentait. Malgré cela, cette dernière était prête à retarder la mise en œuvre du reboisement afin de permettre aux Ygdraës de s’adapter convenablement à un nouvel environnement : il s’agissait d’une marque d’attention dont la sylvestre lui était reconnaissante de leur accorder, non seulement parce qu’elle s’avérait bénéfique pour les siens, mais également parce qu’elle avait le potentiel de rallier certains membres du Conseil à leur cause. Si la sylvestre doutait que cette concession généreuse suffise à elle seule à faire passer le vote à l’unanimité, elle ne devait pas pour autant en sous-estimer le poids au moment des délibérations. Pour chaque problème qu’elle avait évoqué, Mancinia proposait également des solutions intéressantes pour y remédier de manière efficace : ainsi, à défaut de parvenir à changer entièrement leur opinion, ses collègues à Dhrosca sauraient au moins apprécier son altruisme et son assiduité. « C’est vrai. » admit l’Ygdraë pour appuyer son commentaire à propos de la résilience des sylvestres. Quoi qu’en disent les mauvaises langues, le peuple elfique était moins fragile qu’on le pense. Le monde avait tendance à oublier que les Ygdraës, malgré les nombreux désastres qu’ils avaient endurés par le passé, s’en étaient à chaque fois relevés. Cette collaboration ne ferait guère exception à la règle. Néanmoins, il était vrai qu’un éloignement prolongé avec la Nature finirait tôt ou tard par leur porter préjudice, mais il existait certains moyens de contrer cette faiblesse, comme le suggérait si bien la Marquise. « Votre proposition est intéressante. » renchérit-elle avant de reprendre une gorgée d'eau. « Cependant, si Utopia s’avère être une ville relativement sûre, je ne peux en dire autant des routes qui mènent à elle. » Si le Conseil des Sages était particulièrement exigeant en termes de partenariats commerciaux, il le serait d’autant plus pour des questions de sécurité. « Il faudra prévoir des montures pour transporter les travailleurs, des vivres et de l’équipement en quantité appropriée pour accommoder leur voyage et une garde compétente pour les escorter jusqu’à la cité. » énuméra-t-elle en levant un doigt pour chaque nouveau élément qu’elle nommait. La liste paraissait indubitablement longue – et elle l’était, mais Seryndë avait déjà songé à une solution qui leur permettrait de résoudre une grande partie des enjeux qu’elle venait de mentionner, et ce, à moindre coût. « Nous pourrions envisager de réserver des Vaisseaux auprès des Enfants de Yanna pour faciliter les déplacements à travers le désert. » proposa-t-elle. En vertu de leur alliance avec l’Empire, le gouvernement ygdraën avait la possibilité de négocier de telles locations à des prix plus abordables que celui du marché. Les véhicules de la Maison Tinloeha, en particulier, étaient les mieux adaptés pour circuler dans une zone désertique. Ils détenaient aussi l’avantage de pouvoir fonctionner sans requérir d'apport en Magie, ou du moins, seulement en quantité très limitée.

Posant délicatement les mains autour de son verre, Aramis assistait à l’échange sans souffler un mot. Il était surpris que les négociations se déroulaient si bien, sans rencontrer le moindre accroc. La complicité qui semblait unir les deux femmes dont les idées se complimentaient à merveille n’était sans doute pas étrangère à la fluidité de leurs échanges, mais le principal enjeu restait de savoir comment le Conseil des Sages réagirait à l’adhésion de ces dépenses supplémentaires. Même si la presque totalité des frais était couverte par les Humains, le fait qu’il leur soit nécessaire de faire appel à tant de ressources pour seulement accroître leurs chances de succès ne prouvait-il pas que ce partenariat reposait sur des bases fragiles? Sans prétendre que la bonne entente était impossible à établir entre les deux peuples, l’Ygdraë savait néanmoins que la plupart des Conseillers, sans être nécessairement opposés à s’ouvrir davantage sur la scène internationale, étaient réticents à s’allier aux Humains. Les raisons évoquées par la Marquise résumaient adéquatement le cœur du problème, d’autant plus que le gouvernement sylvestre était divisé entre deux courants de pensée qui réunissaient à peu près le même nombre d’adeptes : ceux qui étaient favorables au libre-échange et ceux qui l’étaient beaucoup moins. Si le sylvestre n’avait aucun moyen de prédire l’issue du vote que les Dagmars débattraient en chambre close, il demeurait convaincu que, peu importe la décision qui serait ultimement prise, celle-ci serait indubitablement serrée. À vrai dire, Aramis ignorait comment sa mère parvenait à rester aussi optimiste. Bien entendu, ce qu’il avançait n’était que des hypothèses basées sur la perception qu'il avait vis-à-vis du Conseil, mais le borgne ne pouvait se défaire de cette impression que les attentes de la Cyraliel s'avéraient un peu trop idéalistes. Par prudence, il envisagea de lui faire part de ses appréhensions au niveau administratif, mais un événement inattendu le prévint d’agir à temps.

« Quelle surprise! Je ne m’attendais pas à te revoir Lálbabhis. » Surgissant de nulle part, Oriphiel venait d'apparaître devant sa consœur en la gratifiant d'un sourire narquois. Étonné par l'apparition impromptue du nouveau visiteur, Aramis faillit s'étouffer avec l'eau qu'il venait d'ingérer. Il parvint de justesse à reprendre contenance en réprimant ses quintes de toux derrière un poing solidement fermé. Puis, lentement, sa surprise céda la place à une angoisse enragée, tandis qu'il ravalait un peu de liquide pour apaiser l'irritation au creux de sa gorge. Que venait-il faire ici? Pourquoi s'invitait-il à ses côtés durant les moments où il était le plus occupé? Entrouvrant légèrement les lèvres, l'Ygdraë initia machinalement un mouvement de tête pour faire face à l'Archonte, mais se ravisa abruptement en se rappelant les particularités liées à son essence. Il était le seul à pouvoir percevoir sa présence, ce dernier étant invisible pour tous ceux qui n'étaient pas son « élu ». Crispé par une tension nerveuse, le Cyraliel força son regard à rester focaliser sur l'Humaine pour essayer de faire abstraction à la distraction qui mettait en péril sa concentration. Malheureusement, l'attention qu'il s'obligeait pourtant à conserver ne cessait de flancher dangereusement à mesure qu'il réfléchissait aux paroles que l'Intrépide avait nonchalamment lâchées. À qui s'adressaient-elles? Làlbabhis? Qui était-ce? Il n’y avait pourtant personne en face de lui. Son esprit était si préoccupé par ses questions laissées sans réponse qu'il n'arrivait simplement plus à suivre le fil de la conversation qui l'intéressait vraiment.

« Toujours aussi ravissante, à ce que je vois! » poursuivit Oriphiel en abaissant effrontément la tête au niveau de la poitrine de l'Archontesse, avant de revenir à son faciès. « Mais dis-moi : qu'est-ce qui t'amène à vouloir assister à une réunion aussi barbante? Serais-tu venue spécialement pour me voir? Ça me touche. » Sans lui laisser le temps de répondre, il dévia brièvement son regard pour examiner, tour à tour, chacun des protagonistes assis autour de la table. Bien évidemment, Aramis capta son attention en premier, pour être la raison même de son déplacement, rapidement suivi par la Dagmar Borghild et... Ses yeux s'arrêtèrent instantanément sur l'Iskandar, qu'il dévisagea longuement avec un intérêt à peine voilé avant de se rediriger vers son point de départ : le visage de la Sauvage. « Ne me dis pas que c'est elle que t'a choisi comme élue? » commença-t-il en riant. « C’est elle, n’est-ce pas? » Il ne s'agissait plus d’une question. Au fond de ses prunelles, des étincelles pétillaient d'une lueur malicieuse. « Quelle drôle de coïncidence, que tu apparaisses pile au moment où nos deux élus se rencontrent. » Le sarcasme s'écoulait à profusion de ses cordes vocales, un peu trop au goût de l'Elfe qui avait naturellement tiqué sur le mot « élue. » Elle? Parlait-il de Mancinia Leenhardt? Ou bien de Seryndë? En réalité, il n’était pas certain de vouloir le savoir. Il avait un mauvais pressentiment.

✠ 1 360 mots | Post III

Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11068
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Lun 28 Nov 2022, 13:11


Illustration - Olga Panfilova

Les Rayons dans les Arbres


Pourquoi Lálbabhis était-elle là ? Cette interrogation hantait un moment ses pensées. Mancinia se voulait néanmoins ravie qu'aucun de ses interlocuteurs ne puisse la voir et, d'un autre côté, les Gardes l'aurait certainement arrêté en raison de sa nudité. Cette idée de la voir simplement dans les environs la détendit tout en reportant son attention sur la Dagmar, qui reprenait parole. À son écoute, l'Humaine s'estimait heureuse que tout ne se soit pas arrêter abruptement et qu'un terrain d'entende fusse possible.

Toujours, dit l'Archontesse en bombant son torse. Tu n'es pas mal non plus.

Ces deux conversations entrecoupées allaient ... Une seconde. Quelle autre conversation ? Avec qui son Archontesse parlait-elle ainsi en dehors d'elle ? Ce n'était pas sa poitrine, ballotant selon ses mouvements, qui la dérangeait le plus ; surtout que c'était superbe pour une femme de ne porter que des bijoux élégants, mais hum, elle-même n'aurait jamais osé en public. Est-ce que c'était ... un autre Archonte ? Un autre Élu d'Isemli, dans les environs ? ... Un. C'était Aramis. Sa réaction ne laissait aucun doute puisque son visage s'était momentanément tourné en sa direction. Ah ... Sérieusement, mais quel était ce niveau de probabilité ? Lors de son Thé, d'autres Archontes étaient présents, mais elle ignorait à qui ils étaient affiliés, ni quel était leur assignation personnelle. Lálbabhis était la Sauvage. Elle désirait d'ailleurs que Mancinia le soit avec Neah - ce ne serait pas elle qui serait contre cette idée. Vu qu'elle ne pouvait ni voir et entendre le second, mieux valait laisser cette conversation de côté.

C'est exact, admit-elle. C'est un vaste territoire que des êtres malintentionnés traversent pour y causer leurs méfaits, ou s'y cacher après ces derniers.

C'était ainsi que la Matasif s'était retrouvé sur le chemin d'hommes vils ayant enlevé des Orines, usant des terres désertiques pour couper court à toutes les surveillances. De leur imbécilité était née une entente forte avec les Filles de Maëlith.

Cela dit, des solutions sont en cours d'étude, notamment depuis l'arrivée des Simurgh.
Je savais que tu étais là, chenapan ! s'amusait Lálbabhis dans son coin.
Ce sont de formidables créatures ailées que nous avons reçus lors de la Danse du Pardon. Elles nous aident dans nos tâches quotidiennes, demeurant très dociles pour les transports divers. Maintenant qu'elles sont adultes, nous essayons de développer leurs capacités sans les surmener, ni nous blesser mutuellement dans les manoeuvres.
J'ai toujours un oeil sur mon Élue, tu sais ?
Récemment, nous avons aussi entrepris une étude plus rigoureuse des Vers des Sables.

Cette révélation pouvait certainement être interprétée de plusieurs manières. C'était ceux que les Humains considéraient comme les véritables Protecteurs du Désert, même s'ils s'avéraient être des créatures libres et puissantes ; dangereuses pour quiconque ne savait pas comment les aborder. Ils étaient voisins depuis des siècles, ils étaient temps que leur relation évolue.

Des solutions existent pour l'avenir, en plus de toutes les autres possibilités.

Comme celle rapidement évoquée concernant un transport aérien. Mancinia n'avait jamais véritablement vu ces bijoux technologiques de près, puisqu'il était rarissime qu'il traverse leurs terres et elle ne passait pas son temps le nez en l'air dans l'espoir d'en voir ; elle avait mieux à faire.

Des Humains sont aussi membres de l'Empire de Yanna, ils sont naturellement les bienvenus.

Ils avaient une relation neutre, que certains qualifierait sans doute de tendue et de compétitive, puisque les recherches technologiques de l'un pouvait empiéter sur celle de l'autre ; c'est à qui irait plus vite dans son domaine de compétence. Surtout qu'en l'absence de magie, les recherches des Enfants de Sympan paraissaient imparfaites, mais convenaient à leur mode de vie. Ce serait peut-être aussi un moyen d'interrompre cette guerre puéril et d'unir leurs compétences.

J'ai conscience que ce sera long à mettre en place ... Mais pas après pas, nous y arriverons.

Quant aux coûts, sa hiérarchie était en mesure d'y faire face ; autant dire que l'argent des Sirènes serait bien utilisé. Elles en seraient bleuies de stupéfaction.

Évidemment que c'est mon Élue, vois-tu une autre personne admirable autour de cette table ? Mancinia n'est pas qu'une modeste Ambassadrice, elle est aussi une Prophétesse d'Ësse'Aellun !
Tu es en train de te vanter à ma place ?
Chut, toi !
On ne croise pas une fille comme ça à chaque changement d'ère, tu sais ? dit-elle en pointant son pouce dans sa direction au-dessus de son épaule. Ceux qui n'ont pas réfléchis au potentiel des Humains ne voient pas plus loin que leur bout du nez, si tu veux mon avis !

Et voici une remarque que la concernée ne pouvait qu'intérieurement approuvée, même si être ainsi exposée pouvait la rendre ... Fière ? Fini l'embarra et la gêne de ses différents statuts qu'elle estimait ne pas mériter ; elle userait de chacun d'entre eux pour atteindre ses objectifs. Surtout que de telles remarques de la part d'une Enfant d'Isemli n'étaient pas si anodines. Lálbabhis avait son caractère et des ... atouts spécifiques, mais cela ne changeait rien à son statut.

Je viens la voir de temps en temps puisqu'elle participe aux meilleures réceptions et croise du beau monde. J'ai eu l'honneur de te croiser, vois-tu !

Elle se mit à ricaner doucement.

J'en ai croisé d'autres, avec leurs Élus ... Et toi ?

Post IV - 880 mots


[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 814
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Aujourd'hui à 02:08

[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel] Ire-az10
Image : Image : Artiste inconnu
Les rayons dans les arbres



Après quelques inspirations sagement contrôlées, Aramis parvint à calmer les remous effrénés de son palpitant. Lentement, la tension qui s’était accumulée dans ses muscles disparut en cédant le pas à une impassibilité résignée derrière laquelle son esprit, encore un peu troublé, se réfugia pour se concentrer sur le seul échange qui nécessitait son attention. Même si la présence d’Oriphiel demeurait une source de distraction, il n’avait ni le temps ni le luxe de se laisser déranger par ses excentricités, aussi inquiétantes soient-elles. S’emparant à nouveau de son verre, l’Ygdraë but d’un trait le reste du liquide qu’il contenait, alors que sa mère, qui avait attentivement écouté chaque proposition de l’Humaine, reprenait doucement la parole. « Ce ne sont pas les choix qui nous font défaut, de toute évidence. » souleva-t-elle en révélant un sourire. « Le Conseil des Sages devra néanmoins se familiariser avec le contenu de vos travaux pour prendre une décision éclairée. » Seryndë doutait que ses collègues se prennent d’affection pour la méthode qui sollicitait les Vers des Sables, notamment pour des questions de sécurité, mais les Simurgh présentaient sans conteste le meilleur compromis par rapport aux Enfants de Yanna, dont l’efficacité des navires au sein du Désert restait encore à prouver. « Quoi qu’il en soit, nous reprendrons cette discussion au moment venu. » conclut-elle pour entamer un nouveau sujet. « Revenons plutôt sur les modalités de cet échange culturel que nous avons brièvement mentionné tout à l’heure. » Contrairement aux traités, l’adoption d’initiatives culturelles n’était pas soumise à des normes aussi strictes. Bien qu’elle n’eût pas le pouvoir d’autoriser unilatéralement la tenue d’un tel événement, elle savait qu’il y avait peu de chances que le Conseil rejette sa proposition. « Comment avez-vous l’intention de procéder pour créer un forum propice au rapprochement? Quelles types d’activités souhaitez-vous organiser? À quel moment? Dans quel lieu? Pour combien de temps? » énuméra-t-elle en un seul souffle. Si la Dagmar lui posait toutes ces questions, c’était avant tout dans un souci logistique : elle devait connaître d’avance la quantité de ressources à allouer pour s’assurer que l’événement se déroulât sans accroc. « Faites-moi part de vos préférences afin que je puisse m’ajuster le plus tôt possible. »



Oriphiel sourit. Même s'il n'était pas surpris par le choix de sa collègue, une part de lui demeurait quand même déçue qu'elle ait opté pour la simplicité. Prendre Mancinia Leenhardt comme élue était sans conteste un choix sûr, bien plus que le sien en comparaison, mais aussi plus prévisible, plus sécuritaire, plus... ennuyeux. Quel était l'intérêt de placer ses espoirs sur les épaules d'une personne dont le talent lui permettait déjà d'avoir une longueur d'avance? Le but d'une compétition, c'était de réunir des adversaires aux aptitudes plus ou moins équivalentes afin qu'ils puissent s'affronter en donnant tout ce qu'il avait. Or, en opposant des individus de niveaux complètement différents l'un contre l'autre, la balance était vouée à se pencher en faveur des concurrents les plus expérimentés. Il était évident qu'un jeune ambassadeur qui commençait à peine à se tailler une place dans le milieu ne faisait pas le poids contre l'Iskandar. Cependant, l'Archonte ne s'en formalisa pas davantage : après tout, il était l'Intrépide, celui qui ne fuyait jamais devant le danger. Au fond, quelle différence cela faisait-il de forcer des candidats de puissance inégale à lutter pour l'obtention d'une perfection aux critères arbitraires? À l'inverse, il trouvait que c'était bien plus amusant de procéder d'une manière aussi désordonnée, au lieu de se conformer à un cadre réglementaire trop contraignant. En réalité, il éprouvait un plaisir presque morbide à l'idée de mesurer son élu à la Prophétesse d'Ësse'Aellun, non pas parce qu'il croyait qu'un Ygdraë valait bien plus qu'une Humaine, mais plutôt parce qu'il serait d'autant plus jouissif d'assister à la victoire d'un homme ordinaire face à une compétitrice chevronnée.

« Je vois que tu ne manques pas d'éloges à son égard. » constata-t-il sur une note plus sérieuse. « J'imagine que c'est parce qu'elle écoute tes conseils avec soin et se rapproche de ton idéal de perfection? » En deux enjambées, l'Archonte avait réduit les mètres qui les séparaient pour venir enrouler un bras autour de la taille de Lálbabhis. Leurs corps étaient à présent collés l'un à l'autre dans une étreinte qui, de loin, paraissait presque sensuelle. Pourtant, le regard grave que l'Intrépide braquait dans celui de sa congénère brisait l'illusion de volupté qui se dégageait de leurs postures respectives. « Être fier de son élu est une chose, mais n'oublie pas qu'ils sont là pour nous servir. » Le Jeu était avant tout conçu pour leurs propres bénéfices : celui de sécuriser une place aux côtés d'Isemli. Les humanoïdes auxquels ils s'étaient chacun liés n'étaient, en fin de compte, que les outils qui leur permettraient d'atteindre leur objectif. S'attacher à eux accroissait inutilement le risque de perdre de vue la raison même de la compétition, et même si cela pouvait sembler contre-intuitif, Oriphiel ne désirait rien de moins que d'affronter ses rivaux à leur pleine capacité, quittes à devoir se retrouver dans une position désavantageuse.

L’Archonte garda le silence pendant quelques secondes, avant de se daigner à répondre à la question posée par la Sauvage : « Je n’ai encore croisé personne. » admit-il en caressant sans pudeur la courbe de ses seins. « Tu es la première à me rendre visite, ma chère. Nous devrions célébrer cette occasion en grand. » Relâchant son emprise autour de ses hanches, il creusa une distance plus appropriée avec sa congénère. « Que dirais-tu d'un jeu? » Son visage avait recouvré un air malicieux. Couplé au sourire qui ornait gracieusement ses lèvres, il semblait prêt à l'embobiner dans une arnaque. « Que dirais-tu de proposer à ton élue de faire quelque chose pour le mien et en retour, je lui demanderai aussi de faire quelque chose pour elle. Si Mancinia refuse ou se désiste, tu devras me rendre un service, mais si c'est Aramis qui se désiste, c'est moi qui devrai te rendre service. Si les deux refusent, nous devrons chacun faire quelque chose pour l'autre. Est-ce que cela te convient? »

✠ 1 025 mots | Post IV

Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[A.] Les Rayons dans les Arbres [Pv Ezechyel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ezechyel se fait poursuivre par des nudistes avec Itak dans une taverne
» Premiers rayons de soleil, rencontre avec les étoiles !
» | Ezechyel Valärunkar |
» | Ezechyel Valärunkar |
» | Ezechyel Valärunkar |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Mystérieux - Nord :: Terres de Melohorë-