Le Deal du moment : -23%
SEB Friteuse classique Oleoclean 3.5L (2300W, ...
Voir le deal
99.99 €

Partagez
 

 [Q] - Jamais loin des yeux | Nefraïm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mar 17 Nov 2020, 12:21

Partenaire : X
Intrigue/Objectif : Je te vois Vulpinette è.é /mur. Nouvel essai de la bague Sorcière et réfléchir à la façon de l'utiliser. Et pleins d'autres trucs.

Jamais loin des yeux

Un regard tendre sur le visage d'Avetis et tu refermais doucement le livre en constatant la mine paisible et l'esprit de l'enfant loin envolé dans des songes que tu espérais agréables. Le petit voulait toujours que tu lui lises cette histoire-ci avant de se coucher. Et toujours depuis le début. Seulement il s'endormait toujours avant que tu ne puisses atteindre la fin du récit, et toujours, à quelques pages près, au même endroit. Aussi ignorait-il comment celui se terminait et le sort qui était réservé à l'aventurier et son comparse, et ce malgré les nombreuses tentatives de lectures que vous aviez eût. Tu tendais la main pour lui caresser la joue. Il se tourna légèrement au contact des doigts sur son épiderme. Alors tu te levas, le laissant continuer sa nuit tranquille, et rejoins sa petite bibliothèque pour y reposer l'ouvrage. Dans un même temps, tu y récupéras un autre. Il n'était ici que pour le préserver des regards curieux car ce livre, tu ne l'ouvrais jamais pour coucher le petit Humain. Son histoire était bien trop particulière pour cela. La couverture vert sombre, un unique sapin doré sur le dos, c'était devenu un rendez-vous quotidien entre elles et toi. Parfois tu y invitais ton fils. Au début tu ignorais si tes intrusions avaient un quelconque effet sur cette belle illusion. À présent tu savais que oui. Tu avais fini par le comprendre en les voyant y réagir. De même, tu songeais qu'elles aussi avaient fini par se douter que tu ne devais pas être étranger au tour de passe-passe depuis le temps. Quand à savoir si elles te voyaient et si c'était ainsi qu'elles avaient sût, c'était encore une autre question à laquelle tu n'avais pas la réponse.

Le conte sous le bras, tu rejoins le salon puis laissa tomber le livre à terre. Dans le mouvement, il s'ouvrit sur une page aléatoire. Ça n'avait pas de réelle importance. Cela suffisait pour que la magie opère et que la silhouette de ton aimée se forme devant tes yeux. Comme chaque fois, un élan de tristesse empli ton être, souvenir d'une disparition trop brutale, comme une partie de toi que l'on t'aurait arraché sans la moindre peine. Alors tu laissas ton regard se perdre dans le sien. Avec le temps, tu avais fini par différencier d'un coup d'œil la Magicienne de la Sorcière bien que la dernière se soit vilement accaparée du corps de ton épouse. Ainsi, lorsque c'était à cette Sorcière que tu avais à faire, ton index et ton pouce venaient chercher le menton de la Mage Noire afin de capter son regard, qu'elle comprenne que même à des milliers de lieux d'elle tu l'avais à l'œil et la surveillais, avant de descendre chercher ses mains et lui rappeler qu'elle pouvait toujours fuir, un lien immuable et divin les liaient, Shiva - elle - et lui. Au final, elle le tenait et l'empêchait d'agir en prenant en otage celle qu'il aimait. Toutefois, lui aussi la restreignait, c'était certains. Qu'est ce qu'une Sorcière incapable d'user de ses bras après tout ? Plus grand chose. Malheureusement, à ton grand dam, c'était de plus en plus souvent que tu devais lui faire face, et en cela ça t'effrayait. Tu craignais le jour où l'esprit de Shiva se consumerai sous le poids de cette femme. Tu n'y croyais pas. Tu ne voulais pas y croire. C'était inconcevable à tes yeux. Pourtant une voix dans ta tête ne cessait de te le souffler à chaque fois que tu croisais le regard de la Sorcière., gonflant toujours plus cette dangereuse haine que tu lui vouais.

Toutefois, ce ne fut pas l'éclat de colère qui marquât ton visage en cet instant, mais un sourire amoureux qui se posât avec tendresse sur tes lèvres en voyant la douceur des traits de ta femme et la bienveillance dans son regard. Ces instants se faisant chaque fois plus rare et ces apparitions étant bien trop courtes, tu en profitais chaque fois plus. Pour elle. Pour toi aussi, tu ne pouvais le nier. A l'inverse de la Sorcière, lorsque tu voyais Shiva, tu aimais à t'attarder en caresses, à l'enlacer et à l'embrasser. Tu voulais la sentir contre toi, sentir la chaleur de sa peau, la savoir présente et lui montrer que tu l'étais également. Pouvait-elle se trouver à l'autre bout du monde, tu voulais lui faire comprendre que tu étais toujours là pour elle. Qu'elle était toujours ton unique.

Jusqu'à ce que le conte ne redevienne qu'un simple conte.
©gotheim pour epicode


Mots | 758
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Sam 18 Déc 2021, 20:08


Jamais loin des yeux

Tu poses le livre, inerte, sur la table. Tu le rangeras demain, quand Avetis sera réveillé. Tu ne veux pas prendre le risque de briser ses rêves en retournant immédiatement dans sa chambre. Alors tu te laisses tomber dans le fauteuil qui fait face à la cheminée, le cœur en miette. Cet objet était autant une malédiction qu'il t'apaisait l'esprit. Ton âme était en joie lorsqu'elle se trouvait devant ta femme avant de se briser lorsqu'elle disparaissait. Encore. Aussi brusquement que la première fois qu'on te l'eut enlevé. Puis, lorsqu'il s'agissait de ce Parasite, ton être s'ébranlait de la haine que tu nourrissais à son encontre. Tu laisses un soupir s'échapper de tes lèvres. De tristesse. De crainte. D'amour. De douleur. De fatigue. Cette course à la Sorcière t'épuisait. Le soutien des Nadhiv aurait été le bienvenu. La discorde n'apportait absolument rien de productif. C'était dans ce genre de moment que l'union était réellement nécessaire. À la place ils t'avaient mit à l'écart. Ils t'avaient rejeté. Pourquoi ? Parce qu'ils avaient décrétés que la faute était tienne ? Ils refusaient surtout de voir la vérité en face. C'était eux avant toi que cette importune avait flouée. La solitude n'est pas pour apaiser l'âme des tourments. Tu t'en étais vite rendu compte après la disparition de ton aimée et suite à l'arrivée d'Avetis. Ton étoile dans la nuit. La seule aujourd'hui.

Les yeux fixés sur la flamme dansante dans l'âtre, tu les sens s'humidifier du mal-être qui te rongeait et t'avait trop souvent fait songer à emprunter un chemin trop dangereux pour l'immaculée de tes ailes. Encore récemment tu avais préféré l'écouter plutôt qu'entendre ta raison. Ce rêve ne devait pas y être pour rien. Il avait réveillé une douleur réelle et perçante. De celles qui laissent l'impression de se faire poignarder le cœur à plusieurs reprises avec une lame chauffée à blanc. Une plaie béante et ruisselante, impossible à soigner qu'importe les moyens employés. Un vide glacial et silencieux qu'aucun son ne pouvait percer ni qu'aucune flamme ne pouvait réchauffer. Tu laisses alors les larmes déborder de tes paupières en y songeant. En songeant que c'était à tes côtés que Shiva devrait se trouver aujourd'hui et pas en un lieu qui t'était inconnu. Que ton sang et ta chair auraient dû courir les couloirs dans un rire innocent, et non pas finir assassinés alors qu'ils n'avaient pas même eu l'occasion de goûter à la lueur du jour. Tu aimais Avetis d'un amour inconditionnel, évidemment. Tu ferais tout pour qu'il grandisse sereinement. Tu ne pouvais cependant nier qu'il y avait quelque chose de différent dans un amour offert à un enfant qui n'est originellement pas le sien et celui donné aux enfants dont on partageait les gènes. Il t'avait laissé l'impression d'avoir cédé une partie de toi pour permettre à ces enfants d'exister. Et à trois reprises on t'avait prit ce morceau qui avait trouvé logis en ces petits êtres innocent et fragile avant déchirer ton âme en deux, jetant ta moitié trop loin d'ici pour que tu n'arrives à sentir sa présence. Tu fermes les yeux et lèves la tête au ciel dans un nouveau soupir malheureux.

Parfois tu rêvais d'un moyen de remonter le temps. Arrêter la main de ton aimée possédée avant qu'elle ne fasse couler le sang de Shiva et de ton enfant. Être présent bien plus que tu ne l'avais été à l'époque. Tout changer depuis le début. Pour elle. Pour eux. Pour vous. Parfois tu songeais qu'une aura funeste t'entourait. Ta sœur s'étant laissée noyer dans une passion néfaste. Tes parents — ton père ; ton modèle — décédés pour, quoi d'ailleurs ? Défendre une terre qui vous avait malgré cela été prise ? Sauver un peuple qui avait à peine réussi à s'en sortir ? Préserver un Espoir qui avait cependant failli disparaître à la suite de cet événement ? Et puis ta femme qui t'avais été trop vite enlevée. Tes enfants exécutés que tu avais aimé — que tu aimes encore — alors même que tu ne les avais jamais vu. Le souvenir d'Ilana, cette fillette chimérique, s'impose à toi. Laudéric — ou Léosias, rien n'avait été fixé — ce garçon à naître et rêvé. Ça avait été tellement réel. Bien trop pour ton esprit torturé. Tu aurais peut-être préféré rester enfermé dans ce beau songe, plein d'amour et de tendresse, plutôt que retrouver la dure et cruelle réalité. Il y a bien longtemps à tes yeux que tu n'avais plus participé à l'Ife Ayaye. Le dernier Í Asopọ que vous aviez travaillés était à prendre la poussière aux côtés du Sorapo. Tu rouvres les yeux comme tu lèves un bras au-dessus de toi et l'observes d'un œil terne. Pourquoi ? C'est une question que tu te poses régulièrement. Elle ne méritait pas ça. Était-ce une punition pour l'avoir prise aux mains de ton cousin ? Ce n'est pas comme si tu l'avais enlevé non-plus. Elle t'avait suivi de son plein gré lorsque tu le lui avais demandé. Toi tu l'aurais suivi à l'autre bout du monde en tout cas, même dans l'éventualité où elle aurait rejeté tes mots. Aujourd'hui encore tu étais prêt à le parcourir de bout en bout si cela pouvait te permettre de la serrer à nouveau dans tes bras. De vous offrir une nouvelle chance. De rendre réel cet Ife Ayaye rêvé.

«
Tu devrais aller te coucher. Il commence à être tard. ». Tu te retournes en direction de la voix, proche de l'entrée. Tu ne l'avais pas entendu revenir. « Que je me couche maintenant ou plus tard, ça ne changera pas grand chose. » rétorques-tu en posant ton bras sur tes yeux, t'enfermant ainsi dans une étrange et apaisante obscurité. « Et de toute façon j'ai la tête trop pleine de pensées pour m'endormir. Ça se bouscule de partout dans un désordre envahissant. J'ai moi-même du mal à m'y retrouver. » ajoutes-tu sans bouger, un rictus cynique se glissant sur tes lèvres. Un bruit — le frottement d'un objet sur un meuble de bois derrière toi — t'interpelles. Aussi tu te retournes vers l'origine de ce bruit et trouves ton Reflet, le conte en main et ses prunelles rivées sur la couverture verte. « Que feras-tu le jour où ce ne sera plus que la Sorcière qui t'apparaitra ? » t'interroges-t-il sans détacher son attention du livre. Ton visage se ferme à la question, faisant par la même disparaître ce mince rictus. Tu réponds d'une voix blanche. « Je secouerai le monde pour mettre la main sur elle, même si je dois sombrer pour ça. » - « Il ne vaut mieux pas que ça arrive alors. » commenta Sora, songeant également à Kitoe et son Reflet, disparue toute deux dans les ténèbres. Songeant à toute ces personnes auprès desquelles tu — il — nourrissais une colère farouche.
©gotheim pour epicode


Mots | 1140
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mer 29 Déc 2021, 18:38


Jamais loin des yeux

Un bruit se fit entendre dans le couloir de l'entrée. En tendant l'oreille un peu plus, on pouvait deviner le bruit de la porte que l'on essayait d'ouvrir. Ton Reflet et toi vous dévisagez mutuellement avant que Sora ne t'interroges. « Tu attends de la visite ? ». Tu nies d'un signe de tête silencieux. « Un voleur ? » - « Ce serait étonnant. » réponds-tu finalement à la supposition. Ce n'était pas le genre des habitants du coin après tout, et encore moins dans les Jardins de Jhēn. Tu te lèves alors afin de découvrir qui donc voulait pénétrer ta demeure avec tant d'insistance. Une main sur la poignée, tu tournes la clé dans sa serrure et appui sur la clanche, prêt à répondre à quelques agressions que ce soit. Seulement l'attaque que tu subis n'avait rien à voir avec tout ce à quoi tu t'attendais. Un appel ravi chanta à tes oreilles. « Papaaaa ! » s'exclame la fillette en te sautant dessus pour s'aggriper à tes jambes. En la voyant, ton cœur manque un battement comme un nœud comprima tes poumons. « Ilana ? » peines-tu à souffler en posant avec tendresse une main sur sa tête. Elle te répond avec un large sourire plein de joie. « Sora. Dis-moi que je suis en plein rêve s'il-te-plaît. » articules-tu sans te détourner de la petite Magicienne. « Je suis navré de t'apprendre que ce n'est pas le cas. Pourquoi ? Tu connais cette petite ? » te demande-t-il à son tour en s'approchant. Tu plisses les yeux, une douce tristesse emplissant tes tripes, et gardes un instant le silence, serrant la petite contre toi tandis que tu peines à croire à sa présence. Puis tu te décides à enfin briser le silence. « Parce qu'elle n'était qu'un songe la dernière fois que j'étais avec elle. » murmures-tu avec un mélange de mélancolie et d'amour. La dernière fois aussi elle t'avait appelé par ton statut paternel. Papa. Un mot si simple qui avait pourtant le pouvoir de déclencher tant de sentiments. Tout ton être était chamboulé de la savoir vivante, en chair et en os, à tes côtés. Ça avait été comme si elle s'était mêlée à tes pensées. Comme si le simple fait d'y songer l'avait invoqué. Ilana releva le visage pour trouver tes iris. « Je peux rester avec toi ? Maman elle était pas là et celle qui est à sa place elle a pas l'air gentille. » te demandes-t-elle avec un air aussi boudeur qu'ennuyé. Tu t'accroupis et lui fais face à la mention de sa mère, le cœur serré. Tu espères étrangement que sa maman ne soit pas la même que dans ton rêve. Ce serait trop dur. « Maman ? Qui c'est ta maman ? Où elle habite ? » l'interroges-tu. D'un côté, s'il s'agissait de Shiva et qu'elle avait été la trouver, c'était qu'elle savait où elle était aujourd'hui. « Bah. C'est maman. » te répond-elle avec évidence. Ce qui n'apportait que peu de réponses à ta question. « Où elle est ? Comme ça je pourrai peut-être faire partir la vilaine dame qui s'est installée chez elle. Alors on retrouvera maman et tu pourras aller la voir tranquillement. ». Tu constates une moue attristée sur le visage innocent d'Ilana s'y dessiner suite à t'a proposition. « Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi tu es si triste ? » t'inquiètes-tu en saisissant ses mains avec délicatesse, dans l'attente de sa réponse. « Je sais pas. » fit-elle finalement en détournant le visage. Un sourire amusé se glisse sur tes lèvres. « Tu sais, ce n'est pas très bien de mentir. » répliques-tu gentiment avant continuer sur un même air « Tu peux me le dire, ne t'inquiètes pas. Qu'est-ce que tu ne sais pas ? ». Alors elle reporta son regard sur toi. L'expression qu'elle affichait chamboula ton âme. « Non. Je peux pas le dire. Elle fera du mal à maman sinon. ». La réponse de la fillette eut l'effet d'une douche froide. « C'est elle qui te l'as dit ? » continues-tu ton interrogatoire. L'enfant nia d'un signe du chef. « Non. Mais je le sais. Parce que c'est plus facile comme punition si on fait une bêtise. ». Une boule d'angoisse se mit à peser sur ton estomac. « "On" ? C'est "tu" que tu veux dire, non ? ». La petite lève le visage vers le tien. Non, c'était bien "on", il n'y avait pas d'erreur. Tu te tournes vers Sora, tes iris croisant le miroir des siennes.  Une pensée te traversait et il semblait être aussi inquiet que toi. Songeait-il sûrement à la même chose. « Dis-moi Ilana, tu sais comment elle s'appelle la vilaine dame ? » questionnes-tu la petite. Elle hésita. Elle s'interrogeait sur la possibilité ou non de lui dévoiler le nom de la méchante sans subir de réprimandes ensuite. « Vulpina ? » répond-elle enfin d'une voix peu assurée. Pas qu'elle l'ignorait. Mais elle craignait de faire une bêtise. Une crainte qui prit plus d'ampleur tandis que tu te figes à l'évocation de la Sorcière, un voile sombre tombant sur ton visage. « Papa ? ». Tu poses tes prunelles sur la Magicienne et lui offres un sourire apaisant avant l'amener contre toi et la serrer avec affection. « Tout va bien. Je suis là. Ce n'est pas grave si tu ne peux pas dire où elle se cache. Si tu as peur, ne dit pas que tu as dévoilé son identité. Et moi je ne t'embêterai plus avec ça. ». Tu ne voulais pas la mettre en danger plus qu'elle redoutait déjà l'être. Qui plus est, ce n'était pas à une enfant de résoudre le problème des adultes. Ses petits bras vinrent enlacer ton cou à la recherche de ton amour et ton réconfort. Pourtant, malgré tes paroles et tes actes que tu voulais rassurantes et aimantes, tu n'arrives pas à effacer le terne de tes yeux et le marbre de tes traits. Elle craignait pour sa mère plus que pour elle et elle avait raison car, oui, cette Sorcière était absolument capable de scarifier ou mutiler ton aimée en simple représailles. Elle l'avait déjà fait. Tu fermes les yeux pour apaiser ton cœur en proie à la colère, cherchant la paix auprès de cette chimère qui n'en était plus une.
©gotheim pour epicode


Mots | 1065
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Lun 03 Jan 2022, 21:55


Jamais loin des yeux

Tu t'étais installé prêt de la fontaine. De fines gouttelettes s'en échappant telle la bruine des cascades. venaient trouver refuge dans tes cheveux. D'un œil mêlant mélancolie et amour, tu fixes Ilana qui joue avec Avetis. À la voir dans ses façons d'agir, c'était comme si elle avait grandit à ses côtés et toujours vécue avec lui. Avec toi. Tu ne pouvais t'empêcher de songer à ce qu'elle t'avait révélée la veille. Elle sait où se cache celle que tu cherches depuis trop longtemps maintenant. Ton espoir, jusqu'alors tremblant du doute de la retrouver un jour, avait finalement reprit un peu de sa vitalité. Ton cœur se serrait pourtant de ne pouvoir obtenir rien de plus qu'un nom. Seulement un nom. La confirmation de l'identité de sa mère. Une torture en soit en repensant à ces fois où l'on vous avait privé de cet enfant. Un enfant qui avait prit les traits d'Ilana dans tes rêves. Ilana qui en était sortie pour vous considérer, à l'instar de ce songe, comme ses parents. Elle avait voulu retrouver sa mère. C'était la Sorcière qui lui était apparue de la même façon qu'elle t'apparaissait de plus en plus souvent à toi aussi. Alors elle était revenue à tes côtés.

Tu entends quelqu'un approcher. Tournant le visage en sa direction, tu constates l'arrivée de Valuë. Peut-être n'était-ce que ton imagination, mais tu avais l'impression que son œil était étrangement rivé sur toi depuis quelques temps. « Bonjour Nefraïm. Tu as de nouveau adopté un enfant je vois. » fait-elle remarquer une fois à proximité. Tu reportes alors ton attention sur la fillette. « Non. C'est elle qui m'a adopté. » la corriges-tu. « Qu'est-ce que tu entends par là ? » t'interroge-t-elle en s'asseyant à tes côtés. Tu ne réponds pas immédiatement, revoyant son apparition miraculée la veille. « Elle est arrivée à la maison hier soir. Après avoir couché Avetis. » - « Hier soir ? Était-elle seule ? » rétorque ton aînée, étonnée, avant marquer un temps de réflexion. « Il est possible qu'elle se soit perdue. Devait-elle chercher de l'aide et un abri le temps de la nuit... ». Tu nies d'un signe de tête avant qu'elle ne continue. « Non. Elle n'était pas perdue ou même abandonnée. Elle rentrait seulement chez elle retrouver son père puisque sa mère n'était pas là. » - « Sa mère ? » questionna ton aïeule, un soupçon de méfiance s'immisçant dans sa voix. « Shiva. » réponds-tu avec le détachement de ceux ayant encore du mal à considérer telle chose comme réelle. L'Immaculée te fixa longuement, prise d'un mutisme soudain à cette révélation. « Je croyais pourtant... » - « Que nous n'avions pas d'enfants ensemble ? C'est exact. Elle n'a pu mener aucune de ses grossesses à terme. » la coupes-tu d'un ton sans émotions, ton poing se serrant sur le tissu de ton pantalon malgré tout comme tes tripes se tordirent en repensant à ces instants volés. Un flottement suivi tes mots tandis que Valuë posa son regard sur la petite Magicienne. « Alors comment se fait-il qu'elle vous considère mutuellement comme ses géniteurs ? ». Tu te pinces tes lèvres. Toi-même tu te la posais cette question. « Je l'ignore. » lâches-tu dans un souffle. Comme tu ignorais comment la petite pouvait en savoir plus que toi sur la situation de ton aimée. « Es-tu certain que sa présence soit une bonne chose ? Qu'elle ne soit pas la création de cette Sorcière destinée à te tromper ou te déstabiliser ? ». Ça aussi tu l'ignorais. C'était tout à fait possible. Qui sait ce que pouvait avoir en tête ce Parasite. Tu te refusais à le croire cependant. « Nefraïm. » t'interpelle-t-elle finalement d'une voix grave. Ce n'était jamais une bonne chose cela par contre. « Prends garde à toi. Tu t'impliques bien trop dans cette affaire. Tu en viens à totalement délaisser ton propre peuple. ». Tu fronces les sourcils et tournes les yeux en direction de ton aïeule. « Alors quoi ? Qu'est-ce que je suis sensé faire dans ce cas ? Abandonner Shiva ? Ne plus rien faire pour la retrouver ? Ignorer son sort ? Chaque jour qui passe l'éloigne un peu plus de nous. Je ne peux pas rester sans bouger en sachant cela. » rétorques-tu avec virulence. Elle laissa fuir un soupir. « Non. Évidemment que je ne te demandes pas de cesser tes investigations. » fit-elle avant marquer un temps, posant un œil sévère sur ta personne. « Toutefois, agir ainsi jour et nuit ne peut rien t'apporter de bon non plus. Chaque fois que tu te heurtes à un obstacle ou à un échec se trouvant sur la route te menant à Shiva, ton cœur s'assombrit. Cela se voit. En ce moment particulièrement. Il y a un éclat qui a disparu chez toi et ne passe pas inaperçu. ». Tu baisses la tête à cette réprimande, te murant dans le silence. « Il est bien assez d'une Déchue dans la famille. » conclut-elle en se levant. Tu ne réponds rien. Elle avait probablement raison sur la disparition de cet éclat. Tu songes cependant qu'il avait bien plus à voir avec l'artefact caché dans ton tiroir que les résultats de tes recherches. Son utilisation n'avait rien de mieux que la déchéance cependant. Peut-être était-ce pire encore. Toutefois, s'il te permettait d'avancer dans tes recherches, alors tu t'en moquais. « D'ailleurs, quand tu iras mieux, il faudra que je te parle de quelque chose. » ajouta rapidement Valuë en portant une dernière fois son attention sur toi avant s'éloigner. Toi, tu fus intrigué par ces derniers mots. Que pouvait-elle bien vouloir te dire pour devoir attendre que tu sois en meilleures dispositions.
©gotheim pour epicode


Mots | 962
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Jeu 06 Jan 2022, 20:37


Jamais loin des yeux

Le soir venu et le souper englouti, tu allais coucher Avetis en premier, celui-ci étant bien exigeant en conditions pour accepter de s'endormir. Ainsi, comme chaque soir, tu conclus le rituel par ce conte dont jamais il n'en entend la fin. Puis, dans l'entrebâillement de la porte, tu jettes une dernière œillade sur lui avant le laisser aux mains d'Harabella. Alors seulement tu pouvais t'occuper d'Ilana. Tu lui avais montré dans la journée comment elle pouvait replier ses ailes pour ne pas être ennuyée avec. Bien qu'elle réussi le tour avec facilité, elle n'avait pas voulu les faire disparaitre avant l'heure du coucher. Et, à son tour, tu précèdes l'extinction des feux par une histoire. Nul besoin de livres ici cependant. Ce qu'elle te demandait te ramenait dans un passé révolu. Ta vie à la Citadelle Blanche, avant qu'elle ne disparaisse. Ta vie sur les Terres Blanches, avant qu'elle ne vous soit volée. Ta vie avec Shiva, avant qu'elle ne disparaisse. C'était à la fois douloureux et chaleureux. La douleur du souvenir, la chaleur de ces instants paisibles.

La petite à son tour endormie, tu rejoins le salon. Sora t'y attendait. Cela faisait plusieurs soirs de suite. Ce n'était pas commun. « Pas de conte ce soir ? » te demande-t-il en constatant tes mains vides. « Pas ce soir, non. » réponds-tu avec mélancolie. « Je souffre de ne pas pouvoir la voir. » ajoutes-tu en faisant face à la cheminée, les deux mains en appui sur le bois au-dessus de l'âtre. « Comment peux-tu savoir s'il s'agira de la Sorcière ou de Shiva qui ressortira du livre ? » te questionne-t-il à nouveau. « Parce que c'est évident. Depuis le temps j'ai fini par comprendre que sa présence ne dépend plus d'elle. Alors pouvoir la retrouver deux soirs d'affilés ? Non, je ne crois pas la chose possible. » expliques-tu avec cynisme. Et, sur cette conclusion, tu peux entendre ton Reflet s'éloigner. Un vif regard derrière toi. Il avait disparu. Tu en profites pour récupérer la bague dans le double fond d'un tiroir. Ce tiroir où était également rangé le miroir que t'avait confiée Kyra. Tu n'en avais pourtant jamais fait usage, malgré ce qu'il était capable de te montrer. Probablement par crainte d'y voir quelque chose de plus déplaisant encore que la présence de la Sorcière lorsque tu ouvrais le conte. « Que fais-tu ? » entends-tu le Reflet t'interroger. En te tournant vers lui, tu arques un sourcil. « Tu es une véritable boîte à questions ce soir. » commentes-tu en lui faisant face, cachant la bague dans ta veste en y glissant tranquillement les mains. Puis c'est la surprise qui esquisse les traits de ton visage tandis que tu remarques l'épais ouvrage vert entre les mains de ton double. « Tu ne devrais pas les ignorer. Shiva en serait terriblement affligée que tu refuses à espérer la voir juste un soir. Quant à la Sorcière, elle pourrait penser que tu commences à abandonner. À l'abandonner. ». Tu ne réponds pas, détournant uniquement le regard jusqu'à ce que tu entendes le bruit sourd du conte s'écrasant au sol. Un pincement vint étreindre ton cœur en détaillant la silhouette apparue. « Je te l'avais dit. Ce ne serait pas Shiva qui serait présente. » siffles-tu avec dureté. Dans un même temps, de façon inconsciente ou non, tu n'en étais pas certain, l'anneau caché vint se loger autour de ton majeur.

La brûlure ardente du Vice écrasant ta Vertu. Le terrible poids de la noirceur soufflant ta lumière. Et la rage de la vengeance remplaçant ton désespoir vivant. En une seconde tu sens l'Ange s'effacer de façon brutale, le Sorcier bousculant ton essence première. Les yeux rivés sur toi, Sora reste figé de stupeur face à la transformation qui s'effectuait sous son regard. Physiquement, rien n'avait semblé être changé. Il sentait cependant ce qu'il se passait. Rien de bon. C'est un râle de souffrance qui s'échappe d'entre tes lèvres tandis que tu te tordais de la résistance de la magie de Lumière contre celle des Ténèbres. Elle avait bien du mal cependant faire front. La haine que tu portes à ta paire nourrissait cette magie que tu abhores, lui laissant tout les droits sur ton être. Du coin de l'œil tu vois sa silhouette, toujours présente, gonflant ton cœur de rancune. Tu te redresses alors vivement et tends la main pour attraper la Sorcière à la gorge sans la moindre aménité. Tu ne pus cependant pas resserrer tes doigts sur le frêle cou qui te faisait face, sa silhouette s'effaçant brusquement en un volute de fumée. Ça ne faisait pourtant pas trente secondes. Pourquoi alors ? À ton tour surpris par l'événement, tu ne vois que trop tard ton presque-Reflet avancer sur toi et t'aggriper le bras, une lueur de colère brillant dans ses iris ambrées. Une nouvelle souffrance, lancinante, te tortures l'âme annihilant lentement ta noirceur. Tu essaies de t'échapper, il t'en empêche. Alors tu sombres dans l'abîme de l'inconscience.

Le craquement d'une bûche dans l'âtre accueille ton réveil. Tu t'essayes à te redresser sur le canapé dans lequel tu es allongé mais, saisis d'une affreuse migraine, tu restes cloué sur les larges coussins. Dans un râle douloureux, tu portes la main à ton front. « Ça y est. Tu es réveillé. » entends-tu Sora siffler. « À peu près. » articules-tu avec difficulté. « T'es qu'un con. J'espère que tu t'en rends compte. ». Tu fronces les sourcils avant tourner le visage en sa direction. Il semblait épuisé. « C'est sympa ce que tu dis là. » répliques-tu. Tu aurais aimé t'exprimer avec la même virulence que lui. Tu n'en avais pas la force. D'autant que son état ne semblant pas meilleur que le tiens te laissait suggérer qu'il ne s'était pas sorti indemne de la situation non plus. « C'est pourtant la vérité. Tu te rends compte de ce qui aurait pu arriver si le conte n'avait pas mit un terme à la présence de Vulpina ? » attaqua à nouveau le Reflet. À l'évidence sa colère primait sur sa fatigue. Une grimace prit place sur ton visage. Le simple nom de ce parasite te répugnais. Pourtant il y avait quelque chose qui vint te répugner plus encore tandis que tu te remémores les minutes précédent ton malaise. Alors tu comprends mieux sa réaction, un nœud venant tordre tes intestins comme tes yeux commencèrent à s'embuer. Comment avais-tu seulement pu songer à agir d'une telle façon ? « C'est vrai. Tu as raison. J'ai vraiment agit comme un con... » murmures-tu en posant le bras sur tes yeux, de fines perles salées commençant à s'en échapper.
©gotheim pour epicode


Mots | 1113
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Jeu 07 Avr 2022, 16:50


Jamais loin des yeux

Les jours qui suivirent l'événement furent difficiles à vivre. Difficiles à supporter. Tu revoyais encore, et encore, et encore, l'instant terrible où ta main s'était refermée sur le cou de Vulpina — de Shiva. Tu te souvenais de la rage t'ayant envahit corps et âme, te poussant à ce geste extrême et affreux. Tu ressentais toujours le sang tournant dans tes veines, devenir âpre et amer. Tu tremblais de la facilité avec laquelle les ténèbres avaient écrasées ta lumière et inondées ton esprit. Ce soir là, tu avais décidé de quitter les Jardins de Jhēn, juste pour quelques jours, laissant à Sora la gestion de la maison et des enfants. Il le fallait. C'était nécessaire. Pour protéger Avertis et Ilana. Pour protéger la famille. Pour te protéger.

À genoux dans l'herbe, tu plonges les mains dans le cours d'eau et les y laisses quelques instants. La fraîcheur du ruisseau venait mordre ton épiderme en de désagréables picotements. Ça n'avait aucune importance. Le regard perdu sur tes paumes immergées, tu ressasses les derniers jours écoulés et ce qu'il s'y était passé. La solitude dans laquelle tu venais de t'enfermer, plus encore qu'auparavant, te permettait de mieux réfléchir à tes actes. Ceux passés. Ceux à venir. Tu étais prêts à tout. Tu l'avais dis. Tu l'avais pensé. Et plus d'une fois. Tu te demandais aujourd'hui s'il n'y avait pas une limite à ce "tout" finalement. Peut-être venais-tu même de la franchir en essayant cette bague ? Tu avais songé pouvoir faire marche arrière en cas de pépin lors de son utilisation. Tu en étais moins certain aujourd'hui. Ou bien il te faudrait bien plus de temps que ce que tu t'étais figuré. Encore aujourd'hui, alors que trois jours étaient déjà passés, tu étais pris de vertiges jusqu'à parfois te retourner l'estomac à en recracher ton repas. Tu savais quel genre de mal en était la cause. La rencontre entre deux essences trop contraires pour cohabiter paisiblement. Malgré cela, malgré les efforts que tu fournissais et que tu auras encore à fournir, tu n'étais pas certain de vouloir déjà abandonner cette option.

Tu exhales un souffle et portes enfin les mains à ton visage. L'eau glacée contre ta peau t'arrache un frisson le long de ton échine. Des gouttes logées dans tes mèches blondes brillaient au soleil. D'autres les fuyaient, s'écoulant semblables à des larmes, flegmatiques, le long de tes tempes, de tes joues et de ton nez pour retourner à la source d'où elles provenaient. Tu tentais trouver une solution conciliant envie et possibilité. Rien ne te venait. Tu avais l'impression d'être dans une impasse étouffante. Tu n'avais guère le choix et ceux que l'on te proposait ne te convenait pas vraiment pour des raisons logiques et d'autres tout à fait irrationnelles. Cet artefact t'était trop inconnu. Effrayant dans ses effets. Il pouvait t'éviter de ne plus vivre sous les Vertus si le pire devait advenir. Agir de la pire des façons sans hésitations s'il le fallait. Il pouvait également précipiter ta chute. Te faire tomber dans un gouffre duquel jamais tu ne ressortirais.

Peut-être n'y avait-il simplement aucune solution en fait.

Tu pousses un soupir et te redresses pour retourner sous la protection de la tente. La toile retombant derrière toi alors que ta main la retenant trouva le confort de tes proches, tu balaies l'environnement des yeux, ton regard se perdant dans l'ameublement. C'était trop pour toi tout seul. Finalement tu rejoins l'un des nombreux couchage de l'abri. Le silence et la solitude étaient propices à la réflexion, certes. Tu n'appréciais que peu cette dernière cependant car elle te ramenait à cette solitude dans laquelle les Démons, cette parasite et les Nadivh t'avaient enfermés. Un espace de mort et de désespoir. Ils avaient passés leur temps à t'enlever tes repères. La disparition de Shiva avait été cette fois de trop.

Un sifflement irrité traverse l'air. Il était peut-être temps de rentrer. De réflexions en réflexions, tu commençais à te perdre dans un tourbillon de détresse et avait le sentiment de chaque fois plus t'éloigner d'une solution acceptable. Et, à ce rythme, les choses risquaient de mal tourner. Il s'agissait plus d'une supposition que d'une réelle évidence. Le simple fait que tu ais pu envisager troquer l'Ange contre le Sorcier était déjà là sombre idée de trop et synonyme de mauvaise augure. Une pensée se faufila dans ton esprit, plissant les yeux comme tu l'accueilles amerment et tristement. Un cœur trop éprit, à brûler d'amour aux côtés de sa moitié, souffrait tant lors de la séparation. D'autant que la votre avait été trop brutale. On te l'avait poignardé à trois reprises en t'enlevant tes enfants. On te l'avait broyé en t'enlevant Shiva. On te l'avait réduit en cendres lorsqu'elle avait disparue. Si le seul lien de l'amour était capable de telles tortures, qu'en était-il du Lien ? Était-ce ce genre de souffrance qu'un Gardien pouvait ressentir à la perte de son protégé ? Il fallait être fou — au mieux masochiste — pour accepter et chérir tel pacte. On ne pouvait sciemment être prêt à subir ça. Toi, du moins, te refusais à te préparer à ce genre de séparations. Tu n'y survivrai pas une deuxième fois.
©gotheim pour epicode


Mots | 869
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Ven 08 Avr 2022, 14:17


Jamais loin des yeux

Cela faisait presqu'une semaine que Nefraïm était parti. Où ? Tu l'ignorais. Il n'en avait rien dit. Le fait étant que le temps commençait à se faire long. Ça devenait inquiétant, surtout après ce qu'il s'était passé avant son départ. Tu t'imaginais le pire et le plus impensable à mesure que les jours passaient. « C'est quand il revient papa ? ». Tu te tournes vers Ilana, le poing fermement accrochée à ton pantalon. « Je l'ignore. Bientôt j'espère. » lui réponds-tu en toute franchise en t'abaissant à sa hauteur, un sourire réconfortant répondant à sa moue ennuyée. Cependant, le sort de l'Ange t'étant inconnu, préférais-tu éviter les mensonges et faux espoirs. « Iyanaaaaaaa ! ». Ton œil passant derrière l'épaule de la fillette, elle-même tournant la tête vers la voix qui l'appelait, un rire bref t'échappes. « Je crois qu'Avetis te cherche. » commentes-tu en reportant ton attention sur la petite Magicienne qui opina du chef avant faire demi-tour et courir trouver celui qu'elle considérait comme son frère.

Tu quittes à ton tour le salon et te diriges vers la chambre de ton modèle, devenue la tienne depuis son absence. Sur le pas, et tandis que tu allais vers une large commode de bois clair, ta marche devint hésitante et craintive. Une main sur chacune des poignées du long tiroir, tu marques un temps, celui pour un soupir résigné, avant le tirer vers toi et dévoiler son contenu. Ne s'y trouvait que quelques souvenirs chéris et une unique pièce de tissu. Un long et large ruban fin carminé, issu du Sorapo. Tu te saisis de l'écharpe avec amour et alla t'asseoir sur le lit. Le cœur serré, tu en caresses l'étoffe avant la porter à ton visage et y cacher tes yeux brillants de détresse. Tu ne montrais que rarement tes sentiments envers Shiva et la peine qui les accompagnait. Tu savais que Nefraïm te remettrait à ta place de copie si tu en faisais trop démonstration devant lui. Il brandirait le fait que ton amour n'est dû qu'à l'existence de ses sentiments. Que tu ne faisais que reproduire son schéma psychique et que tu aurais copié quelqu'un d'autre, tu aurais été totalement indifférent à son épouse et son terrible sort. Des mots que tu devinais sans que tu n'ais jamais eu à les entendre car il ne t'avais jamais vu ainsi. Mais, malgré le secret de tes larmes, il t'étais évident qu'il devait déjà se douter de cette réalité. Que ton cœur était aussi atteint que le sien. Tu étais lui. Elle te manquais autant qu'il lui manquait. Tu souffrais autant que lui souffrait. Tu haïssais autant que lui haïssait. Tu aimais autant qu'il aimait. D'une passion destructrice. D'un amour dangereux. Un hymen aussi effrayant que l'était la mort. Aussi doux que l'était l'affection.

«
Papa ! ». La voix des deux enfants chanta jusque tes oreilles. Après une inspiration, tu ranges la bande de tissu et rejoins le salon d'où l'exclamation d'Avetis et Ilana t'étais parvenue. « Je commençais à croire que tu n'allais jamais revenir. » commentes-tu en t'appuyant sur l'encadrement de la porte liant le couloir au salon. Tu dévisages l'original avec attention tandis qu'il serrait les petits dans ses bras. Il ne semblait pas avoir changé. Tant mieux. « J'ai pris une décision. » déclara-t-il avec une assurance nouvelle. Il n'eut pas besoin d'en dire plus. Ce qu'il avait vécu cette dernière semaine s'imprimait par image à ton esprit, ses réflexions avec. Elles devenaient tienne. « Tant mieux. » lâches-tu dans un soupir rassuré.

Tu verses l'eau chaude dans le réservoir de la cafetière et remplis le récipient dessous de grains de café préalablement moulu, puis mets le tout sur le feu. Seulement alors tu reportes ton attention sur l'Ange assis à table. « Tu es sûr que tu ne changeras pas d'avis ? ». Il nia d'un signe de tête, son regard incapable de lâcher Avetis et Ilana. « Cet objet m'effraie en grande partie. Qu'est-ce qu'il se serait passé si la silhouette de cette Sorcière n'avait pas disparue ? Que se passerait-il si je devais la revoir, cette bague au doigt ? Je ne veux pas craindre de définitivement perdre Shiva de mes propres mains pour avoir succombé à la haine. Je n'y survivrais pas. » souffla-t-il, le vague à l'âme. Tu laisses un silence passer. Il n'était pas lourd. Ni même glacial. Seulement nécessaire. Élégiaque. « Valuè désire te voir. » changes-tu de sujet sans la moindre transition. « Pourquoi ? » - « Qu'en sais-je ? Peut-être s'inquiète-t-elle juste de savoir si tu vas mieux. ». Tu le vois exhaler un souffle ennuyé. « Tu n'y es pas allé la voir à ma place ? » - « J'ai considéré qu'il valait mieux que ce soit toi qu'elle rencontre. » - « Mais tu es moi, non ? » - « Quand ça t'arranges... ». Tu avais susurré ces derniers mots, détournant le regard pour y cacher la lueur agacé qui y prit naissance. « Qu'est-ce que tu dis ? » rétorqua pourtant Nefraïm. Sans comprendre ce que tu avais dis, il t'avait tout de même entendu. « Rien. Rien d'important du moins. » réponds-tu donc en portant à nouveau ton attention sur son visage. C'est le soupçon que tu devines cependant dans le dessin de sa figure. « Ce n'est pas moi qui ait porté la bague. Je suis toi, oui, mais je n'ai pas été autant touché par les effets du bijou. Ma magie n'a pas été affecté. Je ne fais seulement que reproduire les effets et les douleurs. Mais je n'ai pas vécu cette transformation et la colère qui t'as mené à vouloir étrangler l'image de Vulpina. ». Un voile de regret tomba sur le visage de l'Okan à tes mots. « Il vaut mieux que tu ailles la voir toi. » insistes-tu pour toute conclusion, ce à quoi il répondit par un soupir las.
©gotheim pour epicode


Mots | 992
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4725
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Sam 28 Jan 2023, 22:58


Jamais loin des yeux

Ce n'était jamais rien quand la matriarche requérait — quoi que sommer serait plus juste — un entretien. Ce n'était pas nécessairement mauvais signe. Cependant, dans ta situation et au regard des derniers mots qu'elle t'eut adressés, tu n'envisageais pas la conversation à venir comme particulièrement amène. Tu étais installé sur le rebord de cette même fontaine sur laquelle tu te trouvais la dernière fois qu'elle s'était adressée à toi. C'était elle-même qui t'avait proposé d'échanger ici. En terrain neutre. Un livre à la main, cela fait maintenant la dixième fois au moins que tu relis la même ligne. Impossible de te concentrer sur ce qui y est écrit. Après un soupir, tu te résignes à mettre un terme à ta lecture et refermes l'ouvrage. Tu lèves le visage. Ton regard se pose sur les enfants, un peu plus loin. Ils jouaient à la marelle, innocents et enjoués. Parfois, tu rêvais de retrouver leur âge. Le monde était si beau dans le regard des enfants. Si enchanteur. Rien ne pouvait avilir la pensée délicate d'un enfant. Ils se remettaient avec une extraordinaire rapidité des heurts et des pleurs. Ces épreuves restaient ancrées dans leurs chaires, évidemment. Mais elles n'abîmaient que peu la gaieté qui les habitait. Ils avaient cette force pure qui manquait cruellement aux adultes. Tandis que ton cœur à toi n'avait cessé de saigner depuis ce jour maudit. Aucune magie n'avait su refermer la plaie qui le creusait. Ni le temps ni les mots n'avaient été efficaces. Avetis seul avait, pendant un temps, réussi à recoudre cette entaille, trop profonde cependant pour oublier sa présence. Ilana l'avait rouverte, déchirant plus encore ton palpitant. Ce n'était pas son intention première, bien sûr. Néanmoins, chaque fois que tu caressais son visage de tes yeux, tu revivais ce rêve, aussi doux qu'il fût terrible, au côté de Shiva. Alors ton esprit se dissolvait ; ton âme s'éteignait ; ton cœur devenait cendre.

«
Bonjour Nefraïm. ». Tu te tournes vers Valuë qui s'approchait. « Je suis heureuse que tu daignes enfin me voir. » - « Je ne peux pas fuir éternellement. » commentes-tu, ironique, en reportant ton attention sur les enfants. « Tu t'y es pourtant très bien employé ces derniers jours. ». Tes lèvres s'étirent en un mince sourire à la remarque. Ton aînée s'asseyant à tes côtés, tu te trouves interpellé par une silhouette, jusqu'alors cachée derrière l'Ànjonú, immobile et silencieuse. Tu la distingues seulement du coin de l'œil et il te faut te tourner vers elle pour pouvoir saluer cette personne. Ton cœur manque alors un battement. « C'est quoi ça ? ». Ce furent les seuls mots que tu fus capable de prononcer. Ils étaient rudes, âpres, acérés. L'expression de cette rancœur persistante que tu nourrissais envers ta sœur. Une rancœur néanmoins touchée par ton amour fraternel et inaltérable. « Qu'est-ce que ça veut dire ? » ajoutes-tu vivement. L'Immaculée se referma plus encore sur elle. « Ça, c'est une Ange rescapée des Terres Blanches. Elle a besoin d'aide, comme tous ceux et toutes celles qui en sont sorties lors du dernier assaut. » - « Des Terres Blanches ? » souffles-tu alors, plus posément. « Depuis quand s'y trouvait-elle ? ». L'interrogation ne venait pas de nulle part. Tu avais vu Kyra sur Boraür, quelque temps après la Coupe des Nations. Quand avait-elle pu se faire tuer après votre rencontre ? « Trop longtemps pour qu'il s'agisse de Kyra. » répondit finalement ton aïeule. Tu constates la brune se crisper. « Qui plus est, Samuel a confirmé que ta sœur est toujours à Avalon. ». Tu poses un vif regard sur Valuë, en constatant le ton sec de sa phrase. « Et vous voulez que ce soit moi qui m'occupe d'elle. ». Ton aïeule confirma d'un sourire. « Et pourquoi la confier à mes soins ? » alors que tu n'arrivais pas à te soigner toi-même. « Il est de notoriété qu'une âme se guérit mieux auprès des personnes aussi blessées qu'on puisse l'être. ». Elle se redressa pour se rapprocher de la brune. « Elle se fait appeler Tameka. » reprit-elle en posant une main dans le dos de cette dernière, l'invitant à se rapprocher. « À partir d'aujourd'hui, tu auras pour tâche de l'aider à s'intégrer auprès des nôtres, et à réparer son âme, comme elle réparera la tienne. » - « Quoi ? » s'étrangla la nommée Tameka. « Comment je peux faire ça moi ? ». Elle semblait affreusement paniquée. Elle n'obtint aucune réponse cependant, Valuë s'éloignant déjà pour vaquer à d'autres occupations. Alors tu exhales un souffle, ennuyé. « Tameka donc. » t'adresses-tu à elle, peut-être trop sèchement pour sa pauvre personne. Elle n'était peut-être pas Kyra, elle possédait tous ses traits physiques. Ce simple fait te rendait amer. « Oui... » murmura-t-elle, levant enfin la tête pour te regarder réellement. Le même bleu. « Et tu as un nom, Tameka ? ». Elle ne sembla pas comprendre ta question. « Un nom de famille. » précises-tu donc. Pourtant, elle demeura toujours aussi perdue. Alors tu exhales un nouveau souffle. Ça allait être long. « Peu importe. Viens. » conclus-tu en l'invitant à ta suite avant appeler les enfants. Voilà un problème dont tu te serais bien passé. Tu avais déjà assez d'une Sorcière. Car si elle n'était pas Kyra, et qu'elle n'était pas un Reflet non plus — elle ne serait pas ici, mais à Avalon —, alors qui était-elle réellement ? Tu n'aimais pas ça. Tu tournes le visage vers le sien, baissé. De cette simple vision, tu commences à comprendre la volonté de Valuë. Elle était marquée par la torture et la souffrance. Physiquement. Mentalement. Ça se voyait. Tu le voyais. Car tu connaissais ça. Tu l'avais déjà vécu. Tu le vivais encore. Peut-être avait-elle raison. Il était toujours plus aisé de parler d'écorchée à écorché.
©gotheim pour epicode


Mots | 984 (et on va s'arrêter là histoire de passer à autre chose hein)
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la-p
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] - Jamais loin des yeux | Nefraïm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q] - Plonger dans les ténèbres pour elle | Nefraïm
» Amour, tu me tueras | Nefraïm
» [Q] - L'ombre bleue | Nefraïm
» [XII] Surprise surprise ! | Quête Nefraïm & Elijah
» Brise de Panique [Anges & Orines - Nefraïm & Shuri]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres du Lac Bleu :: Jardins de Jhēn-