Le Deal du moment : -40%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
29.99 €

Partagez
 

 [A.] Mâdary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Dim 25 Oct 2020, 02:30


Illustration - Alena Aenami
Mâdary

Partenaire - Solo
Intrigue - Sous les indications de son Humaine, Neah s'essaie à l'apprentissage des bases de la danse chez les Humains - en parallèle avec La Liste de nos Rêves




Neah Katzuta venait de détourné les yeux, essayant de se concentrer sur la maîtrise de l'archet de cet homme, captivant autant les oreilles que les pas de danse de son auditoire. Maintenant que la vérité était dite, il n'osait voir l'expression de sa compagne, craignant d'y voir la désillusion. Il connaissait son amour concernant cet art dont les Humains conservaient les secrets. En tant que Gardien, il aurait eu le droit de pratiquer en leur présence, de suivre leurs enseignements, mais il n'avait jamais pris ce temps. Ce n'était pas qu'il n'en était pas capable, ou qu'elles lui déplaisaient en comparaison de celles des Anges, ou des Magiciens, qui correspondaient plus à ses standards, seulement ...

Je me doute que tu ne connais pas nos Mâdary !

Son rire venait heurter ses oreilles telle la vague épousant un rocher marin, son regard étonné se posait sur le visage souriant de Mancinia.

Que croyais-tu ? Je suis consciente que tu ne les as pas apprises ! Elles sont d'ailleurs loin d'être dans le style que tu pratiques, mais tu sais ce que l'on dit, Neah ...

Dans un mouvement gracieux, elle prit appui sur ses pieds, tournant sur elle-même en effectuant un demi-arc de cercle autour de lui, passant de son côté droit vers sa gauche, tandis qu'il suivait son action de son oeil valide.

La Vie est comme une Mâdary, elle ne danse qu'un instant pour chacun !

Un sourire étirait les lèvres de l'Ange, aimant la poésie dans ce qu'il entendait, tout comme la beauté de cet art qui capturait les yeux et enveloppait le coeur d'une douce étreinte. Lih Mâdary nin Hashri. Certaines étaient reconnues au-delà de leurs territoires en raison de leurs spécificités, mais aussi de l'ancienne nature nomade, mais si certains peuples appréciaient de les observer, ils ne se seraient pas risqués à les apprendre, tant il était rigoureux de connaître certaines des chorégraphies. Ce n'était d'ailleurs pas permis, puisque certains gestes, voire certaines danses étaient interdites à ceux qui n'étaient pas des Enfants de Sympan. Il existait quelques exceptions lorsqu'un mariage était célébré ou un Lien admit. Il était alors bien vu pour ces étrangers de pratiquer lors des célébrations. C'était dans leur sang, cela se voyait, cela se ressentait. Au Bal d'Encens, elle l'avait littéralement séduite. Il aurait tout donné pour être son partenaire en cet instant, se remémorant avec un sourire discret l'événement qui l'avait conduit, pour la première fois, à voir ce qu'était leurs expressions scéniques. La Recrue d'alors avait-elle pris conscience de ses sentiments à cet instant, ou l'avait-elle toujours su ? N'avait-il pas aimé Mancinia dès leur premier regard ? Peut-être que les Jumeaux Yüerell avaient compris ? Peut-être que Raeden l'avait vu, lui aussi ? Ils avaient probablement tous su, avant les deux principaux concernés, l'état de leurs sentiments.

Qu'il était ... Jeune.

Bien que cela date d'une quinzaine d'années, l'impression d'avoir pris trois siècles depuis était impressionnante. Sans doute aurait-il pu lui demander, ce soir-là ? Sans doute auraient-ils pu valser ensemble dans les environs, mais cela n'avait pas traversé son esprit. Rien ne valait leurs retrouvailles, leur réconciliation. Et puis vint la Guerre ... L'absence de l'être pour qui battait son coeur. Neah était loin d'être un soliste et il était absolument incapable de réaliser ce genre de danses, presque intimes, avec une autre. C'était Mancinia qu'il voulait. Et personne d'autre. Évidemment, en raison de sa proximité avec la race, il avait prit connaissance des habitudes, de quelques pas récurrents, de l'importance des gestes et des regards entre des praticiens expérimentés, mais en l'état, jamais son niveau n'égalerait celui d'un Humain. Peut-être pourrait-il apprendre, maintenant ? Même s'il n'était pas aussi passionné de danse que sa partenaire, ce serait idiot de la céder aux bras des autres simplement par nonchalance. Être proche d'elle était ce qui lui importait et ce n'était pas une demande compliquée. Encore que ...

Je sais quelles sont vos danses ! reprit-elle. Aériennes, avec des mélanges d'ombre et de lumière, comme une ode à l'équilibre et à la douceur. C'est aussi artistique que les nôtres, bien n'exagérons rien, c'est bien moins rythmées, hé !

Son insolence, son sourire, son buste bombé de fierté ... Un sourire apparu sur le visage de l'Ange, essayait-elle de le convaincre ? Craignait-elle que son silence soit le signe d'une certaine honte ? Voulait-elle l'ennuyer en le mettant au défi ?

Ne te moque pas.
Je suis incapable de me mouvoir à tes côtés pour l'Itolẹsẹ Ọrun, pourquoi voudrai-je rire de toi ?

Son soupir démontrait son agacement sur ce point. Mancinia aimait le rythmique, c'était indéniable. Si, pendant longtemps, il l'avait ignoré et qu'elle avait favorisé la discrétion aux grands rassemblements, les choses avaient changées. Ils avaient changés. Si l'Humaine avait pu apprendre les danses des Anges, elle les auraient apprises à s'en faire saigner les pieds. Évidemment, ce n'était pas le cas, celles-ci se déroulant dans airs et, sans doute que l'Ange aurait adoré la tenir dans ses bras au rythme de leurs ailes. Il n'aurait pas dit non à un tel prodige. Seulement, Mancinia n'était pas sa poupée, malléable et exécutrice de ses volontés. C'était une Humaine. Et il l'aimait pour ça. En s'approchant, il entourait sa taille de son bras pour l'attirer à lui, insolent.

Dans ce cas ... apprends-moi. Je suis certain de te faire planer depuis le sol.

Trahissant les vastes éclairs qui se promettaient de faire de lui un danseur, elle posait la main sur son sternum, démontrant sa volonté indéniable.

Dans ce cas, Capitaine Katzuta, moi, Mancinia Leenhardt, vous apprendrait comment nous dansons chez nous !

Au rythme des instruments, à la cadence des camps d'entraînements. Serait-il à même de suivre ? C'était loin d'être une chose acquise, les moins aguerris pouvant l'omettre, mais les Humains étaient des guerriers, taillés pour la survie. S'ils disposaient de magie, ce serait probablement de véritables monstres. Ils avaient d'autres armes. Celle-ci risquait de lui causer bien des tracas, n'appréciant pas la danse autant que sa partenaire, il était conscient que ce serait aussi complexe à retenir que l'étiquette rigoureuse des Magiciens, tout en étant aussi épuisant que les entraînements que subissaient ses Recrues.

Un être qui aime se mouvoir dans les airs ... un militaire tel que toi ne devrait avoir aucun mal à apprécier la rigueur de nos pas !
Je ne sais pas si j'aurais le maintien nécessaire, admit-il.
Tout est dans l'apprentissage, comme la parade d'une épée maniée avec habilité ! Je vais t'apprendre des pas basiques. Veux-tu connaître nos danses solistes ou bien, celles que tu pourras partager avec moi ?

Son regard parlait pour lui, Mancinia frappa dans ses mains.

Bien ! Première leçon !
Quoi, tout de suite ?
Tu as mieux à faire ?

Il rit, non.

Je devrais m'assurer au préalable de ta maîtrise nécessaire des éléments classiques, mais ayant pratiqué en ta compagnie, tu connais assez les bases, puisque tu t'es intéressé aux danses Magiciennes. Je pense que les danses Angéliques ne sont pas exempts de travail non plus. Tu as aussi eu un entraînement militaire, ce qui garanti l'assouplissement de tes muscles. En somme, tu es loin d'être un débutant ! Néanmoins, chaque corps à ses limites, alors tu fixeras les tiennes et, si c'est trop, tu me préviens, d'accord ?
Compris.

Dans un sens, ce serait bien d'éviter de revenir à Yüerell avec les pieds en lambeaux, le corps déchiré et les membres brisés. Sans exagération, c'était tellement probable ... Mancinia eu un sourire, comme si elle lisait dans ses pensées.

Ne crains pas les blessures, imagine que c'est un entraînement comme un autre. Je te garantis que cette maîtrise t'aidera au niveau de tes postures.

Il est vrai que même sans le moindre rattachement à l'armée, Mancinia s'avérait une guerrière émérite en combinant toutes ses connaissances extérieures, ce qui rendait son titre de Matasif largement mérité. Le Gardien eu un sourire amusé lorsque son médecin personnel attachait ses cheveux à l'aide d'un ruban, avant de retirer brièvement ses protections plantaires.

Retire tes chaussures.

Il l'observait, interloqué.

Elles ne sont pas adaptées, tu seras plus à l'aise pieds nus.

Autant croire son expérience, alors sans vouloir se montrer plus réticent, il la suivi en retirant les siennes. C'était étrange de sentir le bois sur ses pas, habituellement, les Humains s'assuraient que les lieux soient sans le moindre danger pour ne pas que le danseur se blesse, mais tant qu'il n'y avait pas une écharde qui ne rentre dans sa peau, tout devrait bien aller.

Tu sais t'étirer, hum ? rit-elle, amusée. Comme avant toute session, c'est une base, parce que cela évite ... ?
Les blessures, madame.

Neah était un habitué de l'attrait physique, connaissant très bien l'importance des échauffements et des exercices préparatoires permettant un renforcement et l'assouplissement musculaire. Ces précautions permettaient aussi une meilleure réussite et surtout, la prise en compte des éléments environnants. Combien de temps mettait Mancinia dans le Désert ? Certainement moins que maintenant. Au moins, elle en avait conscience. Certains passagers les observaient, certains intrigués, certains écoeurés, les musiciens et leurs danses se succédant durant cette vingtaine de minutes. Sans y prendre garde, le Capitaine avait reprit ses habitudes et c'était l'Humaine qui se calait sur sur lui, en suivant son rythme sans protester. Au moment où il en prit conscience et, c'était probablement ridicule, cette attention le touchait. Cette reconnaissance pour ses capacités était vraiment agréable, surtout de sa part. Lorsqu'ils eurent terminé, leur respiration à peine altérée, prêts à s'attaquer au plus gros, elle ne manquât pas de l'interroger.

Connais-tu le Bhumi, Neah ?

Il inclinait la tête, c'était le nom du salut marquant le début de chaque danse, notamment celles qui se pratiquaient en couple, ressemblant vaguement à une révérence où le buste est incliné vers l'avant et les genoux fléchis. C'est exactement ce qu'il lui démontrait par la pratique, pour être certain que ce soit la bonne méthode. Il l'avait déjà observé un nombre incalculable de fois. Sa professeur improvisée ne semblait pas craindre que les autres passagers apprennent ... vu les critères, ils risquaient surtout de le sentir passé s'ils n'étaient pas habitués.

Excellent, dit-elle en s'inclinant à son tour, respectant ainsi la tradition.
Je me sens ridicule.
Songe au nombre de fois où tu étais ridicule durant tes entraînements et où tu en es maintenant, Capitaine.

Touché.

On essaie. Dans la pratique, j'ai dit. Corps droit.

L'Ange comprenait bien que plus aucun mot ne devait sortir de sa bouche. Mancinia était son Capitaine et lui, sa Recrue. Cette comparaison l'amusait intérieurement, bien que tout son sérieux et sa concentration s'évertue de suivre ses paroles.

Buste vers la gauche, jambe droite tendue. Main gauche levée, main droite au niveau du bassin ...

C'était une poésie rythmée, Neah ne voyait pas d'autres expressions pour qualifiée cette danse. Une expression élégante s'articulant autour d'une chorégraphie précise. Ce n'était qu'un amas de codes et de techniques, comme si le conteur racontait son récit, des mouvements géométriques, continus et infinis. Il y eu des regards curieux, des enfants essayant d'imiter ce qu'ils essayaient de produire. C'était amusant à voir aussi. Heureusement pour lui, Mancinia avait choisi une danse qui semblait élémentaire aux siens, ce n'était pas comme s'il avait le choix.

Tu te débrouilles bien.
C'est absolument catastrophique, tu veux dire ?
Je suis la seule à même de critiquée tes mouvements. On reprend !

En vérité, Neah ... trouvait cela bien plus simple qui ne l'aurait cru. Était-ce parce que c'était Mancinia qu'il se sentait motivé ? Elle-même était étonnée de sa capacité de mémorisation, sans doute le travail le plus conséquent devant la fourniment des Mâdary, surtout qu'elles pouvaient évoluées et être inventées au fil des ères et des choses à transmettre. Plus il répétait chacun des pas, encore et encore, plus ceux-ci devenaient des automatismes. Peut-être aurait-il dû se renseigner sur cette danse, car il en ignorait le sens et n'était pas certain d'aussi si bien interpréter la chorégraphie que s'il détenait son histoire. C'était là leur but. D'autres sont des danses imagées qui subliment la musique, chassant les mauvais esprits, apportant la Bénédiction des Aetheri, mais ils s'agissaient là de figures bien plus techniques que des étrangers ne pourraient pas saisir. Souvent, le couple se scrutait droit dans les yeux. Neah avait conscience de l'importance du regard, des sentiments transmis à travers ce miroir de l'Âme. Il n'avait pas besoin de faire semblant en sa compagnie, tant il aimait se noyer dans son bleu cendré ... Essayait-elle de lui raconter le récit ? Après tout, n'était-ce pas à lui de comprendre ce qu'elle désirait lui dire au travers de cet échange, sans qu'un mot ne soit émis ?

Encore !

Ils étaient conscients des regards, mais les Écuyers de l'Aurore s'en moquaient.

Ils dansaient. Ils s'amusaient.

Neah pliait les genoux à un moment, cassant le rythme, engendrant l'arrêt de cette répétition, tandis qu'il passait son bras derrière ses jambes de Mancinia, brisant son équilibre pour qu'elle ne se laisse choir dans ses bras, se redressant pour la faire tournoyer, tandis qu'elle s'accrochait à son cou.

Ils riaient.

Ils étaient heureux.

2190 mots

Itolẹsẹ Ọrun - La Danse Céleste, danse traditionnelle angélique
Lih Mâdary nin Hashri - signifie, en Alikir, les Danses des Humains
Merci I&I et Shanxi pour leur aide <3


[A.] Mâdary Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
 

[A.] Mâdary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q] - Suites de la Mâdary dā Sipāhī
» [Évent Top-Sites] Mâdary dā Sipāhī
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Mers :: Mers - Ouest :: Mer de la Méduse-