Le Deal du moment : -33%
Pokémon Diamant Etincelant ou Perle ...
Voir le deal
29.99 €

Partagez
 

 [Métier] Un passe temps qui devient concret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Mer 14 Oct 2020, 01:01

Effectuant quelques exercices matinaux tout en discutant avec ma mère, la proposition qu'elle me fait, me prends quelque peu au dépourvu mais la réponse fut immédiate: ''Essayer quelque chose de nouveau ? Pourquoi faire ?''. Ce n'est probablement pas la réponse qu'elle aurait aimé entendre puisqu'elle soupira bruyamment, avant de me fixer de ses yeux gris si particuliers, cherchant sans doute à deviner si je le fais exprès ou non. Après quelques secondes, elle reprit ''Je suis plus qu'heureuse que tu dédis la majeure partie de ton temps libre à ton entraînement et tes études tu sais... Mais je pense que pour t'épanouir, il serait bon que tu te trouves une activité qui te sois propre et qui te permettras de couper avec la routine quand tu auras envie d'autre chose.'' La fixant une bonne trentaine de secondes avant que l'information ne monte au cerveau, j'entrevois finalement l'intérêt de cette idée.

Y réfléchissant au cours de la matinée, j'avoue ne pas trouver grande matière à travailler... Dans le fond, peut-être est-ce parce que je reste bloqué sur le fait que, selon moi, je ne passe pas uniquement mon temps à m'entraîner ou étudier. Par exemple, lorsque je suis à Basphel, il n'est pas rare que je sorte en compagnie de camarades de classe et que l'on aille se divertir dans le quartier marchand de l'Institut, mais il est vrai qu'à Hava, ce n'est pas vraiment le cas. Mes dernières sorties en date était pour aller à la bibliothèque d'Aeden ou passer du temps avec Seïla et remontent déjà à plusieurs jours. Pour autant, rien d'autre ne me donne réellement envie d'aller et venir... C'est à ce moment, que mon regard se porte sur la tenue posée sur ma chaise de bureau et qu'un souvenir me reviens.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Lors de ma première rentrée à Basphel, avant que l'on nous fournisse notre uniforme, l'un de mes camarades n'avait pas hésité à me demander si la tenue que j'arborais était une tenue d'apparat militaire. Sur le coup, je n'avais pas apprécié la remarque, l'interprétant comme une critique alors qu'il s'agissait d'une tenue confectionnée par ma mère en souvenir de mon père. Je l'avais aidé dans la mesure du possible et j'avais donc quelques notions de base pour pouvoir entretenir le vêtement si jamais je venais à l'abîmer. Mais quelques temps plus tard, le fait que je le raccommode moi-même n'avait pas échapper à l'attention de certains. C'est d'ailleurs pour cette raison, que je finis dans la conception des costumes lors d'un des évènements de ma première année et même si j'en avais gardé les doigts plus qu’abîmés par les nombreuses entailles et piqûres que m'occasionnèrent ce travail fastidieux, la réaction de mes camarades une fois le travail terminé avait bien valu tout le mal que je mettais donné, au sens propre, comme littéral. Je n'avais donc pas hésité à rempiler pour d'autres activités nécessitant ce genre de compétences même si je n'avais jamais pris ça plus sérieusement, du fait de mes entraînements et de mes études.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Me basant sur cette expérience, je sors retrouver ma mère pour lui en parler. D'abord surprise, elle ne trouva pourtant rien à redire et l'idée lui plaisant visiblement bien, elle me conseilla d'aller trouver un atelier de couture, auquel je pourrais passer un peu de temps à Qilgen. N'ayant pas grande connaissance de la ville, j'avoue avoir douté de ma capacité à trouver un tel objectif. Mon incertitude se lisant sans doute sur mon visage, elle me parla d'un artisan dont la boutique s'appelait 'Au fil du vent'. Trouvant le jeu de mots très amusant, je ne pu retenir un petit rire. Après qu'elle m'ait donné quelques indications sur sa localisation, je pars donc à la recherche de la fameuse enseigne. Malgré la proximité de mon domicile avec Qilgen, il me fallut tout de même une bonne heure et demie à déambuler dans la ville avant de trouver la dite enseigne. Oui, je sais, mon sens de l'orientation est plus que médiocre, mais bon quand on n'a pas de tête, on a des jambes comme on dit. M'arrêtant quelques secondes devant la porte et prenant le temps de détailler la devanture, je remarque assez vite la finesse des vêtements exposés en vitrine. Le trac me prenant l'estomac en otage, j'avoue ne pas être extrêmement serein lorsque j'entre finalement.

La clochette accrochée à la porte signala ma présence et rapidement du bruit me parvint depuis l'arrière boutique. Le temps que l'on vienne, je pris le temps d'observer la pièce. L'intérieur parait sobre pourtant, l'on remarque tout de suite que le moindre détail dans la disposition de la pièce est savamment pensé. A ma droite, se trouve les plus belles pièces sont exposés en vitrine, à gauche d'autres sont disposés sur des cintres, comme pour inciter les clients à les contempler. Au milieu est érigé une solide table en bois couverte de livre de couleurs, tissus et j'en passe, sans doute pour discuter des détails vestimentaires du vêtement à confectionner. Dans le fond, se trouve le comptoir et tout à côté un rideau, camouflant l'arrière boutique. C'est d'ailleurs à ce moment qu'en émerge un jeune homme, pas beaucoup plus âgé que moi. Surpris, j'en perds mes mots pendant quelques secondes alors que celui-ci me demande : ''Bien le bonjour, en quoi puis-je vous être utile ?''. Me laissant le temps de reprendre mes moyens, il m'écoute tranquillement : ''Bonjour, j'aurais aimé savoir s'il était possible de devenir apprenti ici. Je suis encore à Basphel et je ne pourrais donc pas assumé une formation permanente, mais j'aimerais beaucoup parfaire le travail du tissu.'' et ce fut son tour d'être pris au dépourvu. Me détaillant de haut en bas, celui-ci sembla jauger le sérieux de ma proposition. Puis après une trentaine de secondes, il s'excusa et repartit rapidement dans l'arrière boutique.

Comprenant qu'il n'était visiblement pas en état de me fournir une réponse lui-même, je vagabonde dans la boutique en observant les différents échantillons de leur travail présent dans la pièce en attendant son retour. Quelques minutes passent avant que le rideau séparant l'arrière boutique de la pièce se soulève à nouveau, laissant place au jeune homme qui m'avait accueillit en compagnie d'un homme d'âge plus avancé. S'approchant de moi, ce dernier prend la parole : ''Bonjour, je m'appelle Hubert et voici Ted.'' dit-il en désignant le jeune à ces côtés. ''D'après lui, tu aimerais travailler en tant qu'apprenti ici, c'est bien ça ?''. Le saluant d'un léger hochement de tête, je lui réponds : ''C'est exact, je suis encore à Basphel, je ne pourrais donc pas être aussi disponible que vous l'espérez sans doute, mais j'aimerais pouvoir travailler à vos côtés quand rien ne m'en empêche.''. Affichant un léger sourire, il enchaîna : ''Quel est ton nom mon petit ?''. Un peu surpris du surnom, je réponds malgré tout immédiatement : ''Ralph, Ralph Pyre.''.

A ce nom, des étoiles se formèrent dans les yeux du vieil homme mais sa voix ne s'altéra aucunement quand il me demanda : ''Alors tu es le fils de Mythra... et de Raven. N'est-ce pas ?''. Surpris de l'entendre citer le prénom de mes parents, je réponds de manière affirmative en hochant la tête. Hubert repris alors la parole : ''Bien, dans ce cas, soit le bienvenu dans mon humble atelier. Elle n'est pas présente aujourd'hui, mais ce sera avec plaisir que je te présenterais Agnès, ma compagne et co-gérante de notre boutique. Tu connais maintenant Ted. Saches que tout comme toi, il est d'abord passé par l'apprentissage avant que je l'embauche définitivement.'', se tournant vers ce dernier, il rajouta : ''C'est maintenant ton tour de le former.'', non sans rigoler. Celui-ci écarquilla les yeux et sa tête fit des allers-retours entre Hubert et moi, visiblement pas préparer à ce dénouement. Bien qu'amusé par la réaction de son employé, le vieil homme m'invita alors à aller dans l'arrière boutique et me fit visiter l'atelier. Ted à notre suite, ils me montrèrent où trouver le matériel de couture, les matières premières et s'en suivit un examen rapide de mes compétences en couture.

Dehors, le soleil continuant sa course dans le ciel alors que l'on enchaîne nos travaux, le ciel se teinta petit à petit d'orange alors que l'astre solaire se rapproche de l'horizon. Ce n'est qu'un peu plus tard qu'Hubert annonça la fermeture de la boutique. Plus que content de l'après-midi que je viens de passer, je discute avec Ted sur le pas de port en attendant le gérant de la boutique. Alors qu'il verrouille celle-ci, j'en profite pour le remercier chaleureusement de l'opportunité qu'il m'offre et rajoute qu'il ne le regrettera pas. Affichant un grand sourire, Hubert m'assura qu'il était également content de pouvoir compter sur moi, même s'il me reste encore beaucoup à apprendre. Le saluant alors, je prends le chemin du retour en sifflotant, ayant hâte de pouvoir partager mon après-midi avec ma mère. Trottinant un peu pour éviter d'être encore dehors à la nuit tombée, j'arrive finalement chez moi. Retrouvant ma mère dans la cuisine, j'évoque ma rencontre avec Ted et Hubert, le travail que j'avais effectué, alors que l'on dîne non sans afficher une certaine satisfaction de moi-même. Réfléchissant alors que je me remémore une remarque d'Hubert, je me permet de lui demander si le vieil homme et elle se connaissent. A cette question, je vois tout de suite que son regard se perd dans le vague et que j'ai fait mouche. M'attendant à ne pas avoir de réponse, j'allais m'excuser pour mon manque de tact mais elle me coupa en répondant par l'affirmative. Une bonne trentaine de secondes passa avant qu'elle ajoute qu'il s'agissait de l'un de ses formateurs alors qu'elle venait d'intégrer les forces armées élémentales comme ils l'appelaient à l'époque. Voyant que cela lui en coûtait d'en parler comme à chaque fois que j'évoque son passé, je ne lui en demande pas plus et finit mon repas en silence. Ce petit bémol ne gâcha en rien l'après-midi que je viens de passer, mais je me fis la réflexion qu'il faudrait sans doute des années avant que je sache tout ce que me cache ma mère...
Mots:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Métier] Un passe temps qui devient concret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [XXIII. Métier] - Tout jardin est, d'abord l'apprentissage du temps, du temps qu'il fait, la pluie, le vent, le soleil, et le temps qui passe, le cycle des saisons.
» La ritournelle du temps passé reprendra (Voie du temps I - Illithya)
» Le tic-tac du temps [obtention de métier]
» Et passe le temps | Bellone <3
» | Le Passé, le Temps et la Mort | Niveau IV | Raphaël |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Mers :: Mers - Ouest :: Mer de la Méduse :: Archipel d'Aeden-