Le Deal du moment : -33%
SAMSUNG Galaxy M13 64Go 4G Light Blue
Voir le deal
159 €

Partagez
 

 [Q] Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée | Solo - Théodore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexa Blaise
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 535
◈ YinYanisé(e) le : 25/02/2019
◈ Âme(s) Soeur(s) : o/
◈ Activité : | Maître d'armes - Rang I | Danseuse - Rang I | Encenseuse - Rang I |
Lexa Blaise
Ven 02 Oct 2020, 11:45



Partenaire : Solo
Intrigue/Objectif : Théodore se retrouve seul face à la lune et au étoile. Il s'assoupit un moment avant de revivre dans ses rêves ce qu'il a vécu auprès des démons. Se réveillant en sursaut, Théodore réalise que les démons l'on complétement brisé ... qu'il se retrouve seul, meurtri et sans aide. Le seul espoir qu'il a c'est cette rumeur, une rumeur qui dit qu'il y aurait une terre d'accueil pour les anges.


[Q] Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée | Solo - Théodore 86122410

Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée

[Q] Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée | Solo - Théodore 77438810
Skyrim - Music & Ambiance - Night

Assis, à terre, sur le sable encore chaud de la journée ensoleillée, mes bras entourant mes genoux. L'air marin emplissait mes poumons de son humidité iodée. Une douce brise caressa ma peau blanche, la rendant un peu moite avec un léger goût salé. J'expirais un grand coup, puis je me regardais jouer a enfuir mes pieds dans le sable. J'aimais beaucoup la sensation du sable granuleux chatouiller ma peau fragile. Je posais mon regard sur la grande voûte céleste arborant une multitude de petits points argentés qui brillaient de la même lueur que la lune blanche. Il n'y a pas très longtemps, j'ai apprit que ces petites perles lumineuses sont, ce qu'on appelle, des étoiles. J'appréciais beaucoup ce moment là, j'avais l'impression d'être seul, d'être en paix avec moi-même. Je laissais quelques instants, la lueur de la lune et des étoiles caresser ma peau d'albâtre. Le bruit des vagues s'écrasant sur le rivage arrivait jusqu'à mes oreilles comme une douce mélodie, une berceuse. Je sentais mes paupières lourdes, lutant pour éviter qu'elles ne se ferment. Mais pourtant, cela fait si longtemps que je rêve de pouvoir endormir si facilement. Le combat que je menais contre le sommeil fut de courte durée et je ne fus pas le gagnant.

Plongée dans le sommeil paradoxal, je me suis mit à rêver.

Je me trouvais dans un endroit sombre. Peut être une pièce vu que je sentais derrière mon dos, un mur qui me donnait des frissons. Pas des frissons de peur, parce qu'il était froid. Je tentais de savoir où j'étais, mais en vint. Je ne voyais absolument rien, tout était calme. Bien trop calme … Cela rendait l'atmosphère très pesante. Soudain, des bruits me firent sursauter. J'entendais des gémissements, des râles de douleurs, des rires, des bruits de coups comme si l'on était en train de rouer de coup quelqu'un. Je fus prit de panique. Je tentais de me relever, mais je me rendis compte que j'avais les pieds attachés avec une chaîne en métal qui joignait également mes poignets ensemble. J'étais complément entravé, je ne pouvais rien faire. Même ma tentative de me lever fut infructueuse vu que je tombais lourdement sur le dos, m’éraflant la peau à certains endroits. Aussitôt après, j'entendis des bruits de pas s'approcher, jusqu'à s'arrêter non loin de moi. Une lumière aveuglante jaillit d'un coup, m'empêchant de voir ce qu'il se passait. Ce n'est que lorsque je sentis que l'on me relevait que je compris. « T'as tenté de t'échapper toi ? » me réprimanda le démon. « Je vais t'apprendre les bonnes manières ! » Il me traîna à terre en me tenant par les chaînes qui entravaient mes belles ailes blanches souillées par la poussière et le sang. Cela me faisait horriblement souffrir !

Mon tortionnaire me jeta près d'un gros piquet de bois enfoncé dans la terre avant de m'arracher à ce dernier, ventre contre le bois. Il détacha mes ailes pour les déplier et de les attacher de nouveau. Le démon saisit un fouet, le faisant d'abord claquer sur le sol. Rien que d'entendre ce bruit, mon réagissait en ayant des spasmes car il savait, il savait ce qui allait suivre dans peu de temps. Et il ne se trompa pas … Je ressentis une vive douleur dans le dos. Cela me piquait, me brûlait. Une fois ! Deux fois ! Trois fois ! Et plus encore. J'entendais et sentais le fouet en cuir claquer sur mon dos déjà maltraité à maintes reprises. J'entendais même les gouttes de sang, de mon sang, gicler dans tous les sens, donnant un aspect encore plus délabré à mes pauvres ailes meurtries. Un autre démon s'approcha de moi, glissant son horrible mains sur mes ailes endolories et arracha d'un coup sec une de mes plumes. Il empoigna fermement mes cheveux, m'obligeant à le regarder. « Plus tu tenteras de t'échapper, plus je t'arracherai de plume. » Sur ses paroles et ses gestes, il mit le feu à ma belle petite plume qu'il laissa tomber à terre. Des larmes coulèrent sur mes joues sales, regardant la lueur écarlate des flammes consumer entièrement ma plume tout en dégageant une odeur fétide de brûlé.


Je me réveillais en sursaut et en hurlant d'une voix amplis de terreur. Des perles de sueurs coulèrent sur ma peau blanche, faisant refléter la lumière de la lune et des étoiles. Je dépliais mes ailes endolories et j'y arrachais une de mes plumes. Je la plongeais dans les quelques cendres encore chaudes du petit feu de camp que j'avais fait plus tôt, pour l'embraser. Au bout de quelques secondes, la plume commença à prendre feu. Je l'approchais de mon visage, la tenant avec mes deux mains. Je fixais intensément la lueur qui s'en dégageait. Oui cela me faisait souffrir de m'arracher les ailes et de les voir brûler, mais c'était aussi très rassurant. Je voyais dans cette lueur écarlate, le seul souvenir qu'il me restait de ma vie passée, la couleur flamboyante de ma mère … Je ne me souvenais plus de son visage, ni de ses yeux, ni du ton de sa voix, ni de la chaleur de son étreinte, ni de son prénom … Seule la couleur de sa longue chevelure résidait dans ma mémoire. Une fois la plume partie, soufflée par une douce brise, volant dans le vent en cendres incandescentes, je me laissais tomber en arrière. Je me retrouvais donc allongé à terre, sur le sable, le corps en étoile et mes ailes toutes déployées. Je laissais mon regard se perdre de nouveau dans l'immensité et la profondeur du bleu céleste de la nuit. De nouvelles larmes coulèrent sur mes joues blanches. Je me sentais brisé. J'avais l'impression d'être celle lune ronde et brillante que j'imaginais beaucoup plus grosse avant et que le temps ne la brise petit à petit, la faisant s'éclater en mille morceaux. Comme si les étoiles qui luisaient dans le ciel nocturne auprès d'elle n'étaient en faite que ses fragments qui se sont dispersés. Comment peut-elle briller autant alors que les étoiles, ses possibles fragments, sont tous éparpiller dans ce ciel si vaste et mystérieux ? J'ai l'impression de me voir à travers ce ciel remplit d'étoiles.Que ces étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée, ma vie avant de devenir un ange. Et que cette lune c'est moi, que j'ai été lamentablement brisé en mille morceaux dans nouvelle vie d'ange.

Je n'arrive plus à trouver le sommeil, enfin si, mais il n'est jamais bon … je revis toujours les atrocités dont j'ai été victime en Terre Blanche, aux mains des démons. Ils m'ont fait enduré un véritable enfer. Ils m'ont totalement brisé. Ils ont même rendu mon corps hyper sensible à la douleur et ils ont même fait en sorte que cette douleur reste encrée en moi, qu'elle soit imprégnée dans ma peau, ma chaire, mes muscles, mes organes, mes os, mes ailes … mes plumes … Je ressens toujours de la douleur dans chacun de mes mouvements. Elle est beaucoup moins vive depuis que je me suis échappé de là bas, mais elle reste tout de même présente. Mes ailes … elles sont toutes sales, toutes meurtries, toutes abîmées … Je n'arrive même pas à prendre mon envol. Je ne peux même pas les rendre invisibles aux yeux des autres car cela engendre une souffrance épouvantable. Ces démons m'ont vraiment brisé en faisant de moi leur esclave, leur jouet … Ils ont testé beaucoup de choses sur moi. Je me souviens comme si c'était hier. Au début, ils m'ont traité comme du linge sale. Ils me jeter dans une geôle sans aucun état d'âme, mise à par leurs âmes complètement noircies par les ténèbres et la violence. Ils ont ensuite commencé à me maltraité de temps en temps, tirant sur les chaînes qui entravaient mes mains et mes ailes et celles qui liées mes pieds entre eux. Je ne me rappelle pas de tout, mais mon âme et mon esprit s'en souviennent encore … ils n'oublieront jamais tout le mal, la souffrance, les douleurs qu'ils m'ont fait subir. Ils ont fait de nombreuses choses atroces sur moi comme des expérimentations en tout genre, de nombreuses séances de punitions. Oui des punitions, ils adoraient cela … à chaque fois que je tentais de m'échapper, à chaque fois que j'ouvrais la bouche, à chaque fois que je faisais un pas de travers … j'y avais le droit … j'avais le droit à des coups de fouet dans le dos … mais surtout, la pire des tortures ... ils m'arrachaient, ou même ils m'ordonnaient d'arracher, une plume de mes ailes et de la brûler devant moi, m'obligeant à la tenir pendant qu'elle se consumait. C'est lors de la premier plume brûlée qu'un paradoxe s'est installé en moi. Un paradoxe me faisant à la fois atrocement souffrir, mais aussi je sentais une certaine plénitude car je voyais en cette lueur écarlate, le seul souvenir qui me reste, celui de la couleur de la chevelure de ma mère.

J'expirais profondément, prit d'un profond désespoir aussi vaste que la voûte céleste qu'offrait la nuit. Cependant une très faible lueur d'espoir naquis en moi lorsque je me remémorais d'une discussion entre deux anges pendant mon séjour en Terre Blanche. Il y aurait une terre d'accueil au sein d'un territoire magicien pour les anges. Les Jardins de Jean ? Je ne sais plus … je ne m'en souviens plus. Dans tous les cas, ils faudra que je m'accroche à cette idée et que je trouve cet endroit. Mais en y réfléchissant un peu plus, ce n'est peut être qu'une rumeur … je ne sais pas si ce lieu existe vraiment et s'il existe bel et bien, j'espère que je n'y revivrais pas l'enfer que j'ai vécu … Tout est si flou, tout est si abstrait … Je ne sais pas si je vais y arriver … et pour couronner le tout, je suis seul, j'arrive à peine à me débrouiller seul et quand j'ai besoin de quelqu'un, ou quand quelqu'un me parle dans une bonne intention, je prends peur et je m'enfuis … Je ne suis qu'une cause perdue finalement …

Comme je le disais tout à l'heure … je suis comme cette lune, seul et brisé au milieu des étoiles, fragments de ma vie passée. Je suis perdue dans cette vie sombre et profonde. Je ne sais pas où je dois aller, je ne vois aucun chemin me permettant de me repérer. Je suis seul, perdu, meurtri, abandonné ...  


[Q] Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée | Solo - Théodore 75171210



◊ Poste Solo ◊ 1859 mots ◊



[Q] Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée | Solo - Théodore Lexa_s12
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37588-lexa-blaise
 

[Q] Les étoiles sont aussi insaisissables que les souvenirs de ma vie passée | Solo - Théodore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les étoiles sont comme les femmes prudes : insaisissables | Malachai
» [XXVIII] De Marbre sont les Souvenirs [Solo]
» La mort est passée, présente et future... (solo)
» Les Fleurs du Mal sont poussières d'Etoiles [Ft. Helly][+18]
» Les fleurs du mal sont poussières d'étoiles [Zephiel]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Côtes de Maübee-