Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 Zénith ...
Voir le deal

Partagez
 

 [Q] - Depuis Mathusalem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Ven 2 Oct 2020 - 10:49


By Godfrey Escota

Depuis Mathusalem


« Huuuu Mathusalem ! Au galop ! » L’esclave jouait le rôle du cheval pour les deux gamines insupportables qui l’entouraient. L’une d’elle l’avait obligé à se mettre à quatre pattes sous l’œil ravi de son père. Privé de ses droits et de ses titres, l’homme avait bien du mal à accepter sa nouvelle condition. Sa magie avait été scellée par une rune dès que les clauses du contrat avait pris effet. Il avait perdu. Il n’était même pas sûr d’avoir perdu à la loyale. Il n’y avait pas de loyauté chez les Sorciers. Bien entendu que Rodéald l’avait trompé. Le fumier s’était sans doute assuré de sa victoire bien avant de proposer les termes. La justice avait été saisie afin de savoir si ce type d’accords était valable et les juges avaient conclu en faveur de ce chien de Rodéald. Ainsi, dans les rues, l’on pouvait entendre quelques murmures : « Depuis Mathusalem, il est possible de parier sa liberté. ». Ça le débectait, là où son nouveau maître jouissait de sa toute récente acquisition. Qui était assez con pour mettre en jeu sa propre liberté ? Lui, voilà la réponse. Pourtant, il était revêche. Dans son esprit, il était clair que le Mage Noir, à l’origine de son nouveau statut de moins que rien, paierait. Pour l’heure, il devait se soumettre aux envies de ces deux enfants pourries gâtées qui exigeaient qu’il se comportât comme un animal. Celle de quatre ans était particulièrement lourde, à moins que la perte de sa magie ne fût également l'une des causes de sa perte de contrôle physique ? Il se sentait faiblard depuis qu’il était devenu un esclave. Il ne savait pas. Peut-être était-ce simplement le rationnement alimentaire. Pour le moment, il n’avait eu le droit qu’au contact prolongé de ces enfants. Celle de huit ans avait une imagination malheureusement fertile. Elle aimait confectionner des potions et les lui faire goûter pour en vérifier les effets. Heureusement, la magie de celle-ci était tellement peu développée que les effets étaient minimes. Il avait envie de la mordre.

« Huuu Dada ! » insista la gamine. « Mon cher, il me semble que ma fille vous a demandé quelque chose. » La voix ravie et pédante de ce foutu Comte de pacotille fit grimacer Mathusalem. Il ne s’appelait même pas réellement comme ça. C’était son nom d’esclave. Il avait perdu le sien véritable avec le reste. Ses titres, ses propriétés immobilières et mobilières, sa fortune, sa femme – qui avait trouvé de bon goût de devenir la deuxième épouse de son rival, tout ceci l’avait quitté en même temps que sa dignité. Ses droits n’existaient plus. De personne, il était passé à chose, d’un simple claquement de doigt, d’une simple phrase, jetée là par un juge sans doute graissé aux pots de vin. Il était peut-être légèrement de mauvaise foi aussi. « Dis : Je suis un cheval. » Le sourire de Rodéald s’agrandit drastiquement. Il aimait constater l’impuissance de son ancien rival. À présent, s’il lui refusait quoi que ce fût, il était autorisé à le battre ; ce qu’il ne manquerait pas de faire. Il pouvait jouir de ses biens comme bon lui plaisait. Sa fille aînée serait sans doute ravie d’utiliser cette vermine insignifiante comme paillasson. Elle avait quelques passions dérangeantes. Il valait mieux qu’elle les exprimât sur lui plutôt que sur les domestiques. Le statut n’était pas le même. Un esclave n’était rien, qu’une marchandise. En tant que marchandise, il pouvait disparaître sans aucune difficulté. Lui arracher un bras ne dérangerait personne. Le torturer non plus. Il n’y avait pas de limites. « Je suis un cheval. » finit par articuler l’homme. Il avait envie de défigurer cette affreuse blondasse au nez trop retroussé, lui faire remarquer qu’on lui voyait les crottes de nez et que, d’ici quelques années, elle se ferait sans doute prendre par un mari aussi douteux que l’était son père. Pourtant, lui-même n’était pas un modèle de gentillesse. Il était même foutrement tordu. C’était un Sorcier. « Alors si t’es un cheval, au galop ! » « … » Il avait envie de lui dire que sa sœur était trop lourde et qu’un humain ne pouvait pas courir à quatre pattes, que c’était idiot. Il resta silencieux. Il s’était déjà rebellé, plus tôt, d’où la marque rouge qu’il avait sur la joue. Rodéald ne l’avait pas manqué et, à vrai dire, le fouet qui pendait à sa ceinture suffisait à le calmer. Au lieu de courir, il finit par s’effondrer, son corps bien trop faible pour supporter longtemps celui de l’enfant.

763 mots
Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] - Depuis Mathusalem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | Chronologie angélique depuis l'Ère de la Conciliation |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Nementa Corum :: Amestris-