Partagez
 

 [Q] - Œuvrer pour le meilleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Jeu 01 Oct 2020, 17:30

Partenaire : moi /sbam
Intrigue/Objectif : Maximilien fait part de ses idées de projets à ses proches et la nécessité pour lui de quitter Qaixopia alors qu'il rejoindra la caserne d'Utopia. (on remet tout à plat pour bien repartir !)



Œuvrer pour le meilleur

Maximilien fit passer son outre à Raa'd comme il jaugea son humeur du jour qui semblât plutôt bonne par rapport à ces derniers temps. « Est-ce que tu quitterais Qaixopia si on te le demandait ? » lui fit-il alors. Le tailleur de pierre renifla bruyamment, réfléchissant à la question. « Ça dépendrait d'la raison. Et de qui d'mande aussi. ». Qui. Ce serait pile ou face alors. Il acceptait Maximilien, de par leur amitié et ayant comprit qu'il n'y était pas pour grand chose en l'apparition de ses ailes. D'autant qu'il n'était pas seul dans cette situation et que ceux ayant tentés de s'en défaire, comme lui-même eut voulu le faire en les découvrant, avaient risqué leur vie, les moins chanceux l'ayant perdue. Toutefois, il avait toujours du mal à les tolérer ces extensions bichromées. Surtout lorsqu'elles portaient la caractéristique des Démons. « Si c'était moi qui te le demandais ? ». Raa'd manqua s'étouffer avec l'eau qu'il venait d'avaler. « Répète un peu ? J'ai cru mal entendre. Si c'était toi qui m'demandais ? De m'casser d'ici ? ». Il semblait soudain particulièrement remonté, comme s'il l'eut insulté ou fait un aveu qu'il aurait préféré ne pas connaître. « Dis aussi que j'te gaves et qu'tu veux plus voir ma gueule ? » ajouta-t-il en haussant toujours plus la voix tandis qu'il se levait pour faire face à son homologue bâtisseur. Alors Maximilien comprit où était le problème. Une méprise des plus ridicules. Il laissa échapper un soupir. « Bien sûr que non. Tu te souviens, j'évoquais Volatys l'autre jour. Ça reste théorique. J'ai pas la moindre idée de la tête que ça a le bordel ou même de ce que ça pourrait donner. ». C'est pas comme si on lui avait déjà expliqué le fonctionnement des territoires ou de leur découpage et, plus important encore, leur gestion. À vu de nez, pour lui, c'était un bout de terre sur lequel il avait tout les droits et où il pouvait y poser ce qu'il voulait. Mais il lui paraissait évident que non. Que ça ne devait absolument pas fonctionner comme ça. « Oui bah reviens d'mander quand ce sera concret hein. Parce qu'avec du vent j'ai rien à répondre. » cracha finalement Raa'd en se saisissant de ses outils avant de s'éloigner. Maximilien laissa échapper un nouveau soupir alors qu'il se levait à son tour. Inutile d'insister, ce garçon était plus entêté qu'une mule et plus encore lorsqu'il était de mauvais poil.

Cette conversation à l'esprit, l'Obstiné délaissa son ami sur un chantier plus en amont de celui où il se trouvait. S'ils prenaient le temps de faire des pauses en commun, leur travail respectif les faisaient s'activer en décalé. Quand Maximilien avait terminé d'œuvrer sur un bâtiment, Raa'd commençait seulement à pouvoir y toucher. Le premier créé le squelette, aidait à maintenir la solidité de la structure. Le second lui offrait une peau et le magnifiait, parfois - souvent à Qaixopia - donnait un second souffle. Pourtant, depuis quelques temps, le Kaahi était moins libre de ses gestes, bien plus limité dans ses mouvements. Non pas qu'on le bride à la tâche. Il était simplement contraint par lui-même. Contraint par des protubérances qu'il n'était pas sensé avoir et qu'il ne maîtrisait pas encore pleinement malgré les efforts qu'il avait pu fournir. Et ça l'agaçait, il ne pouvait le nier. En vérité, beaucoup de choses étaient devenues contraignantes sous le dôme de Qaixopia avec ces ailes. Il ne pouvait que faire avec, mais ça n'avait rien de facile. A peine arrivé, le rouquin fut interpellé par Jahan, maître-charpentier de son état. « Ah ! Max, tu tombes bien. Vient remplacer Farai. ». Le concerné, apprenti, à l'égal de Maximilien, détourna le regard de l'ouvrage pour le poser d'abord sur Jahan avant de se tourner vers l'Obstiné qui s'approchât de lui. « Il reste quoi à faire ? » - « J'ai bientôt fini ce côté. Il restera ces deux faces. C'est un chevron, il doit aller ici. » expliqua l'œuvrier en détaillant chaque point à l'aide d'un plan posé à même le sol et maintenu par deux pierres. « Ils sont encore en train de nettoyer, les étais viennent juste d'être installés sur cette partie. » commenta Jahan en entendant leur échange. En gros, il n'avait pas besoin de se presser.

Sous les conseils du maître-charpentier qui s'affairait à la même tâche, le Kaahi se saisit de quoi poncer la pièce et lui donner forme de façon à ce qu'elle taille parfaitement avec le reste de la charpente. Il n'en eut pas pour longtemps à terminer la partie déjà entamée par Farai, mais en mit bien plus pour scier la partie latérale afin d'en débarrasser l'écorce. Alors il fit appel à son voisin pour l'aider à retourner le morceau de bois qui faisait son pesant de kilo et réitéra l'opération, polissant la surface et les encoignures, débarrassant la matière de potentielles échardes sous le regard avisé de du maître-charpentier qui, lui, avait le compas dans l'œil à force des années de maîtrise qu'il mettait dans la vue de Maximilien. « Fais attention à pas trop enlever de matière non-plus. Tu as encore deux faces à faire avec celle-ci. Il ne manquerait plus que la poutre soit trop fine à la fin et que tu doives tout recommencer. ».  Le Kaahi grimaça à cette remarque, non pas tant à cause du conseil avisé et juste, mais dû au fait d'imaginer devoir reprendre le travail depuis le début. Pas que c'était fatigant, mais un peu quand même. Juste un peu. Celle-ci prête et bien faite, il interpella le maître d'œuvre qui jeta un regard à l'intérieur de la bâtisse. « Note laquelle c'est. On va la laisser à côté des autres chevrons en attendant qu'ils soient prêts à les recevoir à l'intérieur. » - « Le bois va sécher à rester à attendre comme ça, c'est pas ce qu'il y a de mieux. » fit Jahan en croisant des bras comme il entendait les ordres donnés. S'il pouvait être plus sec encore que l'avait rendu l'aridité du Désert lors du transport. Le maître d'œuvre se tourna vers le maître-charpentier. « Ils ont découvert une pièce qu'on avait pas prévu, ça a fait prendre un peu de retard le temps de déblayer cette partie. C'est le genre de choses qui arrive régulièrement et à prendre en compte. Mais ces pièces là devraient pouvoir être installées dans la journée, il n'y a pas de quoi s'inquiéter franchement. » répliqua l'homme avant de poser ses yeux sur ses notes. Un sourire amusé marqua les lèvres de Maximilien. Ça aussi c'était régulier. Les frictions entre les différents corps de métiers du bâtiment. En ça il était ravi de ne jamais se trouver sur le même terrain que Raa'd. S'ils étaient capables de s'aboyer dessus sur leur temps de repos, dans cette situation qu'est-ce que ça aurait pu donner ? Il fallait qu'ils finissent leurs conversations d'ailleurs. Il avait autre chose à lui dire mais le tailleur de pierre y avait mit fin sans aucune forme de procès alors même que ce n'était pas le plus important ce qu'il avait abordé.
©gotheim pour epicode


Mots 1200


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Jeu 01 Oct 2020, 18:05


Œuvrer pour le meilleur

S'il n'avait eu l'occasion de pouvoir reprendre sa conversation avec Raa'd au soir, Maximilien vit rapidement que, même le lendemain, ce serait une bien piètre idée que de lancer un sujet comme celui-ci. Quoi que, en théorie, il risquerait moins de créer un débat enflammé que celui de délocaliser la main d'œuvre ouvrière. En théorie seulement. Rien n'était certain avec celui-là. Aussi attendit-il un jour propice - qui n'arrivât jamais - jusqu'à déclarer que ce serait peine perdu et qu'il lui faudrait aborder la chose d'une toute autre façon. « Tu seras tranquille aujourd'hui. Je passerai la journée avec Luam. » - « Cette dingue. Elle finira vieille fille à toujours renvoyer chier son monde. » répliqua le tailleur de pierre en retroussant le nez à l'évocation de l'ébéniste. « Elle a déjà été mariée. Trop tard pour finir vieille fille. » - « Ah ouai ? En même temps, casanière comme elle est, tu m'étonnes que ça se sache pas. » - « Elle parle pas beaucoup de sa vie passée. Généralement ces anecdotes ça vient au fil des conversations. » - « C'est sûr c'est pas toi qui va lui tirer les vers du nez. » répliqua Raa'd avec un rictus ironique. Son ami n'était pas du genre à déballer son histoire à la moindre occasion, aussi le savait-il compréhensif vis-à-vis de ceux voulant garder le secret de leur passé. « Tu peux parler. » rétorqua le Kaahi en arquant un sourcil, un regard en biais vers le tailleur de pierre. Car ce dernier n'était pas mieux loti, pour une raison bien différente cependant. Quand l'un ne désirait simplement pas rouvrir des blessures qui peinaient à se refermer, et laisser fermé ce voile obscur sur son passé aux yeux du monde pour éviter une chute trop douloureuse, l'autre cachait à la vue de tous un sombre passé qu'il avait décidé d'enfouir pour bâtir un nouvel avenir dont il était certain que les fondations de ce nouvel édifice le soutiendrait longtemps pour le mener quelque part, vers un lointain plus radieux. « Tu passes ce soir ? Faut qu'on discute. » - « Si c'est encore cette histoire de Volatys, c'est pas la peine. » cracha Raa'd en s'arrêtant tandis qu'ils arrivaient à un embranchement. Là où ils allaient se séparer. « Non, c'est pas pour ça. J'ai bien compris que t'étais bien sous terre. » rétorqua Maximilien alors qu'un rictus vint marquer ses lèvres à son tour. « Alors quoi ? » - « Tu verras bien. Au milieu de la rue c'est pas le meilleur endroit pour en parler. A plus ! » conclut-il alors en s'éloignant en direction opposée à celle de Raa'd sans lui laisser l'occasion de la répartie.


Après quelques détours pour rejoindre la bâtisse de Luam, Maximilien arriva face à celle-ci où il y marqua un temps. C'était une véritable brocante qui se trouvait devant le domicile de l'ébéniste. Donnant quelques coups sur l'épaisse porte de bois, il poussa celle-ci pour trouver l'Humaine en train de déménager ses meubles. « On peu savoir ce que tu fais ? ». La concernée délaissa le lourd mobilier pour faire face à son apprenti, la tête haute, le buste en avant et les poings sur les hanches, son regard, agacé, s'ancrant dans celui, interrogatif, de Maximilien. « Bonjour Luam. Comment vas-tu Luam ? Moi aussi je vais bien Luam. » fit-elle sèchement. Le Kaahi exhala un souffle, penchant la tête sur le côté. « Bonjour Luam. » reprit-il avec un sourire amusé. « Excuse-moi j'ai été surpris de te trouver comme ça. » - « Bonjour à toi aussi. Moi aussi je suis surprise. Tu n'es pas sur les chantiers aujourd'hui ? J'ai cru comprendre qu'ils se multipliaient comme des champignons. » le questionna-t-elle en s'appuyant à la porte de ce qui pourrait être une armoire qu'elle eût abandonnée plus tôt. L'image des champignons amusa le Kaahi. Ce n'était pas ce que l'on trouvait le plus dans la région. « Non, pas aujourd'hui. » - « Tant mieux. » répondit-elle du tac au tac. « Il y a quelque chose que je vais pouvoir te montrer et, à mon avis, tu sauras mieux faire que la marqueterie. » - « Pourquoi ça ? » demanda Maximilien, intrigué. « Parce que tu es charpentier et pas menuisier. ». Maximilien papillonna des yeux. Son explication ne l'aidait pas plus que si elle ne lui avait rien dit du tout, mis à part qu'il était évident qu'un gars qui créait les œuvres mobiles d'une habitation et son mobilier serait forcément bien plus habile pour certains ouvrages du travail d'ébénisterie, notamment la marqueterie. « Mais d'abord rends-toi utile et aide moi à sortir ça. » fit-elle en s'essayant à soulever une nouvelle fois l'épaisse porte. « Tu déménages ? » interrogea le rouquin en l'aidant à soutenir la pièce de mobilier. « Non, j'ai juste envie de réarranger un peu l'intérieur. Mais certains meubles prennent beaucoup de places en plus de peser une tonne et ça n'est pas pratique de bouger avec celles-ci à l'intérieur. Donc je sors tout pour que ce soit plus simple. » - « Heureusement qu'il y a pas vingt pièces. » - « Oh, tu m'aurais aidé, même jusqu'au bout de la nuit dans ce cas-là, n'est-ce pas ? » - « Oui, ça ne fait aucun doute, et Raa'd aurait été ravi d'être de la partie. » ajouta-t-il cynique. « Raa'd ? Pourquoi il se serait pointé celui-là ? » - « Parce que je lui ai demandé de passer chez moi ce soir. Je dois aller voir Hasan aussi pour lui dire de venir. » - « Oh ! Soirée entre mec, je vois. » commenta-t-elle avec un rictus amusée. « D'une certaine façon. » rétorqua Maximilien tandis qu'ils déposèrent la porte contre le mur extérieur. Même s'il n'était pas certain que "soirée" soit exactement le bon terme. »  Luam observa quelques instants son apprenti d'un regard inquisiteur, silencieuse. « Bon, allez viens. Je m'occuperai du reste plus tard. Je t'ai dis que je voulais te montrer quelque chose de différent aujourd'hui. ».
©gotheim pour epicode


Mots 1020


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Jeu 01 Oct 2020, 20:31


Œuvrer pour le meilleur

Maximilien suivi l'ébéniste lorsqu'elle retourna à l'intérieur de l'habitation et, s'apprêtant à rejoindre l'atelier, il marqua un temps en la voyant pénétrer une toute autre pièce. « Qu'est-ce que c'est ? » demanda-t-il en s'invitant à son tour à l'intérieur de l'endroit et voyant ce qui s'y trouvait. « Ce que je voulais te montrer. » répondit Luam en se plantant au milieu de la pièce. La totalité du lieu était couverte de boiserie, différent travaux de placage et de marqueterie ornant murs et meubles s'y trouvant. Un âtre, mort, se tenait sur l'un des pan de mur ligneux. A l'instar de celles que l'on trouvait habituellement dans le reste de Qaixopia, on voyait qu'elle était taillée dans la pierre du bâtiment, mais un revêtement en bois ornait la cheminée, celui-ci finement décoré par de nombreuses sculptures et arabesques gravées à même le matériau. « C'est dingue. Quand est-ce que t'as eu le temps de faire ça ? » - « Je sais pas, entre deux meubles, juste avant le couché ou pile après le réveil je dirai. ». Maximilien arqua un sourcil. Parfois il se demandait si elle dormait seulement. « Ça aurait pas était plus simple de faire construire directement plutôt que de tout plaquer comme ça ? » interrogea à nouveau l'Obstiné, quoi qu'il se doutât que le rendu ne soit pas le même avec une mur de bois et un placage comme celui-ci. D'autant qu'il se demandât si la chose était seulement possible de plaquer un mur en bois. Il n'en avait jamais vu en tout cas. « Ce n'est pas t'éblouir que je veux. » commença-t-elle en se saisissant d'une chaise qui traînait pour s'y asseoir, sans répondre à la question qui lui fût posée. « Il y a quelques temps, je t'ai rapidement évoqué l'autre facette de l'ébénisterie. » - « L'autre facette ? » - « Celle du secret. Des apparences trompeuses et des mécanismes cachés. ». Comme elle prononçait ces mots, elle tendit le bras vers le mur derrière elle et, à l'instant où sa main se posa sur celui-ci, un cliquetis se fit entendre, suivit par le frottement de la plaque sur le sol qui laissât découvrir la pierre derrière lui. « C'est dingue... » se répéta Maximilien dans un souffle en passant son regard du mur de pierre au mur de bois qui, à présent, se superposait au placage voisin. « Comment tu fais ça ? » demanda le Kaahi en se rapprochant de l'ouvrage. « Je te dirais. Mais d'abord tu me trouves les autres mécanismes. » fit-elle en se relevant. « Parce qu'il y en a d'autres ? » - « Evidemment. Tu croyais sérieusement que j'avais monté cette pièce pour faire bouger juste un morceau de mur. » répliqua-t-elle en gagnant la sortie. « Je vais finir mon déménagement. Pendant ce temps cherche un peu. Avec un peu de réflexion tu devrais vite trouver. ». Maximilien balaya la salle du regard. Avec un peu de réflexion mais beaucoup d'observation surtout oui, il trouverait le reste de ces caches.

Le Kaahi s'approcha de celle que l'ébéniste eût révélée. Un fin triangle encastré dans un équivalant plus grand, lui-même encadré d'un travail de marqueterie. Il observa le pan de mur voisin. Exactement le même. Ses prunelles allèrent d'un motif à l'autre afin d'en déterminer quelles pouvaient être les différences. Qu'est-ce qui faisait que l'on devinait en un coup d'œil qu'il s'agissait de cette plaque et pas d'une autre qui libérait le passage. Il n'y avait même pas un œil pour guider. Il fallait juste le savoir. C'était tout. Du moins c'est ce qu'il supposa. Si les autres étaient fichus pareil, il était pas sorti. Il commença alors à en faire le tour, glissant ses doigts le long des gravures de la cheminée, cherchant une imperfection, une ligne qui ne devrait pas exister. Son regard s'attarda sur le motif dessiné sur le contrecœur. Un cavalier brandissant une lance, prêt à empaler une bête monstrueuse au sol. L'homme, sur le cheval cabré et menaçant, dominait de sa hauteur la créature qui semblait comprendre son heure arrivée. Il se demanda où elle avait pu récupérer tel objet. Ça ne l'avançait cependant pas dans ses recherches. Aussi se détourna-t-il de la plaque de métal pour continuer sa prospection, trouvant le premier mécanisme dans le dessin de l'une des arabesques de la hotte surmontant l'âtre après de trop longues minutes à se demander s'il cherchait au bon endroit. S'il mettait autant de temps à chaque fois, Luam aurait fini de tout ranger avant même qu'il ne soit arrivé à tout trouver.

Après un temps qu'il ne comptât pas à chercher l'introuvable - il se demandât même, après chaque mécanisme débusqué, s'il ne fouillait pas dans le vide - Maximilien se tournât vers l'entrée de la pièce en y entendant un frottement. Il y trouva Luam, appuyée contre le chambranle de la porte, qui l'observait avec amusement. « Tu es en train de galérer, pas vrai ? ». Le Kaahi grimaça. Elle se moquait ouvertement de lui. Ça ne changeait pas de d'habitude remarque. « Ça suffit, on fait une pause. Je te montrerais où se trouvent les derniers après. » - « Moi qui étais persuadé d'en avoir fini. » fit-il blasé en croisant les bras dans un soupir. L'amusement marqua à nouveau le visage de l'ébéniste qui fit demi-tour pour quitter la pièce. « Hé non. Tu n'as pas vérifié le plancher, si ? » - « Non, je n'ai pas pensé au plancher. » fit-il en se frottant le menton avant d'attraper deux coussins au vol que l'Humaine lui lançait au visage. « Et les plinthes ? » continua-t-elle a l'interroger depuis une autre pièce en haussant la voix pour se faire entendre. « Si. J'ai regardé là, mais j'ai rien trouvé. » répondit-il du même ton en s'y dirigeant. « Et le contrecœur ? ». Maximilien arqua un sourcil. « Le contrecœur ? » répéta-t-il en posant son regard sur la gravure de métal du cavalier. « Oui. Tu n'as pas regardé sur la plaque ? » insista Luam en arrivant avec un service à thé. « Non j'ai pas vérifié là. Je vois pas pourquoi un mécanisme se trouverait dans une pièce de métal. Je suis pas ferronnier ou fondeur aux dernières nouvelles. ». Un sourire prit naissance à la commissure des lèvres de l'ébéniste. « L'ébéniste ne fais que magnifier les choses. Parce que j'ai appris la menuiserie je créé également les meubles, mais en soit un ébéniste se contente de les enjoliver et il a donc besoin d'autres corps de métier pour faire ses ouvrages. » - « Et t'aurais pas pu m'apprendre ça aussi ? La menuiserie ? D'une pierre deux coups ça fait pas de mal. » - « Il faut bien que je garde quelques atouts en poche si je ne veux pas me faire dépasser par l'élève. Même s'il pleuvra à Qaixopia quand ça arrivera. ». Maximilien leva les yeux au ciel à cette remarque avant de rejoindre son mentor. « Et donc quoi ? C'est quoi le rapport entre la plaque de métal et l'ébénisterie ? ». Luam resta silencieuse le temps de la préparation. Puis une fois les verres pleins, elle planta son regard dans celui de son apprenti. « Le rapport, c'est que ça va faire depuis ton départ à Avalon que je travaille sur ça avec bien d'autres œuvriers et que tu l'apprends juste. Tu devras travailler main dans la main avec d'autres personnes, même pour seulement rénover une chaise. Mais pour ce genre de travail, la mentalité sera différente. Peu importe que tu t'entendes ou non avec ces personnes. Le secret prime avant tout car vous serez tous embarqués dans la même galère. ». Maximilien fronça des sourcils en se tournant vers le contrecœur. C'était dérangeant, il ne pouvait le nier. Il n'était pas adepte du mensonge. Mais ça aurait son utilité, il en était certain.
©gotheim pour epicode


Mots 1331


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Sam 03 Oct 2020, 15:41


Œuvrer pour le meilleur

Comme il s'affala sur le coussin, Maximilien posa son regard sur le contrecœur. « Tu t'entendais pas avec lui, hein ? » fit-il avec un sourire en coin, faisant référence au concepteur de l'ouvrage en métal. « C'était un vrai con oui. Toujours à remettre en question le moindre plan qu'on proposait alors qu'il n'avait qu'une chose à faire : sculpter un dessin dans une plaque en fonte. » fit l'ébéniste, irritée au souvenir du bonhomme. « Pourquoi ce dessin d'ailleurs ? » - « Je ne sais pas. Ça n'a aucune importance. Je lui ai laissé le choix, il était déjà assez rageux comme ça. » conclut-elle avant de souffler sur la fumée qui se dégageait de sa boisson pour la porter à ses lippes. Un rictus marqua la commissure des lèvres du Kaahi. Il imaginait bien l'ambiance qui devait régner ici lors des travaux : explosive. « Ils sont au courant sur le chantier où tu travail en ce moment que tu n'es pas présent aujourd'hui ? » demanda Luam en reposant son verre sur le plateau. « Il est temps de t'en inquiéter. » fit remarquer son apprenti en arquant un sourcil, fixant le visage peu soucieux de l'ébéniste. « Comme on dit, mieux vaut tard que jamais. » répliqua-t-elle dans un haussement d'épaule négligeant. « Oui, ils sont prévenus. » répondit finalement Maximilien avec un mince sourire amusé tandis qu'il tendait le bras pour se saisir à son tour du liquide fumant. « C'était la moindre des choses à faire. » ajouta-t-il plus bas, l'émeraude de ses iris perdu dans l'ambre aqueux du contenant qu'il faisait tourner entre ses doigts. « Comment ça ? » questionna Luam qui se pencha légèrement en avant, soudainement plus attentive à ce qu'avait à dire son disciple. Maximilien marqua un temps, reportant son attention sur son maître en silence comme il porta le verre à ses lèvres avant de tirer la grimace lorsque le thé glissa le long de son œsophage. « La vache ! C'est bouillant ! Je sais pas comment tu fais pour le boire si chaud ! » cracha-t-il en reposant rapidement la boisson. « Question d'habitude je suppose. » répondit l'Humaine, rieuse devant la réaction de son élève. « Bon dis-moi. Qu'est-ce qu'il se passe ? » reprit-elle plus sérieusement. Le Kaahi exhala un souffle. « Je vais rejoindre Utopia. Définitivement. ». Un long silence ponctua la réplique de l'Obstiné, ce dernier subissant le jugement du regard sombre de sa mentor. « Et en quel honneur ? » demanda-t-elle plus sèchement en croisant les bras sur sa poitrine. Voilà qui était cocasse. Elle l'avait accueilli en lui claquant la porte au nez et, aujourd'hui, c'était limite si elle n'allait pas lui reprocher son départ. « Aucun honneur. Juste un ensemble de raisons que je considère comme pertinents. » - « Si tu le dis. Je ne suis personne pour te retenir après tout. » fit-elle en attrapant la théière pour remplir à nouveau son verre. « Bien sûr que si. » rétorqua Maximilien avec un sourire en coin avant d'ajouter « De toute façon, je suis pas encore parti. ». Il marqua une pause, le temps de tenter une nouvelle fois d'avaler sa boisson. Succès ! « Et tu comptes faire quelque chose pour ton départ ? » demanda l'ébéniste ironique en relevant ses iris d'ébène pour les planter dans celui de son apprenti qui répondit par un rire. Il n'y avait pas vraiment réfléchi. Pourquoi pas, toutes les occasions étaient bonnes à saisir pour ce genre de chose. « Tu sais, les ébénistes, ça court pas les rues dans la région et j'ai bien compris que j'avais plus à apprendre encore que je l'imaginais. » reprit-il. « Ça c'est peu dire. » commenta Luam d'un ton neutre. Maximilien la dévisagea une seconde avant de reprendre. « Sauf si tu rejoignais Utopia également, je serais obligé de revenir régulièrement en fait. » ajouta-t-il enfin. « Je ne quitterai pas Qaixopia, non. » trancha-t-elle d'un ton qui ne laissait aucune place à la discussion. « Normalement se sont les élèves qui suivent les maîtres, pas l'inverse tu sais ? » continua-t-elle avec un rictus en coin. « C'est vrai. » répondit le Kaahi d'un même air. Quelques secondes de flottements passèrent avant que l'ébéniste ne reprenne comme elle se levait pour aller poser le plateau sur la commode contre le mur. « Alors dis voir. C'est quoi ces raisons pertinentes ? » - « Je me sens à l'étroit ici, surtout depuis que je me trimbale ces bordels. » fit-il en pointant du pouce ses ailes. « Et plus bon à rien du coup. » - « En effet, c'est ennuyant. » - « Et puis, on nous affuble d'un Titre tout beau tout pimpant, mais en attendant Hel'dra est bien silencieuse et ça aide pas beaucoup. » continua-t-il a développer en glissant son regard sur le bracelet à son poignet, laissant son pouce caresser le fermoir doré sculpté des armes du scorpion. « Je vois. Agir sur différents fronts pour trouver le meilleur moyen de répondre à sa demande. » développa-t-elle à sa place en s'adossant au meuble tandis qu'il affirma d'un signe de tête. « Essayer en tout cas. Mais c'est pas caché sous terre que j'y arriverais. Pas actuellement. Encore moins alors que notre peuple est éclaté au quatre coins du monde. » - « C'est une vision des choses. Je te souhaites bien du courage dans ce cas. » conclut-elle avant de soudainement donner un coup sur le mobilier de bois brut. « Bien ! Assez conversé ! On a encore du travail, plus encore si tu te casses d'ici ! Alors bouges-toi un peu qu'on reprenne ça. » lâcha-t-elle brutalement sans la moindre transition. Maximilien se tourna vers sa mentor, un sourcil arqué et un sourire amusé se dessinant sur le visage par le soudain changement de sujet, avant de se lever à son tour.
©gotheim pour epicode


Mots 995


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Mar 06 Oct 2020, 22:43


Œuvrer pour le meilleur

Maximilien se saisit de la cruche pour remplir son verre d'eau tandis que son regard scrutait le plan que lui avait confiée Luam. C'était brillant d'ingéniosité, il ne pouvait que l'admettre. Mais effrayant aussi, d'imaginer quels secrets pouvaient abriter certaines des grandes demeures possédant trappes dissimulée et portes couvertes. Car c'était ainsi, d'après l'ébéniste du moins. Les commanditaires étaient le plus souvent ceux qui avaient les moyens et la place dans leur demeure d'y poser ces installations cachées et il était rare qu'un grand domaine ne possède ne serait-ce qu'une pièce secrète pour accueillir les rendez-vous qui n'auront jamais lieux aux yeux du monde, ou même pour permettre la réunion discrète de deux amants que la société n'accepterait jamais. L'Obstiné poussa un soupir. En une certaine façon, il fut d'un coup soulagé qu'on lui eût offert un terrain brut en même temps que son Titre. En ça il aurait les pleins pouvoirs décisionnaires sur les secrets qui pourraient abriter les murs du château qui s'élèverait là-bas. Il exhala un nouveau souffle. Un château. Si ça ne tenait qu'à lui, quatre murs et un toit suffiraient largement. De son point de vu, ce n'était qu'une perte de temps et d'énergie que de s'étaler sur la construction d'une habitation aux proportions monumentales avec d'innombrables pièces dont les trois-quarts ne seraient, de toute manière, jamais utilisées. Un sourire vint marquer son visage comme il alla se saisir d'un plateau de dattes. Il se souvenait d'une phrase qu'il avait entendu un jour. A moins qu'il ne s'agisse d'une expression. Il n'en savait rien et serait, de toute manière, bien incapable de dire quand et où il avait entendu ça. La maison d'un homme est son château. A prendre ceci au pied de la lettre, ses quatre murs tenaient la route finalement. Il enfourna l'un des fruits dans sa bouche, son sourire s'élargissant un peu plus et une lueur malicieuse s’immisçant dans ses émeraudes comme il imaginait la situation. Très amusante donc. Il était cependant conscient qu'il y avait des limites qu'il se devait de ne pas franchir et que certains risquaient de ne surement pas prendre un tel acte comme ce qu'il s'agissait, soit, une vulgaire moquerie. Nouveau soupir.

Recrachant le noyau de la baie dans un bol, Maximilien alla récupérer le plan, qu'il roulât, pour le ranger dans un tiroir de la commode et en profiter pour se saisir d'un briquet à silex. L'obscurité se faisait de plus en plus opaque et une lumière était la bienvenue. Son regard tomba toutefois sur un tout autre objet, bien différent, rangé là avec négligence, ne sachant trop quoi en faire. Posant le dessin, il se saisit de la boite qu'il commençât à faire tourner entre ses doigts. Puis il fini par l'ouvrir et se saisir de l'objet qui rebondissait lourdement à l'intérieur, délaissant l'écrin de bois sur le mobilier comme il prit appui dessus, scrutant avec attention le tampon entre ses doigts. Il avait beau tourner la question dans tout les sens, il ne comprenait pas. Quoi qu'en une façon, si cette femme désirait renouveler son personnel, c'était probablement là un bon moyen de faire un tri sélectif. Quand bien même l'individu aurait-il la volonté de faire face l'infini océan de sable qui le séparait de son objectif, fallait-il qu'il survive à l'aridité infernale et aux créatures amorales du Désert. Enfin, dans l'hypothèse où il trouve son chemin en un seul morceau, il lui faudrait à présent ressortir vivant d'Utopia. Tout ça privé de toutes capacités magiques, celles-ci annihilés avec l'abondance du Ma'Ahid présent, imbibant chaque parcelle de ces terres. En sachant par ailleurs qu'il ne s'y trouvait même pas, lui, dans la ville mirage - pour l'instant tout du moins - et que Qaixopia n'existait pas aux yeux du monde, c'était uniquement envoyer ces potentiels serviteurs à l'échafaud de lui confier ça. Il laissa un soupir dépité lui échapper. En quoi s'étonnait-il en fait ? D'un côté il y avait la carotte tendue pour appâter et de l'autre le bâton levé prêt à frapper à tout instant. Quittant sa position, il jeta brutalement l'ouvrage dans son coffret pour repartir à ses affaires et trouver de quoi illuminer l'endroit.

Briquet en main, le Kaahi fit percuter le silex contre l'acier, dégageant une myriade d'étincelles qui vinrent embraser la mèche d'une lampe à huile qu'il troquât contre les outils, usant du luminaire pour enflamer les autres lampes. Puis il fit demi-tour afin de ranger le morceau de métal et son minerai, ainsi que le croquis et la boîte qui traînaient toujours. Comme il porta son regard à l'extérieur, toujours plus sombre, il songea que Raa'd ne devrait pas tarder. Les travaux sur les chantiers cessaient avec le couché du soleil. Hasan se permettait quelques prolongations parfois. Il pouvait plus facilement se le permettre et c'était même plus facilement excusable. Maximilien l'avait prévenu avant qu'il ne rentre. Il se demandait si ça allait influer sur ses horaires. Son regard se dirigea par delà ce que la vue de la fenêtre pouvait lui offrir. Il imaginait facilement la réaction du chamelier suite à la conversation qu'il comptait mener. Raa'd lui... Il avait toujours en tête la réponse qu'il lui avait offerte lorsqu'il lui avait demandé s'il serait d'accord pour participer aux chantiers sur Volatys lorsque ça se ferait - car ça se fera, il ne savait pas quand, mais ça viendra. Ça n'était pas un non. Ce n'était cependant pas encore tout à fait un oui. Il lui faudrait le convaincre sur bien des fronts. Car chacun de ses amis avaient connu la chute d'Utopia mais tout deux l'avaient vécu différemment. Et c'était en ça qu'il ignorait la réaction de Raa'd. Lui avait vu de près sa sombre histoire.
©gotheim pour epicode


Mots 951


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Ven 30 Oct 2020, 15:22

Œuvrer pour le meilleur

Des éclats de rires suivirent l'une des nombreuses anecdotes d'Hasan et de son expérience du Grand Voyage. « J'aurai bien voulu voir ça. Ceux qui sont jamais monté sur des dromadaires font toujours de ces têtes les premières fois. ». Raa'd illustra ses propos en mimant l'expression en question, aboutissant à de nouveaux rires de la part de ses comparses. « Oui, c'est assez drôle. » approuva le chamelier avant de se tourner vers Maximilien. « Et toi ? Tu l'as toujours pas fais le Grand Voyage ? ». L'intéressé nia d'un signe de tête avant de fournir une réponse. « Et j'espère pas le faire dans l'immédiat de toute manière. ». Ses deux acolytes le détaillèrent avec étonnement, Hasan se redressant sur l'assise du long canapé du petit salon ouvert du riad. « Pourquoi ça ? Être sédentaire est une chose. Mais au point de ne pas vouloir faire... » - « Non, rien à voir. » le coupa le Kaahi. « Alors quoi ? ». Maximilien marqua un temps, son regard perdu sur le plateau d'amuse-bouche avant de le tourner vers Raa'd. « Tu te souviens quand je t'ai demandé si tu quitterai Qaixopia si on te le demandait ? » - « Si tu me le demandais plutôt, c'était ça la question. » rétorqua le tailleur de pierre durement, n'obtenant en retour qu'un air blasé sur le visage de son ami avant qu'il ne réponde « Si tu veux. » - « Et donc ? Ça veut dire quoi ? » questionna Hasan qui était totalement étranger à cette conversation. « Je dois me rendre sur ce terrain que l'on m'a cédé. Sur Volatys » répondit l'Obstiné d'un air déterminé. « Tu dois où tu veux ? » rétorqua Hasan. « Peu importe. La finalité reste la même. » - « Quand même. Tu aurai dis ça s'il y avait ne serait-ce qu'un semblant de début de chantier encore. Pourquoi pas. Mais là, il n'y a rien. Pas même un mur. » continua le chamelier interloqué. « Et c'est bien parce que c'est le vide complet qu'il faut que j'y aille. ». Maximilien exhala un souffle avant de reprendre. « Je balance pas ça comme ça sur un coup de tête. On m'a balancé floppé de titre d'un coup en me disant "tiens, prends et démerde-toi pour en faire quelque chose de bien". Mais j'ai pas le quart de la moitié de connaissances pour ça. Je rattrape encore le temps qu'on m'a volé après la Guerre des dieux et maintenant je cours après pour réussir à satisfaire des divinités de tout bord, certaines qui ont encore jamais donnés signe de vie ! Mais je peux pas courir éternellement. Je l'ai pas cette éternité. Alors la seule chose que je peux faire c'est rentabiliser ce temps que je n'ai pas. ». Son ami poussa un soupir comme il s'enfonçait dans les coussins du canapé. « Très bien. Et la suite ? Qu'est-ce que ce sera ? Après que tu ais investi les lieux je veux dire. » questionna de nouveau Hasan suite au développement de Maximilien. « Le début des travaux. » fit celui-ci comme une évidence avant d'exhaler un souffle. « Mais avant tout ça il faut encore que je trouve quelqu'un qui saura me conseiller. C'est pas comme si j'avais l'habitude de me lancer dans la construction d'un palace. » fit-il cynique. « Je suis pas encore tout à fait parti donc. » conclut-il avec un rictus rieur tandis que sa main alla chercher une olive plate marinée. « Tout à fait ? » releva Hasan en fixant le rouquin. Ce dernier ne répondit pas immédiatement. C'était cela. Il ne quitterai pas de suite le Désert pour Volatys. Il avait encore des choses à régler. Mais il abandonnerait tout de même les sous-sols de Qaixopia. Le Kaahi se passa la main sur le menton à la recherche du mot juste pour expliquer cela à ses amis. Finalement il opta pour la version aussi brute qu'elle était sincère. « Je vais rejoindre Utopia. » - « Encore ? » l'interrompit Raa'd. Un rictus amusé se glissa sur les lèvres de Maximilien. « Oui. Mais pas de façon temporaire cette fois-ci. J'y resterai. ». Un long silence suivi cette déclaration. « Donc on te verras plus dans les environs ça veut dire. » fit le chamelier avec un sourire en coin. « Pas exactement. A cause de Luam qui compte pas pointer son nez à l'extérieur je serai bien obligé de revenir régulièrement. » - « Il faudra d'une femme pour que tu disparaisse pas totalement de la circulation ! Hasan, tu sais ce que ça veut dire ! » lança Raa'd avec un rictus malin. Maximilien arqua un sourcil, le fixant du regard. « T'es sérieux ? C'est uniquement parce qu'elle est mon mentor et que je suis pas motivé à m'en trouver un autre. Elle aurait été un homme, ça aurait été la même chose. » rétorqua-t-il en croisant les bras sur le torse. « Ah oui ? Tu crois ça ? » insista le tailleur de pierre sans se départir de son air malicieux, arrachant un soupir exaspéré de la part de l'apprenti-charpentier, amusé de la part du chamelier. « Plus sérieusement. Qu'est-ce qui t'as motivé à quitter Qaixopia ? » reprit Hasan, coupant court à la joute verbale qui s'annonçait. Maximilien s'enfonça dans l'assise du canapé tandis qu'un souffle long lui échappait. « C'est tout un concours de circonstances en fait. Ces ailes que je peux pas utiliser ici. Mon statut d'Elu d'Hel'dra, où je suis juste dans le flou total là. ». Il laissa sa phrase en suspens. Il y avait quelques autres raisons en plus de celles-ci, mais il préférait les garder secrètes. Comme ce que lui avait fait parvenir Aria Taiji. Il aurait pu se moquer de cette histoire de domestique, laisser le coffret s'ensabler dans les dunes et ne plus jamais chercher à entendre parler de ça. Seulement il ne voulait pas que ses états d'âmes portent préjudices à la Race si d'aventure un courageux venait à se montrer et ne le trouvait pas à Utopia.
©gotheim pour epicode


Mots 1030


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Sam 31 Oct 2020, 20:53

Œuvrer pour le meilleur

Raa'd se saisit d'une amphore et vint remplir les verres à sec au centre de la table. « Du coup tu f'ras quoi là-haut si tu continues avec Luam ? J'imagine bien qu'il doit y avoir quelques chantiers sinon mais rien d'comparable avec les travaux qu'on a ici j'suppose. » questionna-t-il l'apprenti-charpentier. Maximilien haussa des épaules avant d'attraper son verre. « Je dois passer à la caserne. J'en profiterai pour m'y joindre probablement. Les choses ont besoin d'être changée. » Il n'obtint aucune réponse de la part du tailleur de pierre, mais il savait qu'il comprenait parfaitement, et mieux encore même que lui, ce qu'il voulait dire. « On dit qu'ils ont commencé à recruter en masse et restaurer les bâtiments après avoir reçu une importante somme d'argent. » fit remarquer Hasan avant de porter à son tour son verre à ses lèvres. « Putain ouai. Important c'est peu dire. » lâcha le Kaahi dans un rire bref tandis qu'un rictus se dessinât à la commissure de ses lèvres. Un court flottement suivi sa réplique où le chamelier et le tailleur de pierre se dévisagèrent l'un l'autre, Maximilien prenant alors conscience de ce qui venait de lui échapper. « Dis voir. Est-ce qu'on t'as rencardé sur celui à l'origine de ça ? » commença Raa'd en se penchant légèrement en avant comme il ancra son regard dans l'émeraude des iris de l'Obstiné. « Qui c'est ? » ajouta-t-il rapidement avec un air intéressé alors que son confrère n'eût pas même le temps de répondre à sa première question. Maximilien eut un long moment de réflexion. C'est bien parce qu'il en avait connaissance qu'il voulait discuter de ça avec la milice. Il exhala finalement un souffle avant avant de reprendre «Tu te souviens ce truc que les Déchus ont organisés ? » - « Ce truc ? » - « Le festival. » - « Ah oui ! Cette fête où les joueurs pariaient sur des associations. Tu étais un des représentants c'est ça ? » - « Ouai. J'ai été assez naïf pour croire qu'un événement Déchu se déroulerai sans accroc après avoir vu leur Coupe des Nations. » commenta le Kaahi entre cynisme et ironie. « Ne faites jamais confiance à un Déchu qui vous propose de participer à quelque chose "d'amusant". » ajouta-t-il en posant son verre brutalement après l'avoir sifflé d'une gorgée. « À ce point là ? » interrogea Hasan aussi amusé qu'il était intrigué, ce à quoi Maximilien répondit par un haussement de sourcils et un sourire en coin. « C'est tout ? Aucune explication ? » s'insurgea Raa'd. « Sérieux tu vas au moins nous dire comment t'as réussi à amasser toute cette tune ? Et surtout ces accrocs auxquels tu t'attendais pas. » ajouta-t-il, un éclat rieur dans le regard. Maximilien fixa son ami quelques instants avant de se redresser pour lui répondre. « À une vente aux enchères. C'est là que les gens claquent le plus facilement et rapidement leur fortune. » - « Et ? » ajouta Raa'd en voyant que son ami ne comptait pas continuer sa phrase. « Et c'est tout. » rétorqua ce dernier en croisant les bras sur le torse. « Je crois pas, non. » répliqua le tailleur de pierre en l'imitant. Et il avait parfaitement raison. Mais sa propre intégrité n'était pas la seule en jeu ici. Peut-être était-ce pire encore pour la Matasif dont le nom était connu sur toutes les lèvres de ces terres. Il aurait dû se douter que cette histoire de baiser n'était juste qu'un traquenard. « Je me demande ce qui a bien pu s'y passer pour que tu veuilles à ce point te taire. » - « Qui sait ? » nargua le concerné. « Un jour le secret s'ra révélé, crois-moi. Y'avait trop de monde pour qu'tu gardes tes aventures secrètes. » - « Peut-être. ». C'était même fort probable. Pour son tête à tête avec Mancinia, ça pouvait se discuter. Toutefois, il ne pouvait pas en dire autant pour Léto qui était loin de s'être montrée discrète, que ce soit pour le baiser ou l'enchère. Il ne pouvait pas entièrement l'accuser, il était aussi fautif. « Il faudra attendre ce jour parce que c'est pas moi qui en parlerai. » conclu l'Obstiné avec un rictus alors qu'une grimace agacée se dessinât sur le visage de Raa'd. Pour mettre fin à cette sempiternelle discussion qui s'annonçait sans conclusion, aucun des deux ne voulant laisser le dernier mot à l'autre, Hasan prit la parole et changea de sujet sans la moindre transition. « Ça va pas poser problème l'armée avec tes ailes ? » fit-il en indiquant les deux appendices de Maximilien du menton. Ses deux comparses restèrent quelques secondes silencieux à fixer le chamelier. « On verra. Déjà j'arrive à faire des mouvements plus fluide qu'aux premiers jours. Là, ouais, c'était clairement la merde. » - « T'arrives toujours pas à les utiliser ? ». Maximilien ne sut dire s'il s'agissait d'une question ou d'une affirmation. Sûrement les deux. « Non. Et c'est pas sous terre que j'apprendrai. T'as déjà vu un oiseau en cage prendre son envol ? ». Le tailleur de pierre haussa des épaules. « De toute façon si je galère vraiment, je connais quelqu'un qui saura me conseiller. » - « Quelqu'un ? » - « Celui qui m'a aidé à maîtriser les ailes jusqu'à maintenant. » - « Ton ancienne Gardienne ? » - « Non. Mais je l'ai connu par elle. » - « Donc tu retournerai à Avalon ? » - « Si nécessaire uniquement. » répondit le Kaahi en servant à nouveau le trio. Après tout, Yury lui avait certes était d'une grande aide, il lui en avait fait voir de toutes les couleurs et il n'était pas pressé de le revoir.
©gotheim pour epicode


Mots 976


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Mer 04 Nov 2020, 23:24

Œuvrer pour le meilleur

Maximilien referma le sac qu'il allât accrocher à la selle du chameau qu'Hasan lui apportât. La bête était loin d'être aussi chargée qu'elle pourrait l'être, mais tant que Luam ne lui avait pas concédée être capable de faire son bout de chemin comme un grand, il lui faudrait garder un pied à terre ici malgré sa volonté de quitter les lieux. « Alors tu ne changeras pas d'avis ? Tu nous quittes officiellement pour la surface ? » - « Ce n'est qu'un au revoir. Il est bien hors de question que je laisse Raa'd tranquille. » fit-il avec un air goguenard. « J'ai plutôt l'impression que c'est toi qui subit ses réflexions. » rétorqua Hasan tout de comme en flattant l'encolure du camélidé. Un rire échappa au Kaahi. « T'as pas tout à fait tort. » fit-il en vérifiant que le minimum nécessaire à la traversée du Désert était présent et bien attaché. « De toute façon je compte bien l'embarquer dans l'aventure Volatys. » - « Et me laisser seul ? Tu es cruel ! » rétorqua-t-il dans une posture dramatique. « La seule chose qu'il risque d'arriver si tu viens, c'est que tes quarante chameaux finissent en steaks. » - « Trente-neuf ! Depuis ce matin celui-ci ne m'appartient plus. » - « C'est vrai. ». Maximilien se saisit du licol que lui tendait le chamelier avant de saluer son comparse dans une accolade. « Sōhu Behen. » - « Sōhu, Del Haftavân Eraël. ».

Arrivant devant les remparts d'Utopia, Maximilien fit s'arrêter l'animal un instant, contemplant la cité dans son entièreté comme il l'eût fait par le passé, la première fois qu'il y mît les pieds. Elle avait changée. A l'époque elle lui paraissait immense et majestueuse. Sympan n'avait pas laissé passer cette trahison. Finalement il tira sur le licol afin de faire repartir le chameau et passer les portes de la capitale pour y rejoindre l'élevage camelin le plus proche. Il y laisserai l'animal en pension en attendant de savoir son propre devenir exact ici. Ainsi, après quelques minutes de discussions et négociations avec le propriétaire des lieux, il s'éloigna pour rejoindre l'habitation de Mehreen qu'il trouva en plein ouvrage dans son atelier. « Sabah. » fit-il en se penchant pour l'embrasser sur la joue. « Max ? Je ne t'attendais pas. Qu'est-ce que tu fais ici ? » répondit-elle sans se détourner de son travail. « Je me demandais si tu avais un toit à offrir à un vagabond pour quelques jours ? ». L'Humaine arqua un sourcil. « Un vagabond ? ». Puis elle jeta un œil vif sur son interlocuteur. Un sourire se glissa alors à la commissure de ses lèvres comme elle cessa la rotation du plateau où elle profita de l'inertie de ce dernier pour peaufiner les dernières courbes du large pot. « C'est Aurel qui sera content. » fit-elle alors en se levant, appuyant ses propos d'une tape sur le torse, marquant le haut du Kaahi d'une trace de glaise humide. « Merci. » - « Pourquoi tu as besoin d'un hébergement ? » ajouta-t-elle en récupérant l'objet pour se diriger vers l'extérieur où il y séchera en attendant la suite. « C'est juste en attendant de me trouver un toit. » répondait Maximilien en la suivant du regard. « Un toit ? Comment ça ? » - « Ça veut dire ce que ça veut dire, non ? ». Mehreen se planta devant lui, les poings sur les hanches et les iris ancrées dans celles du Kaahi qui soupira devant la réaction de la jeune femme. Aussi lui ressorti-t-il  tout l'argumentaire qu'il développât  plus tôt d'abord à Luam, plus à Raa'd et Hasan. « Oh.  Donc tu ne retournera plus jamais là-bas ? » l'interrogea-t-elle , appuyée sur le plan de travail.  « Si je le devrais. Qaixopia n'est rien de plus que la petite sœur d'Utopia. On ne peut pas la dénigrer. Mais actuellement c'est Utopia qui a bien plus besoin d'aide. C'est aussi pour ça que j'ai quitté Qaixopia. ». Quelques secondes silencieuses s'écoulèrent avant que Mehreen ne reprenne la parole. « Très bien. Pour l'instant les petits dorment. Tu peux revenir plus tard ? » - « Pour pas les réveiller ? ». Elle affirma d'un signe de tête. « Bien sûr. J'ai à faire de toute manière. » conclut-il avant de quitter l'endroit comme la potière se remit à l'ouvrage.
©gotheim pour epicode


Mots 736


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Mer 25 Nov 2020, 16:04

Œuvrer pour le meilleur

En même temps qu'il traversait la ville, le regard de Maximilien se portait régulièrement sur les rues perpendiculaires, assombries par l'ombre des bâtiments. C'était dans ces ténèbres en plein jour que se nichaient les ombres prêtes à lacérer une bourse trop garnie ou à s'emparer d'une âme trop riche pour se permettre de s'aventurer dans ces quartiers. En théorie, les menaces de ce genre devraient faiblir. Mais ce n'était pas assez. Pas pour une ville qui se voulait Unique Cité  et Capitale de la Race Humaine. Une majorité de la ville devait encore plus ressembler à un amas de squatte qu'en une diversité de logements. Il comprenait pourquoi nombreux étaient ceux ayant préféré migrer dans le ventre du Désert. Qaixopia était peut-être pleine de poussière et en travaux constant, la ville cachée respirait le renouveau malgré l'ancienneté de ses pierres, et c'était la Vie que chérissait ses occupants. Ici, à Utopia, il y avait une espèce d'entre-deux. Le besoin de continuer sur un chemin rassurant qu'ils avaient toujours connus mais si vétuste qu'il n'en était que plus dangereux. S'accrocher au jour présent en ignorant quoi ou qui sera la cause de sa perte demain car circuler dans les rues n'avait rien de sûr. Les voyous côtoyaient les honnêtes gens. Les uns luttaient pour recouvrer la splendeur d'antan de la cité quand les autres se battaient pour avilir plus chaque parcelle de la ville. Tout ça, le Kaahi n'en avait jamais réellement prit conscience avant aujourd'hui. Pas à ce point. Car, avant aujourd'hui, il faisait parti de cette majorité qui avait trouvée refuge dans la capitale sous-terraine. Refuge, oui. C'était le mot. Il n'avait fait que suivre les seules personnes qu'il connaissait et encore présentent. Celles présentent à son Éveil. Hasan et Raa'd. Il ne s'était pas laissé le choix, trop paumé dans un monde qu'il ne connaissait plus. Ou plutôt, il avait choisi la facilité. On le lui avait bien rendu. Mais aujourd'hui il se l'offrait enfin véritablement, ce choix, le véritable. Celui qu'il aurait dû avoir s'il ne s'était pas trouvé enfermé dans cette pyramide.

Arrivant devant la caserne, Maximilien marqua un arrêt et prit une longue inspiration, avant de s'avancer vers l'un des soldats qui en gardait l'entrée afin de lui faire connaître ses intentions. Celui-ci lui fit alors traverser le camp sous l'œil avisé des membres de la garnison. Bénie soit Hel'dra, il n'aurait jamais pu pénétrer les lieux pour une autre raison que rejoindre les rangs armées s'il n'avait pas porté son nom sur le poigné. Quoi que, cela n'aurait donc pas changé grand chose sinon qu'il lui aurait été plus difficile de s'entretenir avec le supérieur de son guide. Le regard du Kaahi tomba sur une troupe de jeunes cadets. Il s'arrêta un instant, les observants avec attention. Le menton haut, le poing sur le cœur, on pouvait déjà discerner dans leur regard ceux qui avaient compris que là se trouvait leur avenir et ceux qui n'y voyait qu'un lieu d'apprentissage, moral comme physique. Il se demanda un instant à quelle catégorie aurait-il fait partie à leur âge. A l'époque,  avant la guerre et ses blessures, probablement la seconde.

Avec un salut, le soldat salua son supérieur en présentant l'intru en la personne de Maximilien. « Del Haftavân Eraël. » commença l'homme avec un air austère. « En quoi puis-je vous aider ? ». A son tour le Kaahi offrit un salut au Kaptan. Au ton employé par ce dernier, il avait bien comprit que sa politesse n'était dû qu'à ce privilège "d'Elu" et qu'il n'appréciait que peu être dérangé aussi aisément par un civil sans raisons urgentes apparente. « En réalité il y a plusieurs choses dont j'aimerais que l'on puisse parler. » - « Tiens donc. ». Il croisa les bras sur le torse avant de se tourner vers son subordonné. « Vous pouvez disposer. » - « Bien mon Kaptan. » répondit celui-ci avant de se retirer. Le militaire s'assit sur son siège, présentant d'une main une autre contre un mur. « Alors ? Je suis bien curieux de savoir ce que notre bienfaiteur a à me raconter de beau. ». Maximilien marqua un temps, fixant son vis-à-vis. « Ne soyez pas étonné, la nouvelle s'est vite répandue après réception du don. Je me demande simplement qui, à part un Humain ou un Ange, à bien pu dépenser une telle somme pour rénover nos bâtiments et notre matériel. » - « Une personne qui n'avait pas la moindre idée de ce pour quoi elle dépensait cette fortune. » fut la réponse que lui offrit le Kaahi. La plus logique en ces lieux en réalité, car il en existait une autre. « Cela dit, ça tombe bien que vous évoquiez ce sujet. Je ne pense pas pouvoir m'adresser à plus élevé hiérarchiquement que vous. Aussi j'espère que vous pourrez répondre à ma question. » - « Qui est ? » - « Je me demandais comment avait été réparti cette fortune justement. A l'origine je n'avais prévu que pour aider Utopia, mais il devait y avoir largement assez pour financer les milices des cinq Royaumes. » - « Hum. ». Le militaire s'enfonça dans son siège et croisa les doigts entre eux, imposant un instant de silence. « Non. Je n'ai pas la réponse à cette question. Les décisions sur la gestion financière de l'armée, surtout d'une telle somme, se prennent en plus haut lieu. Nous ne voyons le gâteau qu'en morceaux. » - « Je vois. » fit Maximilien en s'affalant sur son dossier comme il passait les mains derrière la tête, un air de déception dans la voix. Il décochât une grimace. Non pas d'agacement, mais parce qu'Il avaient oubliés ses ailes, en s'enfonçant dans son siège. Ça faisait longtemps. Le Kaptan dévisagea un instant le civil face à lui avant de reprendre la parole. « Ensuite ? » - « Pardon ? » rétorqua Maximilien, surprit. « N'aviez-vous pas prévu de m'interroger sur plusieurs sujets ? Si ce n'est pas le cas je vous prierai de vouloir disposer. Un civil n'a pas grand chose à faire dans un camp militaire, aussi louable ses intentions soient-elles. ». Alors le Kaahi se redressa. « Si, en effet. Il y a encore autre chose. ».
©gotheim pour epicode


Mots 1042


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Mer 25 Nov 2020, 17:34

Œuvrer pour le meilleur

En tendant un peu l'oreille, on pouvait deviner l'activité et les entraînements qui avaient cours par-delà les murs des quartiers du Kaptan. Maximilien prit une inspiration avant de prendre la parole. « Comme je vous le disais, originellement cet argent devait participer au renforcement de la sécurité à Utopia. Mais je comprendrais qu'il soit utilisé pour plus que ça. » - « Je veux bien. Il y aurait de quoi parquer un soldat devant chaque maison si on l'utilisait exclusivement pour ça. Et même ainsi je ne suis pas certain qu'on n'en aurait vu le bout. ». Maximilien arqua un sourcil, puis il se leva. « Kaptan. Je tiens à faire plus que de jouer les simples mécènes. Je pensais me satisfaire de ce soutien, aussi important soit-il. À l'évidence non. ». Cette fois ce fut au militaire de fixer son interlocuteur en haussant un sourcil. Puis il se redressa sur son dossier avant de répondre au Kaahi. « Donc. En d'autres termes, vous demandez à rejoindre les rangs. C'est bien cela ? ». Il n'obtint que le silence en écho à sa question. Toutefois, c'est en se plongeant dans les iris smaragdines de son vis-à-vis qu'il y trouvât sa réponse. « Hum. ». Il ferma les yeux, se plongeant dans une longue réflexion muette. Enfin, comme il rouvrit les paupières, il se leva à son tour. « Suivez-moi. » fit-il alors en contournant Maximilien. Celui-ci le talonna sans mots dire, suivant à grand pas la marche rapide du militaire. « Généralement la révélation se fait bien plus tôt. » commença le militaire, les mains dans le dos, la posture aussi droite qu'un 'i'. « Il y a bien des décisions que j'ai pris avec retard. » répliqua le Kaahi. « Vous avez déjà participé aux différents Jeux organisés par la caserne ? » - « Non. ». Il n'en avait jamais réellement eu l'occasion. « Dans ce cas je suis curieux de savoir vous avez pu trouver cette flamme si ce n'est ni au lendemain de l'Askeri, ni suite à une rencontre avec l'un de nos membres. » - « Les événements de la vie en sont la cause. » - « Un coup de tête donc. » - « Sûrement pas. » s'offusqua Maximilien qui s'arrêtât devant ce qu'il considérât comme un jugement attife. Ce que l'homme remarqua, aussi stoppa-t-il à son tour sa marche pour faire face au civil. Il resta ainsi longuement à le fixer, silencieux. Ce fut Maximilien qui fût le premier à reprendre la parole, se sentant presque contraint par l'appui du regard qui pesait sur lui. « Je ne veux simplement plus perdre ceux qui me sont chers. » - « Un sentiment louable. Mais à la fin, Ezechyel est toujours celui qui a le dernier mot, peu importe la volonté que l'on met à le défier. » - « On peut néanmoins toujours faire en sorte de retarder ce rendez-vous. » - « Dans ce cas, l'armée n'est probablement pas le meilleur endroit pour ça. » - « Je ne parlais pas pour moi. ». Nouveau silence. Un rire bref échappa au militaire qui tournât les talons pour reprendre la marche. « J'espère que vous avez conscience qu'entre ces murs, la seule hiérarchie qui fait force de loi est celle des armes. » - « Je ne me serais pas présenté si c'était un problème. » - « C'est bien parce que certains ont tendance à l'oublier que je le rappelle. ». Le Kaahi haussa des épaules. Il oubliait trop couramment qu'il appartenait à cette caste de "favorisé". Il se prenait même à se demander depuis peu si cet oubli n'était pas inconsciemment volontaire parfois.

«
Où va-t-on comme ça ? » questionna Maximilien. « Vous connaissez les différentes branches armées existantes ? » demanda le militaire sans se détourner de sa route tandis qu'une grimace se dessinait sur le visage de Maximilien. Répondre à une question par une autre question ne faisait pas avancer les choses. Par simple esprit de contradiction, il eut immédiatement envie de répliquer à son tour par une nouvelle question. Il se retint. « Oui, normalement. ». Le militaire tourna légèrement son visage en direction de son interlocuteur en captant la tonalité de sa voix dans la réponse qu'il lui eût offert. « Parfait. ». En même temps qu'il prononça ces mots il interpella un homme. « Sarīraka. Je vous laisse avec cet homme. Il a dit vouloir rejoindre l'armée. Voulez-vous bien vous occuper de la suite ? » - « Oui mon Kaptan. ». Sans autres mots, le militaire s'éloigna de son subordonné, le laissant avec Maximilien interloqué de ce soudain abandon. « J'imagine qu'il a considéré que vos raisons étaient bonnes. » reprit le nouvel interlocuteur du Kaahi à l'intention de celui-ci. « Qu'est-ce qui vous fait dire ça ? » - « Sinon c'est à la porte qu'il vous aurait conduit. » conclut l'homme avec un cynisme sec. « Commençons par le début. Avez-vous une idée de quelle branche armée vous voudriez intégrer ? » reprit-il finalement sans en dire plus sur celles-ci. Maximilien comprit alors la dernière question du Kaptan.
©gotheim pour epicode


Mots 857


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Jeu 26 Nov 2020, 22:14

Œuvrer pour le meilleur

A la lueur de la chandelle, Maximilien griffonnait quelques mots sur un papier, raturant régulièrement des lignes, les remplaçants par de nouvelles et en ajoutant d'autres d'une écriture rapide et probablement lisible uniquement de lui-même après quelques minutes de réflexions. « Qu'est-ce que tu fais ? » l'interpella l'un des Bharatī en fixant le bout de papier. Le Kaahi releva le nez de ses notes, portant son attention sur le garçon. « Une liste. Maintenant que j'ai eu la bonne idée de m'engager je ne pourrai pas assister aux travaux que j'avais prévu à Volatys. Du moins, pas à la totalité. » - « Volatys ? ». Maximilien ne répondit pas à son interrogation, voyant le garçon semblant réfléchir et chercher de lui-même de quoi il parlait. « Si ! Je l'ai ! » s'exclama-t-il soudainement. « C'est pas chez les Magiciens ça ? ». Le rouquin approuva d'un signe de tête avec un sourire devant l'air ravi du garçon lorsqu'il eût retrouvé de quoi il s'agissait. « Comment ça se fait que tu voulais aller là-bas ? » continua à le questionner le jeune Bharatī en se redressant sur son couchage. Maximilien délaissa le parchemin avant de lui répondre, devinant qu'il serait bon à un long interrogatoire de la part du curieux. « J'ai obtenu une parcelle là-bas. Mais l'île est équivalente à Qaixopia. Il y a tout à faire. » - « Hum, hum. » fit le garçon en croisant les bras et hochant de la tête, les yeux fermés. Il sembla alors plongé dans une profonde réflexion. « Comment on gagne un terrain comme ça ? » demanda-t-il soudainement en rouvrant les yeux. D'abord surpris par la question, un rictus amusé se glissa sur les lèvres du Kaahi. « Il y a plusieurs façon. Avoir effectué un acte de bravoure envers et pour la Royauté, par exemple. Ou en ayant rendu un service au peuple, suffisant pour qu'il te soit redevable. Mais globalement le principe reste le même : avoir effectué un acte de valeur. Assez pour que proportionnellement on te remercie de cette façon. » - « Et qu'est-ce que t'as fais toi ? » interrogea le garçon, les yeux pétillants. Maximilien ne répondit pas immédiatement, un rictus cynique s'immisçant à la commissure de ses lèvres. Il prit une profonde inspiration. En voilà une excellente question. Qu'avait-il fait exactement sinon courir le monde ? « J'ai... Aidé à la libération d'une partie des Anges prisonniers sur la Terre Blanche, lorsque les Démons y étaient encore maître en ces terres. » lâcha-t-il enfin rapidement en croisant les bras. « Ooooh ! Cooool ! » souffla le garçon. Maximilien lui répondit avec un sourire forcé. Il ne le pensait pas, ce qu'il venait de lui dire. Toutefois, il ne voulait pas briser ses rêves de gloire en lui expliquant qu'il avait simplement suivi les cailloux qu'on lui avait semé. Qui plus est, ça aurait été bien après les explications qu'il lui avait donné. A une vérité ténue et plate, est préférable un mensonge exaltant. « Il commence à se faire tard. Mieux vaut éteindre pour être opérationnel au réveil demain. » qui se ferait aux premières lueurs de l'aube. Ainsi, sur ces paroles, Maximilien éteint la chandelle vacillante, une boule d'amertume dans la gorge.

Le lendemain soir, le Kaahi profita d'une permission offerte à leur unité pour quitter la caserne et vaquer à d'autres occupations. En premier lieu, il chercha une habitation. Une vraie, autre que les baraquements militaires. C'était un bonus qu'il s'offrait, pouvant se contenter du couchage de l'armée. Mais , surtout, il lui serait bien plus pratique de réfléchir sur ses plans pour Volatys dans un véritable chez lui qu'en étant continuellement interrompu par des esprits curieux. L'affaire réglé, il retrouva Mehreen. Il n'avait pas prit le temps de véritablement discuter avec elle. « Toc, toc ? » fit-il en passant la tête par l'entrebâillement de la porte. « Ashtha ? » continua-t-il en constatant la présence de la jeune orpheline, assise à la table, une tasse de thé entre les mains. « Oh. Del... » - « Pas la peine d'être si formelle voyons. » la coupa-t-il. « Tu sais où est Mehreen ? » - « Oh, d'accord. Elle est partie faire des courses. Elle devrait pas tarder à revenir. Pourquoi ? » - « J'ai quelque chose à lui demander. » - « Elle est fâchée. ». Maximilien la dévisagea un instant. « Comment ça ? » la questionna-t-il en s'adossant à un mur. « Je sais pas vraiment. Je sais juste qu'elle est fâchée. ». Le Kaahi expira un long souffle. Il n'avait pas choisi le bon soir pour s'inviter semble-t-il.

Les mains d'Aurel dans les siennes, le petit sur les genoux, Maximilien s'essayait à communiquer avec le nourrisson sans être réellement persuadé qu'aucun des deux ne se comprenne vraiment totalement. « C'est pas trop encombrant ces ailes ? » la questionna finalement Ashtha qui exerçait le même cirque avec Sharihzad. Maximilien posa son regard sur la jeune fille avant de le descendre sur l'enfant ailée. « Un peu si. C'est pour ça qu'il vaudrai mieux lui apprendre au plus tôt à s'en accommoder et à en faire usage, pour qu'elle ne se retrouve pas dans le même embarras que moi. » répondait-il, comprenant que c'était pour l'enfant qu'elle s'interrogeait. Soudain, lorsque la silhouette de Mehreen apparu dans l'entrée, Maximilien et Ashtha se tournèrent dans un même mouvement en sa direction. Alors la nouvelle arrivée se renfrogna. « Ah bah il est temps ! » fit-elle d'un ton irrité à l'attention du Kaahi. « Temps ? » rétorqua-t-il sans comprendre ce qu'elle voulait dire par là. « Je t'ai attendu moi après que tu te sois barré ! Mais non, monsieur a décidé de jamais se repointer, c'est plus drôle après tout de demander un service pour rien. ». Oui, ça y est, il voyait le problème. « Désolé, les choses se sont plus précipités que je ne l'avais imaginé. » - « Et t'aurai pas pu prévenir quand même, à tout hasard ? ». Une minute de flottement suivit les paroles de la potière. « Je vais vous laisser je crois. » fit la jeune orpheline, gênée, en posant l'Enfant des Cieux dans le parc avant que Mehreen ne reprenne en délaissant le cageot de provisions. « Bon pourquoi t'es là ? » demanda-t-elle sèchement. « Pour m'excuser ? ». Elle soupira quand un rictus se glissa sur les lèvres de Maximilien. « Je dois trouver des ouvriers qualifiés et de confiance pour travailler sur Volatys sans que j'y sois. Je me demandais si tu en connaissais. » - « Pourquoi j'en connaîtrai ? C'est pas mon domaine. » - « Ça ne coûte rien de demander. Surtout que tu vis ici depuis plus longtemps que moi. » - « Et c'est tout ? » - « Non. Je voulais savoir si tout se passait bien aussi pour toi. ». Elle arqua un sourcil. « Qu'est-ce qu'il se passe ? » rétorqua-t-elle méfiante. Un nouveau rictus se glissa sur les lèvres du Kaahi. « J'ai trouvé une maison. Je n'y serai pas la moitié du temps. Je me demandais si tu ne préférerai pas y être histoire qu'elle soit habitée. Elle est plus grande que celle-ci et... » - « C'est gentil de proposer mais non. Merci. J'ai mon atelier et tout ici. Et puis juste... C'est chez moi. » - « Je comprends. » répondit-il avec un sourire avant de reporter son regard sur le garçonnet. Puis il entendit Mehreen soupirer, attirant à nouveau son attention. « J'ai aussi quelque chose à te demander. Quelque chose d'important. C'est aussi pour ça que ça m'a mise en colère que tu disparaisse comme ça. J'avais prévu de t'en parler l'autre jour. » reprit-elle en s'installant aux côtés du Kaahi qui la détailla avec curiosité. « Qu'est-ce que tu voulais me demander ? » - « J'aimerai que tu deviennes le Phādere de Sharihzad. ». Maximilien ne dit rien dans l'immédiat, surprit. « Pourquoi cette demande d'un coup ? Et puis, tu ne crois pas qu'il y a mieux placé que moi ? » répliqua-t-il en fronçant des sourcils. « Pour que, quoi qu'il se passe, elle reste auprès de son frère. ».
©gotheim pour epicode


Mots 1381


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Maximilien Eraël
~ Humain ~ Niveau III ~

~ Humain ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 2359
◈ YinYanisé(e) le : 18/09/2016
◈ Activité : Charpentier | rang II ; Ébéniste | rang II ; Soldat | rang II
Maximilien Eraël
Ven 27 Nov 2020, 09:40

Œuvrer pour le meilleur

Maximilien leva le bouclier devant lui, mettant un terme à la course de la lame de son partenaire. Il profita de cette seconde de recul pour lui-même s'avancer d'un pas et lever le bouclier qui finît dans la mâchoire de son vis-à-vis. La première chose qui fusât de la part de ce dernier fût une injure, tant part la douleur du coup, quoi qu'il ne fût pas donné avec force - il serait dommage de perdre des dents dans un simple entraînement - mais également par la perfidie du geste qui l'amena à terre, le Kaahi profitant de cet instant de déstabilisation pour lui mettre un coup de savate lui faisait définitivement se dérober le sol sous les pieds. « Raah, mais aussi, avec une tête de plus c'est facile. » se plaignit le garçon avec une grimace avant de saisir la main tendu de Maximilien, amusé par la remarque. « Ça ne veut pas dire grand chose, être plus grand ou non. J'ai été mis à terre par un homme qui ne faisait pas ta taille. » rétorqua-t-il, rieur, une légère grimace marquant néanmoins son visage au souvenir de Yury. Les Colériques pouvaient être de véritables teignes quand ils s'y mettaient. « C'est qui ce type ? Je veux bien ses conseils. » répondit le Bharatī avec ironie comme il reprit position, sa chute faisant déjà partie du passé. « Prends conseils de nos supérieurs, c'est bien suffisant et tout aussi équivalent. ». A peine eut-il prononcé ces mots qu'on vint l'interpeller. « Eraël ! On te demande. ». Le concerné arqua un sourcil, se détournant de son vis-à-vis pour détailler, surprit, le militaire. « J'arrive. » répondait-il alors simplement en rangeant son arme et se en débarrassant du bouclier, comme il reporta son attention sur le garçon. « La revanche ce sera pour plus tard apparemment. » lui fit-il avant de s'éloigner de lui tandis que le jouteur exhalait un souffle déçu.

Le Kaahi suivit son pair qui le guidât auprès de leur supérieur où il l'y laissa, seul. Un silence plana quelques instants encore après son arrivée où la plume seule qui grattait le papier du parchemin se faisait entendre. Enfin le Sarīraka leva le nez de ses affaires pour poser son regard sur Maximilien. « Au repos. » commença-t-il avec un geste négligeant de la main en se relevant. « Demain aura lieu la cérémonie pour les Bharatī qui monteront au grade de Sainika. » commença-t-il sans la moindre transition en tapotant de l'index la feuille devant lui. « Vous en ferait parti. » - « Demain ? Déjà ? » s'étonna le Kaahi. « A moins que vous ne partiez totalement incompétent, le passage par le grade de Bharatī n'était qu'une formalité. Il s'agissait plus de voir où vous en étiez réellement et mesurer vos compétences. À l'évidence ça n'aurait aucun sens de vous laisser plus longtemps là où vous êtes. » - « Je comprends. » - « Bien, vous pouvez disposer dans ce cas. Ne soyez pas en retard demain ou l'on reverra ce jugement. » - « Je serai présent, Sarīraka. » conclut le Kaahi dans un salut avant de se séparer de son supérieur, pensif.

Lorsqu'il regain le terrain d'entrainement, il fut immédiatement rejoint par le Bharatī avec lequel il menait sa joute avant d'être interrompu pour trouver le Sarīraka. « Alors ? Qu'est-ce qu'on te voulait ? » demanda-t-il, curieux. Maximilien tourna son regard vers le garçon et le dévisagea un instant avant de lui répondre. « Demain certains Bharatī passent Sainika. » - « Ah ouai, c'est vrai. J'ai failli oublié ça. Et donc ? C'est quoi le rapport ? » - « Je me joindrai à eux. » - « Hein ? Déjà ? ». Un rictus amusé esquissa les lèvres du Kaahi comme il arqua un sourcil. « C'est drôle. J'ai eu la même réaction. » - « Et notre match retour alors ? Il devient quoi ? » s'offusqua le garçon sans tenir compte de la remarque de son vis-à-vis. Un rire bref échappa à Maximilien en l'entendant s'indigner pour un problème si futile. « Il devra se faire aujourd'hui où tu devras patienter encore quelques temps avant de pouvoir remettre ça. » lui répondit-il enfin, une lueur rieuse dans le regard. D'un même mouvement ils se tournèrent vers le cadran solaire. Cinq minutes. Un peu moins. Ensuite chacun se répartirai dans leur tâche respectives qui leur avait été attribuée pour le jour. Le plus jeune grimaça. À l'évidence, non, ça ne pourrait pas se faire aujourd'hui donc. « Dommage. » commenta le garçon, un air de déception dans la voix. « Dis ! » l'interpella-t-il une dernière fois avant que le Kaahi ne s'éloigne de nouveau. « Qu'est-ce qu'il y a ? » l'interrogea ce dernier. « C'est vrai ce qu'on dit ? Que ceux qui y étaient ont participés à la bataille de l'Ere ? » demanda le jeune Bharatī avec un signe de tête en direction des ailes de son aîné. Maximilien resta un instant muet, tournant légèrement la tête vers ses deux appendices dorsaux avant de reporter son attention sur le garçon pour lui offrir sa réponse. « Je l'ignore. J'ai pas de référence puisque c'est la seule bataille à laquelle j'ai participé. ». Ce qui fût, en soit, largement suffisant. Ironique comme songe pour quelqu'un qui choisît d'embrasser la voie des armes, plus encore alors qu'il decidât de rejoindre ceux postés en première ligne du front. Toutefois, repenser à ce qu'il apprît être nommé Odon do Dur, ravivait la souffrance et la solitude qui avait précédé la mort. Ne subsistait aucune marque de ces affrontements. Seulement des souvenirs qu'il pensait parfois être de simples rêves et des cicatrices fantômes, faussement douloureuses, mais dont il se souvenait les avoir eut le temps de quelques heures, ou quelques jours, il ne savait plus trop. Il ne souhaitait le champ de bataille à aucun de ces jeunes qui n'avaient pas conscience de l'horreur de ce que le guerre représentait réellement. « Prends le temps d'apprendre. Et profite de la protection de tes aînés. Ne soit pas trop pressé de te jeter dans le bain des armes et du sang. » conclut-il en s'éloignant. Ce serait son dernier conseil, en espérant qu'il le prenne en considération.

Le soleil couchant, l'agitation de la caserne changeait avec l'arrivée de Phoebe. À la lueur du crépuscule, Maximilien embrassa du regard l'ensemble des Bharatī présents. Certains ne le serait plus demain. Pour certains ce serait un tout nouveau jour. Lui compris.
©gotheim pour epicode


Mots 1092


We were never welcome here ~ Night time or morning time, we're going strong

Don't you tell me what you think that I can be

[Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 Vous avez deux nouveaux messages [Q] - Œuvrer pour le meilleur 3881576816 :
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34158-melissandre-s-gemu-
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] - Œuvrer pour le meilleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Se venger, pour le meilleur et pour le pire [Part I - Solo]
» [VI] - Pour le meilleur et pour le pire | Isiode
» Une rencontre pour le meilleur ou le pire [PV Haru]
» [Q] - C'est moi le meilleur ! - Non c'est moi !
» [Q] - Le meilleur de soi
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Désert :: Qaixopia-