Le Deal du moment : -45%
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go ...
Voir le deal
1099.99 €

Partagez
 

 [A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mer 23 Sep 2020, 23:57


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

Partenaires - Solo [Niveau V]
Intrigue - Suite aux meurtres orchestrés contre des Humains par un Ange Extrémiste, des tensions naissent entre les deux peuples. La méfiance et les mots sont parfois plus violents que les coups. Il va falloir régler cette situation au plus vite et redonner un souffle nouveau à leur coopération, au risque de voir cette ancienne alliance complètement s'étioler. C'est dans un climat plus que nerveux qu'une Ange est portée disparue aux alentours du Royaume Humain. Comment tout cela va-t-il se terminé ? - suite de Ce Lien qui nous Désunit



! Ce RP contient des sujets sensibles !

Son bras reposant sur ses yeux, le Capitaine Katzuta avait bien du mal à trouver le repos. Ces dernières nuits ravageaient son esprit d'un millier de questions, allant de la plus ridicule à la plus abracadabrante. Il avait réellement voulu se raccrocher aux paroles de Mancinia, entendant encore résonner sa voix avec l'exactitude de ses propos, encourageants et doux. Son Amour à l'encontre de l'Ange était enflammé et lui ne pouvait s'empêcher de trouver ceci agréable. D'un autre côté, les propos du Soldat Ypsilántis résonnaient dans son esprit. « C'est justement parce que je le sais que nous devons y mettre un terme ... » Pourquoi ? Comment le savait-il ? Dans ses souvenirs, il n'avait pas choisi ce chemin, en parlant avec respect et admiration, même envers l'Ange candide et inexpérimenté qu'il était alors. C'était en soulignant son devoir envers son Humaine que le membre de la Compagnie l'avait encouragé sur la voix des armes, sentant les frémissements de la Guerre naître. Tout ce qu'il était à présent, Neah le lui devait. Alors ... pourquoi ? Quand est-ce que cela avait commencé ? « Oui, encore. Comme d'habitude, ces engeances du Mal s'en prennent à nous ! Nous ne devons montrer aucune clémence ! Toi, si tu sais te battre, suis-moi ! » ... C'était son premier affrontement, sur une des plages de la Citadelle. Il n'avait pas pu l'enlever de sa mémoire. Jamais. On n'oubliait pas la première vie que l'on n'enlevait, même s'il s'agissait d'un Vil.

« Songe à ton Humaine ! Tu viens de dire que tu voulais la protéger, n'est-ce pas ? Eh bien, ça commence maintenant ! » C'était à ce moment précis, sur l'une des places de la Citadelle Blanche et galvanisé par Lukiel, que Neah avait choisi de le suivre. « N'oublie pas, Neah. Tous les héros jouent de petit rôle dans les grandes actions. » Oui, vraiment. Il y avait réellement cru. Devenir un véritable Gardien. Il voulait protéger Mancinia, parce qu'il ne savait même pas tenir une arme convenablement et, de fil en aiguille, les choses étaient devenues plus sombres ... Ce n'était plus uniquement sa Protégée, c'était tout son peuple qui se retrouvait prit d'assaut. « Es-tu en train de rêver de ta ravissante Humaine ? Si elle te manque tant, va la voir et prends-là dans tes bras ! Je suis certaine que cela lui ferait plaisir ! » Mais à l'époque, Mancinia et lui étaient loin d'être aussi liés que maintenant. Ses sentiments à son encontre étaient ambigus, un mélange d'amour et de frustration. Ça lui paraissait si loin et puéril, à présent. C'était une autre vie. « As-tu entendu les bruits qui courent ? ... Celles affirmant que le Grand Héro serait revenu. » et c'est ainsi qu'il avait voyagé aux alentours de leur territoire, voulant s'assurer que les rumeurs étaient vraies. C'est sur cette montagne que ses ailes blanches n'avaient plus été les mêmes. C'était en raison des dorures qui clairsemaient celles-ci qu'il était devenu l'Oiseau Doré. Toujours plus en avant.

« Tu pourrais t'arrêter de manger avant de tout dégobiller, triple buse ! » Un sourire sur son visage. « Pourquoi tu t'entraînes ? » Mancinia. Les siens. Lui-même. Ses parents étaient contre son engagement, la Compagnie n'avait pas bonne réputation et ils s'inquiétaient de la montée de son extrémisme, mais ... il s'en moquait tant. Et puis, Mancinia avait sombrée. Sa vie entière avait dérapée, comme fauchée en pleine ascension. Ça avait été dur. Des années entières à se demander ce qu'il aurait pu changer dans leur relation. Pourquoi ne lui avait-il pas dit ses sentiments durant le Bal d'Encens, durant leur réconciliation ? Cette sensation d'être rongé de l'intérieur ... « Le Lien est compliqué. Pourquoi as-tu fais ça, Neah ? » Ni lui, ni Mancinia ne l'avait choisi. Cela s'était fait. Unis, envers et contre tous. « Regarde dans quel état tu es pour une simple Humaine. Il va vraiment falloir t'endurcir plus, allez ! » Ces paroles n'avaient désormais plus la même interprétation. Loin d'être un encouragement, les voici sources de reproches dissimulés. Est-ce que ... ? Non. Ce n'était que des paroles. Ce n'était pas possible. « Tu serais sans doute mieux avec une Ange, non ? » Non. Qu'est-ce qu'il s'était passé ? Pourquoi les choses en étaient-elles arrivées là ?



Sentant la main de Mancinia dans la sienne, ses yeux dérivaient dans sa direction. Elle ne souriait pas plus que lui, mais en ressentant sa peine, ce geste se voulait rassurant, discret dans ce rassemblement aux allures sinistres. En retrait, malgré sa crinière rousse, l'Ange était moins visible. Ce temps clair aurait été un tableau à peindre, sans doute qu'une personne aurait pu immortaliser cette scène si l'instant n'était pas si sentencieux. Bien que troublé, bien que sentant accablé de la situation, la Canine Blanche ne montrait aucun signe de cette brisure. Seule sa Protégée, à ses côtés, pouvait comprendre. Les Anges et les Humains unis ... Est-ce que ce serait possible malgré les tensions naissantes ? Les choses avaient dérapées et une barbarie avait été commise. Ce meurtrier méritait sa sanction. Personne ici n'oserait dire le contraire, de crainte d'être soumis à l'ire des observateurs. Pour autant, réduit dans cet état, sa vision avait rendu pénible cet ascension, de tout ce qui s'en suivait. Tandis qu'il traînait ce qui lui servirait de potence sur le dos, Gilgamesh Ypsilántis n'avait reculé devant rien pour montrer qu'il restait debout, peu importe les épreuves. Il n'avait aucun regrets. Ni dans sa voix, ni dans ses gestes, ni dans son regard, brillant d'une détermination glaciale. Cet ancien Soldat n'avait pas voulu être un couard en ne prenant pas la fuite et il était le mieux placé pour savoir où le conduiraient les conséquences de ses actes.

Loin de cette terre d'accueil, loin de leurs nouveaux territoires, dans le mépris des siens, dans la rancoeur des Humains, avec les âmes de ses victimes l'observant depuis les cieux. Étaient-elles soulagées que ses crimes cessent ? Entravé en raison des lourdes chaines anéantissant sa magie, le criminel était soumit à tout les traitements qui étaient réservés aux déchets. Voir ses ailes blanches disparaître était sans doute le pire des châtiments aux yeux de Neah. Mancinia avait baisser les yeux, incapable de regarder ce moment où l'ont tranchaient, avec une précision déconcertante, ces dernières, les laissant choir au sol dans un effleurement de bruissements qui la secouait. C'était ce qu'elle avait entendu avant qu'il ne blondisasse sur l'Humaine. Malgré sa gorge nouée, imaginer la douleur crispait sa main dans celle de son compagnon. Le Capitaine, d'une certaine manière, savait le danger de se blesser au niveau de leurs protubérances arrières, mais il n'était pas question de décrocher ses mires de ce qu'il avait devant lui ... Jusqu'au dernier moment, il serait présent. C'était la seule chose qu'il pouvait accomplir pour son ancien camarade, à présent. Le silence était macabre. Seuls les cris du condamné résonnaient alors que son corps se consumait dans les flammes.



Quelle nuit atroce. Son esprit ne cessait d'être agité depuis quelques temps, essayant de trier le tout dans son esprit, de contrôler ses émotions au mieux. Neah ne voulait pas recourir à la solution de simplicité en usant de sa magie, mais il avait l'impression de perdre pied intérieurement. Il ne pouvait pas se le permettre. Il n'était plus un simple Soldat, il avait des gens sous son commandement, des personnes qui tenaient à lui, des gens qui comptaient sur lui pour leur montrer la voie. Comment pouvait-il considérer cela comme la perte d'un camarade ? Ce criminel avait anéanti trois vies, brisant trois Gardiens dans son sillage et manquant de le priver de sa précieuse partenaire. Son esprit devait être au-dessus de leur ancienne amitié, réduite en cendres par ses actes déplorables. Tout ayant trait à lui était désormais une insulte pour Yüerell, pour ses victimes ... Mais vraiment ... Quel nécessité de commettre de tels crimes ! Cet assassin avait lui-même anéanti sa propre vie, comme un suicide par procuration, attendant que des mains alliées l'arrêtasse. Neah le savait, ses sentiments devaient être mis de côté. Ce n'était pas le moment de se laisser abattre. Si le travail était le seul moyen de s'exprimer, il s'y plongerait totalement. Leur assaut dans le sud de la Terre Blanche avait été convaincant, ils pourraient certainement reproduire ce schéma à un autre endroit, dans quelques temps. Si certains prenaient des vies, le Capitaine Katzuta voulaient être de ceux qui rendaient la leur aux siens, perdus dans les méandres d'un Enfer à ciel ouvert.



Quelle triste matinée. Son oeil valide observait Élosis, se tenant devant lui d'un air absent. Son visage blême était creusé de quelques sillons, conséquences de larmes et d'une alimentation déséquilibré, l'absence de son sourire ou de sa mine sérieuse ne prouvaient que l'affliction de sa perte.

Vous avez prit votre décision ?
Oui, Capitaine. Je suis venue vous remettre ma lettre de démission.

Loin d'être une réelle surprise, le Capitaine Katzuta s'était attendu à cette décision. Son subordonné l'avait évoqué depuis la disparition de Frida, notamment lors de ses visites pour s'assurer de son état. Il ne parvenait pas à se reprendre et son recul devait avoir lieu en dehors des murs de la Caserne. Si Neah avait trouvé sa voie dans Yüerell, certains ne pouvaient que quitter la Compagnie. Comment y travailler quand un frère d'armes assassinait la personne que vous protégiez ? Comment un Soldat pouvait-il tué une civile, comme ça, sans aucun remord ? Ils étaient dépassés.

Très bien. Je l'accepte.

Que pouvait-il dire de plus ? Ce n'était pas un départ en raison d'un événement heureux et il n'allait pas retenir quelqu'un qui avait perdu sa volonté. Il s'assurerait néanmoins que tout se passe bien, à l'avenir et que la transition soit effectuée en douceur. Ils avaient encore du temps devant eux pour le préparer. Le Soldat Feylis baissait son regard vers le sol, subitement tremblant, même en essayant d'avoir une maîtrise de soi-même, son interlocuteur le scrutait trop pour ne pas le remarquer.

Je suis désolé de vous décevoir ... Je sais que je donne l'impression de m'enfuir comme un lâche.

Anastasie et Chris avaient choisis de poursuivre la lutte en mémoire de leurs Humains, même si la Soldate Greċja était encore en arrêt, conséquence d'un Lien plus ancien.

Vous avez choisi un autre chemin, reprit Neah en se redressant. Vous êtes toujours vous-même, mais les choses ont simplement changées.

Ce n'était qu'un immonde gâchis.

Vous ne devez pas hésiter. Si telle est la voie que vous avez choisie, vous ne devez avoir aucun regret.

Comment ? Ce conseil était délicat à mettre en pratique, mais rester à contempler les environs seraient plus dangereux encore pour son état mental. Vraiment, c'était dur d'être un haut gradé de l'armée dans ces moments délicats. Et dans un sens, il n'était pas au bout de ses peines ce matin, il ne l'avait pas tout de suite compris lorsqu'on vint toquer à sa porte, à nouveau, alors qu'il invitait le visiteur à entrer, laissant entrevoir une autre de ses Soldats.

Capitaine, saluait sa subordonnée.
Oui, Soldate Carnille ?
Je dois vous parler.

Son regard se dirigeait vers son frère d'armes, avec une mine désolée. C'était une manière élégante de leur faire deviner, à l'un comme l'autre, que c'était délicat d'en parler devant une personne non concernée.

... C'est assez urgent.
N'en dit pas plus, Ély.
Je suis désolée, Élosis.
Ne t'inquiète pas, nous en avions terminé. Capitaine.

Le Soldat s'inclinait en signe d'aurevoir, laissant son supérieur avec sa collègue, tandis que ce dernier refermait la porte derrière lui dans son départ.

Qu'est-ce qui est la cause de votre agitation de bon matin ?

La Soldate Élinor Carnille semblait troublée, ce qui lui paraissait relativement étonnant. Elle avait la tête sur les épaules, se montant distante en quelques occasions, mais c'était une personne investie et Juste.

C'est ... C'est Tricia, Capitaine. Je suis inquiète.

Elle ne parvenait pas à soutenir son regard, le baissant vers le sol.

Elle n'est pas revenue de sa permission.

Post I - 1920 mots - sans les paroles du PNJ

RP's Référents ;
- La Contre Attaque
- Même le Diable fût un Ange au Commencement
- La Vision des Montagnes
- Une Guerre en préparation, un Choix à faire




[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Sam 03 Oct 2020, 20:30


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore


Comment ça ?

Neah avait eu un froncement de sourcils assez sévère, mais son regard trahissait son étonnement. Ce n'était pas le genre d'annonce auquel il s'attendait, la matinée étant à peine engagée. Poursuivant d'une voix basse, mais relativement inquiète, sa subordonnée baissait les yeux vers le sol, en secouant la tête.

J'ignore quelle en est la raison, Capitaine. Je ... Elle n'est pas revenue hier soir, comme à son habitude. Vous savez qu'elle revient toujours la veille pour éviter les retards de dernière minute avant le début du travail ... J'aurai sans doute dû le signaler immédiatement, mais ... J'étais convaincue qu'elle serait de retour ce matin, qu'elle avait simplement été retardée ! Jamais elle ne manquerait ses engagements ! Seulement ... Je ne sais pas. Elle n'était pas là ... elle n'est pas revenue.

La Canine Blanche croisait ses bras contre sa poitrine, songeur, troublé. Comme le soulignait Carnille, ce n'était pas dans les habitudes d'Ylercast d'agir ainsi, encore moins d'abandonner son poste. D'un autre côté, ces derniers temps, l'Ange ne pouvait plus être certain de quoi que ce soit.

J'ai un mauvais pressentiment, Capitaine.

Il y eu un moment de silence.

Et elle ...

Redressant ses yeux dans sa direction, Élinor les rabaissait aussitôt après un moment d'hésitation.

Elle ne répond pas à mes appels.



Je l'ai croisée avant son départ. Ça allait.
Je ne comprends pas.
Il a dû lui arriver quelque chose ...
On se calme, Soldats.

Suite à l'irruption d'Élinor dans son bureau, Neah avait rassemblé toute sa cohorte, désireux de s'assurer que l'un d'entre eux n'eusse pas une indication, quelque chose qui aurait semblé anodin, mais qui aurait permis la localisation de la Soldate Ylercast. Seulement, son annonce les ébranlaient tous. Ils étaient droits, tandis qu'il longeait la ligne qu'ils formaient, contre le mur, mais leur agitation était perceptible.

Je récapitule la situation. La Soldate Ylercast est partie en permission, mais ce matin, Carnille a constaté son absence. Elle est venue m'avertir immédiatement. Les tentatives de communication restent vaines et elle n'a fait aucune mention d'un problème à quiconque parmi vous.

Cette situation les rendait relativement tendus, donnant une nouvelle couche suffocante à une ambiance délétère au sein de la Caserne depuis l'exécution du Soldat Ypsilántis.

J'ai une réunion ce matin, ce sera mentionné. Pendant ce temps, vous avez mon autorisation pour creuser toutes les pistes possibles. Argyre, Vitry, avec l'aide de Carnille, vous rechercherez un indice dans ses quartiers. Juur'vyon, Aceh, Nativel, oui, tous les deux, interrogez les membres des autres cohortes pour voir s'ils savent quelque chose. Si vous la voyez, venez immédiatement me prévenir où que je sois. Quant à Lancaster et Riau ... continuez vos tâches et gardez l'oeil ouvert.

Obéissants, ils inclinaient tous la tête vers l'avant et se séparèrent. La Soldate Carnille était relativement agitée, ses expressions diverses intriguaient son supérieur, son instinct lui disant que celle-ci ne lui avait pas tout dit. Devait-il la secouer un peu ? Connaissant son sens de la loyauté, autant converser avec un mur. Sans doute que le déclic se produirait si rien ne s'arrangeait. Lui-même espérait sincèrement voir débarquer sa subordonnée en courant, s'excusant un million de fois sur son retard. Alors que tous vaquaient à leurs tâches, il se penchait vers le dernier, qui se trouvait près de lui.

Chÿsam.

Quelque chose en lui ...

Au cas où, reste en alerte.

... Lui disait que quelque chose n'allait pas.



Seul dans son bureau, devant des rapports éparpillés dans une organisation qui semblait chaotique, mais structurée à ses yeux, l'Ange s'interrogeait. Qu'était-il arrivé pour que Tricia disparaisse ainsi, sans prévenir quiconque ? Elle était une militaire discrète, mais elle n'était ni muette ni exclue. Son seul attachement était son Humain, mais si ce dernier avait ressenti quelque chose de grave, il aurait probablement accouru pour les avertir. Quant à une potentielle désertion, il n'y croyait pas. Elle ne pouvait pas avoir disparu volontairement, pourquoi l'aurait-elle fait, d'ailleurs ? Yüerell était toute sa vie. Un problème en chemin ? C'était une experte du corps à corps, douée avec ses poings ... Au sein de sa troupe, on apprenait que l'apparence ne faisait pas le combattant, elle était l'une des meilleures. Alors quoi ? Perdu dans ses pensées, Neah entendait à peine les coups contre la porte, avant qu'il n'autorise, par réflexe, à la personne d'entrée dans son bureau.

Capitaine.

Comme il l'avait deviné, Élinor était revenue le voir. Sa respiration se voulait haletante, avec un regard perdu. Ce devait bien être la toute première fois qu'il la voyait sous cet angle.

Vous n'aviez pas une mission à faire, Soldate Carnille ?
Je ne pense pas que vous trouverez quoi que ce soit de suspect dans la Caserne.

À cet instant, le Capitaine était en mesure d'observer toute l'inquiétude et la colère qui brillaient dans les prunelles de sa subordonnée. Bien conscient que cette lueur brûlante pouvait consumer quiconque sur son chemin, sa seule réponse était de rester calme.

Je sais une chose, Carnille, c'est que vous devez prendre du recul. J'ai conscience que vous êtes proches, mais une telle agitation de votre part ne l'aidera en rien.

Anxieuse quant à l'état de sa collègue et amie, elle aurait sans doute pu commettre des erreurs, dans une précipitation qu'elle ne maîtrisait guère.

Cette situation m'inquiète autant que vous.

C'était un euphémisme. S'en mêlait également un sentiment de frustration, combiné à la fatigue.

Nous nous assurerons de savoir ce qu'il s'est passé.

L'Ange se redressait, volontairement strict, essayant de lui mettre un peu la pression, avant de s'arrêter dans sa progression, la main sur la poignée de sa porte de bureau, se retournant ensuite vers sa subordonnée.

Soldate Carnille, savez-vous quelque chose que j'ignore ?

Ils se regardaient droit dans les yeux. Muette, elle ne semblait pas être certaine de ce qu'elle devait prendre comme décision. Se rendait-elle compte que la situation n'avancerait pas si elle ne disait rien ?

Parlez, maintenant.

Sa voix était clair et vibrante, mais agissait comme un cri vu la manière dont elle avait sursauté, tiré de ses réflexions intérieures, avant de poser son regard sur son supérieur.

Lorsque j'aurais passé cette porte, il n'y aura pas de retour en arrière possible, vous m'avez compris ?

Élinor ravalait sa salive. S'il traitait cette situation comme une désertion, ce ne serait pas la même chose qu'une disparition. Elle prit une longue inspiration, sa langue déliée. Elle trahirait sans doute sa plus précieuse amie, mais il n'était pas question que quoi que ce soit lui arrive.

Ça n'allait pas, Capitaine. Tricia n'allait pas bien ces dernières semaines.
En savez-vous la raison ?
Eh bien ... Tricia avait entamée une relation, mais c'était assez discret et elle n'a pas durée. Elle me l'a admit lorsque les ... Lorsque ce qu'il s'est produit s'est produit au début de sa permission.
Je présume que c'est ce qui l'a rendue si agitée.

Craignait-elle pour la vie de son Protégé ? Est-ce qu'elle avait des sentiments le concernant qui n'étaient pas réciproques ? De mémoire, cela avait été sa plus grande crainte concernant son Lien avec Mancinia, mais la Soldate Ylercast était sérieuse et volontaire. Sans doute avait-elle eu besoin de prendre du recul en le réalisant, mais ce n'était qu'une hypothèse.

Non, Capitaine. C'est elle qui y a mis un terme.

Elle ? Ce n'était pas avec son Humain ?

Est-ce que vous savez avec qui ?
Elle ne m'a pas dit son nom. Je n'ai pas ... voulu savoir non plus. Je craignais de la brusquer. Si j'avais su ! Mais ! Je présume qu'il viendra de lui-même vous voir lorsqu'il l'aura appris, n'est-ce pas ?

Un éclat d'espoir apparu dans ses yeux, Neah ne savait qu'en penser. Avait-elle accepter de sortir avec quelqu'un, avant de prendre conscience que les choses ne marchaient pas ainsi ? ...

Bon, très bien. Je ne serais pas surpris de voir quelqu'un venir m'en parler. Autre chose ?

La respiration d'Élinor se suspendit un instant. Son regard devint si dur, les dents serrés, les sourcils froncés, elle parlait avec une rage venue du coeur.

S'il y a un coupable, c'est son Humain.
Je vous demande pardon ?

Neah l'observait, étonné d'une telle accusation à l'encontre du Protégé. Son ton, quel qu'il eut été, semblait alimenter la colère de sa subordonnée.

Je vous le dit, Capitaine. S'il est arrivé quelque chose à Tricia, c'est certainement à cause de son Humain !
C'est une accusation très grave, Carnille. Surtout que ...
Je sais très bien que le Lien des Gardiens uni deux êtres de manière très intime et touchante, que c'est une chose précieuse aux yeux des Liés ! Je vois à quel point Élosis est hébété de chagrin et à quel point il ne parvient pas à surmonter sa peine ! Mais Serjon, ce sale ... ! Il maltraite Tricia !

Cette déclaration aurait eu de quoi enclencher un rire, mais il se retint, tellement surprit de cette réaction qu'il n'avait pas vu venir. Comme si elle se laisserait dominée aussi simplement ...

Tricia est une comba ...
Capitaine ! Par tous les Aetheri réunis ... Je vous jure jusque sur ma propre vie que cet homme lui fait du mal !

Son insolence n'était motivée que par la crainte et l'impatience de le voir réagir, par l'idée du temps qui passe et que les choses n'empirent.

Elle revient de ses permissions avec des bleus et des blessures étranges ! Elle avait une marque dans le bas du dos, il y a même pas trois mois ! Je l'ai vu quand nous nous sommes changées, elle m'a dit que ce n'était rien, mais vous l'auriez vu, c'était ...

Plus il l'écoutait, plus Neah était consterné.

Carnille ...
Je vous le dit, Capitaine ... Je vous le dit ... Il lui fait du mal.

Un silence glacial s'érigeait entre eux, mais elle luttait pour ne pas se mettre à pleurer. Comme un verrou qui venait de disparaître maintenant que tout avait été dit à voix haute.

Pourquoi aucune de vous deux n'en a parlé à quelqu'un ?

Ce n'était pas un reproche, mais une véritable question.

Je voulais en parler ! se défendit la Soldate. Je vous jure par les Aetheri que je voulais venir vous prévenir ! Je n'arrêtais pas de lui dire qu'en tant que Gardien, vous comprendriez, que vous lui donneriez des conseils, j'espérais même vous voir prendre des mesures ! Mais Tricia disait que ce n'était rien, des blessures sans gravité ! Je ne pouvais pas accuser quelqu'un sans preuves, ni avec quelqu'un d'aussi borné qui aurait tout nié ! Cette tête de mule croit que tout cela est réglable par elle seule et moi, stupide que je suis, je m'étais dit que le Lien ne pouvait rien permettre de grave et qu'avec du temps, ils parviendraient à se comprendre ! Et maintenant, elle n'est pas revenue ! Et si quelqu'un sait quelque chose, c'est Serjon !
Très bien. Je vais aller le voir. Calmez-vous.

Il essayait de l'y aider en relâchant sa magie, mettant ensuite ses mains sur ses épaules.

Soldate Carnille. Si vous avez vent d'autres comportements similaires, avec un membre de notre cohorte ou d'autres pelotons ... vous ne devez pas craindre de vous tromper. Il vaut mieux vaut avoir commis une erreur que de rester dans l'incertitude.

Élinor ne savait que répondre, elle était perdue. Le ton de Neah se fit plus autoritaire.

C'est un ordre.
Oui, Capitaine, répondit-elle en se mettant en position. Pardonnez-moi. Je ...

Ce n'était pas la peine de la sermonner plus longuement ... elle s'en mordait déjà les doigts.

Post II - 1940 mots


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mar 20 Oct 2020, 02:00


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

En temps normal, Neah aurait certainement délégué cette mission à Chÿsam et Fiecke. Seulement, les récents meurtres commis avaient entachés les relations entre les Jardins de  Jhēn et Haute-Terre, notamment avec le décès de Damien Lenclud, le neveu du représentant diplomatique en charge de leurs relations. Ce dernier semblait désormais hostile et glacial à leur encontre, ce qui était compréhensible à bien des égards, alors les Anges essayaient de se montrer conciliants, donnant le temps nécessaire au deuil. Ce serait merveilleux si ce n'était que cela. Il serait plus juste de dire que le Royaume des Humains, dans son ensemble, avait désormais une certaine méfiance à l'égard des Ailes Blanches, notamment ceux de la Compagnie de Yüerell. Il craignait que la présence de ses deux Soldats soit mal interprétée et c'est pour cette raison qu'il les accompagnait. Silencieux au cours de leur vol, leur esprit était lourd. Ce n'était pas évident de se rendre là-bas pour demander de l'aide dans une telle situation, mais Neah était prêt à mettre sa fierté de côté et à endurer les remarques si cela pouvait lui permettre de ramener Tricia à la maison. C'était tout ce qui lui importait. D'un mouvement des épaules, inclinant son buste vers l'avant, il entamait sa descente, suivi de ses deux subordonnés, aux abords du territoire. Se posant avec une infinie délicatesse, le Capitaine rangeait ses ailes, avant de poursuivre le chemin à pieds.

N'aurions-nous pas pu directement aller au poste de garde, Capitaine ? demanda Fiekce.
J'aimerais voir l'ambiance des environs.

Sa remarque laissait sa Recrue perplexe, mais il ne disait rien de plus. Suite aux meurtres commis par le Soldat Ypsilántis, il n'y avait eu aucun incident, ni la moindre représailles à leur encontre, mais il était évident que les leurs étaient au centre des conversations, des rumeurs et l'hostilité risquait de croître pendant un moment. Cela se voyait, cela se ressentait. Ils étaient à peine engagés aux abords d'un des quartiers résidentiels que l'ambiance était devenue lourde, l'Ange ressentait l'inquisition dans les mires des Humains.

Capitaine Katzuta ! Bonjour !

Peut-être pas toutes. Il sourit à l'encontre de l'homme, dans une salutation polie. Lui, il avait une bonne réputation dans les environs. Dans un premier temps parce qu'il était le Gardien de Mancinia Leenhardt, mais aussi parce que malgré son investissement chez les Anges, il avait toujours été présent pour eux, même au cours de cette enquête mortifère. On savait que c'était lui qui avait arrêté le responsable. C'était leur manière d'être reconnaissants, sans doute.

Je ne me suis jamais senti aussi mal à l'aise, murmura Chÿsam dans son dos. J'espère que ça va pour les autres ...

Ces autres étaient ceux qui avaient choisis de rester parmi les Humains. Des Gardiens, des époux ou des épouses, voire ceux qui craignaient plus d'être un Ange que d'être considéré comme un membre des Enfants des Sympan. Souvent, il s'agissait des Ko Iyẹ, les Sans-Ailes ...



Mes salutations, Capitaine.
Capitaine Katzuta ?

Interrompu dans sa marche au milieu de l'entrée, son homologue Humain semblait relativement surprit de le voir dans le bureau de la Garde, n'ayant pas été prévenu de leur arrivée. Intérieurement, cela ne l'empêchait pas de savoir que sa présence signifiait un éventuel problème.

S'est-il produit quelque chose ?
Nous ne savons pas exactement. J'aimerais en discuter avec vous.

Neah ne pouvait accuser personne malgré les propos de la Soldate Carnille. Il ne connaissait pas l'Humain en question et cela pouvait être tout et n'importe quoi à ce stade. Ereigent inclinait la tête, les invitant à le suivre dans son bureau qui était loin d'égaler le sien, se trouvant au milieu de ceux de ses subordonnés, qui ne manqueraient pas d'écouter. Ce n'était qu'un poste de Garde modeste, après tout. Étant sur le territoire Magicien à titre gracieux et devant se fondre dans la masse pour être inaperçus, le plus gros des problèmes étaient gérés par les Mages Blancs. Il savait devoir être vigilant dans ses propos.

Je vous écoute. En quoi la Garde d'Haute-Terre peut-elle aider Yüerell ?
Une Soldate de la Compagnie, Tricia Ylercast, n'est pas rentrée de sa permission. Nous en ignorons la raison, mais étant une membre investie au sein de ma cohorte et nous sommes assez inquiets devant son absence inexpliquée.

Comme attendus, les conversations s'étaient amoindries et quelques oreilles curieuses écoutaient ce qu'ils racontaient. Neah n'avait pas besoin de lire dans les esprits pour ressentir la question qui lui brûlait le cou : nous pensent-ils coupables ?

J'ai conscience de la présence de son Humain, ici, à Haute-Terre. Je souhaiterais le rencontrer pour en discuter puisqu'il a sûrement connaissance de choses que nous ignorons ... Si cela est possible, évidemment.

Tendue pendant quelques instants, l'atmosphère paru plus respirable.

Oui, bien sûr. Quel est son nom ?
Serjon Overbeke.

Il y eu un souffle du nez quelque part derrière eux. Évidemment, ce n'était pas ...

Capitaine.
Oui, Soldat Kurgun?

Deux membres de la Garde s'était rapprochés, saluant Neah ainsi que ceux qui l'accompagnait d'un mouvement de la tête.

On devrait accompagner ces messieurs.
J'veux pas vous vexer, Cap'tain Katzuta, mais Overbke est ... Comment dire ?
Il nous cause quelques ennuis les soirs de beuverie.

Malgré la politesse du Capitaine Humain, son subalterne donnait l'impression qu'il était ivre constamment au regard qui lui lançait, mélange entre contrariété de ne pas admettre la vérité et embarras.

Et puis, on montre notre bonne volonté dans une telle situation.
C'est une bonne remarque. Si le Capitaine Katzuta n'y voit pas d'inconvénients, vous avez ma permission.
Je vous en serais reconnaissant de nous aider.



L'Ange, là ... c'est elle qui était avec vous quand la petite Soleto est morte ?

Neah repensait au moment où il avait demandé à Tricia de l'accompagner pour retrouver un Élosis fuyant. Deux Gardiens auraient pu l'aider s'il s'était avérée que sa Protégée eu un problème, mais sans doute avait-il sous-estimé le choc que ça avait été pour sa subalterne de voir un tel spectacle. Ils en avaient discutés avant son départ, au milieu de l'enquête, mais ce n'était pas la première fois qu'elle voyait un cadavre.

Oui, elle a suivi vos collègues pendant les investigations.

Est-ce que c'était lui qui avait merdé ? Où ? Comment ? Ces questions ne cessaient de l'assaillir. Il voyait le regard songeur du Soldat George Kurgun, un homme aussi haut que Fiekce, à l'inverse de son partenaire, le Soldat Jaksen Bahar, qui avait une taille plus acceptable. Dans tous les cas, il restait le plus petit du lot. Ce qui amusait bien les passants. Kurgun passait sa main sur sa barbe de quelques jours.

Ouais, j'me souviens d'elle. Une fille sympa. On va vous aider, vous inquiétez pas !
Je vous remercie.

Croire que subitement tous les Humains étaient devenus leurs ennemis était ridicule. Il n'était pas en train de parler de ces vulgaires raclures qui leur servaient d'homologues ailés, mais de leur plus ancien allié. Au bout de quelques minutes de marche et de conversation tout en partageant leurs informations, c’est-à-dire très peu ... Ils y étaient. Neah ressentait une main glacée sur sa nuque. Il avait un mauvais pressentiment.

Overbeke !

Kurgun avait avancé vers la demeure, laissant une pluie de coups assez puissants taper contre le bois.

C'est la Garde ! Ouvre !

Rien.

Ouvre, ou j'défonce ta porte !

Entrouvrant la porte, visiblement en refusant de les laisser entrer chez lui, l'homme grommelait à la porte.

Ces messieurs veulent te causer !

Serjon Overbeke ouvrit un peu plus pour le toiser. Humain du Royaume de Haute-Terre, âgé d'une cinquantaine d'années. Lui et Tricia étaient devenus Liés lors de l'installation des deux peuples sur les Terres du Lac Bleu. Elle avait pris un peu en pitié cet homme dévasté et prenait soin de lui depuis sept ans. Il comprenait désormais pourquoi au vu de son état était pitoyable.

Monsieur.

Il empestait l'alcool. Neah savait d'avance qu'il n'en tirerait pas grand-chose dans cet état, mais rien ne lui coûtât d'essayer. Surtout qu'en apprenant la disparition de sa Gardienne, cela allait certainement le réveiller d'un bon coup.

Nous sommes des membres de Yü ...
J'm'en branle de qui vous êtes ! répliqua-t-il férocement. Qu'est-ce que vous me voulez si tôt ?

Il allait être midi.

Je bosse sur un chantier de nuit, moi !

Ah.

Nous aimerions savoir si vous avez vu Tricia ces derniers jours.
Nan ! Elle est venue m'emmerder au début de la semaine avec son programme de ... Je sais pas trop quoi ! Mais je l'ai chassée de chez moi !

Neah tiqua. Chassée ? Ils s'étaient disputés à propos de ce programme ?

Nous sommes sans nouvelles d'elle depuis son départ. Vous aurait-elle dit ce qu'elle comptait faire ?
Bah, nan ! Ça m'regarde pas ce qu'elle fait ! Elle est peut-être juste partie tapiner avec son mec !

Sans la moindre surprise, il était au courant qu'elle avait un compagnon. Pourtant, cela ne l'empêchait pas d'être aussi indigné que Chÿsam devant sa manière de traiter sa collègue.

C'est tout ? Si vous avez fini, j'peux aller retourner pioncer ? J'bosse moi !
Merci de votre com ...

Il lui avait claqué la porte au nez avec violence.

Quel homme charmant.
N'est-ce pas ?

À dire vrai, le Capitaine n'avait pas désiré converser plus longtemps avec quelqu'un d'aussi peu intéressé par le sort de sa Gardienne. Ça le dépassait. Il ne comprenait d'ailleurs pas comment Tricia avait pu le prendre sous son aile, à l'époque. Toutefois, le trouble dans son esprit était perceptible. Ses réactions étaient absurdes. Si Mancinia disparaissait brutalement, il abandonnerait tout pour la retrouver. Il remuerait ciel et terre. Il était certain qu'elle ferait de même si l'inverse se produisait. Ce n'était pas que conduit par leur Lien, mais lui s'en moquât. C'était son devoir de Gardien. Il savait quelque chose, ne serait-ce que le ressenti de son Lien. Le fait de ne pas le voir à moitié brisé dans un coin devait être un bon signe quant à l'état de santé de sa Soldate.

Ptain, c'est incroyable !
Jaksen, l'intima son partenaire.
Non, mais ... Écoute, je te le dis, ma soeur est une Liée, jamais elle laisserait son compagnon dans la merde comme ça !
Ouais, mais ... C'est Serjon. Tu as vu son regard ?

Oui, un regard hagard, comme un gars qui venait de se réveiller d'une bonne cuite. Comment pouvait-il être aussi insouciant ?

Vous m'excuserez, messieurs, débutait Chÿsam. Mais il n'a pas l'air commode.
La Guerre, voyez ...

Il y eu un silence. Oui, ils voyaient très bien.

Votre subordonnée à un coeur sur la main pour avoir acceptée de continuer à le soutenir malgré tout.
Le Lien ne se brise pas.
J'sais, mais elle aurait pu le laisser faire de la merde sans s'en soucier. Elle a veillée sur lui comme une Sainte. J'peux vous le dire. Elle venait le récupérer quand il avait trop bu, elle lui faisait à manger, elle le motivait à être plus présentable.
Ouais, bon. Il l'a poussé la dernière fois, tu te souviens ?
Pardon ?

Neah s'était arrêté et avait eu un regard si glacial que le Soldat eu un frisson.

C'était un accident, vous inquiétez pas. On aurait pas laissé faire ! Il a voulu se dégager de moi, elle a reculée pour éviter d'être sur son chemin, mais ... elle est tombé sur un de nos caissons.
Ouais, elle s'est bien ramassée. Il s'est même excusé et l'a aidée. Une grande première, si vous voulez mon avis. On s'disait qu'il revenait à lui à force de patience et de gentillesse.

Cette marque bleuie qu'Élinor lui avait mentionné était bel et bien un accident. Bien sûr que c'en était un.

Mais depuis un mois, il est retombé dans l'alcool mauvais.
Pourtant, on l'voit pas trop à la taverne, soupira George. Désolé, Capitaine, on espérait vraiment vous aidez. On ouvrira l'oeil pour vous. On sait que vous vous êtes démené pour le meurtrier de la p'tite Soleto et du vieux Kaacem, alors on va vous rendre la pareille. On vous doit bien ça.
Vous devriez aller voir à l'hospice si elle n'y est pas, on ne sait jamais ...

Post III - 2160 mots


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Jeu 26 Nov 2020, 13:50


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

Suivant le conseil des deux Gardes, qu'ils avaient remerciés avant de reprendre leur chemin, tandis qu'ils retournaient à leur Caserne, le Capitaine et ses subordonnés suivaient la route conduisant vers l'hospice. Ce tracé, l'Ange le connaissait bien, l'ayant suivi de temps à autre pour venir à la rencontre de son Humaine. C'était un modeste bâtiment, relativement large, établis sur deux étages ... Et c'est tout. Il y a avait quatre ou cinq médecins en service constants, plus ceux à qui ils transmettaient leur Savoir et des aides-soignants. Ça ne ressemblait pas vraiment à grand-chose pour tous les malades et les blessés des environs, mais leur travail se concentrait sur les blessés légers, voire quelques rares urgences vitales. Tous les habitants de Haute-Terre avaient une Antimagie relativement basse, permettant aux cas graves de se retrouver entre les mains des Magiciens. Sans doute était-ce là une chance, en ce qui les concerne. Neah savait qu'il ne s'agissait pas là d'un métier simple, lui-même avaient des lacunes pour tout ce qui était urgent, que ce soit dans ses connaissances ou magiquement, les deux étant intimement liés. La volonté de sa Protégée, son investissement et son épuisement à réussir dans cette branche étaient admirables, mais son état ne cessait de l'inquiéter et ce, malgré le corps qui tenait le coup. En rentrant dans le bâtiment, les trois hommes s'arrêtèrent, d'abord en cherchant un médecin pour les renseigner, puis en distinguant une femme assise contre le mur, devant eux, les cheveux défaits, hagarde et Mancinia avait l'air ... Une minute. Chÿsam eu un haussement des sourcils, surprit.

Matasif Leenhardt ?

L'Humaine se retournait vers eux, les surprenant d'autant plus avec ses traits tirés. Oui, c'était bien elle.

Oh, bonjour !
Tout va bien ? l'interrogea son Gardien, par pur réflexe.
Oui, oui. Je suis un peu surprise ... Je sors d'une opération. Je ne savais pas qu'on pouvait autant saigner, ah ah.

Cette sensation de vague à l'âme qui le touchait. Est-ce que cela s'était mal passé ? Il aurait aimé l'interroger, mais sa partenaire était assez grande pour savoir ce qui était bon. Chÿsam et Fiecke se lancèrent un regard en biais, tandis que celui de leur Capitaine se posait sur le cou de sa Protégée, un sourire se trahit sur son visage. Ce collier était somptueux pour sceller leur Amour. Nerveux, toutefois, il avait aussi manqué de lui demander si c'était sa subordonnée disparue, mais l'ayant rencontrée au préalable, Mancinia lui aurait certainement signalé immédiatement. Reprenant contenance après quelques respirations, elle se redressait, Neah se mouvait dans sa direction presque au même moment.

Mais vous trois, que faites-vous ici ? interrogea-t-elle, curieuse.
Tricia a disparu. Elle devait revenir ce matin de permission et ça n'a pas été le cas.

C'était direct, mais il n'avait pas le temps de se soucier des formes. Cette annonce troublait ce qui pouvait encore l'être sur le visage de l'Humaine, elle se mit alors à actionner ses méninges.

C'est un peu tôt pour une disparition, non ?
Leenhardt !

Mancinia eu un sursaut devant l'intonation de la voix qui l'appelait depuis l'autre bout du couloir. Émergeant depuis l'angle, l'Ange eu la surprise de voir un adulte relativement plus jeune qu'eux tous réunis. Ce dernier se retournait vers eux, d'abord étonné, avant de se reprendre, les sourcils froncés.

Bonjour, lâcha-t-il, glacial.
Heum ! Je vous présente le Docteur Greyam, reprit Mancinia. C'est un de mes formateurs.
Que pouvons-nous faire pour vous, messieurs ?

En progressant dans leur direction, il s'était mis entre Mancinia et Neah, loin de vouloir démontrer son autorité hiérarchique, c'était comme s'il désirait la protéger d'une menace. Elle observait le dos de son collègue avec un air blasé, mais il n'en fallait pas vraiment plus à la Canine Blanche pour comprendre qu'ils n'étaient pas les bienvenus.

Une de mes subordonnées manque à l'appel, reprit le Capitaine. Sa dernière localisation étant Haute-Terre, nous voulions voir si elle n'avait pas été blessée et transportée ici.
Si nous avions eu un problème concernant une Ange, vous auriez été prévenus, surtout une militaire ... on ne l'aurait pas cachée !
Elle était en civile.
J'ai pas d'Ange dans mon service.

Il y avait une note d'avertissement dans sa voix, sans que son timbre ne soit menaçant. Un léger silence troublait l'atmosphère, mais ayant sa réponse, mieux valait ne pas s'attarder.

C'est une bonne nouvelle dans ce cas, merci de votre coopération, Docteur.
Venez Leenhardt, ce nettoyage ne va pas se faire seul.
Oui, souffla-t-elle en l'observant partir, avant de se retourner vers eux, avec un léger sourire encourageant. À plus tard, Capitaine. Je garderais l'oeil ouvert et l'oreille tendue, vous serez avertis s'il y a quoi que ce soit.

Pour cela, Neah ne pouvait qu'avoir confiance. Mancinia disparu à la suite de son enseignant, malgré son éreintement, elle avait un sourire aux lèvres qui lui plaisait. Hélas, lui, ne pouvait rien faire de plus ... Ils devaient rentrer.



Depuis que la Garde et les Emplumés étaient passés, Tammy trouvait l'absence de son bon ami un peu louche. L'Humaine n'avait plus de nouvelles de lui depuis qu'ils étaient passés le voir, il y a trois jours. Qu'est-ce qu'ils lui avait fait ? Que les Soldats de l'Āramī soient dans le coin et lui rabâchent des rappels à l'ordre, c'était normal, mais ces types ... ? Serjon n'était pas le genre de gars à se laisser intimider, mais la Canine Blanche n'usurpait pas sa réputation. Franchement, il avait une aura dérangeante et glaciale, ça lui collait des frissons dans l'dos ! Ce qu'il se passait était trop bizarre, tout comme leur venue dans le coin après avoir été responsables du massacre de trois des leurs ! Par contre, il y avait aussi des rumeurs qui circulaient, comme quoi une Ange avait disparue ... Est-ce qu'on les pensaient responsables ? C'était pas des barbares ici, ils n'étaient pas des putains de Sorciers ! Sous cette pensée hargneuse, Tammy tambourinait une nouvelle fois à la porte de la maison. Rien. Franchement, non, ce n'était plus possible. Elle se décide alors de rentrer à l'intérieur de la demeure, malgré les protestations de deux comparses qui l'accompagnait, également intrigué du silence et de son absence sur le chantier Est. Il allait passer un sale quart d'heure avec le Chef, sans parler de la perte de salaire ... Ils étaient collègues et amis de longue date, pas question de le laisser dans les emmerdes ! Au besoin, ils le secouraient avec quelques claques !

Serjon, t'es là ? Oh, t'es là ?!

Tammy reste sciée en découvrant l'état déplorable de l'endroit. Qu'était devenu ce lieu de vie, plus ou moins potable, subitement ? Dans la cuisine, un amoncellement de casseroles sales, de l'eau stagnante dans un sceau répandant une odeur nauséabonde, mélangée avec une sorte d'huile bleu. Sur la table, les assiettes baignent dans ce qui semble être de la sauce tomate, avec des traces vertes, comme de la pourriture, mais plus claire. Une odeur piquante flotte dans les airs, les trois intrus grimacent. Ses interrogations bourrues restent sans réponses. Pas un bruit. Personne dans la cuisine, mais elle distingue quelques éclaboussures de sang sur le sol. Se serait-il coupé avec un couteau, cet abruti ? C'est pour ça que c'est glissant ? Puis, subitement, elle se fige, pousse un hoquet de surprise. Il n'y a pas que sur le sol, sur les murs aussi, il y a du sang. Beaucoup. Quelqu'un a pataugée dans cette marée rouge : on voit des traces de glissade.

Il a égorgé un poulet ou quoi ?
Ta gueule.

Elle regarde son comparse, outrée, prête à répliquer, avant qu'il ne murmure la raison de sa soudaine réaction.

J'ai entendu du bruit.

Ils se taisaient. Oui, il y avait quelque chose, dans la chambre. Ça ressemblait à un gémissement, là, sous la masse des draps du lit. Avait-il trop bu la veille ? C'était vraiment bizarre.

Serjon ?

Tammy soulève la couverture.



Maintenant que trois jours s'étaient écoulés, le Capitaine ne pouvait qu'avoir un élan d'inquiétude quant au devenir de sa subordonnée. Il n'y avait eu aucune nouvelles, que le silence. Si les rumeurs s'étaient répandues dans la Caserne et au-delà, sans que rien ne puissent les arrêter, les théories allaient bon train également. De l'accident, qui l'avait laissée blessé, aux représailles des Enfants de Sympan à leur encontre. Il y avait clairement une tension naissante entre les deux races et si rien n'endiguait rapidement la situation, ce n'en serait que plus intenable. L'Ange était dans une position désagréable, parce qu'il n'y avait rien au monde qu'il détestât plus de se sentir impuissant, d'être dans l'incertitude. Comment n'avait-il rien vu d'inhabituel ? Pourquoi repensait-il maintenant à cette conversation quant à ses compliments sur son assiduité, où elle lui avait répondu que sa motivation première était de secourir leurs frères et soeurs prisonniers ? Discrète, investie, ayant un mot d'encouragement pour chacun. Si elle n'était pas bien, elle ne l'a réellement dit à personne. Pas même à son Humain, qui ne semblait même pas inquiet de sa disparition. Peu importe ce qu'il pensait de cet individu, il restait un Protégé. Peut-être que le Lien est toujours actif, auquel cas, c'est une bonne nouvelle, mais ... Il doutait qu'elle puisse disparaître sans la moindre raison. Il devait y avoir un indice quelque part. N'importe quoi.

Son interrogation principale demeurait ailleurs. Élinor avait mentionnée un ancien compagnon, mais ce dernier n'était pas venu à sa rencontre devant la disparition de Tricia et aucun manquement n'avait été signalé. Cette personne craignait-elle qu'on ne la soupçonne ? Pourquoi se cacher si elle n'avait rien à dissimuler ? C'était une situation aussi étrange que dangereuse, car il était loin d'être le seul à être mal à l'aise. La Soldate Carnille était dévorée par les regrets, désireuse de refaire le passé avec des et si ... ? Il la gardait à l'oeil, constamment en compagnie d'un camarade, sur des tâches destinées à lui encombrer l'esprit. Le Capitaine n'allait certainement pas perdre quelqu'un d'autre dans ce tourment. Pourtant, Neah était assis à son bureau, à ne rien dire et à ne rien faire. Son ongle tapotant le bois d'impatience en attendant son visiteur, qui n'était autre que Mancinia. Les nouvelles vont vite à Haute-Terre et il n'avait pas douté que la Garde eu lancée sa propre enquête, mais avec quelle réussite, ça ... Si cela avait été assez discret, personne n'était dupe. Le Kaafa Lenclud déléguait une partie de ses priorités à d'autres Humains concernant les Anges. C'était Mancinia qui reprenait les conversations sur cette enquête, sous prétexte d'avoir été une actrice de la précédente. Inutile de dire que le Mahestan était terriblement contrarié de la mort de son neveu et, même s'il respectait Neah, qui avait remis son ancien compagnon aux autorités, il était compréhensible qu'il nourrisse une certaine hargne envers Yüerell. Interrompu dans ses pensées moroses par des coups à la porte, l'Ange se redressait brusquement en l'autorisant à entrer.

Capitaine, merci de nous recevoir.

Mancinia n'était pas seule. Elle était accompagnée de Chalcis Tanagra, membre de l'Armée Magicienne leur étant venu en aide également et qui le saluait à son tour. Son coeur se serrait, son visage se crispait. Il savait que ce n'était pas une bonne nouvelle.

Post IV - 1880 mots

Āramī - Armée


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Ven 27 Nov 2020, 02:23


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

Avez-vous de nouvelles informations concernant la disparition de notre Soldate ?

Lorsque les salutations d'usage avaient été réalisées, le Capitaine n'avait su se retenir de poser cette demande. Elle ne cessait de lui brûler les lèvres, autant que l'esprit.

Elle n'a pas désertée vos rangs, si telle est votre question.

Même si la Compagnie permettait les départs volontaires, comme celui du Soldat Feylis, en moyennant un moment de latence pour organiser au mieux ces derniers pour que le reste du peloton ne soit pas impacté, c'était une des raisons qui avaient été évoquées quant à cette disparition. Néanmoins, de nouveau, la seule inconnue restait l'éternel pourquoi ? Pourtant, cette réponse accentuait la pression qui englobait son esprit. L'Ange ne voulait pas écouter le Magicien. Il voulait entendre son Humaine dire que tout allait bien, mais son regard était un véritable livre ouvert à ses yeux de Gardien. Mancinia prit une inspiration, comme pour se donner du courage, avant de poursuivre sur cette lancée.

Je suis désolée. Nous aurions souhaités être porteurs de bonnes nouvelles, mais ce n'est pas le cas.

La tension vibrait désormais dans les airs tandis que Neah tentait de faire preuve du plus grand sang-froid dont il était capable.

La Soldate Tricia Ylercast est actuellement hospitalisée dans l'hospice de Haute-Terre. Sous la direction du Docteur Greyam et ses recommandations, nous la maintenons dans un sommeil factice pour que son corps puisse se remettre de la violente agression dont elle a été victime.
Une agression ? enchainât-il mécaniquement, le souffle court, n'osant y croire. Ylercast est une spécialiste du combat rapproché ... Elle ne se serait pas laissée malmenée sans réagir !

Il était indéniable que sa subordonnée n'était pas une personne violente, mais certainement pas au point d'être dans un état d'hospitalisation, surtout devant des civils enragés, ou des bandits de grands chemins et, en cas d'impossibilité, elle se serait tout bonnement échappée ! Pourquoi ? Il avait seulement du mal à admettre que cette horreur soit réelle. Qui le pourrait ? Neah cherchait une réponse rationnelle, devinant que la seule chose qui aurait pu retenir ses coups ... la seule qui l'aurait contrainte de croire en la bonté malgré la violence qui s'abattait sur son corps, c'était ...

Elle connaissait son agresseur ... Et vous savez d'ores et déjà qui est le responsable, n'est-ce pas ?

Mancinia n'avait pas le courage de poursuivre devant sa demande, baissant les yeux, ses mains moites enserrant son pantalon. Coulant un regard dans sa direction, le Lieutenant Tanagra choisi de prendre sa suite. Il comprenait son état, pour être conscient du Lien qui unissait la Marquise au Capitaine, comme quelque chose de rare et précieux entre les deux races. A quel point, surtout, cette annonce était une onde de choc.

Il s'agit de Serjon Overbeke.

Comment la respiration de la Canine Blanche n'aurait-elle pas pu s'altérer à cette écoute ? Il avait l'impression de s'être prit un violent coup de poing dans le ventre et, même si ni son corps ni son visage ne trahissaient rien, son esprit n'était qu'une tempête déchaînée.

Comme vous le savez ... Elle est son Ange Gardienne.

Personne, dans cette pièce, ne pouvait cacher l'horreur de l'idée. Comment un Protégé avait-il pu si violemment blessé sa Protectrice ? Par les Aetheri, comment une telle chose était-elle possible ? Une seule possibilité rationnelle émergeait, brièvement, dans le marasme des réflexions du Capitaine.

Pensez-vous ... qu'ils s'agissent de représailles aux attaques subies par les Humains ?
Nous y avons cru, mais ce n'est pas le cas.

Malgré sa bouche pâteuse, Mancinia avait réussi à aligner une phrase. Elle avait immédiatement émis cette hypothèse, mais ...

Serjon n'avait aucun lien avec les Humains disparus. C'était un homme relativement solitaire, bien que sérieux dans son travail, malgré ses dérives avec la boisson que la Garde reprenait, puisqu'il lui permettait de vivre. Il était ouvrier sur un de nos récents chantiers et son absence de plusieurs jours a inquiété ses collègues. Trois d'entre eux sont allés voir si tout allait bien. Ils sont entrer par effraction en pensant qu'il était malade ou blessé et ils ont constatés sa disparition, avant d'entendre des bruits et ... C'est ainsi qu'ils l'ont découverte.
... Tu veux dire qu'elle était là quand nous avons été lui demander s'il l'avait vue ?

L'Ange ne pouvait qu'écarquiller les yeux devant la confirmation de son Humaine. Il était tellement sous le choc qu'il n'avait pas remarqué l'avoir tutoyé, question d'habitude.

Capitaine, reprit-elle. Les Humains ont été secoués de cette annonce et, malgré les récentes tensions, ils ont choisis d'aider la victime. Nous l'avons retrouvée.

Son visage se crispait. Il n'allait pas les remercier d'agir humainement non plus.

Je vais immédiatement prévenir mes supérieurs, ensuite ... J'aimerais me rendre à Haute-Terre. Matasif ... Lorsque l'état de la Soldate Ylercast le permettra, accepteriez-vous qu'elle revienne aux Jardins de Jhēn ?
Naturellement ! Et si vous le souhaitez, un médecin de la Compagnie peut également venir la consulter sur place dès qu'il le pourra.
Je vous remercie.

C'était douloureux de reprendre son souffle tant il eut l'impression qu'un poignard lui traversait le coeur.

Les Humains ont débutés les recherches aux alentours du Royaume, nous les secondons dans les villes voisines. Ce criminel n'ira pas loin.

Le Lieutenant lui-même ne pouvait tolérer ce qu'il se produisait.

Ce qu'il a commis ... ne restera pas impuni.



En tant que survivant des guerres successives ayant secoués ce monde, Neah avait vu énormément d'atrocités, de trahison et de haine saisir les hommes. Des Soldats blessés, malades, mutilés, morts de bien des manières douloureuses et répugnantes. Des civils abandonnés, ou mis en danger pour protéger la vie de quelques autres. Des pièges vicieux, des monstres tapis sous les lits. Ce cercle vicieux avait encore été vu récemment dans des actions commises les uns contre les autres. Pourtant, ses poings étaient serrés dans ses paumes, sa bouche pâteuse et son esprit en feu ne pouvait que constater les dégâts. Tricia reposait sur un lit, sous une couverture immaculée, des bandages recouvrant une partie de son corps, alors que ses bras et son visage étaient clairsemés d'ecchymoses et de coupures. Les médicaments, l'encens et l'opium étaient mélangés pour qu'elle repose sereinement. Elle était d'une telle pâleur que son supérieur l'aurait cru morte s'il ne la voyait pas respirer. L'observer dans cet état lui était intolérable. Il avait lamentablement échoué à protéger une personne qui comptait sur lui. Il avait été à quelques mètres ... Juste quelques mètres. Jamais le Capitaine n'aurait cru un telle déchaînement de violence soit possible, surtout dans une telle configuration.

Soldate Tricia Ylercast, membre de la Compagnie de Yüerell.

Rapidement, avec des gestes précis, le Docteur Greyam se mit à pointer les différents endroits touchées de sa patiente, énonçant à voix haute chacune des lésions de la guerrière.

La blessure la plus grave relevée durant l'hospitalisation est une lacération au niveau de l'abdomen, vraisemblablement commise avec une dague au cours d'une rixe.

Relevant doucement le drap, il était prudent quant à sa mise en avant de la zone blessée, laissant certainement entrevoir une longue entaille, débutant à la hauteur du nombril pour descendre vers la cuisse, mais qui était recouverte d'épais bandages pour protéger les lieux sensibles, empêchant l'écoulement sanguin et les risques inhérents, avant de rabaisser ce dernier et de remettre sa subordonnée dans son cocon, comparable, à ses yeux, à un linceul.

Est-ce qu'il y a des risques d'infection ? l'interrogea-t-il.
Ils étaient assez élevés au vue de l'endroit où elle se trouvait, mais le nettoyage des plaies a été réalisé, ainsi qu'une intervention, nous avons pu ainsi nous assurer que le coup avait épargné les organes internes. Un appui des médecins angéliques devrait lui permettre de recouvrir la santé plus rapidement, toutefois, je n'approuve pas un transfert immédiat ...

Pendant quelques secondes, le Capitaine ne dit plus un mot. Devant son mutisme, sa collègue, Christina Kaesra, médecin de la Compagnie, coulait un regard dans sa direction, remarquant aisément des sentiments sombres embraser son être dans ses pupilles glacées. Ils étaient évidents, mais ils devaient rester professionnels. Surtout elle, qui reprendrait le dossier à la suite de son homologue Humain, alors qu'ils coopéraient ensemble.

Son état me semble stable. A-t-elle eu d'autres lésions internes ?
Aucune, selon notre diagnostic, mais elle a perdu une quantité considérable de sang, toutefois, l'épanchement a été amoindri grâce aux couvertures qui l'enveloppaient, heureusement. Aussi ...

Le médecin pointait sa gorge, recouverte de quelques rubans blancs, mais dont les lésions ne pouvaient être totalement masquées au niveau du menton.

Ses marques sont le signe évident d'une tentative de strangulation. Ce n'était pas assez puissant pour la tuer et même s'il y a des lésions aux tissus en raison de l'ischémie, cela ne devrait pas engendrer de décès tardif.

Certains chocs à la gorge étaient capables, sur la durée, de conduire à la mort malgré le traitement médical. Comment ne pas craindre pour la suite des événements ? Et si son corps ne tenait pas le coup ? ...

Nous devrions surveiller l'apparition d'un hématome.
Oui, dans cette zone, ce serait problématique.
Et à son éveil ... Quelles seront les séquelles ?

Cette question visait à se préparer, lorsqu'elle reviendrait à elle. Surtout lui. Il ne devait pas se montrer faillible en sa présence, ni envers quiconque, pour être le soutien dont sa subordonnée aurait besoin. Qu'ils auraient tous besoin. C'était son rôle, peu importe que les médecins le voient soumis à des sentiments contraires. Après un moment de silence, l'Humain reprit.

Je pense qu'une gêne au niveau de la gorge et de la parole seront présents durant plusieurs semaines. Elle risque d'être sujette aux migraines et aux vomissements, des somnolences risquent de réduire sa concentration. Elle aura besoin d'un long repos.
Plusieurs mois seront nécessaires, Capitaine, avant qu'elle ne puisse revenir au sein de la Compagnie. Il est inévitable d'exclure toutes les activités physiques, ainsi que celles ayant un impact moral assez lourd.
Cet avis est partagé. Surtout que nous devons attendre la guérison de sa blessure. Je pense néanmoins que vous pourrez y faire quelque chose avec la Magie, Docteur Kaesra.
Oui. Nous ne pouvons lui éviter une cicatrice après votre excellent travail. N'ayant pas eu les intestins ou la vessie touchée, nous devrions pouvoir au moins lui épargner cette douleur.
Du temps et des soins la rétabliront physiquement. Pour le reste ...

Marquant une courte, inspirant l'air pour reprendre contenance, il poursuivit sur sa lancée, attaquant ainsi le plus lourd, dangereux et effrayant pour les novices du domaine médical, mais le médecin ne désirait pas mentir ou amoindrir les faits. C'était glaçant, mais c'était ainsi.

Eh bien ... Nous devrons écarter les risques cardiaques lors de son sommeil. Si l'asphyxie a été assez violente pour entraîner un évanouissement, nous ne saurons les dégâts contre son cerveau que lorsque nous l'éveillerons. Sa moëlle épinière semble avoir été épargnée vu qu'elle réagit aux stimuli externes. Et aussi, nous devrons prévenir toute suspicion de grossesse.

Cette idée tordait son estomac, lui donnant envie de vomir. Que les Aetheri soient cléments et cessent céans d'écouter ses élucubrations ... Qu'ils laissent tranquilles sa subordonnée, elle avait assez souffert entre les mains de ce dément. C'était assez, vraiment assez.

Nous nous chargerons de ces analyses et de tout ce qui découlera d'ordre psychologique.
Si elle a besoin d'un thérapeute extérieur, nous pourrons vous en recommander.

Cette aide était proposée par politesse, mais les Anges avaient leur manière de traiter les déchaînements de violences sexuelles. Parce que malheureusement, Serjon n'avait pas eu la moindre pitié pour Tricia. En plus de la meurtrir de l'extérieur, il n'avait eu aucun respect concernant son intimité. Neah était en train de l'observer, ne se souciant guère du regard inquiet émit par Mancinia, en retrait, de l'autre côté de la chambre. Pour l'enquête, pour ses études, elle avait le droit d'être présente, mais le Lien était percutant et les sentiments de son Gardien empiétaient sur les siens. Ce n'était pas de la Colère, seulement de l'impuissance et du regret. Les deux médecins sortirent, elle décidait de les suivre. Son Ange avait besoin d'être seul un instant. Le Capitaine, de son côté, avait conscience d'être incapable de remonter le temps, de la sauver de ce passé qui ne cesserait de la hanter toute son existence. C'était trop tard. Plaçant, sa main contre son visage, dissimulant ses yeux, qui devaient être absolument horribles en cet instant, une phrase naquit dans un souffle.

Je suis tellement désolé, Tricia.

Post V - 2080 mots


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Lun 30 Nov 2020, 17:30


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

Seul à seul, l'Ange et l'Humaine parcouraient l'endroit du regard. Rien n'avait véritablement été déplacé, comme figé dans un déroulement lent, macabre et muet. Ils ne pouvaient qu'émettre des suppositions, essayant de comprendre le déroulé des événements, en attendant l'éveil de la victime, qui, elle, leur dirait la vérité. Ce serait certainement le cas dès que les soins de l'unité médicale auront été effectués. Si la Garde avait inspectée les lieux rapidement à la recherche d'indices, il n'y en avait eu aucun quant à la destination du coupable, mais avait-il seulement réfléchis aux conséquences de ses actes ? N'avait-il pas fui sous la panique après la visite de Yüerell ? Même en ayant trois jours d'avance sur eux, Serjon Overbeke n'avait pas pu aller bien loin. Neah se trouvait à l'entrée de la chambre, sa main sur le chambranle, comme pour se soutenir, en proie à des pensées sombres en découvrant la couverture retournée au sol, une large tâche de sang séché imprégnait son centre, ainsi que les draps. Avait-il voulu emballer le corps, le dissimuler, alors que sa Gardienne était en encore vie ? La croyait-il morte ? Il devait savoir que son coeur battait encore, luttant pour la survie ... alors, pourquoi ? Essayant d'avaler un peu de salive, les questions se bousculaient dans l'esprit du Capitaine. Était-elle là, dans cet état, lorsqu'ils étaient venus ? Était-elle en train d'agoniser avec ses collègues à quelques mètres ?

Neah ?

Avait-elle entendu leurs voix à l'entrée ? Avait-elle espérée qu'ils viennent la secourir ? Qu'avait-elle ressenti en les entendant partir ? ... Que ce serait-il passé si les collègues de ce connard n'était pas venus ? S'ils n'étaient pas entrés ? S'ils ne l'avaient pas entendue ? Serait-elle morte là, seule, abandonnée ? ...

Neah.

La main de Mancinia sur son épaule apaisait son impression d'avoir merdé du tout au tout. Il avait beau être un mur inébranlable de l'extérieur, il ne pouvait tromper son Humaine et, son trouble, devait certainement être impactant au point de la déranger dans son travail.

Je vais bien, dit-il en exhalant un léger soupir.

Acquiesçant en silence, elle s'écartait ensuite de lui pour retourner dans la pièce de vie. L'Ange lui était reconnaissant de ne pas être couvé de manière incessante, à la manière d'un enfant désoeuvré. Seulement, en dehors des interrogations sur le devenir du Lien entre Serjon et Tricia, il y voyait aussi le reflet de ce que lui-même avait voulu commettre, une nuit, sur le marquisat de Nylmord.

Ce qu'il vient de se produire entre eux est similaire à ce qu'il s'est produit entre nous.
Rien ne s'est produit.

Mancinia s'était arrêtée avant de se retourner vers lui, sourcils froncés.

Tu as suspendu ton geste.

Le Gardien ne répondit rien, se contentant de l'observer sans réellement la voir. Comment avait-il pu saisir sa dague et la lever à son encontre, pour commencer ? Il en était venu, récemment, dans ses pensées les plus noires, d'imaginer que ce sort d'hypnose, qui n'avait pas été influencé par le Ma'Ahid de Mancinia, lui avait été soumis par Gilgamesh, ce frère qui les avait tous trahis. Seule la Magie des Anges survivait à l'aura caractéristique des Humains. Pourtant, si cela avait été le cas, alors sans doute aurait-il contraint ses collègues à tuer leurs Liés, au lieu de se salir les mains ... Rien de d'y penser lui donnait la nausée. Sa Protégée était revenue dans sa direction, posant sa main contre sa joue.

Je t'en ai voulu, Neah ... par incompréhension. Seulement, notre Lien demeurait et très vite, ta présence me manquait atrocement. Je n'arrivais même pas à t'en vouloir, ma colère vacillait, peu importe tes propos blessants ou tes gestes effrayants ... Je savais que tu ne me détestais pas. Je sais maintenant que tu as été une victime, toi aussi, de ce qu'il s'est produit. Cela reste entre nous, cela fait partie de nous ... Et tu m'aimes si puissamment qu'un sort d'hypnose n'a pas été en mesure de te contraindre à m'enlever la vie.

Sous cet angle, cela lui donnait le rôle de l'amoureux transi qui ne causerait aucun tort à sa Belle. Et s'il était un chevalier emplit de passion, cela ne changerait rien à ce qu'il avait commis. Ce geste le répugnait, même si leur couple avait tenu ce violent acte de trahison. Leur Lien était incassable. Mancinia avait eu la générosité de lui accorder son Pardon. Il ne pouvait pas laisser tomber une femme comme elle ...

Cesse de te torturer. Je sais que tu m'aimes.

C'était inscrit dans ses tripes.

Et je t'aime aussi.

Et d'un sourire, l'Humaine se détournait de lui en entendant ses collègues entrer dans la pièce. Oh, oui, il l'aimait. Ils avaient souhaités que leur engagement demeure secret, pour l'instant et ce serait idiot que l'un de leur collègue entende cette confession au hasard. Présentement, en dehors de leur Famille, il ne devait y avoir que le Soldat Yüerell au courant et ce, si la missive lui était bien parvenue. Des déconvenues sur le trajet risquaient bien de la retarder ... Penser ainsi à sa vie, à son bonheur, dans cet endroit morbide. Qu'espérait-il ? Contrer le mauvais sort ? Permettre à sa subordonnée de mieux vivre son éveil ? Neah quittait la chambre des yeux et entreprit de suivre sa Protégée, qui était en train de mettre un tissu dans une solution huileuse bleu, qui avait du mal à l'imprégné, tout en évitant de mettre ses doigts dedans. Son expression laissait sous-entendre qu'elle n'avait jamais rien vu de pareil dans une cuisine.

Qu'est-ce donc ? Un nouveau produit ?
Non, trancha-t-elle simplement. Je suis assez au courant des nouveautés et dernières tendances. Je n'ai jamais rien vu de similaire. Je pense que c'est une réaction de l'eau avec une substance inconnue.
La même que celle dans l'assiette ?

Il s'était retourné vers l'amoncellement de vaisselle baignant dans une sauce aussi rougeâtre que verdâtre. Aucun d'eux n'avait vu pareille mixture de sa vie et le Capitaine doutât sincèrement que sa Soldate eu mangé cela de son plein gré.

Qu'en penses-tu ? demanda-t-il après un court silence.
Il s'agit peut-être de nouvelles drogues. Ça permettrait de comprendre son état.

La mâchoire de Neah se contractait et son regard s'assombrit brièvement. Est-ce que tous ces événements se résumaient à la prise d'une de ses saletés ?

Je ne lui cherche pas des excuses, reprit Mancinia.
Je sais que tu essaies de trouver une explication rationnelle à cette situation, tout comme moi. A moins qu'il ne soit réellement malade. Une maladie non visible ...
C'est trop simple d'accuser les maladies mentales.

Étant sous traitement concernant son Mal Sacré, Mancinia était la plus à même de savoir que celles-ci ne faisaient pas disjoncter tout le monde et l'Ange ne remettrait pas en question le mal-être que pouvait générer ces maladies. C'était tellement improbable, à ses yeux, de se laisser ainsi corrompre par les maux de l'esprit. Mais comment pouvait-on comprendre, lorsqu'on ne le subissait pas ?

Il a peut-être eu un médicament qui ne lui convenait pas ?
Non, il n'avait pas de traitements.

Cette piste médicale était écartée, donc.

Envoûtement ?
Vous l'auriez vu.
Peut-être pas. Je n'avais même pas entendu ma subordonnée agonisée à côté.

Avec ses capacités magiques, c'était le comble absolu. Il aurait dû l'entendre, il aurait dû entrer ou secouer cet homme qui n'en avait rien à faire. Mais comment aurait-il deviné cette horreur ? Mancinia mis une main sur son épaule en geste d'encouragement.

Et ça, tu as vu ?

Relevant ses yeux, elle observait le Papillon dessiné au mur avec une mixture noire.

Tu crois que cela a une signification particulière ?
Dans son esprit dérangé, peut-être.

S'ils avaient compris, à cet instant, ce qu'incarnait ce symbole, alors peut être que des drames à venir auraient été déviés ...

Capitaine !

Neah eu un soubresaut de surprise, alors que Chÿsam venait à sa rencontre en courant.

On l'a repéré !



L'endroit est magnifique et, depuis les hauteurs, la vue est à couper le souffle, notamment avec les arbres baignant dans une lumière orangée du coucher de soleil. Finalement, ce n'était pas surprenant que le fugitif soit partit se dissimuler dans une forêt. Si c'était une situation banale, cela ne changeait rien que les branchages rendaient la visibilité des patrouilles aériennes quasiment nulle et la magie d'amplification des sons n'y changeait rien si la personne ne bougeait pas. Quant aux battues, elles étaient longues, bruyantes et incertaines, laissant au criminel toute la latitude de s'échapper. La Garde était tombée sur lui, au hasard, il avait braillé comme un dément, agressant deux d'entre eux avant de disparaître en courant, tellement rapidement qu'il avait semé le dernier homme valide, qui, au lieu d'insister, était revenu donner l'alerte. Je vais le castrer et le vider comme un porc s'il se retrouve devant moi. C'était sa seule pensée, animée par le sentiment de Justice qui faisait vibrer son être. Et cette fois, il ne comptait pas le laisser s'enfuir. Il avait écouté sa manière de marcher, avait retenu son souffle. Peu importait que sa magie s'épuise, le Capitaine ne pouvait qu'être le premier en sa présence en engageant sa descente avec une célérité et une aisance effrayante, suivi de Fiekce, qui guidait Chÿsam avec les Humains, au sol.

Serjon Overbeke !

Débraillé, du sang plein les mains, hagard et éberlué par le ton de sa voix, l'Humain se donnait des allures de dément. Terrifié. Malgré toute sa hargne à son encontre, Neah était qu'il ne pouvait pas le tué. La vengeance ne mènerait à rien, seule la Justice comptait, c'était ce qu'il se répétait en boucle. Par ailleurs, sa Soldate souffrirait de l'absence de son Lien et ce, peu importe les mauvaises exactions de son Protégé. Il ne désirait pas lui infligé cette peine supplémentaire. L'Ange se posait, non sans lui avoir envoyé une bourrasque venteuse en plein visage avec ses ailes battantes.

Je suis le Capitaine Katzuta ! Vous savez pourquoi je suis là !

Il avait les yeux révulsés et la peau rougie de l'effort, mais il choisit de lui tourner le dos pour reprendre sa marche.

Je vous mets en état d'arrestation, Overbeke, pour ce que vous avez fait à Tricia !

Subitement, l'Humain s'arrêtait pour l'observer, mélange de crainte et d'incompréhension. Neah prit une inspiration pour lui montrer ses mains désarmées et espérer gagner sa confiance. Il ne pouvait plus aller nulle part. Jamais il ne le lui permettrait.

Venez avec moi.

Au lieu d'obtempérer, l'homme essaie d'attraper quelque chose dans son pantalon.

Ne bouge pas ! hurle l'un des Humains.

Ils étaient apparus derrière le Capitaine, suivant sa descente de loin, mais ce cri octroyait à Serjon un violent sursaut, le rendant instable. Il se mit à hurler tel un damné. Sortant son couteau et fonçant droit sur lui, à la stupéfaction générale. Était-ce un ultime geste de désespoir ? Peut-être. En tout cas, Fiekce ne lui laissait pas la moindre chance d'atteindre son supérieur en bondissant sur lui depuis la gauche, lui donnant un coup d'épaule pour que le choc lui fasse lâcher son arme, engendrant par ailleurs leur déséquilibre. Sa Recrue voulait le maintenir au sol. Ils avaient la même taille et était désavantage, mais pourtant, l'Humain se retrouvait à lui tenir tête. Et le contraignait à reculer. Jusqu'à reprendre son poignard.

Mais ... !

Neah tend le bras et use de son contrôle sur la faune environnante pour l'empêcher d'abattre son arme sur sa Recrue, l'enchaînant à un amas douloureux de ronces dont les épines lui entraient dans la peau à chaque tentative d'extraction. Il n'était pas question que l'un de ses subordonnés soit de nouveau blessé à cause de sa folie.

Fiekce ! Recule !

Il n'en avait cure de leurs tentatives. Il était prêt à s'arracher la peau pour atteindre ses cibles. Un enragé. Se détachant de la prise de magie, laissant Fiekce totalement atterré quelques secondes. Juste quelques ... La Recrue se sent bousculé sur le côté, catapultée par Neah qui saisit à deux mains les poignets de l'homme déchaîné, qui braille comme un possédé, couteau en main. Le Capitaine se sait bien plus fort sur tous les fronts, pourtant, il sent ses jambes pliés progressivement. Il distingue le sang coagulé dans ses cheveux, son odeur pestilentielle, son corps meurtri et balafré. Et soudain, la question lui saute encore plus à la gorge ... qu'est-ce qu'il lui est arrivé ? Ce n'était pas possible. Il n'était pas Humain. Il y avait quelque chose, c'est sûr. À rester ainsi, il serait en position de faiblesse, ce serait dangereux. Bon. Tant pis, il allait lui briser les jambes avec ... Une gerbe de sang jaillit. Et Serjon Overbeke tombe mort à ses pieds.

Post VI - 2130 mots


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mar 18 Mai 2021, 18:20


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

! Ce Post aborde l'abus sexuel et de ses conséquences médicales,
Si vous êtes sensibles à ces deux thèmes, veuillez ne pas lire !

Neah cligne des yeux. Il ressent un liquide poisseux sur le visage dès l'instant où le corps retombe mollement au sol. Il n'avait pas besoin de porter sa main contre sa peau pour comprendre qu'il s'agissait de l'ultime soubresaut sanglant de l'Humain, désormais étendu à ses pieds. L'incompréhension se lisait sur le visage du Capitaine, qui avait ... ?

Matasif Leenhardt !
Merde !

Surpris, le Gardien relève les yeux vers sa Protégée, dont la senestre était encore figée dans son mouvement de lancer. Son regard était une tempête de colère et il ne doutait pas un instant qu'elle avait réagi d'instinct en le voyant en mauvaise posture. Neah se penche vers Serjon, qui n'était pas mort comme il le pensait au premier abord, qui murmure quelque chose avant qu'un éclat sanglant ne l'étouffe complètement, le laissant un moment circonspect. Puis, dans un éclat de souffrance pure, l'Humain meurt. C'était terminé. Un silence lourd retombait sur la forêt, où les regards convergeaient vers la responsable.

Je voulais viser sa jambe, déclara-t-elle froidement.
Ouais, bah, c'est pas un lézard, hein ... Ça va pas repousser !
... Il est mort, déclara subitement quelqu'un d'autre.
Drejtësi a dû guider ma lance.

Neah savait que c'était faux. Si quelqu'un avait guidé sa lance, c'était Luftë. Genou au sol, il l'observait de loin, un mélange de tristesse d'avoir dû la laisser faire, de soulagement de le savoir hors d'état de nuire et d'appréhension. Que dirait-il à Tricia lorsqu'elle reviendrait à elle ?

Ouais, bon ... On va pas chialer une enflure pareille, hein.
J'ai un sérieux problème avec les mecs qui battent leur compagne, t'façon.

Son Gardien choisi de ne rien dire, seulement le silence, avant d'aller voir comment se portait Fiekce et de le réprimander le plus sévèrement qu'il ne l'avait jamais fait jusqu'alors pour son inconscience, celle qui aurait pu le blessé gravement, ou pire encore.



Dans son excès incontrôlable, vous avez voulu éviter qu'il ne blesse votre Gardien et, avec le noir environnant, vous n'avez pas su visé correctement, c'est cela ?

Mancinia acquiesçait devant le Kaafa Lenclud, dont les deux mains jointes dissimulaient la moitié de son visage, de sorte qu'elle ne pouvait réfléchir à ce à quoi il pensait. Il essayait de trouver le mensonge sur le visage de la jeune femme, mais rien ne transparaissait malgré ses mains jointes dans le dos. Elle était transparente, mais rien ne trahissait d'éventuels mensonges. Il était admis de tous qu'elle entretenait une relation amoureuse avec le Capitaine, ses gestes irréfléchis pouvaient bien avoir été motivés par ses sentiments, tout simplement.

Mahestan, nous avons plusieurs témoignages qui vont dans le sens de la Matasif Leenhardt.
Nous avons un homme décédé, messieurs. Nous devons mettre en lumière les raisons de son décès.
Un criminel mort vaut mieux qu'un Capitaine d'une armée alliée dans la tombe, n'est-ce pas ? Sa culpabilité a été établie, condamnée la Matasif Leenhardt ne le ramènera pas, ni n'effacera ses actes odieux.

C'était délicat de prendre une décision condamnable. Elle avait défendu le Capitaine Katzuta d'un homme complètement hors de contrôle et qui aurait très bien pu lui prendre sa vie.

Bien. Ce sera tout. Nous vous tiendrons informés de notre décision.

Tous savaient très bien que la Canine Blanche aurait pu s'en sortir sans son intervention, mais Overbeke n'avait plus la moindre famille, personne ne causerait de trouble quant à une sanction et, sans doute, devant l'horreur de son crime, la mort ou la condamnation à perpétuité aurait été le seul chemin du criminel. On dirait probablement que c'était dans l'urgence du moment, Mancinia se savait sauve de manière in extremis. Quant à Neah ... Il était au chevet de Tricia.



Capitaine Katzuta, puis-je vous voir un moment dans mon bureau ?
Oui, Docteur ?

S'étant fait interrompre sur le trajet par le Docteur Greyam, Neah avait suivi ce dernier dans une petite salle attenante où reposaient des dizaines de dossiers, une paperasse presque interminable que le médecin devait gérer, en plus du reste. L'Ange le plaignait autant qu'il le comprenait. Avoir des responsabilités n'était pas de tout repos. Invitant ce dernier à s'asseoir, l'homme fit de même en relâchant un soupir. La fatigue se lisait sur ses traits.

Je vous écoute.
Vous avez connaissance de l'état de la Soldate Ylercast. Je voudrais savoir si vous avez pleinement conscience que son état physique sera en mesure de guérir plus rapidement que son état psychologique.
Vous parlez du traumatisme de l'agression sexuelle ?

Il avait beau être un homme, il savait que ce n'était pas une chose dont on se réveillait en pleine forme, comme si tout s'était bien déroulé et que la blessure se refermerait en une semaine. Sa main se crispait contre sa cuisse. Le Gardien se souvenait des marques dans le dos de sa Protégée et, même si elle n'avait pas subi pareil outrage, son enlèvement avait créé une brèche irrémédiable dont elle portait encore les marques aujourd'hui. Peut-être que le temps aidant ...

Étant une adulte, elle devrait être en mesure d'obtenir une résilience de manière bien plus stable qu'un adolescent. Seulement, des sentiments sombres pourraient la suivre le reste de son existence.

Le médecin prit une inspiration.

Je vous demanderais de ne pas l'écarter si elle souhaite reprendre sa place au sein de la Compagnie, ni de la traiter autrement. Ce sera très important, le moment venu.
Très bien.
Autre chose ...

Son ton et sa position avaient changés. Cela n'augurait rien de bon.

C'est assez délicat, mais en tant que supérieur, vous devez être mis au courant de nos derniers examens.

Ça tenait sur une simple feuille, qui lui tendit, en lui expliquant son contenu.

Ce viol a été d'une extrême cruauté. J'ai vu des viols collectifs sur des femmes provoqués les mêmes dégâts ... Nos premières analyses n'avaient rien révélées, mais la Doctoresse Kaesra a pu faire des examens plus approfondis.

Il lui laissait quelques instants pour se préparer. Ce n'était pas facile à dire, ni à entendre.

La Soldate Ylercast a subi de graves ruptures vaginales et utérines. Son anus aussi a été gravement touché. Il est probable qu'elle ne puisse jamais retrouver ses capacités physionomiques.
Qu'est-ce que vous voulez dire par là ?

Neah avait abandonné la feuille dans ses mains et avait relevé ses mires vers le praticien. En vérité, ce n'était pas la peine qu'il poursuive, il avait bien comprit.

... Elle ... Elle ne pourra jamais avoir d'enfants ?
... Non. Je suis désolé.

Par les Dieux.

Plus important que les soins, c'est la réaction de l'entourage. Il est certain que lorsqu'elle aura conscience que nous sommes au courant, elle ressente un sentiment de malaise, voire de culpabilité de nous causer de l'embarra. Si elle perçoit de la confusion, ou de la stupéfaction, ou que c'est difficile pour nous, elle pourrait se sentir angoisser d'aborder le sujet et se renfermer. Elle attendra de nous, instinctivement, un sentiment de sécurité et de protection. Bien sûr, vous souffrez aussi de ce qu'il se passe, mais le plus important des traitements sera d'apaiser le coeur de la victime, plus choquée que nous, afin de créer une atmosphère qui lui donnera le courage de raconter les faits. Vous comprenez ?

Son visage avait blêmi, il ne savait plus réfléchir de manière cohérente, mais oui, il comprenait.



Les Docteurs Greyam et Kaesra étaient en train de procéder à des examens sur leur patiente. Adossé contre un mur, le Capitaine observait la situation d'un regard éteint, son esprit étant une tempête mêlant de nombreux sentiments, à lui en donner le vertige. Il n'osait imager ce qu'éprouvait sa subordonné, à moitié assise dans son lit, hagarde, observant de ses yeux vides la blancheur des draps. Tricia était revenu à elle à l'instant même où son Lien s'était rompu. Elle n'avait pas crié, simplement eu un violent sursaut. Les soignants avaient cru qu'il s'agissait de sa blessure à la gorge, mais l'Ange était en mesure de parler, même très faiblement. Son regard était rouge, mais ses larmes étaient absentes, c'était une conséquence de l'agression. Sans doute ne réalisait-elle pas tout ce qui venait de lui tomber dessus, ce à quoi elle venait de survivre. Finalement, les deux médecins quittèrent la salle après avoir rendus leurs dernières conclusions. Assis sur une chaise, Neah s'était rapproché, mais conservait une certaine distance, ce qui donnerait à sa Soldate la sensation d'être moins oppressée.

Je suis soulagé de vois que tu te sois réveillée, Tricia.

Neah souhaitait un ton informel, cela serait plus aisé de converser en sa compagnie. Que pourrait-elle lui répondre ? Tricia en a trop vu, trop subi ces derniers jours pour réussir à remettre de l'ordre dans son esprit traumatisé. De longues minutes passent avant qu'elle puisse, enfin, prononcer ses premiers mots, d'une voix faible et tremblante. Sa gorge devait la faire souffrir.

Je suis désolée ...
Non, non, dit-il, mélangé entre le choc et la compréhension. Tu n'es pas responsable de ce qui s'est passé. Tu n'as pas besoin de demander pardon, c'est ...

C'est moi qui ait été nul. Il y eu un nouveau silence. Long. Lourd. L'Ange baissait les yeux vers ses mains, qui tremblaient malgré elle. Neah aurait voulu la prendre dans ses bras, mais ce geste, au-delà de leur différence hiérarchique, aurait certainement été perçu comme une agression de plus.

Je ... Je dois vraiment en parler ?
Oui. Tu dois tout me dire, mais surtout ... Prend ton temps.

Neah était prêt à demeurer là des soirées entières, s'il le fallait.

Je ne sais pas. Je ne me souviens pas de grand-chose. Je ne sais pas comment aborder le sujet ... mes souvenirs sont vagues.
Ton cerveau essaie de les refouler dans ta mémoire jusqu'au jour où tu seras prête à les affronter, c'est une réaction normale. Tu n'es pas obligé de t'en rendre malade, alors parle-moi seulement de ce dont tu te souviens, d'accord ?

Ses lèvres tremblaient. Son visage meurtri et les nerfs à vifs, elle se met à raconter ses mésaventures dignes d'une histoire d'horreur. Au début de sa permission, Tricia était venue à la rencontre de son Humain pour passer du temps avec lui. Son état n'était pas au beau fixe, car la date du décès de son épouse approchait et il s'agissait toujours d'une semaine délicate. Serjon avait bu la veille au soir, mais elle l'avait sorti du lit malgré sa grogne. Ils avaient rangés la maison et fait la vaisselle ensemble. Lorsque le Capitaine se souvenait de l'état déplorable de la masure, c'était à se demander si une tornade n'avait pas secoué le Royaume. Il se demandait même si elle n'avait pas rêver tout cela. Pourtant, ce n'était pas le moment de remettre ses paroles en doute, parce qu'il savait que Tricia ne lui mentait pas. Elle dépeignait son Protégé comme un homme bougon, râleur et insultant dans ses moments de beuverie, mais jamais il n'avait levé la main sur elle, ni n'avait été offensant. C'était un Lien mouvementé, mais ils se débrouillaient. Neah ne lui mentionnait pas les suspicions d'Élinor concernant ses blessures, la Garde d'Haute-Terre ayant résolu ce mystère pour lui. Dans tous les cas, la situation était sous contrôle. Rien de plus que d'habitude. Et vers midi, elle avait cuisiné. Elle repensait à l'odeur étrange de la sauce, mais comme c'était un nouveau produit que son Humain avait acheté sur le marché, elle n'y avait pas fait attention. Le coeur du Capitaine se serrait. Ils avaient vu cette substance. Son intuition était juste ! Les deux Liés avaient mangés et c'est à ce moment-là que tout est devenu étrange. Que tout a dérapé ...

Post VII - 1937 mots


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mar 18 Mai 2021, 20:00


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

! Ce Post aborde l'abus sexuel et de ses conséquences médicales,
Si vous êtes sensibles à ces deux thèmes, veuillez ne pas lire !

Ça lui semblait difficile au début, mais la Soldate prenait consciente que son coeur avait besoin de s'exprimer, bien plus que son esprit. Des larmes coulaient sur ses joues, désormais, de manière incontrôlée.

Je me suis sentie nauséeuse après quelques bouchées à peine. J'ai eu des vertiges au point de faire un malaise sur ma chaise. Serjon m'a demandé comment j'allais plusieurs fois, il voulait appeler un médecin ... Et notre Lien ... Je sentais quelque chose et puis ...

À la suite de l'ingestion, son corps n'aurait pas tenu plus longtemps et elle s'était évanouie durant un long moment, avant qu'elle n'ouvre les yeux en début de soirée. Elle avait vomi, mais n'en gardait aucun souvenir. Sa sensation était un ventre retourné et un visage aussi lourd qu'une brique. L'Ange avait appelé à l'aide, mais rien n'était venu. Son regard avait réussi à trouver son Humain, qui observait la situation d'un air détaché, il lui a demandé comment elle se sentait. À peine avait-elle entamée une réponse négative que ce dernier s'est levé d'un bon pour lui asséner plusieurs coups de poings au visage. Tricia n'avait pu que s'écroulée de la chaise, complètement K.O., incapable de répliquer à l'attaque soudaine.

Il m'a maintenue au sol d'un pied sur la gorge. J'ai essayée de ne pas trop me débattre ... pour ne pas me blesser inutilement ... Heureusement que je savais soutenir son corps avec mes mains pour éviter l'écrasement. Mais rien n'y a fait, les coups me sont tombés dessus. Je ... Je ne parvenais pas à me défendre, Capitaine. Je me sentais si faible. Il hurlait des choses que je ne comprenais pas, ce n'était pas seulement incompréhensible, c'était ... étrange.

Tricia avait été choquée par cette explosion de violence, son cerveau n'avait probablement pas suivi. Elle a ensuite senti les mains puissantes de son Protégé se refermer autour de son cou. L'air lui manquait, elle suffoquait et sa vision s'était troublée, puis, c'est le trou noir. Lorsqu'elle reprend conscience, le Soleil lui pique les yeux. Serjon est assis sur un coin de la pièce. Elle tente de l'appeler, mais c'est inutile. En désespoir de cause, sa main s'agite pour attirer son attention. La tempête semblait passée.

Quand il a vu que j'avais repris connaissance, il m'a attrapée par les cheveux et m'a traînée jusque dans la chambre ... avant de me lâcher et de tourner en rond, comme un lion en cage. Je n'arrivais pas à contrôler ma magie, elle ne répondait pas ... Je ... Je ne suis pas parvenue à vous contacter.

Était-ce à cause du choc ? Ou bien cette étrange mixture, qu'il avait vu au passage, l'avait neutralisée à ce point ?

Et là, il ... Je ne sais pas pourquoi ... Il était très intimidant. J'ai peut-être dit oui ?

Neah restait muet, ses interrogations intérieures en suspens. Sa détresse charcutait son coeur.

Capitaine ... le truc que vous avez appris, vous pouvez vous en servir sur moi ?
Le truc ? cligna-t-il des yeux, sans comprendre.
Cette magie pour intervenir plus sereinement si la Déchue qui s'était introduite au sein de la Caserne revenait.
Tu n'es pas une Luxurieuse, Tricia !

Son ton était plus haut qu'escompté, mais l'idée qu'elle compare sa situation atroce à ces ratés amusés de se complaire dans le péché lui était d'autant plus inadmissible. Ce n'était ni un caprice, ni une envie soudaine et sans amour : on ne lui avait rien demandé. La blancheur de ses ailes le témoignait. Quant à cette Luxurieuse s'était introduite dans les appartements des Jumeaux Yüerell ... il avait vraiment dû rassembler tout son courage pour ne pas la transformer en cadavre et dégrader encore plus la situation avec ces déchets. Neah avait alors choisi d'orienter sa magie sur le contrôle de ce qui pouvait être  Il avait appris avec le temps que, si les sentiments ne se contrôlaient pas, ce n'était pas le cas des poussées d'excitation ...

Peut-être, mais j'ai dit que je voulais ... Puis, non ... Je ne sais pas ...
Tu étais en droit d'arrêter et il n'a pas respecté ton avis ! intervint-il, doucement, mais fermement. Je n'ai aucune expérience dans cette pratique, mais je sais que c'est une volonté commune et non un choix que l'on impose à autrui !

Jamais.

Définitivement, jamais.

Doucement, de nouvelles larmes se remirent à couler en silence. Se sentait-elle mal ? Assurément. Parvenait-il à l'apaiser ? Il l'ignorait, mais ses paroles ne tombaient dans une oreille sourde. Conscient de la souffrance qui était la sienne, le Capitaine la laissait en solitaire durant quelques instants. Elle ne devait pas seulement pleurer sur ce qu'il s'était produit, mais aussi sur la perte de son Humain. Il n'osait imaginer toute ces condamnations combinées, dans un corps qui ne semblait plus vous appartenir et avec un Lien brisé. Tricia avait vraiment besoin de repos et il avait eu toutes les informations nécessaires, ce n'était désormais plus de son ressort.

Tricia, y-a-t-il une raison pour laquelle tu n'es pas venue me voir ?

Ce n'était pas un reproche. Il désirait seulement comprendre, s'améliorer pour que ce genre de chose ne se reproduise plus jamais au sein de sa cohorte. Il s'agissait aussi de son travail et il ne désirait pas être inaccessible pour ses subordonnés. Ce n'était pas ce qu'il voulait. Ce n'était pas le Capitaine qu'il voulait être. Tricia détournait les yeux, l'avait-elle mal prit ?

Je n'ai peut-être pas été très ouvert à ce genre de conversations et tu t'es sûrement sentie seule, mais je ne suis pas seulement présent pour vous faire suer sang et eau, votre santé et votre bien-être général m'importe également.
... Comment auriez-vous pu comprendre ?
Je t'aurais écouté.
Comment aurai-je pu vous le dire ? demanda-t-elle en serrant les draps entre ses mains. Comment auriez-vous pu me comprendre ?

La Soldate Carnille avait été convaincu qu'il aurait pu faire quelque chose, il y croyait aussi. Être médiateur ou bien s'assurer que tout se passait bien à chacune des visites de l'Ange chez son Humain, ce genre d'attention. Il aurait dû directement le faire, mais Neah ne s'était pas attendu à une telle explosion de violence.

... Je suis un Gardien, moi aussi.
C'est la raison pour laquelle je ne suis pas venue.

Son visage se tournait vers lui, elle souriait si tristement.

Tout le monde sait que vous aimez la Matasif Leenhardt, déclara-t-elle. Avant même qu'elle ne revienne, nous le savions ... Tout le monde était au courant d'à quel point votre Lien vous avait fait du mal en son absence et à quel point l'éprouver à nouveau vous à transformer.

Avait-il autant changé à son contact ? Pourquoi parlaient-ils de lui ? Voulait-elle lui faire comprendre quelque chose ?

Je sais que vous m'auriez aidé. Vous auriez été le premier à prendre ma défense et à me soutenir. Avez-vous vu à quel point vous étiez moins rigide et plus présent ces derniers temps ? Vous feriez tout pour nous ... Mais ... Vous aviez l'air si bien avec elle. Sur le marquisat, je l'ai vu ... Ça n'avait rien à voir avec mon propre Lien.

Son soupir exprimait sans doute plus de chose qu'elle ne l'aurait voulu. Ce qui intriguait alors Neah, était-ce en raison de cette relation que la Soldate avait entretenu avec un homme, certainement en tout bien tout honneur et auquel elle y avait apporté un terme. Pourquoi ce dernier n'était pas venu le voir ? N'était-il pas inquiet ? Ne voulait-il pas s'en mêler sous couvert de rancoeur ? Quand il saurait, parce que rien ne saurait demeurer dissimulé, il allait forcément se précipiter ici.

Franchement, Capitaine, il suffit de voir la manière dont vous la regarder et dont elle vous regarde aussi ... C'est l'évidence.

Elle ravalait sa salive. Croyait-elle avoir échouée ? Croyait-elle l'avoir déçu ? Tous les Liens ne conduisaient pas à l'Amour, mais il était inévitable que la proxémie généré par ce dernier rapproche les deux êtres au-delà de tout. Et aussi ...

Je sais aussi que la Marquise a tué Serjon.

Non ... Déjà ? Son corps s'était glacé brusquement. Quelle idée de le lui avoir dit. Ou bien les médecins avaient-ils trop parlé en sa présence ? Que pouvait-il lui dire maintenant ?

Elle voulait me défendre, lui assura-t-il. Pour aider Fiekce, je me suis mis dans une position périlleuse et ...
Je suis soulagée.

Il clignait des yeux, incertain de comprendre.

Je suis soulagée, assura-t-elle en baissant les yeux. Je me sens brisée en milliers de morceaux, c'est vraiment douloureux, comme si une part de moi me manquait ... mais ce n'est rien en comparaison de ce que j'ai subi avec ce Lien.

Le Capitaine ne savait plus quoi dire. Il savait que les Liens avaient leurs hauts et leurs bas, combien de fois ne s'était-il pas disputé avec Mancinia, au début de leur relation de Liés ? Pourtant, ils se pardonnaient toujours. De là à se sentir soulagé de souffrir de cette manière ... Serjon lui avait vraiment rendue la vie impossible, pas vrai ? Elle s'était retrouvée prise dans une spirale dès la cérémonie scellée, incapable de s'en défaire et elle avait voulu tenir bon. Pour au final subir pareil outrage ... Neah, de fait, ne croyait pas vraiment ses propos.

C'est horrible, n'est-ce pas ? ... Je suis horrible.
Tricia ... Tu es simplement perdue. Tu as le droit de ne penser qu'à toi.

Ce qu'elle disait était sans doute un moyen d'exprimer sa Colère, d'extérioriser sa rancoeur emmêlée dans ses sentiments. Sans doute garderait-elle ombrage du geste de sa Protégée, mais elle était trop perturbée pour y songer maintenant.

J'ai voulu un Lien parce qu'on m'avait vanté les mérites d'une relation basée sur la confiance et l'apprentissage de l'autre, mais ... C'était trop dur. Ai-je été une mauvaise Gardienne ? Tous ces Humains qui sont mauvais envers nous alors que nous désirons seulement les aider, c'est ... C'est pesant. J'aurais voulu un Humain qui le veuille vraiment que par nécessité de survie.

C'était une vérité. Nombreux avait été les Humains à ne pas vouloir mourir lorsqu'ils avaient découverts vieillir de manière accélérée suite à la Guerre des Dieux. Certains Liens avaient été créés plus par nécessité que par réelle envie, si dans certaines Paires, à l'instar du Soldat Morisat, travaillant avec Mancinia, tout se passait bien, dans d'autres, hélas, des tensions existaient.

Est-ce que cela à avoir avec la relation que tu entretenais ?

Elle n'était pas surprise qu'il soit au courant.

Un homme qui t'aime sincèrement ne te rejettera jamais, alors si tu veux le voir, j'irai le chercher.

Il ignorait son identité, mais il irait le chercher par la peau du cou. À cet instant, lorsque Tricia le regardait, son expression était un mélange de glace et de fureur. Son sourire était sinistre.

Allez-vous ramenez le Soldat Ypsilántis pour moi ?

À l'écoute de ce nom, Neah entrouvrit la bouche de stupéfaction. De tous les Anges masculins travaillant avec lui, il n'avait pas pensé à son ancien mentor. C'était donc la raison du silence de cet homme : il était mort. Tricia était en permission lorsqu'il avait été arrêté, elle n'avait pas été présente à son exécution. Parce que ... ? L'avait-elle su avant tout cela ? Quelle horreur. Elle était seule depuis tout ce temps. En y repensant, est-ce que la Soldate avait été la raison de son basculement ? Avait-il vu la femme qu'il aimait se fissurer doucement ? Avait-il voulu agir et avait-il perdu sa présence à ses côtés en conséquence ? Était-ce pour cette raison qu'il lui avait dit comprendre et de la nécessité d'y mettre un terme, parce qu'il n'avait vu que la souffrance générer par les Liens, même le sien ?

J'ai vraiment été un idiot, dit-il en passant sa main sur son visage. Tu as souffert durant tout ce temps ...
Ne soyez pas désolé pour moi ... Je suis une lâche.
Tu as vécu des moments terribles ces dernières semaines, Tricia. Tu as voulu assumer tes responsabilités, ce qui est très courageux ... Mais tu n'as pas été entendue.

Finalement, il osa mettre sa main dans la sienne, puis l'autre vint les réunir.

Tu dois prendre soin de toi. Quand tu seras prête, je serai là ... Si tu as besoin de ton Capitaine, je serais là. Ce sera très dur, mais tu es une personne forte. S'il advient que tu tombes, nous t'aiderons à te relever. Nous sommes une équipe.
Capitaine, est-ce que ... Il a dit quelque chose ... avant de ... ?

Après un court silence, il lui répondit.

Je suis désolé, Tricia. C'est ce qu'il a dit.

La Soldate ne savait plus quoi dire, ni comment réagir. C'était simplement un vaste gâchis. En tout cas, le Capitaine devait admettre une chose : si la Soldate Carnille n'avait pas eu tous les éléments en mains, il n'aurait jamais deviné que le responsable de tout cela était Serjon. Et lui et Mancinia, par extension, avait détruit encore plus ce qui lui restait.

Post VIII - 2175 mots


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11266
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mar 18 Mai 2021, 23:07


Illustration - Alena Aenami
Les Écuyers de l'Aurore

En sortant de la salle de repos, le Capitaine s'assurait que l'Ange soit réellement endormie. Elle semblait paisible, mais son visage était creusé et humide. Son corps était un amas de douleurs et les médicaments l'assommaient. Quelqu'un prit le relai pour s'assurer que tout se passe bien. Tricia ne devait pas rester seule, car même si rien ne trahissait un état suicidaire, la Prudence les encourageait à prendre ce genre de mesure. Maintenant qu'il comprenait Gilgamesh, c'était l'état de Serjon Overbeke qui l'intriguait. Qu'était-il arrivé ? Avait-il bu plus que de raison, créant un mélange détonnant avec cette mixture retrouvée sur place ? Était-elle de la drogue et avait-il dupé sa Gardienne ? Mancinia lui avait dit que rien ne le laissait présager, mais alors quoi ? Était-ce pour piquer une crise de jalousie extrême pour une raison malvenue ? Mancinia l'attendait au début du couloir. Leurs regards se croisaient. Elle avait été relaxée. Il n'y avait plus rien à faire, de toute manière. Neah vint près d'elle et mis son front contre son épaule, en silence. Seule leur respiration venait troubler l'endroit, pourtant loin d'être aussi calme qu'il y paraissait.

Est-ce que tu m'en veux, Neah ?

Son coeur avait accéléré de cadence. C'était sa sanction à lui qu'elle craignait.

Non. Ce n'est pas moi qui t'en voudrais.

Mancinia s'en voulait de causer à Tricia la souffrance d'un Lien brisé, mais elle était soulagée sur ce point. L'Humaine essayait de se convaincre qu'elle aurait sans doute la satisfaction d'avoir été vengée après avoir été traitée de la sorte.

Je me suis dit que mort, elle ... Elle pourrait dormir.

Sans doute cette remarque était-elle idiote aux yeux de ceux qui ne comprenaient pas.

Tu as brisé son Lien, Mancinia.
Je préférerais mourir que d'être Liée à mon agresseur.

Le Capitaine demeurait muet en se reculant doucement. Sans doute était-ce mieux ainsi, même s'il avait du mal à le comprendre et à l'admettre. Mancinia aurait voulu que tous les Liens soient comme le sien, mais elle était consciente que certains Anges et de nombreux Humains n'en avaient cure. Entre ceux incapables d'apprendre les bases à l'autre et ceux qui le faisait par intérêt, comment croire encore à la sincérité ?  C'était toujours à l'un ou à l'autre de faire des efforts. Ce n'était pas sa vision du Lien et elle ne l'accepterait jamais.

Que va-t-il se passer, maintenant ? Je ne connais pas bien les thérapies angéliques contre ce genre d'actes.

Elle ne parvenait pas à dire le mot viol, alors Neah essayait de rester doux.

Nous essayons de laver le crime qui a été commis contre son gré sur son corps. Évidemment, ça ne la fera pas récupérer ce qu'elle a perdu, mais cette thérapie permet d'aider la victime à aller mieux et à tourner la page.

Mancinia était repropulsée dans sa propre expérience et Neah ... il n'avait pas le courage de l'entendre en parler. Ça l'aurait détruit. Et son Humaine, dans tous les cas, ne désirait pas lui en parler. Pas maintenant.



Neah était allongé sur son lit, incapable de dormir. Il se retournait dans tous les sens, l'esprit accaparé par bien des questions. Il était évident que sa Soldate avait été droguée par son Humain, mais ce dernier n'utilisait pas ce genre de substances, tous étaient d'accord pour le dire. L'alcool l'avait soit disant aidé à surmonter l'assassinat de sa femme par un Démon, mais les années passant, son état avait empiré. Est-ce que quelqu'un avait voulu piégé Serjon, faisant de Tricia une victime collatérale ? Était-ce seulement possible de faire ce genre de choses horribles ? ... Qui que ce soit, la Canine Blanche voulait mettre la main dessus, mais les preuves manquaient. Ça pouvait être simplement une mauvaise plante mélangée avec des épices. Un truc idiot. Demain, ils allaient chercher l'Ange pour la ramener chez elle. Comment est-ce que ça se passerait ? Comment ne pas ressentir d'injustice ? C'était comme si une chose précieuse avait volé en éclat. N'allait-elle pas être comme Mancinia ? Tenter de survivre et n'avoir aucune limite ? Pour une Aile Blanche, ce serait extrêmement un comportement dangereux, surtout qu'elle demeurerait marquée des années durant et ça, Neah le savait. Il était un homme, mais il savait à quel point le viol s'imprégnait sur une victime. Elle pouvait certainement reconstruire sa vie, son identité, être suivie en thérapie ... Mais cela resterait à jamais. Même si elle retombait amoureuse d'un homme, si elle se sentait capable de faire confiance à nouveau, elle ne pourrait jamais construire une famille.

Serjon avait assombri sa lumière.

Comment ne pas ressentir de la fureur ?

Est-ce qu'il saurait aider Tricia à ne pas sombrer dans sa Colère ?

Demain ...



Es-tu prête, Tricia ?
Oui, merci.

Celle-ci ne portait pas son uniforme, contrairement aux autres membres de la Troupe Boadicēa qui avait accompagné leur Capitaine Un moyen de soutenir leur collègue blessée à la sortie de l'hospice, même si Tricia serait simplement reconduite dans un autre établissement, où des Anges assureraient son suivi de manière continu. Le Docteur Greyam avait réalisé un travail remarquable et, malgré la froideur dont il avait fait preuve devant le Capitaine et ses subordonnés lors de leur première rencontre, il avait été à l'écoute des douleurs de sa patiente et des interrogations d'autrui.

On te ramène à la maison, dit Élinor en prenant ses mains dans les siennes.

L'Ange avait meilleure mine qu'il y a quelques semaines, mais cela ne voulait pas dire que tout était oublié et qu'elle reprenait du service. C'était maintenant que tout allait commencer.

Merci de votre travail, Capitaine Ereigent, le remerciait l'Ange.
Je vous en prie, Capitaine Katzuta. C'était la moindre des choses ...

Son homologue Humain le pensait très sincèrement. D'ailleurs, s'il était venu les saluer avec quelques Gardes, c'était parce qu'ils avaient participés aux recherches et étaient ravis qu'il y eu un dénouement heureux. Plus ou moins. D'autres Enfants de Sympan étaient présents, curieux, ou simplement pour encourager la survivante. Ils ne savaient plus trop où ils en étaient, les uns et les autres. Des Anges qui tuaient des Humains, un Humain qui violentait sa Gardienne, à un point qui avait secoué toutes les Paires présentes du Royaume. Parmi les membres assistant à son départ matinal, il y avait l'aînée des Soleto, dont la cadette avait été assassinée par le son ancien mentor. Elle regardait intensément Élosis, qui évitait soigneusement son regard. Devant ce mur dressé, telle une séparation infranchissable, cette dernière relâchait un immense soupir. C'était du gâchis. Rester dans cette situation n'arrangerait rien, alors, autant que quelqu'un fasse un pas. Ce serait elle.

Mademoiselle Ylercast, débutait Agnès en se rapprochant, laissant Élinor s'écarter pour la laisser prendre ses mains. Je suis désolée de ce qui vous est arrivée. En tant que femme, c'est quelque chose qui m'est insupportable. Sachez que vous serez toujours la bienvenue sous mon toit, si vous en ressentez le besoin !
Je ... Merci, souffla Tricia, étonnée et émue.
Toi aussi, Élosis !

Le Soldat avait sursauté à l'entende de son prénom.

Il n'y a que toi qui peux comprendre ce qu'engendre la perte de Frida.
Ouais, mais Angèle ... C'est ...

Il y avait comme un froid mordant. Une certaine gêne, des non-dits cumulés. Ce serait sans doute le moment de partir, mais laissez cette situation tel qu'elle ne pourrait que la rendre explosive. Le Capitaine observait les alentours. Son regard tombait sur Mancinia. Elle était venue, naturellement. Au cours du mois de guérison de sa subordonnée, sa Protégée avait été la voir pour discuter de ce qu'elle avait fait, se sentant prête à recevoir sa colère, ses insultes ou peu importe, mais Tricia lui avait accordé son Pardon et ce, même si l'Humaine ne le recherchait pas. Elles se comprenaient dans leur malheur et l'Ange ne voulait pas nourrir de ressentiment. Ça ne la conduirait nulle part. En discutant, elles éloignaient le spectre de la violence qui aurait pu se nourrir de leurs silences. Il songeait à tout cela, tout en se mettant à ses côtés.

Hey, Mancinia.

Il lui donnait un coup de coude dans le bras, comme un enfant qui essayait d'attirer l'attention d'une amie avec laquelle il s'était engueulé.

Tu sais que je t'aime, hein ?

L'Humaine écarquillait les yeux. N'avaient-ils pas dit qu'ils ... qu'ils ... ?

J'ai vraiment envie de t'épouser, alors ne pars pas en courant, s'il te plaît.

La concernée ouvrait la bouche, interloquée de sa soudaine déclaration. Neah Katzuta venait d'admettre publiquement qu'il était l'homme à lui avoir demandé sa main, alors qu'ils s'étaient promis de le garder secret quelques temps, malgré les rumeurs. De Sarah en passant par Angèle, puis d'Élosis à Chÿsam, tous étaient assez étonnés. En poussant un peu ...

À moins que tu ne veuilles rompre notre engagement, au vu de la situation ?

Mancinia mis sa main sur son Qirān, un sourire apparu sur ses lèvres, rêveur et résolu.

C'est toi qui me l'enlèveras lorsque tu me passeras la bague au doigt.

Enchanté, l'Ange saisi le haut de son encolure pour l'attirer vers lui et l'embrasser. Ils se moquaient de mettre les autres mal à l'aise, tant c'était agréable.

Nous n'avions pas dit que c'était secret ? souffla-t-elle lorsqu'il la relâchait.
Tout le monde le sait, je pense.

Son regard tombait sur Tricia, dont le visage était troublé par un sourire discret. En dehors de cette action, pour lui donner raison, l'Ange ne voulait pas que leurs peuples se désunissent. Le silence lourd qui régnait s'était allégé, mais ce n'était pas encore suffisant.

Je comprends ce que vous ressentez, dit-il en se retournant vers les membres présents. Nous avons aussi eu cette sensation de trahison lorsque vous avez choisi de ne pas nous suivre lors du Rimkàlari.
Certains sont partit se battre ! J'y étais, moi !
—  C'est exact, vous n'êtes pas tous à mettre dans le même sac ... alors je vous prierais de ne pas faire de même pour nous.

Il y eu un léger tressaillement.

Il n'est pas nécessaire que vous ayez une confiance aveugle. Nous ne vous le demandons pas. Nous sommes vos Protecteurs, mais cela ne veut pas dire que vous ne couvrez pas nos arrières aussi ... Pas vrai ?

Mancinia avait veillée sur Neah. Lorsque leur Lien s'était créer, elle était la Matasif Leenhardt, il n'était rien. Ils avaient progresser chacun dans leur coin, puis l'état du monde avait fait que l'Ange l'eu rattrapée, avant qu'ils évoluent ensemble. Ce n'était qu'une prolongation de ce qui existait déjà. Depuis un temps à peine mesurable, les Anges servent de Gardiens aux Enfants de Sympan. Il n'était pas rare que certains d'entre eux soient élevés dans le but de répondre à cette tâche. Ce Lien était si unique ... Être Lié avait été plus un honneur pour lui que cela l'avait été pour elle. Neah avait ressenti de la sympathie pour Mancinia, ils avaient eu leurs élans de colère, mais cela n'avait pas su désagrégé les sentiments naissants. Ils s'étaient renforcés au fil des ans. Son intensité était devenue telle qu'ils allaient se marier. Il ne semblait pas concevoir sa vie loin d'elle, à l'inverse de Gilgamesh, qui était convaincu que l'Humaine l'entraînerait vers sa chute. Les relations n'étaient pas sans embûches, mais les émotions étaient sincères. C'était impossible de tricher. Alors pourquoi certains membres de son peuple pensaient que les Humains étaient trop faibles pour prendre conscience de leur chance ? ...

Nous éprouvons une grande culpabilité vis-à-vis de votre peuple. Au cours de la Guerre, de nombreux Anges Gardiens sont morts, entraînant avec eux plusieurs centaines d'Humains dans cette Malédiction qui vous ronge et grignote votre vie. Cela a menée à une radicalisation de certains autres, extérieurs à nos volontés communes et ne pouvant comprendre le sens de ce Lien. D'autres Humains se sont sentis piégés par cette imposition. Nos Liens n'ont faits que se dégrader. Surtout lorsque le Rimkàlari est survenu ... et que nous nous sommes tournés le dos progressivement, sans en avoir réellement conscience.
Des Humains ont été tués par un Ange ...

Vraiment bornés. Il sourit, mais Mancinia ne le laissait pas seul au combat. Jamais.

En quoi est-ce la faute de Neah, sachant qu'il a mené à l'arrestation de ce criminel ? demanda-t-elle. Si un Humain avait eu le même geste, serions-nous en train d'en discuter ? Un meurtrier reste un meurtrier, peu importe sa race.
Capitaine Katzuta ... La Matasif Leenhardt a failli mourir. Auriez-vous alors tenu le même discours ?
Probablement pas, admit-il. Je serais probablement en train de souffrir mille morts si ma fiancée avait disparue, assassinée par un homme auquel j'étais proche et qui méprisait le Lien nous unissant.

D'une certaine manière, lui aussi était une victime.

À vos yeux, il est normal que nos sentiments ne regardent que nous et n'engagent pas nos peuples, mais nous ne pouvons pas nous taire malgré les souffrances que d'autres traversent, parce que le Lien qui nous unis n'est pas que sang et douleur. Si tout était si réellement prévisible en ce qui le concerne, pourquoi nous aimerions-nous encore malgré ce qu'il se passe ?

Sa compagne eu une moue triste en observant Tricia, mais ...

Quand je pense à tout ce qu'elle a accepté pour rester avec moi, comment voulez-vous que je ne tombe pas encore plus amoureux d'elle ?

Mancinia avait du mal à ne pas rougir devant ses déclarations enflammées.

Le bonheur que je ressens est mille fois plus fort que la douleur ressentie durant son absence. Et croyez-moi, j'en ai tout autant souffert que mes deux Soldats.

Ils se tenaient par la main, inconsciemment, ces sourires qui donnaient forme à leur bonheur étaient pleinement visible. Ils dégageaient une aura apaisante et leur confiance totale leur donnait une aura caractéristique durant l'aurore.

La profondeur de la douleur est à la mesure du bonheur qui l'a précédé, celui qui a peur de souffrir ne peut pas aimer. Je suis donc résolue à mon tour, malgré les risques !
—  Comment ne pas répondre à une telle détermination, par une autre détermination, tout aussi solide ?
Mouais, mais c'est ...
C'est trop mignon !
Moi aussi, je veux une déclaration aussi enflammée ! dit une femme en mettant ses deux mains sur ses joues.
Ah ! répondit son compagnon, gêné. Mais arrête !

Il y eu des réactions mitigées, mais c'était en bonne voie. Fiekce se penchait vers Chÿsam, sans détourner les yeux des deux concernés, qui avaient déclenchés de vives réactions aux alentours.

... Ça veut dire qu'il va lui faire des bébés, c'est ça ?
Fiekce, soupira Chÿsam en relâchant un rire. Tu n'es pas possible ...
J'ai pas tout compris, c'est pour ça.

C'était dur d'élever les Enfants de Réprouvés, parfois, mais ils savaient avoir de l'humour. Neah se retournait vers Mancinia, sans relâcher sa main.

Cela demandera du temps, mais nous y arriverons, Mancy. Je trouverais le moyen de faire entendre raison aux tiens, peu importe le temps que cela demandera.
Tu penses y arriver ?
J'ai bien convaincu la pire tête de mule du tas de m'épouser, non ?
C'est vrai.

Mancinia sourit, remettant une mèche derrière ses cheveux. C'était l'heure du départ.

Une dernière chose ...

Il l'embrassa soudainement, avant de mettre son front contre le sien en riant.

Sois sage, d'accord ?
Comme toujours.
Je viendrais voir les enfants bientôt.
Rentre bien !

Lorsqu'il revint près de sa cohorte, prêt à prendre leur envol, il essayait de voir si l'état de Tricia était convenable. À dire vrai, elle attendait cet instant, car si elle souffrait physiquement, voler la libèrerait assez de ses maux de l'esprit.

Je suis un peu jaloux, Capitaine, débutait Filip.
Tant mieux.
Moi aussi, je vais aussi me dégoter une jolie épouse, vous verrez !

Au moins, l'ambiance était bonne au sein son régiment.

Soldate Carnille.

Élinor s'était arrêté, le sérieux revenant sur son visage à l'écoute de son Capitaine.

Ne croyez pas que j'ai oublié votre comportement.
J'espère que vous allez m'entraîner dur, Capitaine, sourit-elle, résolue. Vraiment très dur.

Neah eu un sourire en coin, comme s'il acceptait de scellé cette promesse.

Merci de m'avoir écoutée.
N'oubliez pas ce que je vous ai dit à ce propos.
Je vous le jure sur mon honneur, Capitaine.



Capitaine.

Neah relevait la tête vers son subordonné, qui venait de lui transmettre les derniers documents, avant son départ.

Je pense aller vivre chez les Humains pour les aider.
Ce sera ...
Oh, ce n'est pas grave si ça se passe mal au début. Pas à pas ... Nous y arriverons. J'ai toujours envie d'aider ... même si c'est sur un autre terrain. C'est un moyen pour moi de ne pas oublier Frida.

Élosis avait un sourire aux lèvres. Est-ce qu'au moins, il était parvenu à l'aider ?

Je vais t'entraîner très dur avant ton départ. Il va te falloir des muscles pour survivre parmi tous ces guerriers enragés !
Je m'en remets à vous !

Post IX - 2823 mots | Fin


[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V] Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[A.] Les Écuyers de l'Aurore [Niveau V]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Niveau IV, Mission I
» Serpent 2.0 - Niveau 2
» Serpent 2.0 - Niveau 4
» Ma sœur... (Niveau III)
» Niveau IV, Mission II
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres du Lac Bleu :: Jardins de Jhēn-