Le Deal du moment : -50%
-50% Baskets Nike Air Huarache
Voir le deal
64.99 €

Partagez
 

 [A] Parenticide - Partie II : Caeli, sorcières et présages | Solo - Test lvl III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daé Miirafae
~ Rehla ~ Niveau IV ~

~ Rehla ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 757
◈ YinYanisé(e) le : 29/05/2019
Daé Miirafae
Dim 20 Sep 2020, 18:59


[A] Parenticide - Partie II : Caeli, sorcières et présages | Solo - Test lvl III Alone-10
Parenticide II : Caeli, sorcières et présages




Musique
Elsa descendit les marches de l’observatoire et regarda Daé d’un air sérieux. Pas de regard grave, mais juste ces yeux posés et francs qui signifiaient au jeune Rehla que les choses sérieuses commençaient maintenant. Il savait qui il allait retrouver et avait bien compris que même sa mentore avait trouvé étrange que les choses ne passent pas directement par elle. C’était plus ou moins son rôle que de gérer l’évolution de l’Aurum et les missions qu’il devait accomplir pour le compte de la Ligne du Temps et via les visions des Oracles. Si cette hiérarchie était troublée c’était sûrement mauvais signe ou du moins signe que cette mission ne serait pas la plus petite qu’il ait eu à accomplir. Elsa le regarda monter les dernières marches de la plus haute tour des Tours de Zéphyr et se diriger vers un endroit qu’il connaissait bien. En plus d’être un endroit apaisant et qui avait créé des heures de masturbation à imaginer l’incroyable puissance du sexe qu’il aurait pu avoir en haut de cette tour, aussi proche des étoiles, c’était ici qu’il avait pour la première fois entendu le chant des étoiles lorsque Malicia de Luhcil lui avait soufflé de le faire, elle ou les étoiles. C’était à ce moment-là qu’elle avait informé le Sin Luxinreis que Daé serait prêt pour la Nuit de Dallsha. Un lieu de passage en soi, un lieu d’étape. Et ce soir-là, alors que Phoebe ne montrait que l’un de ses croissants et que ses enfants étaient relativement cachés par des nuages – la bruine s’était arrêtée quelques heures plus tôt – la professeure de divination des Tours de Zéphyr était comme accoudée dans l’exacte même position que le jour où Daé entendit les étoiles pour la première fois. « Sentiment de déjà-vu, n’est-ce pas ? » Daé sourit. C’était comme si cette professeure avec toujours lu dans ses pensées. Il acquiesça d’un petit signe de tête. Là où il y a quelques lunes il aurait peut-être souri gêné ou eu une réaction plus enfantine, il était arrivé à ce stade de compréhension de codes sociaux. Il se devait de montrer, lors de ses missions officielles, une forme de dignité. Certes il n’y arrivait pas toujours, mais il essayait avec ardeur et pour l’instant, cela semblait faire sourire de Luhcil. « Installe toi, Aurum Daé Miirafae. » Un geste de la main fit apparaître deux chaises qui étaient orientées de telles sorte à pouvoir contempler les nuages qui cachaient les meilleures amies des Rehlas. « Est-ce que tu penses que certain•e•x•s de nos adelphes échouent à leur mission ? » Daé ne s’était absolument jamais posé la question. Il se l’était demandé pour lui, peut-être une centaine de fois si ce n’était plus, ce qui allait arriver, comment cela serait géré s’il échouait là où le destin lui prédisait de réussir, mais jamais il ne s’était posé la question des autres. Il les voyait comme des membres qui réussisaient, sans se poser la question de l’échec. « Iels existent. Certains choisissent même d’échouer au destin que leur prédit Phoebe. » Sa voix était calme et posée et contrastait infiniment avec la vitesse à laquelle Daé se posait des questions. Le vent soufflait maintenant fort sur la tour la plus haute des terres du peuple blême, Daé reserra son emprise sur sa veste de soie bleue nuit qu’il portait et qui faisait ressortir ses cheveux qui commençaient à s’allonger à force qu’il oublie de s’en occuper. « Tu n’en sauras pas plus sur elleux malheureusement. Du moins pas encore. Mais pour que tu comprennes où tu vas aller dans quelques minutes, il te faut comprendre que Phoebe échoue parfois. Que Phoebe se trompe et que la Ligne du Temps se fragilise encore plus. Ne me demande pas pourquoi, ne me demande pas par qui, écoute simplement ce que je vais te dire maintenant. » Daé était pendu aux lèvres de la professeure. « Il existe une sorcière qui devait assassiner des gens. Ces gens devaient mourir absolument. C’est une nécessité. Mais malheureusement cette sorcière a été gravement blessée par quelqu’un. Elle ne peut plus accomplir son destin. Elle n’avait quasiment rien d’autre à faire à part cet assassinat, elle était née pour ça. Retrouve-la, n’essaie pas de comprendre qui l’a blessée ou ce qui s’est passé, mais regarde si elle est en état de réaliser son destin. Si ce n’est pas le cas, charge-t-en. » Daé acquiesça très lentement de la tête, tout cela lui paraissait étrange. Il avait la sensation qu’on lui cachait tellement de choses que cela lui empêchait de saisir la véritable portée de la situation. « Daé. » Habituellement elle n’était pas si informelle. « Ne cherche pas à retrouver la personne qui a blessé cette sorcière. C’est un ordre. » Elle se leva faisant disparaître sa chaise dans un nuage de fumée irisée et descendit les marches. Daé regarda les nuages un instant de plus et se mit en route de Nementa Corum.

~~~

C’était peut-être une des premières fois que, malgré le froid du vent qui frappait la falaise, Daé voyait la ville des mages noir•e•x•s ensoleillée. Elle ne semblait pas plus agréable ou accueillante, mais elle avait simplement l’air de cacher plus de malheurs qu’habituellement. Il ne s’était jamais vraiment fait à cette ville. Ici, la soie bleue nuit et ses habituels beaux habits n’étant pas forcément les meilleurs choix, il avait opté pour des habits de voyages bruns avec une capuche qui lui permettait de passer inaperçu dans cette ville aux milles horreurs. L’Université toisait le Rehla de ses pierres noires comme si elle savait ce qui était en train de se passer et Daé accéléra sa marche dans les quartiers pauvres de la ville comme en se disant que plus il marcherait vite, moins il serait vu. Les rues était parsemées de mendiant•e•x•s et de mages louches qui semblaient être sur la route d’aller tuer leurs prochains et Daé avait exactement la même rengaine. Des informateur•ice•x•s rehlas dans la capitale sorcière lui avait communiqué l’emplacement de cette sorcière qui était en train de mourir chez elle. Apparemment le travail avait été prémâché et cela l’arrangeait bien. L’Aurum entra dans un immeuble miteux qui ne ressemblait à plus rien d’habitable. Les escaliers le conduisirent au dernier étage, après avoir manqué de tomber au moins une demie-dizaine de fois à cause des trous dans les différents planchers. L’immeuble craquait, uniquement du bois et en plus moisi par les embruns de l’océan qui le rongeait sûrement depuis des années. Daé n’avait pas l’habitude d’être dans ce genre de lieu et c’était peut-être la première fois qu’il s’en rendait compte. Il était un bourgeois. Il mit cette information de côté dans sa tête et écarta les pans d’un rideau noir lourd qui couvrait le cadre de porte. Pas de voix, une personne allongée sur un lit de fortune en train manifestement de rêver à de la souffrance ou de souffrir à rêver, ce n’était pas très clair. Par le trou dans le mur où un jour avait dû siéger une fenêtre, Daé observa le soleil se cacher tranquillement derrière les nuages, plongeant la pièce dans un gris clair très agréable. Daé s’assit à côté de celle qu’il savait s’appeler Sélène. Il attendit peut-être une heure. Ou trois, il ne savait pas. Et elle se réveilla.

Ses veines pulsaient toutes ensemble, comme si elles menaient une lutte épique contre un mal que Daé ne connaissait pas. Son visage était pâle au possible, jamais le Rehla n’avait vu une telle pâleur, elle semblait être aussi blanche que la neige, mais pas de cette blancheur souvent associée à la pureté, c’était la blancheur de la mort.  « Est-ce que… » Il se rappela les mots de Malicia et se ravisa. Pas de questions à propos de qui avait fait ça. Il était là pour rétablir le destin de cette personne. « Vous allez mourir. » Daé le savait. Il était arrivé dans cette pièce en le comprenant et ce sans l’aide des étoiles. N’importe qui aurait bien vu que Sélène ne luttait que pour patienter, que pour accomplir une dernière chose. « Et je suppose que vous vous êtes battues pour me voir avant de le faire. » La sorcière semblait ne rien comprendre, mais elle tourna la tête et ses grands yeux jaunâtres injectés de sang en direction du Rehla qui avait enlevé sa capuche malgré l’air froid qui lui soufflait dans la nuque. « Vous devez me dire ce que vous aviez à faire. Si vous le faites, vous serez libérées. Phoebe et Ethelba vous attendent, un dernier effort s’il-vous-plaît. » Daé ne souriait pas, ne pensait à rien d’autre qu’à cette sorcière morte pour le dessein du Temps. Elle prit la parole avec une voix qui semblait venir directement de l’autre côté. « Je dois…tuer des gens. C’est un ordre de…des…mages. » « Ne me dites pas de qui vient cet ordre, ça m’est égal. J’ai besoin de savoir qui vous devez tuer. » Cette scène semblait si étrange au Rehla qui était habitué aux petites fêtes légères des Plaines Rouges. Il se demanda si tous les gens qu’il croisait recevait ce genre de missions : supplier quelqu’un de lui dire qui assassiner au nom de Phoebe. « C’est..les..le » une quinte de toux. Sélène cracha plusieurs fois du sang et des glaires sur elle-même. Daé se leva pour aller imbiber un mouchoir de coton lourd qu’il avait dans sa poche, le mouchoir était brodé des armoiries de sa famille et servait surtout à être décoratif, mais ce n’était pas là la question du moment. Il plongea le morceau de tissu dans le baquet d’eau brune qui trônait dans un coin de la pièce et essuya méthodiquement le sang et les glaires. Une fois cela fait, il se rassit à côté de Sélène pour l’encourager à continuer. « Les deux couturier•ère•s, du quartier marchand. Avec le croissant de lune comme enseigne. Les deux.. » Daé comprit. Il serra si fort d’un coup le poignet de Sélène qu’il tenait pour l’encourager qu’elle tenta de crier de douleur, mais son cri fut coupé par une quinte de toux glaireuse et Daé se reprit. Il s’agenouilla à côté du lit et ferma les yeux. « Ethelba, dans ton royaume je t’implore, laissant à Phoebe ta sœur le soin de guider la suite de mes pas. Prends ton enfant sous ton aile comme celle qui t’a bien servie et je t’implore, laisse moi sous le joug de la lune d’argent et ne me prends pas comme ton enfant. Car je suis enfant des étoiles et de Phoebe. Je te rends Sélène, enfant d’Ethelba. » Daé se releva et souffla un grand coup. Sans qu’il ne bouge, les vêtements de la sorcière mourante se serrèrent si forts, suivi des draps de lit qu’elle se mit à étouffer. Daé regardait la fenêtre et la bruine se lever. Au bout de quelques minutes, le corps de Sélène ne bougeait plus.

~~~
Musique
Alors Daé marcha dans les rue d’Amestris. Et chaque pas était un peu plus dur, un peu plus violent, un peu plus compliqué. Il venait de comprendre sa mission. Il ne savait pas que derrière cet assassinat prévu depuis la naissance même du monde il y avait une bannie du temps qui était allée tuer celle qui devait tuer ses parents et que le monde avait prévu cela, même si personne à part peut-être quelques rares Rehlas connaissaient les détails de ce sordide crépuscule. Alors Daé marcha en se remémorant sa première vraie utilisation de la Vox Stellae et en voyant une silhouette encapuchonnée saluer ses parents et leur planter deux dagues dans le ventre. Il dissocia complètement. Sa tête dans ses souvenirs et dans ses heures de méditation, il marchait d’un pas décidé dans la nuit tombante d’Amestris. Au même moment, ses parents étaient en train de tourner la plaquette qui indiquait que la boutique fermait et de finir de ranger leurs affaires en ordre dans la boutique. Daé ne se posa aucune des questions qui le hanteraient des jours durant : Pourquoi pour devenir Caeli, Phoebe avait-elle choisi que ce soit à moi de réaliser cela ? Etait-ce un choix ? Pourquoi mes parents ? Qui avait fait en sorte qu’iels meurent de ma main et pas de celle de Sélène ? Quelles étaient ces choses cryptiques que n’avait pas pu me dire de Luhcil ? Tout cela, il n’y pensa pas. La silhouette encapuchonnée arrivait maintenant vers la boutique. La porte était verrouillée, mais Daé avait les clés. Il entra. Ses parents étaient assis. Son père manquait de pleurer et sa mère avait un grand sourire. Tout le monde se fit une chaleureuse accolade. Iels échangèrent quelques phrases. Inutiles. Tendues. Elles ne servaient qu’à remplir le temps. Là où avant un premier baiser l’on échange rapidement des banalités comme pour retarder le moment où tout risque d’échouer, ici l’on échange lentement des bêtises, comme pour être bien sûr•e•x•s que le Destin n’a pas changé d’avis. La vision de Daé lui avait fait miroiter une lune pleine de puissance pour cette nuit, mais ce soir Ethelba avait pris le dessus. Il ne se demanda pas si le meurtre de Sélène avait précipité le fait que la sœur de sa Mère Lune assiste à la scène à sa place. Au bout d’un silence un peu trop long. Alors que Cark Miirafae pleurait et qu’Ashli souriait à son enfant, Daé ne réfléchit pas et sortit deux lames de sous son manteau de voyage. D’un geste net et précis, comme s’il l’avait vu avant et qu’il avait pu s’en inspirer, il planta les lames dans ses deux parents qui venaient pour l’enlacer. Il remonta jusqu’à la gorge et les laissa tomber. Sur le sol de la boutique familiale, deux corps s’étouffaient dans leur propre sang, plusieurs organes vitaux touchés et Daé laissa tomber les lames qui avaient servies à commettre ce que tout le monde aurait appelé un parenticide et ce que ses adelphes appelleraient alors son destin.

~~~

« C’est fait. » « Oui. » Elsa descendit de l’observatoire où Malicia de Luhcil regardait les étoiles. Elle se retourna vers celle qui était à l’origine des visions qui avaient emmené Daé jusqu’ici. « Pourquoi ? » « Je ne peux pas vous le dire Elsa. Il y a des secrets qui doivent le rester. Ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre. » La grand-tante de Daé cracha au sol comme pour insulter Phoebe de colère et continua sa descente.

~~~

Alors qu’Amestris entendit hurler une corneille pendant des heures au-dessus de la falaise sur laquelle elle s’élevait, la bannie qui avait tué Sélène souriait. Pas parce qu’elle avait gagné. Mais parce qu’elle avait fait souffrir Daé. Elle avait détruit la ligne du temps de Sélène et savait bien que quelqu’un allait devoir la rétablir.

Lorsque la corneille fut épuisée, c’est Caeli qu’elle replongea dans Amestris pour s’allonger sur le toit du magasin familial et pour dormir.


2561 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t36632-dae-miirafae-termin
 

[A] Parenticide - Partie II : Caeli, sorcières et présages | Solo - Test lvl III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [A] Parenticide - Partie I | Solo
» [EVENT solo Partie IV - solo] Rétablir un semblant de vie
» Le maître des esprits [Test VI, Partie 2]
» Le maître des esprits [Test VI, Partie 3]
» Mensonge et vérité (test niv 4 partie 1 - Le passé)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Nementa Corum :: Amestris-