-41%
Le deal à ne pas rater :
PARISOT Armoire 2 portes battantes + 1 tiroir
99.99 € 169.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Ces Liens qui nous unissent | Wakiya & Bellone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1952
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Ven 04 Sep 2020, 22:40


Image de Yunjeong



Bellone secoua doucement ses mains pour dégourdir ses doigts sans lâcher son travail des yeux. Elle avait installé le muradai – sorte de petit tabouret creusé d’un trou en son centre, servant de support pour ses tissages – entre ses jambes et les tama – bobines de bois retenant les fils pour les empêcher de s’emmêler entre eux – frôlaient ses mollets. Ils s’entrechoquaient légèrement entre eux, résonnant dans un tintement mélodieux. La jeune Orine se concentrait sur le kumihimo qu’elle était en train de réaliser. Cette fois-ci, il s’agissait d’un tissage à seize fils. Il était bien plus complexe que le précédent : elle avait demandé à sa mère de lui apprendre comment intégrer un motif de pointe de flèches. Le tout restait encore basique mais la difficulté avait déjà suffisamment crû pour forcer l’apprentie à ne pas relâcher son attention durant toute la durée du cycle. Si elle s’arrêtait, elle perdait systématiquement le compte et devait demander à sa professeure de lui venir en aide. L’élève prenait donc grand soin de faire des pauses régulièrement : elle n’appréciait guère devoir faire intervenir quelqu’un d’autre dans son ouvrage.

La demoiselle observa la configuration des fils sur son support. Si l’on partait du haut, deux fils dorés se croisaient légèrement sur la droite. Puis deux autres fils blancs, deux ocres et deux autres blancs. Le motif était symétrique sur la partie de gauche. Bellone se remit à sa création : elle attrapa les deux fils blancs supérieurs, tira légèrement dessus pour resserrer les liens, puis les croisa au centre, en bas du muradai. Elle récupéra les deux autres fils blancs, les ramena sur la partie supérieure. Les croisements s’enchaînaient, suivaient un ordre, un schéma que l’apprentie avait fini par mémoriser par cœur. La logique était simple : créer un espace pour le remplir par la suite. A nouveau les poids s’entrechoquaient, faisant grimacer l’artiste : en s’appliquant, elle aurait dû réduire les fracas mais plus elle essayait de les éviter, plus elle semblait les cogner les uns aux autres. Elle soupira : pour l’instant, elle ferait mieux de se concentrer sur le tissage en lui-même. L’activité avait quelque chose d’apaisant, de reposant – si l’on oubliait la douleur dans ses bras à force de devoir manipuler les fils et les tama. La répétition devenait rassurante à mesure qu’elle devenait instinctive, comme un mouvement inné – aussi naturel que la respiration ou le battement des paupières. La Hanatsu était encore loin de ce stade mais s’en approchait peu à peu.

A côté de la Blaise, sa mère travaillait sur un takadai : le métier à tisser était imposant, impressionnant. Il y avait là beaucoup plus de fils et, surtout, les motifs créés étaient bien plus complexes. La plus jeune espérait être un jour capable de maîtriser l’Art au même niveau que sa génitrice. Elle avait cependant beaucoup à apprendre d’elle avant de pouvoir convoiter sa place et son talent. « Comment avance ton Obijime ? » demanda l’Orine aguerrie. Sa fille esquissa un sourire sans relever la tête vers elle. « J’aurai bientôt terminé, je pense. La longueur ne tardera pas à être suffisante. » Elle avait passé des heures à tisser, mais la fin approchait enfin. Elle avait hâte de pouvoir l’utiliser pour aller avec son nouveau kimono.

La présence d’une troisième personne tira la plus dissipée de sa concentration. En reconnaissant la Hanatsu qui s’était approchée, son sourire s’élargit davantage. « Bonjour, Wakiya. » la salua-t-elle. A Maëlith, tout le monde se connaissait. Les naissances étaient rares et les filles étaient souvent élevées ensemble : les plus âgées encadraient les plus jeunes. Bellone avait quelques années de plus que la nouvelle venue mais elles s’entendaient bien malgré tout. La brune aimait tout ce qui était atypique et la plus jeune l’était. Son art Divin était unique en son genre – Bellone n’avait en tout cas jamais rien vu de semblable, durant sa courte existence. « Comment vas-tu ? » demanda-t-elle. « Oh, tu es venue chercher les cordes ? » se souvint la tisseuse. Sans attendre la réponse, elle se leva. « Tu tombes à pique, j’ai terminé la dernière hier soir ! » Excitée de pouvoir montrer son travail, la Hanatsu rentra à l’intérieur de sa maison. Elle revint quelques minutes plus tard, ses travaux entre les mains. Elle les tendit à sa camarade, à la fois enjouée et angoissée. « Est-ce que ça te va ? » demanda-t-elle.


Avatar
Avatar d'halloween : Julia Zhuravleva
Ces Liens qui nous unissent | Wakiya & Bellone Walb
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Wakiya
~ Orine ~ Niveau I ~

~ Orine ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 90
◈ YinYanisé(e) le : 29/08/2020
◈ Âme(s) Soeur(s) : Monsieur Hibou ♥
Wakiya
Dim 13 Sep 2020, 23:47

L'ultime lien se noua entre ses doigts, jusqu'à compléter l'objectif. Ses mains tendues en avant, Wakiya observait sa création d'un air minutieux. Cette même tête qu'elle mimait lors de ses plus jeunes années, alors que ses cours finissaient par la mener qu'à une impasse semblant impossible à franchir. La jeune Hanatsu ne souhaitait aucunement masquer ses faiblesses, cette carapace ne servait qu'à démontrer son implication. La mère Sunano finissait par cerner les mimiques de sa progéniture, ni vraiment inquiète, ni réellement exacerbée. Wakiya, malgré son manque de résultats concluants, cherchait de manière constante sa réussite. Ce sentiment d'être enfin acceptée telle qu'elle était.

Surprise, l'adolescente chercha à cacher son œuvre lorsqu'elle remarqua enfin la présence de sa génitrice. Cette dernière lui avait strictement interdit de s'adonner à cet "Art" durant ses périodes de repos. Soi-disant, cela la dissiperait. À vrai dire, il était tout à fait compréhensible d'épargner Wakiya de la sorte. Son Art Divin, qui se révélait chaque jour de plus en plus évident, touchait des codes plus adultes et visait un public plus restreint. Que la petite Orine soit épanouie avec son talent était une chose, que ce dernier serve les intérêts de son futur Maître en était une toute autre. Quel Homme serait assez bon et saisi par son Art ? La mère et la fille n'eurent point encore une profonde discussion à ce sujet, après tout la plus jeune continuait d'apprendre et de se découvrir. Peut-être que ce n'était qu'un passage, une tare de plus à oublier. Même si, pour l'heure, cette forme fibreuse resserrée entre ses mains ne prouvait aucunement son abandon. Abattue, la Hanatsu ne chercha plus à lutter, déjà prise la main dans le sac.


" C'est un Mizuhiki, regarde ! " L'Orine démêla ses doigts pour révéler sa création, consciente que sa mère – quel que soit son opinion – ne la dénigrerait pas.

Le Mizuhiki était un nœud traditionnel, dont on se servait pour sceller les missives ou agrémentés d'autres mots officiels. S'ils ne servaient guère au sein du village de Maëlith, les étrangers trouvaient cette attention intéressante, esthétique. Ces nœuds pouvaient revêtir bien des formes et bien des couleurs, que les Orines pouvaient justement modeler selon les coutumes locales. Pourtant, c'était bien plus l'exercice et la forme finale qui donnaient à Wakiya l'envie de continuer. Après tout, le Shibari s'en rapprochait plus ou moins, telle une initiation.

" Il est solide, la forme florale est harmonieuse… C'est bien, Wakiya. " Elle sortit un peigne de sa manche – un geste tout à fait banal étant donné son expertise – et lissa la coiffure de sa fille.

" Puis-je voir Bellone ? Je veux le lui donner, pour la remercier d'un service… " Et en moins d'une minute, Wakiya se rendait déjà chez les Blaise. Une impressionnante ouverture d'esprit se transmettait entre les Sunano.

~~~

" Bonjour, Bellone. Bonjour, Sau (Madame) Blaise. " En s'approchant d'elles, Wakiya se pencha suffisamment en avant pour faire preuve de respect aux Blaise qui l'autorisaient à s'immiscer dans leur cocon.

En se redressant, la Sunano se tint bien droite et les mains jointes en avant pour masquer son présent. Souriante, elle s'avança en direction de Bellone et inspecta le muradai. Encore un instrument que la Hanatsu serait bien capable de maîtriser, même si le procédé risquait de l'aider pour parfaire son matériel. En effet, ceci s'avérait être la principale raison de sa venue. Officieusement, Wakiya appréciait la compagnie de sa camarade, la considérant comme l'une de ses aînées les plus proches. De toutes les Orines en apprentissage, Bellone se présentait comme celle lui ayant apporté le plus de soutien.


" Je me porte bien, et toi ? Une œillade en direction du support creux. Tu parviens à t'en sortir ? " Il n'était jamais question que d'elle-même : l'avancée de son amie comptait tout autant dans son cœur.

Lorsque les cordes furent évoquées, les yeux de la Sunano s'abaissèrent un brin, un murmure équivoque confirma l'intuition de la tisseuse. Laissée seule avec la mère Blaise, Wakiya n'osa piper mot ni échanger un regard. Elle ignorait ce que celle-ci pensait de son atypie, surtout que Bellone y était indirectement impliquée. Si cette dernière pût répondre favorablement à sa requête, sans doute n'y voyait-elle pas d'objection ? Wakiya ne préféra pas s'avancer et laissa juste le cours des choses se dérouler.


" Oh. L'adepte du Shibari fixa les fibres maîtrisées par la jeune Blaise. Le tressage était régulier, dépourvu de boursoufflure et de raccord. D'un premier coup d'œil, ce cordage paraissait amplement acceptable. Au toucher et sous pression, il était solide, en tout cas pour ses petites mains. C'est parfait ! Je t'en dirai des nouvelles quand je les aurai préparées et traitées pour… La Sunano mit une main sur sa bouche, la mère de Bellone ne voudrait sûrement pas savoir ce qui était prévu pour ces cordes. Hum hum, tiens, c'est pour toi ! Elle lui offrit le Mizuhiki de ce matin, il se présentait sous la forme d'une fleur, le cordage était teinté d'un bleu foncé avec de légères touches de vert. Je ne sais pas comment je ferais sans toi. Merci. " Parfois, il lui arrivait de penser que la Hanatsu fut la seule à la comprendre.

La matinée ne touchait guère à sa fin, les jeunes filles avaient encore beaucoup de temps pour faire défiler les heures enrichies de connaissances et de pratiques. Pour l'heure, Wakiya avait une idée bien précise en tête. Néanmoins, le fait de voir Bellone en compagnie de sa génitrice, chacune sur leurs instruments respectifs, risquaient de compromettre cette potentielle journée de complicité. Avec le plus de grâce possible et sans doute quelques imperfections maladroites, la Sunano se tourna vers la mère de son amie tout en esquissant une révérence conjuratrice.


" Sau Blaise, Bellone pourra se promener avec moi ? "


1007 mots ~


Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38323-wakiya-sunano#73387
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1952
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Ven 30 Oct 2020, 23:26


Image de Yunjeong



« Oh, comme c’est joli ! » s’exclama la Hanatsu en découvrant le cadeau que lui avait confectionné la plus jeune. La surprise et la joie marquaient ses traits, se mélangeant en une expression confuse : elle ne s’était pas attendue à recevoir un quelconque présent en échange de son travail. A vrai dire, c’était elle qui avait offert ses services, autant pour s’entraîner que pour pouvoir admirer les œuvres de sa camarade. C’était une façon de l’encourager à continuer à entretenir sa particularité, parfois décriée par certaines Orines. L’Art prenait des formes diverses et variées, et si le peuple de Maëlith s’efforçait à en entretenir tous les aspects, certaines disciplines restaient encore peu développées, parfois même critiquées. Ce n’était pas simplement pour se montrer méchante ou médisante : la plupart des peuples extérieurs convergeaient vers certains types d’arts et c’étaient vers ceux-là que l’on poussait les jeunes muses à s’orienter. Bellone n’avait pas éveillé son art divin dans l’un de ces arts atypiques mais elle avait indéniablement développé un attrait pour eux, à tel point qu’elle préférait parfois s’entraîner sur eux plutôt que sur son propre art divin – une conduite que sa mère et professeure se plaisait à lui reprocher. Mais puisqu’elle appréciait tant ces alternatives peu communes, Bellone essayait de montrer son soutien à la novice et de l’encourager, une façon de lui montrer qu’elle aimait ce que la Sunano faisait. La remarque de la plus jeune arracha un sourire attendrit à la plus grande. « Merci à toi ! » répondit-elle avant de se tourner pour montrer l’ouvrage de l’artiste à sa mère.

« Mmh je ne sais pas, Bellone était en train de travailler sur un nouveau projet… » commença madame Blaise en avisant le muradai. Sans grande surprise, cette réticence arracha un froncement de sourcil à l’adolescente, qui désirait évidemment aller passer du temps avec sa camarade. « Il est bientôt terminé ! » protesta-t-elle en arborant une mine implorante. « Et puis, je pourrai m’y remettre et le terminer cette après-midi… Si je range mon matériel dans ma chambre, je saurai m’y remettre sans trop de difficulté ! » assura-t-elle. La Yōenæ inspira grandement tout en détaillant le visage de sa fille, puis celui de leur invité, avant de revenir sur la réincarnation de Feu son Maître. « Bien, mais veille à rentrer pour le déjeuner. » céda-t-elle finalement. Son accord arracha un gloussement à sa fille qui l’enlaça tendrement et déposa un baiser sur sa joue. « Promis ! » assura la musicienne. « Te joindras-tu à nous, Wakiya ? » demanda ensuite la Blaise à la jeune Hanatsu, tandis que Bellone rassemblait ses affaires pour aller les déposer dans sa chambre. Durant son absence, la mère interrogea la plus jeune sur ses plans. « As-tu une idée d’où aller vous promener ? » Maëlith ne manquait pas de localisations agréables et inspirantes. « Si Bellone te propose d’aller dans les ruines… je te prie de décliner l’invitation. Elle sait que je n’aime pas l’idée qu’elle s’y rende mais elle te le proposera sans doute quand même. » Un sourire qui semblait presque sincère s’immisça sur le visage apaisant de la muse. Elle connaissait bien sa fille.

« Je suis prête ! On y va ? » Bellone avait rejoint les deux femmes restées à l’extérieur. Elle se plaça naturellement aux côtés de la plus jeune et passa son bras par-dessous le sien. « A tout à l’heure. » « Amusez-vous bien, mais restez prudentes. » se saluèrent-elles – la fille tourna les talons, répondant silencieusement d’un hochement de tête. Ravie, la musicienne avançait d’une démarche sautillante. « J’ai entendu dire que madame Suzumiya était sur le point de donner naissance à sa fille. Elle devrait arriver d’ici quelques jours tout au plus. C’est excitant. » commença-t-elle à discuter d’un air enthousiaste. Elle attendit cependant d’être suffisamment loin pour que sa mère n’entende pas leurs échanges avant d’aborder le sujet qui l’intéressait réellement. « Alors ? Est-ce que tu as pu travailler sur de nouveaux Shibari ? » s’enquit-elle. « Est-ce que tu peux me montrer ? » Elle contenait difficilement l'excitation dans sa voix. « Ou est ce que tu as besoin d'aide pour une nouvelle idée ? Si je peux me rendre utiles, tu sais que c'est avec plaisir que je le ferai ! » C'était sans doute cela qui lui plaisait autant, dans cet art divin : la possibilité de devenir elle même une part de l'art, un morceau de l'oeuvre.


Avatar
Avatar d'halloween : Julia Zhuravleva
Ces Liens qui nous unissent | Wakiya & Bellone Walb
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Wakiya
~ Orine ~ Niveau I ~

~ Orine ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 90
◈ YinYanisé(e) le : 29/08/2020
◈ Âme(s) Soeur(s) : Monsieur Hibou ♥
Wakiya
Mar 05 Jan 2021, 10:29



Un sourire épanoui répondit à la réaction de l’aînée. Wakiya était entièrement confiante lorsqu’elle s’adonnait aux présents, d’autant plus lorsqu’ils provenaient de son Art. La petite ne se risquerait pas à froisser ou embarrasser qui que ce soit, elle savait simplement par quel lien tirer pour rapprocher les gens ; c’était comme instinctif chez elle. Une évidence naissait entre les deux enfants pour une raison bien précise : Bellone était une vraie source d’énergie, quasiment inépuisable, à l’opposé de Wakiya qui paraissait plus réservée et calme. Ainsi, vous le saviez très bien, les opposés s’attiraient. De là découlait leur amitié, mais ce serait éludé la curiosité et la complicité communes des deux filles, grâce auxquelles elles purent se rapprocher au fil des années.

L’enthousiasme de la Sunano se confronta à l’incertitude de la mère, ce que la première pouvait comprendre. Malgré tout, Bellone n’était pas quelqu’un qui se laissait faire facilement. Wakiya ne s’interposa pas – ce serait bien trop impoli de sa part – sa jovialité revenant au galop lorsque son amie réussit à lui faire entendre raison. Ni une ni deux, telle une Bouscarle chanteuse, la Hanatsu s’activait pour se préparer à la prétendue ballade.


" Euh… Les yeux de Wawa s’abaissèrent, son pied droit jouant de douces rotations pour trahir sa réflexion. Finalement, elle releva le regard sur Sau Blaise, droite comme toujours. Je demanderai l’autorisation à Masutā (Mère). Elle ne savait pas trop si les deux Orines s’entendaient bien ; il lui était arrivé de les voir discuter ensemble, guère plus. Peut-être que ce déjeuner finira à quatre ? Oui, aux jardins à côté ! Qui n’étaient pas très loin de la maison des Sunano. Je comprends… Les ruines de Feu la Capitale… Les deux petites n’y étaient encore jamais allées, toutefois cet endroit continuait d’égayer leurs conversations gorgées de fantasmes et de désirs d’aventures. Toute joyeuse, Wakiya laissa Bellone se rapprocher et esquissa un ersatz de révérence en baissant la tête. Merci, Sau Blaise. "

Voici le début d’une exquise journée. En compagnie de la Blaise, Wakiya se sentait plus épanouie. Il lui devenait inutile de se soucier du regard des autres vis-à-vis de son Art atypique ; car, avec Bellone, tout le contraire s’opérait. Ce n’était point de la curiosité morbide mais un réel souhait de comprendre et d’en partie toucher du doigt l’expérience de la plus jeune. Silencieuse, la Sunano hocha doucement de la tête aux commérages de son amie. Elle ne la connaissait que trop bien pour savoir que ce n’était qu’une diversion pour attendrir les méfiances de sa génitrice. Cela la faisait sourire, Bellone était si machiavélique ! Hors de la toile, cette dernière n’attendit pas une seconde de plus pour s’enquérir de Wakiya, celle-ci rit brièvement en contenant très mal ses joues empourprées. D’une voix basse, l’apprentie du Shibari rapprocha son visage, pour commérer avec une discrétion on ne peut plus palpable.

" Sau Isako m’a laissée quelques mannequins sur lesquels m’entraîner. Elle se gratta du bout de l’ongle la joue. J’ai dû l’aider à nettoyer son gigantesque atelier en échange mais ça valait le coup ! Même si leurs morphologies sont trop similaires, c’est mieux que de tester sur des coussins… Le principal souci étant qu’aucun cobaye humain ne lui était accessible. Évidemment, Bellone n’attendait qu’à voir de ses propres yeux. Bien sûr ! J’ai réussi une expérience hier, c’est… enfin, tu verras ! La proposition la surprit. Euh… Hmm… Je ne sais pas encore mais… Oh, je sais ! Elle lui prit la main, tout en demeurant discrète. On va aller dans ma chambre ! Masutā est encore à la maison, on va passer par le "tu-sais-quoi", hihi. " Qui serait surpris de savoir qu’elles n’iraient pas aux jardins, sincèrement ?

Le « tu-sais-quoi » n’était nul autre qu’un passage secret permettant de s’infiltrer dans l’arrière-cour de la demeure des Sunano. Ce stratagème consistait tout bonnement à contourner l’entrée en longeant le muret jusqu’à atterrir vers la haie. Dans un coin très précis, la clôture végétale était plus malléable et moins hermétique ; grâce à leurs petits gabarits, les filles pouvaient se faufiler par le passage en libérant un peu plus avec leurs mimines. Ce n’était pas la première fois que les deux Hanatsu empruntaient ce chemin, au point d’en devenir leur secret. Il ne le sera plus le jour où la mère de Wakiya se rendra compte du défaut et finira par le combler ; jusque-là, autant en profiter !

D’un geste de l’index sur les lèvres, la capitaine de cette intrusion invita sa camarade à s’engouffrer dans les jardins Sunano en silence. Même si, comme à chaque fois, difficile de retenir son hilarité. À pas de loup, les jeunes filles suivirent l’itinéraire habituelle jusqu’à l’antre de Wakiya – à l’étage – en passant par le salon. D’ici, on pouvait entendre la maîtresse des lieux fredonner dans une pièce avoisinante. Le moment parfait pour vite déguerpir ! Leurs pas feutrés les amenèrent enfin à destination, Wakiya refermant derrière elle, avec une douceur exagérée, le shoji.


" Mission accomplie. " Sur un ton plutôt posé, la Hanatsu démontrait qu’elles devraient, par précaution, rester discrètes.

En elle-même, la chambre ressemblait à n’importe quel autre cocon de jeune Orine, d’une certaine banalité. À l’exception près des différents nœuds et autres confections à base de cordes qui traînaient par-ci, par-là. Sans dire un mot, Wakiya déposa les cordes de Bellone sur un meuble et, de suite, alla fouiner au fond de son placard pour extirper l’un de ces fameux mannequins. À vrai dire, Isako était expérimentée dans l’Art de la couture, ainsi lui avait-elle cédée trois de ses outils de travail. L’unique inconvénient de ces derniers étant qu’ils ne représentaient que le tronc humain, sans bras, sans jambes, sans tête ; de plus, uniquement féminins. Les possibilités de Shibari s’avéraient alors limitées.


" Regarde, c’est un Shinju. Elle déposa le mannequin au centre de la pièce. C’est un harnais de poitrine. Dit-elle avec évidence, Bellone pouvait très bien le voir. Il n’est pas parfait, mais… je l’aime bien… " Elle savait que son amie ne tardera pas à exprimer son avis, alors Wakiya l’attendit avec attention. De toute manière, c’était précisément ce que l’artiste souhaitait : un retour.


1085 mots ~


Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38323-wakiya-sunano#73387
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1952
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Lun 24 Mai 2021, 12:46


Image de Yunjeong


« Oh, c'est super ça ! » se réjouit Bellone face à la nouvelle de sa camarade. L'attrait artistique de la plus jeune n'étant pas apprécié de toutes, la Blaise se doutait qu'elle devait souvent recourir à des moyens détournés pour parvenir à s'entraîner et exercer sa passion. La brune trouvait cela dommage et ne pouvait qu'encourager son amie pour que celle-ci développa son talent en cachette. Elle s'enthousiasmait de toutes ses petites réussites, qu'il s'agisse d'une nouvelle oeuvre ou, comme ici, de l'acquisition d'un nouveau modèle. « J'ai hâte de voir ce que tu en as fait ! » enchaîna la Hanatsu dès que sa camarade lui annonça qu'elle s'était déjà mise au travail, sa mine enjouée se barrant d'un sourire enthousiaste. « D'accord, allons-y ! » Il y avait dans sa voix de l'excitation difficilement contenue. Ces semblant d'effractions lui donnaient un sentiment grisant, l'impression de braver l'interdit. Bien sûr, dans ce petit coin de paradis reculé, dans ce cocon sécurisant, elle ne risquait rien. Une réprimande de la mère de son amie, tout au plus, mais puisqu'elle ne connaissait rien de plus tumultueux, cela suffisait à lui donner des airs d'aventurière - comme ceux des héroïnes dont les contes parlaient. Le frisson fictif d'un danger imaginaire, mais suffisant pour faire frémir son âme innocente. Tout du long de leur escapade, la plus âgée suivi son amie, retenant de peu les éclats de rire malicieux qui menaçaient de percer le silence. Elle ne s'autorisa à exprimer son excitation qu'une fois dans la chambre, avec une retenue tout de même, pour ne pas ruiner tous leurs efforts.

Comme à chaque fois qu'elle entrait dans la chambre de Wakiya, Bellone s'extasia devant les créations de la jeune artiste. Elle observait avec convoitise les nouveaux nœuds, admirant le travail et essayant de décoder la technique - sans y parvenir, bien souvent, car la complexité de la profession ne dévoilait pas ses secrets d'un seul coup d'oeil : il fallait de la pratique et une certaine connaissance pour pouvoir maîtriser cet art. Cette difficulté rendait la réussite de la jeune Hanatsu plus impressionnante encore aux yeux de la Blaise.

Bellone s'approcha du mannequin que lui montrait la Sunano. « Trop bien ! » s'exclama-t-elle en chuchotant pour ne pas faire trop de bruit. La jeune femme s'assit sur le sol puis s'empara du buste pour analyser le travail de sa camarade. Curieuse, elle suivit le contour des lignes, essayant de retracer les parcours des cordes. « Shinju... » répéta-t-elle dans un souffle, comme pour s'imprégner davantage de ce que lui livrait la maîtresse des cordes. « C'est beau, j'aime beaucoup ! » commenta-t-elle dans un premier temps. Car c'était avant tout ce que recherchait la musicienne. Trouver le beau, dans ces liens unissant la Nawashi et son modèle. Les relations qu'elle pouvait apercevoir, qu'elle pouvait créer du néant. « Et puis, ça a l'air confortable. » continua la visiteuse en passant ses doigts sur la poignée nouée au milieu de la poitrine. Discrètement, elle jeta un regard sur sa propre poitrine, bien plus plate que celle du mannequin. Est ce que le résultat serait aussi attrayant, sur son corps à elle ? « Peut-être que c'est un peu serré, par contre. » remarqua-t-elle en essayant de passer son doigt sous le cordage. « Enfin, sur un mannequin, ça n'a pas vraiment d'importance. » souligna-t-elle finalement. La Blaise ne doutait pas que la brune prendrait soin des personnes sur qui elle s'exercerait et veillerait à ne pas les blesser, de quelque façon que ce soit.

La Hanatsu se tourna vers l'experte, une lueur avide dans le regard. « Dis, tu me montres comment on fait ce Shinju ? » demanda-t-elle. Après tout, son amie avait parlé de trois mannequins, en tout. Ça leur en laissait deux de disponibles : l'un pour l'élève, l'autre pour l'enseignante et le dernier comme modèle. « Enfin, sauf si tu voulais travailler sur un autre projet ! » s'inquiéta la musicienne. « Ou bien, t'entraîner sur des mains. » ajouta-t-elle, remarquant enfin qu'il manquait des membres aux cobayes de la jeune Nawashi. « Si tu veux, les miennes sont libres. » fit Bellone avec un sourire narquois, agitant ses doigts devant les yeux de sa camarade.


Avatar
Avatar d'halloween : Julia Zhuravleva
Ces Liens qui nous unissent | Wakiya & Bellone Walb
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Wakiya
~ Orine ~ Niveau I ~

~ Orine ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 90
◈ YinYanisé(e) le : 29/08/2020
◈ Âme(s) Soeur(s) : Monsieur Hibou ♥
Wakiya
Sam 03 Juil 2021, 23:28

Heureuse de sa réussite, Wakiya porta ses mains sur sa crinière d'ébène et se détourna pour masquer sa gêne. Son sourire enfantin trahissait son humeur, mais elle ne s'en formalisait pas le moins du monde. En compagnie de Bellone, la jeune fille se montrait bien plus expressive qu'avec quiconque. Au moins, son amie nota la délicatesse avec laquelle le Shinju fut confectionné. La Sunano bomba le torse à cette remarque : la qualité relevait du talent ! Si son partenaire se sentait tout aussi bien, voire mieux, avec le Shibari, alors la satisfaction revenait à la maîtresse. Wakiya descendit néanmoins de son petit nuage lorsque Bellone signala le serrage à peu de chose près défaillant. Vive comme une luciole, l'Orine se précipita sur le mannequin pour vérifier chaque nœud et passa ses doigts sous le cordage pour vérifier la véracité de cette affirmation. Même si la Blaise cherchait à la rassurer, Wakiya ne s'en contenterait pas. Son Shinju était donc imparfait sur ce point, c'était bon à savoir. Pour la Hanatsu, un avis extérieur s'apparentait à de l'or : il lui était précieux. Après tout, peu de ses semblables toléraient sa pratique… De surcroît sans un mentor, elle ne parviendra pas à s'améliorer aussi vite qu'espérer.

" C'est la torsion censée séparer les sangles de la poitrine qui est mal calibrée… " Marmonna-t-elle en continuant son minutieux examen.

Piquée à vif par la curiosité de Bellone, Wakiya se redressa pour se confronter à la plus singulière des propositions. Bien sûr, c'était une excellente idée ! Non seulement elle pourra initier quelqu'un d'autre au suprême Art du Shibari, et ainsi le populariser à Maëlith, mais cela lui permettra tout autant de réviser les bases. Transmettre son savoir – ne serait-ce qu'en parler – confirmera sa maîtrise. Oh, elle avait hâte ! Elle se sentait si libérée sur le moment qu'elle ne pouvait décemment pas s'arrêter.

Alors qu'elle s'apprêtait à accepter avec entrain, la Sunano se fit dépasser par l'emballement de la Blaise. Pour le pire peut-être, mais surtout pour le meilleur. Un autre projet ? Elle en avait plein ! Pourtant, l'idée de Bellone la séduisit, car les mannequins montraient bien vite leurs limites. Sur des mains… Tentée, elle prit celles de son amie entre les siennes et fit mine de les étudier, un sourire en coin.


" L'une des premières fois où j'ai exercé mon Art, j'ai tenté de lier mes propres mains. Masutā m'a retrouvée en panique, coincée dans ma chambre, avec des nœuds serrés n'importe comment aux poignets. Elles rirent tout bas, la fameuse mère rôdait encore au rez-de-chaussée. Faisons ça : je t'apprends à faire un Shinju et si tu réussis, je te fais l'immense honneur d'attacher tes mains ! " Sur un ton cérémonieux et pédagogique, l'affaire semblait entendue.

L'artiste des cordes fit deux allers-retours pour disposer les mannequins libérés de la moindre emprise, elle les aligna de sorte à pouvoir montrer à Bellone toutes les subtilités de chaque étape. Au centre, le Shinju déjà réalisé leur servira de modèle ; ce qui sera d'ailleurs pratique, car Wakiya pourra lui indiquer via cette illustration où aller, comment y aller, et quelques fois pourquoi. Ce jeu lui plaisait vraiment et estompait petit à petit sa timidité. Après lui avoir offert une corde suffisamment longue et toute prête à l'emploi, la Sunano s'installa en tailleur face à son propre mannequin.


" Tu vas voir, c'est facile ! Bellone savait user de ses doigts, cela représentait un grand avantage pour ce type d'exercice. D'abord, tu places ta corde entre tes doigts comme ça, comme une anse. Et hop, tu l'enroules autour du bas de la poitrine. Bon, là, c'est un peu plus technique, regarde bien mes mains. Suffisamment lente, elle détacha chaque mouvement jusqu'à terminer de serrer la sangle. Vas-y, je te regarde ! Devant la potentielle perdition de son amie, Wakiya ne put retenir un petit rire. Je t'aiderai si besoin, héhé. Hors de question de l'abandonner en si bon chemin ; elles seraient toutes les deux déçues de ne pas parvenir à la fin. Tu vois le cheminement ? On fera la même chose avec une sangle supérieure, au-dessus de la poitrine. Enfin, on finira par une torsion à l'avant et à l'arrière, pour fixer la hauteur des sangles et maintenir leur séparation. Elle se rapprocha pour lui chuchoter, comme une confession honteuse : C'est ma partie préférée. Si tu te débrouilles bien, tu peux faire de belles torsions, de jolies boucles centrales. Pour soutenir son propos, elle montra tout bonnement le modèle de Shinju. Certes, il y avait matière à bonifier, mais le tracé sinueux des liens entre les seins la fascinait. Prête pour la suite ? " Le ton de défi était volontaire : Wakiya voulait voir Bellone comme sa meilleure et unique élève.


828 mots ~


Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38323-wakiya-sunano#73387
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1952
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Sam 31 Juil 2021, 22:14


Image de Yunjeong


Bellone ria à l'anecdote racontée par sa camarade. Elle pouvait imaginer sans difficulté la scène, sa camarade emmêlée dans son propre chef d'oeuvre. Il paraissait difficile de pouvoir s'exercer sur son propre corps. Utiliser un mannequin, qui restait statique et sur qui ne se posait pas les questions des tensions trop douloureuses, était un acte complexe. Réaliser ces prouesses sur soi-même paraissait presque inimaginable à la novice. Du moins, elle concevait davantage la finalité relatée par la Suzano plutôt qu'une réussite. Elle se savait en être incapable, en tout cas. Peut-être la tâche aurait-elle été moins obscure si elle s'était appliquée sur une autre partie de son corps, mais la néophyte s'y connaissait trop peu pour envisager ce genre de tissage, pourtant pas moins populaire auprès de celles et ceux s'adonnant à cet Art. Le mannequin qu'elle avait sous les yeux s'arrêtait au buste et aux bras : dans son esprit, il s'agissait donc des seuls endroits où pouvaient s'effectuer les cordages. « Elle a dû faire une drôle de tête en te voyant dans cet état ! » murmura la brunette, passant une main devant ses lèvres comme pour retenir un rire trop bruyant et dérangeant qui aurait pu révéler leur présence à la plus âgée. L'invitée avait conscience du regard que portait leur paire sur l'Art de Wakiya, et découvrir sa fille dans une telle configuration avait sans doute autant affolé qu'exaspérer Dame Suzano.

« D'accord ! » accepta Bellone sans une once d'hésitation. Le marché lui paraissait correct. Et puis, même si elle n'en ressortait pas gagnante, elle aurait au moins eu l'opportunité d'apprendre quelque chose de sa cadette et, surtout, d'avoir pu passer un bon moment en sa compagnie. L'adolescente agita ses doigts, comme pour les échauffer. Elle ressentait encore la prise ferme mais douce de l'experte. Elle était contente de voir que sa camarade l'envisageait comme un mannequin potentiel pour ses attaches. « Alors, par quoi commence-t-on, Professeur Wakiya ? » demanda l'élève avec une pointe d'excitation mal contenue dans la voix. Elle gigota sur ses jambes pour se mettre dans une position plus confortable - elle ne voulait pas risquer de se laisser distraire par un défaut de concentration aussi idiot que celui-ci.

« Avec toi pour m'aider, ça ne pourra être que facile ! » confirma la plus âgée. Elle avait une totale confiance envers sa professeure, aussi bien pour la guider que pour s'assurer de ne pas la laisser tomber. Les paroles de son hôte ne firent que la rassurer davantage. « D'accord, alors... Comme ça ? » demanda, incertaine, la débutante, tout en suivant les directives de la plus jeune. Ce n'était pas si simple que ça. Même si les mannequins n'opposaient aucune résistance, ils ne pouvaient pas non plus les aider en levant un bras ou en maintenant les cordes en place. Et puis, il fallait parvenir à passer à la fois à l'avant et à l'arrière du support humanoïde, ce qui posait parfois quelques difficultés à la novice. « Prête ! Si j'ai réussi jusque là, je suppose que je peux parvenir à faire la même chose plus haut ! » déclara avec entrain la demoiselle, esquissant un sourire complice en réponse à celui de sa mentor. Elle était d'autant plus emballée par l'enthousiasme que montrait sa camarade. Son envie de réussir n'en était que plus grande encore. « C'est vrai que ça peut être très joli, ce motif au milieu de la poitrine. Mais moi, j'aime beaucoup les nœuds qu'on a fait à l'arrière. » commenta la Blaise tout en essayant de reproduire les gestes de son modèle. Trois boucles qui, dans son esprit candide et immature, pouvait représenter le lien unissant l'Orine liée à son Aisuru, ainsi que Mère Nature, accordant sa bénédiction à une telle union... Bellone aimait réfléchir à ce genre de significations cachées que pouvaient contenir les Shibari. Bien sûr, chacun pouvait voir un sens différent au milieu des cordages. Les siens étaient toujours portés sur les liens unissant deux êtres l'un à l'autre - sans doute parce qu'elle était bercée depuis sa plus tendre enfance des histoires et de la mythologie sur le Lien ultime pour leur peuple.

« Comment fais-tu pour créer ces motifs ? Est ce qu'il y a des règles ou inventes-tu tout simplement au fur et à mesure ? Est ce que tu as déjà réussi à trouver des explications dans un livre, peut-être ? Un guide que quelqu'un aurait rapporté de l'extérieur ? » Elle ne savait pas comment avait pu venir cette passion pour le Shibari à sa camarade et elle avait soudainement envie d'en savoir plus sur l'origine de cet attrait peu commun.
805 mots


Avatar
Avatar d'halloween : Julia Zhuravleva
Ces Liens qui nous unissent | Wakiya & Bellone Walb
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Ces Liens qui nous unissent | Wakiya & Bellone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q] - Le chant des baleines nous appelle | Wakiya
» « La mort est douce : elle nous délivre de la pensée de la mort. Même si au fond, nous ne l'avons jamais avoué nous-même » (Pv Vanille)
» Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre nous du mal [PV Heatosse] [Abandonné]
» Event Août 2015 | Groupe VII | Tu n'as qu'un Destin, laisse-nous t'y conduire, toi qui nous a volé.
» Dès que les vents tourneront, nous nous en allerons..[Quête - pv Lhyæræ]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres d'émeraude :: Maëlith-