Le deal à ne pas rater :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur Moulinex Companion ...
600 €
Voir le deal

Partagez
 

 Oups ... Qu'est que c'est que ça ? | Léandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Ven 10 Avr 2020, 12:05

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 12
- Charisme : 4
- Intelligence : 7
- Magie : 8

Physique : Il est grand, musclé et porte souvent une arme dans son dos. Il est habillé comme un chevalier avec un cote de maille, un casque et des protections sur l'ensemble de son corps. Il est beaucoup s'habiller ainsi, car il se sent en sécurité et cela lui promet une bonne protection contre des attaques surprises. Il porte une sacoche sur le cote droit, où il transporte de la nourriture et de l'eau pour ses longs voyages dans les contrées.

Pouvoirs :
- Qyndily Mantris - Deck [Feu]
- Qyndily Aenör - Ramaw [Foudre]
- Insensibilité à la magie noire et blanche
- Superforce
- Vision Nocturne
- Traverser la matière
- Soigner le poison

Armes / Armures  :
- Une armure avec le pouvoir de Soigner les blessures
- Une Cimeterre
- Une arbalète de poing



Aujourd'hui était un jour spécial pour Dragon. Son maître lui avait donné une mission assez important. Enfin, le mot "important" était différent de Dragon que de son maître. Ce dernier lui avait demandé de surveiller les écuyers pendant leur ronde dans les Terres d'Emeraude. L'Ordre d'Hébé passait leur grand temps dans cette région du moment. Le petit groupe de cinq écuyers devait assurer les habitants de ces terres. La région était magnifique et tellement paisible. Dragon se voyait bien vivre dans ces terres tranquilles et protéger par les chevaliers de l'Ordre. Cela lui changeait des traques ainsi que de la violence qu'il avait vécu sur Aeden. Ce dernier n'était pas prêt de revenir dans sa région natale... Il n'en avait pas envie, surtout que sa famille n'avait jamais essayé de le retrouver dans ce vaste monde. Le jeune homme haussa les épaules doucement, avant d'avoir une petite pensée pour sa petite sœur. Il priait chaque jour pour qu'elle soit toujours en vie et qu'elle soit quelque part en forme dans ce monde. Un jour, il irait la retrouver, mais pour l'instant, il devait devenir plus fort et plus intègre dans l'Ordre.

Aujourd'hui, c'était un nouvel obstacle. Cette mission devait prouver à son maître qu'il était prêt à passer un nouveau cap dans sa vie. "Alors comme ça, Maître Enrik t'a demandé nous surveiller. Nous voyons bien qu'il te donne plus de responsabilités que nous, mais il est bien plus sévère avec toi. J'espère que tu arrives à t'en sortir quand même bien." - "Oui, Dragon ! Depuis que tu es revenue de cette île sanglante, il t’entraîne énormément sur la magie de race." - " Juste que je n'aime pas beaucoup l'utiliser, car cela me fait remonter des souvenirs que j'aimerais bien oublier avec le temps." - " C'est quelque chose qu'il ne pourra jamais se réaliser, tu le sais au moins ?" - " Oui, j'en suis parfaitement conscience..." Dragon fronça les sourcils et il espérait que ces mauvais souvenirs pourraient s'atténuer avec le temps. "On dit que le temps peut résoudre tous les problèmes et les maux du coeur." - " Le temps ne guérit rien du tout... Ce n'est que des foutaises. Si tu as des problèmes, il faut que tu les résolves dans tous les cas." Les autres écuyers se chamaillèrent pour savoir qui avait raison dans ce cas précis. Dragon réfléchit aux paroles de ces camarades, et comprit qu'il ne pourrait pas fuir toute sa vie. "Calmez-vous ! Soyez concentré au lieu de me donner des conseils. Nous sommes en mission !" Les hommes s'arrêtèrent de parler et marchèrent ensemble dans les chemins de poussière. Dragon ouvrit la marche en tant que leader. Ils marchèrent sous le soleil brûlant, avec une faible brise sur les terres de fleurs. Le jeune homme resta sur ses gardes, même si les étrangers n'étaient pas trop présents.

Le Lyrienn croisa la route de plusieurs marchands qui se rendraient à Stenfek. Ces marchands avaient de grandes caravanes. Dragon fit arrêter les marchands pour sécuriser les chariots, et voir ce qu'ils vendaient. L'Ordre d'Hébé devait sécuriser toute chose qui passait dans ces terres. "Nous faisons un contrôle de marchandise. Veuillez patienter, s'il vous plaît." Dragon se tourna vers les autres écuyers. "Allez vérifier leur contenu de chariots rapidement. Vérifier s'il n'y a pas de vols de mines..." Les hommes se lancèrent et fouillèrent discrètement et en silence les chariots pendant que Dragon discutait avec les transporteurs. "Je sais que cela vous fait perdre du temps, mais il faut comprendre que nous sommes présents pour éviter les problèmes dans les Terres d'Emeraude." Les hommes comprirent et attendirent une bonne dizaine de minutes. Une fois finis, les transporteurs se reprirent leur chemin. "Il n'y avait rien de problématique." - "Très bien ! Merci bien !" Puis, Dragon remarqua une dague par terre... "Mince, ils ont oublié un objet important, on dirait." Ce dernier ramassa la dague en or et en émeraude. Elle était vraiment belle, de très bonne qualité. Une personne avait mis des jours à la réaliser. Les chariots étaient déjà bien loin, il était impossible de les rattraper. Tant pis. "Bon, il va falloir la ramener au campement pour les objets perdus. Nous ne pouvons pas la garder pour nous..."


HS:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 12 Avr 2020, 01:04




Oups...

Qu'est-ce que c'est que ça ?



Partenaire : Dragon Blaise
Intrigue/Objectif : Après plusieurs semaines enfermées à l'intérieur de son habitacle, Léandra trouve enfin un maître. Le problème ? Il n'est pas très à l'aise avec tout ce que la Génie peut faire pour lui.

Vocalises de Léandra (Vocal Study 1 - Brina Palencia]




J’arpentais les galeries intérieures du somptueux palais qui me servait de geôle. La luminosité des lieux se colorait d’une teinte orangée à mesure que le soleil décroissait dans le ciel. Bientôt, les premières étoiles prendraient leur place dans la voûte céleste, sculptant des constellations aussi fantasques que radieuses, accompagnée d’une lune pleine et ronde. Chaque jour, ce spectacle s’offrait à moi, comme une scène parfaite dont j’étais la seule à pouvoir jouir. Mes pas m’amenaient vers la cour extérieure et ses bassins d’un bleu azuré. C’était l’un de mes lieux préférés de ce monde illusoire. Je m’assis sur le tapis et calai mon dos contre les coussins, face deux arcs outrepassés qui menaient au promenoir. Il me restait encore quelques heures avant que le firmament soit à son zénith, aussi profitai-je de ce moment de calme pour fredonner quelques arpèges et développer ma puissance vocale.

Je chérissais ces instants autant que je les redoutais. Tout était tellement parfait – du moins en apparence. Je ne profitais que de manière très succincte de ce qui m’était offert. Certes, le lieu était magnifique et paisible, sa beauté surpassant tout ce qui m’avait été donné de côtoyer durant ma mortalité. Il semblait même combler tous mes désirs en m’apportant le nécessaire pour vaquer à mes principales occupations alors que je n’avais pas encore pris le temps de le visiter de fond en comble. Et pourtant, à peine atteignais-je cet endroit qu’un profond malaise m’éprenais. Mais la malédiction ne se limite pas à cela. La turpitude de cette condition est de ne pouvoir s’évader que pour quelques brefs instants, de ne pouvoir ôter ce poids qui oppresse notre poitrine que pour un laps de temps si court que notre corps n’a presque pas le temps de s’y habituer. Les chaînes de l’asservissement sont tellement puissantes, qu’elles nous brisent de l’intérieur. Elles nous offrent un bonheur chimérique en contrepartie de souffrances réelles. Mais il semble que certains des miens aient réussi à atténuer les symptômes de ce mal, parvenant même à retrouver des sens perdus ; le chemin est long mais c’est celui que j’ai décidé d’emprunter le jour où j’ai formulé ce vœu, du moins j’imagine.

Soudain, mon corps fut secoué de violents soubresauts. Je sentais la magie devenir plus intense, plus palpable. Des chaînes invisibles se saisirent de mon être et me tirèrent en arrière jusqu’à l’entrée, m’intimant de quitter les lieux. Il était inutile de lutter, je me devais de rejoindre le monde matériel et de tenir le rôle qui était désormais le mien.

Je m’échappais de la dague en une épaisse fumée noire, entourant de mon aura glacée la main de mon nouveau propriétaire. Quelques secondes plus tard, je me déplaçais à quelques mètres de lui. Comme un nuage en plein orage, mon essence fût transpercée d’éclairs bleutés qui m’attirèrent à eux dans une forme vaguement humanoïde. Un vif halo bleuté me traversa et la fumée noire disparut, découvrant mon corps, : celui d’une jeune femme d’une vingtaine d’années, à la peau nacrée et aux longs cheveux corbeaux.

Je regardai autour de moi d’un air feignant l’effarouchement. Je me trouvais toujours dans les Terres d’émeraude, à côté des champs de fleurs bariolées que je contemplais quelques heures auparavant. L’homme que j’allais servir semblait avoir une trentaine d’années, peut-être un peu moins. Il était plutôt grand, me dépassant d’une bonne tête. Son corps semblait fort et robuste. Il était vêtu d’une cotte de mailles renforcée çà et là par d’épaisses plaques de métal. Derrière lui, d’autres soldats moins bien équipés observaient la scène.  

Lentement, je m’avançai vers mon maître dans une démarche presque aérienne, mon regard céruléen planté dans le vert de ses yeux. Mes joues s’empourprèrent tandis que je lui offrais un sourire timide. Je me plantai à quelques centimètres de son visage et me penchai à son oreille pour lui susurrer un mélodique « je suis à vous », avant de glisser langoureusement à ses genoux, tête baissée. A peine fus-je à ses pieds que je me présentai à lui d’une voix douce et harmonieuse.

« C’est un plaisir de faire votre rencontre, Révéré Maître. Je me nomme Shalendra et, par votre contact, vous m’avez appelé auprès de vous. Ainsi, en gage de ma gratitude, je m’engage à réaliser trois de vos souhaits. Demandez et j’exaucerai. Mais attention, choisissez bien. Vous n’aurez droit qu’à trois vœux, pas un de plus, après quoi notre lien se brisera. Je resterai avec vous durant tout le temps de notre union. Sachez que je suis votre propriété, mon corps tout entier vous appartient. »

J’espérais que ma mise en scène lui avait plu. Je relevai lentement la tête et levait les yeux vers son visage. Dans cette position, la légère échancrure de ma robe azurée lui offrait tout le loisir d’observer ma poitrine rebondie. Je me mordis la lèvre inférieure en signe de nervosité, attendant ses réactions.


HS:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 16 Avr 2020, 11:47

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 12
- Charisme : 4
- Intelligence : 7
- Magie : 8

Physique : Il est grand, musclé et porte souvent une arme dans son dos. Il est habillé comme un chevalier avec un cote de maille, un casque et des protections sur l'ensemble de son corps. Il est beaucoup s'habiller ainsi, car il se sent en sécurité et cela lui promet une bonne protection contre des attaques surprises. Il porte une sacoche sur le cote droit, où il transporte de la nourriture et de l'eau pour ses longs voyages dans les contrées.

Pouvoirs :
- Qyndily Mantris - Deck [Feu]
- Qyndily Aenör - Ramaw [Foudre]
- Insensibilité à la magie noire et blanche
- Superforce
- Vision Nocturne
- Traverser la matière
- Soigner le poison

Armes / Armures  :
- Une armure avec le pouvoir de Soigner les blessures
- Une Cimeterre
- Une arbalète de poing



"Oh Bordel ! Dragon, je crois que tu as fait une bêtise..." - " Mais qu'est que tu as fait ? Le maître va encore nous donner des punitions physiques..." - "Calmez-vous, cela ne doit pas être si dramatique... Cela me rappelle quelque chose." Une grande fumée noire sortit de la lame et un corps se dessina à quelques mètres de lui. Il avait déjà rencontré ce genre de chose, il y avait quelques années, alors qu'il n'était qu'un étudiant à Basphel. Dans la grande bibliothèque de cette école, Dragon avait trouvé un livre à la couleur sale et peu recommandé. Le jeune homme l'avait touché et s'était retrouvé en face d'une jeune femme magnifique. Au début, Dragon n'avait pas compris ce qu'il s'était passé, mais la jeune femme lui raconta qu'elle était un génie. Cette dernière lui avait expliqué qu'elle pouvait réaliser trois petits voeux, mais malheureusement, elle n'avait pas eu l’occasion de me les faire. Elle se dématérialisa aussitôt et son livre fut inerte. Ce fut une rencontre assez courte. C'était la première fois qu'il rencontrait une race assez mystérieux. Mais Dragon n'avait pas eu plus d'informations concernant les génies...

Aujourd'hui, était-ce un génie ? La jeune femme apparut dans une fumée grise avec des éclairs bleutés. C'était une entrée en scène assez magistrale. Le jeune homme n'avait pas l'habitude de voir ce genre de spectacle en tant qu'écuyer. Elle s'avança vers Dragon. "Cela sent vraiment mauvais ! Je n'ai pas envie de mourir maintenant. Fais quelque chose !" - " Elle ne nous a pas attaquées ! Alors que je ne ferai rien, si elle ne me fait rien. Attendons pour voir." Les écuyers semblaient dans l'angoisse d'avoir des problèmes avec cette personne bizarre et sortit de nulle part. Cette personne s'avança de près du visage de Dragon, jusqu'à lui chuchotait quelque chose dans son oreille, comme un murmure. Elle lui disait qu'elle était à lui. Le jeune homme rougit aussitôt ! Il n'avait pas l'habitude qu'on lui parle ainsi. Puis, elle se mit à genoux devant lui, comme si elle offrait sa vie et son allégeance. Il n'avait pas vraiment l'habitude qu'une personne inconnue fasse ce genre de chose. Il n'avait qu'une envie, c'était de la relever pour qu'elle soit en position d'égalité avec lui. La jeune femme lui fit un monologue afin de se présenter et lui dire ce qu'elle pouvait faire pour lui. Dragon avait vu juste ! C'était bien un génie ! "Ah je me disais bien que je connaissais ce mode de procédé." - "Tu sais qui est elle ?" - " En gros, oui." - "Oh, chouette, tu as le droit d'avoir des vœux de fous !"

Dragon prit les mains de la jeune femme pour la relever afin qu'elle soit en face du jeune homme. "Allons, ne parlez pas ainsi ! Je ne suis pas très à l'aise maintenant. Je n'ai pas forcément d'idées pour le moment. Sinon, je suis Dragon Blaise, je suis un écuyer au sein de l'Ordre d'Hébé. Ravi de vous rencontrer. J'avais déjà rencontré une personne comme vous, il y a plus d'une dizaine d'années maintenant. Vous vous faites rare en ce moment." Le Lyrienn souffla doucement tout en regardant le génie. Franchement, il n'avait pas trop envie qu'une personne exauce ces vœux. " Tu es sur Dragon que tu ne veux pas avoir trois vœux. Tu pourrais avoir la richesse à vie, l'immortalité ou bien être plus puissant !" - " Il a raison ! Et si tu ne veux pas de ces vœux, nous pourrons les prendre à ta place. " - " Je ne suis pas sûr que cela marcha ainsi. Et je préfère vivre ma vie comme je l'entends, d'évoluer comme je le souhaite et ne veux pas devenir immortelle, sinon la vie n'aura pas de sens." Dragon se tourna vers le génie avant une intense réflexion : "Dis-moi que tu peux réaliser pour ma personne ? Je peux demander tout et n'importe quoi sans contrepartie ? Je suis bien curieuse de savoir ce que tu peux faire..." Le jeune homme avait besoin de précision concernant les vœux pour savoir s'il devait lui faire ces vœux ou non. Le Lyrienn ne voulait pas avoir de problèmes ou bien avoir des conséquences inattendues...


HS:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 16 Avr 2020, 18:42




Oups...

Qu'est-ce que c'est que ça ?


Je l’entendis marmonner quelques mots à ses compagnons qui semblèrent se calmer un peu. Ma soudaine apparition semblait leur avoir causer une certaine inquiétude à bien des égards. Et pourtant, leurs esprits simplets m’avaient accepté sans me prêter d’autres attentions que celles que je leur avais évoquées. Ils ne faisaient preuve d’aucun discernement ; sans me connaître, ils m’auraient dévoilé les plus intimes de leurs rêves. J’aurai tellement préféré être l’esclave de l’un d’entre eux, le jeu aurait été plus facile.

De son côté, le prénommé Dragon auquel j’avais prêté allégeance se montrait plus vigilant. Il semblait gêné de me voir ainsi à son service – peut être aurais-je dû m’y prendre autrement, ne pas miser sur le scénario typique de la jeune fille maudite. Mais son accoutrement de chevalier m’avait convaincu que c’était le bon angle d’attaque ; après tout, n’était-ce pas leur rôle de voler au secours des dames en détresse ?

Mon cœur rata un battement et je me figeai sur place à l’évocation de sa rencontre avec l’une de mes congénères. S’était-il déjà fait abusé ? Si tel était le cas, il y avait de fortes chances que je regrette amèrement cette apparition. Je chassai cette idée de ma tête pour me concentrer sur l’instant présent ; de toute façon, je ne pouvais défaire ce qui avait été fait. Je me composai un sourire timide et pris garde à ne pas le regarder directement ; je voulais qu’il réalise à quel point je lui serais docile. Même l’insistance de ses compagnons n’arrivaient pas à le faire céder à mes avances ; il refusait catégoriquement de céder à la tentation. Pourtant, si je m’étais ainsi éveillée, c’est que son cœur contenait bel et bien un désir à réaliser.

Tandis qu’il essayait de se convaincre qu’il ne souhaitait rien, il me laissait l’occasion de lui proposer monts-et-merveille. Je comptais bien miser sur tous mes talents pour l’appâter.

« Pour tout vous avouer… Je ne suis pas réellement capable de réaliser tout ce que vous pouvez être en mesure de souhaiter… » commençais-je timidement.

Je pris une profonde inspiration – davantage pour l’aspect théâtral que pour combler un quelconque besoin vital – et poursuivis ma tirade.

« Je suis encore assez jeune parmi les membres de ma race – qui sont, comme vous l’avez si sagement perçu, devenus rare sur ces terres. »

Je lâchai ce mensonge afin d’accentuer la valeur que je pouvais représenter à ses yeux ; tout ce qui était rare était convoité, c’était bien connu.

« Ainsi, ma magie ne me permettrait pas de vous rendre immortel – pour reprendre l’exemple que vous avez cité – mais je peux réaliser des choses simples pour vous faciliter la vie.»

Je parlais lentement, essayant de lui expliquer le plus clairement les choses. Je n’avais pas l’intention de lui cacher quoi que ce soit ; de toute façon, je ne serais probablement pas en mesure de le piéger – je n’étais pas assez puissante pour cela, j’en avais bien conscience. Néanmoins, en lui expliquant les termes du contrat et en lui faisant miroiter des gains faciles, je pensais pouvoir l’amener à m’exprimer ses volontés.  

« Dans le cas qui vous intéresse, Révéré Maître Blaise, laissez-moi vous montrer des exemples de ce que je peux réaliser pour vous. »

D’un revers de la main, je balayai ses compagnons pour nous laisser seuls, tous les deux.

« Ne vous inquiétez pas, vous les reverrez très vite et il ne leur arrivera rien, je vous le promets »

En vérité, ils étaient toujours là. J’avais juste lancé un voile de dissimulation afin de masquer leur présence – tant visuelle que sonore.

« Je pourrais vous offrir des armes, de l’or peut-être ? »

Tandis que je parlais, des reflets de lui-même apparurent, portant fièrement les cadeaux que je leur avais faits :

Le premier arborait un cimeterre à la lame finement incurvée. Son pommeau, serti de rubis, représentait une rose, symbole de l’ordre si cher aux yeux de mon maître. Le double avait enfilé la dragonne permettant de lutter contre les manœuvres de désarmement. Enfin, il portait à la ceinture un fourreau gravé des devises de l’organisation.

Le deuxième clone tenait entre ses mains un petit coffre qu’il exhibait à mon maître. A l’intérieur, pièces d’or et pierres précieuses s’entassaient. Ce n’était pas énorme mais cela équivalait sans doute à une année ou deux de travail au sein de la compagnie.

« Je peux vous offrir une courte discussion avec l’au-delà, localiser quelqu’un pour vous – si la personne n’est pas trop loin, je devrais la trouver… »

L’illusion se dissipa et je regardais mes pieds. Je me sentais de plus en plus inutile et impuissante à mesure que je lui proposais mes services.

« Normalement, dans ce monde, tout a un prix et je suis libre de choisir la contrepartie qui m’intéresse… C’est une sorte de contrat que nous passons ensemble mais… »

Mes yeux s’humidifièrent un peu. Pourquoi me sentais-je aussi triste tout à coup ? Etait-ce parce que je me rendais compte de ma propre faiblesse ?

« Il y a des risques que j’échoue à réaliser vos souhaits cher maître. Ainsi, comme c’est la première fois… Je vous fais grâce de la contrepartie… »

Je déglutis difficilement.

« Disons que ça sera pour moi un moyen de m’exercer et que vous serez mon bienfaiteur… Et qui sait ? A force de réaliser vos envies, je serais sans doute plus à même de combler vos désirs les plus fous ! Car chaque souhait me rend un peu plus forte… Et je peux vous en accorder bien plus que trois, si vous m’aidez dans cette quête… »

Le voile de camouflage se brisa et les compagnons de Dragon réapparurent à ses yeux.



HS:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 09 Mai 2020, 16:50

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 12
- Charisme : 4
- Intelligence : 7
- Magie : 8

Physique : Il est grand, musclé et porte souvent une arme dans son dos. Il est habillé comme un chevalier avec un cote de maille, un casque et des protections sur l'ensemble de son corps. Il est beaucoup s'habiller ainsi, car il se sent en sécurité et cela lui promet une bonne protection contre des attaques surprises. Il porte une sacoche sur le cote droit, où il transporte de la nourriture et de l'eau pour ses longs voyages dans les contrées.

Pouvoirs :
- Qyndily Mantris - Deck [Feu]
- Qyndily Aenör - Ramaw [Foudre]
- Insensibilité à la magie noire et blanche
- Superforce
- Vision Nocturne
- Traverser la matière
- Soigner le poison

Armes / Armures  :
- Une armure avec le pouvoir de Soigner les blessures
- Une Cimeterre
- Une arbalète de poing



Dragon savait très bien que les génies étaient de grands manipulateurs. Après sa rencontre du premier génie, le jeune homme avait eu une drôle de sensation qui lui avait parcouru son être. Il se rendit compte qu'il y avait des personnes tellement mystérieuses qu'il devrait faire attention à toutes les rencontres qu'il ferait à l'avenir. C'était la première fois qu'il discutait avec un génie, mais ce dernier ne lui avait pas fait de vœux, malheureusement. Depuis cette rencontre, il avait essayé d'en savoir plus à travers différents ouvrages. Cependant, il y avait peu d'informations les concernant... Comme si c'était une race qui voulait se cacher aux yeux des autres. Aujourd'hui, il avait de la chance, enfin, il ne savait pas si c'était un signe du Destin ou bien une simple coïncidence. Le jeune homme avait de la chance de rencontrer une seconde fois un génie. Mais cette dernière lui avait bien fait comprendre qu'elle n'était pas puissante, donc elle ne pourrait pas lui donner ce que le Lyrienn voudrait. La jeune femme lui avait bien comprendre qu'elle était jeune dans sa race et qu'elle avait beaucoup de choses à apprendre encore.

Sur ces mots, Dragon comprit qu'il devait faire attention à ce qu'il devait dire devant cette personne. La jeune génie s'approcha doucement vers le jeune homme pour lui montrer ce qu'elle pourrait lui apporter à son échelle. L'ecuyer se laissa faire doucement. Il était curieux de connaître ses pouvoirs en tant que Génie. "Ne m'appelez pas ainsi ! Je n'aime pas ces titres qu'on nous donne comme ça ! Appelez-moi juste Dragon, cela suffira amplement pour l'instant." Il était vrai que le jeune homme ne supporta pas les titres, cela lui rappelait trop sa mère. Oui, sa mère, Alyska, était considérée comme une grande personne dans la race des Lyriens à une certaine époque. Beaucoup de personnes l'appelaient "Esprit élémentaire de la foudre". Mais elle ne s'était jamais occupé de ces enfants, mais toujours la population et son endroit de paix, Extalia. C'était pour cela que Dragon ne voulait pas avoir de titres honorifique. Cela lui avait donné envie de s'énerver contre les personnes ayant un titre.

Puis la jeune génie lui fit voir des choses qu'il pourrait avoir grâce à elle... De L'or, des Armes ayant des images que seul lui pouvait voir. Elle lui proposa aussi une conversation avec une personne morte, une courte discussion. Puis, elle fit disparaître les illusions. "Ah oui, les contreparties. L'autre génie m'en avait parlé. Je comprends le risque et je comprends le fait de ne pas avoir de contrepartie. Mais cela veut dire, que lorsque vous serez puissante, la contrepartie des voeux sera obligatoire ?" Dragon eut le tournis. Il devint blanc car il comprit que les génies n'étaient pas des personnes avec qui on pouvait jouer aisément. Heureusement que le jeune homme n'était pas tombé sur un génie très puissant. Il aurait pu avoir de sérieux problèmes... "J'ai le droit à trois voeux ? Eh bah... Ca va être compliqué ! Je ne suis pas très intelligent, mais je sais ce que je veux dans la vie." Les compagnons essayèrent de comprendre ce qu'il se passait, mais Dragon et la jeune femme étaient leur bulle. "J'ai compris, cela ne me dérange pas de t'aider dans cette phase que tu as." L'écuyer prit le temps pour un premier souhait. Puis, il eut une idée incroyable. "Ah, j'ai trouvé ! Pour le premier voeu, je voudrais que tu me donnes l'emplacement précis où se trouve ma soeur jumelle, Atheria Blaise. C'est un voeu sincère, crois-moi." Dragon tourna autour de la jeune femme pour lui faire comprendre à quel point ce voeu était important pour lui. "Voilà, dix années que je recherche ma sœur dans ce monde, et je n'ai pas encore eu le moindre indice sur sa position. Je n'ai pas réellement le temps de me lancer dans la quête d'information la concernant. Donc, ceci est mon premier souhait pour toi. J'espère que tu pourras me donner ce que je veux." Le jeune homme croisa les doigts pour que ce voeu soit possible pour la génie. Il voulait absolument la retrouver, même si leur destin avait bien changé depuis la guerre.


HS:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 19 Mai 2020, 23:38




Oups...

Qu'est-ce que c'est que ça ?



« Dragon ? Si c’est la dénomination qui vous sied, qu’il en soit ainsi. Néanmoins, cela n’altérera en rien la nature de notre relation ; je vous suis soumise. »

En réalité, s’il existait bien un lien de subordination entre nous, rien ne m’obligeait à respecter ces convenances pompeuses. La servitude me contraignait uniquement à réaliser trois de ses souhaits. Mis à part cela, j’avais toute latitude pour agir comme bon me semblait. Ma condition était très différente de celle de ces pauvres orines dont la destinée était d’assouvir les ordres ridicules d'un misérable oppresseur. A choisir, mon sort était beaucoup plus enviable. D’ailleurs, je ne m’en plaignais pas. La seule problématique qui me tourmentait était ce cruel manque de puissance qui me rendait aussi insignifiante qu’une mouche. Mais cela changerait bientôt, à cet instant, j’en fis le serment.

Des questions. Toujours des questions. Ne pouvait-il pas juste se laisser aller ?  Un sourire gêné accueillit ses paroles pour masquer mon irritation. J’inclinai la tête légèrement sur le côté et attrapai une mèche de cheveux que j’enroulai autour de mon index dans un geste trahissant une innocence faussée.

« En effet. La contrepartie est présente pour rétablir l’équilibre des forces. Vous imaginez bien qu’il pourrait être dangereux de mobiliser une magie aussi puissante sans qu’il n’y ait aucun garde-fou. C’est pourquoi nous sommes contraints de vous réclamer une compensation. Bien évidemment, comme je vous l’ai précisé un peu plus tôt, mes pouvoirs ne sont pas assez importants pour être en mesure de rompre la balance du monde. Ainsi suis-je libre de ne pas appliquer ce principe. »

Ce tissu de mensonges me plaisait. La réalité était bien moins altruiste que ce que je lui laissai paraître, mais il n’avait pas besoin de le savoir. Je préférais qu’il me perçût comme une jeune sotte ouverte et fragile livrant aisément ses secrets. Je voulais qu’il me fît confiance, qu’il abaissât ses défenses ; il ne fallait pas qu’il se méfiât de moi. C’était si difficile de trouver un rêveur assez stupide pour accroître la puissance d’un génie. Maintenant qu’il avait accepté ma proposition, je ne comptais pas le laisser se soustraire à ses nouvelles obligations.

« L’emplacement précis de votre jumelle ? répétai-je avant de prendre quelques secondes de réflexion. Je pense que je devrais être capable de réaliser ce souhait, du moins si elle se trouve sur ce continent. Plus elle sera loin, plus j’aurais de difficulté à la localiser et moins j’aurais de détail à vous communiquer. »

Il n’avait plus qu’à espérer qu’elle ne se trouvât pas à l’autre bout du monde. Je ne lui laissai pas l’occasion de modifier son voeu ; il était déjà suffisamment indécis comme cela. Mon regard azur se plongea dans ses yeux émeraudes. Ma vue se troubla tandis que je fouillai grossièrement sa mémoire à la recherche de souvenirs sur sa soeur disparue. Je ne faisais preuve d’aucune délicatesse et d’aucune discrétion, violant son intimité sans honte. J’étais consciente de mon incapacité à masquer ma présence à son esprit, aussi je ne vis que ce qu’il accepta de me partager.

Atheria Blaise. Une silhouette féminine naquit dans le néant. Il me fallut un instant afin de la distinguer correctement au milieu de cette plaine recouverte d’un épais manteau de glace. Seul son épais manteau noir contrastait dans ce paysage immaculé. Il dessinait les contours d’une carrure bien moins imposante que celle de mon maître. La jeune femme se déplaçait aisément malgré le vent qui lui soufflait au visage, son immense chevelure d’argent flottant gracieusement dans les airs. Il faisait froid. Ses lèvres pales expulsaient régulièrement un nuage de vapeur qui se dispersait aussitôt sous les effets de la brise. Lorsqu’elle releva les yeux, je reconnus ces deux grandes billes vertes qui luisaient au sein de son visage délicat. Leur éclat était identique à ceux de son frère que je n’avais pas arrêté de fixer malgré mon absence. Bien qu’elle possédât des caractéristiques attirantes, aucune beauté ne se dégageait d’elle. Je restai un moment à ses côtés, observant sa progression à travers le désert arctique. Un bref instant, il me sembla apercevoir de fines tâches de rousseur sur ses joues rougies par le froid.

Le lien qui m’unissait à la demoiselle se brisa. Le choc provoqua un instabilité qui perturba mes pouvoirs. Comme altéré par l’écho de ma rêverie, mon apparence vascilla brièvement, empruntant les caractéristiques physiques de la dénommée Atheria. Mes cheveux pâlirent pour revêtir l’éclat de la lune tandis que de petites tâches pigmentées parsemèrent subtilement ma figure. Et mes yeux, d’un bleu envoûtant, se teintèrent de ce vert-pomme si caractéristique. L’instant d’après, le rêve reflua pour présenter la saveur amère de la triste réalité.

« Votre soeur est de ce côté, indiquai-je en pointant une direction avec mon doigt. Elle traverse actuellement un désert polaire. »

Rien dans cette vision ne m’avait indiqué le nom de l’endroit où la jeune femme se trouvait. Pourtant, au fond de moi, je le savais.

« Elle parcoure Le Voile Blanc. »



HS:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 16 Oct 2020, 17:46




Oups...

Qu'est-ce que c'est que ça ?




« Je vois, c’est donc là qu’elle se terre. » se contenta-t-il de répondre.

Je penchai légèrement la tête sur le côté, observant le comportement du soldat. Le coin de ses lèvres s’était relevé pour former un semblant de sourire. Rien dans son comportement ne me laissait croire qu’il put émettre des doutes quant à mon annonce. Après tout, j’aurai très bien pu lui mentir, choisir de citer tout haut une localisation au hasard.

« Vous me croyez ?

— Ne le devrais-je pas ? rétorqua-t-il en fronçant légèrement ses sourcils broussailleux.

— Si, bien sûr mais… commençai-je avec hésitation avant de conclure, vous ne me connaissez pas. »

Dragon croisa ses bras contre sa poitrine. Manifestement, il avait besoin de davantage d’explications. Je soupirai avant de reprendre.

« C’est juste que je me serais attendue à ce que votre premier souhait soit quelque chose que vous seriez à même de vérifier. Or, si j’en crois votre histoire, en dix ans, vous n’avez pas cessé de parcourir le monde à la recherche de votre soeur sans réussir à obtenir le moindre indice quant à sa localisation. Ne pensez-vous pas que j’aurai pu vous dire n’importe quoi ? »

Le jeune homme fit mine de réfléchir.

« C’est vrai, vous auriez pu, déclara-t-il sur un ton solennel

— Mais ?  

— Rien. Je vous fais confiance. »

Je ne pus m’empêcher de lever les yeux au ciel. Cet homme était un idiot, ou trop naïf, ou peut-être les deux. D’un côté, c’était rassurant ; il me serait d’autant plus facile de le berner au moment opportun. Mais en avais-je réellement envie ? Jusqu’à maintenant, il était plutôt sympathique ; il avait même accepté de m’aider à améliorer ma condition. Son seul défaut était son manque d’ambition. Il ne semblait pas très à l’aise de posséder mon pouvoir entre ses mains. J’espérais pouvoir le rallier à ma cause et lui donner envie de m’utiliser davantage.

« Alors Dragon. N’avez-vous aucun autre voeu que je pourrais réaliser pour vous ? »

Je commençai déjà à faiblir. Chaque minute passée à l’extérieur de mon habitacle était éprouvante. Mon énergie fuyait comme le sang s’échappe d’une blessure ouverte. Me maintenir sur ce plan d’existence requerrai une concentration et une volonté de fer. Malheureusement, ce n’était pas suffisant. Je ne voulais pas partir cependant. Pas tant que je n’aurai pas pu combler le deuxième désir de mon maître. Ce dernier était perdu dans ses pensées, cherchant probablement une quelconque demande à formuler.

« Je vous avoue que tout ceci est compliqué pour moi…

— Compliqué ? m'étonnai-je

— Compliqué ? reprirent ses compagnons. Mais enfin ! Tu peux demander tout ce que tu veux. Tu peux être riche. Tu peux être puissant. Tu peux être tout ce que tu as toujours voulu être. Tu peux tout connaître, tout voir, tout savoir ! »

Un simple regard de Dragon suffit à les faire taire. Ils s’écartèrent et reprirent leur tâche. Je supposai - peut-être à tord - qu’il devait être leur chef. Aucun d’eux n’avait encore tenté de me subtiliser à ses mains ; ce qui me parut bien étrange considérant l’entièreté de la situation.

« Comme je le disais, ce n’est pas facile pour moi de pouvoir tout avoir aussi facilement. J’ai appris à me débrouiller par moi-même. Toute ma vie, je l’ai construite à la sueur de mon front. Si j’en suis arrivé là, précisa-t-il en élevant la voix - probablement pour que ses acolytes entendent la teneur de notre conversation -, c’est en travaillant. Tout ce que j’ai, je l’ai mérité. Alors avoir quelqu’un qui débarque pour me proposer monts et merveilles - aussi alléchante soit la proposition - elle me demande réflexion.  

— Je vois…»

La situation ne me convenait pas. Il me faudrait apprendre à lui révéler ses propres désirs, à lui donner envie de rêver et de souhaiter. Malgré toute sa gentillesse, peut-être n’était-il pas un maître qui réussirait à m’élever ? Il me fallait pourtant essayer. Je n’avais pas envie de cracher sur une occasion aussi belle de devenir puissante.

« De toute façon, je vais devoir rentrer me reposer. »

D’un mouvement de la tête, je désignai la dague qu’il tenait en main.

« Essayez de réfléchir à ma proposition. Lorsque je reviendrais, je vous poserai à nouveau la question. Et j’espère que, cette fois, vous aurez d’autres souhaits à formuler. Sur ce, je vous souhaite une bonne journée, Dragon.

— Je te promets d’y penser. Merci Shalendra. »

La réalité était déjà en train de se dérober sous mes pieds. Mon corps devint fumée. La fumée devint brume. Puis la brume disparut et je me retrouvai dans ce palais bien trop familier, avec toujours cette même sensation : celle d’étouffer et de suffoquer.


768 mots
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Oups ... Qu'est que c'est que ça ? | Léandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bon débarras | Le Noël de Léandra
» [Q] - Victime de ton crime | Léandra
» [Q] - De comment détruire les Orishas | Léandra
» S'éviter malgré soi | Leandra&Maximilien
» [XXXII] - Oups
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres d'émeraude-