Le Deal du moment : -45%
SEB Batterie de cuisine 20 pieces compact inox ...
Voir le deal
119.99 €

Partagez
 

 [Q] La Maison de poupée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Lun 13 Jan 2020, 19:54


Image réalisée par Andreas Rochas

La Maison de Poupée


Intrigue : Curieuse, Sól tombe sur une étrange maison de poupée qui la téléporte dans un intérieur insoupçonné. Ce sera l'occasion de découvrir un nouveau repère où faire des bêtises en paix.

Sól piocha l'une des rondelles de saucisson qu'elle était supposée couper pour le dîner et l'enfourna dans sa bouche, un sourire gourmand se dessinant sur ses lèvres fautives. Tout en mâchonnant avec entrain, elle reprit son couteau en main et se remit à la tâche. Interpellée par le bruit de mastication que laissait échapper sa fille, madame Tynath'thuk délaissa la pâte qu'elle était en train de pétrir pour se tourner vers la blonde. Les mains posées sur les hanches, la bipolaire fronça les sourcil tout en secouant légèrement la tête, visiblement excédée. « Dis donc sale gosse ! Si je t'ai fait revenir du champ pour m'aider à cuisiner, ce n'était certainement pas pour que tu t'empiffres dans le dos des autres ! » réprimanda l'adulte. Cela n'avait de remontrance que la forme : l'angelotte avait décelé l'ombre d'un sourire au coin des lèvres de sa mère. Aussi se contenta-t-elle de hausser les épaules tout en continuant à trancher la viande, faisant attention à ce qu'elle faisait pour ne pas se couper les doigts. « Je n'ai pas pu prendre de goûter, tout à l'heure. » se justifia-t-elle platement, comme si cela lui donnait donc le droit à toutes les gourmandises qui lui feraient de l’œil. « Et à qui la faute, dis moi ? » voulu savoir la cuisinière, haussant les sourcils. La blonde se contenta de mordiller sa lèvre inférieure, ne trouvant pas de réplique : c'était effectivement sa faute si elle était rentrée plus tard. « Graelf n'est pas du genre à garder des mioches pour le plaisir de leur compagnie, alors s'il t'a retenu, ce n'est certainement pas par bonté de cœur ! » La Réprouvée secoua à nouveau la tête avant de se remettre à malaxer la pâte. « J'en déduis que tu as encore eu du mal à terminer ton entrainement. » Le mélange de déception et d'agacement que capta la fillette lui fit l'effet d'une claque. Elle aurait préféré voir sa génitrice s'enflammer plutôt que d'entendre à nouveau ce timbre dans ses paroles. Oui, c'était-elle, Sól, l'Ange qui n'avait rien d'une Réprouvée. La gamine se mordit la langue avant de lâcher un commentaire qu'elle aurait ensuite regretté, un feu rouge embrasant ses joues, sa gorge se nouant tandis que la honte et la culpabilité lui retournaient l'estomac. « Mmh... Mais cette fois, j'en suis venu à bout. Ca a juste prit du temps. » maugréa-t-elle tout de même dans un murmure. La bipolaire ne sembla pas entendre ce détail ou, si ce fut le cas, elle fit mine de ne rien avoir ouï. La cuisine baigna dans un silence inconfortable pendant plusieurs minutes avant que madame Tynath'thuk finisse par soupirer. « Bien, va dans la grange me chercher d'autres carottes et des pommes de terre, s'il te plait. » Sól obtempéra et abandonna sa planche à découper, chapardant néanmoins discrètement une dernière tranche de saucisson. Cet affront n'échappa pas à l'oeil aiguisé de la femme qui lança son torchon dans la direction de sa fille -qui prit vite ses jambes à son cou- tout en lançant un chapelet d'injures.

Une fois dans la grange, la fillette s'approcha des réserves de nourritures avant de s'arrêter un instant. Elle promena son regard sur le coin débarras : il s'agissait d'une petite pièce aux murs branlants où avaient été entassés durant des décennies des tas d'objets divers dont la famille ne faisait plus usage mais dont personne n'avait prit le temps de se débarrasser à proprement parler. La porte, habituellement fermée par un cadenas pour éviter que quelqu'un vienne farfouiller dans leurs affaires sans permission, était ce jour-là entrebâillée, la chaîne négligemment nouée. Un sourire sournois se dessina sur le faciès de la petite curieuse, qui vérifia d'un coup d’œil par dessus son épaule qu'elle se trouvait bien seule dans la grange. Aussi discrètement que possible -même s'il n'y avait personne autour d'elle, elle craignait de s'attirer la malchance et de se faire repérer si elle ne prenait pas de précaution- Sól s'approcha du local et défit la corde métallique. Elle s'engouffra ensuite à l'intérieur et laissa flâner ses yeux plein de curiosité sur les vieux objets. La famille Tynath'thuk prenait rarement le temps de venir faire le tri dans ce fourre-tout, mais lorsque c'était le cas, ils trouvaient toujours des petites pépites oubliées. Une fois, Sól avait trouvé un berceau qu'elle avait réparé avec  son grand frère, et qu'elle avait ensuite reconvertit en navire pirate pour ses folles aventures imaginaires. Une autre fois, c'était un bilboquet qui avait occupé ses après-midi pendant plusieurs mois... A chaque nouvelle visite, elle parvenait à trouver des trésors.

S'aventurer seule était cependant bien différent de ses excursions habituelles : les objets cassés ou oubliés s'entassaient les uns par dessus les autres, certaines piles penchant dangereusement. Si elle ne faisait pas attention et qu'elle touchait à quelque chose, elle risquait de tout faire s'effondrer. Bien décidée à ne farfouiller dans ce bazar qu'une fois qu'elle aurait trouvé quelque chose digne d'intérêt, son regard se posa sur une maison de poupée aux façades délavées. Interpellée, elle s'approcha du jouet. Elle n'était pas vraiment intéressée -elle ne jouait pas à la poupée voyons-, plutôt surprise de voir un tel objet sous le toit familial. A qui donc avait pu appartenir cette antiquité ? Ne pouvant résister à la tentation, elle s'approcha davantage et posa les doigts sur la clé qui dépassait d'une grosse serrure.
959 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Mer 05 Fév 2020, 07:33


Image réalisée par Andreas Rochas

La Maison de Poupée


Sól mit quelques secondes avant de comprendre pourquoi l'éclairage l'éblouissait subitement, alors qu'elle était toujours dans la grange. Du moins, c'est ce qu'elle pensait : en toute logique, elle ne pouvait pas avoir changé de localisation en un battement de paupières. Mais la vérité s'implantait en elle au fur et à mesure que ses yeux captaient des détails troublant lui indiquant qu'elle était bien loin du débarras. Là, un tableau représentant une femme sensuellement dénudée. Ici, une commode dont l'ouvrage laissait deviner qu'il devait coûter une fortune. Non, elle était définitivement très loin de la grange. Loin de sa maison et des champs de Lumnaar'Yuvon. L'Ange fronça les sourcils, ne sachant si elle appréciait la vue qui se déployait devant elle. Ce lieu était bien différent de tous les endroits qu'il lui avait été donné de visiter : elle était habituée aux petites maisons de la campagne Réprouvée, avec ses bicoques rustiques mais chaleureuses. Là, avec ses murs tapissés et ses meubles travaillés, le hall lui semblait froid et faux, comme si chaque détail cherchait à impressionner encore un peu plus le visiteur qui mettait les pieds ici. N'osant bouger, la blonde pressa ses lèvres l'une contre l'autre, s'autorisant toutefois à tourner la tête d'un côté puis de l'autre. « Hého ! Y'a quelqu'un ici ? » demanda-t-elle en Zuldov, puisqu'il s'agissait de la seule langue qu'elle connaissait. Ce n'était pas très pratique pour parler avec des étrangers, mais les occasions d'en croisées étaient rares sur les terres dorées. On aurait pu espérer voir des touristes s'arrêter dans leurs villages mais les pérégrins prenaient toujours soin de faire halte dans un autre bourg : les réprouvés n'étaient pas connu pour leur hospitalité. En vérité, les seules fois où elle avait été capable de rencontrer des gens de l'extérieur, c'était lorsqu'elle accompagnait son père jusqu'à Sceptilinost, ou lorsqu'elle s'était retrouvée embarquée dans une drôle d'aventure contre son gré. Une épopée où elle avait croisée Laëth. Au souvenir de la Belegad, le visage de l'ailée afficha une mine contrariée et elle se décida à bouger. « Y'a personne ? » continua-t-elle à héler tout en s’aventurant timidement près d'une porte. Ça, ou alors les habitants fuyaient ses manières rustres. Cette possibilité n'effleura même pas son esprit. Elle n'avait jamais imaginé qu'il puisse exister tant de chichi pour pouvoir se présenter devant un inconnu. Chez elle, une bonne poignée de main et quelques crachas suffisaient à se présenter avec distinction.

Un festin. Voilà ce que renfermait cette pièce aux proportions démesurément grandes. Bien que la petite fille aurait pu remarquer les tapis sans un grain de poussière, la comtoise trônant fièrement de l'autre côté de la salle ou encore les buffets renfermant des services de porcelaine, son regard resta vissé sur l'immense table qui s'étirait de chaque côté de la salle rectangulaire. Sur cette table, des dizaines et des dizaines de plats déversaient des fumets délicieux. Aussitôt, son ventre se mit à gargouiller, sa bouche à saliver. La fillette s'approcha avec hâte de la table et monta sur l'une des chaises pour se mettre à la bonne hauteur. La blonde tourna la tête à droite, puis à gauche, vérifiant que personne n'était venu la chercher. Pas l'ombre d'un bicorne. « Bon bah, si y'a personne, moi j'me serre ! » Il aurait été outrageusement dommage qu'on laissa cette nourriture pourrir ! Fort heureusement, la fille de réprouvés était arrivée à temps pour éviter tout ce gâchis. Attrapant une fourchette avec son poing, la Tynath'thuk piocha dans plusieurs plats, goutta les mets les plus gras, délaissa ceux où il y avait trop de légumes à son gout. La seule exception fut une soupe crémeuse qui ravit les papilles gourmandes, mais l'estomac fut principalement rempli par les viandes et les poissons soigneusement présentés. Afin de goûter un peu à tout, l'angelotte devait descendre de son perchoir et monter sur le voisin, progressant ainsi le long du buffet. Lorsqu'elle arriva à la fin de la table, les plats salés laissèrent place aux sucrés. L’œil gourmet s'arrêta sur un imposant gâteau à la fraise -Sól raffolait des fraises, son père en avait acheté à un village d'Orine et la petite avait dû se faire violence pour ne pas finir la cagette à elle toute seule-  enrobé de crème fouettée, le tout sur une génoise tapissé d'une pâte marron. Sól attrapa une part à pleine main et croqua dedans à pleine dents avec gourmandise -elle n'avait plus du tout faim, désormais, mais voir toute cette nourriture inhabituelle lui donnait envie de se goinfrer. Après ce dessert néanmoins, la gamine sentit qu'elle ne pourrait plus rien avaler d'autre, au risque de tout ressortir dans le mauvais sens. Rassasiée, elle essuya ses mains grasses sur la nappe blanche et en tira un coin pour nettoyer son menton.

850 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Mer 05 Fév 2020, 08:20


Image réalisée par Andreas Rochas

La Maison de Poupée


Sól continua son inspection. Après avoir dévalisé la salle à manger, la fillette emprunta la seconde porte, celle par laquelle elle n'était pas arrivée. Elle débouchait sur un petit salon aux confortables canapés. Ceux-ci étaient recouverts de coussins. L'intruse s'en empara d'un et le pressa entre ses mains. Elle le lança en l'air quelques fois pour s'occuper, observant le reste de la pièce. Une fois encore, le luxe était présenté de façon exubérante, comme si le propriétaire des lieux cherchait à faire étalage de sa richesse et impressionner ses visiteurs. C'était raté : la jeune fille n'était pas sensible à ce charme et préférait de loin les trophées de chasse aux peintures dénudées, les armes au mobilier brillants. La seule décoration qui intéressa vaguement  l'angelotte fut une armure rouillée qui tenait de ses mains fantômes une épaisse épée sertie de pierre précieuses. La rustre fut davantage séduite par la taille impressionnante que par la somptuosité de l'oeuvre. Comme dit précédemment, la fille de réprouvé se révélait peu sensible à cet étalage ostentatoire. Sól ne s'intéressa même pas à l'immense bibliothèque qui recelait de trésors insoupçonnés. Les livres ne l'intéressaient pas. Elle avait appris à lire et écrire le Zul'dov grâce à sa mère qui lui faisait parfois cours le soir, mais ses habilités étaient somme-toute maigres et son intérêt proche du néant. Si elle avait été élevée à Keizaal, les choses auraient sans doute été différentes. Elle saurait parler le langage commun et sans doute une voire deux langues supplémentaires. Mais la blonde avait grandi dans les champs, à travailler la terre du matin au soir, à chérir les sols comme d'autres se perdent dans les pages. Certains arrogants auraient sans doute été tristes pour elle en comprenant qu'elle ne partageait pas cette passion pour les livres, mais Sól leur aurait craché au visage : sa vie lui convenait parfaitement et elle n'avait pas besoin de la pitié de ces aristocrates de pacotille. Qu'ils restent chez eux, dans leur prétendue cité culturelle.

La visite continua pendant une bonne heure. La blonde flâna ici et là, empruntant les couloirs et les portes au hasard. Elle tomba sur quelques petits boudoirs, des bureaux, des chambres sans que rien n'attise vraiment son intérêt. Lorsqu'elle déboucha sur une immense salle de bal aux hautes fenêtres, un orchestre enchanté -il n'y avait aucun musicien pour tenir les archets ou appuyer sur les touches- déversa une mélodie où de nombreux peuples aurait dansé la valse. Le fillette, subjuguée par ce spectacle, observa les instruments s'animer d'eux même pour produire ces sons. Bordel, c'que c'était chiant ! Ils appelaient ça de la musique ? Ça devait encore être une idée venue de Keizaal ! Ces péteux, ils savaient vraiment pas faire la fête. Il faudrait qu'elle ramène des instruments et qu'elle monte à elle seule son propre groupe de musique, pour leur montrer comment faire. Elle passa un peu de temps dans ce qu'elle pensa être une salle d'entrainement -des rangées d'armures et d'épées s'alignaient le long des murs- mais s'ennuya vite : sans personne pour répliquer, l'entrainement perdait vite tout son sens. Sans abandonner l'épée qu'elle avait décroché du mur, le fillette repris son tour. Elle n'avait encore croisé personne et cela en devenait vraiment étrange. A force de marcher de partout, elle avait finit par remarquer que l'endroit était entretenu avec rigueur, que la poussière n'avait pas le temps de s'accumuler : des gens faisaient le ménage. Et puis, ce repas gargantuesque, quelqu'un avait bien dû le préparer en cuisine, n'est-ce-pas ? Sól nota d'ailleurs qu'elle n'avait pas trouvé cette pièce. Elle devrait continuer ses explorations pour lever ces mystères. En attendant, elle était plutôt satisfaite d'avoir trouvé cet endroit. Elle pouvait y faire ce qu'elle voulait sans qu'on ne la sermonne. Sans qu'un certain démon vienne l'emmerder, surtout. Le mieux aurait néanmoins été de trouver un autre réprouvé avec qui partager tout cet espace. Peut-être que les propriétaires étaient allés faire des courses et qu'ils rentreraient sous peu ? Ou alors ils étaient occupés à faire des parties de carte et ne l'avait pas entendu ?

Se demandant où tout se beau monde avait pu passer, Sól tomba sur la pièce maîtresse de la maison de poupée.

750 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Jeu 06 Fév 2020, 07:45


Image réalisée par Andreas Rochas

La Maison de Poupée


La fillette cligna des yeux plusieurs secondes, observant la pièce dans laquelle elle venait de déboucher avec curiosité. Elle ne saurait dire exactement à quoi était dû cet étrange sentiment qui grandissait dans sa poitrine, mais cette salle d'eau dégageait une atmosphère différente de toutes les autres salles qu'elle avait visité jusqu'ici. Elle s'approcha de la grande baignoire remplie d'eau fumante. Quelque peu surprise, elle approcha timidement les doigts de la surface liquide et en plongea quelques phalanges. Elle les retira aussitôt, surprise par la température. L'eau n'était pas spécialement trop chaude à son goût, elle était loin de s'être brûlée, mais pouvoir bénéficier d'une eau aussi chaude était plutôt rare, pour la fille de réprouvé. A Lumnaar'Yuvon, lorsque l'on veut prendre un bain chaud, il faut faire chauffer l'eau soi-même. La magie étant un luxe que peu de Bipolaires utilisaient, préférant de loin le travail bien fait et un ?? mérité, réchauffer son bain pouvait facilement prendre près d'une heure. Malheureusement, le temps était précieux pour ce peuple vivant au rythme des champs. Gaspiller une heure de ce temps se révélait inutile et bien peu se lançaient dans cette entreprise. Sól n'avait donc que rarement pu profiter de bains aussi bien chauffés. Un sourire espiègle se dessina sur le visage de l'enfant et, après avoir vérifié une nouvelle fois que personne n'avait débarqué en lui faisant les gros yeux, elle baissa son pantalon et envoya valser sa chemise, avant de sauter dans la baignoire d'ivoire avec un rire excité. La fillette s'immergea totalement, fermant les yeux sous l'eau. Sa peau la picota délicieusement. Lorsque son visage remonta à la surface, un sourire était accroché à ses joues. Avec habileté, elle ramena ses cheveux aplatis en arrière sur sa tête. Elle pataugea dans l'eau quelques secondes avant de se rendre compte que quelque chose d'autre clochait. Une odeur douce et sucrée se dégageait du bain. La blonde mit quelques secondes avant de parvenir à mettre un nom sur cette fragrance : des violettes. Sa mère en avait planté quelques-unes, près de la grange, mais Sandwich les avait grignotés. Sól fronça les sourcils. Cela aussi lui était nouveau et lui paraissait très étrange. Elle espérait que l'odeur florale ne lui collerait pas trop à la peau : si son frère s'en rendait compte, il n'aurait pas fini de se payer sa tête ! Elle ne voulait pas passer pour une délicate devant lui. Sans trop y réfléchir, l'Ange attrapa une savonnette et commença à la frotter contre son corps, faisant partir la crasse et la sueur qui avait collé sa peau. Elle réserva le même sort à ses cheveux, massant son crâne sans aucune délicatesse.

Une fois propre, la fillette s'extirpa de l'eau et essora grossièrement sa chevelure, avant de regarder de droite et de gauche, cherchant une serviette pour pouvoir essuyer son corps. Malgré la cheminée qui brûlait dans l'âtre, sa peau se recouvra d'une chaire de poule : la différence de température avec le bain lui donnait soudainement froid. Ne trouvant rien de mieux, la gamine s'approcha de tapis en peau qu'elle attrapa et enroula autour de son corps. Elle se sécha rapidement puis enfila à nouveau ses vêtements puis vint prendre place devant la cheminée, à qui elle présenta ses pieds, dont les orteils s'écartaient tels un éventail. Allongée sur le sol, la fillette ferma les yeux. Elle se sentait bien. Elle avait mangé à sa faim -même plus-, avait prit un bon bain, et se tenait désormais devant cette cheminée... Elle sentit sa conscience partir dangereusement : elle était sur le point de s'endormir. « Merde ! » hurla-t-elle en se redressant subitement. « Les carottes ! » Affolée, la blondinette se remit sur ses pieds et se mit à courir pour sortir de la salle d'eau. Se repérant difficilement à travers les couloirs qu'elle avait emprunté au hasard jusqu'ici, la fille de réprouvés mit plusieurs minutes à retrouver le hall d'entrée. Une fois devant la grande porte, essoufflée comme si elle avait été pourchassée par son frère armé d'un caleçon sale, Sól s'immobilisa. Combien de temps était-elle restée ici ? Plus d'une heure. Peut-être même deux. Elle n'était pas sûre. En tout cas, sa mère s'était très certainement rendue compte de sa disparition. Elle devait encore se faire un sang d'encre et la chercher partout. Pourtant, ça n'empêcherait pas madame Tynath'thuk de donner une bonne correction à sa fille dès qu'elle la retrouverait. Ces quelques derniers mois, elle s'était trop débrouillée pour se fourrer dans des situations périlleuses et disparaître de sa surveillance. Ses nerfs étaient mis à rude épreuve et la joie et le soulagement se mêlaient à une colère noire à chaque fois que sa progéniture lui revenait. Sól songea sérieusement à rester ici pour le restant de sa vie, afin de ne pas subir le courroux démoniaque de sa génitrice, avant de soupirer. Elle devrait juste serrer les fesses et espérer que tout cela passe vite... Le cœur battant, elle ouvrit la porte d'entrée.

Sól fut projetée dans le débarras de la grange, atterrissant face contre terre. Grognant de douleur, la fillette se remit néanmoins debout et se remit à courir malgré son épuisement. Lorsqu'elle gagna l'entrée de la demeure, elle ouvrit grand la porte. « Je suis là ! Ne vous inquiétez pas ! » hurla-t-elle. Madame Tynath'thuk, toujours occupée à pétrir son pain, releva les yeux vers l'ange, la mine surprise. « Oui, tu es là. Mais je ne vois mes carottes nulle part. Qu'est ce que t'as foutu ? Dépêche-toi de me ramener mes légumes avant que je te botte les fesses. »

976 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t37253-davina
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] La Maison de poupée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poupée de sang (ouvert)
» Poupée de Cire et Géant de Pierre [EVENT III - PV Galick]
» La Maison des Cauchemars | Vanille
» [Quête] - Rentrer à la maison
» | La Maison Givrobois - Le Yin et le Yang |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres de Lumnaar’Yuvon-