Le Deal du moment :
Figurines Funko POP! One Piece 2023 : où les ...
Voir le deal

Partagez
 

 [Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Lun 23 Déc 2019, 23:57

Partenaire - Isiode Yüerell
Intrigue - Neah et Isiode sont mandatés pour aller rechercher Edna, une des Princesses du Royaume, suite à une missive de cette dernière demandant de l'aide. Elle a, en effet, été promise au Prince Elay dans le but de sceller une alliance et est partie en terres étrangères depuis plusieurs mois pour faire la connaissance de son fiancé. Seulement, le Roi Iskharin conteste ce mariage et les deux Royaumes surpuissants sont sur le point d'entrer en guerre. Pour éviter que le conflit ne s'étende trop longtemps, les deux hommes ont choisis de s'affronter en Duel pour déterminer qui sera son futur époux. Dans l'éventualité que cela tourne mal, Edna a demandé à son aînée, Souveraine de cette troisième puissance, qui se veut neutre, d'intervenir discrètement, alors que celle-ci souhaite changer son système politique.



Neah ouvrit les yeux. Il n'avait pas l'impression d'avoir dormi très longtemps, mais les rayons matinaux dansaient sur le plafond et traversaient les rideaux qui se balançaient sous une brise légère. Il faisait agréable dans la chambre, mais la journée promettait d'être chaude. Comme souvent. Il avait un léger mal de crâne, comme s'il avait trop bu la veille, ses souvenirs étant assez flous. Ce dernier s'estompait assez rapidement après quelques inspirations, son bras caressant les draps vides sur son côté gauche. La couche était vide. Sa femme s'était levée avant lui et lorsqu'il se redressait à moitié pour l'observer, il se perdait dans sa beauté, alors qu'elle se dévoilait dans toute sa nudité. Mancinia se dessinait devant lui, assise sur une des chaises devant la cheminée, une missive dans la main. Son regard était d'un bleu translucide, brillant. Des nervures noires parcouraient son corps, cerclant dans son dos et sur ses yeux. Les Ombres l'entouraient. Créer de ses songes, virevoltants tranquillement. La Reine Noire. C'était un surnom tout désigné. Ce n'était pas bon signe lorsqu'elle laissait ainsi éclater ce qui lui avait valu ce surnom. Elle tend son bras et laisse ces dernières dévorer ce qu'elle détenait dans la main. Le papier s'embrasa instantanément dans des volutes bleutées, avant que son coude ne se pose sur l'accoudoir de la chaise, posant sa joue contre la paume de sa main, songeuse. Furieuse. Neah se levait, peu soucieux de sa propre nudité, approchant pour mettre ses mains contre ses épaules. Les Ombres attaquaient ceux qui venaient trop près, mais pas lui. Elles le reconnaissaient, elles s'étaient habituées à sa présence. Un silence s'étendit entre les deux époux avant que la femme ne le brise.

C'est Edna.
Que dit-elle ?
Elle pense qu'Iskharin va tout faire pour faire assassiner Elay et que le moyen d'empêcher cela est qu'elle rentre à la maison.

Il n'était pas rare que les deux soeurs échangent depuis le départ de la cadette. Malgré toute la froideur dont elle pouvait faire preuve, la Souveraine était très proche des siens et le sens du mot Famille était tout particulier. Pas un d'entre eux ne lâcherait l'autre s'il devait survenir quelque chose. Évidemment, Edna n'était pas n'importe qui non plus. Comme beaucoup de femmes du Royaume, c'était une guerrière émérite et une bonne oratrice. Elle avait accepté ce mariage pour unifier les deux pays contre la menace de la Pointe Nord. Neah regardait les braises mourantes dans la cheminée, songeur.

Et ? l'encouragea-t-il. Qu'envisages-tu de faire ?
Je veux que ma soeur revienne le temps de célébrer le mariage. Et si Iskharin pense me la ravir sous mon nez, cela va très mal se terminer pour lui.
Ce n'est pas n'importe qui.

Son ongle claquait contre l'accoudoir et un grondement assourdissant se fit entendre au dehors. De très loin.

Moi non plus.

Deux monstres à la puissance magique abominable. C'était ce qu'ils étaient. Certains disaient même qu'ils étaient des Dieux et qu'ils étaient venus poursuivre leurs aventures parmi les Mortels. Iskharin était né avec des pouvoirs démesurés. Un véritable génie de la Magie. Même enfant, il faisait peur aux pays voisins tant il pouvait aisément servir d'arme à lui seul. Mancinia, quant à elle, était née aphasique. Un bébé qui ne devait pas survivre, à l'inverse de sa Jumelle, Emma. On avait pourtant pris soin d'elle. Neah était même chargé de sa protection à l'époque où il était encore un novice. Elle se contentait d'être là. Assise, les yeux dans le vide. Il se souvenait de ses longues journées à rester là, debout. Juste à la surveiller. Il avait fini par prendre l'habitude de lui parler de tout et de n'importe quoi. Des choses futiles, ou de moindre importance, pour occuper leurs journées. Les autres Princesses et Princes venaient la voir et faisaient de même. Son Père se moquait bien des enfants qu'on l'avait contraint à avoir et sa mère ne voyait en elle qu'une héritière inutile. On avait formée Emma à la prise du trône, puisque l'aînée ne le pourrait jamais. Un soir, cependant, des soldats ennemis étaient entrés dans le Palais pendant une visite diplomatique. Ils avaient essayés d'attaquer Iskharin en pleine réception. Ne pouvant l'atteindre, ils s'en prirent alors à Emma, qui s'était défendue, mais que pouvait une adolescente contre des adultes surentraînés, malgré sa formation militaire ? Edna, encore enfant, s'était interposée, avec leur soeur Érina, avant l'intervention rapide des Gardes. Un des soldats avait alors levé son arme pour l'abattre contre Mancinia. En prendre une plutôt que rien. Neah avait pris le premier coup, qui lui avait presque arraché le bras. C'était de l'instinct. À croire qu'il était tombé amoureux d'elle. De sa fragilité. Et c'est alors que quelque chose d'atroce s'était éveillée dans le corps de la Princesse.

Elle s'était redressée de son siège aussi simplement que n'importe qui et avait tendu le bras. Les ennemis avaient été charcutés sur place. Il y avait eu du sang et des membres éclatés un peu partout. Ils étaient tous pris de stupeur et de terreur en voyant la Noirceur qui l'entourait. Sauf Iskharin. Comme s'il avait attendu ce moment. Cette dernière se désagrégeait très rapidement, avant que celle-ci ne se se mette à soigner les blessés, en commençant par lui et ses soeurs. Les choses avaient drastiquement changées suite à cette tentative d'assassinat. Mancinia parlait, marchait, combattait et usait de magie, comme si presque quinze ans d'aphasie n'avait eu aucune emprise sur elle. Elle surclassait Emma, qui choisi de lui rendre son titre d'héritière, souhaitant seconder celle qu'elle avait toujours chéri et protéger. Elle surclassait tout le monde, en fait. Lorsqu'il fut temps de la mariée, Iskharin était en haut de la liste, mais il avait refusé. Elay était du même âge que Edna, mais son Père se moquait de ce détail. Des négociations étaient en cours, mais ce fût au tour de l'héritière de refuser et de choisir son mari. Lui. Ce n'était qu'un Soldat sans titres, mais elle le voulait. Sa Mère avait été contre, naturellement. Mancinia l'avait alors fait taire. Ses parents étaient trop vieux et inutiles. Elle les avait fait enfermé et s'était emparée du trône. Le Royaume n'avait jamais été aussi faste, aussi heureux et aussi sécurisé. Elle avait dressé une Barrière autour de ce dernier pour que tous les étrangers ayant des intentions hostiles meurent étouffer en la traversant, offrant une longue période de paix. Ils avaient eu plusieurs enfants suite à leurs noces. Dès lors, on se demandait une chose. Si Iskharin n'attaquait pas le Royaume dans lequel résidait actuellement Edna, c'est peut-être parce qu'il ne souhaitait pas vérifier lequel des deux était le plus puissant. Ou parce qu'ils partageaient un secret que seuls eux connaissaient. Neah l'ignorait. Il s'en moquait. Cette femme, il l'aimait trop pour vouloir comprendre.

Ne sois pas en colère.

Neah embrassait ses cheveux, avant de l'interroger.

Pourquoi ne pas simplement t'allier à Elay contre lui ? Ce mariage est diplomatique et sert à maintenir une autre menace éloignée. Cela ne veut pas dire l'abandonner dans l'éventualité où d'autres surgiraient.
Il n'y a pas de guerre en cours. Je ne peux pas intervenir alors qu'ils essaient de régler ça à l'amiable avec ce ... Cet espèce de Duel dont personne ne sait pas grand-chose. Et puis ... Elay est trop fier pour me demander de l'aide directement. Ah, ces hommes ...
Rien à voir, évidemment, avec ton refus de l'épouser.

Mancinia sourit.

Je n'ai pas voulu épouser l'un de tes frères non plus.
L'un est marié à son épée et l'autre court après une femme au coeur de glace au milieu de la Pointe Nord. Tu n'avais pas vraiment de choix à ce stade.

Elle se mit à rire. La Noirceur l'entourant se dissipant progressivement.

J'étais avec le meilleur d'entre tous. Et puis Elay trouvait Edna plus intéressante. Qui pourrait le lui reprocher ? C'est ma soeur. C'est seulement son Père qui voulait que deux héritiers se marient pour ne former qu'un seul pays. Cela étant, chacune est satisfaite ainsi et cela évite les frustrations.

Son sourire s'estompait.

S'il lui arrive quoi que ce soit ... Si elle est malheureuse ... Je détruirais le responsable.

Elle mimait un geste d'étranglement, mais Neah savait que ce serait un sort plus funeste encore. Il n'osait imaginer ce qu'il se passerait si quelqu'un s'attaquait à l'un de leurs enfants. Elle ferait certainement brûler son pays et elle regarderait le spectacle avec plaisir.

Je présume que tu veux que ce soit discret. Et tu ne peux y envoyer que des personnes de confiance.
Je n'ai confiance qu'en toi. Et tu es le Roi. Tu n'as peut-être aucun pouvoir sur le pays, mais cela ne change rien à ta fonction.
J'irai chercher Edna si c'est ce que tu veux. Je ne peux rien te refuser, tu le sais. Je convaincrais Elay de nous la rendre le temps que les choses s'apaisent et se décident. Quant à Iskharin, ce serait délicat pour lui de traverser la Barrière.
... Prend ton frère avec toi. Je ne veux pas que tu sois tout seul.
Jalouse ?

Neah arquait un sourcil. Il se montrait assez taquin sur la question lorsqu'il avait une idée précise derrière la tête. Elle le connaissait trop bien.

Je ne suis pas d'humeur, Neah.
Ça te fera du bien, tu le sais. Surtout que c'est toi qui veut un autre enfant.

Sa main descendait sur ses bras, avant de se perdre sur sa poitrine, tandis qu'il lui octroyait une embrassade langoureuse dans le cou. Mancinia étudia la question quelques secondes, avant de sourire.

D'accord. Seulement, c'est moi qui te monte dessus.

***

Neah massait sa nuque en quittant la chambre. Il avait eu ce qu'il voulait et pouvait partir en mission l'esprit serein. Les couloirs étaient assez déserts à cette heure matinale et il ne croisait que quelques Gardes sur sa route. On le saluait respectueusement. Il n'était pas rare qu'on l'appelle encore Capitaine. Ce n'était qu'un titre honorifique. Il s'agissait du poste qu'il occupait avant d'épouser la Reine et de diriger à ses côtés. Seulement, dans une société aussi matriarcale que celle-ci, il était difficile pour un homme de se faire une place. Il s'en moquait un peu tant l'habitude était ancrée. Il n'avait pas besoin de pouvoir, seulement de son épouse. Le guerrier avait une allure assez négligée, mais il ne s'était vêtu que pour parcourir une courte distance. Il allait de toute façon devoir prendre un bain après s'être autant déchaîné. Dans la Caserne attenante du Palais se trouvait la Garde Royale. L'air marin du couloir ouvert lui fit le plus grand bien. Cette partie peu prestigieuse était réservée aux hommes et il prit la direction souhaité pour se dévêtir dans les vestiaires et entrer dans les bains. La chaleur lui saisit immédiatement à la gorge. C'en était presque brumeux. L'homme plissait les yeux pour distinguer quelque chose. Une masse dans l'eau. On reconnaissait les accros aux entraînements matinaux, dit donc.

Isiode.

Il était encore tôt et les deux hommes étaient seuls. Sans attendre une réponse de sa part, il vint se glisser dans l'eau à ses côtés. Neah relâchait un soupir de contentement en sentant ses muscles se détendre et les griffures, même si les marques dans son dos le piquaient. Sa nuit avait été courte. Il se retournait ensuite vers son aîné, un sourire étirant ses lèvres.

Comment vas-tu, frangin ?

Post I | 1870 mots

J'ai ainsi mis les bases de l'ambiance. Je suis partie très loin, effectivement 8D /sbaff

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Sam 18 Jan 2020, 04:36





Musique du Yicaly : Gotham’s Reckoning par Hans Zimmer






La lame en bois frôla son oreille alors qu’il s’était rapidement déplacé sur sa gauche, son jeu de pieds l’emportant hors de ma portée. La réaction fut instinctive, judicieuse et vive. Intérieurement, j’en étais ravi. Et ne le fit pas attendre plus que nécessaire, parce que l’enchaînement qui s’ensuivit n’en fut que plus rapide et agressive, le tranchant des armes se mordant l’un à l’autre dans un frottement sec et cassant. Contractant la mâchoire sous l’intense volonté que j’insufflais à cette frappe, j’écrasais de toutes mes forces mon adversaire sous le poids de la lame et de mes bras, bien décidé à le faire flancher – voire mieux! – à le faire chuter. Cependant, un tour de force insoupçonné, poussé par un large balayement de son épée, m’obligea à reculer pour restaurer mon équilibre brièvement altéré. Il ne se laissera pas submerger comme la dernière fois. Je pouvais le lire dans son regard : des éclats aux reflets d’or étudiaient chacun de mes gestes et mouvements, alors que nous nous étions mis en marche, tournoyant autour d’un même axe. À l’instar de deux fauves en quête d’une faiblesse à exploiter, d’une défense précaire à briser, nous nous jaugions tranquillement dans un mutisme mortel. Seul le frottement de nos semelles trahissait le silence, le coupant sporadiquement alors qu’un pas, soudainement, se suspendit.

La charge, alors, ne tarda pas. Il souleva son arme au-dessus de ses épaules, dans l’évidente intention d’user de sa force et de son élan pour me l’abattre sur le buste ou pour écraser mon bras d’un coup de taille. J’ancrais fermement mes pieds au sol, soulevant mon épée vers le côté attaqué pour bloquer l’offensive anticipée. Cependant, mon binôme réagit vivement, réajustant la prise qu’il avait sur son manche pour tenir sa lame vers l’arrière et sa garde vers l’avant. Il freina, d’une seconde à peine, son pas, voyant la lame en bois siffler à quelques centimètres à peine de son nez. Et dans un enchaînement fonceur, il reprit son mouvement de balayement. Sa nouvelle parade lui permettait d’attaquer avec plus de vélocité, malgré la diminution soudaine de sa puissance de frappe. Néanmoins, la vitesse et la maniabilité de son coup compensait cette perte d’inertie. Mais alors qu’il s’apprêtait à me faucher définitivement, j’eus le bon réflexe de m’avancer vers l’avant, coupant sa frappe en arrêtant son poignet avec mon bras avant de copier sa prise d’épée. Il écarquilla les yeux. Je secouais la tête, imperceptiblement, avant d’enfoncer violemment le pommeau de mon arme dans sa poitrine pour le repousser. Simultanément, je lui relâchais le bras, le laissant alors s’effondrer brutalement par terre, sa tête rebondissant rudement durant la chute.

« Debout. »

L’ordre avait été lancé sèchement, avec une dureté volontairement vindicative.

« Temps mort, s’il-vous-plaît. »

Pendant plusieurs secondes, le jeune homme ne bougea pas d’un pouce, se concentrant plutôt sur sa respiration, dont il avait perdu momentanément le contrôle à l'instant où son corps avait violemment rejoint le sol du terrain. Tout autant, je n'esquissais pas le moindre mouvement, si ce n’est un vague balancement de ma tête sur le côté, intrigué par l’expression de lancinement qui tiraillait douloureusement les lignes de son faciès.

« Tout va bien? » Lui posais-je alors, voyant qu’il ne se relevait toujours pas.

Mais il respirait, ses halètements éreintés témoignant de ce fait. Cela étant dit, après plusieurs minutes seulement, il finit par se redresser doucement de sa position, une grimace défigurant complètement son visage, l’étourdissement de sa tombée le faisant voir légèrement flou.

« Tu es blessé? » Le questionnais-je de nouveau tout en me rapprochant du point d’impact de sa chute.

Il hésita, acquiesça, avant de glisser discrètement sa main à l’arrière de son crâne pour en masser la zone de douleur. Sa tête s'était frappé fort et même si le sable du terrain amortissait les chocs les plus violents, il ne pouvait, à lui seul, rendre plus doux un tel glissement. L’air s’extirpait d’entre ses lèvres et ses dents, ricochant contre ces dernières pour en moduler un sifflement aigri et irrité. À ce constat, je souris, lui tendant une main amicale.

« Arrêtons-nous en là pour aujourd’hui. »

Avec précaution, je l’aidais à se remettre sur pied, me penchant vers le sol pour reprendre son épée.

« Va voir Malika pour ta tête. Nous ne sommes jamais trop prudents.

- Désolé… Je nous ralentis encore, il semblerait. »

Il prit le manche de l’épée en bois tout en relâchant un soupir résigné.

« Ne te flagelle pas de la sorte, répliquais-je d’une voix basse et modérée, ne voyant, sincèrement, aucun recul ou arrêt complet dans son évidente avancée. Tu t’es amélioré depuis notre dernier affrontement. Tu as aiguisé ton jugement, affiné et revu tes passes et tes feintes. Malgré cela, ton jeu de pas te trahit encore, quelques fois, et ce n’est sans compter tes mouvements, bien trop lents sur certains coups, qui m’ont permis de les lire avant même que tu ne puisses réagir : j’avais l’impression que tu y réfléchissais alors que tu avançais vers moi. »

Je lui adressais un sourire, ténu et léger.

« Évidemment, je ne te ménage pas, mais tu fais d'incroyables progrès, Henry. Cependant, à l'avenir, essaye de moins réfléchir, que je n’ai pas à lire ce que tu veux faire avant même que tu ne l’ai fait. Concentre-toi sur le combat. Ne te fis qu’à l’adrénaline et à ton instinct. L’expérience te le fera comprendre au fil du temps, parce qu'ils sauront t’entraîner et te guider au moment voulu, et tes pas, tes coups, se dessineront presque instantanément. Réfléchir te ralenti, te fait douter. Et c’est tout ce que ton ennemi attend… »

Dans une impulsion, je tirais brusquement sur le bras de mon apprenti, faisant tournoyer mon arme dans ma main. Mes gestes se calquaient, à quelques différences près, à l’assaut qui m’avait permis de le mettre à terre et qui avait, dès lors, sonné son échec. Pourtant, cette fois-ci, lorsque le pommeau de l’arme d’entraînement toucha sa poitrine, il sentit à peine le léger coup que je lui avais adressé, n’écarquillant les yeux qu’en raison du subit allongement qu’avait expérimenté son bras à l’instant où je l’avais attiré à moi.

« … Pour t’enlever la vie. »

L’atmosphère s’alourdit, et je me reculais lentement, relâchant définitivement son bras. Le jeune homme n’attendit pas une seconde pour frotter son poignet.

« … Vous êtes vraiment effrayant quand vous le voulez.

- Je ne fais que t’énoncer l’évidence », répondis-je en haussant des épaules.

Rapidement, je lui tournais le dos.

« Va à l’infirmerie. Maintenant.

- D’accord… Mais hum… On se reprendra?

- Seulement si ton état le permet. »

Je n’entendis pas la répartie du jeune homme, qui avait certainement dû hocher de la tête avant de partir, si je me fiais aux pas que je percevais distinctement s’éloigner de la zone d’entraînement. Je levais les yeux vers le ciel, laissant la timide lueur de l’aurore embrasser la peau de mon visage. Je soupirais après quelques minutes, rabaissant mon regard : des mannequins étaient stationnés à l’un des angles du terrain. S’ils n’étaient animés d’aucune « vie » pour l’instant, cela ne serait tardé. Deux ou trois? En m’avançant, je songeais encore au nombre d’ennemis que je pourrais réussir à coucher au sol avant de m’avouer également vaincu.



Je fixais Neah depuis ma position, sans mot dire, reportant simplement mon attention à mon bain. Muni d’une serviette, je continuais de frotter avec soin les ecchymoses qui avaient violacé ma peau, repensant aux derniers pas de l’entraînement, aux enchaînements et aux assauts, analysant ce qui devait être amélioré ainsi que les feintes qui n’avaient pas fonctionné. Quel jeu de pieds ou de mains pouvais-je esquissé pour perfectionner cet assaut? En situation réelle, qu’aurais-je dû faire pour rectifier tel tir, compenser telle faiblesse?

« Bien », finis-je par lui répondre après un long moment de silence, les réflexions tempêtant entre mes deux oreilles.

Néanmoins, je pris le temps de lui renvoyer sa salutation dans un maigre sourire à travers les vapeurs des bains.

« Je me suis entraîné avec Henry. Il s’améliore et accomplis de magnifiques prouesses, mais il a encore du chemin à faire. »

Je marquais une pause, aussi bien dans mes mots qu’aux massages que j’effectuais pour délier mes muscles, tandis que mon regard, lentement, s’ancra sur le visage de mon jeune frère.

« Et toi? Le questionnais-je à mon tour. Que fais-tu ici, si tôt en matinée? »

Je me permis, alors, de m’étendre plus confortablement à l’intérieur du bain, appuyant mon dos sur le rebord de celui-ci tout en laissant reposer la serviette contre ma nuque et mes épaules. Je laissais échapper une expiration légère, le gratifiant, à cette occasion, d’un regard inquisiteur.

« Après tout, il est si rare de te voir à la Caserne désormais. »

Reproche ou simple remarque? J’abaissais simplement la tête, une expression détendue relâchant minimalement la sévérité de mes traits. Je ne resterais pas dans cette eau encore bien longtemps, songeant à la seconde visite que je ferais à l'infirmerie pour m'assurer, à nouveau, de l'état de mon protégé.


1 530 mots | Post I
Bon, Mancy, tu me diras si ça te va, pour la fin xD Autrement, je modifierais, sans souci ^^


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Ven 01 Mai 2020, 22:00

Un long silence accueillit son arrivée, son aîné était ailleurs. Il le voyait, mais cela ne le surprenait pas vraiment. Ils s'entendaient bien et pour lui, c'était bien plus important que tout le reste. S'il avait eu des soeurs, cela aurait été bien plus compliqué de nouer des liens, mais dans leur fratrie, ils étaient trois garçons. En y repensant, ce n'était pas étonnant que sa mère soit tombée en disgrâce aux yeux des autres membres de la Noblesse. Elle était Comtesse et s'était mariée avec son paternel par arrangement, ce dernier avait perdu la vie lorsqu'il n'avait que cinq ans. Elle s'était remariée avec le père d'Isiode et Isley moins d'un an après, mais ... rien n'était né de leur union. Elle ne pourrait pas transmettre son nom, ses titres et ses terres à une descendante légitime. Ce qui avait été un véritable problème. Neah était alors devenu sa seule chance de le transmettre à une héritière digne de ce nom, par mariage. Or, sa mère était tombée dans un piège tendu par une personne qu'elle considérait comme sa tante, la Conseillère de la Reine, Lisa Jõhvi. Elle lui avait garanti d'offrir à son fils une bonne place en raison de son investissement au sein de l'Armée. Il avait été nommé comme Protecteur ... d'une Princesse malade. Cette décision avait enlevé le peu de prestige qui lui restait. Quel honneur à défendre une grabataire ? Une humiliation pour les siens. Seulement, cette machination avait pris une autre direction. Non seulement Mancinia avait repris sa place d'Héritière en se réveillant brutalement de sa léthargie, mais elle l'avait choisi. Lui. Le Figurant qu'il était au sein de cette hiérarchie féminine avait désormais envie de se venger. Et il avait la meilleure alliée pour cela. La Conseillère Jõhvi avait commis des erreurs. Beaucoup. Ce ne serait pas pardonner facilement.

Mettant de côtés ses aspirations vengeresses et la hâte de les voir bientôt accomplies avec la complicité de son épouse, Neah écoutait son frère avec un léger sourire aux lèvres. Isiode lui racontait comment s'était passé son entraînement. Il avait toujours cette même passion dans la voix quand il en parlait. Erevan, le cadet de Mancinia était en admiration devant lui - même s'il ne l'aurait pas admis. C'est sans doute pour cette raison que sa compagne avait observé de plus près ses états de service. Être militaire était une véritable vocation pour lui et voir cette sale pétasse de Léana lui mettre des bâtons dans les roues ne faisait qu'accroitre son ressentiment. Le Souverain n'en donnait pas l'air, mais il se tenait assez au courant de ce qu'il se passait du côté de l'Armée, surtout du côté masculin. Cette partie était complètement écrasée et réduite à rien sous les ordres des Asteria, la longue lignée de Soldates qui avaient souvent la chance de voir les leurs prendre le poste de Générale. Leurs ennemis n'étaient pas totalement à l'extérieur des frontières et cela, la Reine l'avait bien comprise. Elle faisait mine de s'occuper de la Pointe Nord et d'assurer les relations diplomatiques sans rien voir de ce qui était sous ses yeux ... Mais elle savait. Il y en avait quelques-unes qui allaient vite déchantées. En l'entendant parler de ce qu'il se passait à la Caserne en soulignant son peu de présence en son sein, Neah le ressenti cela comme un léger reproche. Son frère était si sérieux. Voulait-il lui faire ressentir un peu de culpabilité ?

Je ne m'inquiète pas pour Henry. J'ai entendu dire que tu repoussais ses limites progressivement et que sa progression était prodigieuse ... A croire que tu es fait pour entraîner toute la fine fleur du Royaume.

C'était loin d'être un compliment exagéré. Neah tendit ses bras au-dessus de sa tête, nonchalamment, avant que sa main ne vienne malaxer sa nuque. La chaleur du bain lui faisait un bien fou.

S'il est vrai que je ne traîne plus avec vous, ne crois pas que mes entraînements sont négligés pour autant ... Mancinia est vraiment sans la moindre pitié. C'est une adversaire redoutable comme tu en aurais rarement vu.

La Reine n'avait le droit qu'aux entraînements en compagnie des meilleures. Aucun homme n'était toléré, évidemment. Ils étaient plus proches en tant qu'époux que leurs prédécesseurs, c'était un fait. Ce devait d'ailleurs être le seul à nommer la Reine par son prénom. Ça faisait toujours son petit effet. Les femmes de la Cours le détestaient pour cela ... à croire que ça sonnait comme une insulte à leurs oreilles. Il en abusait donc allègrement.

Je crois que la Générale Asteria a toujours autant envie de m'arracher les yeux quand Mancinia choisi de m'affronter plutôt que ses subordonnées. Je ne sais pas si c'est parce que je suis un homme, ou parce qu'elle craint d'être moins bonne que moi. Probablement les deux.

Il se moquait bien d'être arrogant à son encontre. Elle ne méritait pas sa place.

Tu aurais dû voir sa tête lorsque j'ai réussi à désarmée Mancinia ... Nan, t'inquiète. Je ne l'ai pas vaincue. Elle m'a seulement laissé la manche pour partager ce petit plaisir avec moi. Elle a toujours ce petit geste pour emmerder les autres. Et avec classe.

Ça avait été un instant mémorable de voir la stupeur et la malveillance déformés ses traits d'ordinaire méprisants de la Générale. Neah soufflait.

Je l'aime vraiment, tu sais ? ... Oui, évidemment que tu le sais. Je t'ennuie toujours avec ça quand on se voit. Il faut dire que je brasse de l'air pour entretenir les conversations amoureuses, pas vrai, hein, monsieur le célibataire ?

Il passait sa main sur son épaule, suivant la longue ligne blanche. Cette blessure que Mancinia avait soignée. Cette blessure qui ...

Tu devrais te trouver une épouse aussi méritante, souffla-t-il avec un sourire. Je suis certain que ma mère a obtenu quelques propositions intéressantes à ton encontre. Si tu veux ... C'est moi qui m'en chargerais ... Elle ne pourra rien me dire si Mancinia s'en mêle un peu. Si tu as toutefois une préférence, huhu.

Ce n'était pas chose aisé que d'avoir une épouse digne de soi. Ce n'était pas aisé d'aimer une femme, tout simplement. Lui, il avait eu une chance inouïe, tout comme il était conscient qu'Isiode ne s'y intéressait guère, mais ... Il n'était pas le fils de n'importe qui non plus. Il avait beau ne rien avoir obtenu de l'héritage de sa mère, il restait l'aîné d'une Marquise. Et le frère du Roi. Ce n'était pas négligeable. Seulement, si sa mère avait négocié un mariage, comment aurait-il pu le refuser ? Cela ne se faisait pas. Dans ce Royaume, c'était les femmes qui choisissaient qui elles allaient épousées. Avec le consentement ou non du parti d'en face. Les choses allaient devoir changées.

Post II | 1120 mots


[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Mer 03 Juin 2020, 03:28

Aux paroles de Neah, j’ouvris un œil, le braquant quelques secondes dans sa direction avant de le refermer.

« Je n’ai aucun mérite, fis-je simplement savoir d’une voix calme en croisant les bras contre ma poitrine. Henry travaille et s’entraîne sans relâche pour surpasser ses exigeances. Il ne rechigne jamais sur les exercices et fait toujours de son mieux pour donner son cent pour cent. »

Je levais les yeux jusqu’au ciel, marquant mon monologue d’une courte pause avant de poursuivre :

« Je ne fais que lui transmettre des conseils, des outils et des techniques. C’est à lui de les utiliser, par la suite, le plus consciencieusement et intelligemment possible. C’est sa volonté et son dur labeur qui forgeront le soldat qu’il deviendra. Mes traits se détendirent partiellement. Il irait loin, si on lui donnait sa chance », avisais-je dans un murmure en renfrognant de nouveau les lignes de mon faciès.

Je me tus, laissant une ombre planer devant mes yeux quelques instants avant de reporter mon regard sur le visage du roux, qui venait de reprendre la parole. Dès ses premiers propos, je ne pus m’empêcher d’exhaler un soupir, profond, finissant tout bonnement par me murer dans un mutisme insensible. Ainsi, je laissais volontiers Neah animer l’échange, sans pour autant me refermer à ce qu’il disait, quand bien même tout semblait encore et toujours tourner autour de la Reine et de la Reine, et c’était sans compter l’arrogance qui suintait de chacun de ses mots. Je détournais le regard, perdant ce dernier sur la surface des eaux. Depuis quand mon frère était-il devenu un tel personnage?

« Oui, je sais que tu l’aimes, alignais-je d’une inflexion parfaitement neutre, sans autre impression qu’un vide immense au fond de ma conscience. Lâche-moi avec cette histoire. »

Cette fois, mon énervement se fit clairement percevoir dans les vibrations de ma voix, alors que mes cordes vocales palpitaient sous les assauts de ma grogne. Il remettait ça sur le tapis. Encore. J’en avais ma claque de devoir me justifier à tout bout de champ, que ce soit à son attention ou à celui de Mère. C’est pourquoi, dans une œillade fixe et implacable, je braquais mon visage devant le sien, jaugeant minutieusement les éclats de ses mires.

« Un jour, cela vous rentrera sûrement dans le crâne, mais je n’ai pas besoin d’épouse. Mon travail me suffit amplement », répondis-je de but-en-blanc.

Je n’avais jamais aimé tourner autour du pot. C’était futile et inutile, quoi qu’un tantinet trop direct pour l’oreille de certains. Cependant, je n’en avais pas grand-chose à faire. J’en avais simplement marre que d’autres veuillent dicter ma vie, tirant et tirant chacun de leurs côtés afin que je réalise leur putain de volontés.

« Je n’ai besoin ni de l’aide de Mère, ni du tien ou de celui de la Reine pour trouver celle avec qui je partagerai ma vie. J’ai encore mon mot à dire sur ma propre existence et je me fiche éperdument si cela ne plaît pas à Mère ou à cette stupide société : je n’aurais qu’à quitter ce pays maudit et partir au-delà de cet océan. »

D’un geste, j’avais balayé l’air de ma main, illustrant ainsi la grandeur des mers qui entouraient ce royaume d’est en ouest, sur une superficie que seuls l’esprit et le cœur pouvaient imaginer, puisque les yeux ne pouvaient se perdre plus loin que la ligne de l’horizon, qui se confondait au bleu du firmament. Rien ne me retenait ici, de toute façon, si ce n’était mon travail, et celui-ci, je pouvais l’exécuter n’importe où ailleurs. Dans ce Royaume ou celui voisin, à la frontière d’une contrée du Nord ou dans un pays lointain, un soldat restait un soldat, fidèle à son épée, fidèle à son honneur.

« Alors, si c’est pour de nouveau t’entendre me dire que vous mettrez votre nez dans mes affaires – auquel cas, je te noie ici et maintenant – je prends congé, mon frère. Je dois retourner voir Henry et m’assurer de son état. »

Tout en me redressant, j’étirais l’un de mes bras afin de récupérer ma serviette, suspendue à l’un des supports près du bain. Puis, en la serrant autour de ma taille, attrapant un second tissu pour m’essuyer les cheveux et le visage, je finis par baisser de nouveau mes iris en direction du rouquin.

« Par ailleurs, arrête avec ce « huhu » mièvre. On dirait l’imitation d’un pervers. »

Je me pinçais l’arête du nez. Est-ce que Neah avait toujours été comme ça? Pas à mon souvenir. Exaspéré, je poussais un long soupir, tout en quittant définitivement l’intérieur de l’eau et des vapeurs chaudes.

« Profite de ton bain, mon frère. »

Cependant, au moment d’ouvrir les portes qui menaient jusqu’aux vestiaires, la voix de Neah m’arrêta soudainement. Je portais une œillade par-dessus mon épaule, jusqu’à sa position, le dévisageant.


809 mots | Post II | Là, Isiode part, mais j'ai supposé que Neah allait l'arrêter pour lui parler de la mission ^^


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mer 10 Juin 2020, 23:57

La Reine nous envoie en mission.

Sans même avoir haussé le ton, sans même devoir esquisser le moindre mouvement pour s'en assurer, Neah avait bien conscience que son aîné s'était tout de même arrêté dans son élan.

Si tu pouvais éviter de t'enfuir à la nage avant, ça m'arrangerait.

Sans doute aurait-il pu lui dire qu'il aurait été capable d'être son allié pour lui permettre de s'en aller, mais, égoïstement, il tenait à lui et ne souhaitait pas le voir partir ailleurs. C'était ici, chez lui.

D'ailleurs ... Parler de désertion devant son Roi est un peu idiot, tu ne crois pas ? Tu as de la chance que nous soyons des frères unis et que je t'aime bien !

Peut-être esquiverait-il un coup de pied à l'arrière du crâne, qui sait ? Un sourire étirait néanmoins ses lèvres et il retirait sa main de l'eau, paume vers le ciel, ironisant ainsi un peu plus la situation, relâchant un petit rire, avant de reprendre le cours de la conversation avec sérieux.

Mancinia veut que nous allions au Palais de la Sentinelle et servons d'escorte de retour à la Princesse Edna. Elle nous ordonne de la ramener en attendant son mariage avec le Prince Elay. Cette décision est une demande de sa part, dans le but de protéger le Royaume allié d'une éventuelle agression du Roi Ishkarin.

Celui lui arrachait un léger soupir.

Sa demande est secrète et n'est connue que des concernés. Mancinia va certainement user de son retour pour ... Hum.

Suspendant sa phrase au milieu, Neah regardait, sans réellement les observer, les ondulations de l'eau provoqués par ses mouvements.

Tu sais ... Elle a vraiment mis des espoirs en toi, Isiode.

Mettre ses espoirs en un homme, très certainement, de nombreuses voix s'élèveraient, indignées, si la Reine osait mettre cela en avant. On la considérerait probablement comme une Folle, mais c'était aussi l'une des raisons de son amour à son égard. Souriant, le Roi se retournait à moitié vers son frère.

Elle ne doute pas que nous réussissions. Tu me diras que c'est une mission banale et moins dangereuse que de dompter un dragon, mais ... Cela pourrait bouleverser pas mal de choses, à notre retour.

Est-ce qu'il devait le lui dire ? Est-ce qu'il devait laisser son épouse le faire ? Isiode n'aimait pas paroles énigmatiques, ni les mystères. Neah le savait pertinemment, mais c'était toujours tellement drôle d'essayer de le dérider, de toute les manières que ce soit. Il avait réussi, tant pis s'il était bougon quelques heures à son encontre. Isiode avait toujours été ainsi. Sérieux, investi, traitant tout le monde sur un pied d'égalité. Depuis leur rencontre, il ne l'avait jamais martyrisé, mais avait prit soin de lui en lui donnant son amour pour les armes, qui l'avait conduit aux côtés de son épouse. Il avait autant prit soin de lui que d'Isley. Surtout d'Isley, mais c'était normal, vu qu'ils partageaient le même sang. Sans doute était-ce pour cette raison que Mancinia le voulait à ses côtés, en tant que Conseiller. Jamais ce rang n'avait été tenu par un homme, autant dire qu'il avait soutenu ce choix. Bien que disparue tôt, la mère de ses frères n'était pas qu'une membre de la Noblesse. C'était aussi une Chancelière. Ce titre, généralement, se transmettait à l'une des héritières de celle-ci, ayant fait ses preuves. N'ayant eu que des garçons, ce titre familial avait disparu dans son sillage. Mancinia désirait le réhabilité, créant ainsi une grande première ... En y repensant, le Souverain se demandait si le sérieux de son aîné n'était pas une des conséquences de la disparition de sa mère. Cette plaie ne s'était peut-être pas refermée. Peut-être était-ce ... de ne pas savoir qui avait enlever sa vie, même inconsciemment. Ou peut-être essayait-il seulement de trouver des choses pour le comprendre et se rapprocher plus.

Je sais que tu n'as pas envie de te marier. C'est une vie comme une autre, à mon sens. Ne sois pas en colère, tu sais très bien que t'embêter est un de mes passes-temps. Ouiii, promis. Je m'en trouverais un meilleur !

En prenant sa propre serviette, Neah émergeait de l'eau à son tour. Il ne voulait rien retarder par caprice ... Plus vite ils seraient partit, plus vite ils seraient rentrés. Contrairement à Isiode, il s'en moquait pas mal d'être découvert. Il n'avait plus aucune pudeur depuis longtemps, mais par contre, ses cheveux étaient sacrés et il mis le bout de tissu dessus pour les sécher. Il lui mit une tape sur l'épaule avant d'entrer dans le vestiaire.

J'ai dit à Mère que tu avais quelqu'un en vue, oui, je sais que c'est un mensonge et que tu n'aimes pas ça. Je voulais qu'elle te laisse tranquille en lui disant qu'elle devait être patiente et avoir confiance, même si elle l'a toujours eu. Tu devrais avoir un ou deux ans de paix relative à ce propos. Après tout, elle à la Reine dans sa propre Famille ... Je pense que tu es conscient qu'elle ne pense qu'à ton bonheur, mais pour elle, si tu ne te maries pas, ce sera un échec en tant que mère ...

C'était dommage qu'il ne se laisse pas porter, sans savoir ce qu'il y avait au bout de ce chemin. Sans doute trouverait-il cela grisant, à bien des égards. C'était toute une aventure que de conquérir et d'être conquis. D'un autre côté, il comprenait son point de vue. Lui non plus, il n'aimait pas Mancinia. Du moins, il l'avait cru. Quand est-ce que cela avait réellement commencer ? Peut-être depuis leur rencontre. Neah se souvenait encore du visage blême de sa Mère lorsqu'elle lui avait annoncé que la Princesse était venue lui proposer un contrat de mariage. Avec lui. Cela l'avait rendu bien plus heureux que tout, balayant toute l'éventuelle colère qu'un mariage imposé à une autre femme aurait suscité.

Si tu ne veux pas qu'on t'impose un mariage ... il va falloir faire entendre ta voix dans la tempête.

Neah était conscient que c'était sans doute plus simple à dire dans sa position. Enlevant la serviette de ses cheveux avant de se retourner vers lui et de poursuivre.

Si tu veux servir le pays et avoir ton mot au chapitre ... Il faut que tu reprennes la place de ta mère au Conseil de la Reine.

Post III | 1050 mots


[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Ven 04 Sep 2020, 21:09

« Tu es le seul à parler de désertion ici : si je dois quitter cette armée, ce sera en bonne et due forme », lui rétorquais-je sans sourciller, dans l’attente des autres directives.

Mais le jeune rouquin ne semblât me prêter qu’une attention vague, occupé à rigoler pour je ne sais quelle raison avant de reprendre son sérieux. Je soupirais. S’il me fait perdre mon temps… Songeais-je brièvement, m’apprêtant à retourner dans les vestiaires silencieusement. Par chance, il reprit la parole sans plus de récréation, me communiquant alors les ordres de la mission que j'écoutais consciencieusement et comme réponse, tout ce que je lui fournis fut un léger hochement de la tête. Cependant, quelque chose n’était pas clair dans ses propos.

« Sa Majesté usera de son retour pour… quoi? »

Que voulait faire ce monstre au retour de la Princesse Edna? Bien sûr, mon frère se réserva bien de me le dire, ce qui m’irrita davantage.

« Finis tes phrases, Neah, et cesse de passer du coq à l’âne comme ça. »

La présence du jeune homme ne me mettait vraiment pas de bonne humeur. Cette manie de toujours vouloir m’irriter ne me plaisait pas non plus. Il définissait cela comme un passe-temps? Je prenais cela comme de l’acharnement. Et ça commençait à m’excéder royalement. Moi qui pensais poursuivre ma journée sur une bonne note : ce n’était définitivement pas le cas présentement. Alors que je croyais qu’on en avait fini là-dessus, je sentis la main du rouquin s’apposer sur mon épaule. Je l’écoutais durant les premières secondes, mais plus sa voix déblatérait ses propos et plus mon esprit, lui, s’enivrait d’indignation et d’animosité. Lentement, je me tournais dans sa direction.

« … Au risque de me répéter : je n’ai pas besoin de ton aide. Arrête de foutre ton nez dans mes affaires, le menaçais-je franchement, braquant un œil glacial et cinglant sur son faciès. Qui te permet de prendre ce genre de liberté à la place de la personne concernée? Tu n’es pas mieux que ta mère, à vouloir tout contrôler dans le dos des autres, poursuivais-je, le timbre de ma voix diminuant pour modeler des vocables plus graves et sèches, agressives et défiantes, tandis que mes doigts se glissaient jusqu’à sa gorge pour la comprimer. Bonnes ou mauvaises, je m’en fiche de tes intentions. J’aimerais simplement que vous me laissiez tranquilles et que vous cessiez de vous incruster dans ma vie privée. »

Je l’étranglais suffisamment pour l’empêcher de respirer, mais pas assez pour lui couper nettement le sifflet. Pourtant, les éclats qui se reflétaient dans l’iris de mes yeux, froids et tranchants, semblaient chanter un tout autre message, aussi foudroyants que l’émotion qui m’agitait, aussi bestiaux que cette envie de lui couper, éternellement, les cordes vocales. Sur le moment, je n’en avais rien à faire des conséquences éventuelles de mes actes. Qu’il soit Roi ou fils de fermier, cela ne m’importait pas; il avait besoin que je lui fasse passer le message de manière plus violente, il semblerait. Pour qui se prenait-il? Un ange gardien? Je n’en avais pas besoin. Pourquoi était-il allé blablater de la sorte devant cette femme en lui disant que j’avais des vues sur quelqu’un? Bordel, et si elle se mettait à raconter ce maudit mensonge au voisinage? Ou qu’elle finissait par apprendre la supercherie? Tsk!

« Et c’est impossible pour moi de prendre une telle position. »

Je n’avais pas besoin de lui justifier les différentes raisons, puisque la principale se résumait à celle-ci : j’étais un homme. D’un autre côté, je n’étais pas intéressé à m’élever aussi haut de toute façon. Ce n’était pas ma place. Je n’étais qu’un simple soldat.

« Va susurrer tes belles paroles à l’oreille d’un autre parce que je ne suis vraiment pas d’humeur à rigoler, Neah, finis-je enfin par lui dire en relâchant le poing qui l’avait, jusqu’ici, opprimé. Occupe-toi de ta vie; je m’occuperais de la mienne comme je l’entends. Est-ce que je suis assez clair comme ça? »

Je reculais d’un pas, le fusillant des yeux. À cet instant, j’aurais apprécié qu’Isley soit auprès de moi. Simplement parce que sa présence me réconfortait. Il était mon véritable frère et il avait tenté, à sa manière, de remplir le vide que l’absence de notre mère avait creusé dans nos cœurs. Lui et moi étions pareils, tout en étant différents : nous étions les deux faces d’une même pièce. Il pouvait comprendre, mieux que quiconque, ce qui palpitait furieusement en moi actuellement. Mais pas lui. Pas cet énergumène qui se croyait tout permis. Je le contournais alors, attrapant à la volée mes vêtements pour les enfiler rapidement.

Depuis quand Neah me paraissait-il aussi irritant?



Les jours suivants cette altercation, en pleine ascension vers le Palais de la Sentinelle, je n’avais pas parlé énormément – enfin, moins que d’accoutumé – à mon demi-frère. Neah m’avait tellement énervé que je l’avais évité tout le restant de la journée jusqu’à ce que je sois forcé de me le coltiner à nouveau pour les besoins de la mission – et sous ordre de la Reine. Je ne voulais pas lui parler, préférant le silence qui s’étirait entre nous, au cours de la traversée, plutôt que de devoir me confronter à son passe-temps. Cela m’avait vraiment exaspéré et les mannequins d’entraînement, malheureusement, avaient payé une partie de ma mauvaise humeur : elles n’avaient plus été que tissus déchiquetés, leur intérieur échappant la matière de leurs entrailles artificielles. Malgré tout, plus les jours se succédaient et plus mon humeur s'adoucit enfin. Il faut dire que les voyage à dos de cheval me détendaient. Quelques fois, j’avais l’impression d’être plus proche de ces bestiaux que des hommes en général.

Un soir, alors que je m’installais dans mon sac de couchage pour dormir, passant, ainsi, les prochaines heures de garde à mon compagnon, je me retournais brièvement dans sa direction, jetant un coup d’œil par-dessus mon épaule pour l’observer au coin du feu. Non loin de notre position, attachés à des troncs, les chevaux somnolaient depuis longtemps.

« Désolé de t’avoir étranglé la dernière fois », m’étais-je excusé après quelques secondes de silence, retournant, ensuite, dans la chaleur de mon cocon.

J’avais bien conscience que j’étais certainement allé trop loin ce jour-là, mais les émotions m’étaient montées à la tête, incontrôlables et acérées comme la lame d’un poignard. Finalement, après des jours, nous arrivâmes enfin aux portes du Palais de la Sentinelle. Derrière celles-ci se trouvait la Princesse Edna. Notre mission commença à l’instant où les battants s’ouvrirent pour nous laisser entrer.


1 094 mots | Post III | Je n’ai pas trop explicité le voyage jusqu’au Palais, mais Isiode est énervé et parle pas des masses durant le trajet xD


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Sam 31 Oct 2020, 23:57

Ta blessure est partie ?

Apparaissant dans l'encadrement de l'ouverture murale, Emma était venue prendre de ses nouvelles après avoir eu vent de ce qu'il s'était produit. En se retournant dans sa direction, Neah vit uniquement son visage dépassé du contenu, comme dans l'attende de son approbation pour venir à sa rencontre. D'un mouvement de la tête, il l'invitait à entrer tout en remettant sa veste.

Oui, merci de t'en inquiéter.
La tête de ton frère aussi ?
Non.

Sa réponse avait claquée sèchement, mais la Princesse n'en prenait pas ombrage. Elle aimait assez le partenaire de son aînée, consciente de son attachement à la Famille. Par ailleurs, si leur lien gémellaire ne laissait aucun doute, l'ancienne héritière du trône avait une certaine nonchalance en comparaison, appréciant cette existence loin de la pression royale.

Je n'avais pas vu ma soeur aussi en colère depuis le moment où elle a prit le trône de notre mère.

Neah en était bien conscient, en le revoyant revenir prendre ce qui devait l'être, la Reine avait remarquée les blessures à sa gorge. Elle aurait sûrement décapitée l'impertinente qui avait levé la main sur lui, mais en découvrant que c'était son frère ... Il avait cru un instant que son épouse ne l'écouterait pas, soumise à l'expression de ses sentiments. Heureusement, il avait la manière de discuter en sa compagnie et les espoirs qu'ils avaient en l'avenir l'avait convaincue de ne pas l'expulser dans le pire endroit de ce monde actuellement. Isiode, à la Pointe Nord, seul ? Lui, vivant ... Jamais.

Neah, tu es le Roi. Tu aurais exigé qu'il soit tué, banni, torturé ou soumis sous ta botte ... Ma soeur aurait concédée à ta requête. Pourquoi le laisse-tu s'en sortir ainsi ? Pourquoi demander à ce qu'il n'est rien ?
Je l'avais mérité.
Selon ses critères ou les tiens ?

Est-ce que cela avait une quelconque importance ? Il ne restait aucune trace de cet incident. Mancinia avait veillée à apaiser les maux et à distordre la douleur, gommant les bleus et restaurant sa peau. Dans tous les cas, cette réponse ne semblait pas convenir à Emma et son silence encore moins, lui arrachant un soupir irrité.

C'est dommage, Neah. Tu serais un bon Souverain si tu avais plus de poigne !
Quel Roi, Emma ? Je suis un pantin uniquement utile à concevoir des héritiers. Comment veux-tu qu'un Soldat me respecte si même les domestiques me moquent ?

Quel coup bas venant de la Princesse. Elle savait très bien que ce pouvoir ne l'attirait pas et, même si cela avait été le cas, il était né homme. En ce Royaume, il n'était rien. Peu importait ses efforts, ses idées, sa volonté ... ainsi avait-il été réduit par des lois anciennes.

J'aime Mancinia. J'ai de la chance d'être son mari. Je dois être reconnaissant pour ce que j'ai et non pour ce que je n'ai pas.

Exhalant un soupir pour relâcher la pression sur ses épaules, il détournait le regard, désireux d'être honnête avec lui-même.

En vérité, il me manque peut-être une chose.
Quoi ?
La reconnaissance de mon frère.

La Princesse manqua de prendre sa main et de la coller contre son front.

Mais ... Vous n'êtes même pas liés par le sang ! Tu pourrais simplement lui dire d'aller au diable !
Je le lui dirais lorsqu'il aura récupéré sa place légitime.
Raison de plus ! Pourquoi te punir ainsi pour un homme qui est si secondaire et qui ne sait même pas être reconnaissant de la chance que vous ... Une minute ! Ne lui as-tu rien dit ?
J'étais occupé à agoniser contre un mur, dit-il en haussant les épaules. C'est que les aînés, c'est susceptibles ...

Ce n'était pas elle qui dirait le contraire.

Je dois y aller, Isiode doit m'attendre. On en reparlera à mon retour, si tu veux.
Et il t'accompagne en plus ?! Pourquoi ? Ce n'est pas comme s'il serait utile !

Neah s'était retournée, poursuivant son chemin en reculant, la regardant avec un sourire.

Si personne n'a envie de croire en Isiode ... Je croirais en lui pour tout le monde.

Et il disparu. Emma sourit à son tour.

Je tâcherais de m'en souvenir.



Tranquillement assis, le dos reposant sur un arbre en savourant la chaleur émise par les braises en parcourant les lignes de Dune, Neah essayait d'étendre sa magie aux alentours dans l'espoir d'entendre un son venu de loin, mais les environs étaient calmes, en dehors de quelques cigales, un serpent qui passait derrière eux, deux scorpions se battant à trente mètres et deux corbeaux sur la branche, qui semblaient presque converser. Ça lui permettait de ressentir et de savourer une lecture bien méritée après des aussi longs moments à observer le paysage en silence. Il n'avait pas eu envie de brusquer son aîné, cela aurait été idiot et mieux valait ne pas prendre le risque de se retrouver avec des couverts planter sur le crâne, heureusement qu'il avait l'habitude de ses sessions datant de sa surveillance silencieuse de cette merveilleuse malade devenue son épouse. Aussi, en raison de son déploiement magique, il eu l'impression que son aîné lui hurlait dans les oreilles en présentant ses excuses. Il en avait redressé le visage vers son dos, d'abord étonné de ce premier pas. Neah avait été convaincu qu'ils devraient attendre d'être avec Edna avant de se reparler à nouveau, mais non. Il eu un léger sourire.

Ne t'inquiète pas, tout va bien.

Après tout, il était encore en vie. Et, souvent, le temps arrangeaient les choses.

Bonne nuit, Isiode.

Neah reposait les yeux sur son ouvrage, où le héro récitait une litanie destinée à s'affranchir de ses craintes, avant la bataille qu'il devait livrer, dantesque. Une méthode d'autosuggestion qui devait lui permettre de faire face à la douleur lorsqu'on vint tester son humanité dans cette épreuve redoutable.

Je ne connais pas la peur, car la peur tue l'esprit.
La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale.
J'affronterai ma peur.
Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi.
Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon oeil intérieur sur son chemin.
Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien.
Rien que moi.

Le Roi relevait son regard vers son frère, qui devait s'être endormi paisiblement. Vraiment, il devait lui conseiller cet ouvrage.



C'était vraiment un tout autre monde. Au sein de leur Royaume, les hommes étaient piétinés par leurs épouses, soeurs et mères, mais en sur ces terres, c'était tout l'inverse. Ils étaient loin de craindre quoique ce soit, sur tous les niveaux. Au sein du Palais, être accueillit aussi respectueusement le déroutait toujours, compte tenu qu'il accompagnait Mancinia durant ses visites diplomatiques, il se montait assez inébranlable. C'était ce mode de vie que sa bien-aimée désirait pour leur peuple, où ils seraient alors sur un pied d'égalité sur le trône. Il était temps d'oublier les inimités passées, comme si la dette avait été payée ...

Mes hommages, votre Altesse.
Soyez le bienvenu au sein de mon Royaume, Majesté.

Neah avait incliné la tête respectueusement vers l'avant, le Roi Elay était ... C'était encore le genre de personne qui allait lui coller un torticolis en raison de sa carrure. Pourquoi était-il le seul à être si petit ?

Vous devez êtres épuisés après un aussi long voyage. Reposez-vous. Un banquet a été préparé pour ce soir et vous êtes nos invités d'honneur.
Je vous remercie de ce geste.
Edna vous attends. Je présume que vous avez beaucoup de choses à lui dire compte tenu des récents événements.
... En effet.

Et plus encore. C'est pour cette raison qu'il ne prit aucun risque lorsqu'on lui demandât qui de la Princesse, ou de leur chambre, ils voulaient voir en premier. A votre avis, qu'avait-il dit pour être sûr de voir la soeur de son aimée lui arracher les deux yeux un peu plus tard ? Cette situation allait le rendre fou. Il devait parler maintenant, ou se taire à jamais.

Je voulais te dire quelque chose avant que nous allions voir la Princesse ... Je suis désolé, moi aussi, Isiode.

Plus qu'il ne l'avait été durant le trajet. Vu que son aîné avait eu le premier geste de réconciliation, autant poursuivre sur cette lancée, vu qu'il n'avait pas vraiment osé en reparler du reste du trajet, après tout, il était loin d'être l'innocence incarnée.

Je trouve l'idée de te voir marier et avoir une dizaine de petits Isiode courir partout assez amusante, mais si tu veux devenir l'Épée et le Bouclier protégeant mes dix petites Mancinia ... ça me va aussi. C'est même assez rassurant de te savoir là, dans le contexte actuel.

Heureusement, ils n'en étaient pas à ce chiffre. Pas encore. Il eu un sourire, tantôt amusé, tantôt sombre.

Je ne veux seulement pas que des décisions soient prises à ton insu et, même si cela ne me regarde pas, cela ne m'empêche pas de me sentir impuissant de ne pouvoir rien faire pour toi. Je ne cherche pas à te blesser ou te causer du tort. Tu es important pour moi ... Je ne peux pas me restreindre de réagir, même maladroitement.

Si son éternel air grognon et strict l'amusait aussi, mais ce n'était pas quelque chose qu'il lui dirait de vive voix. Il se retournait dans sa direction.

Je sais que tu aiderais la Reine à rendre le pays meilleur où que tu sois et quelque soit ton rang. Elle en est consciente également ... Je ne voulais pas que tu apprennes la situation de la bouche de la Princesse Edna. Je veux être celui qui te l'annonce.

Mancinia avait renoncer de le voir avant son départ, ou elle lui aurait arraché les yeux de colère. Neah prit une légère inspiration.

Quand nous serons rentrer, la Reine souhaiterait te rendre le titre de Marquis appartenant à ta mère, avec tout ce qui y est associé et qui, à ses yeux, vous a injustement été volé.

Tout leur héritage, tous leurs souvenirs, leur richesse, cette terre que leur mère avait gérer d'une poigne d'acier ... C'était à lui. Il pourrait réaliser de grandes choses là-bas. S'il ne le souhaitais pas, il pourrait toujours transmettre ce dernier à Isley. Neah le laissait digérer la nouvelle un instant. Parce qu'ils en étaient conscients, cela allait au-delà de cette nomination.

Tu n'es pas obligé de me répondre si tu ne le souhaites pas. Mancinia veut te voir à notre retour, tu décideras à ce moment-là. Tu as toutes les cartes en main.

Et il savait qu'elles seraient bien employées.



Mes hommages, votre Majesté.

La Princesse Edna avait prit un morceau de sa robe, s'inclinant avec douceur devant le Roi, qui s'était un instant immobilisé devant cette réaction, tandis que la dernière servante clôturais la porte derrière eux. Ils venaient d'entrer dans ses appartements, pour venir la saluer, après cette brève discussion entre frères. Celle-ci venait de congédier son personnel, pour pouvoir converser en toute quiétude.

Tu peux arrêter, Edna, c'est trop perturbant. Et je suis ton beau-frère.

Ses yeux blasés, comparables à des saphirs glacés, terminaient leur course sur le haut du crâne de l'époux de sa soeur, toisant désormais celui-ci. Elle avait la même hauteur qu'Isiode. Il devait avoir une malédiction sur sa taille.

C'est vrai, tu n'arrêtes pas de vouloir engendrer des bébés.
C'est elle qui les veut.
Es-tu en train de comparer mon adorable soeur à une poule ?
Tu as raison, excuse-moi, elle aime les vaches après tout.
Impoli !

Malgré sa mine dure et sérieuse, courroucée, un sourire se dessinait sur ses lèvres. La Princesse manipulait avec une aisance rare les expressions faciales. Si Neah en avait été dérouté au départ, craignant de véritables vagues de colère à son encontre, il s'était habituée à cette petite venant souvent rendre visite à son aînée aphasique. C'était devenue une incroyable jeune femme, éprise de liberté, loin des codes du Royaume, n'en demeurant pas moins une figure emblématique et une guerrière émérite.

Je suis contente de te voir.

Elle prit un siège et s'y assit, les invitant à suivre son mouvement.

Comment se passe la révolution, au pays ?
Nous sommes partit avant la réunion.
Je suis sûre que la Reine s'est admirablement bien débarrassée de tout ces trous du cul.
Edna ...
Pardonnez mon langage vulgaire, la joie s'y exprime.

Ça n'avait pas dû être évident de se retrouver en ces lieux, seule. Heureusement, son entende avec le Roi avait été immédiate et l'alliance entre les deux Royaumes serait conclue ... même si une menace demeurait au-dessus de la tête de la Princesse, qui n'avait pas dû vivre cela sereinement. Elle craignait tellement pour la sécurité du peuple qu'elle serait amenée à diriger qu'elle avait choisi revenir auprès des siens, pour tenir le spectre d'une guerre au loin. Elle espérait que son fiancé renonce à ce duel idiot ... Un sourire satisfait transparaissait sur son visage, tandis que ses yeux tombaient sur Isiode.

Dois-je vous appeler Marquis Yüerell, ou ce n'est pas encore le bon moment ?

Post IV - 2180 mots [C'EST LA FAUTE DE I&I /sbaff] - sans la citation
Citation issue de la Litanie contre la Peur du Bene Gesserit, dans le Cycle de Dune de Frank Herbert.
Illustration - Hannah Alexander Artwork [Hera, Lore Olympus]



[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Mer 18 Nov 2020, 04:01

Mes pas m'arrêtèrent à moins de deux mètres de la haute silhouette du Souverain. Solennellement, je basculais le buste vers l’avant, m’introduisant d’une voix monotone et légère, non dénuée de respect.

« Soldat Yüerell. Mes hommages, votre Altesse. »

Puis, je me redressais lentement, laissant les deux Rois discuter entre eux en m'éclipsant discrètement vers l'arrière. De la sorte, je pus profiter de cet instant solitaire pour examiner l’intérieur du Palais de la Sentinelle. Le hall était démesuré et richement décoré dans le style et les couleurs particuliers de la région, qui était connue pour s’apparier de teintes vertes et dorées, colorations dont arboraient également les célèbres armoiries de la famille royale ainsi que les uniformes de l’armée. Sous nos pieds, le carrelage du plancher reluisait en raison de la lumière solaire qui illuminait l’ensemble du vestibule, et ce, grâce à une ouverture offerte par l’immense fenêtre se situant tout en haut des escaliers de la pièce. Par ailleurs, en contemplant le hall, je me fis une réflexion, celle qu’une fois le soir venu, assurément, le grand lustre et les autres lampes murales feraient certainement briller, de milles éclats céladons et mordorés, la grande salle d'entrée. Toutefois, je ne pus admirer plus longtemps les différentes décorations suspendues aux murs, les traits de pinceau des portraits et la beauté des épées et des boucliers exposés, puisque l'arrivée discrète d'une domestique à nos côtés m'arracha subitement de mon observation. Par conséquent, avant de dépasser la hauteur du Roi Elay, je le saluais de nouveau en lui présentant ma nuque, suivant ensuite docilement le tracé de mon frère et de notre guide, qui venaient de prendre les devants.

« Je voulais te dire… »

À l’entente de sa voix, mon visage se tourna en direction de Neah, que je dévisageais tranquillement. Depuis quelques jours déjà, l’animosité et la colère s’étaient complètement évanouies de mes iris. À présent, le bleu de mes mires avait repris une coloration plus posée, éclairée, et moins déchaînée. J’écoutais donc attentivement le roux, fermant les yeux un moment avant de relâcher une longue expiration.

« Restreins-toi quand même, parce que tu fais exactement ce que tu ne veux pas que l’on me fasse, c’est-à-dire prendre des décisions à ma place, lui fis-je savoir en finissant par braquer mon regard dans le sien, le bruit de nos pas résonnant dans le couloir dans lequel nous venions de nous engager. Je peux gérer mes problèmes tout seul, poursuivais-je en levant les yeux. Tu es devenu Roi, certes, mais tu as aussi commencé à prendre pour acquis que cela te permettait certaines libertés à mon endroit, continuais-je d’une inflexion volontairement sévère, ayant bien noté le changement de caractère du rouquin une fois devenu la moitié de cette sorcière. Tant que tu ne recommences pas. Et que tu ailles tout expliquer à ta mère une fois que nous serons rentrés. »

Cependant, la suite de ses propos me rendit plus rigide encore, un silence lourd tombant sur nos épaules; un sourire amer se dessinant sur les lignes de mon faciès.

« Encore cette histoire… » Grinçais-je des dents en me pinçant l’arête du nez.

Pourquoi ferait-elle une telle chose de prime abord?

« Ce n’est pas une bonne idée », finis-je par croasser avant que nous soyons forcés de nous arrêter devant les portes de la chambre de la Princesse Edna.



En faisant notre entrée dans les appartements de la Princesse, je me penchais silencieusement face à cette dernière, la saluant avec la même solennité dont j’avais fait preuve devant le propriétaire de cet imposant domaine. Mais cette fois, j’étais loin de me montrer aussi serein.

« Mes hommages, Princesse Edna », alignais-je d’une voix égale.

De nouveau, je me tins à l’écart de la discussion, promenant simplement mon regard ici et là dans la pièce pour en connaître les décors et l’environnement. Plus qu’une curiosité, j’essayais surtout, par ce comportement, de rassembler mes pensées et de ne pas faire grand-cas des derniers propos de Neah. Ainsi, à l'image du Palais, je remarquais que cette salle était spacieuse et somptueuse, mais une différence était facilement notable : la sobriété des parures tranchait avec le faste général du reste de la demeure. Moins d’objets reluisants, moins de richesses exposées simplement pour le plaisir de l’orgueil et des yeux… Pendant quelques secondes, mon regard cessa son exploration. Je me sentais observé, mes pupilles se détachant progressivement de la décoration pour se poser sur le visage de notre hôtesse, qui souriait avec légèreté et ravissement. Je la contemplais calmement, attendant qu’elle prenne la parole. Toutefois, l’interrogation qui fusa de sa gorge jeta un nouveau seau d’eau glacé sur mon visage et le long de ma colonne vertébrale. Était-ce une blague? Conservant une expression posée et détachée, les lignes de mon faciès se décomposèrent à peine, si ce ne fut que brièvement, à l’instant où les mots « Marquis Yüerell » avaient franchi la barrière de ses lèvres. Je finis par prendre une grande inspiration, la relâchant quasiment aussitôt.

« … Ce n’est pas encore le moment, répétais-je simplement, détournant distraitement les yeux sur le côté. Et il s’agit encore moins d’une bonne idée, à mon humble avis. »

Cent questions se heurtaient pourtant entre elles à l'intérieur de mon crâne, alors que mes yeux, après un certain temps, finirent par se porter dans leur direction, s'accrochant successivement au visage des deux royaux.

« Puis-je savoir ce qui se trame, exactement? De quelle « révolution » parlez-vous? Pourquoi sommes-nous réellement ici? »

Vaguement, les paroles que m’avaient partagé Neah avant notre départ – et avant que je l’étrangle – me revinrent à l’esprit, mais doucement, mes sourcils se froncèrent, deux pupilles sombres ne cessant d’observer les figures royales qui m’encadraient. Que se passait-il, chez nous?


951 mots | Post IV


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mar 30 Mar 2021, 23:00

Neah avait suivi le regard de la Princesse vers son aîné suite à son interrogation, écoutant sa réponse avec attention. Il avait entendu ses paroles et, sans doute, était-il devenu trop arrogant avec le temps, mais lorsqu'on vivait avec des serpents, si on ne se surestimait pas, c'était un cadavre que l'on retrouvait. Il devait veiller à ne pas oublier d'où il venait. Un sourire naquit sur ses traits en sentant les mires d'Edna quitter Isiode pour venir dans sa direction.

C'est une excellente question. Je suis curieuse de savoir pourquoi vous n'êtes pas au courant.
L'idée d'une bonne révolution, c'est que personne n'en sait rien, répliqua le Souverain.
Touché.

Il sourit à son interlocutrice.

Tu m'as l'air ceci dit bien au courant.
Les rumeurs circulent et atteignent mes oreilles bien malgré moi.

Cet air innocent ne lui allait pas du tout et avait tôt fait de le faire rire brièvement.

Pour répondre à la question ... Sa Majesté la Reine a pris la décision de réformer l'intégralité de nos institutions. Elle devait tenir une séance exceptionnelle lorsque nous sommes partis.

Autrement dit, elle avait convoqué ses Conseillères au saut du lit en prétextant une urgence quelconque. Autant dire que personne n'était prêt.

Je ne t'apprends rien en te disant que Mancinia est la seule détentrice du Pouvoir Royal. Elle est seule aux commandes de la Nation et le Conseil qui l'entoure vise à la décharger d'une partie de son travail.

Comme bien des Royautés environnantes, leur pays n'avait qu'une seule Chancelière régentant un Conseil supervisé par la Souveraine, dont elle était le bras droit. Ce serpent ne manquait pas de conduire des paires vers des décisions fâcheuses qui renforçaient son autorité, tout en affaiblissant certaines autres. Si Mancinia n'avait pas sa puissance, ni sa réputation chez le peuple, autant dire qu'il y aurait plus de voix mécontentes et des problèmes internes. Quant à lui, même sans aucune autorité, il restait une menace puisque la Reine l'aimait et l'écoutait. Seulement, ses Conseillères voyaient une tentative de manipulation de sa part, sans réellement chercher où tout cela avait réellement débuté. Neah leva son doigt en l'air.

Et ... Qui est là pour surveiller leur travail ? demanda-t-il simplement, laissant la question en suspens quelques instants. C'est devant cette interrogation gênante que la Reine a décidée de mettre en place une séparation des Pouvoirs, où chacun se complète l'un et l'autre.

Cette décision se voulait ... novatrice. Elle chamboulerait totalement le pouvoir détenu par l'Aristocratie depuis trois siècles.

Si l'Autorité n'est pas détenue par un Saint ou par une personne sage, il est commun que le pouvoir absolu soit corrompu. Ainsi, par une surveillance mutuelle, toute centralisation du pouvoir est empêchée.

Sa volonté étant de prévenir l'apparition d'un Gouvernement tyrannique, comme elle l'avait vu naître sous le règne de la précédente Reine. Pas à pas. Insidieusement.

Nous aurons ainsi trois Chanceliers au service de la Nation, au lieu d'un seul. C'est une conséquence de ce qu'il s'est produit l'année dernière, dans le Nord, après le déplacement de nos troupes, ce qui avait engendré un déséquilibre alimentaire dans la région après l'épidémie.

Ils avaient évité une révolte en conséquence des prix des Limes. Trois ans auparavant, les nuisibles avaient attaqués les grains avant même que les fleurs ne se forment. Toutes les plantes touchées se fanaient et mourraient, sans exception. Aucun remède n'existait. Les paysans étaient bouleversés par les ravages de leur ouvrage. Ils étaient démunis devant cette catastrophe. Les récoltes de l'année précédente étant entre les mains des Nobles et des Guildes, le prix de la Lime a flambé. Les Guildes ont ensuite conspirés avec les Nobles pour acheter les Limes avant même les récoltes ... Ils les ont vendus à prix indécent l'année suivante. Les paysans étaient coincés dans un cercle vicieux où plus ils travaillaient, plus ils s'endettaient. Mancinia avait découvert la chose assez tardivement. Elle seule avait l'autorité nécessaire pour abaisser les prix convenablement, ce qui avait été fait. Une telle situation ne devait pas se reproduire.

Nombreux sont les membres de la Noblesse à s'investir pour autrui, mais ils sont tout aussi nombreux à être cupide et prêts à écraser autrui par intérêt. Il y aura beaucoup de pertes à ce changement, mais aussi énormément de gains.

Si leur pays était libre et en paix, cela ne voulait pas dire qu'il était Juste. Les riches restaient riches, les pauvres restaient pauvres. Et ... son épouse ne l'acceptait pas. Elle désirait que tous soient égaux et que seule la valeur et l'investissement permettent d'accéder aux meilleures places.

Ce revirement de Gouvernance s'accompagne également d'une autre décision qui, elle, aura un impact conséquent sur l'ensemble du pays, à savoir, l'abolissement de toutes les lois à notre encontre, nous, les hommes. Nous serons ainsi mis sur le même pied d'égalité que les femmes. Nous pourrons hériter des titres de nos mères, entretenir nos propres commerces, ou prétendre aux mêmes places de pouvoir, dans l'armée ou ailleurs ... Privilégier les compétences au rang de naissance et au sexe, telle est la volonté de la Reine.
Contrairement à Emma, Mancinia n'a pas été formée par la Chancelière Lisa et n'a pas été soumise à sa vision étriquée des choses. J'ai moi-même beaucoup apprit en venant ici. Notre pays ne sera jamais libre tant que certains membres de son peuple auront des chaînes, aussi invisibles soient-elles.
C'est un rééquilibrage nécessaire. Pendant que nous sommes ici pour ramener la Princesse, elle se charge de faire le ménage, d'une certaine manière.
Elle t'a envoyé ici pour te protéger, c'est si mignon, se moqua doucement Edna.
C'est toi qui nous a prévenue.
Oui, bien sûr, mais elle aurait pu envoyer n'importe qui. Isiode tout seul aurait amplement suffit. Elle savait juste qu'un retour discret sans escorte était voué à l'échec. Elle n'a confiance en personne pour protéger sa chère petite soeur de vilaines réfractaires qui ne manqueront pas de nous attendre sur la route.

Elle but une gorgée de son thé.

Je suis donc certaine que lorsque nous seront sur le chemin du retour, ce sera la bagarre.

Tant mieux. Elle adorait ça. Depuis combien de temps n'avait-elle pas eu un vrai combat ?

Autant reprendre des forces au banquet de ce soir. Et, tous les deux, vous devriez discuter avec les hommes d'ici ... Vous pourriez être surprit de tout ce qu'ils ont le droit de faire !

Post V - 1060 mots


[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Sam 14 Aoû 2021, 20:23

Je ne savais pas où me mettre, mes pupilles traversant discrètement la salle pour observer les différents visages qui y apparaissaient. Pourtant, à aucun instant, elles parvenaient à trouver un point d’ancrage, une distraction qui saurait les faire trembler de curiosité. Il y avait bien eu cette fontaine de flûtes à champagne qui avait retenu mon attention pendant notre entrée dans la salle, tant je la trouvais grande et inutilement extravagante au centre de la table du buffet. Toutefois, je m’en étais rapidement détourné une fois le discours du Roi Elay initié. Dans des acclamations polies et soigneusement mesurées, il était apparu sur le balcon au-dessus de la salle, englobant celle-ci de son regard d’acier, fier et majestueux comme un lion. Ses cheveux bruns, tirant sur un doré que l’on devinait dans leurs reflets, encadraient un visage aux traits carrés, droits, ainsi qu’une paire d’yeux d’un gris métallique saisissant, presque inquiétant. Si ce n’était pas de son sourire et de son expression avenante, il n'aurait pas été difficile de se dire qu’il aurait pu nous transpercer par la seule pose de son regard sur nos épaules. Imposant, le dirigeant raffermit un instant à son bras la main de sa fiancée qui, en quelques foulées, le rejoignit sur son piédestal, à ses côtés. Sa chevelure d’or avait été consciencieusement peignée entre les doigts de ses dames de compagnie, son maquillage faisant briller le lait de sa peau. En un instant, des sourires apparurent inconsciemment sur le visage de plusieurs convives, la beauté du couple en attendrissant plus d’un : tout le monde s’accordait à dire qu’ils allaient de pair, tous les deux. Ensemble, ils étaient vêtus selon les couleurs de leur Royaume, le vert du gazon et le jaune des blés se joignant dans une harmonie délicate et gracieuse autour de leur silhouette.

Avec respect, la foule se tut progressivement, laissant le souverain aligner les commodités habituelles qui se partageaient en tout début de soirée festive. Il remerciait chaque invité d’avoir fait le déplacement pour se présenter au buffet, saluant personnellement ses convives les mieux nantis pour ne froisser l’égo de certains. À ceux que le Roi adressait ces mots, je parvins à en reconnaître la majorité, célèbres par-delà les frontières en raison de leurs réalisations ou de leur fortune, connus de tous du fait de leur nom et de leurs titres nobiliaires. À la suite, ils lui offraient alors une révérence solennelle, les hommes dévoilant leur nuque dans l’abaissement de leur buste, tandis que les femmes ployaient légèrement les genoux en soulevant la bordure de leurs robes. Je les écoutais en retrait, silencieux, un verre à la main, m’étant mêlé au reste de la garde et des hommes de main du Royaume d’Illestia. Je ne me considérais pas comme un noble, encore moins comme un seigneur : ma place était donc là où le fer battait contre le flanc des soldats.

« Également, j’aimerais souhaiter un bienvenu chaleureux à sa Majesté Neah Katzuta, Roi du Pays de la Reine. »

Tous les regards se portèrent brièvement sur les épaules du concerné. Assis à la table royale, le siège qui lui avait été assigné se situait à la droite de celui du Roi. En tout bien, tout honneur, on le salua avec toutes les politesses que l’on attendait de son rang. Seuls les plus ignorants – autant dire ceux qui avaient vécu toute leur vie au fond d’une grotte – pouvaient se demander pourquoi un invité de cette trempe était aujourd’hui présent. Les complaintes et les fureurs du Roi Iskharin étaient connues de tous, les raisons de sa colère ayant alimenté bien des rumeurs et des suppositions au fil des événements, et continuaient présentement de nourrir plusieurs discussions murmurées à voix basse. Silencieux, je tendis l’oreille. Certains chuchotaient qu’Iskharin jalousait et méprisait le dirigeant d’Illestia, son désir de le détruire et de le voir chuter l’emportant sur une raison peut-être désormais oubliée. D’autres témoignaient que le Roi Iskharin ne cherchait rien de plus qu’à reprendre l’une de ses possessions, l’homme royal ayant, il semblerait, maintes et maintes fois demandé la main de la blonde, cette dernière refusant catégoriquement à chacune de ses avances. Cependant, le Monarque des contrées d’Omeru aurait été, depuis des années, conquis par la beauté et le charme de la Princesse Edna. Sur ma gauche, supportant ces derniers on-dit, j’entendis une femme se confier à son voisin, racontant qu’elle aurait surpris une conversation entre deux conseillers d’Iskharin qui affirmaient que le Roi Elay aurait tout simplement volé la promise du Souverain d’Omeru.

Je fermais brièvement les yeux. Ces histoires de la Cour… C’était épuisant et inutilement compliqué. Cela dit, à la soulevée des commérages, le propriétaire de la Sentinelle mit rapidement fin aux babillages, poursuivant sur une intonation digne, égale et éloquente. Comme toujours. À un certain point, la Princesse Edna se permit également d’adresser quelques mots au rassemblement.

« J’espère que vous passerez une excellente soirée! » Conclu finalement les fiancés en s’éclipsant du balcon pour rejoindre la table royale.

Et maintenant que la résonnance des claquements de mains s’amenuisait sous l’écho des voix et des talons, j’étais laissé à moi-même au beau milieu de la foule, incapable de savoir sur quel pied danser. Les convives discutaient avec énergie et une aisance qu’ils avaient perfectionné tout au long de leur vie, s’appelant et se côtoyant autour de la nourriture et du champagne distribués. Entretemps, m’étant greffé à un petit groupe militaire, je buvais tranquillement ma boisson alcoolisée, laissant volontiers les autres enrichir la conversation de leurs anecdotes et autres joyeusetés.

« Quand est-ce que le Duel entre les Rois Elay et Iskharin se déroulera?  »

Évidemment, ce sujet de conversation devait revenir sur le tapis.

« Un garde de la réserve m’a dit qu’il se passera dans moins de deux semaines.

- Le Roi Iskharin est complètement fou de vouloir se battre en duel contre sa Majesté! Ria un autre soldat. Il ne tiendra qu’une minute à peine!

- Je n’en suis pas aussi sûr. Iskharin a l’expérience, a la puissance et l’intelligence.

- Sa Majesté a la vigueur et l’adresse de la jeunesse avec lui! Il ne se laissera pas submerger par ce vieil homme. »

L’adjectif était relatif, sachant que le Roi Iskharin avait près d’une quarantaine d’années alors que le Roi Elay n’était qu’à l’aube de ses vingt-neuf ans. Et si ce sujet sembla aviver les passions de ma petite compagnie, à un moment, on m’agrippa rudement l’épaule, mon regard tombant sur le visage de mon voisin.

« Connaissez-vous la Marquise Esmaëlla? » Me chuchota-t-il à l’oreille.

Le haussement de mes sourcils sembla lui offrir la réponse attendue, puisqu’il pointa discrètement ma droite. Je tournais mon visage dans la direction désignée, croisant brièvement les iris violacées d’une jeune femme aux cheveux sombres, si sombres qu’ils en paraissaient pourpre et bleutés.

« Devrais-je? » Finis-je par demander en reportant mon attention sur le soldat, qui souriait d’un air taquin.

Devant ce rictus, mes yeux roulèrent d’exaspération. Je reconnaissais trop bien ce sourire, pour l’avoir vu suffisamment de fois aux lèvres de Neah.


1 175 mots | Post V


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Ven 01 Oct 2021, 23:07

Posant sa main contre son visage en relâchant un soupir, remontant son membre vers ses cheveux pour les conduire en arrière et se regarder dans le miroir, Neah avait l'air d'aller bien, d'être au meilleur de sa santé même. Cela dit, intérieurement, il se sentait vide et nauséeux, comme si quelque chose n'allait pas. Comme si ce petit air insolent sur le visage et aspirant à la vengeance contre son père disparu, ce n'était pas lui. Ses appréhensions étaient nées dans son bain, mais elles se disloquaient en même temps que les gouttes d'eau retombaient sur ses épaules, dégoulinant sur sa peau et que l'odeur du lys, pénétrante, envahissait ses narines. Dans les appartements qui lui avaient été alloués, il regrettait autant ce qu'il se passait que l'envie de poursuivre jusqu'à qu'il parvienne à convaincre le mur inébranlable qu'était Isiode. Pour captiver autrui, l'homme n'était pas aussi doué que son aimée, ou peut-être n'était-il tout simplement pas assez menaçant ? ... Pourquoi devrait-il être comminatoire avec son frère, d'ailleurs ? Il aimait l'embêter et agir comme un petit garnement avec lui, certes, mais c'était son problème. Là, c'était autre chose. Et on lui avait gravé dans la tête qu'il ne serait rien d'autre qu'un vulgaire Soldat, un rôle qui lui convenait, oui, mais pourtant, Neah était convaincu d'une chose : Isiode était en mesure d'améliorer les choses. Et, égoïstement, c'était le mot, égoïstement, il le voulait à ses côtés pour cela ...

Si Neah avait été un combattant de bas étage, la poigne du Souverain lui aurait broyé la main. En même temps, Elay voulait certainement s'assurer que son interlocuteur ne soit pas l'équivalent de rien du tout, surtout un homme venu d'un Royaume où ils avaient quasiment tous été réduits à des moins que rien. Mais non, l'époux de la Reine Noire se révélait être tout aussi redoutable qu'elle.

Je vois que votre réputation n'est pas usurpée.
Il en va de même concernant la vôtre.

Supposait-il ? En regardant Edna par la suite, il la vit sourire, ravie. Cela l'étonnait. Ce n'était pas que sa relation avec sa belle-soeur était mauvaise, mais de là à ce qu'elle adhère à son indépendance ne cessait de l'étonner.

Je vous en prie, installez-vous.

D'une inclinaison de la tête, Neah allait prendre place, tandis que son homologue s'éloignait en compagnie de sa fiancée, pour prendre la parole. Durant le discours d'Elay, le Roi parcouru la vaste salle des yeux. Quelques visages lui étaient connus, comme les ambassadeurs qui avaient négociés avec Mancinia, par exemple, mais d'innombrables autres ne l'était pas. À son humble avis, il allait avoir du travail toute la soirée, à gérer cet attroupement qui ne manquerait pas d'accourir à sa rencontre. Son regard se posait sur son frère. Isiode, près des soldats, comme à son habitude ... Il retint un sourire, se contentant de le réaliser dans son esprit, son visage demeurant impassible, reportant son attention sur son homologue avant que son nom ne soit évoqué.

Je vous remercie, vos Majestés, déclara-t-il en inclinant la tête.

C'était ... surprenant de se voir autant considéré, soudainement. Lorsqu'ils vinrent à ses côtés, Neah observait la Princesse, seule, son fiancé ayant été enlevé entretemps par quelques nobles.

Je suis ravi de te voir heureuse, Edna.

Elle le scrutait.

C'est sincère.
Je le sais. Tu as beau être un homme, tu sais être malin.

Elle le gratifiait d'un clin d'oeil amusé, mais elle ne vint pas s'installer, plutôt l'inviter à marcher dans la salle plutôt que de rester en retrait. Si changement il y avait, cela devait démarrer maintenant, avec un Roi qui affirmait sa position.

Sais-tu quand se déroulera le Duel tant attendu ?
Dans une quinzaine de jours.

Il se demandait pourquoi Ishkarin avait accepté un combat armé. Il était clairement plus doué avec sa magie .. Non. Mancinia était similaire, mais elle surclassait tout le monde malgré son apparence. Ils devaient surtout se méfier de l'eau qui dort.

Tu seras en sécurité auprès de ta soeur.
Je ne manquerais pas ces changements de l'intérieur, avant de revenir ici.

En tout cas, elle était certaine de la victoire d'Elay.

Je pensais que tu serais contre, sourit-il.
Moi aussi, mais il y a plus important que mon ego, dit-elle en parcourant la salle du regard. Le peuple.

Edna, comme Mancinia, avaient à coeur cette volonté de protéger ceux qui ne pouvaient pas faire entendre leurs voix.

Votre Altesse !
Je t'abandonne quelques minutes.

D'un hochement de la tête, il libéra la future régente de son obligation d'accompagnement. Le laissant seul au milieu de cette bande d'intriguant qui ne manquèrent pas l'opportunité de lui sauter dessus. C'était épuisant. Comment diable Mancinia réussissait-elle pareil exercice en retenant son envie de tous les brûler ? Elle qui était loin d'être un modèle de patience savait l'impressionner, de temps à autre. Et son frère, s'en sortait-il ? Hum. L'avantage d'être agile, combiné avec une petite taille, c'était de pouvoir se déplacer rapidement sur la zone. Neah se retrouvait planté devant eux, engendrant l'arrêt total du cerveau de l'interlocuteur. Et des autres présents, accessoirement.

Votre Majesté ! s'inclinait ces derniers.
Soldats.

Visiblement, il attendait une réponse plus complète.

Je ... Nous étions en train de questionner votre frère sur ses connaissances de notre pays !
Ah oui ? demanda-t-il avec un sourire. Et comment il se débrouille ?

Personne ne lui dirait qu'il se débrouillait mal, de toute manière.

Je vous emprunte mon frère, un instant.

Absolument pas, il allait le garder pour lui. Ce serait son bouclier. Au bout de quelques pas, il lui demanda discrètement ;

Comment se présente ta survie en milieu hostile ?

Post VI - 940 mots


[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Mer 06 Oct 2021, 03:57

À peine cette pensée effleura mon subconscient que je perçu un mouvement au sein de la foule. Telle une brise que l’on venait de libérer, il se faufilait et traçait son chemin au milieu du rassemblement de nobliaux, cherchant vraisemblablement à rejoindre notre position. Si je n’y prêtais qu’un vague intérêt durant les premières secondes, pensant qu’il s’agissait simplement d’une connaissance de ces braves soldats, la coiffe rousse qui s’en extirpa ensuite retint rapidement toute mon attention. Et mes sourcils, par réflexe, se froncèrent à cette vision. Que voulait-il? Cette interrogation ne percuta pas uniquement mon esprit, mais également celui des autres soldats du groupe. Pendant un certain temps, nous restâmes silencieux, muets comme des tombes, à la suite de sa soudaine apparition. Même lorsque les premiers chevaliers parvinrent à s’arracher de leur surprise afin de saluer convenablement le Souverain, une étrange tension continuait de palpiter dans l’atmosphère qui nous entourait. Ils cherchaient à comprendre le subit intérêt du Roi du Pays de la Reine à notre endroit, mais bien vite, quelques présomptions se lovèrent entre leurs deux oreilles, certains regards courant jusqu’à la hauteur de mes épaules. À aucun instant, je leur échangeais une œillade, conservant une certaine distance, les traits de mon faciès n’exprimant qu’une profonde lassitude en explorant le visage de Neah.

« Oui. Bien sûr, votre Majesté. »

Le chevalier répondit au Monarque, malgré le fait que celui-ci n’est à aucun moment demandé l’aval de la petite compagnie pour pouvoir « m’emprunter ». La nervosité avait inutilement délié sa langue, il semblerait.

« Ce ne sera pas long », leur fis-je savoir en me recourbant respectueusement, me fondant dans l’ombre de mon frère tandis que nous nous éloignâmes du groupe de soldats.

Même à cette distance, je pouvais sentir la curiosité et l’intensité de leurs regards pénétrer ma moelle. Cependant, la soudaine prise de parole de mon frère m’arracha à cette impression et, du même fait, je me stoppais à sa hauteur. Milieu hostile, hein? Je ne lui répondis pas sur le moment, jetant plutôt un bref coup d’œil en direction des militaires que nous venions de délaisser derrière nous.

« Je déteste ce genre de cérémonie, finis-je par expirer, visiblement ennuyé, les épaule baissées. C’est bruyant et je n’aime pas particulièrement les conversations de la Cour. »

Je trouvais tous ces nobles soient imbus de leur personne, narcissiques, manipulateurs ou hypocrites. Bien sûr, ils n’étaient pas tous ainsi… Mais la majorité que j’avais croisé avait amplement suffi à forger mon opinion sur la question. Lorsque Mère était vivante et que nous étions invités à ce genre de festivités par la royauté, cette réalité ne m’avait jamais vraiment sauté aux yeux. Nous étions jeunes, Isley et moi. On nous complimentait en souriant, on nous regardait avec cette étincelle dans les yeux que nous interprétions comme étant de la bienveillance et de l’amusement devant notre naïveté d’enfant. Mère aussi, à l’époque, recevait d’innombrables flatteries. Toutefois, dès l’instant où elle périt, le monde avait cessé de nous regarder avec cette chaleur dont nous nous étions accoutumés. Nous n’étions plus que ruines et gêne : nous ne méritions plus leurs sourires et soutien. Nous n’étions plus que des poids morts, sans intérêt. Je pris une discrète inspiration. Rapidement, je me fatiguais simplement de leurs faux-semblants et de leurs éclats de rire qui n’étaient là que pour cacher la sournoiserie de certains esprits et, quelques fois, leur désintérêt complet d’autrui.

« Cela étant dit, ces chevaliers ont beaucoup d’anecdotes à raconter et ils sont plaisants à écouter. J’haussais des épaules, comme pour pointer l’évidence. Puisqu’ils aiment tant cela, je leur laisse volontiers la parole. Au moins, ça me permettra d’écouler rapidement cette soirée. Baissant les yeux en direction du rouquin cette fois, je poursuivis sur le même ton platonique et distant qu’habituellement : Bref… Que veux-tu? Il était venu nous rejoindre pour une bonne raison, n’est-ce pas? Y’a-t-il un problème qui requiert ma présence? »

Le temps que je prenne connaissance de sa réponse, un silence de plus en plus marqué s’étendit à l’ensemble du hall. Simultanément, nous soulevâmes nos visages, distinguant à travers la salle le bruit des rumeurs, qui avait lentement pris la place de l’animation des discussions. À ce constat, nous observâmes nos environs, suivant le point convergent de tous les regards de la Cour.

« Juste ciel! Quel est donc ce soudain silence, mes amis? »

Dans le même temps, les gardes du Royaume d’Illestia se rassemblèrent autour du nouvel arrivant. Leurs armes s’étaient levées et pointaient en direction de l’impromptu. Pour autant, jamais ils n’esquissèrent le moindre mouvement qui aurait pu supposer une offensive à son endroit. Malgré tout, nous pouvions le percevoir dans l’air : si l’intrus décidait de faire ou de dire la mauvaise chose, les soldats étaient prêts à contrattaquer. L’invité surprise le pressentait également, préférant sourire à cette intervention rapide des militaires.

« Iskharin… »

S’étant créé un passage dans la foule, qui s’était elle-même tassée sur le côté pour le laisser passer, le Roi Elay apparu entre ses hommes. À présent, il se tenait face à face avec le Souverain d’Omeru.

« Elay. Le quaternaire fit une révérence face à son cadet. Je suis ravi de vous revoir.

- La réciproque est loin d’être partagée, trancha froidement le brun.

- Brutal, comme escompté.

- Pourquoi êtes-vous ici? »

À cet instant, les deux Majestés s’affrontèrent du regard, le Souverain d’Omeru finissant éventuellement par lui adresser un sourire complaisant pour détendre la palpitation qui vibrait dans l’air.

« Je suis simplement venu pour profiter de la soirée, assura-t-il en montrant sa garde personnelle, qui se tenait dans son ombre.

Ces derniers n’avaient pas levé leurs armes malgré l’hostilité de la garde d’Illestia.

« Vous n’avez pas été invi–

- Laissez-moi finir, le coupa sèchement le Monarque d’Omeru. Je suis venu profiter de la soirée et vous parler de notre fameux duel. »

Le silence, une fois de plus, s’alourdit, amusant Iskharin qui reprit :

« Je me suis déplacé afin que l’on puisse revoir notre entente. Pourquoi attendre encore deux semaines, Elay, quand nous savons très bien, tous les deux, que nous souhaitons en terminer rapidement avec cette histoire? »

L’acier du regard du concerné se glaça, la menace qu’il inspirait rentrant littéralement dans notre chair.

« Pourquoi cette attente? Qu’avons-nous à préparer, exactement? Tout ce que nous avons besoin, après tout, se trouve déjà ici : les armes, la Princesse Edna, vous et moi… »

Par réflexe, je portais une œillade à Neah. Est-ce que le Roi Iskharin défiait, ici et maintenant, le Souverain d’Illestia?

« Hahaha! Par les Dieux, bien sûr que non! Il se fait tard et je viens d’entreprendre un long voyage pour me rendre jusqu’ici. »

Il sourit de plus bel. Il semblerait qu’il soit parvenu à lire l’interrogation dans les yeux de plusieurs des convives.

« … À quand désirez-vous devancer le duel dans ce cas?

- Le plus tôt sera le mieux, non? Que dîtes-vous de demain? »

Les murmures dans la salle s’élevèrent brusquement. Demain? Mais à quoi pensait le Roi d’Omeru? Pourquoi faisait-il cela? Le Roi d’Illestia parut encore plus froid et offensif.

« Puis-je connaître les raisons d’un tel changement d’esprit, Iskharin?

- Ce n’est vraiment pas compliqué, croyez-moi. Un petit oiseau m’a simplement murmuré à l’oreille qu’il se pourrait qu’une personne, qui m’est précieuse, décide soudainement de disparaître. »

Instantanément, son regard se porta dans notre direction. Plus précisément, il contemplait le rouquin à mes côtés. Il… avait été mis au courant de notre mission? Il était au courant que nous devions ramener Edna auprès de sa sœur? Mes sourcils se froncèrent. Il semblait y avoir un malentendu, cela dit… Notre mission consistait bel et bien à ramener Edna à son pays natal, mais c’était pour la défendre et la protéger advenant le cas que quelqu’un voudrait s’en prendre à elle avant le Duel – à tout hasard, si le Roi Iskharin avait décidé de la kidnapper, au mépris de l’entente avec le Souverain de la Sentinelle. Cependant, le Roi d’Omeru ne semblait pas l’avoir compris sous ce ton.

« Je ne pensais pas que vous aviez si peu foi en vos capacités, Majesté, au point de vouloir éloigner Edna de moi en la ramenant au Pays de la Reine, là où elle me serait inaccessible, là où je ne pourrais la reprendre…

- Votre Majesté, permettez-nous de… »

Mais le Roi Elay leva l’une de ses mains. Les rumeurs s’accentuèrent. Tous ces nobles croyaient-ils vraiment les propos de l’intrus? Toutefois, il ne suffit que d’une parole du Monarque pour que les commérages cessent définitivement.

« Ça suffit. Iskharin, je crois que vous ne vous rendez pas compte de la situation.

- Au contraire, je pense que j’en ai une bonne idée. Son sourire se fit plus sinistre encore. Alors, Elay? Que choisissez-vous? Me battre demain ou permettre à la jeune Princesse de fuir avec son escorte? »


1 470 mots | Post VI


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Mer 26 Jan 2022, 02:13

Neah se retint de sourire devant la réponse de son frère. Difficilement.

Je m'en doutais.

Tous ces ronds de jambes n'étaient pas le truc d'Isiode. Une perte de temps, tout au plus. Ce n'était pas souvent très agréable d'être là et d'attendre. Lui aussi n'avait pas aimé être représenté de cette manière, détesté ses premières interactions en tant que Roi, surtout au sein du Palais où son épouse dominait d'une main de maître ... Il avait été l'équivalent d'une charmante décoration aux traits rougeoyants. Personne n'avait envie de se tenir debout sans que l'on ne reconnaisse ses capacités, uniquement des remarques sur la femme avec qui on couchait.

Aucun. J'ai sans doute mal évalué ta situation.

Il marquât une courte pause en se tournant vers lui.

C'est seulement ...

Neah s'était arrêté au milieu de sa progression en croisant le regard, amusé et empreint d'une délicieuse satisfaction, du Roi d'Omeru, Iskharin. Ce dernier venait d'entrer sans un bruit, surgissant au milieu des convives qui se taisaient les uns après les autres, atterrés de constater sa présence. Il n'était pas venu seul et sa Garde renvoyait les regards menaçants des Soldats d'Illestia. ​L'atmosphère détendue prit soudainement une teinte emplie de tension dès qu'Elay et lui se tenaient l'un devant l'autre, les deux Souverains ne cédant aucune part de terrain. Plus Iskharin parlait, plus son message était clair ; il avait été informé. Comment ? C'était l'évidence. Aaaah ... Lisa ! Vous avez trahi la Reine Noire. Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Quelle erreur stratégique. Avait-elle cru que Mancinia n'en saurait rien ? Soit une missive était partie avant son arrestation, soit Iskharin l'avait compris en apprenant que le Roi voyageait avec une escorte quasiment inexistante ...

Fuir ? souffla Edna, indignée. Vous moquez-vous de moi ?

Neah l'imaginait très bien saisir n'importe quelle arme présente dans cette salle et lui botter l'arrière-train elle-même, peu importait la réputation de son adversaire et qu'elle soit clouée au sol la seconde d'après. La Princesse en était capable, c'était comme ça qu'elle avait été élevée, mais il ne la laisserait pas faire.

On vous a mal informé, Majesté.

Il avait presque surgit aux côtés du couple royal.

Je suis venu prendre des nouvelles de la Princesse à la demande de mon épouse, soucieuse du bien-être de sa cadette et désireuse de la voir rentrer au pays avant son mariage, afin de respecter quelques anciennes traditions. Comme le Duel était prévu dans deux semaines, cela lui aurait laissé le temps, peu importait le vainqueur.
— Dans ce cas, vous ne verrez aucun inconvénient à ce que ce Duel soit avancé. Peu importe le vainqueur, après tout, si ces anciennes traditions sont respectées.

Son ton s'avérait assez sec, conscient que l'intervention de Neah ne lui permettait pas de retenir Edna, même en l'emportant dès demain. Qu'il mente ou non n'avait aucune importance, puisqu'une telle tentative s'avérerait désastreux pour la Paix. Et qui avait envie de prendre le risque de voir Mancinia se déplacer en personne ? ... Personne, justement.

Ce n'est pas une décision qui me revient.

Il observait Elay du coin de l'oeil, ce dernier eu un signe de tête.

— Vous avez raison, Iskharin. Mettons un terme à tout ceci demain.



Aaaah ... Il ne pouvait pas surgir au plus mauvais moment.

Edna se laissait tomber sur l'un des canapés de ses appartements, une main contre son visage. Énervée, elle s'était retenue au mieux de ses capacités, laissant son fiancé disparaître devant une réunion urgente, après qu'il eu demandé à Neah de garder un oeil sur elle.

Si tu es inquiète concernant le combat, Elay ...
Je ne m'inquiète pas pour Elay, trancha-t-elle. Tu penses que Mancinia s'inquiète pour toi ? Elle n'a pas épousée un incapable que je sache.
C'est ... gentil, dit-il en haussant un sourcil avec une mine peu convaincue. Je présume ?

Edna eu un sourire dans sa direction, mais qui disparu presque aussitôt.

Qui serait en mesure d'empêcher Iskharin de paralyser Elay avec sa magie ? ... Mancinia était censée être présente. En son absence, je doute que ce combat soit loyal.
... Mancinia m'a donné ceci.

Neah l'avait attaché à l'intérieur de sa tenue d'apparat, de sorte que personne ne puisse lui subtiliser. C'était une broche de bleu et d'or. Un Azuré.

C'est un moyen de retourner à la frontière en quelques instants.
Pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt ?! s'indigna soudainement la Princesse.
Parce que ce n'est qu'une utilisation en cas d'ultime recours. Je ne suis pas certain que ton retour soit une bonne id ...
Il n'est pas question que je suive les ordres d'Iskharin ! s'exclama-t-elle en se relevant d'un bond. S'il gagne, c'est moi qui rachèterait ma liberté !

Il était dur pour une femme, issue d'un pays où elles étaient au pouvoir, de se marier à un homme qu'elle devait considérer comme leur égal, mais un individu qui voulait la prendre comme un trophé ... Edna le refusait. Et puis, surtout, elle était tombée amoureuse d'Elay, quoi qu'on en dise, ça avait été l'imprévu. Neah sentait sa colère poindre sur ses paroles acérées. Qui n'aurait pas été mécontent d'un tel traitement, après tout ? Il relâchait un soupir discret, tournant ensuite son visage vers son frère.

Quelle est l'idée ?
Isiode et moi l'utilisons. Et nous revenons avec la Reine. Personne ne peut lui reprocher d'être présente pour soutenir sa soeur.
... Le pays doit être secoué, elle ne se déplacera jamais.
Je ne m'inquiète pas pour Mancinia, après tout, je n'ai pas épousé une incapable.

Edna restait muette de stupéfaction devant son petit sourire.

Quel est ton avis, Isiode ? demanda Neah en se retournant vers lui. Nous pouvons rester en retrait demain, mais s'il advint quelque chose, nous avons beau être d'excellents combattants, nous ne ferons pas le poids contre lui. Ou nous prenons le risque de rentrer au pays ...

Un risque, en effet. Mancinia avait beau avoir mené sa révolution personnelle en écrasant la concurrence, il n'y avait aucun doute sur le fait que Lisa avait encore des partisanes. Celles de l'ombre, qui allaient se battre. S'ils traversaient la barrière après cette téléportation, ils ne manqueraient pas d'être des cibles de choix. Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Ce n'était pas un problème, au final.

Post VII - 1050 mots | J'avais oublié de poster ... xD


[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 971
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Dim 06 Fév 2022, 16:41

Les foulées de la Princesse Edna avaient été furibondes sans pour autant perdre de leur grâce et de leur élégance. Cela étant dit, le claquement de ses talons contre le carrelage avait certainement pu être entendu dans tout le palais alors que nous progressions jusqu’à ses appartements. Rugissements secs, transposition de sa protestation, elle faisait ainsi ouïr son mécontentement contre ce qui était survenu, plus tôt, dans la salle de bal. Bien évidemment, avec l’arrivée du Souverain d’Omeru et de ses provocations, les festivités avaient été écourtées et les invités avaient été priés de quitter les lieux, non sans que la famille royale leur offre leurs plus sincères excuses pour cette visite inattendue. Les nobliaux n’avaient pas insisté sous l’injonction de leur Roi, se dirigeant comme un seul homme hors de la salle pour se regrouper aux portes du palais afin de se partager les ragots d’une oreille à l’autre. Si la commotion s’était faite bryante durant de longues minutes, désormais, le calme – plus ou moins – avait repris ses droits. Toutefois, un battement pulsait toujours au sein du château, la lourde atmosphère apportée par Iskharin persistant entre ses murs, comme une vilaine moisissure : le vil n’avait pas attendu pour souffler son venin.

En retrait derrière les royautés, paré de mon armement, je tendais l’oreille à leur échange sans pour autant me joindre à la conversation. Ce n’est qu’à la mention de ce « moyen de retourner à la frontière », en une poignée de secondes seulement, selon les dires de mon fraternel, que mon regard dériva sur la broche magique en question. L’or et le saphir brillaient sous les lumières intérieures. Je contemplais l’objet décoratif sans briser mon mutisme. Cependant, à la sollicitation du rouquin, je ne pu garder le silence éternellement, songeant aux options qui nous étaient tendues. Partir requérir le soutien de la Reine et certainement être confrontés de plein fouet aux conséquences de la révolution, ou rester à Illestia et espérer que la situation ne dégénère pas, ci-bas. Si les affirmations de Neah étaient véridiques, alors la Reine serait en mesure de se présenter au duel malgré la secousse qu’elle avait fait trembler sur l’ensemble de la nation. Sa présence semblait nécessaire non pas seulement pour le soutien de sa sœur, mais également pour assurer le bon déroulement du combat entre les deux Souverains. Tout le monde à travers le continent était au fait de la puissance du Roi d’Omeru, sa Magie dévastatrice étant égale – voire plus grande encore – à celle de notre Souveraine. C’est pourquoi il était aisé de supposer que, même avec la vigilance de la garde, Iskharin pourrait tromper l’œil des soldats d’Elay. Puis, même si des soupçons fleurissaient durant le combat et que les gardes de la Sentinelle réagissaient sur-le-champ pour contrer les actes de leur ennemi, ils ne pourraient malheureusement pas supporter leurs suspicions avec des preuves, la Magie pouvant être aussi écrasante, palpable, qu’invisible et indétectable. De plus, couplé au caractère sans vergogne d’Iskharin, il était alors facile de penser que ce dernier pourrait utiliser cette excuse pour déclarer que les guerriers d’Elay l’aient attaqué sans justification valable. À partir de ce point, l’enchaînement et la violence des événements pourraient alors escalader rapidement. Ce n’était pas une situation que l’on souhaitait, autant pour la Princesse Edna que pour le dirigeant d’Illestia. Dans ces circonstances, ce qu’il nous fallait faire était alors plus que logique.

« Nous devrions amener la Reine à Illestia, leur partageais-je en braquant le céruléen de mes iris dans leur direction. Nous ne servirons à rien ici, que ce soit maintenant ou pendant le duel, sans sa présence. Elle est la seule à pouvoir tenir tête à ce serpent si les choses s’enveniment. »

À mes yeux, ce n’était pas une question de risque : il s’agissait d’une nécessité. Puis, si la Reine était celle qui lui avait donné cette broche pour que nous puissions retourner rapidement au pays, alors elle devait également avoir prévue une escorte pour nous accueillir au lieu de réception. Sous cet angle, je ne voyais pas quel risque nous prendrions à retourner au Pays de la Reine, révolution ou pas. Puisque notre mission initiale était de ramener la Princesse Edna dans son pays natal, il était absolument impensable qu’elle n’ait pas songé à un plan pour s’assurer du bien-être et de la protection de sa sœur jusqu’à ce que nous rejoignions le château. En quelques palabres, je partageais cette réflexion avec mon frère et la Princesse, renchérissant ensuite :

« C'est pourquoi, si nous devons partir, nous devons le faire maintenant. »


762 mots | Post VII


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entre-
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11070
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] | Médecin [Rang III] | Éleveuse de Vaches [Rang I] | Investisseur [Rang II]
Mancinia Leenhardt
Dim 27 Mar 2022, 11:27

Hochant la tête, le Roi se rangeait de l'avis de son aîné avant de reporter son attention sur Edna. Il ne doutait pas qu'elle soit en train de réaliser une dizaine de plans, divers et variés, selon la situation qui se présenterait devant eux. Cette nuit risquait d'être longue pour la Princesse. Elle avait beau vouloir se montrer peu soucieuse, cela devait tout de même l'inquiéter.

Nous allons la chercher.
Vous allez y aller ... comme ça ? demanda-t-elle en arquant un sourcil.
Nous serons à côté de la frontière et nous avons nos armes, c'est tout ce qu'il nous faut. Laissons-les croire qu'on te console de notre impuissance.

Neah prit la broche entre ses mains en se dirigeant vers Isiode, s'éloignant de quelques pas de sorte qu'Edna ne soit pas touchée par le sortilège de sa soeur. Ce ne serait pas très grave si elle revenait avec eux, mais cela causerait probablement un désordre diplomatique et la situation actuelle ne leur permettait pas de chambouler les choses à ce point.

Prêt ? demanda-t-il à son aîné.

Lorsqu'il eut confirmation, le Roi brisa la broche en deux.



Nous n'avons plus qu'à traverser.

Neah était parvenu à éviter une grimace durant la téléportation. Ce n'était pas agréable lorsqu'on y était peu habitué ; tout tournait autour de vous, les températures changeaient, la pression de l'air aussi. Ça secouait, mais pas assez pour rendre un repas ou quoi que ce soit. Au vu de la situation dans son pays, le Roi se sentait étonnamment relaxé, essayant de prendre la situation comme elle venait. Aucun d'eux n'avait une main dessus, de toute manière, seule Mancinia avait dû faire front. Devant les deux frères se dessinait l'immense barrière cerclant leur Royaume et dont l'éclat semblait s'être renforcé depuis leur premier passage, il y a quelques jours. Un sourire se dessinait sur les lèvres du rouquin, satisfait. Ça avait dû être une réussite. Maintenant qu'ils avaient traversé, ils ne craignaient plus rien. En théorie.

Votre Majesté !

Neah s'était arrêté. À peine avaient-ils parcourus une centaine de mètres qu'une troupe d'une quinzaine de femmes l'avait repéré. Lui ne passait pas inaperçu, c'était certain, surtout entre le contraste saisissant de taille entre lui et son frère. Et ... de leurs tenues actuelles. Même si la nuit les couvraient, ils n'avaient pas eu le loisir de se changer.

... La Reine nous a demandé de vous conduire à elle dès que vous aurez passé la frontière !

Son regard s'était dirigé vers Isiode avant de se reporter vers les jeunes femmes.

Sortez vos armes.
... Pardon ?

Les Soldates le regardaient, interloquées.

Je compte vous empêcher de nuire à la Reine en servant Lisa ... alors autant éviter de perdre du temps et de nous prendre pour des idiots.

Il sourit, une lueur émergeant sur la paume de sa main. Depuis quand elles l'appelaient Majesté avec autant d'enthousiasme ? Pourquoi exactement le cherchaient-elles sans savoir quand il reviendrait, au milieu de la nuit, qui plus est ? La bêtise, c'était de le prendre pour un idiot.

Je suis pressé, alors sortez vos armes.

Sa magie était redoutable et, de ce fait, une épée était apparue dans sa main, là où quatre autres tournoyaient autour de lui, menaçantes. S'il avait une chose qu'il détestait plus que tout, c'était qu'on menace son pays.



Vous êtes de retour.

Mancinia se trouvait dans l'un des couloirs du Palais et n'avait pas manquée de les voir revenir. Elle ne portait pas une de ses riches étoffes habituelles, mais une tenue qui lui permettait une liberté de mouvement plus aisée en cas d'altercations. Emma l'accompagnait, mais son aura était moindre comparée à son aînée et ce n'était pas comme si un mari pouvait se tromper. Au vu de la situation qui aurait dû être chaotique, la Reine semblait gérer d'une poigne ferme les changements brutaux opérés au sein de la gouvernance du pays. Si Isiode s'était arrêté à une distance réglementaire, ce n'était pas le cas de Neah, qui progressait dans sa direction pour prendre les mains de son épouse dans les siennes. Ce n'était que quelques jours, mais il était déjà heureux de la revoir.

Des imprévus.
Et ça ? demanda-t-elle en désignant du regard le sang sur ses vêtements.
Des imprévus sur la route, sourit-il. Disons qu'il n'y en a plus.
Edna n'est pas avec vous. Je présume qu'il y a eu un problème.

Neah prit une inspiration et lui racontât toute l'histoire. Mancinia prit un temps pour la réflexion, mais la situation semblait l'amusée. Comme si elle avait un compte à régler.

Je vais y aller, décréta-t-elle, avant de se retourner vers sa jumelle. Emma. Tu te chargeras de la situation à ma place.

Peu importait qu'elle soit consentante ou non, au final, la Princesse avait été élevée pour diriger le pays. C'était dans ses cordes. Celle-ci s'inclinait respectueusement en acceptant ce rôle.

Reposez-vous cette nuit, vous devez être fatigué.

Neah eu un sourire, ne ressentant nullement les effets d'une fatigue assommante, mais c'était un moyen poli de les congédier.

Merci, Isiode, d'avoir gardé un oeil sur mon mari.

Le concerné haussait les épaules, avant de regarder la Princesse qui le saluait avant de suivre sa soeur et de s'en aller. Emma ressemblait vraiment à Mancinia dans cette tenue, mais ... Elle ressemblait à Mancinia. Cette idée devint presque obsessionnelle. Neah ramenait sa main vers son visage, ressentant une vive douleur à la tête, comme s'il s'était pris le sol à une vitesse déraisonnable.

...

Pourquoi est-ce qu'il n'avait pas percuté tout de suite ?

Reine Noire.

Elle s'était arrêtée dans son élan. Non pas la Reine Noire de cet endroit, mais l'autre qui portait réellement ce titre. La main de Neah glissa de son visage en l'observant, désormais en pleine possession de ses moyens.

Ou devons-nous vous appeler Izanami ?

Elle se retournait, n'ayant aucune crainte à se confronter.

Je vous réponds tout de suite.

L'entité avait un sourire glacé, levant son index, avant de le pencher vers la droite. Ça avait été instantané. Neah ressentit une pression monstrueuse lui fracasser les épaules. C'était comme si elle voulait le pulvériser contre le sol, mais en lui laissant tout le loisir de maintenir son équilibre.

C'était imprudent de vous garder aussi longtemps, mais c'est un risque que j'ai pris.

Izanami relâchait son emprise, avant de passer une main dans ses cheveux pour en retirer ce qui la gênait et qui se désagrégeait dans une poussière bleue luminescente, avant de demander, dans un sourire insupportable.

Bien dormi ?

Post VIII - 1087 mots | Leeeet's goooo !


[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode] Signat12

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhardt-
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q.] L'Homme de ses Rêves [Pv Isiode]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Q] - Découvrir | Isiode
» [A] - Le prélude | Isiode
» Bacchanale | Isiode
» [Q] - Tsurugi | Isley & Isiode
» | Isiode & Isley Yüerell |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Mers :: Mers - Est :: Mer de cristal :: Asgösth-