Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 Zénith ...
Voir le deal

Partagez
 

 | L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Dim 15 Déc 2019 - 15:02


Catégorie de quête : Jeu entre Amis - Thème Noël
Partenaire : Pulsar et Leleïth
Intrigue/Objectif :Pulsar et Leleïth se déguisent en mère Noël sexy dans un refuge pour chats.


| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 86122410

L'excentricité d'un refuge à Extalia

| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 77438810

Je posais mon regard violet et admiratif sur l'immensité gelée du Berceau Cristallin, territoire des Lyrienns. Ce lieu est vraiment merveilleux, même s'il y fait très froid. Mais mes yeux s'arrêtèrent sur une grande montagne de glace où une ville semblait s'y tenir en son sommet. « Nous allons nous arrêter là bas ! » annonça Legol, le Braskä qui veille sur notre groupe. « Oh ! Mais c'est quoi exactement ? » lui demandais-je. « C'est un ville qui s'appelle Extalia et qui est très réputée pour son expertise en matière d'élevage d'animaux. » expliqua le Braskä. « Ah oui, j'en ai entendu parler ! Ce domaine appartient aux Blaise, une famille Lyrienne et c'est eux qui dirigent l'élevage. »  compléta une Ygdraë juste à côté de moi. On continua de marcher en direction de ce fameux lieu d'élevage. J'ai hâte de voir cela de plus prêt, de voir comment ils élèvent leur animaux, voir aussi quelles espèces ils élèvent aussi.

Après une grande ascension épuisante, je me retrouvais dans cette ville si belle. Toutes les bâtissent ont la même architecture visuelle. Elles sont toutes faite de grosses pierres, couleur crème, taillées pour les murs avec une charpente en bois recouvertes d'ardoise. Après, elles sont différentes dans la hauteur, la surface au sol occupée. Mais là, les magnifiques toits de la cité d'Extalia sont tous recouverts d'un épais manteau blanc. Sur le sol, on distingue clairement les ruelles en dalles suite aux nombreux passages. Je flânais moi aussi dans ces ruelles sans but réel. J'étais heureuse de voir qu'il y avait pleins d'animaux qui arpentaient les recoins de la ville. Il y avait des chats, des chiens, des oiseaux et d'autres animaux plus grands, comme des loups, des coyotes, des léopards, des tigres … « C'est vraiment incroyable ! » Je suis tellement heureuse de pouvoir voir tout cela. J'en perds même la notion de temps. Je ne faisais même plus attention à mes compagnons de route. Je m'aventure seule dans cette immense ville d'élevage d'animaux. Il y a tant de chose à voir que je ne sais pas où me donner de la tête ! Tout est tellement magnifique que j'ai envie d'entrer dans chaque boutique ! « Oh coucou toi ! » Je m'approchais un petit chaton beaucoup trop mignon. Visiblement il avait un peu peur. « Ne t'en fais pas petit, je ne vais pas te faire de mal. » Il eut un petit moment d'hésitation pour finalement s'approcher doucement de ma main en la reniflant avant de frotter sa tête contre tout en ronronnant. « Tu es très mignon tu sais, si tu veux tu peux m'accompagner. » Je me relevais en le fixant pour continuer ma route. Finalement il prit un autre chemin que moi.

Je continuais de visiter la ville avec émerveillement. Il y avait pleins de boutiques différentes spéciales pour les animaux et des produits issus de ces derniers. Certaines vendaient de la fourrure, d'autres des accessoires pour animaux et pour leur maître, mais aussi des harnachements pour tous types de monture que ce soit des chevaux, grands lions, tigres ou autres. Même si cette cité est un lieu élevage, Tout y est fait pour que les visiteurs et voyageurs s'y sentent à l'aise. Il y a de nombreuses tavernes, de restaurants, de bars, en gros il y a de quoi boire, manger et faire la fête. Mes yeux violets s'arrêtèrent d'un coup vers un magasin rempli de vêtements bien chaud. Je dois avouer que j'ai bien envie d'acheter une ou deux capes pour me protéger un peu plus du froid. Je m'avançais vers cette boutique, mais maladroite comme je suis, je percutais un homme. « Oh, je suis vraiment désolée, veuillez m'excuser ! » lui dis-je en m'inclinant. Mais je fus interrompue par une dame qui paraissait un peu louche. « Vous ! Vous serez parfait pour nous faire un peu de pub. » Elle ne nous donna pas plus d'explication que cela. Elle nous a attrapés par les mains et nous a traînés à l'intérieur de son échoppe qui été en faite un refuge pour chat. Une fois à l'intérieur, je pus remarquer la présence non négligeable de très nombreux chats. Ils étaient tous aussi mignons les uns que les autres, j'avais envie de tous les adopter en même temps. La patronne s'éclipsa avant de revenir avec les bras chargées de tissu rouge. « Tenez, voici des tenues spéciales pour faire la promotion de notre refuge afin de donner envie d'adopter des chats ! » Elle nous montra une pièce derrière. « Allez vous changer là bas. » j'ai eu un moment d'hésitation avant qu'elle nous cri dessus « Et qu'ça saute ! » Je sursautais de peur avant de prendre le tas de vêtements et les emporter dans l'arrière boutique. Il n'y a même pas de quoi se changer dans l'intimité ? Je posais les habits sur la seule petite table de la pièce. Je pris un ensemble avant de me diriger vers un coin de la minuscule pièce. « N...ne me regardez pas ! » dis-je nerveusement et en rougissant tout en commençant à me déshabiller. Je pris ce qui devait être une robe bustier rouge aux froufrous blancs que je m'empressais d'enfiler. Résultat, elle m'allait tout juste, ma généreuse poitrine déborde légèrement tout en étant mise en valeur. Le pan de la robe était court, il recouvrait à peine la moitié de mes cuisses. Puis j'enfilais de petites chaussures dorées avec des talons et des petits accessoires du style longs gants rouges, un long bonnet rouges avec le pompon blanc qui retombe au niveau de mes reins et de petites clochettes montées en boucles d'oreilles. Une fois que j'ai enfin réussit à me vêtir, je me retournais vers l'homme qui a été aussi traîné de force dans la même galère que moi. Je ne savais pas du tout quoi lui dire, le rouge me monta aux joues, totalement honteuse.


| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 75171210



◊ Poste I ◊ 1015 mots ◊

Revenir en haut Aller en bas
Pulsar Verhoeven
~ Magicien ~ Niveau II ~

~ Magicien ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 731
◈ YinYanisé(e) le : 17/08/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : June Hautbourg | Magicienne | PNJ
◈ Activité : Organisateur de Soirées [Rang II]
Pulsar Verhoeven
Lun 23 Déc 2019 - 23:07



Pulsar remit convenablement l'écharpe nouée autour de son cou. La Saison des Neiges touchait peut-être les terres du Lac Bleu, mais il existait des endroits encore plus glacials. En apprenant qu'il venait en territoire Lyrienn, il avait demandé des conseils à Dashan. Ce dernier avait eu le regard sombre et les paroles secs, mais le Magicien ne lui en tenait pas rigueur. Il connaissait son histoire et l'affreuse blessure qui lui barrait le coeur lorsqu'on évoquait ses terres d'origine. Celles que le nouveau membre du peuple des Mages Blancs avait dû quitter quand l'Étreinte ne l'avait pas saisi. Surtout que, de ce qu'il avait compris, Extalia appartenait aux Blaise. Sa Famille. Enfin, son ancienne Famille. Leur coutume était barbare. Expulser ainsi les autres de cette manière et rompre contact avec eux. C'était délicat, surtout que Dashan n'avait pas embrassé une voie maléfique, mais l'intimité entre les deux races était connue de tous, malgré les grands efforts de l'Ultimage pour calmer ces dernières. La raison de sa visite ? ...Il n'y en avait pas vraiment. C'était seulement un voyage. Pulsar était curieux. Depuis que le nouveau souverain était monté sur le trône, la race semblait plus chaleureuse et ouverte. Ce n'était guère étonnant. Qu'est-ce qu'un glaçon ambulait aurait pu apporter si ce n'est un vent désagréable ? Encore plus que celui qui lui chatouillait les cheveux et dont il ne faisait pas grand cas. Cet endroit était vraiment magnifique. Les Lyrienns de ces contrées avaient un certain goût en matière d'architecture, on ne pouvait pas leur enlever. Par ailleurs, on lui avait dit que cet endroit était réputé pour ses élevages d'animaux. Peut-être pourrait-il voir ça de plus près ?

Pulsar s'enfonçait dans la neige à chaque pas. Ça le renvoyait un peu en enfance d'entendre ce bruit de craquement et de l'apprécier. Beaucoup de monde regardait les vitrines, mais ce n'était pas pour y contempler des cadeaux, des vêtements ou des bijoux brillants. Une ville entière uniquement dédié au bien-être des animaux. On pouvait dire qu'ils voyaient les choses en grand. Peut-être pourrait-il ramener quelque chose à June ? Un petit être de compagnie lui ferait peut-être le plus grand bien. Ils s'en occuperaient tous les deux plus tard. S'il y en avait un avenir. Pulsar s'arrêtait, regardant le ciel d'où tombaient des flocons qui n'en avait cure de ses états d'âme. Malheureusement, en s'arrêtant ainsi au milieu de la rue bondée, l'évitable devint inévitable et une demoiselle lui rentra dedans, s'excusant directement de sa maladresse.

Ne soyez pas désolée, mademoiselle, c'est moi qui me suis arrêté au milieu de la ro...

Le Magicien n'eut pas l'opportunité de conclure sa phrase qu'une femme émergea à côté d'eux pour presque les enlevés à la vue de tous. Les deux personnes s'échangèrent un regard d'incompréhension. Croyait-elle réellement qu'un Comte lui servirait de vitrine ? Il eut à peine le temps d'ouvrir la bouche pour protester que son regard se posait sur une boule de poils noire et blanche. Un chat. Des chats partout. Une quantité de miaou mignons émergeait de quelques endroits. Cela eu le mérite de les occupés durant les quelques instants où elle partit chercher des vêtements aux couleurs chaudes, disant que le but serait d'attirer le client pour des adoptions. Ils faisaient de la promotion pour permettre aux gens d'adopter des êtres seuls. C'était une plaisanterie ? Elle n'avait pas besoin d'aide pour cela, un panneau suffisait.

Madame, nous ne pouvons...

Mais son injonction eue raison de sa bonne volonté. Pulsar expira bruyamment avant de s'éclipser en compagnie de l'inconnue, embarquée dans la même galère que lui. La pauvre était assez nerveuse, surtout qu'ils ne pouvaient guère se changer dans l'intimité.

Ne vous en faites pas. Je sais me tenir.

Et il s'était promis de ne plus regarder d'autres femmes. Celle dans la Grange, en ce soir étrange, il ne l'avait pas oublié, malheureusement. Pas plus que l'état dans lequel il l'avait revue ensuite. Il s'était fait avoir et maintenant, les regrets dominaient son être. Et tout le monde semblait être ligué contre lui. Quant à lui, qu'on lui matte les fesses ne lui faisait pas peur. Tout le monde en avait

Eh bien. Nous voilà dans la même galère.

Un homme aurait certainement refusé de s'affubler d'une robe agrémenté de quelques froufrous blancs. Elle était tellement serrée que cela lui tenait le buste sans avoir la moindre poitrine. Ils se regardèrent.

Je comprends pourquoi les gens n'aiment pas les poils. C'est affreusement moche avec ce genre d'accoutrements !

Le Magicien essayait de détendre l'atmosphère en riant. C'était d'un ridicule. Il regardait les talons dorés en haussant les épaules, avant de les enfilés. Autant être son personnage jusqu'au bout. Ce qui le fit se surélever de quelques centimètres supplémentaires. Il grimaçait sous la douleur que ça lui procurait. Comment June, ou toutes les femmes qu'ils connaissaient, pouvaient s'enfermer dans ces instruments de torture ?

Ne vous en faites pas. Elle va me voir et prendre peur. Au moins, elle me renverra et je vous enlèverais de sa lubie.

Par contre, il refusait de porter les boucles d'oreilles. Il voulait bien rire, mais la plaisanterie avait ses limites. Ces derniers temps, les Aetheri lui jouaient de drôles de tour. Et étrangement, le Magicien se dit qu'il l'avait bien mérité. Et il était encore loin d'avoir fait le tour.

Post I | 888 mots


◊ DC de Mancinia Leenhardt ◊
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38148-pulsar-verhoeven-le
Invité
Invité

avatar
Sam 21 Mar 2020 - 16:51


| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 86122410

L'excentricité d'un refuge và Extalia

| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 77438810

Oh là là dans quelle galère me suis-je encore mise ? A la base, je ne voulais que visiter Extalia rien de plus. Voir comment est cette ville si réputée pour son expertise en matière d'élevage. Je voulais juste m'amuser, me balader dans l'insouciance et me voilà embarquée dans une folle histoire de faire de la pub pour un petit refuge. Bon si ce n'est que ça d'accord, mais là la gérante nous a obligée de mettre cette accoutrement rouge et blanc. Oui, vous avez bien entendu ''nous'' car je ne suis pas seule dans ce pétrin. Il y a aussi un homme qui, en le regardant, m'a l'air d'être un vrai gentleman et entendre ses paroles ne font que confirmer ma première impression. Une fois que j'ai fini de m'habiller, je me tournais vers l'homme en question. Le pauvre, il était habillé en robe lui aussi et elle était trop petite pour lui en plus ! Je me retenais de rire, ne voulant pas l'offusquer non plus, même s'il a l'air d'avoir de l'autodérision.

Je voulais lui demander son nom, mais la propriétaire des lieux déboula à toute vitesse pour nous dire de nous dépêcher. « Mais quelle horreur ! » Elle ne sait même pas retenue dans ses propos en voyant le grave homme dans cette accoutrement féminin. Je le regardais, je ne savais pas du tout comment il allait réagir, mais j'avais de la peine pour lui. Cette dame n'a vraiment aucun savoir vivre. firebrick« Bon, tant pis je m'en contenterais. » dit-elle dans un soupir. Nom d'un Aether ! Je commence à ne plus la supporter, elle est tellement ingrate. Elle nous pressa le pas en gesticulant nerveusement et en poussant des « Aller ! Aller ! On se dépêche ! » avec sa voix tout aussi désagréable qu'elle. Je n'ai pas pour habitude de rabaisser les autres ni de me moquer, mais là cette personne est tout à fait infecte ! J'ai vraiment l'impression qu'elle n'aime pas les animaux en faite.

Une fois dans la boutique, je posais mes yeux un peu partout. J'ai l'impression que la boutique est toute neuve, il n'y a pas beaucoup de décor et encore moins d'animaux. Il y en a quelques uns, mais ils n'ont pas l'air d'être très heureux ni en bonne santé. J'en profitais que la gérante soit partie pour parler un peu avec l'homme qui se tenait à mes côtés. « Dites-moi, vous ne trouvez pas cette boutique … louche ? » Plus j'essayais de l'analyser plus je la trouvais de moins en moins accueillante. Je m'approchais d'une petite boule de poils pour le prendre dans mes bras. « Coucou petit chaton. » Je voulais le rassurer un peu car il n'avait pas l'air d'avoir eu beaucoup d'affection. « Regardez, même ce chat n'a pas l'air dans son assiette et les autres non plus d'ailleurs. » Cela m'attristais énormément de voir de si belles créatures totalement abandonnées. Une larme tentait même de s'échapper de mes yeux, mais je l'a retenais. Ce n'est pas normal qu'un si bel endroit comme Extalia qui grouilles d'animaux en parfaite santé est une boutique pareille avec des créatures mal en point … « Il faut faire quelques choses ! » M'exclamais-je, mais le problème c'est que je ne sais pas de ce que l'on peut faire.

La dame refait surface en hurlant à travers la boutique. « Vous allez bouger vos fesse oui ou merde ! » Le pauvre petit chat qui était dans mes bras prit tout de suite peur. Il gigotait dans tout les sens. Je le reposais par terre et je le voyais se réfugier dans mes jambes, cherchant à se cacher et à avoir du réconfort en même temps. « Ce n'est vraiment pas normal ... » dis-je dans un murmure à peine audible, assez pour que l'homme l'endente, mais pas assez pour la vielle peau. « Allez devant la boutique pour attirer les clients ! » Je baissais la tête m’exécutant sans broncher. Je ne pouvais rien faire d'autres, puisque je ne savais pas comment réagir. Mais j'étais loin d'imaginer ce qu'il allait ce passer, très loin ...  


| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 75171210



◊ Poste II ◊ 725 mots ◊


Revenir en haut Aller en bas
Pulsar Verhoeven
~ Magicien ~ Niveau II ~

~ Magicien ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 731
◈ YinYanisé(e) le : 17/08/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : June Hautbourg | Magicienne | PNJ
◈ Activité : Organisateur de Soirées [Rang II]
Pulsar Verhoeven
Ven 1 Mai 2020 - 23:30

Pulsar vit clairement que son interlocutrice avait du mal à se retenir d'être prise d'hilarité. Ce n'était pas étonnant, même lui trouvait cette situation totalement absurde. Il avait presque l'impression d'être dans un mauvais rêve. Ce serait sûrement fini d'ici quelques minutes et ils pourraient en rire en sortant de cet étrange endroit. Dire qu'il ne connaissait même pas son nom encore. Lui-même ne s'était même pas présenté. En même temps ... Un Comte qui se déguisait en femme n'était pas courant. Si c'était un moyen de tester ses charmes et de les mettre en avant, la Gérante n'avait pas eu le nez fin. Lorsque celle-ci réapparu et hoqueta de mécontentement, le Magicien lui sourit de manière cynique. Cette réaction était prévisible. Évidemment que c'était une horreur ! À quoi s'était-elle attendue en lui donnant une robe ? On le voyait, tout de même, que c'était un homme ! Entre sa tenue, sa coiffure et même sa barbe ! ... Bien qu'il y ait des légendes sur des femmes à barbe, c'est vrai, mais ce n'était pas son cas. Peut-être allait-elle changer d'avis maintenant. Ou du moins, il fournir une tenue adéquate pour sa prestation. Son sourire se volatilisait quand elle répliquait qu'on s'en contenterait.

Non, mais ... Vous pourriez me donner une vraie tenue sinon.

Mais celle-ci n'écoutait pas ses protestations salées, étant partie dans sa boutique attenante de ce vestibule. Il échangeait un regard avec sa comparse de la soirée. Ce manque de communication promettait de faire des étincelles. Heureusement que Pulsar ne voulait aucun problème avec les milices Lyriennes, qui aurait eu des répercussions jusque chez lui, ou il aurait étinceler ici-même pour illustrer son propos.

C'est ça, grinça-t-il des dents. On arrive.

En sortant de cet endroit un peu tamisé, il se disait que ce devait être encore plus effrayant de le voir dans cette tenue. Sincèrement ... Quelle mère de famille entrerait ici avec un homme de sa corpulence déguisé en femme et ayant des mimiques à peine réalistes ? Pulsar observait les environs. C'était un endroit charmant et ce besoin de publicité démontrait un début d'activité récente. Certains animaux dormaient sur des coussins, d'autres se promenaient d'un pas peu rassuré. Ils devaient avoir peur des étrangers. Celle qui était dans la même galère que lui semblait avoir plus de facilité à leur contact. Elle ouvrit la bouche pour la première fois depuis plusieurs minutes, avec un ton toujours aussi soucieux et inquiet.

Il n'y a pas que la boutique qui est louche ! maugréa-t-il.

Sa remarque était une référence à la tenancière de cet endroit. Non seulement, il s'agissait d'une personne désagréable, mais ses goûts étaient plus que douteux. À moins qu'elle n'ait un fantasme inavouable sur les hommes déguisés en femmes ? Le travestissement ne le dérangeait guère ... Tant qu'il était consenti ! Ce n'était pas trop son cas. Et il ne savait pas pourquoi il se sentait obligé de le faire. Il aurait tout simplement pu prendre ses affaires et partir tant qu'elle avait le dos tourné, mais laisser l'inconnue seule entre ses mains réveillaient ses instincts de chevalier. Ah, ah. Ridicule. Il n'était pas un Soldat. Celle-ci saisit un chat entre ses bras, c'est vrai que ces boules de poils étaient adorables. Seulement, ce dernier ne semblait avoir aucune réaction. Ni d'affection, ni de protestation. Éteint. Le Mage Blanc fronçait les sourcils. Dommage que Dashan ne l'avait pas accompagné dans cette excursion, retenu par des affaires sur le marquisat de Nylmord. Il savait que cela lui aurait plu, surtout qu'il aimait les animaux et en prenait soin. Par contre ... il n'avait pas besoin d'être un spécialiste pour rejoindre le constat de son interlocutrice.

Ils ont l'air malades, en effet.

Ça ne lui plaisait pas trop. Surtout pas dans ce repaire d'animaux, réputé pour leur qualité et leur beauté, où ils étaient mis à l'honneur sur l'ensemble du territoire. Ils devaient réagir, certes, mais ...

Ce serait délicat, sans preuves.

Ils étaient soucieux de la suite et entendaient à peine l'autre garce revenir leur crier dessus. Il mit ses deux mains sur les épaules de sa partenaire pour l'entraîner vers l'extérieur, se mettant entre elles. Aussi pour occuper ses mains et éviter de faire des mouvements de strangulation.

Oui, oui, on y va, dit-il en levant les yeux au ciel. Nous regardions juste ce que nous devions ... promouvoir.

Une boutique très belle qui dissimulait bien mal la laideur d'un coeur avide. Lorsqu'ils furent dehors avec la neige aux pieds et qui tombait doucement du ciel, Pulsar s'étonnait de ne pas avoir froid. Sans doute que la tenue les protégeaient de la morsure de cet endroit hivernal. Il relâchait un soupir d'exaspération.

Elle va terriblement perdre des clients avec moi ! se moqua-t-il avec amusement. Je ne lui donne pas une heure pour nous renvoyer ! Ou qu'une milice vienne après un dépôt de plainte. Je parie que ça aiderait les animaux s'ils venaient faire une petite inspection.

Quel optimisme, Pulsar. Vraiment ... Quel optimisme !

Post II | 835 mots


◊ DC de Mancinia Leenhardt ◊
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38148-pulsar-verhoeven-le
Invité
Invité

avatar
Dim 17 Mai 2020 - 20:32


| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 86122410

L'excentricité d'un élevage à Extalia

| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 77438810

Je me trouvais à l'extérieur du soit disant refuge. Son emplacement est vraiment bizarre. S'il s'agit d'un véritable refuge, il devrait être dans une rue passante d'Extalia, alors que là, il est dans une ruelle sombre et éloignée. Dans quoi me suis-je encore fourrée ? Je me sentais de moins en moins rassurée. Je posais mon regard violet sur les petits chats que l'on pouvait observer à travers la vitrine du refuge. On dirait qu'ils sont à bout de force, qu'ils ont été maltraité ou qu'on les maltraites tout simplement. Ils me fendent littéralement le cœur. Je plongeais mon regard dans celui de l'homme, mes yeux débordants de tristesses et d'incompréhensions. J'espère vraiment que ce qu'il vient de dire arrivera, qu'une milice vienne et intervienne. Il devrait y avoir des gardes ici, après tout on est sur le territoire des Lyrienns même si ce lieu appartient à la famille Blaise. Mais d'ailleurs, il me semble que les Blaise sont tous des Lyrienns.

Je faisais quelques pas pour observer un peu plus les environs. Non loin de nous deux individus étaient en train de parler, mais bien évidemment dans une langue que je ne connaissais pas. C'est alors que j'ai eu l'idée d'utiliser mon pouvoir des savoirs ancestraux. Ils parlaient en Erek, la langue des Lyrienns. « Tu en es sûre qu'on peut y aller sans crainte ? » demanda le premier, le plus louche des deux. « Bien sûr, j'y vais régulièrement et je peux te dire que la garde ne passe jamais par ici. » lui assura le second. « Donc je peux m'amuser sans crainte ici ? » dit-il en montrant du pouce l'établissement qui nous a embauché, avant que l'autre ne hoche de la tête d'un air approbateur. Je n'ai pas tout comprit, pour ne pas dire rien du tout. L'utilisation des savoirs ancestraux commençait à me fatiguer. J'avais la tête qui tournait légèrement. Je me retournais vers l'homme en robe rouge en affichant un sourire timide et fatigué sur mon visage. « Bonjour, j'aimerai adopter un petit chat, c'est bien ici ? » Je me retournais et je vis l'homme louche de tout à l'heure juste derrière moi. Il sentait un peu l'alcool et me fixait d'un air bien insistant. Je n'ai pas vu son regard qui traînait de temps en temps sur mon corps, en particulier ma généreuse poitrine, mes hanches et la moitié de ce que l'on pouvait voir de mes cuisses. Ne voulant pas m'attirer de problème avec la directrice loufoque du refuge, je répondais calmement au monsieur. « Bonjour, bienvenue au refuge. Suivez-moi la directrice de l'établissement s'occupera de votre demande. » Je l'amenais à l'intérieur de la boutique. Bien sûr je ne pouvais pas remarquer qu'il n'arrêtait pas de reluquer mon postérieur pendant que je l'amenais auprès de la folle dingue et je n'avais pas non plus entendu son petit rictus pervers.

« Madame, un client souhaite s'entretenir avec vous pour une adoption. » Elle affichait un sourire narquois au coin de ses lèvres. « Bien … Amène le dans la pièce d'à côté, tu trouveras un formulaire avec quelques questions à lui poser, si tu veux bien le remplir pour le faire patienter. » De plus en plus étrange, mais je ne me posais pas de question. « Si vous voulez bien me suivre. » lui proposais-je bien trop poliment. Je le fis entrer dans la pièce avant d'y pénétrer aussi. Il resta planter en plein milieu de la salle, tendis que je me dirigeais vers le bureau. Il y a un gros problème cependant, je ne vois aucun formulaire sur le … L'homme louche se rua vers moi. Il me retourna d'un geste brusque. « Mais qu'est ce … » Il me plaqua contre le mur, renversant un vase qui se fracassa à terre. En même temps un cri sortit de ma bouche à moitié étouffé par sa main. Mais qu'est ce qu'il se passe ? Je ne comprends plus rien. Il contrôla des chaînes en métal pour m'attacher les mains ensembles et me suspendre par la suite. Mes pieds touchaient à peine le sol, mais eux aussi étaient entravés par des chaînes. Il arracha un bout de ma robe, laissant presque entrevoir le début de mon entre-jambes. Il utilisa ce bout de tissu rouge pour me le passer dans la bouche, comme un mors pour m'empêcher de hurler. Il commença à rire d'une manière très perverse. Il commençait à se frotter contre moi, à passer sa langue sur mes bras tout en effleurant le reste de mon corps avec ses mains. Je suis entièrement coupée de la réalité, je ne suis même plus maître de mon corps. Je suis totalement paralysée par la peur. Je ne peux plus rien faire. Des gouttes de larmes coulèrent sur mes joues. Je suis totalement impuissante … Pitié …. aidez-moi … Sauvez-moi …



| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 75171210



◊ Poste III ◊ 852 mots ◊

Revenir en haut Aller en bas
Pulsar Verhoeven
~ Magicien ~ Niveau II ~

~ Magicien ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 731
◈ YinYanisé(e) le : 17/08/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : June Hautbourg | Magicienne | PNJ
◈ Activité : Organisateur de Soirées [Rang II]
Pulsar Verhoeven
Dim 7 Juin 2020 - 23:35

Malgré les allures rassurées qu'il voulait se donner, le Magicien était un peu confus et mal à l'aise. Cette situation abracadabrante ne lui laissait aucun répit, lui qui, de base, il désirait seulement se balader tranquillement dans les rues ... Autant dire que les Lyrienns avaient des méthodes peu conventionnelles. Ce n'était pas étonnant qu'ils aient quelques soucis de communication avec les Magiciens devant se manque flagrant de savoir vivre. Si la tenancière de cet étrange endroit était une digne de leur représentation habituelle, ce n'était pas étonnant. Cela lui rappelait vaguement l'histoire de ce membre ayant quitter l'un des Conseils des Chefs, au plus fort des négociations, alors qu'il n'était même pas un des Souverains. Oui, vraiment intenables ... un trait commun avec les Humains. Au milieu de la poudreuse, l'homme était assez ravi de ne pas ressentir tout le froid lui tomber sur les épaules. Ça aurait été pire. Non seulement, il était déguisé en femme, ce qui était vraiment désagréable et, en même temps drôle s'il avait été à une soirée de beuverie, mais ces saloperies de talons lui donnaient l'impression qu'il allait perdre ses pieds.

Quelle idée de se mettre si loin des passants.

En effet, la rue était relativement déserte et servait de raccourci entre deux artères principales. Ce n'était pas vraiment ainsi qu'on attirait les clients, peu importait l'entrain qu'on y mettait. Peut-être ... était-ce voulu ? Pulsar secouait la tête, il s'imaginait des choses après être tomber sur une drôle d'énergumène qui n'écoutait rien, ni personne. Ni lui, ni sa compagne d'infortune, qui avait une mine malheureuse devant le constat animalier assez sévère qui se trouvait derrière eux.

Je n'avais vraiment pas fait attention ... mais ces animaux ne vont pas bien.

C'était assez visible, maintenant qu'il prenait garde aux détails. Pour le sens de l'observation, on repasserait.

Je ... Je ne peux pas vraiment me déplacer comme ça. Et si vous alliez voir la Garde ? Vous seriez bien plus discrète que moi pour les approcher et ils vous écouteront sûrement.

Seulement, elle semblait être prise dans la conversation étrange qui se déroulait à quelques pas. Pulsar ignorait de quoi causaient ces gus à l'aura malsaine, mais cela ne lui disait rien qui vaille. Des tarés, il y en avait partout. Sans doute devait-il être cela, pour eux. Sa suggestion était surtout du fait qu'il n'osait pas vraiment s'éloigner. Que diraient les Gardes des environs s'il le voyait habillé ainsi, en train de déambuler dans les rues pour accoster les honnêtes gens ? Devant la boutique, Pulsar aurait pu se dédouaner. Seul, on l'emmènerait ... Il aurait bien du mal à trouver une explication logique ... Et si les rumeurs atteignaient sa Famille. Perdu dans ses pensées, l'un des gars venait d'aborder sa partenaire, dont il ignorait toujours le nom., d'ailleurs Sa politesse aussi, on repasserait. Évidemment qu'on venait en sa direction. Lui-même n'oserait pas s'aborder en pleine rue dans cet accoutrement. Nom de tous les Aetheri, que ces putains de talons faisaient mal ! Le Magicien n'avait rien dit quand elle l'avait conduit à l'intérieur, malgré la gêne évidente. Même si l'odeur de l'alcool et ses regards insistants en disait long sur sa perversité, elle ne risquait rien avec la patronne. Pourtant, un doute le saisi. Il détestait cette sensation d'urgence. Oh, merde quoi ! En ouvrant la porte, le silence dominait, entre quelques miaulements plaintifs et ses pas à l'intérieur. Et s'il ouvrait ces cages, tiens ? Le bruit d'un vase qui se fracasse ne manquait pas de donner raison à ses affreuses idées, courant en direction du bruit.

Ah, non. Non. Non. Ça il ne permettait pas. En aucun cas. Jamais. L'homme eu un sursaut devant son entrée brutale, son sourire mauvais laissant place à une ombre dans ses mires, la surprise marquant ses traits. Pulsar vint à ses côtés en souriant, s'attendait-il à des instructions, ou quoi que ce soit ? Mettant la main sur son épaule, l'homme déguisé avait des allures sinistres.

Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée d'être aussi chiant, espèce de connard.
Sale petit con ! maugréa l'homme.

Relâchant sa magie sous forme d'une très grande décharge électrique qui ne permis pas à cet homme de réagir, ni même de crier. Se contentant de trembler sur place, avant que de tomber inconscient.

Oups.

C'était l'accident qui n'en était pas un et Pulsar n'avait pas vraiment envie d'avoir l'air désolé, ses dents serrés et son air froid devait en dire long. Il se retournait pour balancer ses chaussures sur son corps inconscient.

Monsieur va piquer un somme.

Pulsar prit une grande inspiration, il ne s'était pas rendu compte à quel point la colère le dominait sévèrement. C'était souvent délicat de tout contenir ... Mais ce n'était pas le plus urgent. Se retournant en direction de la jeune femme, tout en veillant à lui laisser assez d'espace pour respirer, il reprit une voix plus douce.

Tout va bien ?

Non. Évidemment qu'elle n'allait pas bien.

J'en dis que ... Je vais vraiment cramer cet endroit.

Post III | 840 mots


◊ DC de Mancinia Leenhardt ◊
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38148-pulsar-verhoeven-le
Invité
Invité

avatar
Lun 5 Oct 2020 - 10:53


| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 86122410

L'excentricité d'un élevage à Extalia

| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 77438810

Les larmes couvrant mes joues blanches luisaient comme de la nacre. Je ne réalisais pas ce qu'il m'arrivait sur le moment, mais mon âme et mon esprit enregistrèrent tout … Ils sentaient la main perverse de l'homme passer sur la peau nue, passant même en dessous des vêtements. Ils ne savent pas encore les répercutions que cela aura sur eux et sur leur enveloppe charnelle, mais ça ne promet pas d'être du joli joli. Cet homme est en train de les briser.

Je n'ai pas entendu l'homme de tout à l'heure, le gentil je veux dire, faire irruption dans la pièce. Ce n'est que lorsque j'entendis un grand fracas, semblable à la foudre, que je repris en petite partie conscience de mon corps. Je ne sais pas comment, je me suis retrouvée à terre, toute recroquevillée sur moi même. Mon corps tremblait comme une feuille et mon esprit totalement embrumé. J'avais l'impression que le temps s'était arrêté pour moi. Je m'aperçus que le gentil homme était près de moi. J'eus une sorte de spasme, de frisson, qui m'obligeais à m'éloigner un peu de lui à contre cœur. Oui, il était gentil et très serviable, il m'a même demandé si j'allais bien. Mais moi, mon corps … je me rendais compte que je supportais moins sa présence. Je ne sais pas pourquoi.

Soudain, une dizaine de gardes déboulèrent suite au raffut causé dans ce refuge pour chats. « Que c'est-il passé ici ? » hurla l'un d'entre eux. A ses paroles, j'essayais de me recroqueviller encore plus que je ne l'étais déjà. Un autre garde s'approcha du corps, un autre de l'homme gentil et un suivant vers moi. « Non ! Laissez moi ! Ne me toucher pas ! » Je me débattis violemment, ne voulant pas qu'il me touche. C'est à ce moment là que je compris ce qu'il s'était passé. Cet homme, celui qui est tombé inconscient à terre, a tenter de me violer … Le garde continua de s'approcher de moi, avant de se stopper net quand une voix à la fois féminine et puissante emplit la pièce. « Gardes ! » Une puissante aura électrique se faisait sentir. Les gardes se rassemblèrent tous, même l'insistant, s'éloignant de moi au passage. Elle s'approcha de moi doucement et avec prudence. Je levais les yeux vers elle quand elle s'adressa à moi d'une voix plus douce et calme que tout à l'heure. « Ça va aller, tout va bien, vous ne craignez plus rien. » Elle continua de s'approcher doucement. Mon corps n'eut aucun mouvement de panique, normal c'était une femme. Elle déboutonna délicatement sa cape avant de me la poser sur mon petit corps meurtri. J'étais loin de me douter que cette ravissante femme aux yeux bleus électriques et à la chevelure écarlate soit la matriarche de la famille Blaise et la dirigeante de ce lieu d'élevage. Elle se retourna pour s'adresser à une autre femme. « Lysana ? Peux-tu t'occuper d'elle pendant que je mette tout cela en ordre. » Ajouta-t-elle lorsqu'elle vit la gérante arriver. La fameuse Lysana s'approcha de moi avec autant de doucement que la précédente femme. Elle me caressa doucement les cheveux, apaisant mon esprit au passage. Je gardais tout de même une oreille attentive à ce qu'il se disait. Visiblement la femme aux cheveux écarlate n'était vraiment pas contente. Elle était très déçut par la patronne du refuge qu'elle croyait honnête et à la fois en colère contre elle car elle n'avait rien fait pour les petits chats adorables qui étaient, je cite, retenu en otage. Finalement la puissante femme ordonna à ses gardes d'arrêter la tenancière pour trafic illicite, mise en danger d'autrui, maltraitance envers les chats du refuge, et d'autres trucs encore. La tenancière n'était vraiment pas clean au final … bien au contraire. Avec un élan de courage, je finis par me retourner vers l'homme gentil qui était à quelques mètres de moi. « Merci ... » lui dis-je avec un sourire très discret. Une fois les gardes partis, la femme à l'aura électrique s'adressa à nous. « Je vous pris de bien vouloir m'excuser pour les désagréments causés. Je veillerais a ce qu'à l'avenir ce genre d’incident n'arrive plus. Que ce soit aussi bien pour les animaux ... » en faisant référence aux chats maltraités ici. « … et à nos chers visiteurs. » Elle fit une petite pause avant d'ajouter. « Pour me faire pardonner, je vous invite dans le château d'Extalia pour vous permettre de vous reposer et de vous restaurer. Vous pouvez rester autant de temps que vous le souhaitez et vous serez toujours accueillit en temps que mes invités d'honneur. » Sa générosité n'a pas d'égal ou peut être que si, je ne sais pas. Quoi qu'il en soit, j'avais bien besoin de me reposer un peu après tous ces événements ...




| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël] 75171210



◊ Poste IV ◊ 853 mots ◊

Revenir en haut Aller en bas
Pulsar Verhoeven
~ Magicien ~ Niveau II ~

~ Magicien ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 731
◈ YinYanisé(e) le : 17/08/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : June Hautbourg | Magicienne | PNJ
◈ Activité : Organisateur de Soirées [Rang II]
Pulsar Verhoeven
Ven 20 Nov 2020 - 1:15

C'était vraiment dur de conserver son calme. Son coeur battait au rythme de sa rage et de son envie d'en découdre. Pulsar s'était retourné à moitié, le regard glacé, vers l'homme inconscient, ayant l'envie de déclencher sa magie, étant l'exact reflet de sa colère, devant les filaments électriques qui accentuerait la tension au point que les vêtements de ce déchet en prendraient feu et qui, morceaux par morceaux, consumerait ses chairs, en pénitence à ses déviances. Penser si mal lui donnait une violente migraine. Non. Il valait mieux le remettre à la Justice, qu'elle soit celle qui accomplit une Juste sentence. Il était conscient d'avoir plus urgent sur les bras que son ressentiment.

Mademoiselle, tout va bien. Respirez calmement.

C'était idiot, mais bien que conscient de devoir rester à une certaine distance pour ne pas la brusquer, il avait tout autant envie de la prendre dans ses bras. Ce n'était pas la bonne solution, la demoiselle avait besoin d'air et d'espace. Son espace privé avait été complètement pulvérisé, ce n'était pas le moment de causer plus de tort. Pulsar mis genou au sol, ses mains en évidence, à au moins un bon mètre, pour l'observer de plus près. Elle était en état de choc, c'était évident. Ses yeux regardaient partout et nulle part à la fois, elle était un peu blessée et des larmes coulaient sur ses joues. Il voyait bien sa mine écoeuré et sa crainte dans ses tremblements, aussi, le Magicien relâchait un soupir, autant de soulagement de la savoir indemne que de sa frustration de ne pas être intervenu plus tôt. Se redressant, observant les alentours, il prit un vêtement qui traînait dans la pièce, se permettant ensuite de couvrir ses épaules et préservant ce qui pouvait l'être. Restant debout par la suite, le Mage Blanc était partagé entre son envie d'aller chercher de l'aide dans la rue et son envie irrémédiable de réduire le visage de cette tenancière dérangée en charpie. Inspiration. Sa main se levait pour gratter ses cheveux, nerveusement. C'était ... une situation compliquée. Engageant son pas vers l'ouverture laissée ouverte suite à son arrivée, il eu l'air bloquée dans sa cage thoracique en entendant des bruits de pas précipités depuis la salle voisine. Merde, des complices ?

Pulsar et les hommes ayant pénétrés l'enceinte se dévisagèrent un moment. Chacun s'assurant bel et bien de la tenue de l'autre. Lui, pour prendre conscience que c'était la Garde. Et eux ... Pas étonnant qu'ils soient suspicieux au vue de sa tenue totalement improbable pour un homme. Comment allait-il expliquer cela ? Cette histoire relevait de l'ahurissement le plus complet. D'abord muet devant leur arrivée, puis leur investigation en se demandant ce qu'un homme, inconscient et étendu faisait là, avec un travesti et une victime, visiblement choquée, victime d'une agression. Ils n'étaient pas idiots au point de ne pas comprendre la cause à effet. Finalement, cet ensemble ridicule le sauvait probablement ... On le prenait pour l'employé ayant secouru sa collègue. Par les Aetheri, que la chance leur sourit ! L'un des Gardes se rapprochaient, son regard mêlant incompréhension et tentative de connexion avec la logique. Pulsar relâchait un long soupir, soulagé et ennuyé.

... C'est une longue histoire.
Vous m'en direz tant, dit l'homme en passant sa main dans ses cheveux. On vous y a contraint ?
Contraint ? demanda le Mage Blanc. On nous a littéralement enlevé à l'entrée de cette boutique, alors que je venais de la bousculer par mégarde. Je ne pouvais pas laisser seule dans cet endroit étrange ... J'ai bien fait, même si je n'ai pas été très utile. Et elle a eu l'oeil pour tous ces animaux, là. Ils ont l'air malades, vraiment, comme drogués ou empoissonnés, je ne sais pas. Il leur faudrait un soigneur.

Le Magicien aurait tellement aimé que Dashan soit présent. Non seulement, il avait connaissance du territoire Lyrienn, mais il s'y connaissait en animaux. Embauché au service de Mancinia Leenhardt, il apprenait son métier en compagnie d'un homme âgé qui avait souhaiter lui léguer son savoir. De temps en temps, son ami se trouve sur le marquisat et se rend encore les cours en leur compagnie, avec l'accord de sa supérieure, d'une incroyable tolérance. Par ailleurs, connaissant l'aversion de Pulsar pour les Humains, il essaie de dépeindre un tableau avantageux de la Marquise ... Elle avait aussi, d'une certaine manière, sa reconnaissance. Baissant les yeux, distinguant son torse et ses jambes poilues, découvertes dans cette robe qui lui serrait un peu, son embarra revint avec une colorisation de ses joues.

Puis-je au moins remettre mes vrais vêtements ? Je vous suivrais et répondrait à vos questions, mais la plaisanterie a été assez longue et ...

Un des Gardes avait voulu venir en aide à la victime, mais il avait été violemment repoussé. Avant que quiconque ne puisse réagir, Pulsar ressentait ses cheveux se dresser sur sa tête, peut-être même le moindre poil sur sa peau, complètement électrisé, laissant la voix puissante d'une femme raisonner dans les environs. D'accord, sa maîtrise de l'élément était clairement d'un tout autre niveau que le sien. C'en était effrayant. D'un coup d'oeil, il vit que les deux femmes semblaient se connaître. Tant mieux, niveau inutilité, on avait connu mieux, dans son cas. Elle vint leur présenter des excuses, croisant les bras contre sa poitrine, ses talons lui faisant mal, sincèrement, il se promettait de ne jamais confié son commerce à des personnes sans leur avait fait passé des tests cognitifs.

Oui, reprit Pulsar, piqué. Autant sauvegarder le physique des visiteurs de ce bel endroit et la sécurité des animaux.

Même s'il ne l'avait pas vu immédiatement et ne se serait pas intéressé à leur sort sans la présence de l'Ygdraë. On lui remis ses vêtements et après s'être rapidement changé, remerciant la charmante supérieure de son offre, il se retournait vers eux.

Je vous suis, messieurs. Je vais tout vous expliquez en détails.

La Magicien avait du mal à comprendre ce qu'il venait de se produire, tant les événements s'étaient enchaînés à une vitesse redoutable, mais, au moins, le cauchemar était terminé ... Au moins pour lui.

Post IV | 1018 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t38148-pulsar-verhoeven-le
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

| L'excentricité d'un refuge à Extalia [Pulsar - Jeu de Noël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q] Réunion de famille à Extalia [Lexa]
» Oh. | Pulsar & Lucillia
» | Pulsar Verhoeven |
» | Pulsar Verhoeven |
» | Pulsar Verhoeven |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Dévasté - Est :: Berceau cristallin-