Le Deal du moment : -43%
Bureau d’angle industriel VASAGLE 138 x 138 x 75 ...
Voir le deal
66.49 €

Partagez
 

 [Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Ven 08 Nov 2019, 22:52

Partenaire : Vadéline Hydrangea
Intrigue/Objectif : Les deux petites filles partent à la recherche d'un dragon imaginaire. Elles faussent compagnie aux adultes, filent en douce pour vivre une aventure absolument palpitante... Qui sait ce qu'elles trouveront ?


[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa13


Le temps était maussade, ce matin là et l’humeur de Syrianne s’en voyait grandement influencée. Elle se sentait… Étrangement nostalgique. Peut-être un peu triste aussi… Réveillée depuis un bon moment mais incapable de quitter ses draps chauds pour le monde extérieur bien trop froid pour elle aujourd’hui, l’adolescente regardait par la fenêtre. Le ciel était gris… Mais tout à coup, une ouverture coupa les nuages épais qui recouvraient le soleil, laissant passé quelques rayons lumineux, agréables, doux et chaleureux. Syrianne ferma les yeux, profitant de cet instant qui ne durerait pas. Sentir le soleil sur son visage lui rappela d’ailleurs un vieux souvenir, qui lui semblait presque irréel. Elle ne savait plus vraiment ce qui s’était passé ou non, lorsqu’il s’agissait de sa cousine disparue… Syrianne avait l’impression d’avoir inventé certains évènements passé dans sa mémoire, juste pour pouvoir pensé à Vadéline. Elle lui manquait tellement… Et cela faisait si longtemps maintenant, bientôt dix ans ! Le vide dans sa poitrine s’était peu à peu refermée et elle comprenait maintenant que c’était dû à l’absence d’une personne qui avait été chère à son coeur. Syrianne aimerait toujours Vadéline, peu importe ce qui s’était produit, même si elle avait rejoint un autre monde, qui, elle l’espérait, était meilleur. C’était mieux que de penser à tout ce qu’elle avait pu enduré. La Magicienne en faisait encore des cauchemars quelque fois, d’un homme, vieux et au visage flou, qui viendrait la chercher elle aussi… D’un autre côté, Syrianne espérait secrètement que sa cousine soit en vie. Non, il y avait quelque chose en elle, une sorte de lien  certainement, un lien spécial créer entre les deux enfants, qui lui soufflaient que c’était le cas. Peut-être que, quelque part, elle était en vie et qu’elle repenserait à ce moment, elle aussi. En fait, c’était le dernier souvenir heureux que Syrianne avait avec elle…


[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa13


Les journées de repos tous ensemble étaient assez rares chez les Hydrangea. Il y avait toujours plus ou moins quelque chose à faire, des plantes à soigner, d’autres à mettre en terre, à tailler, à arroser, des recherches à faire pour les boutures, les hybridations… Le jardinage était une affaire très sérieuse et les membres de cette famille faisaient partie des meilleurs de leur catégorie. Les premiers même en ce qui concernait les Hortensias, leur spécialité et la fierté du Comté duquel ils dépendaient. C’est pour cela que, lorsqu’une de ses journées spéciales arrivées, souvent prévues de longue date et organisées dans les moindres détails, tout le monde était impatients, heureux et les souvenirs que chacun en gardaient étaient précieux et restaient longuement imprimés dans les mémoires.

Celle-ci particulièrement, avait marqué les esprits.

Évidemment, le soleil brillait haut dans le ciel, chauffait les visages souriants et donnaient des couleurs roses à rouges aux visages des Hydrangea. Cette fois-là, un pique-nique était prévu, sur les berges du Lac Bleu. En plus, les températures étaient idéales pour une baignade… La petite troupe se mit en route très tôt le matin même. Les victuailles avaient été préparé la veille au soir, dans l’impatience du lendemain. Il y avait un peu de tout ; des sandwichs, du fromage, des légumes crus, des oeufs durs, des fruits, des pâtisseries, des friandises, du vin… Et même quelques fleurs comestibles ! Le repas fut un véritable festin et un excellent moment passé en famille. Les discussions avaient tournés autour des  projets d’avenir, sur la grossesse d’Aliénor, la femme d’Hyppolite, dernier du nom, qui arriveraient bientôt à terme, sur les futurs enfants du couple, sur la jeune génération qui, tous l’espéraient, en engendreraient une autre…

Lorsque le repas prit fin, le groupe se scinda en plusieurs activités. Les plus âgés décidèrent de profiter de l’ombre des arbres pour faire une petite sieste postprandiale, d’autres s’étaient déjà en partie déshabillés pour se jeter à l’eau, dont Izacard, qui s’amusait à éclabousser son frère qui ne demandait qu’à lire tranquillement sur la rive, il y avait également deux paires qui, armés d’un ballon, établissaient au préalable les règles d’un jeu. Les rires fusèrent d’un côté, le calme était apaisant de l’autre… Chacun y trouvait son compte. En ce qui concernait les deux petites demoiselles, les plus jeunes de la troupe, elle s’était isolés pour discuter rien que toutes les deux. De vraies pipelettes, qui aimaient faire des cachotteries et des messes-basses…

- Maman dit qu’il y a deux bébés dans le ventre d’Aliénor. Comment elle va faire avec deux bébés d’un seul coup ? Un dans chaque bras ? Mais il faudra bien les faire sortir ! C’est dégueu ! Puis il parle tout le temps de les nourrir avec les seins, les discussions en ce moment c’est vraiment horrible ! Je ferais jamais de bébés, c’est trop dégoutant ! Ils vont sentir mauvais en plus, ils sauront même pas aller faire leurs besoins tout seul ! Au secours !



L’une, aux cheveux d’or et aux grands yeux bleus, était Vadéline, la plus âgée. La seconde, Syrianne, n’avait qu’un an d’écart avec sa cousine. Elle était d’un blond plus clair encore, polaire, ce qui tranchait sur sa peau foncée et ses yeux d’ambres.

- On parle d’un autre truc ? Tiens, j'ai un truc à raconter. Et c’était sur un dragon ! En fait, elle m’a dit que c’était un vieux dragon, un très très vieux. Il en avait marre de voler avec tout son trésor entre les pattes, c’était trop lourd à porter. Un dragon avec un trésor, comme dans les Contes de Faes, tu te rends compte ? Le vieux dragon était tout bleu, comme celui sur les drapeaux. Il avait une moustache qui tournicote toute grise et une longue barbichette ! Ça m’a fait pensé à Grand Papy ! ajouta-t-elle tout bas en tentant de cacher son fou rire derrière sa main. Espérons qu’il ne nous a pas entendu ! Et après, tu sais ce qu’il a fait, le dragon ? Il a cherché une grotte assez grande pour lui et toutes ses pièces d’or, ses bijoux et ses pierres précieuses. Il l’a trouvé, après des recherches qui ont duré presque dix ans. Et c’est là que c’est le plus intéressant… En fait, Maman m’a dit que le vieux dragons étaient ICI. Sur les Terres du Lac Bleu… Il a bien aimé la couleur de l’eau, qui ressemblait à celle de ses écailles. Il s’est installé dans une des grottes dans les forêts et il s’est endormi, confortablement installé sur son trésor gigantesque. Il paraît qu’il dort en veillant dessus depuis plusieurs siècles ! T’imagines ?

Syrianne se rapprocha un peu de Vadéline, regardant autour d’elles si aucun n’adulte n’épiait leur discussion. Ce qu’elle allait dire relever d’un secret vital pour elle… Surtout avec ce qu’elle prévoyait de faire, entraînant sa cousine dans ses aventures.

- Ça te dirait pas si… Si on se mettait à la recherche du vieux dragon ? Imagine que si on le retrouve, on pourra lui emprunter quelques piécettes ! Ou lui demander pour voler sur son dos ! Ce serait trop cool d’avoir un dragon comme meilleur ami !

La petite, d’à peu près sept années, était excitée comme une puce à cette idée. Elle rêvait d’aventure, de rencontrer des créatures extraordinaire tel qu’un dragon imaginaire, inventait la veille par sa mère pour l’aider à s’endormir. Syrianne était une vraie casse-cou, téméraire et impossible à faire tenir en place. L’histoire de sa mère ne l’avait pas endormie, ça non. Elle avait pensé des longues heures à une manière de faire faux-bonds aux autres membres de la famille, constamment en train de les surveiller et puis ensuite, elle avait rêver de dragons. Ça n’avait fait qu’exacerbé sa curiosité et son envie de trouver ce fameux vieux dragon…



[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa13


Post I - 1267 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 11 Nov 2019, 11:09

Thadeus n’était pas présent aujourd’hui dans cette maisonnette en bois. Je pouvais être enfin tranquille pendant quelques heures. J’avais réalisé toutes mes tâches très tôt ce matin, pour éviter d’être de corvée cet après-midi. Le repas de ce midi et de ce soir était déjà prêt : une soupe de racine avec de l’arsenic et ce soir, du lapin avec des pommes de terre bizarres. Oui, j’essayais d’empoisonner ce maudit ravisseur pour que je sois libre enfin. Cependant, j’avais l’impression que mes doses étaient trop faibles pour qu’ils ressentent le moindre effet. L’arsenic était un poison puissant lorsqu’il était sous sa forme inorganique. Il était puissant sous sa forme pure ou bien lié à l’oxygène, le chlore ou au soufre. Je l’avais appris dans des livres lorsque j’étais assez dans un village assez grand pour acheter de nouvelles fioles et des ingrédients pour ses expériences louches. La connaissance était importante dans ce monde, il ne fallait pas la sous-estimer. Être ignorant était le pire crime que nous pouvons avoir. L’apprentissage de la magie, l’art de fabriquer des potions ainsi que d’acquérir tout type de connaissance était le long chemin d’un sorcier. Je savais très bien que je n’étais plus une personne bénéfique au cœur pur. Il s’était passé beaucoup trop d’événements pour que je redevienne comme avant ! Je décidais d’aller dans le jardin pour continuer à cultiver mon potager. C’était la seule chose qui me restait de ma famille…Le jardin et l’art de cultiver la tête. Ma cousine, Syrianne, me manquait tellement. A chaque fois que je venais ici, je pensais à elle et à ce qu’elle était devenue depuis. Est-ce qu’elle allait bien ? Est-ce qu’elle était en forme et que tout se passait bien pour elle ? Je l’espère… Je fermais les yeux et je revis un événement qui m’était cher et qui fut le dernier avant que je sois enlevé par Thadeus.

[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa11

Aujourd’hui, c’était, un jour, bien spécial. Mes parents avaient eu un jour de repos, même si le jardinage était tout pour nous et important pour notre famille. Mais au lieu de continuer à faire des recherches sur les boutures, à cultiver les fleurs, à apprendre des cours, le patriarche avait décidé que nous ferions un pique-nique sur les berges du Lac bleu. J’étais ravie en apprenant cela ! Cela faisait tellement longtemps que nous n’étions pas baignés dans l’eau si belle. J’aimais sentir l’eau sur ma peau, même si mes parents n’étaient pas d’accord pour que je m’éloigne de la berge. Je savais nager ! Mais ce n’était pas un élément valable pour eux, j’étais trop jeune et trop innocente. J’en avais marre que tout le monde me dise que j’étais trop jeune ! Je voulais être comme eux, être aussi grande et forte qu’eux. Le repas sur les berges fut excellent. Je n’avais jamais rien mangé d’aussi bon et d’aussi bonne compagnie. J’étais heureuse de retrouver ma cousine, Syrianne, que je considérais comme ma sœur. Nous étions souvent ensemble pour apprendre les fleurs ou bien pour raconter nos histoires récentes. J’avais trop mangé, il y avait eu trop de choses sur la nappe et comme j’étais de nature à manger tout ce qui se passait sous le nez… Comment vous dire que j’avais le ventre qui était à exploser d’un seconde à l’autre.

Syrianne lui parlait de la future naissance d’Aliénor, qui devait avoir des jumeaux. J’écoutais attentivement aux dires de ma cousine : « Mais ne dis pas ça ! Je pense que c’est exceptionnel d’avoir deux bébés en même temps. Pour moi, je pense que c’est un don de la nature ! Quelque chose qui n’arrive pas à tous les jours et à n’importe qui. C’est une chance ! Bon, je dois t’avouer que je me demandais comment elle va les sortir de son ventre. » Je penchais la tête vers le côté tout en regardant le ventre énorme de la jeune femme… La nature pouvait accomplir des choses incroyables. « Et je parie que, quand nous serons plus grandes, tu rêverais d’en avoir un. Maman me dit, à chaque fois, que je ne dois pas parler trop vite, sinon un grand malheur nous tombera dessus. Maman m’a dit que certaines femmes ne pourront jamais avoir d’enfant. Et pour moi, je pense que c’est le pire pour ces personnes qui rêvent tant d’en avoir un … » Je me sentais un peu triste pour ces personnes essayaient à tout prix d’en avoir un, mais qui ne pourront jamais. Syrianne continua de me parler en me racontant une drôle de légende sur un vieux dragon, avec son énorme butin. « Un dragon ? Avec un butin énorme ? Dans une grotte ? »

Je regardais autour de moi, car le paysage était plat et cela m’étonnerait que nous trouvions une grotte dans les environs ! « Tu es sûr de toi ? Ce serait vraiment bien de trouver ce dragon et de discuter avec lui, ou bien même voyager sur son dos. Il faut y aller sans que nos parents ne sachent que nous partons à l’aventure. Je suis drôlement excitée par tout cela. Allons-y maintenant pendant qu’ils sont en train de manger et de bavarder entre eux, hihi ! » Je me levais doucement sans faire trop de bruit afin de rejoindre la forêt de sapins qui se trouvait à quelques mètres de nous. Je n’avais pas l’habitude de quitter la jardin de la famille, mais aujourd’hui, c’était vraiment exceptionnelle.

HRP:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 11 Nov 2019, 21:48


Syrianne se souvint que Vadéline était toujours beaucoup plus mature qu’elle, alors même qu’elle n’était pas beaucoup plus âgée. Par exemple, leur discussion sur les bébés n’avait pas pris le même tournant dans la bouche des deux demoiselles…

Syrianne était plus écoeurée par tous ces changements dans le corps de la femme et désolée de l’épuisement qu’elle constatait chez Aliénor, lors de sa première grossesse. En grandissant, elle avait appris à ne plus trop faire attention à ce genre de détails tout en se comportant avec plus de douceur et de prévenance avec les femmes enceintes de son entourage. Et c’était une chose assez fréquente, surtout ses dernières années ! Des bébés, des enfants, elle en avait vu passé dans la famille, depuis dix ans. Elle s’était occupé de bon nombre d’entre eux, leur avait appris à marcher, à prononcer certains mots, à lire, en avait gardé un ou deux lors de certaines soirées… Ça ne la dérangeait pas plus que ça, bien qu’elle préférait faire autre chose que s’occupait des plus petits. D’ailleurs, elle n’avait toujours pas changé d’avis, elle ne voulait pas vraiment d’enfant. En fait, ce n’était pas une chose qui lui traversait l’esprit, même si elle en était entouré et que toutes les femmes adultes de sa famille en avait déjà eu plusieurs. Elle soupçonnait même Lucinie, la soeur de Vadéline de leur cacher quelque chose… Quoi  qu’il se passe pour elle, tout le monde serait ravie, Syrianne la première. Que la famille s’agrandisse était toujours un grand événement qui ramenait la joie parmi eux et resterait leurs liens un peu plus. Simplement, la jeune femme était jeune, bien trop jeune. Elle avait tout le temps de penser à cela plus tard. Pour le moment, elle savourait sa liberté, sa jeunesse, son insouciance… Elle se concentrait en premier lieu sur ses études et ses voyages à venir. Le reste, elle verrait lorsque le temps viendrait, tout simplement. Et elle en avait encore suffisamment pour ne pas se presser…

Alors que Vadéline avait eut des mots plus doux envers les futurs enfants de son fils. Déjà très jeune, elle considérait la naissance de deux êtres comme un don, là où sa cousine préférait regardait une fleur éclore… La blonde était tellement réfléchie et terre à terre, pour son jeune âge ! Elle avait toujours eu un train d’avance sur tout. C’est pour cela que Syrianne, au fond, l’avait toujours beaucoup admirée. Même pour les activités manuelles ou pour prendre des décisions logiques et sûres, on pouvait compter sur Vadéline. Ce qui était beaucoup moins le cas avec Syrianne, qui préférait regardait les papillons passaient… Un monde les séparait mais, au final, elles étaient plutôt complémentaire. L’une et l’autre formaient un tout indissociable, elles s’amélioraient entre elles. C’était sans doute pour cela que Syrianne avait si mal vécu la disparition de sa cousine. Elle avait perdue sa soeur, sa meilleure amie ainsi que sa moitié. Elle avait du reconstruire un pan entier d’elle-même pour se remettre et avancer.

Malgré toutes les belles qualités de Vadéline et sa prudence, équilibrant la témérité de Syrianne, les deux fillettes étaient partie à l’aventure ce jour-là. La blonde n’avait même pas hésité à se lever et à partir la première entre les troncs des arbres épais.


[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa11


Syrianne se glissa alors à la suite de son aînée, et se cacha derrière un sapin. Elle tira sur la manche de sa cousine pour l’interpeler. La scène qui allait se dérouler valait largement le détour. C’était Izacard, comme à son habitude, qui faisait le guignole. Il avait pousser un cri de bête et s’était jeté du haut d’un arbre proche de l’eau pour plonger en boule et faire le plus d’éclaboussures possibles. Évidemment, son coup avait parfaitement fonctionné et il avait mouillé jusqu’aux adultes en train de faire la sieste à l’ombre. Grand-Papy s’était réveillé en sursaut, apeuré par le déluge qu’il avait reçu sur ses vêtement. Sa tête avait été tellement drôle à voir ! Syrianne ne regrettait pas d’être resté quelques minutes pour observer. Elle se mit à glousser, cachant sa bouche dans sa main pour éviter de faire trop de bruits ou d’attirer les regards vers elles. À présent, Grand-Papy s’était levé, une chaussure à la main et était en train de courser Izacard, mort de rire. Sur ce dernier instant plus qu’amusant, Syrianne fit signe à Vadéline de ne pas trop tarder. Les grands se rendraient compte bien assez vite de leur disparition. Il faudrait qu’elles soient loin et qu’elles prennent de l’avance…

- Tu sais, Maman a dit précisément que c’était une sorte de tout petit lac au milieu de la forêt. Il y a une cascade qui plonge dedans et derrière le rideau d’eau, c’est là que le dragon se cache. C’est une bonne idée, tu trouve pas ? Qui aurait pensé à vérifier derrière de l’eau ? Pas moi, en tout cas !

Les petites filles s’étaient mise à avancer en zigzag entre les arbres, évitant les différents obstacles comme les roches, les racines ou les arbustes. Syrianne faillit se faire distancer et perdre de vue Vadéline à un moment, absorbé dans l’admiration d’un oiseau en train de chanter. Si ça se trouve, il l’utilisait pour envoûter les insectes et la fillette avait été attirée, elle aussi ! Du moins, c’est l’excuse qu’elle donna à sa cousine pour s’être éloignée.

- Je sais que j’aurais pu m’égaré, mais tout va bien ! On est toutes les deux, qu’est-ce qui pourrait arriver de mal ? En plus, si le dragon dort quelque part dans la forêt, je suis sûre qu’il nous protégera. Les Ætheri aussi, veuillent sur nous. Au fait ! Maman m’a raconté la différence entre Natyrië et Phoebe. Ce sont toutes les deux des déesses de la Nature, tu le savais ? Seulement, la première est l’Æther de l’Élément ! Et là, tu sais pas quoi ? Maman m’a montré la Création de la Nature, c’était magique ! J’ai hâte de l’apprendre moi aussi… Mais elle a dit que j’étais encore trop petite et que mes dons ne s’étaient pas encore manifesté. J’en ai marre d’être petite, on peut rien faire ! s’exclama-t-elle en donnant un coup de pied dans un pauvre caillou qui traînait là, à portée de bottes. C’est lequel ton Æther préféré, à toi ?




[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa11


Post II - 1041 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 13 Nov 2019, 15:32

Je ne pouvais pas m’empêcher de rire, en repensant à ce souvenir. Le dernier souvenir que j’avais vécu avec ma sœur de cœur. Aujourd’hui, je me demandais comment elle avait fait pour m’embarquer dans une histoire aussi démesurée ainsi que complètement fantastique et impossible. Syrianne avait été le soleil de ma vie, lorsque j’étais petite. Je rêvais d’être comme elle : rêveuse, aventureuse, confiance, sûre de soi, et être naturelle avec tout le monde. Ah, j’avais oublié… Elle avait une âme tellement généreuse. A l’instar de moi, j’étais plutôt renfermée, calme, ne causant aucuns soucis à mes parents pour éviter d’être une gêne. Les livres me passionnaient autant que la pratique de la magie. Je n’étais pas spécialement bonne dans tous les domaines, mais j’avais mes préférés. Ce qui était toujours vrai aujourd’hui. Je n’arrivais pas à retenir mon rire lorsque je me remémorais cette histoire de dragon cachée sur les berges du Lac Bleu. C’était vraiment une mission impossible et incroyable.

[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa11

Je m’étais précipitée de me cacher derrière les gros troncs des sapins. Je savais ce que je faisais, mais je n’étais pas sûr que c’était une bonne idée de disparaître sans rien à nos parents. C’était bien trop tard, maintenant. Izacard avait déclenché des problèmes à l’ensemble de la famille. A cause de son saut sur un rocher, il avait mouillé toute la famille, ce qui avait déclenché une grande furie de la part de Grand-Papy. Il était trempé de la tête aux pieds. Syrianne ne put s’empêcher de rire à ce tableau. Quant à moi, je ne trouvais pas ça très drôle. Grand-Papy fut mouillé, il n’a pas de vêtements de rechange. Il devait aller jusqu’à la maison, se changer et de revenir. C’était une grosse perte de temps pour lui, surtout qu’il ne pourrait pas profiter pleinement de ce moment avec sa famille. Je trouvais cela bien dommage. Je baissais les yeux. Puis, Syrianne lui tira la manche pour se dépêcher de partir en quête du fameux dragon. Les parents allaient bientôt s’apercevoir de la disparition des deux petites filles. Nous avions très peu de temps pour découvrir ce mystère.

C’était une aventure excitante, même si je ne le montrais que très peu. Mon cœur s’était emballé aussi qu’un feu de forêt. Mon corps ne demandait que cela. Partir à l’aventure était une bonne idée. J’en avais assez de rester enfermée dans une enceinte, sans que je puisse découvrir le reste du monde. Mais encore une fois, maman me racontait des histoires sur des sorciers, qui profiteraient de mon innocence afin de me corrompre et de m’emmener très peu de ma famille. Je savais très bien que j’étais en sécurité avec mes parents, et que personne ne viendrait me chercher. Je serai une magicienne et une grande même, aussi puissante que la Reine Edwina. Les magiciens étaient vraiment de très grands sages et ils étaient reconnus dans le monde entier pour leur bonté et leur magie extraordinaire. Maman m’avait dit que les magiciens avaient une magie spéciale, qui enviait les autres races de notre monde. Lorsque nous lancions un sort, ce dernier prenait une couleur incroyable. Elle devenait bleue, aussi bleue que le ciel ou encore que le lac Bleu. Je n’avais pas pu le voir de mes yeux, car je ne savais pas réellement faire de la magie. J’étais trop jeune, comme disait ma mère.

Syrianne me sortit de mes pensées lorsqu’elle me parla d’un petit lac avec une cascade. C’était derrière cette cascade que se trouvait le légendaire dragon… « Attends ! Derrière une cascade ? Mais comment a-t-il fait pour aller à l’intérieur ? Il est trop gros pour y rentrer… A moins que ce soit un tout petit dragon de rien du tout ! Pour moi, un Dragon mesure des mètres de hauteurs et doit être aussi gros qu’une montagne. » Je commençais à bien douter de cette histoire de dragon, mais l’excitation de savoir s’il existait réellement, me donnait la force de continuer cette quête. Nous continuâmes de marcher dans la grande forêt de sapins. Les rires et le brouhaha de nos parents avaient disparu. Nous étions vraiment loin d’eux. « Oh ! Ne t’inquiète pas, ma mère me dit toujours ce genre de chose. Au bout d’un moment, j’ai bien compris que ce n’était pas le moment pour moi. Mais j’ai tellement hâte d’avoir mes propres pouvoirs et de les utiliser comme je le voudrais. Oui, maman m’a montré la création élémentaire de la nature. C’était vraiment magnifique à voir ! Hum… Mamam ne me parle pas beaucoup des différents Aetheri. Elle me dit que je les apprendrais lorsque je serai au Palais de Coelya ou bien à Basphel. Mes parents veulent que j’aille à Basphel pour mes études élémentaires. Mais c’est tellement loin ! Et je serai bien seule sans mes parents. »

Je n’étais pas prêt à y aller… J’étais trop jeune et j’avais trop peur de me séparer de mes parents. « Le seul que je connaissais et que j’aime bien, c’est Suris. Le Dieu-Dragon ! C’est lui qui nous a donné la magie bleue aux magiciens. Donc, c’est lui que je prie le soir, avant de dormir. » Je souris à Syrianne. Soudain, j’entendis un bruit de cascade à quelques pas de nous. Je lui pris la main et je m’entraînais dans ma course. Au bout quelques secondes courses intensives, nous arrivâmes au petit lac transparent avec sa cascade. Elle était immense… « Je retire ce que j’ai dit plus tôt. C’est sûr que le dragon ait pu passer par la cascade. » L’endroit était vraiment magnifique. Je restais bloquer sur l’environnement splendide du lac.


HRP:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 14 Nov 2019, 19:47


Un dragon. Certes, ces créatures existaient bel et bien, il paraissait même que l’Impératrice Blanche en possédait certains. Syrianne ne les avait jamais qu’en images et fréquemment sur les drapeau de leur race, représentation symbolique de Suris, le Dieu-Dragon vénéré par les Magiciens. Les mythes et légendes les entourant était toujours absolument fabuleuses. Et la grande majorité du temps, inventé de toute pièce. Rencontrer un de ses animal gigantesque était une chance, l’approcher relever presque du miracle d’après Syrianne. Pourtant, dans son esprit d’enfant, tout est possible et réalisable. Elle y avait tellement cru, qu’elle avait réussi à embarquer Vadéline dans l’expérience, alors que la petite était relativement plus calme qu’elle et surtout, moins turbulente pour ses parents. Au début, la petite blonde était resté sceptique, elle s’en souvenait, maintenant que les images lui revenaient, petit à petit. Mais lorsqu’elles avaient découvert cette cascade… Lucrècia avait-elle tout prévu depuis le début ? Avait-elle vraiment croisé ce dragon ? Avait-elle connaissance de ce lieu magique sur lequel les petites filles étaient tombés par hasard ? C’était difficile à dire, d’autant que Lucrècia ne révélait quasiment jamais ses secrets. Celui-ci, comme de nombreux autres, resterait caché.


[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Pvx3


« Bah je sais pas trop, j’ai pas pensé à demander des mesures précises… Peut-être que j’aurais du demandé des précisions avant de venir. Mais ça aurait parut louche, tu pense pas ? Et puis de toute façon, je suis pas certaine non plus que les gens se baladent avec des mètres dans la poche, juste au cas où ils verraient un dragon passé… »

Vadéline était tout de même venu, donc c’était qu’au fond, elle croyait quand même à cette histoire, au moins un tout petit peu. Les deux enfants étaient tout aussi curieuses l’une que l’autre, alors il n’y avait rien d’étonnant. Surtout pas de les voir ensemble accomplir quelque chose… La fillette la plus grande enchaîna sur le futur qui les attendaient. Elle pensait déjà à l’école, alors qu’il restait encore des années entières avant d’y aller ! C’était à onze seulement, que l’éducation à proprement parlé commençait.

« Tu sais, pour Basphel, moi aussi j’irais. Et on sera à deux ! Il faut pas trop t’en faire tout de suite. Tu auras bien le temps de le voir venir tout ça ! C’est que dans… Trois ans pour toi ! Tu seras un an toute seule là-bas mais après, on se quittera plus, je te le promet. Et puis comme ça, tu pourras explorer en m’attendant et tout me montrer que je te rejoindrais. » 



Syrianne voulut ajouter quelques choses sur les Ætheri, mais soudain, Vadéline se mit à courir. Elle avait sûrement entendu quelque chose dans les parages… Mais quoi ? Syrianne n’avait rien remarqué, elle, et vu la vitesse à laquelle Vadéline déguerpissait, elle se demandait si elle ne fuyait pas un animal qu’elle n’aurait pas vu. Un bruit de pas, un craquement ou autre à côté duquel elle serait passé sans se rendre compte de sa présence. C’était quelque peu angoissant… De ce fait, la Magicienne suivait sa cousine à grande foulée. Elle n’avait toujours pas capté les raisons de cette course effrénée, mais une chose était certaine : Syrianne avait une confiance aveugle en Vadéline. Elle aurait mis sa vie entre ses mains si cela avait été nécessaire. Mais à sept et huit ans, on n’a rarement besoin de mettre sa vie en jeu, surtout sur les Terres du Lac Bleu. Même pour deux enfants parties à la recherche d’une bête mystérieuse et imaginaire, seules dans la forêt.

Vadéline ne s’arrêta qu’une fois bien en face de ce qu’elle était manifestement venu chercher ici. C’était ça, qu’elle avait entendu ! Le bruit de l’eau ! Syrianne se mit à sautiller, folle de joie. C'était incroyable et le dragon était forcément ici ! Il ne devait pas y en avoir beaucoup des endroits comme celui-ci… Le petit étang formé par la cascade rendait l’endroit, au milieu des arbres et de la nature ambiante donnait un air bucolique à l’environnement. Syrianne aurait aimé savoir dessiner pour pouvoir reproduire ce qu’elle voyait… C’était si beau, elle ne savait plus où posé les yeux !

« Bien-sûr, qu’il a pu y entrer ! Suris a dû t’entendre et te guider, c’est… C’est magique ! On va voir un VRAI dragon ! » Totalement excitée par la découverte de la blondinette, Syrianne la tenait par le bras et la secouait dans tous les sens. Elle ne pouvait pas s’empêcher de bouger pour exprimer sa joie, tant elle était forte. Elle montra ensuite du doigt un endroit creusé dans la roche, à côté du flux d’eau torrentielle qui tombait vers le bas. On aurait dit que la pierre avait été creusé à cette endroit pour faire comme un escalier, qui se dirigeait droit vers la cascade justement.

« Et, ça, c’est sûrement un signe ! Viens, il faut absolument qu’on monte et qu’on passe le rideau ! » 

Cette fois, ce fut Syrianne qui prit la main de Vaseline pour l’entraîner. Sans courir pour autant, elle fit le tour de la petite étendue d’eau pour arriver près du mur rocheux. Elle se mit à grimper avec précaution, un pied après l’autre.

« Fais attention quand même, c’est humide alors ça glisse un peu ! »Malgré la peur de tomber, Syrianne n’arrêta pas son ascension. Au pire, elle tomberait à l’eau alors… Rien de dramatique. En revanche, son coeur cognait de plus en plus fort contre sa cage thoracique. Elles étaient si proche du but !



[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Pvx3


Post III - 900 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 22 Nov 2019, 16:35


Je savais bien que je n’aurais pas dû écouter l’histoire de Syrianne. Nous aurons pu se passer de grosses punitions et de se gronder par nos parents. Nous aurions dû prévenir nos parents que nous allions partir à la chasse au dragon. Alors que je repensais à cette petite aventure entre petites filles, je ne pus m’empêcher de verser une larme sur ma joue gauche. La nostalgie avait repris le dessus, sur mon visage fermé. Syrianne me manquait affreusement, c’était un fait. Cependant, je n’étais plus la même petite fille qu’auparavant. J’avais changé, et je n’étais pas devenue une personne si gentille et bienveillante. Le fait de repenser à cette histoire me fit un nœud de mes intestins. Je retenais quelques sanglots, car il ne fallait pas que Thadeus sache que je ressassais mes vieux souvenirs. Il me l’avait bien fait comprendre au cours de ces années de captivités… Mais je ne pus m’empêcher de penser à celle que je considérais comme ma propre sœur de sang. Un sourire vint s’afficher sur mon visage ténébreux et remplis de marques. Seuls les souvenirs pouvaient me mettre du baume au cœur…

[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Signa11

« Je sais bien que personne ne viendrait se balader avec un mètre dans sa poche. Mais un dragon, cela ne passe pas inaperçue dans le paysage. Il y a bien une personne qui l’aurait vu… Qui aurait été témoin de la scène. » Cependant, je n’étais pas sûr que des personnes viennent dans un lieu aussi reculé que celui-là. L’environnement était vraiment magnifique, mais il était vraiment éloigné des maisons et des villages. Nous étions cernés par des grands sapins avec leurs épines bien vertes. Cela ne me donnait pas confiance. Il fallait que nous avancions et que nous entrions dans la caverne derrière la cascade. Syrianne me remonta le moral, concernant Basphel. Je n’avais pas envie d’y aller, car je risquais d’y être bien seule. Je n’avais pas de problèmes à me faire de nouvelles connaissances, mais au début, il se serait bien dur pour moi. Heureusement que Syrianne sera avec moi, pendant les deux années sur trois de l’école. Mes parents m’avaient bien fait comprendre que je devais travailler sérieusement afin que je sois une bonne élève et que je ne les déçois pas. Maman me racontait que je travaillais très bien, je pourrais étudier aux Palais de Coelya, l’endroit le plus reconnu de toutes les écoles du monde. C’était un honneur d’y aller et d’y être reconnue par ses pairs. Mais, j’avais encore le temps, je ne devais pas prendre la tête avec les études. En plus, je savais très bien que j’aimais étudier la magie et d’autres matières, comme l’Histoire des peuples ou encore la littérature. J’avais tellement hâte de boire toute cette connaissance du monde, mais surtout des magiciens.

Un escalier avait été creusé dans la pierre de la cascade. Non, ce n’était pas de mon imagination. J’avais l’impression que cet escalier de pierre avait été fait pour nous, pour que nous escaladions jusqu’à l’entrée dans la caverne. Syrianne me fit comprendre que je devais faire attention, les pierres nous faisaient glisser, car il y avait de l’eau dessus. Je suivis ma sœur de cœur, pour arriver au sommet de cette cascade, afin d’y rentrer facilement. Les pieds dérapèrent plusieurs fois à cause de l’eau, mais je tenais bon. Au bout de quelques minutes de grimpette dangereuse, je vis une petite entrée. Je pointais du doigt vers l’entrée, qui était vraiment invisible si nous n’étions pas si près. « Syrianne ! Là-bas ! Une entrée. C’est notre porte d’entrée pour explorer la grotte." Mon cœur battait de plus en plus vite, je n’arrivais pas le calmer. Je respirais aussi fort que je le pouvais, mais j’ai l’impression que mon cœur voulait sortir de ma cage thoracique. La sensation de liberté, de pouvoir faire ce que nous avons envie, me fit du bien. C’était la première fois que je ressentais ça dans mon corps. C’était un drôle phénomène. Syrianne passa devant pour franchir cette petite porte d’eau.

Je fus trempée à l’instant où j’avais franchi le rideau d’eau froide. « Nous y sommes ! Nous sommes dans la grotte… Mais elle a l’air immense… » Ma bouche fit un « o », car je fus impressionnée par la grandeur de la grotte, avec des stalactites et des cônes de glaces. Un dragon aurait pu se faufiler aisément dans cet endroit. Puis, sur des rochers plats, je vis quelque chose qui m’étonnait… Je m’avançais pendant que Syrianne regardait la grotte. « Attends, y a un truc qui cloche… Une bougie ? » Je touchais le restant d’une bougie qui était encore chaude. Je relevais la tête en voyant ma cousine avancée dans le noir. « Syrianne, et si nous étions tombés dans un endroit dangereux ? » Je lui montrais le restant de bougie dans ma main. La grotte était fréquentée. Je n’étais pas rassurée et je n’avais pas réellement envie de continuer à avancer. Il y avait des bougies le long des parois rocheuses. Je respirais un bon coup, et je décidais d’avancer quand même, malgré le risque. « Allez, en avant, je veux savoir ce qu’il se passe dans cet endroit. »

Nombre de mots:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 23 Nov 2019, 17:27


L’enfance de Syrianne n’avait été qu’une suite de souvenirs heureux et de moments de bonheur. Sans l’enlèvement de Vadéline, on aurait pu dire qu’elle avait réellement vécu dans un petit cocon apaisant. Longtemps après, Syrianne faisait encore des cauchemars de vieil homme venant la chercher à son tour… Cette période, sans souci, sans angoisse, sans pouvoir qui dégénérait, sans émotion de plus en plus forte et incontrôlable avec l’âge, lui manquait terriblement. Tout avait été si simple… Même dans sa manière de penser ! Elle ne se prenait pas tant le tête auparavant. Elle fonçait en fermant les yeux, et elle se disait « advienne que pourra ! ». Syrianne était toujours aussi téméraire, à aller aux devant des dangers qui se présentaient à elle, mais maintenant, son cerveau se faisait un plaisir de lui faire entrevoir des milliers de manière dont elle pourrait finir sa vie. Sa propre conscience la torturait ! Ses peurs par anticipation étaient les plus lourdes. Comme si les monstres, les échecs et toutes ses craintes étaient toujours juste derrière la porte à attendre qu’elle fasse le moindre geste. Au moins, la jeune femme avait continué à avancer, ça ne l’avait pas paralysé. Mais elle s’attendait toujours au pire…

Ce n’était pas un manque d’estime d’elle, au contraire, elle se sentait plutôt bien dans sa peau et assez capable avec les capacités qu’elle possédait. C’était plus… Le reste. Les circonstances tout autour. Le monde pouvait décidé de se retourner contre elle et tout faire pour qu’il lui arrive les pires choses. C’était bien ce que Vadéline avait vécu… Elle n’avait jamais rien fait de mal, rien demander à qui que ce soit avant de disparaître dans la nature. Cela pouvait tout aussi bien tomber sur Syrianne un jour où l’autre, d’une manière similaire ou pas du tout… Un jour, peut-être lointain, elle découvrirait ce qu’il s’était passé. Parmi les nombreux voyages que la Magicienne rêvait de faire, il y avait bien cette objectif dans sa liste : chercher Vadéline. Personne n’avait jamais rien trouvé jusqu’ici, mais qui pouvait savoir ?

Dans tous les cas, elle espérait avoir une meilleure piste que la légende qui avait déclenché leur excursion pour trouver ce fameux dragon.


[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Pvx3


Une marche après l’autre, ces derniers étant comme creusé dans la pierre, irrégulière et érodait par l’eau qui coulait tout autour, Syrianne grimpait. Des petits cailloux se décrochaient parfois et elle se tenait d’une main contre la paroi de la falaise, l’autre main tendu pour garder l’équilibre. Derrière elle, sa cousine la suivait de près. C’est elle, la première, qui remarqua l’entrée. Il y avait un espace conséquent entre le rideau d’eau qui s’abattait dans le petit lac en contrebas et la roche, que Vadéline pointait du doigt. Syrianne poussa un petit cri de joie, exaltée par l’idée de se trouver à quelques mètres d’un être gigantesque, puissant et merveilleux. La petite fille savait bien que les dragons existaient et qu’ils n’étaient pas que légende, pourtant… En voir un était d’une rareté extrême, encore plus de près ! Elle se ressaisit finalement et remit son avancée. Son pas s’était un peu accéléré et elle faisait beaucoup moins attention à ses gestes, de plus en plus précipités. Dès qu’elle fut en haut, elle s’arrêta une seconde pour trépigner sur place. Elle sautillait, les mains ramenés devant son visage. Puis elle sauta dans la cascade, atterrissant sur le sol d’une grotte de l’autre côté. Une seconde plus tard, Vadéline la rejoignait.

L’endroit ne ressemblait pas vraiment à ce qu’elle avait imaginé. Elle s’était attendue à des montagnes d’or et de bijoux, des pierres précieuses dans des coffres somptueux, éclairant la pièce d’une lumière jaunâtre et allongé par-dessus, un grand dragon assoupi, dont le souffle chaud aurait fait volé en arrière leur chevelure. Du sol au plafond, tout était vide, il n’y avait rien du tout, encore moins de dragon… Elle soupira, un peu déçue. La grotte était très froide, en plus de ça ! Il y avait de la glace qui tombait en stalactite, le sol était tout aussi glissant que les escaliers et pour ne rien arrangeait, elle ne portait qu’une robe à bretelles très fines. Elle frissonna en se frottant les bras.

« Bruh ! Mais qu’est-ce qu’il fait froid ! S’il y avait eu un dragon ici, il aurait pu nous réchauffer au moins… C’est tout vide et très profond… »

Ce qu’elle n’avait pas noté mais que Vadéline avait remarqué dès qu’elle était entrée, fut la source de lumière. D’où venait-elle dans un endroit où la lumière du soleil ne pouvait pas passer la porte d’eau ?

« D’accord, il y a des bougies. C’est sûrement bon signe ! Le dragon nous guide à l’intérieur des galeries pour nous mener jusqu’à sa maison ! Trop bien ! » 

Elle fit un petit bond et se mit à courir en suivant le chemin de cire et de feu. Elle alla jusqu’au but du premier couloir, de façon à toujours pouvoir avoir un visuel sur sa cousine. Elle lui fit signe de là-bas pour l’inviter à la suivre.

« Aller, viens ! C’est par-là ! »

Quelle crédulité. Si les deux petites n’étaient pas en train de se fourrer dans la gueule du loup, n’importe qui aurait pu trouver cela adorable. Syrianne était aveugle au danger, à cette époque, tout ce qu’elle souhaitait, c’était se faire un nouvel ami et si possible, qu’il soit géant et avec des écailles. S’il crachait du feu et qu’il avait un énorme trésor, ce n’était que du bonus ! Tout en marchant, une fois en pas-chassée, une autre en dandinant, elle rêvait de monter sur son dos et de glisser sur sa queue, comme un toboggan. Elles avançèrent, éclairer par ses mystérieuses bougies sans que jamais Syrianne n’arrête d’être surexcitée par les évènements. Le chemin fut extrêmement long avant qu’elle n’atteigne quoi que ce soit d’intéressant. La plus jeune ne le remarqua d’ailleurs par vraiment, trop occupé à gigoter dans tous les sens, mais le sol formait une légère pente vers le bas. Les petites filles étaient en train de s’enfoncer lentement dans les profondeurs, sous terre.

« Dis, tu voudras faire quoi en premier, si on trouve le dragon ? Moi j’espère qu’il va comprendre ce qu’on dit. On pourra lui raconter comment on est venu ici ! Dis, tu crois que ça parle le langage commun, un dragon ? Quelle sensation ça doit faire de toucher des écailles ? J’ai même jamais vu un lézard de ma vie alors… Oh ! Regarde ici ! » Elle pointa son doigt vers la poitrine encore inexistante de Vadéline et attendit que cette dernière baisse la tête. Elle remonta alors la main pour toucher son nez. «Une tâche, pistache ! » et elle se remit à courir en riant.

[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne Pvx3


Post IV - 1106 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 04 Déc 2019, 16:36


Une fois dans la grotte, je ressentis une étrange sensation. Une boule se forma dans mon ventre, j’étais stressée, car je ne pouvais pas anticiper les prochains événements. Habituellement, j’aimais tout contrôler, tout savoir, pour ne pas avoir de sources de problèmes ou de stress. Mais aujourd’hui, c’était une autre histoire. J’étais partie avec ma sœur de cœur, dans un nid à problème, alors que justement, je n’avais pas envie d’avoir d’autres problèmes avec mes parents. Les parents de Syrianne étaient complètement différents des miens. Je compris rapidement que nous n’avions pas reçu la même éducation. Syrianne était assez libre de ses mouvements et de sa façon de penser, contrairement à moi, j’étais assez encadrée et silencieux. Je n’osais pas répondre à mes parents ou bien de donner libre cours à mes pensées. Cependant, je m’étais adaptée à cet environnement et cela ne me dérangeait plus autant qu’auparavant. De toute façon, je savais bien que je partirais prochainement à Basphel pour étudier pendant trois longues années, loin de mes parents. Dans un sens, cela me fit du bien de savoir que j’allais partir seule, sans avoir mes parents pour me diriger à la baguette. Pour l’instant, je profitais du moment présent avec ma sœur.

La grotte semblait être bien vide. A part les bougies disposées un peu partout sur les parois de la grotte, je ne vis rien d’autres aux alentours. Syrianne semblait être déçue de ne pas avoir trouvé ce dragon. Certes, la grotte était immense dans tous les cas de figure. Ma sœur semblait vouloir continuer à explorer cette caverne sans fin. Je vis au loin encore des bougies, mais je ne vis rien à ce qu’il semblait être un dragon. J’espérais juste que nous n’étions pas tombés dans un piège ou bien dans quelque chose de très dangereux. Cette peur était encore dans mon ventre, j’avais du mal à respirer, mais je ne pouvais pas être peureuse. Je devais être forte et courageuse comme Syrianne. Elle, elle ne s’inquiétait pas des conséquences ni des problèmes. Cela avait été sa grande force. Parfois, j’en étais jalouse. Alors, nous continuâmes à marcher dans la grotte sombre et humide. Nous suivîmes les bougies, qui dansaient avec le vent de la caverne. Puis, le sol commençait à s’incliner de façon assez dangereuse. Mais Syrianne ne semblait pas s’en soucier. Ma sœur continua à se poser des questions sur la rencontre du dragon, ainsi que ces trésors. Elle enchaîna sur le fait que nous aurions peut-être des difficultés à communiquer, car nous ne parlions pas de la même langue.

Puis, elle me fit une petite blague, qui ne me fit pas rire du tout. J’étais trop bien stressé pour rire à ce genre de blague. « Syrianne, je commence franchement à avoir peur. Il faudrait faire demi-tour, avant qu’il ne soit trop tard. Nos parents ont dû remarqué notre absence. Je ne peux pas créer de problèmes moi… Allez viens, rentrons... » Soudain, avec un geste brusque pour faire demi-tour, un de mes pieds glissa sur la surface rocheuse de la pente. Le sol fut très humide, car je venais d’identifier des filets d’eau qui coulait jusqu’en bas. En bas, je ne vis rien, c’était tellement sombre… Allais-je mourir ? Étais-ce la fin de mon histoire ? Je continuais de glisser sur la pente, jusqu’à que je ressente le vide autour de moi. Pendant quelques secondes, je sentis que je volais… que je tombais dans l’infini, dans l’obscurité avant que la lumière jaillisse. Puis, je me fis engloutir par de l’eau sombre. J’étais tombée dans un lac à l’intérieur d’une caverne. C’était impossible ! Autour de moi, il n’y avait que de l’eau ténébreuse et, au milieu, une espèce d’île, une parcelle de terre.

De loin, je vis des ruines, des pierres, mais rien qui ressemblait à un dragon. Cependant, je vis encore des bougies en nombre sur la terre ferme. Mais que se passait-il au juste ? Le lac n’était pas très profond, car je pouvais toucher le fond avec les pointes de mes pieds. Je savais nager, enfin, je connaissais les rudiments de la nage, mais je n’étais pas une experte. J’avançais jusqu’à la terre ferme pour découvrir ce qu’il se passait. Par contre, je me souciais de Syrianne. M’avait-elle suivi ? Ou bien avait-elle fait demi-tour pour prévenir les parents ? Oui, je me demandais, car je n’avais pas entendu de son dans l’eau, après le mien. Cela faisait plusieurs minutes que j’étais tombée dans ce lieu. Je croisais les doigts pour espérer que rien ne s’était passé en haut. Quant à moi, je posais les pieds sur cette île, où il y avait des centaines de bougies partout… Une grande stèle était dressée, à moitié détruite avec le temps… « Suris… »


Nombre de mots:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De nuit comme toujours [ Pv Vadéline]
» C’est à devenir chèvre | Cadeau pour Vadéline
»  [Q] - Les apprentis Magiciens [Syrianne]
» [Q] - Là où l'herbe est verte [Syrianne]
» Archive epître Syrianne
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres du Lac Bleu-