Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Partagez
 

 Pour les besoins du commerce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Jeu 24 Jan 2019, 14:43



Que viendrait donc faire un commerçant Alfar hors de ses terres ? Après tout, ce sont des propriétaires d’échoppes, de petits marchands, des négociants et autres fonctionnaires locaux. Pourtant, en dépit de l'autonomie dont ce vante le peuple de la forêt des murmures, il était parfois essentiel, pour le prestige commercial, d'obtenir des biens plus exotiques, plus raffinés, ou tout simplement inaccessible par d'autres moyens. C'est de ce postulat qu'une partie de la famille Lianorin, en tant que fière porteurs du titre de Drielsha, pris la peine de se déplacer dans les terres d'émeraude, territoire des Orines, pour se rendre dans le village minier d'Ienobu, dont la réputation ne semble plus être à refaire dans toutes les terres du Ying et du Yang.

Mais que ferais une jeune femme de dix-huit années au sein de cette expédition, me demanderez-vous ? La réponse était très simple : Solana Kethryllia Lianorin était encore en pleine "éducation", et quoi de mieux pour une descendante de la bourgeoisie que d'apprendre directement au contact de potentiels associés, accompagnée de ses parents ? Néanmoins, ce n'était pas de gaieté de cœur que celle-ci faisais une pause dans des sujets bien plus scientifiques, artistiques, politiques et magiques pour se voir imposer d'aussi divers déplacements. Après tout, elle aspirait à un rang bien plus élevé que ses parents, comme le prouve son attachement à l'académie du troisième plateau, Legyndra. Au moins, ce disais-elle, les paysages sont relativement beaux.

Pour l'heure, les affaires pouvaient attendre : Perfectionniste a l’extrême, l'intendant principal de la famille eut la bonne idée de "jouer la ponctualité" et d'offrir deux bonnes heures d'attente en attendant l'arrivée de l'interlocuteur que le petit groupe devait rencontrer. Une situation qui nous amène donc à notre histoire.

Galaeron Lianorin : « Partez donc rencontrer les Autochtones, mademoiselle Solana, vous apprendrez peut-être quelque chose d'utile à leur contact, comme l'art et la manière à démontrer la supériorité de notre race sur d'autres créatures. Être un modèle de théorie ne doit pas vous faire oublier la réalité et les tâches que vous aurez très certainement besoin d'accomplir quand vous serez diplômée. Vous en êtes capable, alors, ne me faites pas défaut, jeune femme, vous avez ici la chance de ne craindre aucuns dangers, la magie de ces lieux empêche tout crime à l'encontre de quiconque. » Ordonna donc le patriarche, croyant de voir sa fille enfermée dans ses livres ou avec ses congénères uniquement plutôt que de s'exercer aux actes sociaux avec les pacifiques Orines. Implicitement, peut-être espérait-il la "guérir" de son agoraphobie xénophobe ? Personne ne saurait le dire.

Solana Lianorin : « Bien, père. » répondit elle, sans la moindre once de résistance à l'autorité paternelle. La sagesse des Alfars débutait aussi par la connaissance des règles, de sa place et de ses propres limites, quand bien même faut  il toujours essayer de dépasser ces dernières pour être la plus méritante. Qui sait, ce sera peut-être amusant ?

C'est ainsi que le village se retrouva avec une jeune demoiselle à la peau grise dans ses rues, parée d'une robe noire comme la nuit, décorée d'argent, et dont la longueur lui fait toucher le sol dans une élégance dont il n'était plus question de la remettre en cause. Du moins le croyais elle, car elle n'était encore qu'une jeune femme de la bourgeoisie des plus communes, quand bien même son avenir soit assuré à des rangs plus bien plus hauts du fait de ses études dans des académies toujours des plus prestigieuses, celles-ci rendus possibles par un travail acharné, un dévouement, et très certainement une bonne dose d'amour du pouvoir et d'opportunisme. Après tout, les Alfars ne sont-ils pas le peuple politique par excellente ? Des traitres, comme certains les nomment ?

Solana eut pour idée d'essayer de trouver des bâtiments officiels disséminés dans le village : un hôtel de ville, un poste du guet, voire même un temple dédié aux divinités locales, poussée par une curiosité toute nouvelle. Rapidement rattrapée par le stress inhérent à la présence d'autres races, l'Alfar se retrouva néanmoins bien vite auprès des différentes industries minières, observant avec flegme les allées et venue des artisans qui pratiquaient leur art, celui de la pierre précieuse. Il n'y avait pas de mal à savoir comment certains bijoux exotiques proposés en Drosera étaient fabriqués, se disait elle.

Être seule dans un ville ou le crime était magiquement interdit, un bon terrain de jeu, non ?

767 mots
Revenir en haut Aller en bas
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Ven 25 Jan 2019, 03:07


Un coup discret toqua sur la porte de sa chambre. Grâce à la quiétude qui imprégnait la petite pièce, le son retentit clairement dans les oreilles de Daynes. Néanmoins, ce dernier ne daigna même pas lever la tête pour autoriser la personne à entrer, ses yeux étant fixés sur les pages du livre qu’il lisait. Assis sur un lit qu’il ne s’était pas ennuyé à refaire, l’Alfar révisait la matière vue en classe durant la journée dans un calme digne d’une bibliothèque. Toute son attention était focalisée sur les mots d’encre étalés sur le papier qu’il tenait entre ses mains. Il ne prêtait absolument aucun intérêt à ce qui pouvait bien se passer autour de lui ; parce qu’il s’en fichait aussi. La Magie aidant, son visage était exceptionnellement détendu. Lui qui avait toujours l’habitude de durcir ses expressions ressemblait vraiment, à ce moment précis, à un jeune au début de l’adolescence. L’individu derrière la porte cogna une seconde fois, mais avec bien plus de force. Dérangé par le bruit, l’étudiant serra la mâchoire. Ses airs sereins commencèrent à s’effriter pour laisser place à des traits ouvertement plus irrités. Devenu instable, son contrôle des émotions ne parvenait plus à maintenir la sérénité qu’il avait distillé dans son esprit. Une série de coups vint alors pleuvoir sur le bois qui bloquait l’entrée, accompagnée d’une voix autoritaire qui le convint finalement de fermer son livre, l’ambiance propice à ses études étant désormais réduite à néant. « Entrez ! » cria-t-il enfin, après un soupir agacé, pour se faire entendre au-dessus du vacarme. La porte s’ouvrit sur la silhouette d’Ophélia – une de ses tantes – qui posa les mains sur ses hanches. Daynes se retint de soupirer une deuxième fois pour garder convenance. « Que puis-je faire pour vous ? » demanda-t-il en étirant un faux sourire ravi. Son interlocutrice se contenta de lui répondre par un air froid et méprisant. La vérité, c’était qu’il savait exactement ce qu’elle voulait, mais la tâche qu’elle lui avait refilée ne l’intéressait pas. C’était son père qui aurait dû s’en charger, mais au vu de son état actuel qui avait frappé sans crier gare, il n’était plus bon à rien – si tant il l’eut déjà été un jour. Cela dit, conformément aux règles établies par la famille, le travail qu’un raté n’était plus en mesure d’accomplir était aussitôt délégué à un autre raté et dans ce cas-ci, le raté, c’était lui. « Va préparer tes affaires. Nous partons bientôt. » Et la jeune femme tourna les talons sans lui adresser un autre regard.

____________________________

L’astre du jour était étonnamment brillant sur les Terres d’Émeraudes. Cela n’avait rien à voir avec la pénombre de la Forêt des Murmures et Daynes demeura ébloui sur place pendant plusieurs secondes. C’était la première fois qu’il mettait les pieds hors de Drosera, sa vie scolaire ne lui permettant pas vraiment de sortir de l’enceinte de la cité. Il aurait cru que les ouvrages et la théorie l’auraient adéquatement préparé au monde inférieur et étranger, mais il devait avouer qu’il était tout de même impressionné par ce que ses yeux lui renvoyaient. Ce n’était pas aussi beau que la capitale alfar certes, mais il reconnaissait l’effort que les Orines plaçait à travers leurs Arts… juste un peu. « Ne reste pas planter là et commence à décharger la marchandise. » La voix froide d’Ophélia le ramena désagréablement à la réalité. Ce qu’elle pouvait être agaçante. Pourtant, l’adolescent s’exécuta sans dire un mot, conscient de la position dans laquelle il se trouvait. Sa haine à l’égard de sa tante était toujours bel et bien présente, mais il n’avait aucune légitimité à remettre en question ses ordres. Ça viendrait un jour. Cette ambition était la seule chose qui pouvait le réconforter. « Tu peux partir maintenant. » déclara l’Alfar lorsqu’il eut terminé. « Je n’ai pas envie de t’avoir dans les pattes pendant que je négocie un contrat. » Le jeune homme fut tenté de répondre par un « moi aussi » ponctué d’un sourire insolent. Toutefois, il se contenta de se retourner, laissant son accompagnatrice discuter avec la marchande orine.

L’Elfe noir se mit à déambuler dans les ruelles du village en jetant des regards impassibles sur les différentes infrastructures. L’adolescent était en réalité sous le joug de sa magie dont il s’était resservi un peu plus tôt pour éviter de perdre son sang-froid devant Ophélia. À présent, il n’avait plus besoin du sort, mais il le gardait actif pour continuer à le pratiquer et ainsi, devenir meilleur. Le dédale de petites rues finit par le guider devant des ouvriers qui travaillaient le sous-sol de pierres précieuses. Concentrés à extraire ces gemmes, ils se mouvaient dans toutes les directions comme une grande fourmilière où l’ordre et la discipline régnaient. Ajustant les manches de ses vêtements, Daynes alla se rapprocher d’une femme qui se tenait à l’écart de l’agitation des mines. Vêtue d’une robe de bonne fortune, le style de cette dernière contrastait énormément avec son environnement, rompant l’harmonie que ce lieu était parvenu à créer. Pas qu’il se sentait particulièrement bavard ou intéressé par la présence de cette inconnue, mais il était surtout curieux. Et ennuyé. « Vous n’avez pas peur de salir votre robe en restant aussi près des mines ? » Vue d’aussi près, l’étudiant pouvait apercevoir les longues oreilles de son interlocutrice sortir des mèches de sa chevelure ivoirienne, et sa peau grisâtre étincelait légèrement sous la lumière de l’astre du jour. « Ce serait un véritable gâchis de ternir un vêtement aussi ravissant en territoire étranger. » Il pouvait bien parler, car son propre accoutrement était loin d'être modeste. Cela dit, aussi inexpérimenté sur le monde extérieur qu’il était, l’Alfar savait néanmoins reconnaître les siens lorsqu’il en voyait un. Un jeu à multiples visages venait de commencer.
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Invité
Invité

avatar
Dim 27 Jan 2019, 19:40



Coupée dans ses quelques pérégrinations logiques, l'alfar se tourna vers la voix qui brisa le doux silence des lieux, un air placide et taciturne collé au visage sublimé d'une posture tout aussi rigide. Après tout, il était de bon ton, en toutes circonstances, de faire usage du décorum comme il se doit. « Quand bien même cette robe vous semblerait être digne des plus belles parures, c'est pourtant une de mes plus simplistes, et quant à la salir en d'autres lieux que les rues de notre belle Drosera, c'est cependant sa fonction principale, les voyages. De fait, n'ayez craintes, les quelques serviteurs de mes parents sauront nettoyer toutes traces laissées sur le doux tissu de cet apparat. » Fit-elle donc en réponse aux interrogations bien banales d'un confrère elfique.

« Mais, j'en oublie les bonnes manières. Je suis Solana Kethryllia Lianorin, ravie de faire votre connaissance, monsieur. » Enchaina-t-elle avec une salutation des plus courtoises, une révérence presque maitrisée. Bien sûr, tout ceci n'était que pure représentation de convenance. En réalité, notre jeune femme se demandait plutôt ce que pouvait bien faire un autre enfant de Dothasi en ces lieux. Peut-être était-il d'une famille de Drielsha en voyage d'ordre économique ? Ou peut-être encore fut il contraint par des parents quelque peu trop aventureux et avides de découvertes de les suivre dans leurs déplacements ? Il n'y avait qu'un seul moyen pour en avoir le cœur net, et c'est alors d'une voix tout aussi posée, pas une syllabe plus haute que l'autre pour trahir son intérêt croissant, que la jeune femme répondit à l'appel de sa curiosité dévorante. « Mais, dites-moi, que faites vous dans ce village minier en une aussi belle journée ? C'est loin d'être la destination 'touristique' favorite de nos pairs, de manière générale. Avez-vous quelques affaires en cours, ou découvrez-vous la vie de nos chers voisins, les orines ? »

333 mots
Revenir en haut Aller en bas
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Lun 28 Jan 2019, 05:35

Le commentaire que la jeune femme émit en le dévisageant arracha un vague sourire sur le faciès de l’Alfar. Il ne s’était pas attendu à meilleure réplique de la part de sa congénère, et malgré la rigidité de son ton, il n’en était pas du tout offusqué. Il tenait plutôt bien ses émotions en laisse dans le moment présent, concentrant tous ses efforts à demeurer serein pour chasser le goût amer que sa traversée avec sa tante avait laissé au fond de sa gorge. Cela dit, l’adolescent avait parfaitement conscience que si la même question lui avait été posé, inversant ainsi leurs rôles à tous les deux, il aurait lui-même fabriqué une réponse semblable à l’égard de son interlocutrice. De ce fait, Daynes ne trouva rien d’autre à dire que de souffler un simple « Évidemment » avant de passer, à son tour, aux modalités de présentations. Suivant le geste de Solana, il pencha légèrement son buste devant elle, avant de se redresser dans l'intention de lui dévoiler son identité. « Moi de même. Je me nomme Daynes Déléis. » Et il s’arrêta là. L’Elfe noir évitait de divulguer son second nom pour la seule et bonne raison qu’il désirait en parler à personne. Son père et lui avaient convenu à maintenir une mascarade et forcément, une telle révélation reviendrait à réduire leurs mensonges à néant, ainsi qu’à ébranler leur statut déjà si controversé auprès de la famille. Le silence était donc la clé de la seule entente qu’ils seraient en mesure d’établir et ce, pour toute leur vie.

« Oh. Vous savez, les étrangers intéressent mes pairs uniquement lorsqu’ils ont quelque chose à y gagner. admit-il simplement en guise d'éclaircissement aux interrogations de la jeune femme. « Mais pour vous répondre, j’accompagne simplement ma tante dans son voyage d’affaires, bien que ma présence à ses côtés ne soit qu’une formalité. » Parce qu’il n’y avait eu personne d’autre pour le remplacer surtout, l’Alfar n’ayant jamais souhaité mettre les pieds ici. « Nous ne manquons jamais une occasion de garnir nos caisses de pièces d’or supplémentaires, et ce, peu importe la race de nos partenaires, à quelques exceptions près bien sûr. » Le garçon n’avait qu’une image floue du commerce familial en tête et par conséquent, n’avait qu’une idée vague de l’identité de leurs clients en vérité. Néanmoins, il voyait très mal sa famille se mettre à négocier de quelconques contrats avec des Réprouvés ou des Evershas par exemple, pour ne nommer que ces deux peuples arriérés. À vrai dire, il n’aimait pas grand-chose qui pouvait se traduire par la mention « d’étranger », d'où ces certitudes peut-être biaisées qu'il se créait – sa xénophobie étant particulièrement forte. Également, Daynes avait préféré garder le mystère quant à l’ampleur de la richesse des Déléis, ne voulant pas perdre la face devant Solana. Bien qu’il se fichât des mauvaises réputations que pouvaient s’attirer ces gens qui partageaient son sang, il demeurait encore trop dépendant de leur influence pour oser tenter si impunément le diable.

« Cela dit, continua-t-il. les Orines demeurent une clientèle de choix pour la négociation de nouveaux contrats, je suppose. Leur travail des pierres précieuses est d’un tel raffinement qu’il serait bien difficile de résister à la tentation, n’est-ce pas ? » L’adolescent esquissa un fin sourire. « Et puis, l’argent est un appât merveilleux, vous en conviendrez. » Plaçant ses mains derrières son dos, l’Alfar pencha légèrement la tête de côté pour feindre de l’intérêt, sa Magie étant toujours active – et efficace pour une fois. « Mais assez parler de moi : je suis curieux d’en connaître davantage à votre sujet, madame Lianorin. Si vous me le permettez, puis-je demander en quel honneur les Terres d’Émeraude nécéssitent votre présence ? Est-ce pour des raisons commerciales également ? » Muet, Daynes lui laissa poliment tout le temps nécessaire de répondre avant de poursuivre le cours du dialogue une fois qu’elle eut terminée : « Que pensez-vous à l’idée d’aller découvrir de plus près les coulisses de l’extraction du minerai, maintenant que nous avons appris à mieux nous connaître ? » proposa-t-il en désignant les mines et les ouvriers qui s’y affairaient de la pointe du menton. Ses mots ne sonnaient pas tout à fait vrais, cela dit. Le jeune homme s’était limité qu'aux raisons de sa venue entre autres, restant muet sur la révélation d'informations plus personnelles à son sujet. Toutefois, c’était le but qu’il avait recherché, puisqu'il n'appréciait guère devoir parler de lui. « Une telle visite promet de se révéler enrichissante. »
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Invité
Invité

avatar
Mer 30 Jan 2019, 13:55



« Une vision bien vénale du commerce, et vous en oubliez le prestige national. Après tout, les commerçants sont les premiers ambassadeurs d'une industrie et d'un peuple qui se veut autonome, et conséquence de cela, capable d'offrir et de pouvoir échanger la grande majorité des produits de ce monde. » Commenta-t-elle sur un ton placide, bien loin d'être contrariée, mais plutôt patriotique par nature, notamment du fait de son éducation et de ses parents qui tentaient par tout moyen d'inculquer à leur fille les tenants et aboutissants de leurs activités en dehors de Drosera. « Néanmoins, si cela est profitable pour votre bourse et votre renom personnel, alors c'est tout aussi bénéfique. Il faut bien vivre, me direz-vous. » conclut-elle, bien plus honnête sur ce point. Après tout, pour une adolescente ambitieuse comme notre jeune Solana, tout apport était bon pour se faire une place dans cette société, voir au passage en faire fortune, même si cela lui demandait d'être opportuniste au possible. Qui l'aurait cru d'une alfar ?

« Et, oui, les Orines sont réputés pour leur travail en ces lieux, mais je suis plus attirée par les parures qui sont fabriquées avec ces pierres, plutôt que la manière dont elles sont extraites, vous avouerais-je. » Répondra-t-elle ensuite quant aux négociations possibles avec ces étrangers sans répondre a l'évocation des appâts du gain. Après tout, ses ambitions, ses envies et son gout naturel pour la richesse étaient, bien qu'indirectement, déjà bien dépeints dans plusieurs sous-entendus encore maladroits. « Quant à la raison de ma venue en ces lieux, elle est plutôt similaire à la vôtre, j'accompagne mes parents dans un voyage d'affaires. Néanmoins, notre intendant fut trop zélé, et nous sommes arrivées bien largement en avance, ce qui me donna une bonne heure pour... explorer les environs, quand bien même je serais plus heureuse dans mes appartements ou à l'école. De plus, les sélections des académies auront bientôt lieu, mais, passons. » Fit-elle en bonne future érudite, bien que coupant net la conversation avant de ne divulguer que trop d'informations. Les inconnus n'avaient pas besoin d'en savoir tant sur sa personne, après tout.

C'est après une l'invitation qu'elle cillera rapidement, surprise par tant d'initiative. Il faut dire que depuis quelques années, elle côtoyait les enfants de la noblesse de Drosera, et que les mœurs étaient probablement différentes. « Très bien, j'accepte de vous suivre, mais pour une heure tout au plus. J'aimerais éviter que mes parents soient inquiets de ne point me voir revenir a l'horaire convenu, surtout que c'est vous qui en souffririez. » Proposa-t-elle en connaissance de cause. Le véritable avantage de cet endroit, c'est que la bénédiction locale empêchait tout crime d'être commis. Sans cela, il y aurait fort à parier que la jeune alfar n'aurait jamais accepté d'être accompagnée d'un autre individu, surtout un homme, sans au moins un accompagnateur de son entourage. Qui sait ? Peut-être que tout ceci saura être amusant ? Mais, il faut toujours être méfiante.

525 mots
Revenir en haut Aller en bas
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Jeu 31 Jan 2019, 00:23

« Ah oui, les selections… » murmura Daynes d’un ton distant. Puis, son expression parut se radoucir alors qu’elle se voilait, lentement, d’un air absent. Contrairement aux apparences, le jeune homme n’avait guère oublié la date fatidique où se dérouleraient les épreuves dont sa congénère avait fait mention. Plutôt, il avait délibérément choisi de repousser ces réflexions dans un recoin de son esprit pour éviter de briser la façade qu’il avait érigé au cours de sa traversée. Il avait d’ores et déjà toutes les raisons du monde d'haïr sa tante et, par extension, sa famille entière. Donc, songer en plus au fait qu'Ophélia avait interrompue sa révision qui concernait, précisément, ces sélections d’excellence, lui aurait sans doute fait regretter ses gestes, si cela n’avait pas été de l’influence de sa magie pour l’apaiser. Tout cela pour dire qu'il comprenait la situation de Solana, quoique, la seule différence entre eux était le niveau qu'ils occupaient actuellement en terme d'âge. Toutefois, maintenant que le sujet surgissait au sein de la conversation, l'Elfe noir rencontrait de la difficulté à garder son visage impassible, souriant dans le but de dissimuler la nervosité qui animaient le fond de ses iris orageux. « Je n’ai aucun doute que vous allez réussir à passer ces tests avec brio. Andrethi n’attend que vous pour franchir les portes de son seuil. » Rien ne s’obtenait par hasard parmi leur peuple, et c’était d’autant plus véridique lorsqu’il s’agissait des admissions au sein de leurs institutions scolaires. Les sélections étaient rudes, et assurer sa place dans les écoles dont ils rêvaient tous était loin d’être donné. Les mots que l’adolescent avait prononcés ne servaient qu’à faire bonne figure auprès de sa nouvelle connaissance en vérité, bien qu’il n’en crût pas un seul instant les fondements. Ce fut une pensée qu’il se garda d’avouer à haute-voix, évidemment.

« Vous n’avez aucune inquiétude à avoir, madame Lianorin. » Il étira davantage la commissure de ses lèvres, rompant le charme qu’il s’était lui-même infligé pour paraître sincère, dépourvu d’artifices pour imiter le sentiment. À vrai dire, maintenir un sort en permanence l’épuisait beaucoup trop vite. « Vous serez de retour auprès de vos parents à l’heure convenue. » Retrouver ses émotions procurait toujours à l’Alfar une sensation étrange, comme si une tempête se déchaînait tout à coup à l’intérieur de sa tête, l’empêchant ainsi de mentir. Il nécessitait constamment un certain délai d’adaptation avant de pouvoir reprendre le contrôle sur son subconscient, demeurant vulnérable à l’action de ses véritables pulsions qui s’éveillaient abruptement. Solana n’avait rien accompli pour l’irriter, certes, mais il devait tout de même faire attention à l’imprévisible. « Vous permettez ? » s’enquit le jeune homme en lui tendant la main. Il attendit patiemment que la jeune femme accepte sa poigne, avant de l’aider à se relever en suivant les règles de l’étiquette. De ce fait, l’Elfe noir relâcha seulement les doigts fins de sa semblable quand ils commencèrent à marcher, se tenant chacun à une distance respectable de l’autre. Pourtant, en dépit de la placidité de leur avancée en direction des mines, l’adolescent s’occupait à alimenter leur dialogue. Il n’était pas spécialement bavard en temps habituel, mais il ressentait néanmoins le pressant besoin de tirer quelques vers du nez de sa congénère pour connaître son statut dans la capitale de la Forêt des Murmures. Les alliés étaient rares parmi les leurs, et savoir tirer parti des individus les plus influents représentait la clé d’un bon succès. Autant que le mystère faisait office de protection, les opportunités se dévoilaient uniquement à ceux qui prenaient de l’initiative. « Quel type de commerce gère vos parents ? » poursuivit-il d’une voix véritablement intéressée. « Les miens… enfin, ma tante plutôt, fabrique des broderies élégantes qu’elle adore parer de pierres précieuses. Et croyez-moi madame Lianorin, ce sont de véritables chefs-d’œuvre. » Le jeune Alfar peinait à croire lui-même qu’il envoyait de telles fleurs à Ophélia. Quand même bien il se sentait écœuré par ses propres hypocrisies, l’étudiant savait qu’il n’en avait guère le choix pour faire bonne impression. « Lorsque nous aurons achevé notre visite des lieux et, bien entendu, si le temps nous le permet, j’aimerais beaucoup vous en montrer quelques pièces qui, je pense, sauront vous charmer. » termina-t-il sur un grand sourire.

Le bruit du chantier minier commençait à s’amplifier doucement au creux des oreilles de l'Elfe de Drosera : ils étaient presque arrivés à destination. « Par où souhaitez-vous débuter notre petite aventure ? » Daynes s’était arrêté, faisant désormais face à la jeune femme, le dos droit. Il avait dû légèrement hausser la voix pour se faire comprendre au-dessus des interférences sonores, n’osant pas se rapprocher trop près de son interlocutrice. Il n’appréciait pas faire mauvais genre. « L’extraction du minerai à l’état pur ? Ou sa transformation en pierres raffinées ? » Le garçon inclina un peu la tête, ses doigts caressant l’extrémité de son menton. « Ai-je tort de penser que ma seconde proposition vous semble la plus alléchante ? » rajouta-t-il en se rappelant ce que l'Alfar lui avait avoué un peu plus tôt. « Nous pourrions comparer la beauté du travail que ces Orines effectuent à l’art de notre peuple. Qu’en pensez-vous ? Nous pourrions être étonnés. »
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Invité
Invité

avatar
Sam 02 Fév 2019, 19:54



« Vous êtes un flatteur ! Malgré toutes mes qualités et mon travail quotidien, je doute être capable de rejoindre Andrethi, ne serais-ce que par ma naissance, ou par la difficulté des sélections. Non, je positionne plutôt mes espoirs sur le troisième ou quatrième plateau, ce qui serait déjà une très bonne position pour mon avenir. » Répondit-elle avec un peu plus d'entrain dans sa voix, presque amusée par les affirmations sans fondement logique. Mais, après-tout, il était de bien vu de complimenter autrui quand vous en avez l'occasion. "Grattez-moi le dos, et je gratterais le vôtre", comme l'indiquait le dicton.

« Et, vous m'en voyez ravie. » Fit-elle alors avant de déposer sa main droite dans celle de son interlocuteur, en bonne noblionne aux grandes ambitions, mais aussi en tant que femme. Ce jeune homme avait des manières, et c'était toujours un plaisir d'être adressée en "princesse" pour Solana, notamment pour son ego personnel et sa confiance en elle. Mais, nullement le temps de se reposer dans quelques gratifications personnelles que la jeune demoiselle était désormais sur ses deux pattes, grandie par les talons de ses chaussures. C'est alors qu'elle suivait son nouvel accompagnateur, et qu'elle dut répondre à la curiosité de celui-ci. Après tout, ce n'était que juste retour de bons procédés. « Mes parents sont dans la forge, et plus précisément encore, la forge d'apparat et la joaillerie. Par exemple, si vous avez besoin d'une armure avec des décorations ou de la gravure, ainsi que des cerclets, des couronnes ou d'autres objets du même ordre, ils sont capables d'en produire. Hm. C'est plutôt proche des broderies de votre tante, d'une certaine manière. » Puis, elle cilla quelque peu à une proposition bien avenante. « Si mes parents et mon emploi du temps me le permettent, pourquoi pas ? C'est toujours un plaisir que d'avoir quelques connaissances de plus dans notre belle Drosera, surtout quand la confiance est un bien si précieux, aux cotés de l'influence. » Y-répondit-elle d'une phrase emplie de tant de double sens que tourner en rond en deviendrait presque possible. C'était pourtant une triste vérité, elle était la première ambassadrice d'une famille qui lui fournissait rencontres sur rencontres.

Mais, il était désormais temps du bruit et du vacarme des mines Orines, et bien que la voix de l'adolescente ne portais absolument pas, au moins arriverais elle à se faire comprendre par les déductions de l'homme qui était auprès d'elle. « Vous avez les mots justes, la seconde proposition me semble plus intéressante que la transformation de la terre en des métaux qui, bien que nobles, sont d'une beauté inférieure aux cristaux déterrés des entrailles de notre monde. »

436 mots
Revenir en haut Aller en bas
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Dim 03 Fév 2019, 04:37

Il n’y avait rien de plus enivrant que de participer à une riche discussion où les propos s’échangeaient d’égal à égal. Après tout, Daynes avait grandi dans une famille qui le regardait constamment de haut, d'un air méprisant. Il était le mouton noir des Déléis, l’existence déshonorante née d’une union aussi douteuse que scandaleuse, faisant de lui la risée qui ne méritait guère une once de respect. À présent que son enchantement si inestimable était levé, l’adolescent voyait désormais le vrai visage des émotions qui enflammaient les tréfonds de son esprit. C’était de la reconnaissance. Un état d’âme qu’il avait toujours cru inaccessible à la portée de sa conscience corrompue par la haine et un opportunisme égoïste. Il n’avait jamais eu à se « sentir reconnaissant » de qui que ce soit ou de quoi que ce soit, outre de ses propres accomplissements. « Ils exercent une profession bien noble. Les individus qui possèdent le savoir de combiner la beauté à l’art de la guerre sont très peu nombreux. Votre famille est sans doute composée d’artisans exceptionnels pour gérer si finement une telle variété de domaines. » Il sourit. « Effectivement, notre parenté respective semble partager un goût similaire en matière de beau. Cela nous fait donc un point commun. » L’intérêt témoigné par Solana à découvrir les pièces de sa tante le ravissait. L’Alfar ne cherchait en aucune façon à flatter l’égo de cette dernière. À vrai dire, il se sentait tout simplement plus confiant à exercer ses talents de persuasion, comme quoi sa langue n’était point aussi rugueuse qu’il eût pensé. « Votre enthousiasme me va droit au cœur. Si l’occasion vient à nous faire défaut, je peux toujours reporter mon invitation dès que nous serons de retour à la capitale. » Le jeune homme ne détenait aucun droit sur ces décisions, mais il était persuadé qu’en écoutant juste brièvement son plaidoyer, Ophélia finirait par donner raison à son jugement. « La confiance est surtout un bien qui se mérite durement. À l’inverse, l’influence ne se gagne que par la valeur de nos actes, qu’ils soient francs ou non. » Ses mots pouvaient sous-entendre bien des choses, dévoilant une variété non négligeable d’intentions qu’il était en mesure de se prêter. Évidemment, Daynes se garda de trahir sa véritable position en rajoutant sur ton égnimatique : « Mais j'essaie constamment de m'engager à respecter ma parole. »

Le bruit de l’activité minière faillit lui faire manquer la suite des répliques de la jeune femme. Tendant doucement l’oreille, l’Elfe noir hocha de la tête pour montrer qu’il avait compris l’approbation de sa congénère. « Très bien. Il ne nous reste plus qu’à localiser le lieu où se déroule ces activités. » Aussitôt que ses mots eurent franchis ses lèvres, l’adolescent étira le cou pour mieux scruter les environs. Toutefois, partout où ses yeux se posaient, ceux-ci ne faisaient que contempler le travail acharné des ouvriers qui, de sa vision d’étranger, était identique d’un poste à l’autre. Il n’y avait qu’un seul moyen sûr de résoudre la problématique soulevée par ce détail à vrai dire, mais l’idée était loin de faire plaisir à l’Alfar. « Je crains fort que nous soyons contraints de solliciter des directives à un ouvrier. » admit-il. « Ce sera la première fois que je vais adresser la parole à un étranger qui n'est pas Alfar. » Le jeune homme se sentait déjà rebuter par le geste disgracieux. Selon lui, tout ce qui n’était pas béni du nom de leur race était forcément inférieur et malsain. Comme sa mère. « Avez-vous connaissance des mœurs de ces gens, madame Lianorin ? » Il aurait bien apprécié pouvoir abandonner le « madame » lorsqu’il conversait avec la concernée, mais il ne désirait surtout pas prendre le risque de la froisser. « Parce que je dois avouer que ce n’est, malheureusement, pas le cas pour moi. Ceci est ma première expérience en dehors de la Forêt des Murmures, voyez-vous. » C’était une piètre excuse : il en avait parfaitement conscience. Néanmoins, le racisme du jeune adolescent était bien trop ancré dans son être pour qu’il puisse songer à un meilleur raisonnement que celui-ci. Il espérait que sa partenaire comprenne ses réticences. « Cependant, s’il le faut, je me porterai volontiers garant de la charge de ce travail. Il y a un début à tout, me diriez-vous. » Son aversion ne suffisait guère à justifier le fait qu’il perde ses bonnes manières, même pour le pire qu’il imaginait. Parfois, il était nécessaire d'accomplir un sacrifice dans le but de mieux avancer par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunkar
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Pour les besoins du commerce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
»  Le Commerce Hanté PV Aëlys
» | Tribu : Aylimr [Commerce ; Colonisation] |
» | Babelsba - Æther du Commerce et des Alliances |
» Le commerce hanté - quête, pv Kaithlyn Jackson
» Le Commerce Hanté (Quête avec Zane Azmog)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres d'émeraude-