Le Deal du moment :
Cartes Pokémon 151 : où trouver le ...
Voir le deal

Partagez
 

 [IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shanxi
~ Ange ~ Niveau II ~

~ Ange ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 873
◈ YinYanisé(e) le : 06/01/2019
◈ Âme(s) Soeur(s) : Qui ?
◈ Activité : Architecte [Rang II]
Shanxi
Jeu 24 Jan 2019, 11:52

Catégorie de quête : IX. Apprentissage
Partenaire(s) : Solo
Intrigue/Objectif : Shanxi a été fraîchement faite prisonnière. Sa mémoire étant défaillante, elle a du mal à comprendre ce qui lui arrive. Un autre captif décide de l'éclairer sur la situation et de lui en apprendre plus sur les Anges, leurs pouvoirs, ainsi que comment ils peuvent "naître", par le biais d'une histoire. [Ce rp se passe dans le passé.]




La jeune femme analysait son environnement à maintes reprises. Elle croisa d’ailleurs plusieurs fois le regard d’un homme aux cheveux grisonnants. Seulement, lui ne semblait pas chercher quelqu’un. Il avait déjà posé ses yeux plusieurs fois sur l’ange depuis que les démons l’avaient laissée là. Cela pourrait paraître étrange, mais ce fut pour cette raison que Shanxi décida de l’approcher. Les pieds de la jeune femme étant enchaînés, il était ardu de se mouvoir mais elle parvint tout de même à ramper non trop loin de l’homme, du moins tant que la chaîne qui reliait ses membres au pied du mur le lui permettait. Le captif arqua un sourcil mais n’avait pas l’air très surpris. « Tu te donnes bien du mal. Tu viens tout juste d’arriver, pas vrai ? » Shanxi acquiesça d’un geste de la tête. « Ça se voit. » L’homme souriait mais sûrement pas de joie. « Vous savez où nous sommes ? » Ses mirettes faisaient des aller-retour entre le visage de son interlocuteur et les ailes dans son dos. C’était un ange. Elle le savait bien. Shanxi en était une aussi à présent, et elle avait encore du mal à le réaliser. « Nous sommes sur la Terre blanche… Ancien territoire angélique. C’est plus ce que c’était maintenant cela dit. Les démons déambulent comme il leur plaît. » L’homme ne dégageait aucune colère. Il semblait las, chose que l’ange ne comprendrait que plus tard. Elle resta silencieuse. A peine avait-elle été mise au parfum qu’elle fut emportée par un flot de pensées. « Sinon j’ai oublié de te demander comment tu t'appelles. » L’ange releva la tête  pour croiser le regard de son interlocuteur. « Shanxi. Et vous ? » Le captif sourit à nouveau. « Fergus. C’est un plaisir de faire ta connaissance, même dans ces circonstances. » Il lui tendit la main et Shanxi ne tarda guère à la saisir.


Le grisonnant laissa ses prunelles se perdre sur ses comparses enchaînés. « Et donc… Tu viens du fleuve ? » La confusion vint marquer le visage de la jeune femme. Elle avait beau essayer de se souvenir, l’ange ne mettait la main que sur quelques sensations qui lui revenaient. En effet, Shanxi se rappelait avoir manqué d’air, et la détresse qu’elle avait ressenti à ce moment là martelait vivement sa mémoire. C’était sûrement ce qui l’avait sauvé d’ailleurs. Non sans efforts, la jeune femme parvint à sortir de l’eau, mais son corps était bien trop lourd pour ses maigres forces, la fatigue assaillant chacun de ses membres. De ce fait, elle ne tarda pas à sombrer à nouveau mais cette fois-ci sur la terre ferme. « Tu t’en rappelles pas ? » La voix de Fergus interrompit le fil de sa pensée. « Je ne suis pas sûre… Je me rappelle qu’il y avait de l’eau mais pas grand-chose de plus. » Le captif lisait l’inquiétude sur le faciès de Shanxi. « Ça arrive des fois. Certains se rappellent de certaines choses mais pas d’autres. Puis il y a ceux qui ont complètement tout oublié. Bien sûr il y a des chanceux qui conservent leur mémoire, mais après est-ce que c’est forcément pour le mieux… Je sais pas. En tout cas tu n’es pas la seule, alors t’en fais pas. » L’homme maintenait ses mirettes quelques instants sur l’ange. « Sinon qu’est-ce que tu sais de notre bon peuple ? Ça peut peut-être t’aider si on fait travailler ta mémoire un petit peu. Puis sinon je t’expliquerai, ça fera travailler la mienne tiens. » Fergus se redressa légèrement afin d’adopter une position plus confortable, tandis que la jeune femme semblait déjà plongée dans sa réflexion, dégageant de temps à autres les mèches qui tombaient sur son visage. Quelques instants suffirent à ce l’homme obtienne une réponse. « Je me rappelle de la prise de la Terre Blanche. Les anges sont dispersés. Certains sont en terre magicienne, dans les jardins de Jhen. Les autres sont chez les Réprouvés je crois. Et il y a ceux qui sont toujours en Terre Blanche. » Shanxi leva les yeux vers son interlocuteur. « C’est ça. C’est nous. Tu vois, tu te souviens de pas mal de choses. Quoi d’autre ? » L’ange aurait pensé que Fergus tiquerait à la mention de leur condition, mais au lieu de ça, l’homme lui offrit un franc sourire qu’elle lui rendit aussitôt.


Tandis qu’elle jonglait entre conversation et réflexion, Shanxi ne ressentait plus aucune inquiétude. Elle s’amusait presque. « Je sais aussi que les anges peuvent naître de différentes manières. Ils peuvent se réincarner, je crois. Cela dit j’en sais pas plus sur la question. » L’homme arqua un sourcil. « Parlons réincarnation alors. C’est un sujet qui va t’intéresser je pense. » La jeune femme fixait le captif dans l’expectative. Fergus s’appuya contre le mur, les bras croisés sur son torse. « Alors voyons… Je vais te raconter une histoire tiens. Ce sera plus simple et moins ennuyeux peut-être aussi. On va juste attendre que notre pitance nous soit servie, ça devrait plus tarder. » L’homme désigna d’un signe de tête les vertueux qui attendaient devant la porte de la cellule que les vils daignent leur ouvrir. Ils n’eurent d’ailleurs pas à patienter très longtemps avant qu’un démon à la carrure impressionnante n’agite ses clefs dans la serrure. Puis, il laissa entrer deux anges, l’un avec une marmite dans les mains, l’autre avec des sortes de gamelles. Les uns après les autres, ils recevaient leur récipient de fer et rapidement, on leur versait une sorte de bouillon légèrement rougeâtre. Au vu du nombre d’ailés entassés dans la cellule, il leur fallut un certain temps pour servir tout le monde. Puis aussi vite qu’ils étaient arrivés, les deux anges de corvée repartirent. Les mirettes argentées de la jeune femme vinrent se poser sur le liquide qui remplissait son bol. « Je sais. On risque pas de grossir avec ça. Ceux qui sont assignés aux travaux ont droit à quelque chose avec moins de flotte. Nous, on est le divertissement alors tu comprends, faudrait pas qu’on soit trop en forme. Enfin bon, tu t’y feras comme pour beaucoup d’autres choses ici. » Fergus ne se fit pas prier pour engloutir son repas. Comme il l’avait lui-même dit, l’ange finirait par s’habituer, et bien qu’elle n’en était pas aussi sûre que lui, le captif semblait s’y être fait malgré tout. Peut-être serait-ce bientôt son cas à elle aussi.


Quelques minutes suffirent à ce que tout le monde ait terminé de manger. La plupart des vertueux essayaient de trouver le sommeil à cette heure-là, car ils savaient que la nuit ne serait pas longue. « Alors, cette histoire ? » Shanxi semblait impatiente de l’entendre et ne s’en cachait pas vraiment. L’homme, lui, apparaissait moins enjoué à l’idée de la conter. Il avait peur de faire disparaître ce petit rayon de soleil qu’était l’entrain de la jeune femme. « Ça vient, ça vient. Les autres vont essayer de grappiller un peu de sommeil alors faudra se faire discrets. Tu sais que tu pourrais essayer de dormir aussi… Le premier jour est toujours le plus éprouvant. Comme tu es nouvelle ils vont sûrement venir te chercher cette nuit en plus, alors tu devrais peut-être en profiter. Je ne vais pas m’envoler, je pourrais te raconter ça demain si tu veux. » L’ange n’était plus vraiment fatiguée comme elle avait pu l’être quelques heures auparavant. Elle ne savait pas non plus si elle pourrait trouver le sommeil en ce lieu qui ne connaissait jamais le silence. « S’ils vont vraiment venir me chercher, alors je ne vais probablement pas dormir de la nuit. Autant mettre ce temps à profit. A moins que vous ne vouliez dormir ? » La jeune femme illuminait son visage d’un léger sourire comme pour soutenir son argument. Fergus se retint d’éclater de rire, et se fendit d’un rictus à la place. « Très bien. Je ne peux plus refuser maintenant. Je te préviens l’histoire n’est pas courte. » Shanxi semblait déjà prête à l’écouter, ses prunelles axées dans celles du grisonnant. Le récit commença alors. Le captif contait l’histoire d’un bûcheron chevronné, qui avait déjà un apprenti sous son aile. Tout deux travaillaient d’arrache-pied chaque jour que Sympan faisait.


Un soir, alors que leur journée de travail touchait à sa fin, deux arbres devaient encore être abattus. L’aîné demanda alors à son apprenti où en était-il. Celui-ci rétorqua qui lui restait un arbre dont il devait s’occuper. Le supérieur expliqua au jeune homme que s’il n’avait pas encore commencé l’abattage, ils pourraient reprendre le lendemain, car il se faisait tard. En revanche, s’il avait déjà commencé à assaillir l’arbre de coups de hache, il fallait finir ce qu’il avait commencé. Seulement, il lui faudrait bien quelques heures de travail pour finaliser la chute de l’arbre, et l’apprenti le savait. S’il avait su, il n’aurait pas commencé un travail qu’il ne pouvait pas finir. D’autant plus que cette journée était spéciale. La jeune sœur du bûcheron en devenir fêtait son anniversaire. Celle-ci était déjà malheureuse que son aîné ait dû partir travailler plutôt que de rester avec elle, il ne voulait pas la décevoir à nouveau. Le jeune homme, ne pensant pas au mal que cela pourrait engendrer, affirma ne pas avoir entamé sa tâche, et qu’ils pouvaient donc poursuivre le chantier demain. Si les règles étaient aussi strictes concernant l’abattage des arbres, c’était uniquement à cause de la proximité de certaines maisons du hameau, qui se trouvaient en bordure de la petite forêt. L’aîné n’imagina pas un seul instant que son apprenti puisse lui mentir. Il lui faisait confiance, car jusqu’à aujourd’hui, il avait toujours été très assidu dans son travail, et de ce fait, les deux hommes ne tardèrent pas à quitter les lieux. Seulement, cette erreur allait lui coûter fort cher.


En effet, la petite fête qui se tenait au village en l’honneur de la fillette battait son plein, tandis que la lune était haute dans le ciel. Il n’y avait pas un bruit, si ce n’est les quelques villageois qui avaient le don de la musique, et qui se firent un plaisir de jouer pour la jeune fille. Les quelques bavardages et les vœux que chacun prononçait ne risquaient pas de couvrir la mélodie. L’on ne penserait pas un seul instant que cette petite soirée pourrait trouver une fin aussi brutale. En effet, alors que la bonne humeur était à son comble, une sorte de grincement si intense que l’on pourrait croire au rugissement d'un monstre, suivi d’un grondement qui fit brièvement trembler le sol, puis fit tomber un silence de mort sur le hameau. Le bûcheron chevronné ne pu dire ce qui l’anima à ce moment, mais aussitôt que le calme frappa leur terre de nouveau, il se précipita en direction de la forêt. Les villageois ne comprenaient pas ce qui avait pu se passer, mais quelques hommes se pressèrent de talonner le grisonnant, afin de trouver des réponses.


1833 mots.


[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback] 8nym
[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback] Sirx[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback] Zlwu

nastae:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t35921-shanxi
Shanxi
~ Ange ~ Niveau II ~

~ Ange ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 873
◈ YinYanisé(e) le : 06/01/2019
◈ Âme(s) Soeur(s) : Qui ?
◈ Activité : Architecte [Rang II]
Shanxi
Jeu 24 Jan 2019, 11:58


Quelques minutes suffirent à ce qu’ils aient rallié les abords du village, là où le malheur avait frappé. Ils découvrirent une maison partiellement effondrée sous le poids d’un arbre qui avait fendu le toit en deux. Si le reste du village n’était pas encore alarmé, les hurlements des témoins de cette horreur ne tarda pas à transmettre la détresse qui assaillait leurs cœurs. L’aîné ne comprenait pas comment cela pouvait être possible. Son apprenti lui avait pourtant affirmé que l’arbre était intact. Le bûcheron n’avait pourtant pas commencé à abattre le sien non plus. A nouveau, des hurlements vinrent tirer l’homme de sa torpeur. Ces voix n’appartenaient pas à ses comparses qui témoignaient de l’horreur qui les avait frappé. Elles venaient de la bâtisse qui s’étaient écroulée. Immédiatement, le bûcheron se précipita vers ce qu’il restait de l’entrée de la maison. Se faufiler à l’intérieur serait une tâche ingénieuse, et ce ne serait pas sans risque. L’homme se glissa entre les quatre planches qui devaient faire office d’encadrement avant leur chute. Lorsqu’il parvint à se redresser, l’aîné balaya la pièce du regard. Les poutres qui soutenaient la structure menaçaient de s’effondrer d’une minute à l’autre. Il n’avait pas le luxe du temps et de ce fait, le grisonnant pressa le pas afin de trouver les survivants qui l’avaient alerté plus tôt. Le bûcheron ne tarda guère à les trouver, guidé par leur voix. Un homme et une femme étaient couchés sous la poutre centrale qui avait déjà cédé, recouverts en grande partie de décombres. Le toit commençait à dangereusement s’affaisser sur eux. Aussi vite que l’homme aperçut l’aîné, il lui demanda d’extraire sa femme de ce bourbier. Elle était en pleurs, criant pour son enfant qui n’avait pas survécu, son corps demeurant enterré sous les décombres. Le grisonnant attrapa la femme, la gorge nouée par le drame, puis se hâta de l’amener vers la sortie. A peine l’avait-il remis entre les mains bienveillantes des autres villageois, qui ne pouvaient être que soulagé de ce sauvetage, l’homme repartit à nouveau, s’engouffrant dans la bâtisse qui ne serait bientôt que ruines.


Quelques instants suffirent à ce qu’il retrouve l’homme toujours coincé sous la poutre. Il savait qu’il ne pourrait le sortir de là aussi aisément qu’il avait pu sortir sa pauvre femme. Ses mirettes firent de rapides aller-retour entre le structure qui soutenait la partie du plafond encore intacte et la poutre centrale qui était presque au sol. S’il l’enlevait de là, la structure centrale finirait sa course à terre et le reste suivrait bientôt. Il allait devoir agir vite. Le bûcheron se plaça dos à la poutre de manière à pouvoir la bouger avec le plus de force possible, permettant ainsi à l’homme qui était coincé en dessous de se mouvoir. Une fois hors du point de chute de la structure, l’aîné attrapa l’homme et le pressa en direction de la sortie. Seulement, les fondations ne tinssent pas aussi longtemps qu’il ne l’eut espéré et cédèrent peu après qu’il ait dégagé l’homme des décombres, enterrant de ce fait les deux villageois. Certains habitants du bourg couvraient leur bouche, horrifiés, tandis que d’autres s’effondrirent en larmes. Désormais, ils ne pouvaient qu’espérer que le choc n’ait pas laissé les pauvres bougres en vie.



La jeune femme demeurait silencieuse. Son regard avait quitté celui de son interlocuteur. « Tu es triste ? Ne le sois pas. Cet homme vit encore aujourd’hui tu sais ? » Fergus esquissait un léger sourire, malgré l’expression abattue qui assombrissait le visage de sa comparse. Il se doutait que cette histoire saperait le moral de l’ange, c’était bien pour cela qu’il avait hésité à la lui conter. « Il a été récompensé. Il s’est réincarné en ange, comme nous. » Shanxi releva légèrement la tête. Le captif savait que les leçons qu’il allait lui donner ne lui apporterait pas que du bien, au fond il espérait tout de même que la jeune femme parviendrait à y trouver un peu de réconfort. « On arrive à la partie la plus intéressante. Celle pourquoi je t’ai raconté tout ça. Pourquoi penses-tu qu’il ait été réincarné ? » La question flotta dans l’air un moment, avec le silence, comme c’était le cas pour de nombreuses autres qui n’avaient pas encore trouvé de réponse. « C’était un homme bon. » Fergus sourit. « Tu n’es pas loin, mais ce n’est pas tout à fait ça. Tu vois, on m’a expliqué ça de nombreuses fois. Être bon toute sa vie peut en effet permettre de trouver la lumière. Il n’y a pas que ça, heureusement. Un ange peut également naître d’un réprouvé. Simple, tu vois ? Et le dernier moyen est celui qui entre en vigueur dans notre histoire. Un acte totalement désintéressé, comme c’est le cas dans notre histoire donc, peut également suffire pour que dans notre dos pousse des ailes immaculées. Seulement, pour ça tu l’as compris, il faut y laisser la vie. » A nouveau le silence tomba.



Shanxi avait oublié les fondements même de sa vie. Le captif avait beau dire que les souvenirs n’étaient pas vraiment un cadeau en ce lieu, la jeune femme se demandait s’il valait mieux souffrir de se souvenir de ce que l’on a perdu, ou souffrir parce que l’on ne se souvient pas de ce que l’on a eu. Fergus se doutait bien que ce serait dur à accepter. Lui avait eu le luxe de se réincarner alors que les démons n’avaient pas encore saisi cette terre. Pourtant, pour rien au monde il ne l’aurait laissée dans l’ignorance. « Dis-moi… Est-ce que tu sais quels pouvoirs nous avons ? » L’ange fut surprise. Elle ne s’attendait pas à ce que ce silence pesant soit brisé aussitôt. « Non… Si je l’ai su un jour, je ne m’en rappelle plus. » La voix de la jeune femme tremblait d’amertume. Fergus aurait aimé pouvoir l’éclairer sur sa situation sans lui causer de tort. Seulement, le grisonnant était réaliste.


Il ne pouvait en être autrement. « On peut faire quelques petites choses bien pratiques. On ne pourra pas toutes les essayer, à moins que tu ne veuilles écourter ta vie, mais au moins tu auras une vague idée de ce que ça représente. Laisse-moi déjà te les nommer, ensuite je t’expliquerai ce qu’elles font. » Fergus se redressa légèrement. Il avait toute l’attention de la jeune femme. « Nous avons d’abord le Sanctuaire d’Ahena. On peut faire plusieurs choses avec ça. Si à l’avenir tu veux préserver un lieu de toute violence, ou bien faire ressortir le meilleur chez quelqu’un, ou même encore que tu veux diminuer l’influence que le péché peut avoir chez la personne, c’est ce pouvoir que tu devras utiliser. C’est pas mal, hein ? » L’homme ne cachait pas sa fierté lorsqu’il parlait de son peuple. Ce comportement ne manqua pas de faire sourire Shanxi. « Ensuite on a Les larmes des cieux, qui agit différemment d’un ange à un autre. Il se peut que ta capacité soit différente de la mienne par exemple. Je vais te dire ce que je peux faire, ensuite on verra pour toi. C’est juste dommage que je puisse pas te montrer parce que ça vaut le coup d’œil. Enfin on fait avec ce qu’on a. Avec une de ses petites merveilles tu peux manifester ce fameux pouvoir dont je te parlais. Le mien consiste à faire apparaître des armures. C’est pratique quand on se retrouve dans un bourbier et qu’on a besoin d’un petit coup de pouce. Je me demande si tu as l’autre variante… Ou peut-être que t’es une battante et que tu vas tous nous sortir de là avec tes armures. » Le captif riait de bon cœur, tout en essayant de ne pas réveiller ses comparses qui étaient déjà dans les bras d’Harabella. « En dernier on a l’Oeuvre de Delix. Je te déconseille vivement de l’utiliser ici, tout comme le Sanctuaire d’Ahena d’ailleurs. Ça ne t’apportera rien d’autre que des ennuis avec nos nouveaux colocataires. » Ses yeux se posèrent avec dédain sur le vil qui gardait leur cellule. « Avec ce pouvoir là, il s’agit d’absorber l’énergie vitale d’autrui. C’est bien plus efficace sur nos amis maléfiques, mais par pitié même si leur tête ne te reviens pas, n’utilise pas ce pouvoir. De manière générale, il faut le manier avec précaution. » L’homme dégagea ses cheveux de son visage d’un geste de la main. « Enfin voilà. Nous sommes peut-être prisonniers mais nous ne sommes en rien démunis de capacité à leur rendre la vie difficile. Je ne te dis certainement pas ça pour que tu ailles te rebeller contre eux. Au contraire, si j’ai bien un conseil que je peux te donner ici, c’est d’obéir. Les premiers à résister sont les premiers à tomber, au sens propre comme au sens figuré. Plus tu t’opposeras à eux, plus ils voudront te soumettre, et ils ne lésinent pas sur les moyens. » Il soutenait du regard la jeune femme.


« Je tiens à ce que tu comprennes bien de quoi je parle donc je vais te raconter une autre petite histoire. Quand je suis arrivé ici, il y avait un petit groupe d’ange dans ma cellule, on était pas beaucoup. Il y avait une fille, elle était très jeune et malheureusement, ce que nous, nous voyons comme du courage, eux le voient comme de l’insubordination. Ça lui a coûté très cher. Ça faisait pas trois jours qu’on était là, ils nous l’ont enlevée et on l’a pas revue pendant un moment. La notion du temps, ici, on a vite fait de la perdre. Puis un jour on l’a vue revenir. Forcément on était soulagés de la voir en vie. On était bien les seuls je te le dis. Il nous a pas fallu longtemps pour comprendre ce qu’ils avaient pu lui faire. Ils l’ont totalement brisée… De la pire des manières. » Fergus vint croiser à nouveau le regard de Shanxi. Un regard lourd de sens qui n’échappa guère à la jeune femme. « On a eu des semaines pour la voir dépérir. Quand on a compris qu’on pourrait rien faire, on a juste souhaité qu’elle meure rapidement. Même ça, on nous l’a pas accordé. » L’homme se laissa glisser contre le mur auquel il était adossé. Face au silence de l’ange, le grisonnant se ressaisit. « Tu comprends ce que je veux dire ? En aucun cas tu dois te battre contre eux. Fais ce qu’il faut pour survivre, c’est tout. Certains anges vont plus loin que ça, s’attirant les grâces des démons pour améliorer leurs conditions de vie. Ils ne gagnent pas vraiment au change cela dit. Tu n’es pas obligée d’aller jusque là, bien sûr. Contente-toi de ne pas les contrarier et tout devrait aller pour le mieux. » La jeune femme maintenait ses prunelles sur le visage de son interlocuteur. Qu’avait-il pu lui arriver pour qu’il baisse les bras ? Pour sûr, Shanxi ne tarderait pas à le comprendre. La porte de leur cellule s’ouvrit dans un grincement qui, sans nul doute, avait réveillé tous les ailés. Les vils entrèrent dans un brouhaha avant de détacher quelques anges, dont la jeune femme, et les emmenèrent sous les yeux apeurés des vertueux, qui ne savait que trop bien ce que cela signifiait. Ce n’était que l’une des nombreuses facettes de leur quotidien, après tout.


1894 mots.


[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback] 8nym
[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback] Sirx[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback] Zlwu

nastae:
Revenir en haut Aller en bas
http://yinandyangpower.forumactif.com/t35921-shanxi
 

[IX] - Tu contempleras | Solo [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Flashback] Dogma aeternam | Solo
» [Flashback] - Les prémices de la Marche | Solo
» [Flashback] On les connut meilleurs | Solo
» [Flashback] Dix ans pour naître
» [Q] - Flashback - Vadéline & Syrianne
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Mers :: Mers - Est :: Mer de cristal :: Terre blanche-