AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 | Anya Elena Ostara Eorgor |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34358
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 69
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: | Anya Elena Ostara Eorgor |   Mar 27 Nov 2018, 23:15






La famille



Masha Eorgor

Déchue ♦ Puissance inconnue
Ère de naissance inconnue

Masha est la sœur jumelle de Navelya. Ce sont elles qui sont les matriarches de la famille Eorgor, un nom qui se transmet de génération en génération de par les femmes depuis la nuit des temps. Une branche vampirique de la famille existe, portée notamment par Clauswitz Eorgor ainsi que ses « enfants » mais l'homme n'est jamais évoqué pour une obscure raison. Maîtresse du Manoir Eorgor, il semble que le péché de celle-ci soit l'orgueil sans que cela ne s'illustre réellement, d'où l'hypothèse qu'elle possède une puissance élevée. Elle aime s'habiller telle une reine, tout comme sa jumelle, et dirige d'une main de fer les terres de la famille. Il est très rare que ses membres en sortent, ce qui crée un climat étrange et malsain, facilement identifiable par les visiteurs. Elle a épousé Rak il y a de cela des siècles mais les deux ne semblent plus amoureux depuis longtemps, restant ensemble pour des raisons stratégiques. Lui provient d'une autre famille, plus sombre. Masha sort des terres en secret sans que personne ne le sache, sa sœur se faisant passer pour elle sans aucun souci. Elles sont les deux seules détentrices des clefs des différentes pièces des demeures, quand bien même l'ensemble de la propriété ne leur appartient pas. Elle est la mère de Haziel, Edelwyn, Jun et Anya. 

Rak Eorgor

Sorcier ♦ Puissance inconnue
Ère de naissance inconnue

Si Rak a pris le nom de son épouse selon la tradition des Eorgor, il n'en demeure pas moins un Taïmon. Il contribue au plus haut point à l'ambiance malsaine qui règne sur les terres appartenant à la famille. Tout semble mystérieux autour de lui, fait de chaos et de vices. Il est cordial avec ses enfants mais ne s'attendrit jamais. Il respecte scrupuleusement les us et coutumes ainsi que l'étiquette parfaitement stricte qui doit demeurer au sein des murs familiaux. Si les domestiques semblent pressentir qu'il se passe des choses étranges, lui ne fait que leur rappeler qu'ils ne sont pas ici pour enquêter sur quoi que ce soit et colporter des propos diffamatoires. Il sort également de temps en temps des terres mais personne ne sait ce qu'il fait en dehors de celles-ci. Ses enfants ne lui posent jamais de questions et si cela arrive, il se contente de lancer un regard noir qui les fait taire. Il est le père de Haziel, Edelwyn, Jun et Anya.



Haziel Eorgor

Sorcier ♦ Puissance inconnue
Né à l'Ère de la renaissance du Dieu Roi, partie III

Haziel a été nommé ainsi en référence au Dieu de la Guerre et cela a forgé son caractère, d'une manière qui ne correspond pas forcément aux principes stratégiques énoncés par le concerné cela dit. S'il est intelligent, il aime employer la force brute pour résoudre les conflits. Un brin sadique, il est facilement jaloux de ceux qui possèdent plus que lui. Les domestiques racontent qu'il entre parfois dans la chambre de sa sœur, Edelwyn, pour pratiquer sur elle des « expériences ». Si certains avancent dans des murmures inaudibles qu'il la viole, d'autres pensent qu'il s'exerce à la maîtrise de Lux in Tenebris sur la frêle jeune femme. Personne ne sait ce qu'il se trame et tous sont certains que le pire est envisageable concernant les relations des deux. Haziel ne sort des terres Eorgor que lorsqu'il se rend dans une autre propriété familiale. Il a toujours étudié entre les murs des demeures qui ont bercé son enfance et son entrainement militaire n'a jamais été confronté à la réalité.


Edelwyn Eorgor

Race inconnue ♦ Puissance inconnue
Née à l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, partie III

Edelwyn est le genre de jeune femme a resté des heures enfermée dans les différentes bibliothèques des demeures Eorgor. Elle ne parle pour ainsi dire jamais, un silence qui ne manque pas de rajouter un côté glaçant à la famille. Elle semble fragile et influençable. Personne ne la connait vraiment et tous les domestiques pensent qu'elle est sous l'emprise de son frère, Haziel, qui la maltraite sans que personne ne puisse rien. Toujours habillée de façon princière, comme la totalité des membres de la famille, elle emprunte souvent des couloirs secrets pour se déplacer, si bien qu'il n'est pas rare de la voir apparaître comme par enchantement ici ou là. Tout le monde sait que les différentes habitations en regorgent mais si quelqu'un en connait les mystères, c'est bien elle. Elle n'est jamais sortie des terres familiales et a étudié entre les murs protecteurs. Comme les membres de la famille, elle semble n'accorder aucune importance aux hiérarchies raciales et n'évoque même jamais le peuple auquel elle appartient si bien que tout le monde semble avoir oublié son essence.

Jun Eorgor

Déchu ♦ Puissance inconnue
Né à l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, partie III

Rak avait choisi le nom de son dernier fils avant même sa naissance, convaincu qu'il serait Sorcier. Jun, en hommage à l'ancien Empereur Noir. Comme par ironie du sort, l'enfant naquit Déchu. Déchu de quoi ? Difficile à déterminer. Personne ne le sait car aucun péché particulier ne semble le caractériser. Enfant, il était turbulent, colérique, hypersensible, possessif, orgueilleux et jaloux. Aujourd'hui, il semble s'être muré dans ses appartements et n'en sortir que pour déverser des phrases assez méprisantes à quiconque croise sa route. Cynique et tempétueux, les autres membres de la famille se portent mieux lorsqu'il n'est pas dans les parages. Il sourit de façon énigmatique assez souvent, comme s'il savait des choses qui demeurent inaccessible aux autres individus qui vivent avec lui.  



Navelya Eorgor

Déchue ♦ Puissance inconnue
Ère de naissance inconnue

Navelya est la jumelle de Masha. Tout comme cette dernière, si son péché semble être l'orgueil, rien n'est sûr à ce sujet. Une chose l'est en revanche : les deux sœurs cachent quelque chose. Si personne ne connait son histoire, elle a décidé d'épouser un Magicien, contrairement à Masha qui a choisi de se lier à un Sorcier. Elle n'a enfanté que des filles dont la petite dernière, Vlanya, qui trahit, par sa physionomie, l'infidélité de sa mère. Ikar l'a, néanmoins, acceptée sans le moindre commentaire ; il n'en a jamais parlé à sa femme. Navelya n'aurait, de toute façon, jamais divulgué l'identité du père ; un blond, sans doute. Tout comme Masha, elle s'éclipse de temps en temps des terres Eorgor pour vaquer à des occupations mystérieuses. Dans ces moments, sa sœur la remplace. Les deux femmes sont, pour ainsi dire, quasiment interchangeables. Elle est la mère de Vlanya, Maeva et Lilithya.

Ikar Eorgor

Magicien ♦ Puissance inconnue
Ère de naissance inconnue

Ikar est le mari de Navelya. L'homme possède un très bon fond. Il s'occupe de ses enfants ainsi que de ceux de Rak. Néanmoins, il disparaît souvent mystérieusement. Parfois, au beau milieu d'une conversation, il s'excuse et se retire, créant un malaise dans la pièce. Énigmatique, les domestiques parlent parfois d'une malédiction le concernant. Il n'est pas rare de devoir le soigner, l'homme ayant l'étrange manie de se blesser. Homme de science, il est également un fervent religieux. Néanmoins, les Dieux qu'il prie sont inconnus des membres de sa famille et ne semblent pas forcément bénéfiques, paradoxalement. Il laisse souvent ses phrases en suspend, comme s'il oubliait de les finir ou les complétait dans sa tête. Il a parfois des absences. Il est le père de Maeva et Lilithya. Son nom de famille d'origine n'est pas connu de sa famille.



Vlanya Eorgor

Race inconnue ♦ Puissance inconnue
Née à l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, Partie III

Vlanya est le fruit de l'infidélité de sa mère, Navelya. Elle n'a jamais connu son père et n'a aucune idée quant à son identité. Sa mère ne lui en a jamais parlé. Enfant, elle comprit rapidement qu'elle ne faisait pas exactement partie de la famille, notamment à cause de la réaction de son cousin, Haziel, envers elle. Pourtant, ce n'est pas lui qu'elle craint comme la peste mais bien Jun, pour une raison inconnue. Fait étrange : elle semble voir les Esprits, don qu'elle a gardé secrètement pour elle, ne sachant pas exactement ce que sont ces choses qui peuvent lui parler. Vlanya semble être une jeune femme emplie de phobies et de traumatismes. Elle n'évoque jamais ses deux demi-sœurs qui font partie, également, des raisons pour lesquelles la famille dans son ensemble semble malsaine. Comme tous les enfants Eorgor, elle n'a jamais mis les pieds en dehors des murs protecteurs des différentes propriétés.  

Maeva Eorgor

Elle semble être Magicienne ♦ Puissance inconnue
Née à l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, Partie III

Maeva est née Magicienne. Rayonnante lors de ses premières années, la jeune fille s'est vite ternie. Elle a disparu quelques temps sans explication, réapparaissant plus tard dans l'une des demeures Eorgor, comme si de rien n'était. Sa présence, loin d'être apaisante, glace plutôt d'effroi. Elle ne se montre, cela dit, pas souvent, préférant s'enfermer dans ses appartements. Elle joue du piano, si bien qu'il n'est pas rare d'en entendre résonner dans les couloirs. Il s'agit le plus souvent d'airs tristes. La joie l'a quittée il y a longtemps. Personnage énigmatique, elle s'éclipse de temps à autre sans que personne n'y prête attention. Il faut dire qu'elle possède une facilité déconcertante pour apparaître où bon lui semble et pour disparaître sans laisser de traces. Elle fait partie, avec sa sœur, Lilithya, des sujets que la famille Eorgor n'aborde jamais devant les invités.

Lilithya Eorgor

Elle semble être Déchue ♦ Puissance inconnue
Née à l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, Partie III

Lilithya est née Déchue. Tout comme sa sœur, elle a disparu un moment, après une grave dépression qui la clouait au lit jour et nuit. Sa santé a toujours été fragile et, plus que cela, elle a développé rapidement une bipolarité qui la mettait dans des états lamentables une fois la phase de manie passée. La dernière dépression dura plusieurs lunes sans que personne ne puisse rien faire. Aujourd'hui, elle semble fixée dans une phase dépressive sans en subir les conséquences physiques. Elle hante les couloirs des différentes demeures, regardant de haut les protagonistes qui en foulent le sol. Elle a l'interdiction formelle d'approcher les invités mais elle n'en a que faire, comme si, en un sens, ça l'amusait de traumatiser les nouveaux venus. Elle passe son temps libre à écrire des histoires, des fictions macabres mettant en scène des Dieux jaloux les uns des autres. Elle a donné à son personnage principale le prénom de sa cousine, Edelwyn. Personne n'a accès à ses carnets qu'elle cache aux yeux de tous. La seule personne à pouvoir lui parler réellement est son père, Ikar, avec qui elle se radoucit toujours.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34358
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 69
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor |   Dim 13 Jan 2019, 19:00





Intrigues pour les Humains


Comme il s'agit d'anciens compagnons, en plus de servir aux futures intrigues, si vous avez envie d'un rp ou autre, n'hésitez pas à me contacter ^^


Violette Taiji

Humaine ♦ Puissance significative
♦ Ère de la Purge Salvatrice
♦ Royaume de Babelsba
♦ Objectif : rapprocher les Démons et les Humains

Psychologie : Enfant, Violette était naïve. Adolescente, elle était gentille. La naïveté l’a quittée mais la gentillesse semble avoir laissé ses marques chez la jeune femme qui, sans être bénéfique, est souvent amenée à tendre la main aux autres. Pour autant, elle déteste l’abus et ses réactions peuvent s’avérer vives et fermes envers quiconque essaye de la rouler dans la farine. Elle n’accorde pas sa confiance facilement, connaissant très bien l’Histoire de son peuple. Ses années de formations à Basphel ont fait d’elle une femme cultivée, qui peut certes se perfectionner, mais bien au fait de la situation géopolitique mondiale. En rejoignant Babelsba, elle a décidé de devenir diplomate, et non pas marchand, comme la plupart des Humains de ce Royaume. Violette ne souffre d’aucune once de racisme. Elle a vécu durant des années au côté d’un Démon et, plus que cela, dans sa jeunesse, elle a baigné au sein de l’Enfer, fille adoptive du Monarque Démoniaque de l’époque. Elle n’est pas mauvaise, elle pense néanmoins peut-être d’une façon différente, un peu décalé du reste de la population de son peuple. Pour elle, Humains et Démons peuvent s’entendre et, après réflexion quant aux propos de William, sans doute serait-il bien plus sain de chercher le salut des siens chez d’autres races. Les temps ont changé et peut-être y a-t-il des opportunités à saisir. Certains pensent que la Ma'Ahid est une faiblesse. Ce n'est, encore une fois, pas sa vision des choses.

Histoire :
« L’Enfer ne t’a jamais manqué ? » questionna William. Cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus. L’homme avait bifurqué après sa disparition. À l’époque, avec six autres Vils, il avait reçu l’ordre de garder un œil sur elle. La petite fille qu’il avait connue jadis était maintenant adulte et des siècles s’étaient écoulés depuis qu’il lui avait parlé pour la dernière fois. Elle aurait dû être morte depuis si longtemps. Violette ne savait que répondre à cette question. Son passé chez les Démons lui paraissait flou. Elle ne se rappelait même plus la tête du Monarque Démoniaque de l’époque, celui qui était alors son père. « Je ne sais pas, William. » souffla-t-elle. Le Roi de l’époque était plutôt faible. Son projet de se rapprocher des Humains et sa « trop grande gentillesse » lui avaient valu sa place et sans doute sa vie. « Des jeux ont été installés, c’est assez… intéressant. » fit le vieux Démon pour essayer de faire la conversation. Violette soupira. « William. Les Démons ont massacré les Anges, ce qui a engendré la perte d’un nombre considérable de mes semblables. Je m’en fous de tes jeux. ». L’homme se pencha un peu en arrière. Pour lui aussi, leur aventure était vieille mais il en gardait de bons souvenirs. Il avait aimé élever cette enfant et le fait qu’elle crache à moitié sur son peuple aujourd’hui était le pire des retours de bâtons. « Je pense que les Humains sont dans l’erreur de se lier aux Anges, depuis le début. ». Elle rit. « Parce que tu crois que nous avions le choix ? Ils ont été les seuls à nous protéger et à nous considérer un minimum. Je n’ai jamais été Reine, William, c’est elle qui l’a été mais ne crois pas que je sois naïve au point de croire que les Démons nous auraient tendu la main. Ils sont la cause de notre quasi-disparition. ». « Les choses changent. ». « Bien sûr. ». Elle jouait les effrontés et sans doute était-ce nécessaire. En réalité, Violette n’avait jamais eu de soucis avec les êtres démoniaques, c’était même le contraire. Le principal souci c’est qu’elle vivait parmi des Humains qui se méfiaient des engeances démoniaques, à raison. Sans doute était-elle naïve mais l’histoire qu’elle avait vécu en compagnie de Mickey s’était avérée constructive. Les Humains étaient-ils faits pour être bénéfiques ? Elle en doutait de plus en plus.

Sirius Leenhardt

Humain ♦ Puissance significative
♦ Ère de la Renaissance du Dieu-Roi, deuxième partie
♦ Royaume : Qaixopia
♦ Objectif : rapprocher les Déchus des Humains
♦ Femme : Iliana Vaughan [Ange, ✞]
♦ Enfants : Héliane Leenhardt [Ange, ✞] ; Orphé Leenhardt [Humain, disparu] ; Primaël Leenhardt [Ange, disparu]

Psychologie : Sirius est un homme que l’on pourrait qualifier de force tranquille aujourd’hui. Son passé a nourri son caractère mais ce n’est qu’après la Grande Guerre qu’il s’est assagi, qu’il est devenu responsable et véritable acteur de sa vie. Auparavant, sans être pour autant lâche, il repoussait toujours ses projets, ayant peur de se tromper et de mettre en danger son équilibre familial. Sa femme l’encourageait mais il aimait simplement vivre à ses côtés, caresser ses cheveux dorés, agrandir sa famille et s’occuper de ses enfants, travaillant comme homme à tout faire ici ou là. Avec la mort de sa femme et de sa fille, Sirius vécu une période de désespoir qu’il réussit à surmonter. Aujourd’hui, il se veut confiant en l’avenir et, surtout, il est devenu responsable. Lui qui n’avait jamais, auparavant, contribué au bien commun, il changea du tout au tout. Son Voyage lui permit de se cultiver, d’aider et de prendre confiance en lui. S’il a tout de l’apparence d’un guerrier, il est avant tout un homme de projets. Il aime penser de nouveaux bâtiments, de nouvelles approches de la ville. Il envisage des plans qu’il dessine sur des parchemins. Il veut améliorer la vie des siens et contribuer à l’essor de sa race. Souvent occupé, il s’octroie quelques distractions de temps en temps. S’il peut paraître rustre d’apparence, il est plutôt sensible à la Beauté et à l’Art en général. Il remarque souvent des petits détails qui passent inaperçus. Aussi, il aime l’odeur du bois et des autres matériaux.

Histoire :
Sirius n’eut pas une enfance facile, du fait du suicide de sa mère. Pourtant, quel Humain de l’époque pourrait se targuer d’avoir vécu le rêve ? Il y a toujours des moments difficiles et ce sont eux qui le rendirent plus fort. Pourtant, après le décès de sa femme, de sa fille et la disparition de ses fils, l’homme crut bien plonger pour de bon dans une forte dépression et, surtout, dans l’alcool. Il pensa au suicide, c’est vrai, et dut faire acte de courage pour se sortir de cette galère. Il avait, bien sûr, à l’époque, entendu parler de Mancinia mais sans jamais chercher à la contacter. La vie l'avait séparé de son frère et il ne se voyait pas aller la voir, simplement, comme ceci, en lui annonçant leur lien de parenté alors qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés auparavant. C'est d'ailleurs en recroisant son frère, Daniel, par hasard, une fois, qu'il apprit la naissance de sa fille. Ils échangèrent durant des heures ce soir là, autour d’un repas dans une auberge, se promettant de se retrouver plus tard. Seulement, la Grande Guerre fit des ravages et ils ne se revirent pas. Sirius doit son caractère d’aujourd’hui aux épreuves qu’il a traversées. Il est devenu plus calme en vieillissant, bien que ses rêves soient beaucoup plus grands. Son Ange Gardien, également son épouse, croyait en son futur, en ses projets, quand lui attendait, encore et encore, le bon moment pour les réaliser. La mort de celle-ci lui apporta la motivation nécessaire, une motivation désespérée. S’il chercha ses fils, il ne les retrouva jamais. Il n’a aucune idée de ce qu’ils sont devenus et cette culpabilité le poussa à quitter Utopia une première fois, pour suivre le futur Roi de Muharkel sur l’île qui porte aujourd’hui son nom. En tant qu’homme à tout faire, s’y connaissant assez en charpente et en construction, il contribua à la formation du Royaume. Pourtant, il n’y resta pas. Il voyagea à travers le monde et revint à Qaixopia où il fut enfin prêt pour prendre de vraies responsabilités. Il ne voulait plus que les écueils du passé reviennent à nouveau le hanter, ni même hanter son peuple. Il voulait contribuer à quelque chose de plus grand, qui le dépasserait et lui survivrait au moment de sa mort. S’il est encore en âge de procréer, il n’a, pour le moment, jamais franchi le pas. Sans doute attend-il le bon moment. Il sait que c’est ce qu’elle aurait voulu, qu’il refasse sa vie, qu’il ne reste pas hanter par sa mort comme il le fut longtemps par celles de sa mère et de son père.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34358
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 69
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor |   Dim 13 Jan 2019, 19:38






Intrigues vampiriques


Identiquement ^^


Amadäus Taiji

Vampire ♦ Puissance significative
♦ Ère du Fléau des Maudits
♦ Lignée : Lignée de Jolan
♦ Créateur : Damérus Taiji [✞]
♦ Parents : Mitsuko Taiji Stark & Vlad Sparrow
♦ Épouse : Yun Caël Deslyce [Vanille]
♦ Enfants : Moana ; Aurora ; Helena ; Johanna
♦ Orine : Khénora
♦ Malus d'Event : Le Vampire ne parvient guère à étancher sa soif avec le sang d’un étranger, fusse-t-il la personne la plus pure des Terres du Yin et du Yang. Pour s’apaiser, le Vampire a besoin de consommer régulièrement et en quantité suffisante le sang des personnes qui sont le plus cher à son cœur. Ces quelques personnes deviendront des obsessions dont le sang n’est autre que le plus exquis, jusqu’à la déraison.  
♦ Gestion d'un temple - Lubuska
♦ A été maudit par Ezechyel

Psychologie : Amadäus voue depuis toujours une passion indiscutable pour sa mère, un amour malsain qu’il se plait à alimenter. Lorsqu’il était encore faible, il ne souhaitait qu’une chose : voir ses « parents », ensemble, sur le trône. La disparition de Vlad créa en lui un vide qu’il désira par la suite combler. Si l’ancien Empereur de la Nuit n’était plus là, alors il prendrait sa place auprès de Mitsuko. Ces idées étranges cessèrent avec le temps mais à la fin de la Grande Guerre et la malédiction qui s’abattit sur lui, l'ancienne Déesse de la Justice redevint le centre de ses obsessions et de ses fantasmes sanglants. Sa disparition n’arrangea pas les choses et il se mit en tête de chercher sa génitrice, profitant du sang des autres êtres chers à son cœur en attendant. Amadäus resta longtemps dans un état de soumission et d’infantilisme. Il fut dans les premiers enfants créés par Mitsuko et le nombre de ses tares était impressionnant. Seulement, les siècles jouèrent en sa faveur et il évolua considérablement. À présent, aidé par une aura non négligeable, Amadäus est un homme qui sait ce qu’il veut et qui n’hésite pas à l’exiger d’autrui. Cynique à ses heures, il est cruel et son humour est sombre et, parfois, déplaisant. Il aime séduire et la chasse est l’une de ses grandes passions. Globalement, c’est un homme indépendant et ambitieux qui sait appartenir à une famille prestigieuse et qui tient son rôle à la perfection. Il a accepté son mariage sans difficulté et les enfants qu’il a engendré de façon naturelle sont la preuve qu’il tient à perpétrer la lignée des Taiji.  

Histoire :
Amadäus n’est pas né Vampire ; il était quelque chose d’autre, une chose étrange, immonde, sans forme véritable, sans matérialité ou presque. Enfermé durant des années par celle qui le créa, il serait possible de dire sans se tromper qu’il fut la première Dies Irae, à une époque où ces « choses » n’étaient même pas concevables. Il ne buvait pas de sang, non. Il dévorait les Âmes. Elles lui étaient nécessaires pour survivre et lui ne doit sa propre existence qu’au fait qu’il était seul à posséder une telle anomalie. Sur les milliards d’Âmes transitant à travers le Monde, les pertes passaient alors inaperçues. Cependant, il fallut remédier à ce problème et lorsque sa « mère » accéda à une existence Divine, elle rendit Amadäus parfaitement tangible de manière à le transformer pour de bon en Vampire. Ce fut à la fois une libération et une limitation. En tant que Dies Irae, bien qu’enfermé, les possibilités de l’homme étaient bien plus étendues. Il pouvait voir la fin des individus, il pouvait observer leur Âme et s’amuser à la leur arracher. Il garda néanmoins des bizarreries, comme sa capacité à enfanter, une surprise de taille, en réalité. Marié et père, on peut dire qu’il est différent, tout simplement. Son ambition, il la doit à sa mère et c’est elle son véritable modèle. Il resta longtemps effacé, inachevé et parfaitement incapable de se débrouiller seul. Son corps n’était que château de cartes en proie à une violente tempête. Cependant, avec les années, son extrême faiblesse se métamorphosa et telle la chenille qui quitte son cocon, il devint un papillon. Sa ressemblance avec son père se fit plus nette et son caractère s’affirma jusqu’à le faire gravir les échelons de la hiérarchie vampirique. Aussi, il enfanta, à son tour, jouissant de son ascendance sur des Vampires plus faibles que lui.
 

Edelwyn Taiji Eorgor

Vampire ♦ Puissance significative
♦ Ère de la Purge Salvatrice
♦ Époux : Clauswitz Eorgor [PNJ LVL V]
♦ Lignée : Lignée de Thanos
♦ Créateur : Clauswitz Eorgor
♦ Enfant : Damon Wolfe
♦ Le Vampire ne parvient guère à étancher sa soif avec le sang d’un étranger, fusse-t-il la personne la plus pure des Terres du Yin et du Yang. Pour s’apaiser, le Vampire a besoin de consommer régulièrement et en quantité suffisante le sang des personnes qui sont le plus cher à son cœur. Ces quelques personnes deviendront des obsessions dont le sang n’est autre que le plus exquis, jusqu’à la déraison.

Psychologie : Edelwyn resta longtemps une femme ambitieuse uniquement dans le domaine musical. C’est d’ailleurs un amour qu’elle possède en commun avec son mari et qui rendit rapidement la conversation aisée et passionnante. Contrôlée par Mitsuko une bonne partie de sa vie, obéissant à ses volontés, elle n’eut guère besoin de faire beaucoup d’efforts pour atteindre les sommets car elle y fut placée rapidement. Néanmoins, c’est lorsqu’elle perdit sa puissance et son autorité que la Vampire se trouva une ambition nouvelle pour la politique et les connaissances en général. Cruelle et sanguinaire, elle sait néanmoins se tenir en société et voue un certain respect aux êtres de sciences. Elle aime apprendre et observer les individus afin de comprendre les liens les unissant dans l’objectif de s’en servir au mieux. Edelwyn est quelqu’un de pragmatique et de fonctionnel. Si son interlocuteur peut servir ses intérêts, elle se montrera sous son meilleur jour. S’il ne le peut pas, elle cessera de lui parler, n’ayant que faire de son existence. Curieuse, là est sans doute son plus gros défaut, un défaut dangereux.

Histoire :
Edelwyn possède une vie complexe et particulièrement longue. Morte une fois lors de la première partie de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi, la Vampire est en réalité un clone de Mitsuko Taiji Stark, une création magique qu’elle acquit alors qu’elle n’était encore qu’une Sorcière. Lorsque cette dernière se hissa sur le trône des Vampires, elle offrit la blonde à Clauswitz Eorgor comme épouse, en échange de sa coopération, déjà parfaitement acquise. Devant des Seigneurs Vampiriques particulièrement virulents à cette époque, Mitsuko se servit d’Edelwyn, entre autres, pour donner l’impression d’être partout afin de fédérer au mieux les esprits retords et capricieux. Cela marcha à merveille, d’autant plus qu’elle possédait dans sa manche une carte de choix : l’allégeance de Vlad Sparrow. Edelwyn fut donc transformée par Clauswitz et devint sa femme à une époque où elle était bien plus puissante. En ce temps-là, la jeune femme voyait se succéder dans sa vie de nombreux banquets et autres festivités auxquels elle prenait part avec plaisir. Elle fut maître de cérémonie – en tant qu’illusion de l’Impératrice de la Nuit – lors de nombreux conseils, Mitsuko courant après d’autres considérations. Edelwyn sut rapidement tout ce qui concernait les secrets vampiriques, aidant son mari à briller à bien des égards. C’est d’ailleurs pour cette raison que la gérance lui fut confiée bien plus tard. Homme intelligent, aux talents multiples, Clauswitz possédait également de nombreux moyens de pression et semblait, en outre, le plus à même de fédérer compte tenu des tensions entre les différents Seigneurs. Ainsi, Edelwyn resta aux côtés de son mari durant des siècles, malgré quelques épisodes troublants qui lui firent perdre sa puissance. En effet, la jeune femme était toute désignée pour contrôler ce qui est devenue la Lignée de Thanos par le passé, ascension qui a été arrêtée nette par différents événements.



Johannes Haendel

Vampire ♦ Puissance moyenne
Ère de la Grande Fronde
♦ Lignée : Lignée de Jolan
♦ Créateur : Eton Haydn [✞]
♦ Orine : Chine

Psychologie : Il y eut trois individus significatifs dans mon existence : ma mère, mon père et, même si cela peut paraître redondant, mon « père ». Ma mère fut celle qui m'éleva et qui voulut m'inculquer le plus de valeur. Séléné était une femme complexe qui avait fui sa condition passée pour embrasser la religion. Elle se sentait « appelée » et se voyait sans doute comme une sorte d'élue. Elle voulut me donner une éducation qui me permettrait de faire la différence entre les divers cultes. Elle souhaitait que je sois capable de reconnaître un dieu inventé de toutes pièces d'un dieu existant. Elle avait ses méthodes et je ne sus jamais si ces dernières étaient bonnes ou mauvaises. Elle voulait surtout que je voue un culte à un dieu en particulier qui marqua profondément mon existence puisque je devins par la suite prêtre de ce dernier. Mes connaissances en matière de religion furent, sans doute, pendant longtemps, celles que je maîtrisais le mieux. Ma mère se voyait comme une élue mais reportait également cette vision sur ma personne. Si je finis par savoir quelle en était la raison, je me gardai bien de toute révélation à ce sujet. Le deuxième individu qui marqua mon existence et qui façonna ma personnalité fut mon père, le biologique. Homme secret, il refusa tout au long de sa vie de révéler son nom et c'est pour cette raison que je pris celui de ma mère, un qu'elle n'avait sans doute jamais eu de naissance et qu'elle s'était octroyée plus tard. A des époques où les guerres perdent les registres aussi facilement qu'un œuf se brise lorsqu'il atteint le sol, il était aisé de cacher son identité. Mes parents étaient donc des êtres secrets. Jamais je n'eus l'impression qu'ils s'aimaient mais bien plus qu'ils étaient ensemble pour une mission hors de la portée de ma compréhension. Ils veillaient l'un sur l'autre mais je voyais bien qu'ils étaient profondément différents. Mon père avait de l'ambition mais elle était toute différente de celle qu'entretenait ma mère. Secret, il pratiquait la magie dans une pièce dont il ne sortait presque pas lorsqu'il venait nous rendre visite. Je l'ai toujours soupçonné d'avoir un métier important mais n'en eus jamais la preuve formelle. Je ne connaissais même pas sa race. Ce sens du secret, des affaires bien rangées, des fausses pistes et des paroles ambiguës, sans doute lui ai-je volé. La troisième personne qui forma ma personnalité fut celui qui me donna le baiser. Cet homme avait une élégance si irréelle que j'eus bien du mal à le considérer comme véridique. Il aimait la musique et cet amour, il me l'inculqua comme celui de la nuit et de ses enfants. Une fois l'échange de sang réalisé, une partie de mon être que je ne connaissais pas se réveilla. Cette partie était joueuse et une adoration toute particulière pour la chasse s'imposa à moi. Bien entendu, au début je n'étais qu'un pantin qui sautait sur toutes les proies, même les plus basses, mais plus ma maîtrise de moi-même évoluait, plus je devenais un chasseur redoutable. Tout ce que je fus, un homme plein d'ambition, amoureux de la beauté des sons mélodieux et fixant les divins d'un œil respectueux, fut balayé par le sommeil qui ne laissa de moi qu'un déchet tout juste bon à réfléchir quelques minutes. Sans doute l'orgueil d'avoir un jour bâti est-elle restée mais il ne reste plus rien de la construction, si ce n'est une institution confiée à un autre que je hais déjà, sans même le connaître.

Histoire :
Ce qui fut le plus dur fut sans doute de leur dire au revoir. Avant ma transformation, j'étais prêtre et père de famille. Alors que je me prêtais à mon office, il m'apparut pour la première fois. Il possédait quelque chose de somptueux, comme s'il avait été touché par une grâce divine. Je me souviendrais à jamais de ce jour où, alors que je récitais les paroles sacrées, mon regard ne pouvait se détacher de lui. Il revint, souvent, ne se laissant jamais approcher. Je n'avais jamais été attiré par un homme de ma vie mais la relation qui s'installa entre lui et moi fut toute particulière. Ce n'était pas charnel. C'était différent, d'une toute autre nuance. Lorsque je pus enfin l'approcher, mon temple était désert. Seul ce dernier se trouvait en son sein, jouant d'un instrument. La mélodie était si parfaite que je l'entends encore résonner aujourd'hui dans mon esprit. Ce fut le début d'une fin et celui d'un commencement. Il devint mon « père ». Le plus dur, comme je le disais, fut de dire au revoir à ma famille, de partir pour en intégrer une autre. Je me retournai plus d'une fois. Je voulais savoir ce que mes descendants biologiques deviendraient. À travers les âges, je me mis à les observer, souvent. C'est ainsi que je sus que ma mère n'avait jamais été folle à lier. Mais qu'importe ce que ma famille devint car je n'appartenais plus réellement à ce monde. Ce qui est important pour vous, pour moi, fut « ma famille », celle que j'eus l'occasion de construire une fois que je pus être stable. Quoi que l'on en dise, la seule façon pour des Vampires de perdurer est de se reproduire. Pourtant, je ne pourrai jamais cesser de jeter la pierre à ceux qui penseraient que la transformation est aisée. Ce n'est pas le cas car il faut choisir ceux qui nous seront liés. C'est en faisant n'importe quoi que l'on devient n'importe qui et je ne voulais pas que ma famille devienne une sorte de sous race parmi les miens. Je voulais qu'elle perdure dans le temps et qu'elle soit reconnue. J'obtins ce que je voulais et bien après la mort de celui qui m'engendra, je sus me hisser en chef de ce groupe qui m'était dévoué. Le problème fut celui du choix. Je ne sus réellement qui mais je fus trahis. Bien entendu, il était tentant d'un point de vue extérieur de me faire tomber, moi qui avais su m'élever telle une ombre glaciale et inébranlable, mais personne n'aurait pu m'atteindre depuis cette extérieure. La trahison vint de l'intérieur et me poussa dans mes retranchements jusqu'à ce que je ne puisse faire autrement que de recourir au sommeil éternel. Je pris bien soin de cacher mon corps dans un endroit qui ne serait visité par personne et m'endormis, sachant qu'à mon réveil, deux impératifs s'imposeraient à moi : retrouver des forces et me venger.

Sigvard Numen

Vampire ♦ Puissance moyenne
Ère de la Grande Fronde
♦ Lignée : Lignée de Thanos
♦ Créateur : Jänefyr Haydn [✞]

Psychologie : Voir l’évolution du monde à travers les yeux d’un autre à de quoi faire réfléchir. Voir sa puissance envolée du fait de siècles de sommeil au mauvais endroit, à de quoi faire naître une rage folle. Ce qui me console, finalement, c’est que je ne fus pas le seul à enterrer mon corps dans le Désert. Johannes en est réduit à être la même loque que je suis à présent. Un petit clin d’œil du Destin sans doute, pour nous rappeler que lorsque l’on joue à un jeu, il vaut mieux en connaître les règles à la perfection. Bref. Jadis, j’étais un Vampire puissant, un savant mélange entre une intelligence aiguisée et une magie aux desseins manipulateurs. Mon pire ennemi : l’ennui. C’est à cause de lui que je me lançais souvent, par le passé, dans des plans totalement fous. Parfois, je me mettais même en danger volontairement pour obtenir un soupçon de satisfaction. Pour autant, ce temps là est à présent révolu. Pour s’ennuyer, il faut déjà ne point être en danger de mort à chaque pas. Aujourd’hui, je suis faible, faible mais toujours aussi fier et ambitieux. Certains trouveraient la chose horrible, cette faiblesse, ce risque… mais, après réflexion, pas moi. J’aime ça, j’aime cette possibilité qui m’est offerte de recommencer et de gravir les échelons une nouvelle fois. Surtout, j'aime la possibilité de pouvoir me mesurer à Johannes de nouveau.

Histoire :
Vous voulez que je vous dise ? Ne pas avoir d’ennemi est d’un ennui son nom, surtout lorsque vous êtes à la tête d’une lignée et que votre intelligence est telle que vous pouvez entrer dans la cervelle de n’importe quel individu. Vous séduisez, vous mordez et… c’est toujours la même chose. Non, il me fallait entreprendre quelque chose de… hum… nouveau. D’ici quelques années, vous, jeunes Vampires, ne comprendrez même plus à quelle histoire je fais référence. Johannes et moi, à l’époque, étions puissants, puissants et jeunes ; du moins, pour des Vampires. Il était une force de la nature, un combattant hors pair, chose que je ne pus jamais atteindre. Pourtant, je n’en avais pas besoin car ce qui se tramait en mon esprit était suffisant pour asseoir mon autorité. Il y a ceux qui usent de leur force et ceux qui usent de leur tête. Il est de coutume d’opposer ceux-ci et, finalement, peut-être est-ce pour cette raison que je m’en pris à lui… une douce revanche. Nous ne nous sommes jamais entendus, à vrai dire. Il épiçait ma vie comme j’épiçais la sienne. Nos guerres allaient néanmoins crescendo et lorsqu’il ramena cette femme de l’un de ses champs de bataille, une femme d’une beauté à en couper le souffle, je décidai instantanément qu’elle serait mienne. Nous autres, Vampires, ne sommes pas attachés au sexe. Pourtant, une conquête reste une conquête et Johannes était tellement épris d’elle qu’il l’épousa, contre toute attente. Une non Vampire, qu’il ne chercha même pas à transformer ; une femme qui acceptait que son mari ne soit pas capable de la féconder, ni même de la pénétrer. Une perle rare. Elle me plaisait, c’est vrai. Plus que tout, la perspective de rendre ce crétin jaloux et de le voir à genoux n’avait d’égale que la saveur voluptueuse du sang des Anges. Je m’employai donc à séduire la belle, profitant des labyrinthes de l’époque, ceux qui unissaient les territoires vampiriques en sous-sol. Je réussis mon office et la suite fut particulièrement juteuse ; une suite qui causa en partie notre perte. Deux seigneurs qui jouent à se défier en permanence ne sonne jamais agréablement à l’oreille d’un Roi. Les choses empirèrent et, finalement, Johannes disparut. Je n’étais pas dupe au point de penser qu’il ait pu mourir sans que cela ne soit de mon fait. En réfléchissant, je finis par retenir la seule théorie possible : le sommeil éternel. Il voulait jouer ce sale chien. Nous allions jouer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34358
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 69
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor |   Dim 13 Jan 2019, 19:54





Intrigue du temps


Identiquement


Illithya Mitsuko Taiji Suellan

Magicienne ♦ Puissance significative
♦ Ère de la Scission de la Couronne
♦ Époux : Caleb Suellan
♦ Mère : Mitsuko Elizabeth Taiji
♦ Enfants : Mitsuko Edelwyn Taiji Stark ; Mitsuko Aude Suellan Taiji ; Mitsuko Néphélie Suellan Taiji ; Mitsuko Azénor Suellan Taiji

Psychologie : Illithya est une jeune femme douce, qui aime se promener dans les jardins fleuris. Elle rêve sa vie en couleur et se contente des choses simples pour faire son bonheur. Elle n’est pas difficile à contenter mais ne laisse que rarement paraître son vrai visage. Elle sait parfaitement échanger des banalités avec autrui. Elle possède néanmoins un petit côté espiègle qu’elle ne révèle qu’à ses proches. Il est rare qu’elle hausse le ton sauf contre son mari, lorsqu'il manque de tuer un animal innocent en le gavant de chocolat, par exemple. C’est une femme calme, romantique, qui se laisse bercer par ses sentiments et qui a toujours préféré rester loin de la gloire et du pouvoir, contrairement à toutes les autres Taiji. Elle est aussi la bénéfique de la lignée d’Aria, une erreur à supprimer selon cette dernière. Elle n’a jamais réussi à le faire. Illithya est également médecin, du moins, elle apprend à l’être. Amoureuse de la poésie, des livres et des lettres, elle aime les Terres de Lua Eyael tout comme elle apprécie se promener au milieu des paysages appartenant aux Magiciens. Bien que membre de ce peuple, elle fait surtout partie de ceux qui sont voués à voyager dans le temps et l’espace.

Histoire :
Illithya coiffait doucement les cheveux blonds de l’une de ses filles : Aude. Elle espérait que jamais Aria apprendrait l’existence de ces dernières. La Démone était déjà prête à tout pour la tuer elle, alors si elle venait à entendre que d’autres Taiji de sang pur existaient, elle risquait de se laisser guider par une colère sourde et hermétique à toute raison. Était-ce la vérité ou était-ce parce que la Magicienne ne comprenait pas ce qui poussait son ancêtre à vouloir l’éliminer ? Sans doute un peu des deux. « À quoi tu penses ? » demanda l’enfant. « À une vieille Démone rabougrie. » sourit Illithya, avant de poser la brosse. « Elle ressemble à quoi ? ». « Je ne saurai te la décrire exactement. Elle est simplement un peu trop rouge à mon goût. Et quand elle prend sa forme maléfique, ses jambes se transforment en serpent ! ». La fillette cria et s’enfuit en courant, tout en riant, se prêtant au jeu de sa mère qui avait mis beaucoup trop de théâtralité dans sa réplique pour que l’on puisse la prendre au sérieux. Cela étant, Aria restait un problème. Caleb n’avait pas l’air de s’en soucier mais elle ne pouvait jamais être sûre. Les secrets que détenaient son mari ne pouvaient être révélés aussi facilement. Cela aurait été bien trop simple. Et puis, si son Destin était de mourir, alors elle mourrait. Elle avait déjà rencontré la Mort une fois, après tout. « Au lit jeune fille. » dit la Magicienne à la Rehla qui se coucha, un grand sourire aux lèvres. « Une histoire ? » demanda-t-elle. « Bien sûr. Sur quelque chose d’un peu plus intéressant qu’une vieille Démone rabougrie si tu veux bien. ». En réalité, Illithya avait beau se moquer d’Aria, elle ne possédait pas le quart de sa puissance. Pourtant, la vie avait soufflé de nouveau en même temps dans leurs poumons. Peut-être était-ce la différence entre une femme avide de pouvoir et une autre qui préférait rêver en regardant les étoiles ?

Azaël Taiji Stark

Magicien ♦ Puissance significative
♦ Ère de la Renaissance du Dieu Roi, Partie I

Psychologie : Azaël essaye de se conformer à ce que la société attend de lui. Il est autiste, du moins, c’est que tout le monde pensait jusqu’ici. En réalité, il est ce qu’il veut bien être. Ainsi, il a arrêté, la plupart du temps, de faire des choses étranges et peut parler normalement avec autrui sans aucun souci. Il teste un autre « lui », une autre forme d’« être ». Cela étant, lorsqu’il est tout seul – et parfois lorsqu’il se croit seul ou fait semblant – il parle aux fleurs ou à des individus invisibles pour les autres. Il chantonne des vers, des poèmes venus d’autres temps, comme s’il n’y avait plus réellement de frontières entre son passé, son présent et son futur. Pour autant, il n’a pas encore acquis les pouvoirs du Temps. Il est sans doute simplement excentrique ; un peu fou. Parfois, il danse, s’inventant un ou une partenaire. Il peut rester deux heures à discuter avec les fourmis et personne ne peut savoir s’il en possède le don ou s’il s’invente leurs réponses dans sa tête. Un jour, alors que quelqu’un venait de le surprendre en train de converser avec un écureuil, il lui dit simplement « Vous savez, la réalité est subjective. Si j’y crois, cela devient ma réalité. Il ne tient qu’à vous de la partager avec moi. ». Et l’autre s’était mis à parler avec les animaux à son tour. Azaël passe également beaucoup de temps à méditer et à jardiner. Ça le passionne. Il attend « l’heure », l’heure où on viendra le chercher pour qu’il commence son apprentissage. C’est comme un pressentiment. Cela viendra, il suffit d’être patient et de profiter du moment présent.

Histoire :
C’était un bel après-midi. Azaël marchait sur un chemin blanc. Il se demandait s’il s’agissait de calcaire ou d’une toute autre matière, absorbé par la contemplation des petits gravillons. Arrivé à un endroit précis, il leva la tête, constatant que quelques jeunes hommes étaient occupés à regarder un tout autre spectacle. « Hum ? » fit-il, comme si on venait de le détourner d’un livre qu’il était en train de parcourir. Curieux, il s’approcha. D’autres auraient marché sur la pointe des pieds afin d’être discret. Pas lui. Il bouscula même un garçon en marchant droit devant lui. Il s’arrêta à la grille et posa ses yeux sur la jeune femme qui était là, en train de prendre soin de son jardin. Peut-être le constat d’une vérité simple, émergeant de son instinct ou de ses gènes, ou une simple folie, mais le voilà qui poussa la grille et qui se dirigea, vêtu d’un simple kimono, vers la créature. « Je veux prendre soin de ce jardin. » dit-il simplement. Elle le fixa, sourit, et hocha la tête, sous le regard médusé des autres qui n’avaient jamais osé l’interrompre dans son ouvrage. Depuis ce jour, il arpente le jardin de la Comtesse Vaughan. Il en sent les roses, parle aux insectes, arrose les glycines et taille les hortensias. Azaël semble comme détaché du temps. Sans doute n’en sent-il pas réellement les effets. Il n’est jamais pressé. Il… oui, il prend son temps, comme si ce dernier avait décidé de devenir son plus fidèle ami et de ne pas le tourmenter outre mesure. Le jeune homme – ou la jeune femme selon ce qu’il a choisi d’être – n’est jamais pressé, ne fait jamais les choses dans l’urgence. Il est là où il doit et veut être. Parfois, il passe des heures à rester immobile, à contempler les pétales d’une fleur. Il faut dire que celle qui l’emploie n’est guère très exigeante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34358
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 69
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor |   Dim 17 Mar 2019, 18:35





Basphel



Sam Vaughan

Magicienne
Puissance faible/moyenne
Ère de la Conciliation

Samantha Vaughan est l'élève en charge des associations. C'est à elle que revient la tâche de les réunir et d'organiser les événements généraux. Petite dernière d'une famille nombreuse, elle possède une maturité plutôt avancée pour son âge. Elle est en troisième année à Basphel et gère déjà très bien ses attributions. Gentille et serviable, elle possède également une grande autorité, due à un charisme déjà fantastique. C'est par elle que chaque association de l'école doit passer afin d'organiser quelque chose en solitaire. Elle s'occupe d'obtenir les autorisations administratives requises. C'est une élève du département de la craie et bien qu'elle semble avoir beaucoup de succès avec les garçons, elle se consacre entièrement aux cours et aux associations. Elle n'a, de ce fait, que très peu de temps pour elle en dehors. Afin de disposer d'une neutralité parfaite, elle n'est membre d'aucun groupe.

???

Texte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor |   

Revenir en haut Aller en bas
 

| Anya Elena Ostara Eorgor |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» F.T Anya Bella [Valider]
» L'Atelier d'Elena
» Elena || Life is about pain and suffering
» anya solis
» Elena Lewis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Personnage :: PNJ-