AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 | Jun Taiji |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Taiji
✞ Æther de la Mort ✞

✞ Æther de la Mort ✞
◈ Parchemins usagés : 4335
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2012

Caractéristiques
◤ ◤:
◤ ◤:
Jun Taiji
MessageSujet: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | EmptyMer 14 Mar 2018, 12:54


Jun Taiji

Nom : Taiji
Prénom : Jun
Titre : Le Prince des Cauchemars

Sexe : Masculin
Âge : La trentaine
Ère de naissance : L'Ère de l'Aurore Édénique
Races d'origine : Humain ; Gardien Éternel de l'Au Delà ; Esprit ; Magicien ; Ange ; Rehla ; Sorcier ; Génie ; Ombre ; Chaman

Pouvoir : Géhenne
Ère d’ascension divine : Deuxième partie de la Renaissance du Dieu Roi

Identités :
- Ezechyel - Æther de la Mort
- Haziel - Æther de la Guerre

Métier : Ancien médecin.
Activités : Diverses.

Parents : Lucifer à l'époque où il était Humain et une Humaine.
Épouse : Lily-Lune Araé
Enfants : Devaraj [PJ] ; Kaahl [PJ] ; Lilith [PJ] ; Violette [PJ] ; Rachany [PNJ, Chaman LVL V] ; Galaad [Vanille] ; Ismaël [Vanille] ; Hoshi [PNJ, Chaman] ; Rukia [Lily-Lune] ; Rubiah [Lily-Lune] ; Adam [Lily-Lune] ; Erwann [Lily-Lune ; supposé] ; Livaï [Lily-Lune ; supposé] ; Andrev [Lily-Lune ; supposé] ; Haruki [PNJ, Maître du Temps] ; Ares [PNJ, Sorcier, supposé être le fils de l'Oracle du Chaos] ; Morgana [Jun] ; Eriol [PNJ] ; Lily-Rose [Edwina] ; Wriir [Ex-PJ] ; Quelques Chamans ; Quelques enfants PNJ d'Edelwyn créés par magie ; Quelques autres.



Gains et possessions

Domaine économique

- X

Patrimoine et Réputation

- Popularité Mondiale | Du fait qu'il ait été Empereur Noir et Maître des Esprits. Bien qu'anciens, les faits qu'il perpétra en tant qu'Empereur Noir sont connus et contés dans les livres d'Histoire de tous les peuples des Terres du Yin et du Yang.
- Une parcelle de l'Île d'Orahza | Parcelle 1



Role-play

• Jun commença sa vie en tant qu'Humain. On ne sait pas vraiment quand, on ne sait pas vraiment comment. Il fut le premier enfant de Lucifer à une époque bien plus lointaine que celle de la famille qu'il serait amené à servir toute sa vie durant. Érigé en Gardien Éternel de l'Au Delà, il prit une apparence de son choix qui fut celle, curieusement, d'un homme dont il n'avait jamais entendu parler jusqu'alors. Son véritable prénom, nul ne le connait, mais il prit celui d'Ezechyel.

• Durant l'Ère du Yin et du Yang, il sortit de l'Au Delà trop longtemps, se faisant piéger par Aria Mitsuko Taiji. Si cette dernière l'avait repéré, c'était à cause de cette apparence empruntée, celle-ci lui rappelant bien trop son amant, parti à la recherche de son frère. Puisqu'un Gardien Éternel trop longtemps privé de ses fonctions perd la mémoire, Ezechyel oublia tout de son existence. A son réveil, Aria lui expliqua qu'elle l'avait créé, qu'il était sa chose et qu'il était condamné à la servir. Elle lui murmura son nom : Jun, le même que le frère de son amant absent, disparu dans l'Ombre du Cœur. Elle exigea de lui bien des choses, à commencer par s'adonner en sa compagnie aux plaisirs de la chair. Mais ce ne fut pas tout car la Reine du Mal avait décidé qu'il serait lié à jamais à la famille Taiji.

• Peu de temps avant son accouchement, qui s'avéra fatal, Aria fit en sorte que Jun devienne un Esprit particulier, le genre d'Esprit capable de partager l'Âme d'une personne et d'être soumis à ses exigences. Elle le lia à la sienne et à celle de toutes ses descendantes. Dans la mort, Jun acquit l'éternité. Une mission lui avait été donnée : il devrait, au fil des siècles, rester caché dans l'Âme de toutes les Taiji, les unes après les autres, jusqu'à trouver celle qui serait digne du plan machiavélique de la Démone. Là, il se dévoilerait et sa quête commencerait. Nul ne sut comment Aria s'y prit pour contraindre ainsi la Mort et les Ombres mais sans doute la réponse se trouvait-elle alors dans l'identité du Dieu en question.

• Jun traversa donc les Ères, enfoui dans l'âme des femmes de la lignée jusqu'à Edelwyn Mitsuko Taiji chez qui il repéra la puissance nécessaire pour ramener Aria à la vie. Il se livra à elle, l'informant de sa présence. Bénéfique, Jun dut contrebalancer les ténèbres qui tournaient autour d'Edelwyn. Ainsi, pour une période équivalente, l'un et l'autre eurent le contrôle de leur propre corps. Edelwyn avait le sien lorsque son Esprit était le dominant et identiquement pour Jun. Ils étaient deux personnes en une. Jun tomba amoureux d'elle malgré l'horreur de ses actes, la voyant à regret s'élever vers le trône des Sorciers. Il ne pouvait rien faire, si ce n'est observer.

• Cependant, un Vampire changea la donne : Vlad Sparrow. Un pacte fut conclu. Vlad aurait le droit de transformer Edelwyn s'il lui promettait son éternelle servitude. L'infime moment où la vie quitta la jeune femme tua également Jun qui se trouvait en elle. L'homme se réincarna en Ange alors que la femme devint une créature de la nuit. Perdant de nouveau la mémoire, l'instinct de protecteur de Jun ne cessa cependant jamais de le torturer. Il se mit à chercher quelque chose, quelqu'un et quand il retrouva Edelwyn, en même temps que ses souvenirs, elle n'était autre que l'Impératrice de la Nuit. Lui aussi s'éleva dans la hiérarchie angélique, atteignant le rang d'Archange. Après un duel contre Vlad, les deux hommes disparurent.

• Personne ne sait vraiment ce qu'il se passa entre ce moment et l'instant où Jun réapparut sous une autre forme et sous une autre identité. Rehla, il se contenta d'observer, attendant son heure. Cette période fut trouble, le statut de Rehla peu défini et très court, comme un passage obligé, une période de latence. Son Destin était peut-être de rester un Enfant de la Lune, de ne jamais perturber l'équilibre. Pourtant, les Dieux crurent sans doute bon d'intervenir car il fut privé de cette essence. Encore aujourd'hui, Jun ne mentionne jamais cette partie de sa vie qu'il a du mal à comprendre, comme s'il avait été hors de lui, comme si quelqu'un d'autre avait pris sa place, comme si des souvenirs lui manquaient. Au fond, c'était comme si son Destin lui avait été volé à ce moment là. Personne ne sait vraiment qui Jun rencontra alors mais quand le temps fut venu, il réapparut sous sa véritable identité et en tant que Sorcier. A cette époque, Edelwyn était Esprit de la Mort.

• Jun se tint relativement tranquille jusqu'à ce qu'Edelwyn devienne Æther et s'entiche de Zel'Eph Shizuo Stark, le Souverain Réprouvé. Déjà jaloux de son double, Naram-Sin, alors Mârid, sa jalousie, poussée par les ténèbres, n'en devint que plus maladive. Lui-même était alors marié à Masha Oona, une femme qui deviendra Svana Araushnee et Reine des Alfars. Jun décida de devenir Empereur Noir afin d'obtenir les moyens de détruire l'homme qui partageait la vie d'Edelwyn. Si au début le plan était celui-ci, au fur et à mesure de son ascension, Lux In Tenebris noircit totalement son esprit et il voulut faire bien plus que détruire Zel'Eph ou même Naram. Puisqu'Edelwyn était la cause de ses tourments depuis des siècles, il allait également la tuer. Seulement, pour venir à bout d'un Dieu, il lui fallait une puissance bien supérieure à celle d'un simple Mortel : il lui fallait le Cristal Maître, il lui fallait devenir l'équivalent de Sympan.

• Entre temps, en tant qu'Esprit de la Mort, Edelwyn remarqua que l'Esprit d'Aria partageait également son Âme. Son ascendante exigeant d'elle de renaître parmi les vivants, la jeune femme refusa. Au moment de son élévation, elle relâcha l'Esprit d'Aria sur les Terres du Yin et du Yang. Le plan premier de la Démone avait échoué. Néanmoins, puisqu'Edelwyn ne voulait pas l'aider, elle savait de qui elle pourrait exiger une faveur. Elle promit monts et merveilles à l'homme qui était sur le point de devenir Empereur Noir et il exécuta ses volontés, se servant de ses dons pour relier le corps et l'âme d'Aria, restés au cœur du Manoir Taiji, avec son Esprit. La première des Taiji revint donc à la vie.

• Amant de Zélia, l'Impératrice Noire, Jun profita de la confiance qu'elle lui portait pour comploter à sa perte, retournant petit à petit les Sorciers contre elle. Fort d'une grande popularité, il n'eut guère beaucoup à faire pour lui arracher le trône, la condamnant à servir de prostituée pour les lépreux de la prison. Son règne commença et avec lui un grand nombre de catastrophes qui s'étendirent sur toutes les Terres du Yin et du Yang. Jun n'hésita pas à demander à son Orine de détruire Earudien, s'arrangeant pour avoir toujours un alibi et pour faire porter le chapeau à des Souverains entre qui les tensions étaient déjà palpables. Des guerres débutèrent ici et là, engendrant leur lot de misères et de morts. Il rencontra, à cette époque, l'Oracle du Chaos et la mit enceinte d'un enfant conformément à la tradition. En parallèle, l'homme se mit à réunir les fragments du Cristal Maître, son véritable objectif. A termes, sans l'intervention des Maîtres du Temps, il aurait réussi son entreprise, détruisant les Dieux, réduisant le monde à un désert de cendres. Heureusement, seuls ceux ayant été dans le futur lors de l'Ère du Chaos du Cristal peuvent en témoigner, bien qu'il fut mondialement condamné par la suite pour les faits perpétrés dans le présent. Cela dit, la version future n'est pas tout à fait exact mais peu importe car elle est sensée n'avoir jamais existé. Qui tirait les ficelles ? Certainement pas lui mais seul un Génie pourrait le confirmer. Ce même Génie, arrêtant l'entreprise du véritable coupable, condamna également Jun dans le présent à être transformé en Génie et à être plongé dans une prison illusoire. Peut-être l'Ombre du Cœur, qui sait ?

• Ce qui parut être des siècles de souffrances à Jun ne fut qu'un temps très court dans la réalité. Quand il sortit de son illusion, il était Génie, le Prince des Cauchemars, bientôt Iblis aux Souvenirs Oubliés. Il fut pris d'une forte attirance pour la Mort, découvrant des informations sur ses origines, soufflées par Aria. Il apprit qu'il n'avait pas été créé par elle et voulut en savoir plus. Lors de la Coupe des Nations où chaque individu fut transformé en Humain, il sauta du Rocher au Clair de Lune avec la ferme intention de connaître, lui aussi, le désespoir des Ombres. De toute façon, il n'était déjà plus qu'un être torturé, souffrant de sa condition de Djinn.  

• Jun s'érigea en tant que Gardien du Sceau des Rêves et ce fut à ce moment qu'il rencontra Ezechyel, le Dieu de la Mort, un Dieu qui n'était autre que son futur. Ce dernier le guida vers des contrées oubliées depuis bien longtemps. Cependant, pour y avoir accès, il devait devenir Chaman. L’Æther le libéra donc de son fardeau et lui permit d'embrasser la voie des médiateurs entre le Monde des Morts et le Monde des Vivants.

• Là encore, Jun ne resta pas bien longtemps en bas de l'échelle hiérarchique de sa race. Il devint Maître des Esprits. Lors de l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, une femme découvrit le secret de l'Au Delà, sa position. Il la tua sans hésitation, s'emparant du plan qu'elle avait mis tant de lunes à tracer sous ses ordres. Il donna l'ordre de tuer des individus afin qu'ils l'accompagnent dans l'Au Delà. Ce fut là bas qu'il découvrit la vérité sur le lien qui l'unissait depuis toujours à Edelwyn. Ils étaient les deux faces d'une même pièce. Il se maria de nouveau, à La Plus Belle Femme des Terres du Yin et du Yang et Reine des Orines : Lily-Lune Araé. Sa dernière lubie, pour remplir le pacte passé avec une vieille amie, fut de remplacer son véritable promis lors de la cérémonie : Caleb Suellan, Roi des Rehlas. Ils eurent plusieurs enfants. Si au début, Jun posséda son père comme Hozro, après la renaissance de Sympan, celui-ci disparut mystérieusement, sans doute ramené à la vie. Durant des années, l'homme entreprit d'étudier les Parasites afin de s'en servir à de noirs desseins sans réussir pour autant à en percer les mystères.

• Le temps passa et ce fut l'heure pour Jun de tenter l'élévation à son tour, afin de devenir Ezechyel, Æther de la Mort. Plusieurs fois le Monde sembla se déchirer jusqu'à la Guerre des Dieux où, également connu sous le nom d'Haziel, il prit position pour Sympan. Cette victoire lui prodigua plus de puissance et une place parmi les Sept, afin de surveiller ces derniers. Jun - en tant qu'homme - disparut de nombreuses années du monde des Mortels où il revint récemment, bien décidé à récupérer celle qui avait été éjectée de la sphère divine après la Renaissance du Dieu Roi : Edel.



HRP

Le thème de votre personnage : Nightmare - Avenged Sevenfold
La mort : 8D
Votre fréquence de rp : Variable ^o^
Le code du règlement : Oki

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34795-jun-taiji#679068
Jun Taiji
✞ Æther de la Mort ✞

✞ Æther de la Mort ✞
◈ Parchemins usagés : 4335
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2012

Caractéristiques
◤ ◤:
◤ ◤:
Jun Taiji
MessageSujet: Re: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | EmptyJeu 01 Nov 2018, 14:34

Iseult Salvatore de Nerval

Nom : Salvatore
Nom marital : De Nerval
Prénom : Iseult
Sexe : Féminin
Âge apparent : Trente ans
Ère de naissance : L'Ère du Chaos du Cristal
Race : Ombre
Race officielle : Sorcier
Métier : X

Niveau : III (Niveau I à partir de 3838 points)
Acquisition : Personnage passé en compagnon

Armes :  
- Une faux
- Un sceptre

Spécialités :
- Agilité : 8 + 2 + 1 + 1 + 1 + 1 = 14
- Force : 11 + 1 + 1 + 1 + 1 = 15
- Charisme : 15 + 1 + 1 + 1 + 1 = 19
- Intelligence : 13 + 2 + 1 + 1 = 17
- Magie : 20 + 1 + 1 + 1 = 23

Pouvoirs :
- L'Esprit d'Ezechyel
- L'Illusion d'Edel
- La Mortelle Clairvoyance
- Immunité aux sorts mentaux
- Hypnose

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- "J'aurais voulu le retenir" : Pouvoir de visualiser les regrets des individus.
- "Et nocte perpetua" : Pouvoir d'assister, tel un spectateur, à toutes les tragédies qui se sont déroulés dans le passé.
- L’anneau de l’éveillée : Simple anneau d’or, il permet à celui qui le porte de se passer de sommeil sans éprouver les affres de son manque. Pour autant, l’anneau ne peut pas être porté de façon indéfinie et perpétuelle au risque de faire sombrer son porteur dans une folie irrécupérable.
- Mélodie : Permet de faire retentir les mélodies souhaitées.
- Contrôle de la musique
- Contrôle de la nature

ARMES
- X

ARTEFACTS
- Une petite chaîne fine à attacher à la cheville au bout de laquelle figure en guise de breloque un œil fait d'or façonné par d'anciens génies d'un autre temps permettant de faire plier toutes les personnes ayant un charisme égal ou inférieur au sien à sa volonté le temps de deux messages. accord préalable du joueur exigé.

~ Événements

POUVOIRS
- Souvenirs splendides : Permet à une Ombre de ressentir les émotions d'un unique souvenir – toujours le même – dont elle pourra se rappeler quand elle le voudra. Néanmoins, trop de fois répété, les effets diminueront et la déprime en deviendra plus forte.
- Les portes : Il s'agit du pouvoir de se téléporter aux portes via un halo de lumière qui apparaîtra à la demande. Les portes ne sont pas toujours les mêmes, elles ne mènent pas toujours aux mêmes endroits non plus mais, en règle générale, elles envoient vers des lieux qui seront soit utiles à l'individu, soit dans lesquels une intrigue importante sur les Terres du Yin et du Yang sera en cours.

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- La Roue du Destin : De façon exceptionnelle, l’Ombre qui possède ce don peut demander aux Dieux dans une prière d’épargner la vie d’un être cher destiné à mourir, le remplaçant par un autre individu dont elle ne peut connaître l’identité à l’avance.  

~ Formes de magie
- La Magie du Souffle
- La Magie des Morts
- La Magie du Sang
- La Magie des Ténèbres
- La Magie Pourpre

~ Couronnes
- Collier de race | Chaman | La Fusion des Deux Esprits ; L'Arme de l'Esprit ; La Séparation de l'Esprit ; Le Lien Divin ; Le Don d'Edel

~ Doubles nationalités
- Double Nationalité | Démon | Le Pacte Démoniaque
- Double Nationalité | Sorcier | Lux In Tenebris (Maledicendum) ; La Valse Destructrice ; La Magie des Runes

~ Patrimoine et réputation
- Popularité Nationale | Démon
- Trente PNJ serviteurs | Un niveau inférieur à celui d'Iseult

~ Autres
- Les Cheveux brillants : vous obtenez le don de changer soudainement la taille de vos cheveux. Ne vous leurrez pas : vous ne pouvez pas contrôler leur pousse ou quoi que ce soit. Lorsque vous utilisez ce pouvoir, vos cheveux deviennent soudainement très longs et se mettent à briller si vous chantez, un atout considérable dans les lieux sombres. Surtout, ils vous font devenir terriblement craquant et attachant aux yeux des autres, qui auront envie de vous aider et de vous chouchouter.
- Le Pinceau Magique : Il s’agit d’un simple pinceau en bois, au poil rêche et de mauvaise facture de surcroit. Il sera d’une piètre assistance en peinture traditionnelle. Toutefois, sa magie est puissante et sans pigment, il est capable de peindre toutes les surfaces aux couleurs que vous imaginez.
- Le chalet (Oilossë) ; La bonne étoile (Siruu) ; La demi relique (Violette) ; Illuminer le monde (Etincelle ; Kryll) ; Le bonheur (Alaster) ; Les âmes-sœurs (Aaliah ; Maric)
- Une paire de gants qui permet de prendre le contrôle des mains des individus présents
- Le champagne traitre : Il s'agit d'une bouteille de champagne d'une qualité supérieure. Elle se remplit à l'infini. Sa particularité enchante son propriétaire puisqu'elle ne le rend pas ivre quand il en boit, contrairement à ses convives.
- La savon magique
- La tente de luxe
- La clochette (Furie ; Jun)
- Complot : Les conversations visant à comploter dans le dos des individus sembleront revêtir du désintérêt le plus total pour les personnes non concernées qui n'y feront pas attention, en fonction de leurs spécialités.

Physionomie : Peut-être n'étais-je pas la plus belle des femmes, ma beauté étant spéciale et, surtout, glaciale. Mon corps n'avait aucune particularité. Jadis, j'étais simplement une femme, une femme faite de courbes au niveau des hanches et de la poitrine, une femme possédant une taille marquée. Malheureusement, j'avais des épaules sans doute un peu trop hautes et droites, donnant à ma carrure une allure hautaine ou coincée. Je n'avais jamais aimé mon visage, trop dur, trop sec, mes pommettes étant trop élevées à mon goût, renforçant cette impression qui devait s'éveiller dans l'esprit de quiconque posait les yeux sur moi. Je les entendais presque clairement penser ô combien je devais être égocentrique, imbue de ma personne. Et pourtant, s'ils savaient. Ma beauté était souvent qualifiée de démoniaque, de maléfique par les faiseurs de tracts et puisque j'étais auparavant une sorcière, l'on disait de moi que j'avais le don d'ensorceler les gens. J'avais lu une fois dans un journal que si ma voix n'était pas aussi magnifique, peut-être que les spectateurs fuiraient l'opéra en me voyant approcher. Cela m'avait blessée puis, finalement, m'avait amusée. Je n'étais pas belle, ou pas dotée de cette beauté lumineuse qui allait si bien à certaines femmes. Finalement, peut-être que cette beauté n'était que le reflet de ce que j'allais devenir, une forme ombragée, effrayante. Mes yeux d'un bleu très clair adoptaient un contraste étonnant avec ma longue chevelure de jais. Mais ce contraste, je l'avais toujours détesté, car il avait fait de moi la cible d'un bon nombre de regards étonnés. N'avaient-ils donc jamais vu pareille chose auparavant ? Mon mari me disait toujours ô combien j'étais splendide mais je voyais dans ses yeux qu'il se le disait avant tout pour lui, pour se convaincre ou pour exposer son « trophée » lorsque nous étions en public. Car ce qui était splendide en moi était avant tout le maquillage que je portais et les habits qui allaient avec, mes habits de scène, ceux confectionnés uniquement pour la gloire et la grandeur de l'opéra. Débarrassée de tous ces attraits et ces faux-semblants, je redevenais une femme banale et le regard de mon époux changeait, celui-ci m'ignorant presque, comme si le seul bonheur que je pouvais lui apporter se situait dans les yeux d'autrui. Et le seul regard qui ne changeait pas, était celui de mon enfant pour qui j'étais, sans doute, la plus belle du monde.

Mais ce temps est aujourd'hui révolu lorsque le Cycle m'appelle. Je ne suis plus que cendres, que poussières, qu'une forme ombragée qui n'adopte sans doute qu'un contour flou et dénué d'intérêt, tout juste bon à effrayer les enfants ; pas que.

Psychologie : Mon monde n'est plus qu'un vaste chaos de désespoirs et de larmes qui ne souhaitent même plus couler sur mes joues inexistantes.

Jadis, ce même monde était fait de gloire, de festins et d'une popularité qui me collait à la peau comme si elle faisait partie de mon être même. Je n'avais jamais été heureuse, bien trop émotive pour mon propre bien, de sombres pensées me hantant à chaque fois que je me trouvais quelque part. La célébrité, beaucoup l'envient, mais ce n'était pas mon cas. J'étais juste née avec une voix exceptionnelle et des talents incroyables pour la musique en générale. C'était curieux car, en réalité, je n'étais heureuse que, lorsque sur les planches des plus grands opéras, mon chant touchait les spectateurs au plus profond de leur cœur. Là, alors que leurs yeux brillaient sous le coup de l'émotion, je me sentais vide de tout désespoir, un néant qui permettait à la joie de se glisser doucement en moi. Mais, une fois que le rideau se fermait, que les spectateurs devenaient des personnes qui pouvaient entrer à mon contact, le mal qui me rongeait reprenait, inlassablement. Ils me félicitaient, me congratulaient et j'avais l'impression de n'être qu'un objet à leurs yeux, une artiste talentueuse sans la moindre utilité si ce n'était de faire vibrer sa voix ou de faire résonner les cordes d'un instrument. Dans ce monde où les grands compositeurs s'arrachaient mes prestations, où rien ne me manquait, ni l'argent ni ces prétendus amis qui étaient miens, je me sentais pourtant seule. Même mon époux m'apparaissait comme un inconnu, un homme qui avait obtenu ce qu'il voulait : la main d'une femme remarquable et un bel enfant qui la maintenait prisonnière de son emprise. Ma vie m'échappait, petit à petit, et puisque les seuls instants de bonheur qui étaient mien se trouvaient sur la scène, puisque le monde ne voyait en moi qu'une élégante et talentueuse chanteuse, je voulus leur faire découvrir l'envers du décor. Peut-être étais-je désespérée le jour où je décidai de me tailler les veines, un acte si simple que je le regrette avec le recul, mais je voulais leur faire partager ce sentiment. J'aurai dû me trancher à jamais les cordes vocales pour que mon acte soit compris de tous. Ensuite, je devins une Ombre, enfermée dans cet opéra qui, chaque soir, accueillait des chanteurs, des musiciens, des danseurs, tous ces gens qui se tenait à ma place et dans les yeux desquels je voyais le même désespoir. De toute façon, il n'y avait que ce sentiment qui rongeait ma personne, petit à petit, pour me punir à jamais de ce que j'ai osé tenter par le passé. Je ne demandais que de la compréhension, j'ai hérité d'une malédiction. Aujourd'hui je peux être qui je souhaite. Quand bien même la bénédiction de Sympan a délivré les Ombres d'une partie de leur fardeau, je ne veux plus ressentir de manière véritable. Alors, j'use de l'Illusion d'Edel pour tromper mon auditoire mais jamais m’illusionner moi-même. Je pourrai vous paraître enjouée, peut-être, mais au fond de mon cœur ne se trouve qu'un néant de vide et d'amertume. Je pourrai vous paraître impérieuse, puissante, mais au fond de mon âme se trouve la chaîne qui emprisonne mon existence, une chaîne que j'ai moi-même contribué à former.

Histoire :
Je me souviens de ce jour, lorsque je n'étais qu'une enfant qui faisait la manche dans les ruelles obscures du port. Ma famille était pauvre, très pauvre et aucun de nous n'avions conscience du talent qui dormait profondément en moi. C'était un temps où les Salvatore n'était plus que ruines. Cette histoire est, justement, celle d'un rêve, de celui que je fis en m'endormant de froid, de fatigue et de faim. Je ne saurai comment l'expliquer mais, au cœur même de mon songe, m'apparut quelque chose de nouveau, quelque chose que je n'avais jamais aperçu auparavant mais qui semblait avoir pourtant toujours existé. Cette île, je me rappelle avoir souhaité m'y rendre et, une fois là bas, je me revois déambuler jusqu'à son prestigieux opéra. Il y avait une foule si dense, venue écouter un chanteur d'un talent que les conversations disaient spectaculaire. L'on m'invita, voyant qu'une petite fille esseulée avait probablement dû se perdre en plein rêve. Du balcon, je pus entendre, je pus écouter. Ce moment, je ne l'oublierai sans doute jamais, quand un homme imposant ouvra la bouche après que l'orchestre ait commencé à jouer. Les notes qu'il émit créèrent en moi un long frisson, un frisson dans lequel se trouvait toute la beauté de sa voix. J'avais l'impression que mon monde s'effondrait, qu'il avait le pouvoir de toucher mon cœur et mon âme. Mes yeux, humides, ne le quittèrent à aucun moment, retenant chacune de ses émotions, retenant chacun de ses souffles, chaque mouvement qu'il pouvait effectuer. J'étais ébranlée au plus profond de mon être, comme si une fissure en moi venait de se créer sans que jamais elle ne puisse se refermer. Mais, quelque part, cela me plaisait. Je ne sus jamais pourquoi mais quand il arrêta de chanter, ce fut à mon tour d'ouvrir la bouche et de reproduire le chant qu'il venait d'exécuter. Ma voix portait et était d'une incroyable justesse. Peut-être que l'on aurait pu penser que les spectateurs s'offusqueraient mais c'était sans compter l'ouverture d'esprit et l'amour de l'art des Génies se trouvant dans la salle. Au lieu de cela, je fus conviée par le chanteur lui-même à le rejoindre sur scène pour une prestation qu'il jugea par la suite maladroite quand il devint mon professeur, mais qui était nécessaire pour que je goûte au plaisir de chanter en public.

Par la suite, ma vie se scinda en deux parties. La nuit, je m'envolais vers l'île dans le ciel et, la journée, je faisais la manche. J'appris à faire résonner l'âme des instruments de musiques et à chanter, ma voix évoluant pour se magnifier au fil des années, jusqu'à ce que j'acquiers une renommée telle que mes rêves entrèrent en symbiose avec la réalité. Je fus rapidement riche, adulée et reconnue, entraînant dans ma gloire ma famille proche qui jamais ne s'était doutée de rien. De la rue glaciale, je fus mise sur un piédestal, entourée de tous ces êtres qui m'admiraient pour la chanteuse que j'étais, qui trinquaient à ma santé, buvant ce champagne qui, à lui seul, valait bien plus cher que tout ce que j'avais un jour possédé dans mon existence. Je finis par me marier à un homme fortuné mais sans aucune popularité qui voyait sans doute en ma personne la poule aux yeux d'or, se dépêchant de me mettre enceinte avant que je ne comprenne mon erreur. Je ne l'aimai jamais mais l'enfant qui naquit de notre union fut, à mes yeux, la plus belle chose au monde. Malheureusement, malgré la joie qu'il me procurait, l'émotion que je pouvais mettre en chantant n'existait chez moi que de manière partielle, de façon tellement rare que j'avais cette impression de néant, comme si mon passé, mon présent et mon futur avaient été, étaient et seraient à jamais fades. Je n'avais jamais été heureuse, ou si rarement, et j'eus la lâche idée de me supprimer. Ce fut après une violente dispute avec mon époux, une dispute dans laquelle il me fit comprendre pour la énième fois que sans ma voix exceptionnelle, mon talent pour les instruments et les exigences de mon maître, je ne serai encore qu'une petite traînée des rues. Et puisqu'il ne voyait en moi qu'une voix, puisqu'ils ne voyaient tous en moi qu'une voix, je décidai de leur signaler que plus jamais celle-ci ne s'élèverait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34795-jun-taiji#679068
Jun Taiji
✞ Æther de la Mort ✞

✞ Æther de la Mort ✞
◈ Parchemins usagés : 4335
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2012

Caractéristiques
◤ ◤:
◤ ◤:
Jun Taiji
MessageSujet: Re: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | EmptyMar 06 Nov 2018, 14:08

Aria Mitsuko Taiji

Nom : Taiji
Prénoms : Aria Mitsuko
Titre : La Dame Rouge ; La Collectionneuse
Sexe : Féminin
Âge apparent : La trentaine
Ère de naissance : L'Ère de la Grande Fronde
Race : Démon
Métier : X

Niveau : V (Niveau I à partir de 3240 points)
Acquisition : Personnage passé en compagnon
Thème : Ici

Armes :  
- Un fouet
- Une canne épée

Spécialités : Max 55
- Agilité : 25 + 1 = 26|40
- Force : 35|40
- Charisme : 51|52
- Intelligence : 40|40
- Magie : 49 + 1 = 50|50

Pouvoirs :
- Le Pacte Démoniaque
- Le Reflet de lAutre
- La Tentation du Diable
- Création de richesses
Ce pouvoir est on ne peut plus utile puisque Mitsuko peut créer du néant toutes les richesses qu'elle souhaite. Or, pierres précieuses, argent, il n'y a aucune limite. Elle ne peut bien sûr pas s'en servir pour se battre, mais il n'empêche que pour obtenir ce qu'elle désire, cela est très utile. Elle peut acheter ce qu'elle veut et qui elle souhaite. Un avantage stratégique non négligeable, mais cela dépend de la personne qui se trouve en face, car certains choses ou certains individus ne sont pas à vendre à ce qu'il parait.
- La luxure en flacon
Il ne s'agit pas d'un pouvoir de manipulation de l'esprit mais bien d'un parfum, une huile pour être exacte. Une fois le matin et une fois le soir, la jeune femme étale sur sa peau cette huile dont elle a elle-même trouvé la recette, une huile qui attire, éveille la libido de façon exponentielle au temps que vous passez à ses côtés, à la distance à laquelle vous vous trouvez de son corps, en plus de faire briller sa peau. Le seul moyen de s'en prémunir est de se boucher le nez, tout simplement. Seulement, imaginez qu'un jour la jeune femme renverse son huile au beau milieu d'une réception... Oups.

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Le poison des merveilles
Elle est immunisée depuis longtemps à celui-ci, à croire que toutes les femmes Taiji se plaisent à un moment de leur vie à ingurgiter quotidiennement du poison à des doses de plus en plus élevées. Quoi qu'il en soit, ce poison est transparent et semble provenir de ses ongles. Elle peut donc l'administrer à sa victime en la griffant ou en déversant le liquide dans sa boisson ou sa nourriture... ou directement dans sa bouche, tout dépend du contexte. Quoi qu'il en soit, il n'est pas mortel comme on pourrait le penser, juste très désagréable car il s'agit en réalité d'un aphrodisiaque poussé à l'extrême. Le corps de la victime subira alors les effets dus au désir mais durant une durée très très longues, le merveilleux devenant une torture extrême, aussi bien mentalement que physiquement. L'antidote? Oh souvent elle le garde sur elle... je vous laisse deviner où. Cela dit, à dose minime, l'effet reste juste celui d'un aphrodisiaque.

Gain de niveau 4
- Points de spécialité

Gain de niveau 5
- Points de spécialité

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
-  La Sagesse selon Jane Eyre, pouvoir permettant d'entrer dans les livres de conte sans que ses actions ne modifient le cours de l'histoire. C'est-à-dire que peu importe ce que vous ferez, le conte ne tiendra pas compte de vos actes et les autres personnages ne vous verront pas vraiment, ils oublieront votre présence après votre passage. Ce pouvoir permet aux individus de trouver le membre du groupe Loki qui se cache dans le conte mais pas de le neutraliser.
- Vision des Esprits
- Communiquer avec les Esprits
- Transformation en Esprit
- Immunité au poison
- Contrôle du métal
- Métamorphose en Poule
- Création de feu
- Téléportation
- Contrôle de la peur
- Hypnose
- Vision du destin : Voir si le Destin d'une personne admirée sera grand ou non.
- Mémorisation ultime
- Contrôle des illusions
- Superforce

ARMES
- Un éventail à lames

ARTEFACTS
- Une pièce étrange sur laquelle semble figurer une méduse.
- La cape de la pyramide : Vieux morceau du tissu coupé dans la toile d’un nomade, mort dans la pyramide, la cape permet de résister aux températures extrêmes, qu’elles soient ardentes ou glaciales.
- La coupe maudite : Cette coupe donne à son propriétaire le pouvoir de présage funeste. Il pourra en la touchant voir les éléments passés douloureux des personnes qu'il croisera, de même que les épreuves à venir.
- La dague du temps : Permet de remonter le temps pour une minute.

~ Événements

POUVOIRS
- Le coup à boire : Fréquemment, le personnage se voit offrir une boisson dans les tavernes qu'il fréquente pour la première fois.

ARMES
- X

ARTEFACTS
- La calculatrice : Il s'agit d'une boule de cristal qui permet à son possesseur de savoir combien de personnes se trouvent dans un endroit donné.

~ Intrigues
- Le souffle de l’Autre : Les Démons ont acquis un familier parasite qu’ils peuvent placer auprès de la personne qu’ils souhaitent. Invisibles pour les autres races (à l’exception des Ombres et des Rehlas), le familier commence son œuvre auprès de sa cible sans se faire repérer et totalement dépendant d’elle. Il s’immiscera petit à petit dans ses pensées, provoquant chez elle une peur qui s’accentuera et dont il se nourrira progressivement, devenant de plus en plus fort. Cette énergie acquise affaiblira la cible qui sera de plus en plus fatiguée, malade et perturbée, et nourrira le familier qui commencera à faire le mal autour de lui de manière autonome. De nombreux écrits existent sur ces êtres et, d’après eux, il n’existe qu’un moyen de se débarrasser d’eux : se plonger dans l’eau du fleuve des morts de l’Enfer, avec tous les risques que cela comporte. Une fois anéanti, le familier se réincarnera et se tournera de nouveau vers son maître dans un temps plus ou moins long en fonction de la puissance du Démon.

~ Temple de Rhéa Latia
- Une cape d'invisibilité
- Une chevalière surmontée d'un rubis
- Des bottes d'assassin qui vous permettent de marcher sans le moindre bruit
- Un talisman qui peut contenir tous vos biens et les faire apparaître dans vos mains.

~ Formes de magie
- La Magie des Ténèbres
- La Magie Pourpre

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- Popularité nationale || Démons
- Popularité mondiale || A été reine du mal.
- Exploitation de drogues
- Exploitation d'organes
- Exploitation d’œufs d'animaux ailés

~ Autres
- L'arc du destin : il s'agit d'une arme : un arc et un carquois qui renferme douze flèches. Lorsque vous visez quelqu'un, vous devez songer au sentiment que vous voulez inspirez et décochez la flèche qui se plantera comme n'importe quelle flèche dans la personne. Le sentiment perdurera aussi longtemps que la blessure. Attention à ne pas vous éparpillez quand vous songez au sentiment et à ne pas tuer la personne sur le coup.
- Un fouet rouge ornemental à mettre dans votre salon
- L'Insigne : Il s'agit d'un ornement en or possédant un rubis en son centre. En le portant au cours d'une soirée, vous serez impressionnant au regard de ceux pour qui se porte votre intérêt - homme ou femme, selon votre orientation - et qui seront plus enclin à être séduit par votre personne.
- Bæliz : Il s'agit d'une broche en cercle qu'une flèche fend en deux. Typiquement déchue, elle permet aux célibataires de se reconnaître entre eux. Grâce à elle, vous attirerez plus d'individus, des individus susceptibles de vous donner des informations ou de vous rendre quelques petits services en échange d'une nuit ou d'un dîner avec vous.
- Ensemble Chamanique : un remerciement pour la participation, qui contient une couverture en fourrure, deux pots de pigments noir et blanc, un pinceau pour peindre, une poignée d'herbe à pipe et la pipe en bois pour fumer avec.
- L’éternité du Phoenix
- Les anneaux : Les anneaux lieront deux êtres entre eux, leur faisant partager leurs pensées, leurs désirs, leurs besoins mais aussi leurs faiblesses et leurs craintes. Celui qui possède les deux anneaux au début peut mettre un terme à l'union quand il le désire, à l'inverse de celui qui se l'est vu passé au doigt. Aussi, au fur et à mesure que le temps s'écoule, l'anneau créera l'amour, le besoin d'être avec l'autre et un désir sincère quand cela est possible.
- La patrie avant tout : les gains de votre personnage sont doublés lorsqu'il fait une quête avec un membre de sa race | Valable jusqu'à Noël 2019.
- L'étoile : Une fois par jour, le personnage peut faire un petit vœu. Les effets disparaîtront à la fin de la journée.
- Sans alcool la fête est plus folle : Ce pouvoir permet au personnage d'alcooliser n'importe quelle boisson normalement sans alcool, sans en modifier le goût.
- La branche de gui : Si vous accrochez la branche de gui quelque part, cela donnera envie aux personnes qui s'en approchent de s'embrasser, et plus si affinité.
- La famille : Il s'agit d'un bout de parchemin sur lequel est écrit une formule magique particulièrement longue. A chaque fois que le personnage la lit jusqu'au bout, un individu apparaît, convaincu d'être un membre de la famille de celui-ci et ayant connaissance de choses que seul, effectivement, un membre de ladite famille pourrait connaître. Frère, sœur, cousin éloigné, grand-père, toutes les places non déjà prises sont pourvues au fur et à mesure.
- La boule à neige : Il s'agit d'une boule à neige à l'intérieur de laquelle est représenté un personnage. Lorsque celui-ci l'agite, il entre en communication directe avec la personne représentée. Les deux peuvent se voir et s'entendre par l'intermédiaire de la boule. | Vous devez choisir qui est l'heureux élu ^^
- La boite magique : Il s'agit d'une boite qui a la capacité d'aider le personnage au quotidien en faisant apparaître un objet non magique par jour qui disparait le soir même.
- Échange de corps : Ce pouvoir permet à votre personnage de transférer son Esprit dans le corps de quelqu'un d'autre qui prendra aussi sa place dans son propre corps ; S'il n'appartient pas à l'une des races comprenant le cycle, il ne peut comprendre le processus. Lorsque cela se produit, un bonnet rouge à pompon blanc apparait sur le sommet de la tête des deux personnes. Quand elles l'enlèvent, le charme se brise.
- Création de la neige
- Le mariage blanc : Une tribu méconnue a décidé que vous étiez à présent l'un des leurs. Elle vous a également marié avec une personne X, répondant aux vœux d'un Dieu inconnu prénommé Amshloumkarhya. L'union est célébrée fréquemment et est très lucrative. Les instructions vous sont transmises par courrier. Vous devez être ensemble et faire ce que l'on vous dit. A la fin du rituel, des cadeaux et des vivres de qualité apparaissent et les quelques jours suivants sont remplis d'agréables surprises et d'une chance non négligeable. De petits hommes habillés de rouge et de vert apparaissent également pour vous aider et célébrer le couple.
- L'invocation sous le sapin : Chaque fois que votre personnage se trouve en présence d'un sapin, il lui suffit de penser très fort à une personne pour que celle-ci se fasse téléporter devant lui.
- Douce nuit : Afin de rendre votre personnage heureux, ce pouvoir lui permet de rêver de ce dont il a envie. Ainsi, il passera une bonne nuit.
- Le chocolat chaud : ce pouvoir permet à son détenteur de faire apparaître une tasse de chocolat chaud qui soignera ses plaies superficielles ainsi que les morsures du froid.
- Contrôle du tissu
- La bûche : Il s'agit d'une petite bûche de bois pouvant être facilement transportée dans un sac et qui s'embrase pour donner un feu de camp une fois posée au sol. La durée et la taille dépendent exclusivement de la magie du possesseur.
- Bûcher | Il s’agit d’un fouet. Il est très long, avec une pointe en métal au bout de la lanière. Il est aussi imprégné de magie : il et capable de s’enflammer. De grandes flammes lèchent le cuir de la lanière, ardentes et incandescentes. Elles sont particulièrement vive et il est très facile de provoquer un incendie, avec Bûcher. Un incendie incontrôlable, qui sera difficilement contenu. Il faut faire preuve d’une persévérance louable pour venir à bout du feu de Bûcher. Ce n’est pas un feu ordinaire. Il semble presque … Vivant. Comme doté d’une conscience propre. Par ailleurs, il ne répond pas aux commandes élémentaires, pas même aux Lyrienns. Et n’est-ce pas un regard mauvais et une gueule béante, que l’on voit là bas … ? Mais ce n’est pas sous cette forme que l’arme est la plus vicieuse. C’est quand les flammes sont absentes … Car Bûcher est alors d’une température incroyable. Comme des braises. Et cette chaleur étouffante n’est pas normale. Les blessures infligées par le fouet, dans ce cas, sont permanentes et la douleur ne s’en va jamais.

Particularité : Troisième à l'épreuve d'intelligence lors de la Coupe des Nations de l'Ère du Chaos du Cristal pour le compte des Démons. Reine du Mal durant l'Ère de Yin et du Yang.

Role Play :
Le poison. Comment savoir au juste quelle sera sa prochaine position ? Dans le verre que vous tend en souriant votre ami de toujours ? Dans la bouche d'une femme que vous vous apprêtez à embrasser ? Le poison et ses multiples possibilités, ses coups bas et ses faux semblants. Ce jus de fraise vous tente-t-il par sa sublime couleur, par son odeur exquise ? Oui, prenez-le, savourez le et mourrez de votre bêtise. Aria est un poison, un poison merveilleux, un poison insaisissable car, justement, c'est une fois que vous pensez l'avoir trouvé, l'avoir en votre possession qu'elle vous prouve d'un sourire malicieux et cruel ô combien vous aviez tort. Et lorsque ce sourire apparaît, il est déjà trop tard. Mais comment savoir au juste à qui vous avez à faire lorsque vous voyez cette femme sublime aux longs cheveux rouges, des cheveux qui exciteraient le premier vampire venu ? Le rouge sang, quelle belle couleur n'est ce pas ? C'est sans doute cette même couleur fétiche, déclinable en de multiples teintes, qui lui a valu d'être transformée en buveur de sang à une époque où vous n'existiez probablement pas. Ce poison est né Déchu, paraît-il, mais la vérité est toute autre car celle qui fut jadis la reine absolue du mal est en réalité née Démone. Mais peu importe, personne ne le sait, du moins, personne qui foulerait encore ces terres. Il faut croire que ses confidents se faisaient rares ou avaient la fâcheuse tendance à disparaître de façon inexpliquée. Mais comment faire face à une femme qui, d'un revers de main, peut mettre un village entier à feu et à sang ? Une puissance exceptionnelle fut celle d'Aria, une puissance irrésistible à laquelle les hypocrites et autres profiteurs ne goûtèrent qu'amèrement. Car, à cette époque, et encore aujourd'hui, la Dame Rouge apprécie les individus ayant du cran, ceux qui la regardent comme si elle était tout à fait normale, comme si elle n'avait pas le pouvoir de faire cesser leur vie d'un clin d’œil. Enfin, aujourd'hui, sa puissance n'a rien à voir avec celle d'antan et ne pourra sans doute jamais être égalée, par personne. Mais, quoi qu'il en soit, la regarder fixement dans les yeux peut s'avérer être une dangereuse entreprise. Un regard, un simple regard, oui, ce regard est facile à effectuer mais serez-vous à la hauteur de ce regard ? Car la provoquer semble aisé, mais survivre à cette provocation l'est beaucoup moins. Vous ne pouvez savoir dans quoi vous avez mis les pieds. Peut-être dans une béatitude absolue, ou, au contraire, la souffrance la plus aigüe ? Mais, ne dit-on pas que la frontière entre les deux est très mince ? Aria obtient toujours ce qu'elle veut, d'une manière ou d'une autre et c'est souvent lorsque vous avez l'impression d'avoir remporté la bataille qu'elle jubile loin de vous de votre défaite, une défaite que vous n'arriverez sans doute jamais à saisir car vous vous êtes trompés dès le début sur ses prétentions et volontés. Cette femme dissimule, manipule, sourit lorsqu'elle est contrariée et peut même pleurer alors qu'elle sait parfaitement être sur le point de gagner. Ne croyez jamais un seul instant ce qu'elle peut dire, ne croyez jamais un seul instant deviner le pourquoi d'un de ses agissements, vous ne feriez que vous perdre. Croyez-le ou non, la première des Taiji a légué beaucoup de ses facultés à toutes ses descendantes, qu'elles soient bonnes ou mauvaises d'ailleurs. Quelle importance après tout ? La faculté de provoquer des réactions futures d'une simple remarque par une insinuation, un commentaire voilé ou une simple mimique... Cela fait rêver n'est-ce pas ? Et c'est ce dont elle est capable. Savoir à l'avance les réactions de la foule, connaître l'esprit, le cerveau humain. On l'a déjà cru schizophrène, bipolaire ou alcoolique, mais il n'en est rien. Lorsque vous êtes devant elle, il ne faut jamais oublier qui elle est, cet oubli que les générations présentes payent amèrement, trop peu renseignées sur l'histoire du monde. Car, Aria est la femme qui a déjoué la mort, qui a manigancé son suicide et qui a réussi à soumettre le monde à sa volonté dans un futur qui ne se réalisera jamais. A-t-elle échoué ? Non, je ne crois pas. Peut-être a-t-elle voulu montrer à l'humanité de quoi elle était capable si elle en avait envi. Son monde est un jeu d'échec duquel elle détient toutes les pièces maîtresses, capable de les faire avancer d'un même mouvement. Alors la question est : qui est son adversaire au juste ? Oh, je vous laisse deviner car, après tout, qui serait à la hauteur de cette femme ? Est-ce les Dieux ? Est-ce les Maîtres du Temps ? Ou un tout autre individu ? Qui sait ? Qui pourrait se battre entre mensonge et subtilité ? Qui pourrait se battre entre haine et amour ? Qui serait à la hauteur de renverser l'échec et mat ? Car oui, les échecs entre les mains d'Aria prennent une tournure bien plus complexe que le vrai jeu. L'on pourrait dire que tous les coups sont permis et que le Roi comme la Reine ont plusieurs cartes dissimulées habilement. L'échec et mat ? Pour les simplistes, car le Roi peut disparaître dans un tourbillon de roses et la Reine peut ne laisser derrière elle que des habits calcinés. Disparaître, réapparaître, jouer avec le temps, jouer contre le temps, admirer le soleil s'écraser dans la mer, admirer le soleil brûler l'océan, tout ceci n'a aucune fin, peut-être n'est ce que le début ? Aria aime gravir les hauteurs, admirant le monde de celles-ci comme si ce dernier lui appartenait. Peut-être est-ce vrai après tout ? Le mystère de la naissance de cette femme et de sa sœur sont impénétrables, interprétés maintes fois sans que jamais une réponse connaisse plénitude. Comment savoir ce que personne n'a jamais décelé en des millénaires ? Aria est un poison, un poison qui commence à vous hanter dès le premier regard. Ses jeux sont multiples. Elle peut aussi bien être la femme que vous surprenez en train de se baigner nue dans un lac, la Dame qui vous enfoncera son épée dans le cœur en vous regardant fixement mourir, la Reine tant escomptée et tant détestée. Jalousée, enviée, haïe, aimée, désirée, ce poison possède mille visages mais une seule chose est certaine : c'est un poison mortel qui aime prendre son temps, dissimulée dans les ombres démoniaques ou éclairée par la plus pure des lumières. À la fin, vous périrez.



Kahel Ismérie Jun Taiji

Nom : Taiji
Prénoms : Kahel Ier ; Ismérie ; Jun
Sexe : Masculin
Âge apparent : Vingt ans
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Orisha
Métier : X

Niveau : I (Niveau I à partir de 4178 points)
Acquisition : Gains cumulatifs des votes sur top site

Armes :  
- Une épée
- Une arbalète

Spécialités :
- Agilité : 4
- Force : 4
- Charisme : 6
- Intelligence : 5
- Magie : 1

Pouvoirs :
- Saäba'Lohu
- Nesh'Baäsa
- Hanha'Thü
- Richesse à vie
- Éternité

Gain de niveau 2
- X

Gain de niveau 3
- X

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- Les portes : Il s'agit du pouvoir de se téléporter aux portes via un halo de lumière qui apparaîtra à la demande. Les portes ne sont pas toujours les mêmes, elles ne mènent pas toujours aux mêmes endroits non plus mais, en règle générale, elles envoient vers des lieux qui seront soit utiles à l'individu, soit dans lesquels une intrigue importante sur les Terres du Yin et du Yang sera en cours.

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie de Jade
- La Magie de l'Enclave

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- Un sac en forme de Töh Taureau sans fond.
- Une petite boite en bois, joliment ouvragée qui fournit un repas par jour.
- Le pouvoir de créer des confettis.
- Invocation d'un Wëltpuff pour faire des câlins
- Des pantoufles licornes qui ont le pouvoir de faire apparaître un masseur pour détendre son petit corps

Particularité : Fils d'Aria Mitsuko Taiji et de son mari, au nom toujours inconnu. Il a grandi particulièrement vite avant que sa croissance ne se stoppe.

Role-Play :
La Dame Rouge sourit, les yeux fixés sur les flammes qui dansaient à l’intérieur de la cheminée. « C’est fait ? ». « Précisément. ». Elle semblait étrangement apaisée. Plus tôt, elle avait dû se faire soigner. L’un de ces foutus emplumés avait réussi à la blesser. C’était superficiel mais il en fallait peu au sang pour s’écouler. « Et si vous me racontiez ? ». « Volontiers. ». Elle porta son verre de vin rouge à ses lèvres, satisfaite. Elle savait que Kahel allait lui manquer, d’un côté. De l’autre, ne plus avoir à supporter sa présence angélique lui ôtait une épine du pied. Le malaise qu’il créait chez elle avait cette touche d’indescriptible, comme si, peu importe leur puissance respective, les Ætheri refusaient de les laisser se côtoyer. Ils ne faisaient pourtant plus partie des Souverains de ce Monde. C’était comme si l’amertume avait trouvé sa place au milieu d’une douceur divine, ou que la douceur était née de l’amertume, au choix. « Je me suis donc rendue aux Jardins de Jhēn. La sécurité y est assurée mais… eh bien, je suis bien plus puissante que la plupart des Démons de l’Enfer. Je me suis déguisée afin de ne pas éveiller les soupçons. J’ai d’ailleurs discuté avec un jeune homme délicieux, un jeune homme que je rajouterais bien à ma collection. Il est faible mais avec un peu plus de puissance et de confiance en lui, je suis certaine qu’il deviendrait quelqu’un. ». « Je vous rappelle que je suis votre mari. » fit-il, amusé. Elle le regarda. « Attendez un peu avant de vous montrer désagréable. J’ai une nouvelle qui ne manquera pas de vous réjouir. ». Elle avait pris une décision. « Mais avant, laissez-moi terminer mon histoire. Donc je discutais avec ce jeune homme prometteur jusqu’à ce qu’il me pose la question de mon essence. Je n’ai pu lui mentir. La tentation de révéler mon petit côté vil fut bien trop grande. Je n’avais, de toute façon, pas l’intention de m’attarder au milieu de ces emplumés. Comme vous le savez, j’abhorre la situation actuelle et aimerais que les Anges retrouvent leur grandeur. Cela ne veut pas dire que leur compagnie me réjouit. Ils sont déplaisants. ». Elle sourit, ne pouvant s’empêcher de penser au plaisir qu’elle ressentait à chaque fois qu’elle en faisait tomber un dans la décadence. Néanmoins, actuellement, se battre contre eux revenait à commencer un duel avec un tétraplégique. Une victoire assurée n’était jamais une victoire plaisante. Elle trouvait tout ceci fort regrettable. Elle aimait le défi. « Pour finir, j’ai fait entrer Kahel en jeu après avoir murmuré à mon interlocuteur qu’il n’avait rien à craindre de moi, que j’étais ici pour améliorer leur situation et que s’il voulait discuter – lui ou un autre Ange – j’étais particulièrement favorable à la chose, en d’autres circonstances et sur un territoire neutre. Forcément, vu l’état de l’ancien Roi, j’étais la coupable idéale. Certains ont cherché à m’atteindre. J’ai fui par le portail. ». « Vous avez… fui. » répéta-t-il, moqueur. Elle ne releva pas, se contentant d’une réponse qui faisait sens. « Vous auriez été veuf, sinon. ». Elle rajouta, doucement : « Je suis vieille, mon cher. J’ai appris qu’une fierté mal placée peut faire plus de ravage qu’un égo brisé. ». « Ce qui est certain c’est que les Anges vont avoir de quoi discuter pendant plusieurs lunes avec votre comportement d’aujourd’hui. ». Il sourit. « Alors ? Que vouliez-vous me dire ? ». Elle laissa le silence se répercuter contre les murs de la demeure avant de daigner répondre. « Je suis d’accord pour vous accorder un enfant, à quelques conditions. ». Son sourire s’agrandit. « Vous en avez enfin marre d’essayer de m’éliminer, en vain ? ». « Y a de cela mais, plus que d’une lassitude en ce qui vous concerne, j’aimerais transmettre mon savoir à un descendant direct qui contribuera à faire fructifier ce que j’ai construit jusqu’ici et ce que je construirai bientôt. ». « Quelles sont vos conditions ? ». « Tout d’abord, je veux que ce soit un garçon. Rompre avec la tradition de ma lignée me semble une idée judicieuse. Je veux qu’il ne puisse, à son tour, donner naissance qu’à des mâles, afin de bien différencier les deux branches partant de ma personne. ». « Je trouverais un moyen. ». « Ensuite, je ne désire pas m’encombrer d’un nourrisson. Je veux qu’il soit rapidement capable d’apprendre et de me suivre. ». « Une croissance accélérée, donc. ». « Je ne veux pas d’un Démon. Je veux un fils capable de se trouver entre les camps, entre le Bien et le Mal. Je n’aime pas les manichéens. ». « Bien. ». « Je ne souhaite pas qu’il ait de facilités. Je veux qu’il apprenne, comme tout le monde, qu’il soit faible au commencement de son existence et que le travail seul lui donne les capacités de réaliser ses objectifs. Je souhaite également choisir moi-même ses prénoms. ». « Autre chose ? ». « Je ne veux pas qu’il soit roux. ». « Important, en effet. » plaisanta-t-il. « Mais d’accord. J’exaucerai tous vos désirs puisque vous avez décidé de réaliser le mien. ». Il s’approcha. « Je vais chercher des solutions et lorsque je reviendrais, nous pourrons… mettre les choses en pratique. ». Il rit, espiègle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34795-jun-taiji#679068
Jun Taiji
✞ Æther de la Mort ✞

✞ Æther de la Mort ✞
◈ Parchemins usagés : 4335
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2012

Caractéristiques
◤ ◤:
◤ ◤:
Jun Taiji
MessageSujet: Re: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | EmptyDim 11 Nov 2018, 14:49

Alaster Dah Numen

Nom : Dah Numen | Von Dreth
Prénom : Alaster
Titres : Le Berger ; Le Dormeur du Cœur Vert
Sexe : Masculin
Âge : Trente ans d'apparence
Ère de naissance : Première partie de l'Ère de la renaissance du Dieu Roi
Parents : Eerah Von Dreth et Hélène Dah Numen
Orine : Grace [Belle]
Race : Déchu
Péché : Paresse
Métier : Barbier | Rang I
Activités : Il tient la ferme Dah Numen et élève des Weltpüffs. Il contribue à l'économie de sa race en tant que Prœliant.
Coupe des Nations : Deuxième à l'épreuve d'agilité lors de l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, partie deux, et troisième à l'épreuve d'intelligence lors de l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, partie trois, le tout pour les Déchus.

Niveau : IV (Niveau I à partir de 3848 points)
Acquisition : Personnage passé en compagnon

Armes :  
- Une épée
- Un bâton

Spécialités :
- Agilité : 12
- Force : 16
- Charisme : 16
- Intelligence : 19
- Magie : 12

Pouvoirs :
- La peau des Grigori
- Le Souffle du Nephilim
- Les Artifices de Lucifer
- Guérir les blessures
- Dresseur de moutons : Permet de se faire obéir des Wëltpuffs (Ce sont de grands moutons qui pâturent sur le bord du plateau dominant le Coeur Verts).

Gain de niveau 2
- Mémoire des rêves : Ce pouvoir permet à Alaster d'avoir un compte rendu de ce qu'il s'est passé durant son sommeil dès qu'il se réveille.

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- Points de spécialité

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- Contrôle de la terre

ARMES
- Un corsèque

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- Les portes : Il s'agit du pouvoir de se téléporter aux portes via un halo de lumière qui apparaîtra à la demande. Les portes ne sont pas toujours les mêmes, elles ne mènent pas toujours aux mêmes endroits non plus mais, en règle générale, elles envoient vers des lieux qui seront soit utiles à l'individu, soit dans lesquels une intrigue importante sur les Terres du Yin et du Yang sera en cours.

ARMES
- X

ARTEFACTS
- Un Havresac de la Forêt aux Mille Clochettes : C'est un sac de voyage enchanté ; il se porte en bandoulière, et possède deux particularités importantes : Il est extrêmement léger, peu importe ce que vous mettrez dedans, et il est sans fond, aussi vous pourrez y entasser vos babioles pendant une vie entière. Il sera peut-être plus compliqué de les retrouver après...

~ Intrigues
-  Cœur de Mouton Noir :  Grâce à cette magie, quelqu'un qui côtoiera un Déchu de près sera plus enclin à se laisser aller, à briser les tabous et à outrepasser les lois. L'activation ou non de cette capacité est à la discrétion du Déchu concerné, et doit évidemment rester dans la mesure du raisonnable. Bien que les cibles du sort soient généralement plus sensibles à cet esprit contestataire, il est impossible de forcer qui que ce soit à aller à l'encontre de sa volonté

~ Formes de magie
- La Magie de Jade
- La Magie Pourpre

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- Humaine [acquise]

~ Patrimoine et réputation
- Richesse à vie
- Part de l'exploitation Déchue de fromage de Wëltpuffs
- Popularité mondiale (x2)
- Popularité nationale [Magicien]
- Trente PNJ soldats
- Une carte cadeau à vie venant d'une entreprise de tourisme : vous pourrez ainsi voyager, avec un guide ou non, totalement gratuitement peu importe votre condition, dans les plus beaux endroits, avec votre moitié et avoir accès à tous les hôtels luxueux et autres avantages.
- Part de l'exploitation de sapin

~ Autres
- Influence de la libido : Pas besoin de vous expliquer ce don. Même pas besoin de chocolat pour vous !
- Visualisation des rêves : Permet à Alaster de voir les rêves des personnes qui sont en train de dormir ou ceux qu'elles ont fait la veille si elles sont réveillées.
- La clef qui n’ouvrait aucune porte : Il ne s’agit, de prime abord, que d’une petite clef qui se porte en pendentif, une clef qui ne semble pouvoir ouvrir aucune porte. En réalité, elle pourrait presque toutes les ouvrir, quoi que d’une façon un peu différente. Véritable arme, la clef peut devenir immense, et lourde, ainsi que tranchante et aiguisée. Elle est une arme insoupçonnée qui se cache facilement.
- Vin chaud ; La boîte de chocolats d'Asmodée ; Le chapeau rouge ; Le cheval Gaspard ; Une épée et une armure en cuir fabriquées par Melchior ; L'aide de Balthazar ; La boule de neige de Rufin ; Le chalet (Megaera) ; La bonne étoile (Callidora) ; Le baiser sous le gui (Séléna ou Rosée - Calypso, Thalie, Pearl) ; La demi-relique (Samaël) ; Le jouet bavard (Violette) ; Le coffret chocolaté (?) ; La maisons de poupées ; Le champagne traître ; Le savon magique ; La tente de luxe ; Le conte du sapin () ; La clochette ( - Éclair) ; Illuminer le monde (Eva ; Aaliah) ; Le bonheur (Iseult) ;
- Un pull tricoté avec un dessin d'animal qui permet d'en invoquer un à tout moment si le porteur le souhaite [renne]
- Une dinde qui pond des œufs soit en or, soit en chocolat, finement emballés.
- L'étoile : Une fois par jour, le personnage peut faire un petit vœu. Les effets disparaîtront à la fin de la journée.
- La branche de gui : Si vous accrochez la branche de gui quelque part, cela donnera envie aux personnes qui s'en approchent de s'embrasser, et plus si affinité.
- La famille : Il s'agit d'un bout de parchemin sur lequel est écrit une formule magique particulièrement longue. A chaque fois que le personnage la lit jusqu'au bout, un individu apparaît, convaincu d'être un membre de la famille de celui-ci et ayant connaissance de choses que seul, effectivement, un membre de ladite famille pourrait connaître. Frère, sœur, cousin éloigné, grand-père, toutes les places non déjà prises sont pourvues au fur et à mesure.
- Échange de corps : Ce pouvoir permet à votre personnage de transférer son Esprit dans le corps de quelqu'un d'autre qui prendra aussi sa place dans son propre corps ; S'il n'appartient pas à l'une des races comprenant le cycle, il ne peut comprendre le processus. Lorsque cela se produit, un bonnet rouge à pompon blanc apparait sur le sommet de la tête des deux personnes. Quand elles l'enlèvent, le charme se brise.
- Création de la neige
- Le mariage blanc : Une tribu méconnue a décidé que vous étiez à présent l'un des leurs. Elle vous a également marié avec une personne X, répondant aux vœux d'un Dieu inconnu prénommé Amshloumkarhya. L'union est célébrée fréquemment et est très lucrative. Les instructions vous sont transmises par courrier. Vous devez être ensemble et faire ce que l'on vous dit. A la fin du rituel, des cadeaux et des vivres de qualité apparaissent et les quelques jours suivants sont remplis d'agréables surprises et d'une chance non négligeable. De petits hommes habillés de rouge et de vert apparaissent également pour vous aider et célébrer le couple.
- L'invocation sous le sapin : Chaque fois que votre personnage se trouve en présence d'un sapin, il lui suffit de penser très fort à une personne pour que celle-ci se fasse téléporter devant lui.
- Douce nuit : Afin de rendre votre personnage heureux, ce pouvoir lui permet de rêver de ce dont il a envie. Ainsi, il passera une bonne nuit.
- Le chocolat chaud : ce pouvoir permet à son détenteur de faire apparaître une tasse de chocolat chaud qui soignera ses plaies superficielles ainsi que les morsures du froid.
- Contrôle du tissu
- La bûche : Il s'agit d'une petite bûche de bois pouvant être facilement transportée dans un sac et qui s'embrase pour donner un feu de camp une fois posée au sol. La durée et la taille dépendent exclusivement de la magie du possesseur.

Role Play : color=red]« Anya ! Il faut que je te parle. »[/color] murmura Hélène. La Déchue avait quelque chose d'important à révéler à sa sœur et elle était sûre que cette dernière garderait le secret. Les deux sœurs se faisaient une confiance aveugle depuis des siècles et aucune d'elles n'avait trahi l'autre, que cela soit pour des broutilles ou des choses plus importantes, voire dangereuses. « C'est au sujet de mon bébé. ». Les deux femmes disparurent dans une pièce à l'écart. Elles n'avaient pas besoin de parler pour se comprendre, communiquant toutes deux depuis longtemps par télépathie. « Il n'est pas de mon mari. J'ai... ». L'orgueil qui la caractérisait avait été trop fort. « J'ai réussi à séduire l'un des vainqueurs de la coupe des nations et puis, pas n'importe lequel... un Déchu. ». C'était une petite victoire puisque les gagnants de ce genre d'événements étaient par la suite célèbres. Elle attendait un enfant de cet homme, elle en était certaine car, grâce aux talents du docteur qui suivait sa grossesse, elle avait pu savoir exactement le moment de sa conception. Anya fixa sa sœur avant de la traiter d'un nom d'oiseau, puis, elle embraya : « Tu ne perds rien pour attendre ! Je vais également séduire un homme important. ». « Ton mari l'est déjà bien assez. ». « Tu parles, depuis qu'il est invalide, plus le temps passe, plus il grossit. Il n'est plus l'homme que j'ai connu et il n'y a rien de glorieux à se tenir à côté d'un guerrier poussiéreux incapable de combattre. Je vaux mieux que cela. ».

Ainsi était donc la famille Dah Numen, composée exclusivement de guerriers, certains ayant été célèbres fut un temps comme le nom en témoignait. Les femmes, elles, tissaient la laine de Wëltpuffs de génération en génération. Le troupeau revenait toujours au plus jeune enfant de la dernière génération et il se trouvait qu'à la mort de son oncle, Alaster avait été désigné comme tel officiellement. Tout le monde s'en doutait en réalité le jour de sa naissance car des trois sœurs, l'une était veuve, l'autre possédait un mari qui la répugnait à présent tant son orgueil était grand et il y avait sa mère, la dernière à enfanter pour la deuxième fois. Malheureusement, Alaster ne connut jamais sa sœur, tuée avant sa naissance lors d'une période de troubles. C'était ainsi et la famille Dah Numen avait l'habitude de porter son deuil, surtout celui des hommes. Il y avait donc plus de femmes encore en vie que d'hommes, la plupart trouvant la mort sur les champs de bataille. Enfant, Alaster fut directement repéré comme un Déchu de la Paresse. Ce n'était pas une honte mais une difficulté de plus à surmonter car il était destiné à exercer la double fonction : celle de guerrier et celle d'éleveur de Wëltpuffs. Dans son enfance, il accompagna souvent son oncle, Albert, au plateau vert afin de garder les Wëltpuffs. Dans la famille, il était coutume de laisser les enfants se développer comme ils le voulaient jusqu'à leur onze ans, âge auquel ils étaient envoyés à Basphel. Alaster n'échappa pas à la règle, intégrant l'étain. Il réussit ses études grâces à certaines méthodes employées par les professeurs afin de rendre les cours et les exercices ludiques, ainsi que grâce à un traitement magique soutenu, lui permettant d'échapper pendant certaines périodes aux conséquences de son péché et ce malgré la gêne occasionnée par son absence.

Quand il revint de Basphel, son oncle était mort et il dut lui succéder en tant que berger. Jeune homme, il passa des années à ne s'occuper que des Wëltpuffs et à continuer à s'instruire, même si, sans le remède, il s'avérait beaucoup moins efficace, sa mémoire et sa volonté lui jouant des tours. Puis, plusieurs années plus tard, il intégra la garde où il devint un élément assez médiocre à cause de sa passivité extrême. Les rares cas où l'homme parla de ses ambitions à sa mère, en particulier celle de s'élever en tant que Vincide afin de rencontrer et de servir le roi, celle-ci s'y opposa fermement. Pourtant Déchue d'orgueil, elle aurait dû désirer la réussite de son fils afin de pouvoir briller à ses côtés, mais quelque chose de bien plus secret retenait ses ardeurs. Aussi, Alaster cessa tout simplement de lui en parler, préférant garder pour lui ses rêves.

Dans sa vie il connut quelques femmes mais elles ne restèrent pas longtemps à ses côtés car, qui voudraient comme compagnon un Déchu de la paresse ? Par flemme de s'occuper d'elles, de leurs prouver son affection, elles finirent toutes par le quitter. Aussi, lors d'un jour de pluie, une créature étrange lui apparut : un Töh Taureau. Il fixa la créature, incrédule, jusqu'à ce qu'une autre sorte de derrière le dos de la première, plus petite. Le lien se créa à ce moment là. Le Déchu ne s'en rappelle que comme une sorte de rêve mais il sait depuis ce jour là que la plus grande d'entre les deux bestioles voulaient que la plus petite se joigne à lui. Il ne chercha pas à trouver une explication. En revanche, il essaya de savoir si la créature était de sexe masculin ou féminin, sans succès. Il l'appela donc Rutherford, Töh Taureau qui se plût particulièrement auprès des Wëltpuffs sur le plateau, particulièrement friand de la végétation de l'endroit. Ainsi donc la vie d'Alaster se déroula, sans événements particuliers, juste comme une éternelle ritournelle, parfois ponctuée de hauts et de bas mais rien qui auraient pu changer en profondeur son existence.

~

Alaster fixait la ferme dans laquelle il avait grandi. Une foule se pressait ici et là à la recherche d’un des producteurs. Plusieurs fois, ces dernières années, on lui avait dit ces mots « Esra serait fière de toi. ». Les souvenirs douloureux de la vieille Déchue qui était morte quelques Ères auparavant le hantaient toujours. Alors qu’il cherchait des yeux une personne en particulier, une bourrasque de vent vint décoiffer ses cheveux noirs. Il sourit alors qu’un frisson agréable s’invitait au creux de son dos. Il avait réussi, au fil des ans, à rendre la ferme particulièrement attirante. Connue aux alentours et sans doute plus encore, les produits qu’elle proposait étaient connus de tous pour leur qualité et leurs vertus. La Paresse ne le touchait plus, du moins, plus comme avant. Il pouvait s’en servir, chose qu’il n’aurait jamais pensé possible jadis. Au grand damne de Sebastian, il avait quitté l’armée pour se concentrer sur des projets plus personnels, jouant un rôle, à son niveau, dans l’économie de la race. Il souhaitait continuer dans cette voie, l’étoffer davantage car les relations d’affaire le passionnaient. Il voulait devenir le meilleur dans son domaine, le Déchu par excellence à qui s’adresser. En réalité, il n’oubliait pas son rêve : celui de devenir Vincide. À présent que son péché n’était plus une entrave, il comptait bien se donner les moyens de ses prétentions. Demain, il serait aux côtés du Dædalus et veillerait sur les intérêts des siens avec ce dernier. Il en était convaincu. Il devait aussi penser à assurer l’avenir de la ferme et de l’élevage, même s’il retardait son mariage par simple esprit de contradiction. En effet, sa mère souhaitait lui trouver une femme. Seulement, aucune n’était assez bien pour son fils à ses yeux, en bonne orgueilleuse qu’elle était. Alors, à chaque fois qu’elle abordait le sujet, il faisait mine de s’endormir.



Liliana Von Dreth

Nom : Von Dreth
Prénom : Liliana
Surnom : Lili ou Ana
Sexe : Féminin
Âge apparent : La vingtaine
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Déchu
Péché : L'Envie
Métier : X

Niveau : I (Niveau I à partir de 4176 points)
Acquisition : Loterie famille 2019

Armes :  
- Une dague
- Une épée

Spécialités :
- Agilité : 4
- Force : 4
- Charisme : 2
- Intelligence : 5 + 2 = 7
- Magie : 5

Pouvoirs :
- La Peau des Grigori
- Le Souffle du Nephilim
- Les Artifices de Lucifer
- Création de métal
- Télékinésie

Gain de niveau 2
- X

Gain de niveau 3
- X

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie de Jade
- La Magie Pourpre

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- X

Particularité : Petite fille d'Eerah Von Dreth.

Physionomie : Liliana est une Déchue plutôt grande. Elle possède un corps svelte, comportant très peu de formes, un corps qu’elle aimerait sans doute si elle ne passait pas sa vie à penser que la physionomie des autres est bien plus attractive que la sienne. Si elle était seule et entièrement seule, elle s’apprécierait peut-être. Du moins, elle apprécierait sa chevelure, épaisse et bouclée, d’un roux discret et voluptueux ; cette même chevelure particulièrement douce. Seulement, elle trouve les cheveux des autres bien plus éclatants. Le bleu de ses yeux est, de la même manière, bien fade pour elle, par rapport à la couleur de ceux d’autrui. Liliana essaye néanmoins de bien faire, de s’améliorer, de se magnifier, pour, un jour, être la plus belle, la plus charmante, juste « la plus ». Elle n’est donc pas négligée, même quand la dépression la gagne. Ses vêtements sont le plus souvent amples, serrés à la taille par de larges ceintures. Elle aime les bijoux dorés et il n’est pas rare de la voir en porter, que cela soit à ses oreilles, dans ses cheveux, à son cou ou à ses chevilles.

Psychologie : Liliana est une envieuse et, par conséquent, a tendance à désirer ce qui n’est pas à elle et ce qui est possédé par autrui. Dans ces bons jours, son péché peut être une force, la poussant à aller de l’avant, mais dans ses mauvais jours, il est un véritable poison. Il n’est donc pas rare de la voir déprimer, se morigénant elle-même sur ses propres incapacités. Elle se compare aux autres, tout le temps, et leur échec lui plaît. Cependant, si la personne réussit, est mieux qu’elle, a plus qu’elle, quel que soit le domaine, elle désire ardemment être comme elle, au point parfois de copier le comportement de cette dernière ; avant de se rendre compte que c’est stupide. Liliana souhaite être connue et reconnue pour son travail. Elle voit grand et loin. Passionnée d’architecture, de stratégie et de moyens de défense, elle essaye d’allier ses trois domaines en un seul. Membre d’une école d’architecture, elle envisage sa gloire future. Elle souhaite bâtir demain et façonner des édifices d’une importance cruciale pour son peuple. Difficile à apprécier à cause de son péché, elle est plutôt solitaire. Elle ne tolère que ceux qu’elle considère comme inférieurs, ceux qui n’ont rien, ceux qui ne font pas resurgir son Péché et ses idées noires.

Histoire :
« Je jure d’accéder à une infinie sagesse qui me permettra de bâtir le Monde de demain, pour la gloire de notre peuple. Je construirai les édifices qui abriteront les générations futures et contribueront à la paix. ». Liliana se tenait droite, une main sur le cœur. Elle était née Déchue, comme sa mère avant elle, comme son père avant elle. Von Dreth par le sang, elle portait le nom de famille avec fierté, bien que sa mère n’ait jamais été reconnue par le Souverain de leur peuple. Une bâtarde parmi tant d’autres. Cependant, ce n’était pas si rare chez les Déchus. Les Luxurieux proliféraient, les colériques épanchaient leurs failles d’une manière ou d’une autre, les orgueilleux l’étaient bien trop pour reconnaître des basses naissances, les avares préféraient garder leurs biens pour eux et, finalement, sans doute que les seuls qui ne pouvaient être blâmés étaient les gourmands – qui en voulaient toujours plus – et les paresseux, qui avaient bien souvent la flemme d’avoir des enfants et, dans le cas où ça advenait, la flemme de les abandonner. Liliana était la fille d’une envieuse et d’un gourmand, une combinaison qui aurait pu déséquilibrer le couple si ses deux parents n’avaient pas appris à rendre leurs péchés respectifs constructifs. Elle-même avait rapidement constaté qu’elle répétait le schéma maternel. Elle était envieuse, un moteur qui la poussa à avancer, à se battre, pour ce qu’elle souhaitait. Très tôt, elle développa un goût prononcé pour l’architecture et, plus particulièrement, pour les bâtiments permettant d’offrir une protection. Enfant, sa table de dessin était bien souvent remplie de feuilles surchargées de notes et de croquis, fourmillant d’idées plus ou moins bonnes. Ses parents la poussèrent dans la voie qu’elle avait choisi jusqu’à ce jour où la Déchue devint membre d’une école d’architecture. En récitant le serment, elle ne put s’empêcher de penser qu’elle s’en fichait, à présent, que cette place n’était pas si satisfaisante. Cependant, son regard percuta celui d’une autre élève, une élève qui fut présentée comme la meilleure de toute l’école. L’Envie reprit le dessus et Liliana se jura silencieusement de devenir la meilleure et de dépasser cette pimbêche qui possédait un titre qui lui revenait de droit !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34795-jun-taiji#679068
Jun Taiji
✞ Æther de la Mort ✞

✞ Æther de la Mort ✞
◈ Parchemins usagés : 4335
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2012

Caractéristiques
◤ ◤:
◤ ◤:
Jun Taiji
MessageSujet: Re: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | EmptyVen 22 Fév 2019, 16:20

Hans Azmog

Nom : Azmog
Prénom : Hans
Sexe : Masculin
Âge apparent :  Une dizaine d'années | L'avatar ci-contre représente la forme adulte. Apparence enfant : ici.
Ère de naissance : Tout début de l'Ère de la Conciliation
Parents : Zane Azmog et quelqu'un.
Promise : Merida Taiji
Race : Magicien
Métier : Avocat | Rang I

Niveau : I (Niveau I à partir de 3868 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :  
- Une rapière
- Une dague gravée d'un oiseau blanc

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 7 + 1 = 8
- Charisme : 10
- Intelligence : 9 + 1 = 10
- Magie : 12

Pouvoirs :
- Umbra in Lucem | Benedictio
- La Valse Créatrice
- La Magie des Pentacles
- Contrôle des émotions
- Absorber l'énergie d'autrui

Gain de niveau 2
- Points de spécialité | Retombé niveau I

Gain de niveau 3
- Points de spécialité | Retombé niveau I

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- Chant envoûtant

ARMES
- Épée longue

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- Les portes : Il s'agit du pouvoir de se téléporter aux portes via un halo de lumière qui apparaîtra à la demande. Les portes ne sont pas toujours les mêmes, elles ne mènent pas toujours aux mêmes endroits non plus mais, en règle générale, elles envoient vers des lieux qui seront soit utiles à l'individu, soit dans lesquels une intrigue importante sur les Terres du Yin et du Yang sera en cours.

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie Bleue
- La Magie de la Lumière

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- Richesse à vie
- Exploitation de glycine
- Une maison à Giniyi, dans l'Antre de la Dame

~ Autres
- X

Particularité : Département de l'Acier à Basphel.

Physionomie : Hans est un garçon d’une dizaine d’années. Il fait néanmoins légèrement plus vieux à cause de sa taille. Au-dessus de la moyenne des Magiciens de son âge, sa corpulence n’est pas encore celle d’un homme. Plutôt tourné vers la lecture, il ne pratiquait pas le sport avant son entrée à Basphel. Parfaitement conscient de l’homme qui est son père, il sait également qu’il doit très certainement ressembler à sa mère. Ses cheveux sont blonds et ses yeux mélangent savamment le vert et le doré. Bien que ne connaissant aucun de ses deux parents, Hans a vécu une vie confortable dans une maison qui lui appartient en Cael, profitant de la richesse qu’il obtint et de la présence de ses nombreux tuteurs. Ses vêtements sont le plus souvent faits de tissus raffinés bien qu’il n’y prête que très peu d’attention.

Psychologie : Hans est un Magicien. Il a grandi comme tel au sein de Cael, entouré des siens. Il n’alla jamais à l’école avant de rejoindre Basphel, suivant des cours à domicile auprès de plusieurs tuteurs. Petit, il eut une nourrice aimante qui l’allaita et forgea son caractère selon des instructions précises. Cette dernière lui raconta bien vite des centaines d’histoires sur des créatures fantastiques, sur la vie de son père et sur celle de l’Ultimage. Convaincu que cette dernière est sa mère, cette idée le motive. Il aimerait être à ses côtés et comprendre pourquoi ce n’est guère déjà le cas. Bon et juste, Hans a également de l’ambition, une ambition qui le pousse à apprendre toujours plus pour se montrer à la hauteur de ses objectifs. Bien que son père soit le Monarque Démoniaque, il nourrit à son égard une admiration et un respect sans borne, peu importe le mal qu’il sème autour de lui. Il ne souhaite pas lui ressembler, simplement pouvoir le côtoyer, d’égal à égal. Encore jeune, il ne fait aucun doute qu’il deviendra un stratège hors pair à l’avenir. Ce dernier commence déjà à observer le monde, à faire des liens, à établir des connexions entre ce qui semble être au cœur de bien des alliances et déclarations de guerre : les sentiments. Il ne se rend pas compte qu’il est au cœur d’une intrigue qui le dépasse totalement, que sa vie est admirée par des puissances qui souhaitent autant sa réussite que son échec. Ami fidèle, Hans est pour le moment relativement naïf, même si son amour pour la recherche et les sciences changeront cette facette de sa personnalité. Il manque d’expérience et ne demande qu’à apprendre de la vie qui lui a été offerte. Obéissant et facile à vivre, il a toujours été un enfant calme et respectueux. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les manipulateurs savent parfaitement entrer dans le moule qui a été façonné pour eux.

Histoire :
Les corps se mêlaient dans un spectacle qui aurait pu être qualifié d’art. Les Démons grouillaient sur le sol de l’Enfer, réunis en une orgie qui dépassait l’entendement. Elle avançait sans se soucier le moins du monde de ceux qui s’unissaient et se désunissaient en rythme. Les battements de son cœur ne lui avaient jamais paru aussi lourds et bruyants. L’odeur était toute particulière, le sang se mêlant aux sucs. La transpiration prenait place et des parfums entêtants et enivrants se transposaient aux effluves de la vie. Elle était la seule encore vêtue. La seule qu’aucun de ceux qui jouissaient à ses pieds n’osaient toucher. Ils ne l’intéressaient pas. Elle cherchait un Démon tout particulier et savait précisément où celui-ci se trouvait. Elle aimait simplement soigner ses entrées. Elle voulait qu’il la remarque de loin et qu’il laisse de côté son ouvrage à son profit. Elle détacha doucement ses cheveux cuivrés et tourna la tête vers le Diable. Ses yeux rencontrèrent les siens. Elle sourit d’un air joueur et ferma les yeux quelques secondes tout en stoppant son avancée. Elle se mordit la lèvre inférieure puis tourna les talons, commençant à marcher dans la direction opposée au Monarque Démoniaque, regardant derrière elle de temps à autre comme pour s’assurer qu’il la suivait. Comme la distance entre eux se réduisait, elle accéléra le pas, la traîne de sa robe flottant derrière elle avec légèreté. Elle le conduisait dans les méandres de l’Enfer, dans un endroit où ils seraient seuls, loin des festivités en l’honneur de la victoire de Sympan. Il ne restait entre leurs deux corps que quelques mètres qu’elle creusa de nouveau en ouvrant des ailes d’un blanc immaculé. Elle savait parfaitement qu’il n’était pas sot au point de croire qu’elle appartenait au peuple des Anges. Elle souhaitait simplement le tenter, le narguer, lui faire perdre pieds. Elle voulait qu’il la désire au point de s’en damner. Ce jeu du chat et de la souris devrait se terminer tôt ou tard. Quant au rôle de chacun d’eux, rien n’était moins sûr. Lorsqu’elle le sentit juste derrière elle, elle plongea vers le sol, s’arrêtant net contre une paroi rocheuse en virevoltant pour lui faire face. Elle laissa le silence régner un instant, profitant des battements effrénés de son cœur, puis murmura doucement tout en faisant glisser l’une des bretelles de sa robe sur son épaule : « Vous aviez raison jadis et je vous le concède : vous ne m’avez pas déçue. Ne commencez pas maintenant. ».

___________________________________________________________

Il apparut dans la pièce où se trouvait le nourrisson. Il avait laissé faire, pour une raison qu’il avait bien du mal à comprendre. Il l’avait su. Il l’avait senti. Il s’approcha du berceau, fixant son regard supérieur sur celui qui ne dormait pas. Le bébé était posé là, les yeux grands ouverts, comme pour faire face à sa propre mort. Il voulait le tuer, son visage entier n’était que haine à son égard. Comment avait-elle osé ? « Ne le touche pas. ». La voix venait de l’embrasure de la porte. Elle l’observait depuis déjà quelques secondes et il n’avait pu l’ignorer non plus. Elle paraissait diminuée, fatiguée. Un sourire apparut sur les traits de l’homme, un sourire mécontent, mauvais. Le sourire d’un homme se sentant profondément trahi par le choix de sa partenaire. Il s’avança vers elle, nettement plus imposant. Il voulait qu’elle tremble devant sa prestance. Il en avait le pouvoir et il souhaitait profiter de chaque seconde de peur qu’il lirait dans son regard. Alors qu’elle s’avançait vers lui, il la fit reculer et la coinça contre le mur de la pièce, juste à côté de l’ouverture par laquelle elle était apparue. Ses deux bras l’entourant, ses paumes contre le bois, il se pencha sur elle. « Tu me… ». Il n’arrivait pas à trouver les mots qu’il fallait, des mots si blessants qu’elle ne s’en remettrait jamais. Il finit par soupirer, relâchant son étreinte. « Dis-moi que tu cherchais simplement à gagner du temps. ». « En quoi cela changerait-il quoi que ce soit ? Ce qui est fait est fait. ». « Tu m’as habitué à des coups plus stratégiques. T’abaisser à ce… ». Il n’y arrivait décidemment pas. Elle paierait pour l’affront qu’elle lui avait fait mais il ne pouvait se résoudre à la tuer. Il aurait pu la stopper avant même qu’elle ne se rende en Enfer. Il ne l’avait pas fait. Il n’avait pu envisager pareil comportement de sa part et, bien qu’il fût difficile de le reconnaître, elle avait joué sur un tableau sur lequel il ne l’attendait pas. Elle l’avait mis en échec et ça le rongeait. « Qui s’occupera de l’enfant pendant que tu subiras ton châtiment ? ». « Étant donné le jour de ce dernier et sa durée, je comptais sur toi pour lui trouver un foyer dès que tu apparaîtrais. ». Le poing de l’homme finit dans le mur le plus proche qui explosa dans un fracas énorme entraînant les pleurs immédiats du bébé. Après un moment, il finit par se laisser choir dans un fauteuil qui apparut spécialement à son attention. Il resta immobile longtemps, la mère du nourrisson réconfortant le fruit de sa dernière union. Il finit par murmurer : « Très bien. ».

___________________________________________________________

Hans regardait les passants depuis sa fenêtre. Les sentiments l’intéressaient. Les relations le passionnaient. Il était encore jeune mais entrevoyait quelques suites logiques dans le comportement de ceux qui ne s’apercevaient pas qu’ils étaient observés. « Hans… ». La voix qui venait de murmurer son prénom lui rappela par la suite qu’il n’avait toujours pas fini son sac. Demain était un grand jour, celui qui le mènerait dans une prestigieuse école : Basphel.



Pétale

Prénom : Pétale
Sexe : Féminin
Race : Chat Divin
Propriétaire : Kahel

Pouvoirs :
- « Tout le monde veut devenir un cat » : Ce pouvoir permet aux chats divins de transformer les êtres humanoïdes en chat, de façon plus ou moins longue. Cela peut être pour toujours dans le cas de PNJ.
- « Un jour nous contrôlerons le monde » : Les chats divins sont capables de transformer les chats en être humanoïdes et de les contrôler à distance pour qu'ils exécutent leurs volontés. Il est dit que certains Mortels sont en réalité d'anciens chats, au service du chat divin, l'ayant simplement oublié.
- « Ce n'est pas le vide que je regarde » : Les chats divins - ainsi que les chats en général - sont capables de voir les résidus des cauchemars des individus, ces résidus flottant dans les habitations. Ils les observent donc, leurs formes affreuses échappant au commun des Mortels. Lorsqu'ils se sentent en danger, que leur propriétaire l'est ou que quelqu'un est indésirable dans la maison, ils peuvent les contrôler afin de faire peur à l'individu qui est soudain hanté par des pensées affreuses et morbides et des illusions glauques et effrayantes.
- « Invocation du Chabhuss » : Les chats divins sont capables d'invoquer un moyen de transport quelque peu étrange. Il semble s'agir d'un chat d'une grande envergure mais à forme particulière. Les humanoïdes peuvent monter dedans. L'endroit est doux et confortable. Il est muni de banquettes en poils de chat et se déplace dans les airs. Le Chabhuss peut aller là où la personne lui demande. Parfois, c'est le chat divin qui l'a invoqué qui décide. Ses yeux éclairent la nuit.
- « Le quart d'heure de folie » : Souvent, les chats entrent en hyperactivité sans raison apparente. Il s'agit en réalité d'art, de transe et, surtout, d'une prière en hommage aux Chats Divins. Ces mouvements frénétiques apportent l'énergie nécessaire à ces derniers pour qu'ils puissent développer le pouvoir dont ils ont besoin.
- « Pourquoi se limiter à sept vies ? » : Les chats divins sont immortels.
- « L'effet Papillon ? Pire ! L'effet Ronron » : Lorsque les chats divins ronronnent, les gentilles vibrations qui sont émises depuis leur corps entre en résonance avec le reste du monde, ce qui accentue, kilomètre par kilomètre, leurs effets. A la fin, à un endroit X des Terres du Yin et du Yang, un tremblement de terre a lieu, sa puissance dépendant entièrement du temps pendant lequel le chat ronronne et de la densité des ronrons. Lorsque d'autres chats se joignent au chat divin et ronronnent avec lui, cela créé un effet de groupe qui modifie quelque peu le phénomène. Au lieu d'un tremblement de terre, le ciel semblera se briser et des choses tomberont des crevasses ainsi créées jusqu'à ce que les trous se referment, comme si de rien n'était.
- « Flair Kaïn » : Les chats divins ont une particularité : ils semblent ne jamais se nourrir. Cela peut, bien entendu, alerter les maîtres dans un premier temps. Cela dit, puisqu'ils ne mincissent pas et n'ont pas l'air de dépérir, ils se disent que cela doit être normal. Ça l'est. Les chats divins mangent bien, de temps en temps, mais tels des serpents, ils mettent longtemps à digérer leur proie. En effet, il sont capables d'ouvrir grand la gueule pour avaler tout rond leurs « croquettes ». Sauf que lorsqu'ils le font, vous n'êtes plus en présence de cette mignonne petite boule de poils que vous aimez tant, mais bien en présence d'un véritable monstre. Des espèces de tentacules aux dents tranchantes sortent alors de la bouche du minou pour venir happer n'importe quel individu se trouvant dans les parages. L'individu disparaît dans le ventre du chat comme si de rien n'était, et l'animal reprend sa petite vie sans avoir pris un seul gramme. Il met quelques lunes à le digérer avant de recommencer, souvent à l'abri des regards indiscrets. Il est dit qu'il ne s'en prend qu'aux individus qui se sont montrés cruels avec les chats. A bon entendeur.

Particularité : Le chat divin a huit pouvoirs de base. Il est une création divine. Fair-play exigé.

Mon Histoire : « Tiens, te voilà. » Il sourit à sa femme, s’approchant d’elle d’un pas lent mais assuré. « On ne peut pas dire que tu sois souvent ici non plus. » fit-il en laissant courir l’un de ses doigts sur le menton délicat de l’ancienne Orine, descendant tranquillement sur sa gorge avant de se frayer un chemin jusqu’à sa poitrine généreuse. Il fit disparaître son index dans le creux de ses seins, d’un air satisfait. « J’ai toujours aimé cacher des choses par ici… » souffla-t-il, sans cacher le moins du monde ce petit ton pervers qu’il savait prendre en de rares occasions. Un peu plus tard, lorsqu’il avait obtenu ce qu’il voulait et qu’il avait cédé à ce qu’elle désirait aussi, il déclara : « J’ai envie de créer avec toi. Notre précédent présent aux Mortels leur a plu, il me semble. Toi qui as toujours des idées pour me combler… je t’écoute. » Il continuait son chemin avec son index, mais sur ses fesses dénudées, maintenant. Il y avait une trace de dent, dessus. Il savait qu’elle effacerait ça de là lorsqu’elle irait voir ses amants. Quelle vilaine garce. Cela dit, c’était toujours un plaisir de la marquer ainsi. La belle déité se retourna pour le regarder, lui montrant un tout autre paysage qu’il apprécia tout autant. « Lorsque j’étais enfant, il y avait une légende qui courait à Maëlith, la légende du Chat Divin. Il était le maître des chats de ces Terres et ses pouvoirs étaient pures merveilles ; merveilleux et dangereux. » « Comme nous. » fit-il dans un sourire taquin. « Comme nous. » répéta-t-elle. Il sembla réfléchir, s’amusa, et se rehaussa pour coller son corps au sien. « J’ai bien fait de te ravir à Caleb. À l’époque, je n’avais aucune idée de quel genre de femme tu étais, si… machiavélique derrière tes grands cils et ta silhouette graciles aux courbes trop généreuses pour ton propre bien. » Il appuya ses doigts sur ses fesses et l’attira à lui fermement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34795-jun-taiji#679068
Jun Taiji
✞ Æther de la Mort ✞

✞ Æther de la Mort ✞
◈ Parchemins usagés : 4335
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2012

Caractéristiques
◤ ◤:
◤ ◤:
Jun Taiji
MessageSujet: Re: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | EmptyJeu 28 Mar 2019, 09:56

Mitsuko Edelwyn Taiji

Nom : Taiji
Prénoms : Mitsuko ; Edelwyn
Sexe : Féminin
Âge apparent : La vingtaine
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Sorcier
Métier : X

Niveau : I (Niveau I à partir de 4176 points)
Acquisition : Premier compagnon

Armes :  
- Une rapière
- Une lame secrète

Spécialités :
- Agilité : 3
- Force : 3 + 1 + 1 = 5
- Charisme : 4 + 1 = 5
- Intelligence : 5
- Magie : 5

Pouvoirs :
- Lux in Tenebris ; Maledicendum
- La Valse Destructrice
- La Magie des Runes
- Nécromancie
- Richesse à vie

Gain de niveau 2
- X

Gain de niveau 3
- X

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- Les portes : Il s'agit du pouvoir de se téléporter aux portes via un halo de lumière qui apparaîtra à la demande. Les portes ne sont pas toujours les mêmes, elles ne mènent pas toujours aux mêmes endroits non plus mais, en règle générale, elles envoient vers des lieux qui seront soit utiles à l'individu, soit dans lesquels une intrigue importante sur les Terres du Yin et du Yang sera en cours.

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie des Ténèbres
- La Magie du Sang

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- L'instrument de la manipulation : Votre personnage, quelques jours après avoir fait ce que la Petite Fille lui a dit, reçoit un instrument de musique qu'il n'a jamais eu l'occasion d'apprendre au cours de sa vie. Au fur et à mesure de sa pratique, il se rendra compte qu'il est capable de façonner les émotions de ceux qui l'écoutent en fonction du morceau joué, dépendamment de sa magie. Si c'est un morceau triste, la foule sera triste. Jouer longtemps amènera à modifier le comportement de l'auditoire selon le sentiment ressenti, sans que ce comportement ne soit néanmoins prévisible ou manipulable par l'artiste en dehors du ton de la musique. Si quelqu'un se suicide du fait d'un morceau très triste joué longtemps, ce n'est pas l'artiste qui l'a voulu, les effets étant imprédictibles par lui ; et pas forcément positifs pour lui non plus. Il se rendra compte également que jouer a tendance à amener la plèbe à lui, là encore, en fonction de sa magie. [Vous avez compris, à vous de faire pratiquer votre personnage pour qu'il arrive à maîtriser l'instrument. Sinon les effets n'opéreront pas. Il faut qu'il arrive à en jouer et, forcément, ça dépend beaucoup de son agilité ^^ Plus le jeu est parfait et la magie grande, plus les effets sont importants. En contre-partie, les effets dépendent aussi de la force de celui qui écoute.].
- Amandine | Il s’agit d’une adorable petite poupée avec des cheveux châtains qui tirent un peu le roux et de grands yeux clairs et verts, avec un peu de gris et de marron. Elle ne mesure pas plus de quarante centimètres et elle est en porcelaine. C’est une jolie poupée, avec un regard droit et juste. Est-ce qu’elle vous veut du mal ? Pire : elle vous juge, de son regard tranchant. Amandine est une poupée un peu oppressante. Elle bouge toute seule et ne sera jamais là où vous l’avez posée. Dès que vous lui tournez le dos, elle n’en fait qu’à sa tête.  Est-elle une Enfant de Méduse, un peu à part, une membre de cette race parasite ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, Amandine est magique, c’est indéniable. Elle viendra visiter vos rêves, hanter vos pensées. Elle est là pour vous rappeler vos priorités, et faire que vous ne déviez jamais de votre chemin, celui qu’elle estime être le meilleur et que vous devez suivre. Elle vous poussera vers l’excellence. Vous risquez de trouver des objets ne vous appartenant pas, chez vous. N’est-ce pas un ouvrage très rare, idéal pour parfaire vos connaissances dans ce domaine où vous cherchez à exceller ? Ou bien l’objet qui vous manquait pour réussir votre quête ? Il est là, posé juste à côté de la Poupée Amandine, sur la table. Pas là où elle était hier soir donc ... Amandine fera tout pour vous. Mais ne décevez jamais Amandine. Car si vous baissez dans son estime, elle risque d’employer des techniques plus … radicales, pour vous faire emprunter le chemin que vous devez suivre. Elle ne rechignera pas à vous enfermer et vous garder captif jusqu’à ce qu’elle estime que cela est assez, dans le meilleur des cas. Fait intéressant : la Poupée Amandine semble devenir plus virulente au contact de la Poupée Charlène. Amandine est une poupée magique à la puissance effrayante. Bien supérieure à la vôtre. Pas la peine d’essayer de la jeter. Elle sait où vous habitez. Déménager ? Elle vous retrouvera.
- Le Jeu : Qui n’aime pas jouer ? Le Jeu est un pouvoir sensationnel pour ça. Il est capable de façonner n’importe quel jeu existant au monde. Il traduit naturellement les règles et explique par une voix sortie du néant comment jouer. Besoin d’un arbitre ? Le Jeu est là. Il fera tout pour que vos parties se passent bien et incitera votre entourage à jouer avec vous. On dit que Le Jeu serait à l’origine de bien des tournois interraciaux de jeux de société divers et variés et contribuerait à la paix et à la cohésion sociale. Pourtant, Le Jeu possède aussi ces vices car, petit à petit, à force de l’utiliser, de découvrir plusieurs styles de jeux, le pouvoir vous rendra accroc. Vous serez alors comme une marionnette entre les mains du Jeu, qui vous guidera toujours plus loin, toujours plus haut, sur le chemin de la dépendance et de la solitude. Car après tout, ces gens là-bas, ne connaissent pas aussi bien ce jeu que vous, si ? À quoi ça sert de jouer avec eux alors que vous savez très bien que vous allez gagner ? Pourquoi ne pas jouer contre vous-même, après tout ? Vous n’avez pas vraiment besoin de dormir et puis… vous êtes tellement occupé que vous oubliez de manger. Votre comportement devient de plus en plus irascible et pousse les autres à, justement, ne plus vouloir jouer avec vous. Le cercle vicieux a commencé. Dommage.

Particularité : Création divine.

Role-Play :
Cela faisait quelques temps qu’il s’était installé au sein de la ferme Dah Numen. Si les habitants avaient hésité, au début, à donner le gîte et le couvert à un homme qui semblait sale et mal rasé, ils ne le regrettaient pas, actuellement. Jun était particulièrement… hum… allez, dis-le … Jun était particulièrement divin, excellant dans toutes les tâches possibles et imaginables. Il avait refait la toiture à une vitesse impressionnante, chassé les rongeurs qui s’en prenaient aux récoltes, avait retourné les champs, planté, arrosé. Il avait effectué le travail de plus d’une vingtaine de personnes à lui tout seul en un temps record. Les femmes d’âge mûr ne cessaient d’en faire l’éloge, appuyant particulièrement sur sa modestie. Les hommes l’admiraient et espéraient arriver à un niveau de maîtrise et de force équivalent. Le seul qui semblait ne point réellement se soucier de lui était le Berger, celui que l’on nommait aussi le Dormeur du Cœur Vert. C’était lui que Jun préférait, avec lui qu’il aimait se reposer, à l’ombre d’arbres immenses. Ils passaient beaucoup de temps ensemble, à parler de tout et de rien. Alaster devait être impressionné mais n'évoquait jamais ce fait. Il préférait faire la sieste ou décrire l’air frais qui caressait son visage. L’homme était étonnant, ayant théorisé le meilleur environnement possible propice au sommeil. Un jour, Jun entama un sujet nouveau. « Si je suis ici, c’est à cause d’une femme. ». Le Paresseux le fixa un moment. « Je connais. Ma mère n’arrête pas de me relancer depuis que ma future femme a disparu. ». Il ne fallut guère longtemps à l’Æther pour retrouver la trace de la fameuse femme et comprendre qu’ils parlaient de la même. Cette garce était réellement partout. Ses fragments d’âme peuplaient les Terres du Yin et du Yang et se trouvaient à des niveaux parfois inimaginables. Mais elle… celle qu’il voulait, l’originale, celle avec qui il avait passé son enfance, celle qu’il devait protéger, il n’avait aucune foutue idée de sa localisation. « Les femmes qui disparaissent, finalement, c’est monnaie courante. J’aurais dû l’attacher. ». « Et moi me marier plus rapidement. ». Ils sourirent et un silence apaisant revint. Ce n’était pas leur genre de s’étendre des heures, ils préféraient discuter quelques longues secondes pour, ensuite, laisser filer le soleil dans le ciel. En fin d’après-midi, Alaster se leva pour ramener son troupeau à bon port. « Tu viens ? » demanda-t-il. « Non je vais rester ici quelques temps. ». Il avait réfléchi. Séléna connaîtrait bientôt toute la vérité sur son passé. Luftë jouait secrètement avec lui depuis bien longtemps. Au fond, s’il n’avait eu aucune chance, c’est qu’il avait été négligent. Cela étant, si la Vengeance avait pu cacher Edelwyn à ses yeux, il pouvait faire de même de son côté. Il sourit devant la boule lumineuse qui flottait devant lui. L’Âme fut bientôt entourée d’un corps, son corps, à elle. Sa création serait parfaite. Qui de mieux pour défier Luftë qu'elle-même, après tout ? Il connaissait bien Edel, il avait partagé son corps et son âme longtemps. « Tu t’appelles Mitsuko Edelwyn Taiji. » fit-il. « Tu es ambitieuse, manipulatrice, parfois terrible, parfois magnanime. Tu aimes les sciences et la stratégie. Tu es riche et cette richesse te sert pour arriver à tes fins. Tu aimes organiser des réceptions. Tu aimes l’ordre, le contrôle mais si tu maîtrises trop une situation, te vient soudain l’envie de laisser le dé du hasard décider pour toi. Tu le lances et en fonction du résultat, ton comportement est adapté en conséquence. Tu n’es pas adepte des plaisirs de la chair mais tu aimes séduire pour obtenir ce que tu veux. Tu ne vendrais jamais ton corps mais estime que chaque atout que tu possèdes doit être mis au service de la cause que tu projettes. Tu clames détester l’imprévu mais, en réalité, il excite tes sens. Tu n’aimes pas le confort intellectuel et préfère être stimulée continuellement. Le travail est pour toi primordial. Peu importe tes facultés et tes habilités, tu n’es pas de celles qui se reposent une fois au sommet. Tu aimes le jeu et les manigances, avoir toujours un coup d’avance sur ceux qui ont osé te défier. ». Il continua ainsi pendant plusieurs longues minutes, évoquant son amour du raffinement et de la politesse, son adoration des livres et bien d’autres détails. Il lui avait déjà insufflé, dès la création, ce qu’il désirait, mais évoquer les caractéristiques à voix hautes lui permettait de vérifier qu’il ne s’était pas trompé. La liste le rendait nostalgique. « Enfin, tu es une disciple du Dieu de la Mort et de celui de la Guerre, c’est-à-dire moi. Tu serviras mes intérêts autant que les tiens et me suivra lorsque je te le demanderai. Parfois, tu essaieras de te rebeller car tu détestes l’autorité qu’autrui peut réussir à avoir sur ta personne. C’est aussi à cause de cette haine de la soumission que tu aspires aux plus hauts sommets. Cela étant, tu n’aimes pas être mise sous les feux des projecteurs. Tu aimes gouverner dans l’ombre. Tu aimes tirer les fils des marionnettes qui peuplent ce monde. Ton plus gros défaut est de ne jamais refuser les défis que l’on te lance. Tu pourrais mourir pour ça, à cause de cette volonté de relever l’impossible et d’être à la hauteur. Tu détestes tes propres échecs et essayes de te débrouiller pour que la responsabilité de ces derniers tombe sur une personne tierce aux yeux du monde. Tu aimes changer d’apparence et jouer de multiples identités pour t’infiltrer en de multiples endroits. Tu aimes l’art et plus particulièrement jouer du piano et du violon. ». Il continua, encore et encore, fixant cette silhouette blonde aux yeux émeraudes avec une tendresse certaine. C’était comme se retrouver dans le passé, jadis, lorsqu’Edelwyn commençait tout juste sa vie, lorsqu’elle s’était affranchie de ses parents et s’était retrouvée seule – avec lui – dans un monde qu’elle ne connaissait pas. Cependant, cette jeune femme ci, il allait la former et l’aider. Que deviendrait-elle ainsi épaulée d’un Æther ? Il espérait qu’elle détrône Luftë, un jour.



Citron

Prénom : Citron
Sexe : Féminin
Race : Chèvre divine
Propriétaire : Alaster

Pouvoirs :
- Musika : La chèvre divine est capable de produite de la musique lors des combats. Elle possède une liste de chansons et choisit parmi ces dernières. Carl Off – Carmina Burana – O furtuna ; Batman Begins – Molossus ; Ennio Morricone – Esctasy of Gold ; Two Step From Hell – Strength of a thousand men ; Verdi – Requiem – Dies Irae ; Grieg – In the hall of the mountain king ; Halo 5 – The trials ; Ensiferum – In my sword I trust ; Avenged Sevenfold – Hail to the king ; Hiroyuki Sawano – The Warrior’s suite ; Pirates Of the Caribbean – He’s a pirate ; ça, ça et ça =D
- EpiKness : La chèvre de combat est capable de rendre toutes les situations comportant une part de compétition particulièrement épiques. Un concours de cuisine deviendra tout de suite merveilleux, rendant la foule hystérique et chaque mouvement des participants sera vu comme un exploit. Parfois, une voix off viendra commenter.
- Kabéééhabéééha : Si un individu malveillant essaye de s’en prendre à la chèvre divine, une dose d’énergie pure sera concentrée dans la bouche de celle-ci et se déversera sur le malotru qui, s’il ne meurt pas sur le coup, aura soit d’importantes séquelles, soit redeviendra un nourrisson. En grandissant, il devra vouer sa vie à Kennocha et Haziel.
- Ronbééébééébééébééé ♫ : Lorsque la chèvre croise des guerriers qu’elle estime indigne du Dieu de la Guerre, elle n’est pas contente. Quelques insultes à leur endroit sortent alors de nulle part et l’animal se met à bêler un son mélodieux, ce qui a pour effet de les endormir. À leur réveil, les combattants se retrouvent marqués d’un joli dessin grivois sur le front.
- Ami des chèvres : Lorsque quelqu’un est gentil avec la chèvre divine, elle crée pour lui une armure protectrice finement ouvragée, ainsi qu’un casque à cornes. Le porteur voit son charisme augmenté sur le champ de bataille et peut donc se démarquer. Il devient également plus à même d’éviter les coups donnés par ses adversaires.
- Mon corps est en pleine croissance ! : Lorsque la chèvre divine a faim, elle devient grognon et lorsque la chèvre divine devient grognon, elle devient géante. Et lorsque la chèvre divine est géante, elle peut écraser ce qu’elle veut.
- Immortalité : La chèvre divine ne peut ni mourir, ni vieillir, ni être blessée. Et, si elle veut, elle peut pousser autrui à la vénérer ; mais seulement si elle veut. Elle est badass, comme son papa et sa maman.

Particularité : Les administratrices ne sont pas responsables des dégâts éventuels pouvant être causés par la chèvre divine.

Mon Histoire : La légende raconte que le couple divin, Kennocha, Déesse des Arts, et Haziel, Dieu de la Guerre, se serait joyeusement adonné à une activité fréquemment pratiquées par les Ætheri et impliquant un narguilé. Les fidèles, toujours avides de leur adresser quelques prières, les auraient alors inspirés et, se regardant amoureusement, ils auraient décidé d’enfanter. Bien sûr, beaucoup auraient aimé, à ce moment de l’histoire, que je raconte ô combien la peau de Kennocha était douce ainsi que quelques détails grivois mais non, vous vous trompez. Ils ne s’accouplèrent pas mais firent… eh bien… de l’art. Forts de leurs spécialisations respectives, ils créèrent plusieurs chèvres, destinées à plusieurs individus. Pourquoi des chèvres, me demanderez-vous alors ? Je vous répondrais que je n’en sais rien parce que je ne suis pas dans la tête des Dieux. Dois-je vous rappeler le narguilé du début ? Bref, chacun mit la main à la pâte pour modeler une œuvre parfaite, une œuvre qui leur ressemblerait, une œuvre… Hum, en vrai, en tant que spectateur extérieur, je peux quand même affirmer que la situation était légèrement loufoque et que les idées des deux déités les amusèrent durant quelques heures. Ils éclatèrent de rire plusieurs fois, rajoutant aux chèvres divines des petits trucs avant de se regarder une deuxième fois, un peu plus tard, l’air de dire : « Je crois qu’on a un peu abusé, là, non ? » « Oui… ». « Hum. Tant pis. Nos fidèles ne nous aimeront que davantage. ». Ah la la. *haussement d’épaules* Après tout, les Dieux peuvent se permettre quelques caprices et, finalement, il faut bien l’avouer, il semble que certains apprécient particulièrement de filer la migraine au Sin Luxinreïs afin de parier sur le nombre de cavins que celui-ci devra avaler avant de pouvoir se calmer. Le lendemain matin, les chèvres divines étaient prêtes à quitter le cocon familial et à prendre en main leur destin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34795-jun-taiji#679068
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: | Jun Taiji |   | Jun Taiji | Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

| Jun Taiji |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ▲ Au coin du feu et sous l'orage ▲ [PV : Mitsuko Taiji Stark]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Présentations :: Présentations Validées-