AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
★ Promo du mois d'aaoooût, YEAH : 10 points de rp offerts pour un compte Fae, Orine, Réprouvé ou Génie ★

Partagez
 

 | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34754
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 70
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |   | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | EmptySam 16 Déc 2017, 15:02


Anya Elena Ostara Eorgor

Nom : Eorgor
Prénoms : Anya Elena Ostara
Titres : L'Impératrice (Familial) ; Le Maître du Jeu (Identité d'artiste, non directement relié à elle) ; La Femme faite de la même matière que les rêves (Peu connu) ; La Femme de l'ombre (Non directement relié à elle)
Titre nobiliaire magicien : Comtesse
Titres divers : Isemssith, qui est un titre semblable à un titre nobiliaire et qui signifie qu'elle a participé à la Coupe des Nations. Cela lui procure une sorte de respect voire d'admiration, en fonction de ses spécialités. Le titre se place avant le prénom et le nom dans une présentation.

Sexe : Féminin
Âge : Onze ans, environ
Ère de Naissance : Si on lui demande, elle dira tout naturellement qu'elle est née lors de l'Ère de la Conciliation, ce qui est faux.

Race : Déchue
Péché : Gourmandise

Métiers : Pas encore

Armes :
- Une rapière
- Un arc

Spécialités : Max 70
- Agilité : 42|42
- Force : 42|43
- Charisme : 51|52
- Intelligence : 52|53
- Magie : 70|70

Activités : Elle peint pour son plaisir. Ses peintures sont, depuis toujours, toutes signées par le même pseudonyme : « Le Maître du Jeu » sans que personne n'ait réussi à identifier l'artiste derrière les œuvres. La grande majorité d'entre elles sont particulièrement célèbres, tant par les scènes historiques qu'elles reflètent que par le mystère lié à leur créateur, un mystère qui a d'ailleurs fait couler beaucoup d'encre. En plus de la peinture, elle passe beaucoup de temps à lire et à s'informer de l'actualité. Elle écrit, joue du piano, du violon et touche à énormément d'arts et d'activités en général.

Particularités : Ancienne Impératrice de la Nuit, ancien Esprit de la Mort, ancienne Déesse de la Vie et ancienne Déesse de la Justice, le tout de façon non répertoriée par l'Histoire. Ancienne épouse de Zéleph Shizuo Stark. Connue chez les Réprouvés, en ce temps là, comme étant la Zaahin Paaz Kiin'Din. Son identité véritable a été effacée lors de la première Coupe des Nations de l'Ère de la Conciliation par la Déesse Luftë qui l'a plongée dans une réalité conçue de toutes pièces. En tant qu'Edelwyn Mitsuko Taiji Stark, elle était désignée par certains comme la femme faite de la même matière que les rêves, pour son habilité à échapper à une quelconque identification, à une quelconque prise et à jouer sur les faux-semblants, jouissant d'un nombre incalculable d'identités qui ont fait échapper ses actions à l'Histoire.


Pouvoirs

Pouvoirs :
- La Peau des Grigori
- Le Souffle du Nephilim
- Les Artifices de Lucifer
- Télékinésie
- Se soigner en absorbant l'énergie d'autrui

Gain de niveau 2
- Lire dans les pensées

Gain de niveau 3
- N/A

Gain de niveau 4
- N/A

Gain de niveau 5
- N/A

Gain de niveau 6
- N/A


Gains

~ Quêtes

POUVOIRS
- Contrôle de la magie blanche
- Hypnose
- Prendre possession d'autrui
- Immunité aux sorts mentaux
- Désir escompté : Ce pouvoir permet de prendre connaissance des désirs de la personne qui se trouve en face de vous.
- Télépathie
- Changer de vêtements à volonté
- Transformation en papillon
- Voir les Esprits
- Nécromancie
- Contrôle de la magie noire
- Création de la bière

ARMES
- Un fouet
- Un sceptre

ARTEFACTS
- La dague chimérique : Il s'agit d'une dague émoussée. Une fois plantée quelque part, elle permet de donner libre cours aux illusions imaginés par son possesseur.
- Un anneau permettant de se téléporter
- Le tableau du lien - Séléna : Ce tableau vous permettra d'observer la personne de votre choix quand vous le désirerez ainsi que de lui souffler certaines phrases à l'oreille.
- Miroir espion

~ Événements

POUVOIRS
- La calculatrice : Il s'agit d'une boule de cristal qui permet à son possesseur de savoir combien de personnes se trouvent dans un endroit donné.
- Le coup à boire : Fréquemment, le personnage se voit offrir une boisson dans les tavernes qu'il fréquente pour la première fois.
- Environnement musical : Permet de produire de la musique autour de soi sans avoir besoin de jouer d'un quelconque instrument.
- Splendide contemplation : Ce pouvoir permet au Génie de créer des feux d'artifice qui plongeront les Rêveurs dans une contemplation qui canalisera leur attention. Ils seront touchés par le Beau et oublieront le reste, dépendamment de la magie du Djinn. [Couronne des Génies]

ARMES
- Une dague

ARTEFACTS
- Une orbe capable de rendre les objets géants
- Un violon jouant la jalousie, le désir, le regret, la domination et la mélancolie.

~ Intrigues
- Perte du statut de Divin.
- Poussière de discorde (Permet de semer la discorde entre les individus)

~ Formes de magie
- La Magie de Jade
- La Magie Pourpre
- La Magie Élémentaire
- La Magie des Ténèbres
- La Magie du Sang
- La Magie de la Lumière
- La Magie Bleue
- La Magie d'Argent

~ Couronnes
- Couronne élémentaire | Niveau I | Lyrienns | Obtention
Kölge Qyndily Mantris ; Kölge Qyndily Aenör ; Hijit Nazaret
- Collier de race : Fae | Niveau I
Les Murmures de la Rose ; L'Éternel Secret ; Poussières Merveilleuses - Le Dédale des Imprudents
- La Couronne des Rêves | Niveau I | Génie | Obtention
Le Lien du Rêve ; La Divine Comédie ; Le Subtile Mensonge

~ Doubles nationalités
- Magicienne | Niveau I | Umbra in Lucem (Benedictio)
- Sorcière | Niveau I | Lux In Tenebris (Maledicendum)

~ Patrimoine et réputation
- Un appartement plutôt luxueux dans un château sur l'île de Boraür dans la Mer de la Méduse [6ème étage]
- Popularité mondiale sous son identité de peintre, uniquement.
- La propriété d’une entreprise de chocolat Magicienne qui vous a été léguée.
- Richesse à vie
- Une parcelle de terre sur l'île d'Orahza || Parcelle n°103
- Une chambre à vie dans un hôtel de luxe à Avalon, réputé pour fournir beaucoup de services à ses clients afin qu'ils soient épanouis et heureux.
- Exploitation de vin | Magiciens
- Exploitation de lingerie | Déchus
- Exploitation de parfum | Faes
- Le violon de Ludwig Macaria, estimé comme étant l'un des plus chers au monde. Il est raconté qu'il en joua un morceau le jour où il détruisit Al'Asl. Les historiens ont perdu sa trace lors de l'Ère de la Purge Salvatrice.
- Trente PNJ soldats (Niveau inférieur de un par rapport à celui du personnage)
- Trente PNJs d'un niveau inférieur qui s’investiront pour elle.
- Popularité nationale | Ombre
- Popularité nationale | Déchu
- Certificat de membre de l'association des explorateurs de Basphel

~ Autres
- Le dé à coudre de Lady Beth : Du nom d’une Magicienne contrainte d’épouser un Sorcier, le dé à coudre est loin d’être anodin puisqu’il semble charger d’une importante charge électrique, et peut être manier comme une arme par son détenteur. Elle ne blesse pas son propriétaire, unique, qui grave son nom sur le métal.
- Vin chaud : Ce pouvoir vous permet de remplir un verre vide de vin chaud en le touchant.
- Le chapeau vert : Il s'agit d'un chapeau vert avec un pompon blanc et une bordure de fourrure blanche. Il tient particulièrement chaud mais ce n'est pas sa seule utilité. En effet, les pensées du porteur seront murmurées dans la tête de son propriétaire qui pourra donc savoir exactement ce qu'il se trame dans l'esprit de la personne à qui il l'a prêté.
- Un cheval sans magie appelé Gaspard qui vous a été offert par Balthazar.
- La boule de neige de Rufin : Il s'agit d'une boule de neige construire par Rufin, un homme particulièrement sensible au bonheur ambiant. Aussi, quand vous la secouez, il se met à neiger une neige particulière qui rend euphorique les individus qu'elle touche.
- Une paire de gants qui permet de prendre le contrôle des mains des individus présents
- La relique (Erza).
- Le jouet bavard (Klaus) : Il s'agit d'une poupée ou d'une peluche à l'effigie de la personne liée que votre personnage a reçu d'un mystérieux "L" dans un joli paquet enroulé de rubans. L'objet est très bien réalisé et semble hypnotiser assez son possesseur pour qu'il ne souhaite en aucun cas le jeter. Quoi qu'il en soit, parfois, il se met à parler, répétant mot pour mot ce que la personne qui est représentée dit à l'instant T. [Mitsuko est entendue par Séléna]
- Le coffret chocolaté (Zéleph) : Il s'agit d'un coffret magique dans lequel sont créées des petites figurines en chocolat à l'effigie d'un individu que votre personnage pourra manger à son bon vouloir. A chaque fois que le coffret est refermé, de nouvelles figurines sont constituées.
- La maison de poupées : Si cet objet a tout d'une maison de poupées, il n'en est en réalité pas une. Petit miracle de magie fabriqué en coopération par plusieurs races, en avoir la clef signifie pouvoir entrer dans l'univers de celle-ci. Grande maison, celui qui enfonce ladite clef dans la serrure magique se verra transporter à l'intérieur. Tout y est luxueux et un serviteur et même ici pour s'occuper de vous. Le chef d’œuvre de la maison est sans doute cette grande pièce, faite de baies vitrées, au milieu de laquelle se tient une baignoire dans laquelle le propriétaire pourra se relaxer en écoutant les crépitements du feu et en regardant les flocons tombés à l'extérieur. Le tapis devant la cheminée est moelleux et a déjà ravi bien des amants. Car, oui, la maison a été conçue pour se cacher et écouler des jours heureux loin du monde et de ses problèmes. Venir y discuter est gage de confidentialité car la maison bloque les magies intrusives. Les seuls inconvénients sont que l'extérieur n'est pas accessible et qu'il neige tout le temps. Cependant, les vivres sont illimités et le serviteur particulièrement compétent. Quelques mystères sont également à découvrir. Pour y amener quelqu'un, il suffit de lui prendre la main au moment d'insérer la clef.
- Le champagne traitre : Il s'agit d'une bouteille de champagne d'une qualité supérieure. Elle se remplit à l'infini. Sa particularité enchante son propriétaire puisqu'elle ne le rend pas ivre quand il en boit, contrairement à ses convives.
- Le savon magique : Il s'agit d'un artefact particulièrement résistant qui, en réalité, ne sert pas à se laver. Il contient un sort puissant, mis au point par un couple composé d'un Ange et d'un Magicien particulièrement soucieux de leur hygiène. Quand le savon magique est lancé au sol, s'opère alors un bruit assourdissant et un bain en bois pouvant contenir jusqu'à quatre personne apparaît. L'eau y est brûlante à souhait et une odeur d'amande douce s'en dégage. Attention toutefois : le sort prend fin au bout d'une heure et le bain se retransforme en savon sans crier gare.
- Le Conte du Sapin (Elyot) : Il s'agit d'un livre qui porte ce nom pour une raison inconnue. Quoi qu'il en soit, quand votre personnage l'ouvre, un clone de la personne liée apparaît devant lui pendant trente seconde maximum par jour. Ce clone fera exactement comme ladite personne. Le personnage peut toucher le clone, l'effleurer, le serrer dans ses bras etc. Tout ce qu'il fera d'agréable sera ressenti par la personne liée, où qu'elle se trouve et quoi qu'elle fasse.
- Le bonheur (Callidora) : Lorsque vos deux personnages se rencontrent, les gens autour d'eux deviennent heureux.
- La tente de luxe : Il s'agit, de base, d'une petite sacoche de quinze centimètres sur cinq qui peut se porter à la taille ou en bandoulière. Il suffit de la lancer au sol pour qu'elle se déplie par magie. Se tiendra alors en face de votre personnage une tente luxueuse. A l'intérieur : des plaids, des couvertures, des oreillers colorés et plusieurs petites bougies réparties sur des petites meubles noirs. Au centre, se tient une théière en fonte et quatre petits bols permettant de boire l'excellent thé qui se trouve dedans. Une douce odeur se dégage de l'endroit et la température y est ambiante, peu importe le climat à l'extérieur. Lorsque vous dormez dedans, parfois, quelqu'un apparaît durant votre sommeil, un vieil homme d'environ cinquante ans, musclé, avec une barbe blanche. Si vous l'interrogez, il vous parlera un peu de lui, du fait qu'il livre des cadeaux aux enfants à travers le monde. Il aura beaucoup d'histoires à raconter mais ne vous donnera jamais son nom.
- Contrôle des émotions
- Décoration enchantée : Permet de décorer un lieu de façon enchanteresse (décoration de Noël)
- La patrie avant tout : les gains de votre personnage sont doublés lorsqu'il fait une quête avec un membre de sa race | Valable jusqu'à Noël 2019.
- L'étoile : Une fois par jour, le personnage peut faire un petit vœu. Les effets disparaîtront à la fin de la journée.
- La boite magique : Il s'agit d'une boite qui a la capacité d'aider le personnage au quotidien en faisant apparaître un objet non magique par jour qui disparait le soir même.
- Échange de corps : Ce pouvoir permet à votre personnage de transférer son Esprit dans le corps de quelqu'un d'autre qui prendra aussi sa place dans son propre corps ; S'il n'appartient pas à l'une des races comprenant le cycle, il ne peut comprendre le processus. Lorsque cela se produit, un bonnet rouge à pompon blanc apparait sur le sommet de la tête des deux personnes. Quand elles l'enlèvent, le charme se brise.
- Création de la neige
- Le mariage blanc : Une tribu méconnue a décidé que vous étiez à présent l'un des leurs. Elle vous a également marié avec une personne X, répondant aux vœux d'un Dieu inconnu prénommé Amshloumkarhya. L'union est célébrée fréquemment et est très lucrative. Les instructions vous sont transmises par courrier. Vous devez être ensemble et faire ce que l'on vous dit. A la fin du rituel, des cadeaux et des vivres de qualité apparaissent et les quelques jours suivants sont remplis d'agréables surprises et d'une chance non négligeable. De petits hommes habillés de rouge et de vert apparaissent également pour vous aider et célébrer le couple.
- Douce nuit : Afin de rendre votre personnage heureux, ce pouvoir lui permet de rêver de ce dont il a envie. Ainsi, il passera une bonne nuit.
- Le chocolat chaud : ce pouvoir permet à son détenteur de faire apparaître une tasse de chocolat chaud qui soignera ses plaies superficielles ainsi que les morsures du froid.
- Contrôle du tissu
- La bûche : Il s'agit d'une petite bûche de bois pouvant être facilement transportée dans un sac et qui s'embrase pour donner un feu de camp une fois posée au sol. La durée et la taille dépendent exclusivement de la magie du possesseur.
- Clonage
- La guirlande : Il s'agit d'une guirlande qui change de couleur selon l'envie mais qui a la particularité d'être très solide ; de quoi attacher les vilains solidement, et pas qu'eux.
- Sans alcool la fête est plus folle : Ce pouvoir permet au personnage d'alcooliser n'importe quelle boisson normalement sans alcool, sans en modifier le goût.
- L'instrument de la manipulation : Votre personnage, quelques jours après avoir fait ce que la Petite Fille lui a dit, reçoit un instrument de musique qu'il n'a jamais eu l'occasion d'apprendre au cours de sa vie. Au fur et à mesure de sa pratique, il se rendra compte qu'il est capable de façonner les émotions de ceux qui l'écoutent en fonction du morceau joué, dépendamment de sa magie. Si c'est un morceau triste, la foule sera triste. Jouer longtemps amènera à modifier le comportement de l'auditoire selon le sentiment ressenti, sans que ce comportement ne soit néanmoins prévisible ou manipulable par l'artiste en dehors du ton de la musique. Si quelqu'un se suicide du fait d'un morceau très triste joué longtemps, ce n'est pas l'artiste qui l'a voulu, les effets étant imprédictibles par lui ; et pas forcément positifs pour lui non plus. Il se rendra compte également que jouer a tendance à amener la plèbe à lui, là encore, en fonction de sa magie. [Vous avez compris, à vous de faire pratiquer votre personnage pour qu'il arrive à maîtriser l'instrument. Sinon les effets n'opéreront pas. Il faut qu'il arrive à en jouer et, forcément, ça dépend beaucoup de son agilité ^^ Plus le jeu est parfait et la magie grande, plus les effets sont importants. En contre-partie, les effets dépendent aussi de la force de celui qui écoute.].
- Une poupée à l'effigie de l'un des candidats de la Coupe des Nations qui permet d'entendre ce que ce candidat dit (marche en fonction de la magie du possesseur ; Mertle)



Physionomie

Cette question n’a pas franchement d’importance. Je peux être ce que je désire. Déchue, la mue et ma magie sont deux facteurs à prendre en compte. Pour autant, j’ai bien une dizaine d’années. Je pourrais sans souci paraître plus âgée mais cela n’aurait aucun sens. À quoi bon ? Pour séduire le premier péquenaud qui tomberait sur moi ? Non merci. Peut-être ferai-je le choix, en grandissant, de garder les traits d’une enfant. Ainsi, personne ne me dérange. Je ne suis pas la figure de la future mariée. Je ne suis pas non plus celle de la femme que l’on aimerait mettre dans son lit. Je n’attire par l’œil par mes formes sensuelles et aguicheuses. C’est parfait. De toute façon, la sexualité m’effraie. Elle constitue une perte de contrôle qui n’est pas souhaitable. Quant à la grossesse qui pourrait en découler, elle me dégoûte. Qui aimerait avoir un parasite au creux de son ventre, après tout, éjecté neuf lunes plus tard dans la douleur ? Il n’y a que les masochistes ou les moutons qui s’adonnent à ce genre de pratiques dégoûtantes. Lorsque l’on possède l’éternité, il n’y a aucune raison valable à la reproduction puisque le futur repose déjà sur nous-même. Sans doute suis-je légèrement effrayante comme enfant. Les adultes sont souvent plus bêtes que moi et il est de coutume d’avoir peur ou de haïr ce que l’on ne comprend pas, ce qui sort de l’ordinaire. Ce n’est pas grave.



Psychologie

Vous vous dites très certainement qu’être surdouée est un don, une bénédiction. C’est vrai, en un sens, mais cela implique forcément un côté sombre, un revers de la médaille. D’un coup d’œil, je peux déduire votre race, votre mode de vie, ce que vous faisiez avant de me rencontrer. Du son de votre voix, je peux déduire la vérité ou le mensonge, les non-dits et les hésitations. Vous n’avez presque aucun secret pour moi, ce qui n’est pas pour me plaire, au contraire. Bien sûr, la chose est pratique mais l’impression qui en découle est destructrice. Je m'attarde sur des détails qui sont, pour vous, insignifiants. Je me pose des questions qui vous échappent, des questions existentielles qui ont la particularité de créer chez moi un trouble manifeste. La vie, la mort, la liberté, sont autant de sujets qui trottent dans mon esprit. Je me sens seule, souvent, parce que rares sont ceux qui comprennent mon mode de fonctionnement. Quel sens a la vie si les êtres sont voués à mourir ? Quel sens possède la liberté, quand les constructions sociales ne sont que des prisons que l’homme lui-même s’impose ? Pourquoi les Rois, un seul homme pour en gouverner des millions alors qu’il suffirait d’un claquement de doigts pour l’anéantir ? Pourquoi la soumission ? Vous ne comprenez pas, parce que vos vies sont construites à votre image, sur des bases confortables. Je repousse les limites de la perception, je repousse les limites de la réflexion, pour arriver à des réponses qui ne sont en fait que de nouvelles questions. Ne comprenez donc vous pas le malaise ? Les autres me semblent à la fois insignifiants et énigmatiques. Je ressens toute la difficulté du monde à nouer des relations sociales ; pas des relations basées sur le mensonge mais des relations sincères. Il m’est facile d’être ce que vous voulez que je sois mais je ne sais pas être ce que je suis vraiment. L’hypersensibilité qui me caractérise fait de ma vie un cauchemar, parfois. Je sens les odeurs plus que vous. J’entends plus que vous. Je ressens plus que vous. Le regard d’autrui, les mots qui sortent de vos lèvres, sont pour moi comme des lames de rasoir aiguisées. J’aimerais pouvoir me lier mais il semble que cela soit impossible. Mes émotions sont aussi vastes que l’océan, aussi violentes que des vagues scélérates. Elles ont le pouvoir de m’emporter, de me faire perdre pied et de me noyer. L’empathie qui me caractérise est un trou sans fond. Je sais ce que vous ressentez avant même que vous ne l’ayez formulé et cela rend les choses bien plus complexes. J’ai des pressentiments, des impressions. Je marche par intuition dans les cas où ma raison ne peut savoir. Je sens le danger. Je sens les liens. Mon monde n’est pas fait de superficialité mais de fond. Je vois la beauté physique mais elle ne m’intéresse pas. Ce sont les sens qui me dirigent, même si je cherche à les rationaliser. Le contrôle me rassure. La science me passionne. J’aime ce qui est carré, ce qui est défini. J’aime le répétitif même si mon imagination déborde. Je déteste le flou, le chaos. Tout doit être ordonné. Les jeux de stratégie sont mes préférés. Je déteste l’imprévisible autant qu’il m’attire. Me placer en dehors de ma zone de confort est une chose affreuse à mes yeux. Je dois y être préparée. Je ressens tout avec plus d’intensité. Lorsque je lis, l’histoire m’emporte et peut hanter mes songes des jours durant. Un souffle infime peut me faire frissonner. Un parfum diffus peut retracer en mon esprit l’histoire de toute une vie. Je traite l’information beaucoup plus vite que vous, au point d’être surchargée, parfois, de préférer m’isoler de ce « trop plein ». La solution serait de paraître froide et insensible mais c’est un art dans lequel je n’excelle pour le moment pas. Cela ne serait que nier la réalité. Je suis sans doute idéaliste. Parfois, la colère me saisit, une colère non productive qui précède une angoisse du vide. Je pourrais paraître introvertie. J’ignore si je le suis. La vérité c’est que tout se passe pour le mieux tant que je contrôle, tant que je décide, tant que les différents facteurs sont maîtrisés. Si ce n’est pas le cas, je ne peux répondre de ce qu’il se produira. Je peux être facilement déstabilisée. Je ne suis pas bavarde. Je suis plutôt de ceux qui observent. Je sens un fossé entre les autres et moi, et l’impression de pouvoir les contrôler ne fait que renforcer ce sentiment de solitude qui hante mon cœur. Si personne ne peut me résister alors qui pourrait m’arrêter ? Qui pourrait placer une limite à mes actions, incarner la figure de la sécurité ? Sans doute est-ce cela : je ne me sens pas en sécurité parce que je me fais peur, parfois. Je n’aime pas faire des choix. Je préfère tout avoir, quitte à me perdre dans de multiples quêtes. Le fait est que je réussis plutôt ce que j’entreprends, même si cela me demande du temps. Je possède également un pouvoir d’attraction non négligeable et une chance presque insolente. Pour autant, est-ce que cela suffit à être heureux ? Comme je l’ai déjà dit, non. Malgré mon âge, je suis parfois tentée par les affres des substances psychotropes. L’une de mes plus grandes peurs est de n’avoir aucun impact sur le monde. Je possède de multiples talents mais ne suis jamais rassasiée. Je désire tout savoir, tout entreprendre.




Histoire



À l’époque, j’ai pris un risque. Ce que j’avais lu pouvait s’avérer faux. Pourtant, après des décennies à enquêter sur le Cycle, il me semblait alors que ma version était la bonne et que me suicider en effectuant ce long rituel serait la seule solution possible. Je parle d’un temps où il ne suffisait pas aux Souverains de déduire par A + B que les Esprits existaient, d’un temps où les Ætheri cachaient bien mieux le monde de l’Au-Delà. En ce temps-là, les Rois passaient leur temps à d’autres préoccupations que de s’entourer de multiples femmes et concubines insipides. Je ne dis pas que l’amour et le sexe n’ont aucune importance mais, à mon sens, ces menteurs représentent un danger. Pour un esprit éclairé, tel que le mien, se visualiser hors de contrôle a de quoi freiner n’importe quelle ardeur. Lorsque l’on est intelligent, notre rationalité nous pousse à fuir les sentiments trop éprouvants. Pourtant, ce que j’allais découvrir ensuite parlait bien d’amour et d’un passé oublié et révolu. Dans les mémoires de ceux qui savent, Jun découvrit l’Au-Delà. Il en a le mérite mais je suis la première à y avoir mis les pieds dans cette partie de notre histoire. Les Ombres n’y ont plus eu accès ensuite, ou si peu. Un chemin est si vite oublié. Quoi qu’il en soit, fraîchement Esprit de la Mort, mes recherches m’ont conduite vers cet endroit, laissé à l’abandon des Mortels depuis si longtemps. À cette époque, les Chamans n’existaient pas et l’Au-Delà était dans le même état qu’après la chute des Gardiens Immortels. Le pont entre le monde des morts et celui des vivants avaient été rompu et plus rien ne faisait le lien après le décès et l’ouvrage des Ombres. Le fait est que l’Au-Delà n’est autre que le monde de deux Ætheri. À cette époque, je ne savais pas encore qu’il me concernait. Le temps a beau s’écouler toujours dans le même sens pour les Mortels, les Dieux en font ce qu’ils désirent. Quoi qu’il en soit, mon étonnement fut réel lorsque je me retrouvai face aux statues de la Vie et de la Mort. Les deux protagonistes se faisaient face et il ne me fallut qu’une fraction de seconde pour identifier le couple. J’aurais pu simplement hausser les épaules mais une apparition si frappante demandait étude approfondie. Nous autres, scientifiques, ne sommes jamais rassasiés. Là où les yeux de tout un chacun ne voient qu’une réalité frappante, nous, nous voyons des possibilités. Après des lunes, c’est dans le Cinere que la réponse m’apparut et qu’une identité nouvelle germa devant mes yeux. Il s’agissait d’Ezechyel et Edel Eorgor. Eorgor, un mot au sens oublié pour quatre-vingt-dix-neuf pourcents de la population. Il signifie : ceux que le Créateur dissimule. Pour situer, aux yeux de tous, il s’agit avant tout d’une famille ancienne dont les membres ne se répandent jamais à l’extérieur de leurs propriétés, demeurant inconnue, absente de la sphère publique. C’est comme s’ils n’avaient pas de visage véritable. Aujourd’hui, néanmoins, un membre en particulier de la famille connaît une renommée non négligeable : Clauswitz Eorgor, Vampire de son état et Iskahrin Zul Thanos. À ce moment précis, je me rappelle avoir esquissé un sourire. Cet homme s’était toujours intéressé à mon cas et cet intérêt était réciproque. Son esprit fin m’avait attirée inexorablement lors de notre première rencontre et, de tous ceux qui m’avaient jurée fidélité lors de mon règne, il était de loin mon favori. Je savais déjà qu’un lien existait entre Jun et moi. J’en mesurais alors les fondements. Nous n’étions pas de ce temps, pas vraiment. La réelle interrogation résidait dans cette étrange coïncidence qui avait voulu que nous portâmes tous les deux le même nom de famille sur ces représentations. Etions nous liés par le sang ou par la tradition ? La question devait rester en suspend pour l’instant. Les jours suivants, je m’intéressais à mon propre Clepsydra et à mon arbre généalogique ; rien de plus simple pour une Ombre. Moi qui étais persuadée d’être l’union des deux lignées Taiji, née de l’inceste – certes éloignés – de ma mère et de mon père, je fus surprise en remontant les branches. Le morceau du Cristal Maître de l’Au-Delà avait servi à façonner Aria et Kazuki mais le chemin ne s’arrêtait pas à elles. Leur mère provenait d’une famille plus ancienne, qui elle-même était l’une des branches d’une autre famille. La famille souche de tout ce beau monde, un monde qui serait d’ailleurs étonné de provenir du même moule, remontait à la première Ère. Ce fut là que je trouvais la trace d’Edel et d’Ezechyel, une trace étrange. Ma curiosité fut piquée à vif car ce que mes pouvoirs d’Ombre me permettaient de voir n’était que des noms couchés sur du papier, absolument pas les histoires qui y étaient liées. Le tout me semblait complexe et incompréhensible. Je n’avais alors aucune certitude. Plus tard, le Destin souhaita que je devienne Æther. Il semblait que j’avais assez valsé en compagnie de l’homme aussi vieux que l’océan. C’est à ce moment précis que je fis la connaissance d’une Déesse particulière : Luftë. Alors je sus ce qu’elle s’appliquait à cacher à Jun depuis des siècles et continuerait de faire après son élévation. La vengeance est un plat qui se mange froid, dit-on.

| Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | 555969singatureBLACKOSS


« Alors nous y voilà. ». Le murmure avait raisonné dans le néant. Je n’avais jamais été de celles à parler seules. Si je vocalisais à haute voix ma pensée, c’était avant tout parce que je savais qu’il m’entendait. Un soupir s’échappa d’entre mes lèvres. J’avais compris le problème au bout de quelques secondes : un labyrinthe impossible et une unique solution. Le suicide ou l’échec. Le dédale portait son odeur et la sensation que cela me procurait était semblable à celle que me faisaient ses bras lorsqu’il les plaçait autour de moi. « Tu devrais pourtant être heureux. J’ai retrouvé l’appétit grâce à toi. ». Le double sens était évident, bien qu’aucune main masculine, ni féminine d’ailleurs, n’ait caressé ma peau récemment. Il était le dernier à l’avoir fait, lorsqu’il m’avait transformée en Déchue. Il avait pensé, à l’époque, que cela m’irriterait, qu’il ferait de moi un pantin pathétique et que je lui demanderais bien vite de remédier à la chose. Je n’avais rien exigé. Ça l’avait agacé. Logique. Détournez les yeux d’un enfant et il pleurera pour vous attirer à lui. C’était ce qu’il faisait, à la différence qu’il était Divin et que, malgré ma volonté de l’être, il était celui qui menait notre jeu, l’enfant qui obtenait toujours ce qu’il voulait. Mes yeux glissèrent sur la glace qui me faisait face. Mon reflet me fixait d’un air supérieur. Était-ce ainsi que je paraissais ? Une femme de haute naissance qui lorgnait son monde d’une façon sévère ? C’était l’heure. « J’aurais préféré que tu retrouves l’appétit en ma compagnie. » fit-il, apparaissant derrière moi. Sa main caressa mes cheveux et je me plus à fermer les yeux un instant avant de me retourner. Un sourire sincère et désolé s’invita sur mes lèvres. Il portait une dague qu’il me tendit d’un geste assuré. Comment le lui avouer ?

« Ezechyel ! Viens ! J’ai trouvé l’endroit parfait ! ». « C’est trop haut, on n’y arrivera jamais ! ». « Mais si ! C’est toi qui as voulu un endroit spécial pour ta promesse. ». « Il fait nuit, Edel. ». « Tu as peur ? ». « T’es bête. ». La lune était à son zénith.

« Qu’y a-t-il ? Tu ne me croyais pas capable d’être aussi fourbe ? ». « Bien sûr que si. ». Ses yeux noisette avaient toujours eu cet éclat, lorsqu’il les posait sur moi. Parfois, je n’étais pas sage parce que j’aimais en admirer les teintes lorsqu’il était hors de lui. Beaucoup le craignaient car il était le Prince des Cauchemars mais, malgré nos guerres à répétition, je savais qu’il m’aimait et que la souffrance qu’il me faisait endurer n’était que le juste prix de celle que je lui avais assénée jadis. Pourtant, qui avait commencé ? La réponse avait son importance.

« Promets-le. ». « Je te le promets, Edel. ». « Promets-le encore. ». « Quand nous serons grands, je te le promets. ».

« Alors quoi ? ». « Alors rien. Je crois simplement qu’il est l’heure, Ezechyel. ». L’étonnement se lut sur ses traits. Jamais, auparavant, d’aussi loin qu’il se souvienne, je ne l’avais appelé ainsi. Il avait toujours été Jun, parce que c'était ainsi que nous nous étions connus. « Edelwyn… ». Son ton avait changé. Il se doutait, à présent, que tout ne se déroulerait pas comme il l’avait préparé minutieusement. Plus que cela, il repassait, dans son esprit, les bribes de son passé. Il ne l’avait pas assez étudié, s’arrêtant uniquement aux éléments qui pourraient le servir directement. Les figures qui l’accompagnaient, à l’époque, lui avaient toujours semblées inutiles. J’étais le centre de son univers et il était parti du principe, comme moi à l’époque, que le début de ma vie était bien postérieure au début de la sienne.

« Où est Ezechyel ? ». Le silence. « Où est Ezechyel ? » redemanda-t-elle dans un sanglot de rage. Luce fixa Edel. « Je suis désolé, il est parti. ». Les promesses ne sont que des mots, après tout, elles n’engagent que ceux qui y croient.

J’avançai ma main d’un geste doux, caressant la sienne avant de la refermer sur la dague. « Échec et mat, mon amour. ». Il ne pouvait pas voir, pas savoir. Nous n’étions pas seuls, dans ce dédale. Mon reflet, qui, auparavant, suivait les courbes de mon dos, se retourna, un sourire malsain sur les lèvres. Elle l’attendait depuis si longtemps, ce moment. Il s’agissait de l’instant où, à son tour, elle lui tournerait le dos, en lui enlevant ce qu’il chérissait, en brisant ses espoirs. Quand bien même je n’aurais guère souhaité lui infliger cette épreuve, quand bien même je n’aurais guère souhaité me plonger dans l’inconnu, je n’aurais pu résister. On ne se résiste pas à soi-même. On ne résiste pas à un Æther. La Vengeance est un plat qui se mange froid. Alors, avant même que la dague que je tenais ne transperce mon cœur, Luftë sortit du miroir, m’assénant le néant. Je n’étais déjà plus là, marionnette entre les griffes d’une Divinité qui avait joué d’une main de maître. Mon dernier souvenir avant le noir complet fut son regard, à lui. Il n’avait jamais été aussi vrai. Je sus alors qu’il avait toujours souhaité honorer la promesse qu’il m’avait faite jadis, un souhait que je n’avais alors pas compris et qui avait noirci mon cœur au point de créer Luftë.

Finalement, tout ceci, et depuis le début, était bien une histoire d’amour, une histoire d'amour déçu.



HRP

Le thème de votre personnage : Ebla - E. S. Posthumus
La mort : Elle est sympa 8D
Votre fréquence de rp : Variable
Le code du règlement :  nastae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34754
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 70
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |   | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | EmptyMar 06 Nov 2018, 12:19

L'adultes


Nyarlathotep Taiji

Nom : Taiji
Prénom : Nyarlathotep
Surnom : Nyar
Sexe : Masculin
Âge apparent : La vingtaine
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Lyrienn
Élément : La lumière
Métier : X

Niveau : I (Niveau I à partir de 7630 points)
Acquisition : Premier compagnon

Armes :  
- Une épée
- Un arc

Spécialités :
- Agilité : 4 + 1 = 5
- Force : 6
- Charisme : 5 + 1 + 1 = 7
- Intelligence : 4 + 1 + 1 = 6
- Magie : 1

Pouvoirs :
- Yüngül Qyndily Mantris
- Qyndily Aenör
- Qiln Nazaret
- Richesse à vie
- Éternité

Gain de niveau 2
- X

Gain de niveau 3
- X

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie de Jade
- La Magie Élémentaire

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- La Nourriture : Malheureusement, chaque année, des milliers de personnes meurent car elles ne peuvent pas se nourrir convenablement. Avec ce pouvoir, La Nourriture, vous allez pouvoir vous découvrir une véritable vocation de sauveur de l’humanité. En effet, ce don permet de faire apparaître de la nourriture – on ne sait pas d’où elle vient – en fonction de votre magie. Bonne, succulente, voire même totalement merveilleuse, elle ravira petit et grand. Une petite fringale ? Pourquoi ne pas utiliser La Nourriture, au lieu de vous lever ? Et c’est là que commence les problèmes. Tant que La Nourriture est utilisée à de bonnes fins, il n’y a aucun souci. Néanmoins, dès que le pouvoir est utilisé comme moyen de facilité, il montre un tout autre visage à son utilisateur et à ceux qui pourraient avaler ce qu’il produit. En effet, dans ce cas présent, une sorte d’addiction se crée. Au début, ce n’est rien, juste quelques petits étourdissements, l’impression d’être fatiguée, un peu drogué. Cependant, plus ça va, plus vous avez envie de manger, encore et encore. Plus vous avez envie de manger, moins vous avez envie de bouger. Vous commencez à grossir, votre estomac à se dilater et puis, au fur et à mesure vous devenez énorme. Le pouvoir préserve votre corps de l’explosion et, de ce fait, il n’est pas rare de voir des êtres atteindre des proportions gargantuesques, jusqu’à ne plus du tout pouvoir bouger. La Nourriture peut sauver des vies, ou en pourrir.
- Un sac en forme de Töh Taureau sans fond.
- Une petite boite en bois, joliment ouvragée qui fournit un repas par jour.
- Le pouvoir de créer des confettis.
- Invocation d'un Wëltpuff pour faire des câlins
- Des pantoufles licornes qui ont le pouvoir de faire apparaître un masseur pour détendre son petit corps
- Identité révélée : Ce pouvoir permet de savoir le prénom et le nom de la personne qui se trouve en face de votre personnage.

Particularité : Est dévolu à la garde et à la protection d'Anya.

Role-Play :
« Vous êtes sûr de vous ? Enfin… ». « Tout à fait sûr. ». Nyar ne savait que répondre. À vrai dire, sa vie entière avait été compliquée. Il n’avait aucun souvenir de sa petite enfance. L’orphelinat avait daté sa naissance au début de l’Ère de la Conciliation, une date qui lui allait parfaitement. Il n’avait jamais cherché plus loin. Il avait été bien traité, sur l’île de l’eau, mais disons qu’il aurait sans doute préféré connaître ses parents, tout simplement. Il ressentait une sorte de vide en lui. Il se sentait différent, aussi. En réalité, ce n’était pas une question de talents ou d’habileté, il n’était pas non plus étrange. Simplement, il y avait cette impression de pouvoir canaliser la plupart de ceux qu’il côtoyait chaque jour… Il lui semblait qu’il était supérieur d’une façon énigmatique. Dans les faits, cette supériorité n’existait pas. Lorsqu’il se battait, il en sortait perdant. Lorsqu’il essayait de retenir de nouvelles choses, il avait toujours du mal. En cours, il n’avait jamais brillé. Il avait même pris le parti de se mettre au fond de la classe. « Pour ne rien vous cacher, j’ai postulé pour cette mission mais… je ne pensais pas être choisi. ». « Vous l’étiez déjà avant de venir ici, pour ne rien vous cacher non plus. Nous avons ouvert cette possibilité à vous seul, sous couvert d’une offre libre, afin que vous ne vous sentiez pas sur la défensive. ». « Nous ? » répéta-t-il, ne sachant visiblement pas très bien traiter l’information de manière adéquate. « Ne vous préoccupez pas de cela. » fit son interlocuteur. « Comme je vous l’ai déjà expliqué, vous n’aurez plus à vous inquiéter pour l’argent. Nous avons les moyens de vous couvrir d’or et vous aurez toutes les propriétés que vous désirez. Cela dit, n’oubliez pas : il s’agit d’une mission particulièrement complexe. À Basphel, vous devrez vous faire passer pour un domestique. En dehors, vous devrez l’accompagner absolument partout. Elle ne doit jamais sortir de l’école sans vous. Si elle se dirige vers l’Enfer, vous devrez y aller avec elle, peu importe les circonstances. Si elle devait entrer dans la bouche d’un monstre, vous iriez aussi, c’est clair ? ». « Je comprends, oui. Seulement, encore une fois, je ne suis pas sûr d’être très qualifié… ». « Vous apprendrez sur le tas. C’est vous que nous voulons. ». L’homme paraissait sûr de lui. À vrai dire, il connaissait absolument tout de la vie de Nyar et plus encore. Ses yeux verts se fixèrent dans le regard bleu céruléen du futur accompagnateur d’Anya. D’ici quelques temps, il aurait une cicatrice sur le côté de la tête ; d’autres viendraient également. Il n’était ni intelligent, ni charismatique, ni agile, ni fort et, en réalité, ne possédait aucune qualité. Sa magie était exécrable mais, tout comme le reste, elle évoluerait vite. Nyar avait vécu une existence faite de stagnation et son élément ne s’était même pas encore révélé. « Ne craignez pas de devenir un Humain. » fit l’énigmatique personnage en le quittant, après lui avoir donné toutes les informations nécessaires à sa mission. « Je… Oui. ». Le Lyrienn n’avait su que répondre. Il était perturbé. En donnant son consentement, il était devenu immensément riche. Il repensait aux paroles de son employeur. Il lui avait avancé qu’il deviendrait maître de bien des secrets, que plus il avancerait dans sa mission, plus il se rendrait compte de choses que personne n’aurait pu imaginer. Il se questionnait. Après tout, ce n’était qu’une enfant. Anya Eorgor… Il ne connaissait même pas cette famille, bien inculte, au fond. Une chose était sûre, cela dit : il sentait que sa vie était sur le point de changer drastiquement.



Le chat


Prince

Prénom : Prince
Sexe : Masculin
Race : Chat Divin
Propriétaire : Anya

Pouvoirs :
- « Tout le monde veut devenir un cat » : Ce pouvoir permet aux chats divins de transformer les êtres humanoïdes en chat, de façon plus ou moins longue. Cela peut être pour toujours dans le cas de PNJ.
- « Un jour nous contrôlerons le monde » : Les chats divins sont capables de transformer les chats en être humanoïdes et de les contrôler à distance pour qu'ils exécutent leurs volontés. Il est dit que certains Mortels sont en réalité d'anciens chats, au service du chat divin, l'ayant simplement oublié.
- « Ce n'est pas le vide que je regarde » : Les chats divins - ainsi que les chats en général - sont capables de voir les résidus des cauchemars des individus, ces résidus flottant dans les habitations. Ils les observent donc, leurs formes affreuses échappant au commun des Mortels. Lorsqu'ils se sentent en danger, que leur propriétaire l'est ou que quelqu'un est indésirable dans la maison, ils peuvent les contrôler afin de faire peur à l'individu qui est soudain hanté par des pensées affreuses et morbides et des illusions glauques et effrayantes.
- « Invocation du Chabhuss » : Les chats divins sont capables d'invoquer un moyen de transport quelque peu étrange. Il semble s'agir d'un chat d'une grande envergure mais à forme particulière. Les humanoïdes peuvent monter dedans. L'endroit est doux et confortable. Il est muni de banquettes en poils de chat et se déplace dans les airs. Le Chabhuss peut aller là où la personne lui demande. Parfois, c'est le chat divin qui l'a invoqué qui décide. Ses yeux éclairent la nuit.
- « Le quart d'heure de folie » : Souvent, les chats entrent en hyperactivité sans raison apparente. Il s'agit en réalité d'art, de transe et, surtout, d'une prière en hommage aux Chats Divins. Ces mouvements frénétiques apportent l'énergie nécessaire à ces derniers pour qu'ils puissent développer le pouvoir dont ils ont besoin.
- « Pourquoi se limiter à sept vies ? » : Les chats divins sont immortels.
- « L'effet Papillon ? Pire ! L'effet Ronron » : Lorsque les chats divins ronronnent, les gentilles vibrations qui sont émises depuis leur corps entre en résonance avec le reste du monde, ce qui accentue, kilomètre par kilomètre, leurs effets. A la fin, à un endroit X des Terres du Yin et du Yang, un tremblement de terre a lieu, sa puissance dépendant entièrement du temps pendant lequel le chat ronronne et de la densité des ronrons. Lorsque d'autres chats se joignent au chat divin et ronronnent avec lui, cela créé un effet de groupe qui modifie quelque peu le phénomène. Au lieu d'un tremblement de terre, le ciel semblera se briser et des choses tomberont des crevasses ainsi créées jusqu'à ce que les trous se referment, comme si de rien n'était.
- « Flair Kaïn » : Les chats divins ont une particularité : ils semblent ne jamais se nourrir. Cela peut, bien entendu, alerter les maîtres dans un premier temps. Cela dit, puisqu'ils ne mincissent pas et n'ont pas l'air de dépérir, ils se disent que cela doit être normal. Ça l'est. Les chats divins mangent bien, de temps en temps, mais tels des serpents, ils mettent longtemps à digérer leur proie. En effet, il sont capables d'ouvrir grand la gueule pour avaler tout rond leurs « croquettes ». Sauf que lorsqu'ils le font, vous n'êtes plus en présence de cette mignonne petite boule de poils que vous aimez tant, mais bien en présence d'un véritable monstre. Des espèces de tentacules aux dents tranchantes sortent alors de la bouche du minou pour venir happer n'importe quel individu se trouvant dans les parages. L'individu disparaît dans le ventre du chat comme si de rien n'était, et l'animal reprend sa petite vie sans avoir pris un seul gramme. Il met quelques lunes à le digérer avant de recommencer, souvent à l'abri des regards indiscrets. Il est dit qu'il ne s'en prend qu'aux individus qui se sont montrés cruels avec les chats. A bon entendeur.

Particularité : Le chat divin a huit pouvoirs de base. Il est une création divine. Fair-play exigé.

Mon Histoire : « Tiens, te voilà. » Il sourit à sa femme, s’approchant d’elle d’un pas lent mais assuré. « On ne peut pas dire que tu sois souvent ici non plus. » fit-il en laissant courir l’un de ses doigts sur le menton délicat de l’ancienne Orine, descendant tranquillement sur sa gorge avant de se frayer un chemin jusqu’à sa poitrine généreuse. Il fit disparaître son index dans le creux de ses seins, d’un air satisfait. « J’ai toujours aimé cacher des choses par ici… » souffla-t-il, sans cacher le moins du monde ce petit ton pervers qu’il savait prendre en de rares occasions. Un peu plus tard, lorsqu’il avait obtenu ce qu’il voulait et qu’il avait cédé à ce qu’elle désirait aussi, il déclara : « J’ai envie de créer avec toi. Notre précédent présent aux Mortels leur a plu, il me semble. Toi qui as toujours des idées pour me combler… je t’écoute. » Il continuait son chemin avec son index, mais sur ses fesses dénudées, maintenant. Il y avait une trace de dent, dessus. Il savait qu’elle effacerait ça de là lorsqu’elle irait voir ses amants. Quelle vilaine garce. Cela dit, c’était toujours un plaisir de la marquer ainsi. La belle déité se retourna pour le regarder, lui montrant un tout autre paysage qu’il apprécia tout autant. « Lorsque j’étais enfant, il y avait une légende qui courait à Maëlith, la légende du Chat Divin. Il était le maître des chats de ces Terres et ses pouvoirs étaient pures merveilles ; merveilleux et dangereux. » « Comme nous. » fit-il dans un sourire taquin. « Comme nous. » répéta-t-elle. Il sembla réfléchir, s’amusa, et se rehaussa pour coller son corps au sien. « J’ai bien fait de te ravir à Caleb. À l’époque, je n’avais aucune idée de quel genre de femme tu étais, si… machiavélique derrière tes grands cils et ta silhouette graciles aux courbes trop généreuses pour ton propre bien. » Il appuya ses doigts sur ses fesses et l’attira à lui fermement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34754
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 70
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |   | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | EmptyMar 27 Nov 2018, 16:59

Ceci n'est pas ce qu'il semble être


Khéops

Nom : X
Prénom : X
Surnom : Khéops
Sexe : Féminin
Âge apparent : Onze ans
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Reflet
Métier : X

Niveau : III (Niveau I à partir de 7086 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Une rapière
- Un arc

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 5
- Charisme : 7
- Intelligence : 9
- Magie : 9

Pouvoirs :
- L'éternité du phénix
- La connaissance de l'âme-sœur
- L'existence de l'Autre
- Télékinésie
- Se soigner en absorbant l'énergie d'autrui

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- Parler aux animaux

ARMES
- Sarbacane

ARTEFACTS
- Une boîte à musique qui, une fois ouverte, plonge ceux qui entende la mélodie dans leurs souvenirs passés.

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie Primitive
- La Magie de Rised

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- La malédiction d'Ezechyel (Double les points de charisme jusqu'à Noël 2019)

Role Play :
Ses doigts maintenaient le pinceau qui courait sur la toile. À gauche d’elle se trouvait un tableau du Maître du Jeu, fini depuis des Ères déjà. Il n’avait jamais été exposé, bien trop intime. Mitsuko avait ses entrées, jadis, dans les plus grandes banques du Monde et elle y avait entreposé plusieurs de ses biens sous différentes identités. Elle n’avait pas l’intention de tout récupérer, pas maintenant, étant donné que certaines de ces dernières étaient célèbres et réputées mortes ou disparues. Les faire réapparaître de façon irréfléchie signerait la fin d’une époque de calme et de sûreté. En tant qu’Ostara Stark, personne ne la connaissait, bien que sa situation – celle qu’elle avait créé de toutes pièces – commençait à être connue. C’était voulu. Quoi qu’il en soit, elle avait récupéré quelques biens, mis en sûreté sous l’une de ses nombreuses identités, dont ce tableau. Si elle souhaitait que celles qui étaient censées lui ressembler s’améliorent, elle devait leur mettre toutes les cartes en main. Cela faisait depuis de nombreuses Ères que Mitsuko usait de stratagèmes similaires. Les clones, les Reflets, une magie puissante de duplication, elle entendait être partout, sur tous les fronts. Les clones avaient le désavantage d’être indépendants et parfois peu enclins à lui obéir. Les Reflets, ne demandaient que cela : être elle. Elle devait se méfier, néanmoins, que leur puissance ne dépasse jamais la sienne, sous peine de prendre quelques risques. Cela étant, ce n’était pour le moment pas une question d’actualité. La magie, quant à elle, ne fournissait pas une solution viable à long terme. Les Reflets étaient donc les plus à même de répondre à ce qu’elle souhaitait. Ils avaient un long chemin à faire avant de l’épouser parfaitement mais ils progressaient. « Prenez votre temps, Khéops. » dit-elle calmement en regardant l’œuvre prendre forme. À vrai dire, c’était mauvais mais Mitsuko n’était pas de ces femmes à vouloir tout, tout de suite. Plus le travail était intense, plus le mérite était grand et plus le résultat était apprécié. Elle ne tromperait jamais Ezechyel mais les Mortels pouvaient s’y laisser prendre. Elle n’avait pas forcément besoin que ses Reflets soient puissants pour les utiliser. Justement, trop d’influences et de prestances effrayait la plèbe, suscitait des jalousies ou un trop plein d’admiration qui paralysait d’ambitieux projets. Khéops, puisque tel était son surnom, fronça les sourcils, sa longue chevelure blonde cascadant jusqu’à sa chute de reins. L’apparence n’était qu’un détail puisque Mitsuko n’était pas constante sur ce point. Le Reflet devait s’adapter, être capable d’adopter différents aspects avec rapidité. Ce qui était beaucoup plus difficile était l’assimilation de l’histoire de cette femme. Son vécu était énorme et sa psychologie frôlait une complexité capable de pousser n’importe qui au suicide. Khéops se demandait si son modèle se connaissait elle-même, comme si le labyrinthe de ses émotions n’était en réalité qu’une gigantesque illusion qui la trompait aussi. « C’est votre mari, n’est-ce pas ? » demanda soudain le Reflet. « Mon ancien mari, oui. Lorsqu’il était au sommet de sa gloire ; un état qu’il ne retrouvera sans doute jamais. ». Elle était dure avec Zel’Eph mais sous cette forme ombragée, elle se fichait bien de tout ceci. Elle pouvait s’imaginer qu’il n’était rien pour elle, qu’un insecte comme les autres. Les choses devenaient bien différentes une fois qu’elle portait la couronne du Tout sur le sommet de son crâne. Elles l’étaient, oui, mais pas que pour le Réprouvé. Le monde dans lequel elle vivait prenait un tout autre aspect et ses rêves devenaient différents. Était-ce mal ? Elle n’en savait rien. Elle pouvait être qui elle voulait ; elle-même aussi, parfois.



Gizeh

Nom : X
Prénom : X
Surnom : Gizeh
Sexe : Féminin
Âge apparent : Onze ans
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Reflet
Métier : X

Niveau : III (Niveau I à partir de 7086 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Une rapière
- Un arc

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 5
- Charisme : 7
- Intelligence : 9
- Magie : 9

Pouvoirs :
- L'éternité du phénix
- La connaissance de l'âme-sœur
- L'existence de l'Autre
- Télékinésie
- Se soigner en absorbant l'énergie d'autrui

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- Respiration aquatique

ARMES
- Une dague

ARTEFACTS
- Une armure doté d'un bouclier magique.

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie Primitive
- La Magie de Rised

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- X

Role Play :
Mitsuko était en train de jouer du piano. Elle portait la Couronne. Ses doigts couraient sur l’instrument avec agilité. Dehors, le son semblait se profiler vers l’infini. Il faisait beau. Gizeh était dans le jardin en compagnie d’Azaël. Le fils de celle qui était à présent une Lyrienne semblait s’accommoder de cette étrange créature qui apprenait à se comporter comme sa mère. Lui-même apprenait à être une femme. Finalement, ils étaient un peu semblables, elle et lui. Il leva ses yeux bleus vers le Reflet. « Cela doit être difficile. ». « De quoi ? ». « D’essayer d’imiter la Comtesse. D’ailleurs, en réalité, elle est bien plus que cela, puisqu’elle est une descendante de Conrad. ». Il précisa. « Il était Chancelier d’Ivoire fut un temps. ». « Oh. Peut-être que votre mère ne souhaite pas brûler les étapes et reconquérir sa gloire en passant par un chemin plus ardu. ». « C’est possible. » répondit le « jeune homme ». Il continua de l’observer. « Je trouve votre apparence plutôt réussie, même si vous n’avez pas encore sa prestance, ni cet éclat particulier qui brille dans ses yeux. Cela étant, comme vous semblez vouloir la copier, ce défi doit vous passionner. Elle aime lorsque les choses sont compliquées, hors de sa portée. Certains pourraient croire qu’il suffit d’échapper à son emprise pour la faire accourir mais ceux là auraient tort. Elle n’accourt que lorsque la chose en vaut la peine, et encore. Depuis ma naissance, ce sont toujours les autres qui ont cherché à attirer son attention. ». Sa mère avait été une Déesse. Les Mortels s’étaient donc tout naturellement tournés vers elle, levant les yeux vers les représentations de la Justice et de la Vie d’un air implorant. Azaël passa son pouce et son index le long de l’une des mèches brunes de la femme. « Je la préfère blonde mais, ici, il ne vaut mieux pas. Cela dit, parfois, je la vois lorsque je jardine, reprendre son apparence originelle, à l’abri des murs protecteurs de cette maison. ». Son regard courut vers la porte fenêtre par laquelle les notes se faufilaient jusqu’à eux. « Croyez-vous qu’elle soit triste, parfois ? » demanda-t-il. « Difficile à dire. Je ne la copie pas depuis assez longtemps pour savoir. Votre mère segmente sa vie en des milliards de cases, finement rangées dans sa mémoire. Elle en inhibe beaucoup. Elle est compliquée à déchiffrer. Mais vous avez raison, cela me motive à avancer. D’ici quelques lunes, je la connaitrais mieux et mon jeu sera plus profond, plus réel. En attendant, je ne peux que l’observer tous les jours. ». Azaël sourit. Lui aussi observait le monde, tous les jours, depuis des Ères. Il trouvait les autres intéressants. Le temps faisait son office et la vie de ceux qui l’entouraient défilait devant ses yeux. Combien de gens avait-il vu mourir au cours de son existence ? Cela ne l’attristait pas. C’était un processus normal. Et puis, il se sentait différent, comme s’il savait mais que les choses étaient bloquées, comme si elles lui étaient murmurées dans une langue indéchiffrable. « Vous savez, elle ne me vouvoie pas. » fit-il soudain, légèrement taquin. Le Reflet prit une mine légèrement étonnée puis lui sourit d’une façon douce. « Excuse-moi. » susurra-t-elle, avant de se pencher sur une fleur pour en humer le parfum. « Connaître une rose prend du temps et lorsque l’on arrive à saisir chacune des nuances de ses pétales et de son parfum, elle a déjà rejoint la mort. » fit-il, soudainement plus poétique. « Je crois que ta mère ne veut pas rejoindre la mort. » répondit Gizeh.



Olympie

Nom : X
Prénom : X
Surnom : Olympie
Sexe : Féminin
Âge apparent : Onze ans
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Reflet
Métier : X

Niveau : III (Niveau I à partir de 7086 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Une rapière
- Un arc

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 5
- Charisme : 7
- Intelligence : 9
- Magie : 9

Pouvoirs :
- L'éternité du phénix
- La connaissance de l'âme-sœur
- L'existence de l'Autre
- Télékinésie
- Se soigner en absorbant l'énergie d'autrui

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- Fabriquer des potions

ARMES
- Une épée bâtarde

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie Primitive
- La Magie de Rised

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- Une demeure sur le territoire Magicien

~ Autres
- La branche de gui : Si vous accrochez la branche de gui quelque part, cela donnera envie aux personnes qui s'en approchent de s'embrasser, et plus si affinité.

Role Play :
« Un, deux, trois. ». Mitsuko comptait la mesure, tenant Olympie dans ses bras. Elle faisait l’homme, apprenant au Reflet à danser. Sa partenaire était gauche mais elle s’améliorerait avec le temps. Elle-même s’était beaucoup entraînée pour être à la hauteur de ses ambitions ; et de celles de sa famille. Les deux femmes s’arrêtèrent un instant, le regard de la copieuse s’attardant sur la toile qui trônait au beau milieu de la pièce. « Le Monarque Démoniaque ? ». « En effet. ». La blonde sourit, taquine. Des acheteurs venus des quatre coins du monde s’étaient arrachés l’œuvre et le prix qu’elle en tirerait bientôt avait le mérite d’être exorbitant. Nul doute qu’elle allait pouvoir augmenter son patrimoine, refaire sa garde-robe et, pourquoi pas, se permettre de payer quelques domestiques. Il ne fallait pas croire. Elle avait beaucoup d’argent. Elle ne pouvait simplement pas le récupérer pour l’instant. En tant que Dies Irae, toutes ces choses paraissaient futiles, bien sûr. Seulement, puisque son corps ombragé avait tendance à disparaître et qu’elle était obligée de porter la Couronne la plupart du temps, elle devait penser différemment. L’argent ne lui semblait jadis nécessaire que pour bâtir chaque parcelle de son Empire. Aujourd’hui, il lui était nécessaire pour vivre. « La tenue est assez… particulière. ». Un petit sourire cynique éclaira ses traits. « Rien n’est trop particulier pour le Monarque Démoniaque. Cet homme pourrait faire passer le ridicule pour un petit joueur s’il ne le rendait pas éclatant. ». « Pourtant, je sens que vous n’aimez pas cette tenue. ». « Je suis sans doute trop attachée aux règles de bienséance, qui impliquent de ne pas porter ce genre de fioriture en présence d’une inconnue. ». « Pourtant, vous le considérez… Je crois. ». « Assez pour le peindre dans cette tenue et obtenir de l’argent ainsi. ». Elle avait passé plus d’une heure à s’occuper de sa trompe. Elle avait une bonne mémoire. Il faut dire et les nuances étaient importantes en la matière. L’éléphant qui cachait son sexe était le seul vêtement visible. Elle n’avait aucunement été étonnée par la popularité du tableau ; certains avaient des goûts plus que douteux, même si la toile était signée par un grand nom. « Peut-être qu’il me poursuivra en justice pour utiliser son image, ce qui serait ironique en soi. Mais assez parler de cet homme. Vous devez apprendre à danser en ce qui vous concerne. Je m’occupe de lui, pour ma part. ». « Je vous sens sur la réserve. ». « J’ai peur qu’il me déçoive. D’un autre côté, je ne l’ai rencontré qu’en tant qu’Ombre. Je serai curieuse de m’observer réagir en sa présence, avec la Couronne. ». Tout était plus simple lorsqu’elle possédait sa forme ombragée. Elle pouvait mentir, elle mentait d’ailleurs. Ses sentiments étaient factices, ses impressions toute autant. Elle pouvait les modeler à sa guise pour correspondre à ce qu’elle désirait à la fin. Elle pouvait rire de cette pièce de tissu ridicule, elle pouvait se convaincre du génie derrière le port de ce vêtement. La liberté la plus absolue coulait au sein de ses veines. Avec la Couronne, elle ne pouvait plus mentir, ni aux autres, ni à elle-même. « Si cela se trouve, je ne l’apprécierai pas. Nous verrons. Dansons. » répéta-t-elle, ses pensées se bousculant en son esprit. C’était étrange. Elle craignait l’artefact autant qu’elle l’appréciait. Devoir être honnête sur ses goûts, sur ce qu’elle était, avait un goût exquis, le goût du défi. Il était plus dur de ressentir vraiment et de risquer à chaque instant d’être empêtrée dans des sentiments difficiles à supporter.



Artémis

Nom : X
Prénom : X
Surnom : Artemis
Sexe : Féminin
Âge apparent : Onze ans
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Reflet
Métier : X

Niveau : III (Niveau I à partir de 7086 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Une rapière
- Un arc

Spécialités :
- Agilité : 6
- Force : 5
- Charisme : 7
- Intelligence : 9
- Magie : 9

Pouvoirs :
- L'éternité du phénix
- La connaissance de l'âme-sœur
- L'existence de l'Autre
- Télékinésie
- Se soigner en absorbant l'énergie d'autrui

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie Primitive
- La Magie de Rised

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- X

Role Play :
Un sourire amusé trônait sur ses lèvres. Allongé sur le canapé, il regardait Mitsuko danser avec son Reflet. Cela faisait plusieurs jours qu’elle s’astreignait à cet exercice. Il était apparu là, simplement pour la voir. Il n’avait rien à lui dire de particulier. Elle tolérait sa présence. Elle n’avait pas le choix, de toute façon. « Mon corps commence à disparaître. » dit-elle, pour débuter un semblant de conversation. Amis un jour, ennemis le lendemain, leur relation n’était pas clairement définie et plutôt confuse. Le Reflet écoutait. Cette histoire de disparition ne lui plaisait pas. Si son modèle mourait, elle ne pourrait plus apprendre à la connaître et deviendrait une copie imparfaite, obligée de trouver quelqu’un d’autre. Elle n’en avait pas envie tant le champ des possibles était grand en apprenant de cette femme. « Je le sais. Les Dies Irae ne sont pas faites pour cesser de manger les Âmes. ». « Alors pourquoi me l’interdis-tu, dans ce cas ? ». « Ça m’amuse. » répondit-il d’un ton léger. Jusqu’à quand lui obéirait-elle ? Elle ne dit rien. Elle ne le pensait pas assez dérangé pour comploter à sa perte. Sauf si elle se trompait, et elle le connaissait assez pour savoir qu’elle avait raison, il ne souhaitait pas la tuer. Son objectif était qu’elle le rejoigne. Il n’avait pas le droit de l’attaquer directement, ce qui rendait leurs tête-à-tête plutôt amicaux, finalement. Cependant, elle n’oubliait pas qu’ils ne jouaient pas dans le même camp. Il voulait qu’elle acquière de nouveau l’Immortalité ; ce n’était pas ce qu’elle souhaitait. Bien sûr, s’adapter à sa nouvelle condition de Mortelle avait été difficile mais elle y avait pris goût, parce qu’il n’y avait rien de plus dur. La saveur du défi était trop intense pour la refuser. De toute façon, elle doutait très largement de la possibilité pour elle de redevenir Æther en si peu de temps, pas après avoir été punie. Était-ce seulement une punition ? Après tout, elle avait décidé de placer les Ombres en faveur de Sympan et, à dire vrai, même si elle avait pris le parti des Ætheri, c’était avant tout parce qu’elle avait jugé ce camp là moins avantagé. Son amour du risque était parfois dangereux, trop peut-être. Quoi qu’il en soit, le but de l’homme était de retrouver sa moitié. Il ne la tuerait pas. Cependant, la mort était loin d’être le pire châtiment. Elle savait qu’il ne se priverait de rien. Elle ne pouvait pas le toucher, juste essayer de survivre du mieux qu’elle pouvait. Elle essaierait quand même de le mettre échec et mat. C’était un Dieu, oui, mais elle le connaissait par cœur, et si elle ne pouvait pas l’atteindre de façon directe, peut-être qu’il existait des moyens détournés. Elle savait ce qui l’agaçait. Comme s’il avait lu dans ses pensées, il se leva et s’avança afin de séparer les deux femmes. « Je ferai un meilleur cavalier que toi. » souffla-t-il d’un ton mécontent. Il sourit à Artémis qui sembla soudainement confuse. Mitsuko s’était légèrement reculée, l’observant. Il ne paraissait pas Divin, juste normal. Il se plaçait à son niveau afin de pouvoir discuter, comme elle l’avait fait jadis. Pourtant, il ne lâcherait rien. Elle aurait beau lui expliquer qu’elle ne voulait plus incarner Edel, il ne comprendrait pas et resterait sourd. Sans doute avait-il raison. Sans doute finirait-elle par retrouver sa Divinité, mais après combien d’années ? Combien d’Ères ? Elle ne pouvait le savoir. Ils se combattraient pour mieux se rejoindre, c’était la seule certitude qu’elle avait. Cependant, étrangement, et peut-être aussi parce qu’elle n’y avait pas encore laissé trop de plumes, ce duel lui plaisait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34754
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 70
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |   | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | EmptyDim 13 Jan 2019, 19:48

L'enfant de la nuit


Mera Eorgor

Nom : Eorgor
Prénom : Mera
Sexe : Féminin
Âge apparent : Vingt ans
Ère de naissance : L'Ère du Chaos du Cristal
Race : Vampire
Lignée : Thanos
Créateur : Clauswitz Eorgor
Métier : X

Niveau : I (Niveau I à partir de 7578 points)
Acquisition : Calendrier de Noël 2018

Armes :
- Une dague
- Une épée

Spécialités :
- Agilité : 4
- Force : 4
- Charisme : 5
- Intelligence : 6
- Magie : 1

Pouvoirs :
- Aliénation
- Contemple ton ombre
- Le lien du sang
- Télékinésie
- Lire l'avenir

Gain de niveau 2
- X

Gain de niveau 3
- X

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie des Ténèbres
- La Magie du Sang

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- X

Role Play : « Mera, Mera, Mera. ». Clauswitz fixait la jeune femme d’un air amusé. Ce n’était pas commun. Bien entendu, il l’avait repérée, avide d’en faire l’une de ses enfants. Seulement, la tournure des événements l’avait fait renoncer, pour l’instant. Lui qui avait cru la charmer, l’approcher en douceur, sans qu’elle ne le voie venir, s’était considérablement trompé. C’était elle qui l’avait tenté, elle qui voulait connaître la douceur cruelle du baiser et elle qui souhaitait changer d’essence. Le retournement de situation n’avait pas plu au blond et il avait cherché un moyen de mettre cette douce créature à l’épreuve. Il se demandait si elle était tombée amoureuse de lui pour souhaiter perdre son statut angélique de la sorte. Elle avait su mettre sa gorge en évidence discrètement, avec une élégance certaine. Il avait été épaté par ses recherches scientifiques et son esprit brillant. Seulement… puisqu’elle n’était pas la victime de l’histoire, il se devait de rendre les choses plus croustillantes, de lui imposer de nouvelles règles et de lui poser un ultime défi. Il plongea son regard dans ses yeux verts aux reflets noisette. Son faciès avait quelque chose de noble et ses lèvres l’attiraient grandement, presque autant que son sang. Clauswitz attrapa une mèche blanche et se mit à jouer avec. « Tu as du cran, je dois l’admettre. Seulement, me révéler que tu tires les ficelles depuis si longtemps de la sorte n’est pas très intelligent. Je vais devoir retarder de quelques temps ta transformation, je le crains. ». Une lueur légèrement sadique éclairait ses traits. Jamais il ne fallait oublier la folie qui pouvait étreindre l’homme, quand bien même il paraissait en tout point bien éduqué et charmant. Beaucoup s’y étaient trompés. Beaucoup étaient morts. Mera resta silencieuse mais, au fond d’elle-même, elle était ravagée par un sentiment étrange et destructeur. La défaite ne lui plaisait pas. Sans doute avait-elle fait preuve d’orgueil à se croire supérieure à lui. Pas assez pour qu’elle connaisse la déchéance, et encore, mais suffisamment pour qu’elle ressente une pointe glacée lui transpercer les entrailles. Elle se fichait bien qu’un quelconque Archange la juge pécheresse. Elle voulait simplement devenir sa fille, servir ses intérêts, obéir aux volontés de cet homme qu’elle trouvait parfait en tout point. Elle n’aurait pas dû parler, elle n’aurait pas dû essayer de l’impressionner. À présent, elle ignorait ce qu’il lui réservait. « Il se trouve que j’ai entamé la construction d’un labyrinthe… Enfin, pour être exact, de plusieurs labyrinthes. Les couloirs ne sont pas tous reliés entre eux. Certains oui, d’autres non. Là réside l’énigme du plus grand dédale de ma création. Normalement, la magie permet de s’échapper de l’endroit mais hum… sans l’intelligence nécessaire, cela est impossible. Il faut les deux pour s’en sortir. Ce que l’on va faire, ma chère Mera, c’est que je vais t’enfermer là-bas, avec plusieurs de ces petites fioles… ». Il fit apparaître entre ses doigts un breuvage bleuté. « Elles réduiront ta puissance à chaque fois que tu en boiras une. Et, comme tu as dû si bien le deviner : tu as interdiction de tricher. Tes facultés mentales se réduiront en même temps que ta magie, que ta force, que ton agilité. Après plusieurs lunes, tu ne seras plus que l’ombre de toi-même. Cependant, si tu arrives à sortir de là, alors tu obtiendras ce que tu voudras. ». Le défi était infaisable, trop difficile. Lui-même, s’il n’avait pas été l’architecte, s’il ne connaissait pas les plans, aurait eu bien du mal à s’extirper du dédale. Il y serait arrivé, bien sûr, mais après de longs moments de solitude. De ce fait, plus le temps passerait, plus elle ingurgiterait les fioles et plus ses chances se réduiraient drastiquement. Cependant, Clauswitz voulait laisser le sort décider. Et puis, elle pouvait toujours refuser son offre. Après tout, rien ne lui garantissait qu’elle était à ce point déterminée à devenir une enfant de la nuit. Mera accepta et les Ères passèrent, encore et encore.



L'Orine


Atsume Honoe

Nom : Honoe
Prénom : Atsume
Sexe : Féminin
Âge apparent : La trentaine
Ère de naissance : Troisième partie de l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi
Race : Orine
Maître : Zane Azmog
Métier : X

Niveau : III (Niveau I à partir de 7400 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Un katana
- Un stylet

Spécialités :
- Agilité : 12
- Force : 6
- Charisme : 15 + 1 + 1 = 17
- Intelligence : 7 + 1 + 1 = 9
- Magie : 6 + 1 = 7

Pouvoirs :
- Le Lien
- Art Divin | Baladi
- Invocation Céleste | « Qu’importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploie devant lui. ».
- Contrôle de la magie noire
- Prendre possession du corps d'autrui

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- Caractéristique animale : ouïe fine.

ARMES
- Un filet

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- La Magie d'Argent
- La Magie de Perle

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- L'instrument de la manipulation : Votre personnage, quelques jours après avoir fait ce que la Petite Fille lui a dit, reçoit un instrument de musique qu'il n'a jamais eu l'occasion d'apprendre au cours de sa vie. Au fur et à mesure de sa pratique, il se rendra compte qu'il est capable de façonner les émotions de ceux qui l'écoutent en fonction du morceau joué, dépendamment de sa magie. Si c'est un morceau triste, la foule sera triste. Jouer longtemps amènera à modifier le comportement de l'auditoire selon le sentiment ressenti, sans que ce comportement ne soit néanmoins prévisible ou manipulable par l'artiste en dehors du ton de la musique. Si quelqu'un se suicide du fait d'un morceau très triste joué longtemps, ce n'est pas l'artiste qui l'a voulu, les effets étant imprédictibles par lui ; et pas forcément positifs pour lui non plus. Il se rendra compte également que jouer a tendance à amener la plèbe à lui, là encore, en fonction de sa magie. [Vous avez compris, à vous de faire pratiquer votre personnage pour qu'il arrive à maîtriser l'instrument. Sinon les effets n'opéreront pas. Il faut qu'il arrive à en jouer et, forcément, ça dépend beaucoup de son agilité ^^ Plus le jeu est parfait et la magie grande, plus les effets sont importants. En contre-partie, les effets dépendent aussi de la force de celui qui écoute.].
- Dévore-Rêve | Il s’agit d’un immense cerceau aux bords plus tranchants que les lames d’un rasoir. D’après les légendes, il est une offrande de la Déesse des Rêves, Harabella. Il est imprégné de magie, et requiert délicatesse et doigté, pour être efficace. C’est une arme difficile à manier, autant sur le plan physique que sur les pouvoirs qu’il détient. Car Dévore-Rêve s’empare des songes de ceux qu’il tue et même de ceux qu’il blesse. Il se nourrit de leurs désirs, de leurs inspirations. De tout ce qui les aide à aller mieux. De tout ce qu’ils craignent. C’est comme s’il cherchait à dresser la liste de tout ce qu’on peut rêver, de tout ce qu’on peut vouloir, de tout ce qu’on peut désirer et de tout ce qu’on rejette et que l’on craint. Et il s’en servira. Son propriétaire sera inspiré par les bons côtés. Dévore-Rêve fera en sorte de lui donner le coup de fouet dont il a besoin pour vaincre l’adversité. Il n’hésitera pas à le manipuler, d’ailleurs. A le nourrir de faux-semblants, de désirs qu’il ne possède pas. Mais Dévore-Rêve est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Contre les ennemis … Il enverra les cauchemars, les craintes et les doutes. Il drainera tout ce qui est bon, tout ce qui donne de l’espoir … Jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Juste le désespoir. Il aime que les personnes n’aient plus la force de se battre, sur un plan mental.

Physionomie : Chaque jour que la Vie lui donna, Atsume essaya de tailler son corps pour qu’il fasse partie du monde des Orines, pour qu’il soit façonné tel un rêve pour ceux qui auraient à l’admirer. Grande et élancée, son bassin et son buste se meuvent gracieusement lorsqu’elle pratique son art, le Baladi, danse sensuelle, faite de volupté et de courbes. Attachée au maquillage qui magnifie ses traits, elle aime à noircir ses yeux bleus et à rendre ses lèvres aussi rouges que le sang. Auparavant longue, sa chevelure a été raccourcie en un carré bouffant qui dévoile une nuque qu’elle habille de tatouages au henné, à l’instar du reste de son corps, selon ses envies. Adoratrice des kimonos de Maëlith, il lui arrive d’en porter lorsque son ouvrage ne requiert par une autre tenue. Lorsqu’elle danse, son corps accueille des jupes colorées au tissu volage, sa poitrine dissimulée sous des tenues qui dévoilent son ventre, le tout orné le plus souvent de perles et autres bijoux de corps.

Psychologie : L’adaptation est un art qu’Atsume a parfaitement compris. Orine du Monarque Démoniaque, sa psychologie a évolué afin de le satisfaire au mieux. Les remords des premiers jours se sont vites effacés pour faire place à un besoin vital d’assouvir les moindres désirs de son Maître, quels qu’ils puissent être. Si cette dernière aime exécuter des danses sensuelles pour plaire au Diable ou à ses invités, son office ne s’arrête pas là, bien au contraire. Devenue assassin et voleuse afin de le contenter, elle ressent chacune de ses envies avec une précision chirurgicale, la poussant dans les méandres des vices et du mal. Dévouée à l’homme et à son Destin, elle s’emploie activement sur un chemin qui le mènera vers triomphe et victoire. Artiste au cœur d’un Monde de cruauté, elle aime le Beau et pratiquer le Baladi ainsi que d’autres talents qu’elle a développés au sein de Maëlith. Dessinatrice, peintre, musicienne, chanteuse, elle s’entraîne sans relâche pour se perfectionner un peu plus chaque jour, maniant également son stylet et le poison avec dextérité.

Histoire :
L’ambiance était feutrée et sensuelle. Atsume dansait autour des invités en leur servant de l’alcool dès qu’ils en faisaient la demande. Elle ne savait que trop bien que les fragrances qu’elle utilisait pour se parfumer en charmaient plus d’un. Seulement, tous ici connaissaient la règle d’or : ne point toucher ce qui appartient au Monarque, une loi qui aurait pu être difficile à respecter, tant l’interdit était délicieux, si la sentence encourue n’était pas… hum… mortelle. De temps à autre, elle caressait la peau de son Maître d’un regard discret. Elle n’attendait qu’un signe de sa part, un sentiment ou une envie qu’elle décèlerait sans la moindre difficulté. L’Orine sourit à un Démon, frôlant son avant-bras de ses doigts fins avant de saisir la carafe et de le servir. L’artiste écoutait la discussion qui avait cours d’une oreille attentive, faisant mine de n’être qu’un objet de décoration magnifiant la réunion. Sans doute l’était-elle mais il serait se tromper gravement de la penser potiche alors qu’elle était un outil que le Diable savait manier pour s’assurer une réussite encore plus spectaculaire. Un fin sourire apparut soudain sur les lèvres d’Atsume. Elle le sentait au plus profond de son être, telle une évidence, un ordre de l’homme qui régnait sur l’Enfer. Il n’avait aucun besoin de lui murmurer les actions qu’elle devait exécuter. Tout avait été prévu, orchestré et, pour le reste, le lien qu’ils entretenaient suffisait amplement. « S’il vous plaît » murmura-t-elle en servant son breuvage à une succube qui ne put s’empêcher d’admirer la ligne de son cou pâle, habillé de dessins au henné. L’Orine s’écarta doucement, attendant que la femme trempe ses lèvres dans la coupe qui était sienne. S’avançant de nouveau, elle plaça ses lèvres près de l’oreille de la traîtresse. « Il vous honore d’une mort douce en hommage à votre langue habile. ». Lorsque l’intéressée comprit que la danseuse avait profité de son inattention pour glisser du poison dans son verre, il était trop tard. Atsume sourit à Zane, tournant les talons avec volupté pour ouvrir les portes de la salle. Elle fit un signe de la tête aux fidèles du Monarque qui se trouvaient derrière elle. Il était temps pour les autres invités de connaître de multiples tortures pour satisfaire celui contre lequel ils avaient comploté sans la moindre discrétion. Il était le Souverain de l’Enfer, celui que L’Œil avait choisi, son Maître et quiconque obstruait son chemin ne méritait pas de vivre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Anya Eorgor
~ Déchu ~ Niveau I ~

~ Déchu ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 34754
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 42 ; Force : 42 ; Charisme : 51 ; Intelligence : 52 ; Magie : 70
◤ ◤:
Anya Eorgor
MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |   | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | EmptyMer 17 Juil 2019, 15:36

Les enfants de Sympan


Yasmine Taiji

Nom : Taiji
Prénom : Yasmine ; Violette n'étant plus utilité
Titre : Fondateur d'Alaitihad (Muasis Alaitihad)
Sexe : Féminin
Âge apparent : La trentaine
Ère de naissance : L'Ère de la Purge Salvatrice
Race : Humain
Royaume : Babelsba
Métier : Commerçante | Rang I

Niveau : III (Niveau I à partir de 7371 points)
Acquisition : Ancien personnage passé en compagnon

Armes :
- Un sabre
- Un arc
- Un javelot

Spécialités :
- Agilité : 16 + 1 = 17
- Force : 14 + 1 = 15
- Charisme : 16
- Intelligence : 12 + 1 + 1 = 14
- Anti-Magie : 5

Pouvoirs :
- X

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- Une dague
- Une rapière forgée du sceau de base d'Alaitihad (il s'agit de cinq épées dont les pointes se touchent, pour symboliser l'union).

ARTEFACTS
- Une médaille ronde, en bronze, sur laquelle figure une pyramide, gravée du mot Munaqadh, qui veut dire sauveur. C'est une médaille honorifique.
- La calculatrice : Il s'agit d'une boule de cristal qui permet à son possesseur de savoir combien de personnes se trouvent dans un endroit donné.

~ Intrigues
- Le Temps assassin : Cette malédiction oblige chaque Humain à posséder un Ange gardien, faute de quoi il vieillira prématurément jusqu’à mourir.

~ Formes de magie
- X

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- Le coup à boire : Fréquemment, le personnage se voit offrir une boisson dans les tavernes qu'il fréquente pour la première fois.
- Une maison avec un patio dans un des quartiers modestes d'Utopia
- Richesse à vie
- Popularité mondiale | Sous les traits de Violette uniquement, pour avoir été Reine.
- Trente PNJ espions (Niveau < de 1)
- Exploitation économique de fleurs de safran
- Une maison à Alaitihad
- Popularité nationale humaine

~ Autres
- Un cheval sans magie appelé Gaspard qui vous a été offert par Balthazar.
- Une épée et une armure en cuir, légères et très résistantes aux coups, toutes les deux fabriquées par un éminent forgeron, Melchior, qui trace toujours un "M" sur ses fabrications.
- Un homme, du nom de Balthazar, qui apparaît de temps à autres dans la vie de votre personnage afin de l'aider quand il est dans le pétrin, même dans les moments les plus improbables voire impossibles.
- Le chalet : Il s'agit d'un chalet lié à deux personnes [Maelstrom]. Il apparaît quand il le désire mais généralement quand un individu a besoin d'un toit. Il est autonome magiquement. Le chalet est assez petit et ne comprend qu'une seule chambre, avec deux lits séparés, en plus d'une pièce à vivre et d'un endroit pour se laver. Il y a toujours de quoi se nourrir à l'intérieur, de la nourriture froide le plus souvent.
- Le baiser sous le gui > La guerre a fait beaucoup de morts et Edel cherche à repeupler. Déesse nouvelle et complètement écervelée (d'après Ezechyel qui la déteste), elle a décidé d'envoyer ses plus fervents fidèles à la rencontre d'individus de par les terres du Yin et du Yang. Arrivé devant chaque individu, le fidèle dépêché pour cette mission expliquera la situation à celui-ci en lui tendant une branche de gui et deux peintures représentant deux individus du sexe opposé. Il lui dira qu'à chaque fois qu'il posera ses lèvres sur celles d'un des deux individus, un miracle se produira. Ce qu'il évitera de dire c'est que plus il le fera, plus un violent désir de procréation avec la personne en question s'emparera de lui. (Caleb ou Toble)
- Une paire de patin à bois [de skis]
- Une demi-relique en forme de scarabée : C'est un demi scarabée en or et pierres précieuses dont votre personnage ne peut pas se débarrasser. Son effet est un peu étrange car votre personnage vit des sortes d'hallucinations ou rêves ou expériences un peu mystérieuses, le plus souvent avec son binôme dedans [vous n'êtes pas obligé de rp ensemble, c'est juste que ça se fait comme ça ; c'est pas forcément le binôme, ça peut être sa représentation imaginée]. Il n'arrive pas à déterminer si c'est réel ou non, si ce sont simplement ses pensées etc. C'est assez flou. Bien entendu, chaque scarabée est unique et les deux bouts de chaque binôme forme un scarabée entier. (Iseult)
- Le coffret chocolaté : Il s'agit d'un coffret magique dans lequel sont créées des petites figurines en chocolat à l'effigie d'un individu que votre personnage pourra manger à son bon vouloir. A chaque fois que le coffret est refermé, de nouvelles figurines sont constituées. (Kratos)
- Le bon doré : Il s'agit d'un bon à valoir dans la boutique d'Aolyä Taiji, « À la senteur du renouveau », une Ange qui a ouvert une boutique aux Jardins de Jhen. A l'intérieur, l'on peut trouver des centaines de savons aux senteurs et couleurs différentes, parmi les meilleurs des Terres du Yin et du Yang. A chaque fois que vous y allez, vous pouvez repartir avec deux savons gratuits car vous avez eu la chance d'être choisi par la maîtresse des lieux.
- La dernière bénédiction de Drejtësi : Il s'agit d'un sabre qui, lorsqu'il touche un adversaire, le détend immédiatement et l'apaise, si bien qu'il n'a plus envie de se battre. Il est gravé d'une écriture qui semble inconnue.
- Les Âmes-Sœurs 2018 | Violette & Mickey ; Yasmine & Kratos.

Particularité : Elle fut la première Reine des Humains et elle battit Utopia sous la protection de Drejtësi. C'est ainsi qu'elle acquit l'éternité.

Physionomie : En réalité, mon corps n’a rien en commun avec celui de la plupart des Humains. À vrai dire, je naquis à une époque où le Désert n’était pas encore la demeure principale de tout mon peuple. S’il ne l’est plus aujourd’hui, la vie à Utopia durant des siècles changea nettement les physionomies. La peau se fonça, les cheveux devinrent plus sombres. Je ne connus jamais ce changement, sans doute parce que je ne suis, à la base, qu’une création divine. Ainsi, mes cheveux sont de la couleur de la porcelaine et ma peau les rejoint sur ce point. Quant à mes yeux, seul élément coloré que je ne pus changer, ils valsent entre le gris et le vert. Quelques années après la fin de la Guerre des Dieux, je voulus que ma silhouette devienne différente, afin que personne ne soit en mesure de me reconnaître. En plus de me permettre de changer d’identité, Damérus parla de moi à une vieille femme qui me reçut. En mélangeant du henné à plusieurs autres substances inconnues, elle réussit à teindre mes cheveux en brun et à colorer ma peau pour qu’elle devienne bien plus halée. Bien sûr, la contrepartie de cette apparence nouvelle est le temps qu’elle demande. La vieille femme me donna plusieurs fioles d’huiles et de crèmes à appliquer après chaque toilette et me promit de m’en envoyer d’autres en échange de leur prix de fabrication. Ainsi, Violette n’est plus qu’histoire ancienne. La Reine de jadis a fait place à l’inconnue d’aujourd’hui : Yasmine.

Psychologie : Durant la première partie de mon existence, je fus d’un sérieux affligeant. Pour autant, cette rigueur était nécessaire. Les Humains mourraient, partout, de faim, de soif, de froid ou bien sous la violence des autres races. Comment se détendre dans de telles conditions ? J’étais née pour une raison et je m’appliquai alors à la réaliser. De jour comme de nuit, je travaillai sans relâche dans l’unique objectif de réunir les miens, de fédérer les groupuscules et de fonder un véritable peuple, uni et soudé. Je vis mourir, au fil des décennies, bon nombre de mes premiers sympathisants, bon nombre de mes amis. Sans doute est-ce le pire lorsque le temps n’est pas votre ennemi tout en étant celui de vos proches : les voir périr, être là à leur dernier instant, les enterrer ou les brûler, inlassablement. Pendant tout ce temps, je mis totalement de côté ma propre personne, mes propres besoins. Je ne voulais ni mari, ni enfant. Je ne souhaitais aucune attache qui aurait pu représenter une faiblesse, une proie facile pour mes ennemis. Je priais Drejtësi, afin que la Justice me donne la force nécessaire. Quand bien même je réussis à fonder Utopia, cet état d’esprit ne me quitta pas ou qu’en de très rares occasions. Ce fut le Chaos du Cristal qui brisa mon existence et changea ma personnalité lorsque la Déesse que j’avais honoré durant des siècles m’accorda une nouvelle chance. Traumatisée par la fin de mon règne, je décidai d’être Humaine mais de loin. J’appartenais à la race, oui, je n’aurai pu m’en défaire, mais je ne souhaitais pas contribuer à quoi que ce soit. Je désirais simplement vivre, vraiment. Alors, je goûtai aux plaisirs de la chair, je voyageai avec ceux que l’on nommait jadis les Voyageurs et auxquels j’avais fortement contribué du temps de mon règne. Je me cherchais, d’autant plus que, pour la première fois de ma vie, je n’étais plus liée à la véritable Violette. Je ne pensais pas que les Humains auraient besoin de moi de nouveau. Je ne voulais pas qu’ils aient besoin de moi. Je souhaitais simplement être libre de faire ce que bon me semblait, d’aller où j’aspirais. Je ne suis pas une mauvaise personne, seulement, ce vent aux multiples possibles, ce goût d’aventure qui m’étreint, me conduisis à me détourner en partie des miens. La saveur des terres étrangères me faisait du bien. Je développai mon humour, le goût pour les jeux de hasard et pour les parties de jambes en l’air. Je ne voulais toujours pas me marier, ni fonder une famille. Mes ambitions étaient éteintes et je vivais au jour le jour, sans jamais penser à demain. La Guerre des Dieux changea ma vision des choses. Prier les Ætheri, pour moi, fut une erreur. J’avais juré fidélité à Drejtësi mais en l’absence de signes de sa part, parce que nous étions les Enfants de Sympan, parce que nous nous étions fait martyriser pour ça, j’aurai tourné mon dévolu vers le Créateur. La finalité ne fut pas glorieuse et la malédiction de notre Père s’abattit sur nous. La division des Humains par la suite aurait pu me peiner mais ce fut tout le contraire. Nous étions affaiblis, les Anges bien plus à terre que nous l’étions et Utopia ne pouvait exister que dans une harmonie entre nos deux peuples, qu’à condition que la Force embrasse notre esprit. Je pris parti de rejoindre les voyageurs et de contribuer aux désirs de Damérus, un homme que je considérais déjà comme un visionnaire. Babelsba naquit et lui devint Roi. Il le méritait.

Histoire : « Merci de me recevoir. » fit-elle, le regard perdu sur les dunes. « C’est un honneur pour moi. » répondit l’homme avec modestie. Il n’avait pas à l’être. Entre eux deux, il était de loin le plus puissant, le plus ambitieux et le plus riche. Violette était vieille et, aujourd’hui, son entreprise de jadis lui semblait bien lointaine et petite. Pourtant, elle avait joué un rôle non négligeable dans la réunion des Humains. Au début, alors qu’elle n’était pas encore Reine, tous étaient dispersés aux quatre vents. Ils vivaient dans des grottes, par groupes de trois ou quatre, souvent avec des enfants en bas âge qui ne passaient pas la saison froide. Certains avaient trouvé refuge chez d’autres peuples mais la plupart n’étaient alors pas acceptés, servant à de basses besognes, faisant office d’esclaves ou d’objets de plaisir. Elle n’avait pas été la seule, à l’époque, à avoir dans l’idée de réunir les Humains. Là où elle avait fait la différence c’est qu’elle avait été soutenue par les Ætheri. Le groupuscule qu’elle réunit d’abord devint un groupe puis une véritable communauté. Utopia fut construite et elle fut propulsée Reine. À l’époque, elle était encore jeune, ersatz de magie divine. Elle avait sans doute fait des erreurs mais sans doute que sans sa participation, rien de tout ce qui existait actuellement n’aurait vu le jour. C’était pour cette raison que Damérus avait fait le déplacement, pour cette raison qu’il allait l’aider. L’homme était plutôt bien informé sur le passé de Violette ; des deux Violette pour exacte. C’était justement au sujet de cette dernière que la blonde avait souhaité rencontrer le Roi. Après quelques dialogues d’usage, la jeune femme en vint rapidement aux faits. « Je souhaite me forger une nouvelle identité. Cette apparence ne me convient plus, ce nom ne me convient plus. Je désire réellement être dissociée de la véritable Violette, ne plus risquer que l’on voie en moi la Reine des temps anciens. ». Même si la plupart des Humains étaient morts depuis son règne, son portrait avait été maintes et maintes fois reproduit. Certains parlaient d’elle comme de la Reine Maudite, celle qui avait mystérieusement disparu. Plusieurs théories couraient à son égard. D’autres la voyaient encore aujourd’hui comme la sauveuse de tout un peuple. Violette n’était pas de cet avis et la fin de son règne avait ouvert en elle une brèche qu’elle avait fui de nombreuses années. Aujourd’hui, alors qu’elle se sentait enfin prête à s’investir de nouveau parmi les siens, elle ne voulait pas que son passé la rattrape. « Je peux vous fournir un acte de naissance et une nouvelle identité si ce n’est que ça. Pour votre apparence cependant… ». La blondeur des cheveux n’était pas si courante parmi les Humains. Violette avait une peau blanche également. Elle n’avait jamais bronzé, peut-être à cause du fait qu’elle n’était pas « normale ». Elle était née de façon magique. « Oui… Je pense utiliser de la teinture. ». « Vous feriez mieux, en effet. ». Après quelques longues minutes, ils finirent par se quitter. « Merci Damérus. » dit-elle avant de partir à dos de dromadaire.



Amir Taiji

Nom : Taiji
Prénom : Amir
Titre : Fondateur d'Alaitihad (Muasis Alaitihad)
Sexe : Masculin
Âge apparent : La trentaine
Ère de naissance : L'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, Partie III
Race : Humain
Royaume : Babelsba
Métier : Marchand | Rang I

Niveau : III (Niveau I à partir de 7397 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Une épée
- Un bâton
- Une serpe

Spécialités :
- Agilité : 10
- Force : 10 + 2 = 12
- Charisme : 14 + 2 + 1 = 17
- Intelligence : 10 + 1 = 11
- Anti-Magie : 1

Pouvoirs :
- X

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- X

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- Trente PNJ espions d'un niveau inférieur à Amir.
- Part dans l'économie des javelots
- Une maison à Alaitihad
- Popularité nationale humaine

~ Autres
- X

Particularité : Frère jumeau d'Akim.

Physionomie : Amir est un Humain de haute stature. Sa peau est de la couleur des dunes du Désert. D’apparence légèrement sauvage, c’est exactement ce qu’il est, contrairement à son frère jumeau qui est bien plus rangé et avenant. Quoi qu’il en soit, l’homme possède une belle crinière brune qu’il laisse la plupart du temps libre. Il aime qu’on le croie sans peur et sans faille et il n’hésite donc pas à faire des pieds et des mains pour créer des entrées épiques. Il aime particulièrement voyager à dos de dromadaire ou de cheval. Aussi, il est toujours vêtu pour parcourir de longues distances, une gourde attachée à la ceinture. Son expression est souvent cynique et ses yeux marrons se font parfois rieurs. Il aime mener les autres et met tout en œuvre pour que son physique lui permette de réaliser ses ambitions.

Psychologie : Amir est un homme sauvage et sans attache. Les seuls individus qu’il défendrait au péril de sa vie sont son frère jumeau et la famille de ce dernier. Même s’il n’approuve pas le désir d’Akim de se ranger, de faire des enfants, il s’est fait à l’idée et ne s’y oppose plus comme c’était le cas auparavant. Après tout, la race Humaine a besoin de prospérer et de s’étendre. Amir n’est pas contre le fait de faire des enfants mais revendique haut et fort qu’il n’est pas fait pour s’en occuper. Il aime voyager et aimerait fonder un véritable clan et, pourquoi pas, un Royaume qu’il gouvernerait d’une main de fer. Il entrevoit un avenir plutôt glorieux et ses ambitions le poussent chaque jour à effectuer sa besogne. Amir aime la vitesse, sentir son cœur battre dans sa poitrine. Il vit pour l’adrénaline et le défi. Il ne veut pas d’une existence monotone, trop tranquille. En somme, il ne veut pas devenir comme son frère. L’homme aime le Désert et ses dunes de sable, son climat capricieux. Pour autant, il le quitte souvent afin de mieux le retrouver.

Histoire :
« Je vous assure que cette bête vous mènera au-delà du Désert. » fit-il d’un ton assuré. Beaucoup étaient les voyageurs qui souhaitaient se rendre à travers les dunes. Pourquoi ? Il l’ignorait. Sans doute un désir de dépaysement. Une fois la transaction conclue, il se retira dans sa tente. Il fourra l’argent dans sa sacoche et se dirigea vers sa gourde pour boire une bonne gorgée d’eau fraiche. Puis, sans crier gare, il se vautra sur son lit de fortune, se disant qu’une bonne sieste lui ferait du bien. Alors qu’il avait fermé les yeux, il sentit une odeur particulière courir jusqu’à ses narines. « Je vois que tu es toujours aussi bordélique. » fit la jeune femme avec un sourire en coin. « Yasmine. » grogna-t-il à moitié sans rouvrir les yeux. Elle était rentrée dans la tente sans demander l’autorisation. Ils se connaissaient depuis quelques années maintenant et ils avaient fini par prendre leurs aises l’un avec l’autre. Elle enleva ses chaussures et se coucha à côté de lui, plaçant sa tête sur son torse. « Qu’est-ce que tu veux ? » dit-il pour lui faire comprendre qu’il avait chaud et qu’il n’était pas disposé pour la prendre maintenant. « J’aimerais qu’on fasse équipe toi et moi. On appartient au même Royaume et je suis sûre que le Roi n’aime pas ton penchant à faire cavalier seul. ». « Tant qu’il ne vient pas m’ordonner de prendre un partenaire… ». Elle se retourna et monta à califourchon sur son ventre. La jeune femme se pencha et sourit. Il ouvrit les yeux. « Et si je te l’ordonnais, moi ? » fit-elle. Il inspira et d’un mouvement du bras la fit tomber sur le côté comme un vulgaire sac de patates. Yasmine sur le dos, il se mit sur le côté pour la regarder. « Ne m’ordonne jamais rien sinon tu vas découvrir mon côté méchant. » dit-il en plaisantant à moitié. « J’aime quand on est méchant. » répondit-elle sans gêne aucune, visiblement taquine. Il soupira, entre l’agacement et l’amusement, avant de se remettre sur le dos. « J’y gagnerai quoi ? » demanda-t-il.



Lythia Khlan

Nom : Khlan
Prénom : Lythia
Surnom : Thia
Titre : Fondateur d'Alaitihad (Muasis Alaitihad)
Sexe : Féminin
Âge apparent : La vingtaine
Ère de naissance : Officiellement, l'Ère de la Conciliation
Race : Humain
Royaume : Grimvarr
Métier : Chasseuse | Rang I

Niveau : III (Niveau I à partir de 7371 points)
Acquisition : Anniversaire du forum 2017

Armes :
- Une faucille
- Une dague
- Un arc

Spécialités :
- Agilité : 13
- Force : 11 + 1 = 12
- Charisme : 17
- Intelligence : 8
- Anti-Magie : 2

Pouvoirs :
- X

Gain de niveau 2
- Points de spécialité

Gain de niveau 3
- Points de spécialité

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- X

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- Une maison à Alaitihad
- Popularité nationale humaine

~ Autres
- La dernière bénédiction de Drejtësi : Il s'agit d'un marteau magique qui, lorsqu'il touche un adversaire, le détend immédiatement et l'apaise, si bien qu'il n'a plus envie de se battre. Il est gravé d'une écriture qui semble inconnue.

Physionomie : Lythia est une jeune femme plutôt grande à la corpulence svelte. Elle possède de faibles muscles qui lui permettent de vivre au sein de Grimvarr sans trop de difficultés. Athlétique, elle le serait bien plus avec un peu d’entraînement. Ses cheveux sont blonds et longs. Elle aime les laisser détacher dans un souci de bestialité mais, parfois, ils sont noués en tresses. Parfaitement adaptée à son environnement, son corps est souvent peint des couleurs caractéristiques des siens : le rouge et le bleu. Elle possède également un masque fait avec le crâne d’un humanoïde qui a eu la mauvaise idée de s’aventurer dans l’Antre Verte. Particularité assez étrange : ses yeux tirent réellement vers le rouge. Lythia possède également une voix assez chaude, voire rocailleuse par moment, donnant une puissance naturelle à ce qu’elle prononce qui s’entend de loin.

Psychologie : Lythia n’a pas réellement de notions de bien ou de mal. La jeune femme a toujours vécu au sein du Royaume de Grimvarr et, de ce fait, ne connaît exclusivement que les us et coutumes des siens. Déterminée, elle possède un petit côté boute-en-train qui lui permet d’égayer un peu la société dans laquelle elle vit. Semblant plutôt détachée et nonchalante parfois, elle dissimule sous des airs je m’en foutiste une réelle attention envers autrui. Raciste, elle l’est uniquement parce qu’on lui a toujours appris à l’être. Aussi, elle n’hésite pas à tuer, à blesser et à capturer les intrus qui entrent sur le territoire de son Royaume. Comme la plupart des siens, elle ne parle pas le langage commun, ce qui ne l’aide pas à comprendre ce que les étrangers pourraient bien lui dire pour la dissuader de les torturer. Malgré tout ceci, elle est curieuse vis à vis du monde qui se trouve en dehors de l’Antre des Marais. Quelque chose semble l’appeler vers d’autres contrées même si elle ne comprend pas quoi.

Histoire :
Les yeux de l’homme fixaient une petite sphère de magie, rangée soigneusement par ses soins depuis maintenant des Ères. Le fœtus qui se trouvait à l’intérieur avait été conservé en l’état. La mère qui avait fait la fausse-couche avait presque mené sa grossesse à son terme et l’on voyait clairement se dessiner un bébé qui aurait été viable à quelques semaines près. « Hum… ». Il amena son pouce et son index à son menton, semblant réfléchir à ce qu’il devait en faire. Était-ce le bon moment ? Y avait-il une opportunité à s’en servir maintenant ? Il n’en était pas certain mais il avait assez attendu. Il n’y aurait pas de meilleure conjoncture ou, alors, dans des Ères. En réalité, il se demandait pourquoi la mère avait pensé le processus terminé, comme si l’état de ce fœtus ne pouvait pas être stabilisé et sa vie rétablie. En réalité, nulle Ombre n’était intervenue. Un petit sourire se dessina sur ses traits. Voilà qui allait, comme qui dirait, faire l’effet d’un rocher dans la marre. Cela ferait du bien à tous les protagonistes de l’histoire ; un petit rappel efficace comme quoi les règles du Temps ne s’appliquaient pas franchement aux Ætheri. Son regard s’attarda sur la petite fille que ce bébé serait, une fillette aux cheveux blonds comme les blés et aux yeux rouges comme le cœur du Volcan Ardent. Avec l’index, il fit un léger cercle dans les airs, le processus de vieillissement du fœtus commençant. Une fois qu’il serait viable, il irait le confier à Alvine Grai sous les traits de Damérus Klowe. Il se montrerait on ne peut plus persuasif. Il devait la marquer pour que le secret reste enfoui pour le moment. Quand elle serait grande, celle qu’il allait renommer Lythia, sortirait de son Royaume pour découvrir le monde. Quand elle serait grande, que sa prestance et sa force se seront développées, alors des bruits commenceraient à courir. La ressemblance serait bien trop frappante. Quand elle serait grande, certaines choses bougeraient. En réalité, il espérait que sa vieille amie revienne le voir à ce moment-là. Elle demeurait toujours assez intelligente pour comprendre qu’il était à l’origine de ce tour de passe-passe. Qui d’autre aurait pu ? « Toi, tu vas créer l'événement. ».



Sobek Taïjym

Nom : Taïjym
Prénom : Sobek
Sexe : Masculin
Âge apparent : La trentaine
Ère de naissance : L'Ère de la Conciliation
Race : Humain
Royaume : Qaixopia
Métier : X

Niveau : I (Niveau I à partir de 7630 points)

Armes :
- Une hallebarde
- Un poignard
- Des scalpels

Spécialités :
- Agilité : 3
- Force : 4
- Charisme : 6
- Intelligence : 10
- Anti-Magie : 2

Pouvoirs :
- X

Gain de niveau 2
- X

Gain de niveau 3
- X

Gain de niveau 4
- X

Gain de niveau 5
- X

Gain de niveau 6
- X

~ Quêtes

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Événements

POUVOIRS
- X

ARMES
- X

ARTEFACTS
- X

~ Intrigues
- X

~ Formes de magie
- X

~ Couronnes
- X

~ Doubles nationalités
- X

~ Patrimoine et réputation
- X

~ Autres
- X

Particularité : Clone de Devaraj S. Taiji

Role-Play :
« Attache lui les pieds… les cuisses bien écartées. ». Sobek sourit en voyant le groupe de garçons s’exécuter. Facile. Sans doute son orgueil aidait-il, en réalité. Il était de ceux qui pensaient n’avoir rien à perdre à essayer. Il était un clone du Suprême de l’Au-Delà, après tout. Il méritait la gloire, la puissance et la reconnaissance. Il les obtiendrait, ce n’était qu’une question de temps. La victime se débattait, en vain. « Laissez-nous, maintenant. » murmura-t-il aux enfants. Leur petit esprit étriqué était si manipulable. Il devrait continuer à les utiliser, à l’avenir. Personne ne se méfiait des plus jeunes. S’il trouvait de quoi faire en sorte de les payer grassement, alors il pourrait rapidement se façonner un réseau efficace, pour répondre à toutes ses envies malsaines. Il s’approcha de la jeune femme. Était-elle déjà une femme ? Oui, sans doute. Elle était un peu jeune mais les poils qui recouvraient son pubis affirmaient qu’elle était assez grande pour qu’il lui fasse l’honneur de la dépuceler. Cela étant, avant tout, il devait s’amuser un peu. Le sexe ne lui plaisait pas des masses, en lui-même. Il aimait juste être le premier à s’introduire dans les endroits étriqués du corps des femmes. Ce n’était qu’une question de… possession. Ce qu’il préférait c’était marquer leur corps, leur faire un joli dessin, un « S » gravé qu’aucune n’oublierait jamais. « S » comme Sobek. Parfois, il pensait que les tuer serait une bonne idée mais il n’avait jamais osé ; pas encore. Il aimait juste les souiller, se les approprier, faire en sorte de les hanter à vie. Il prenait plaisir à imaginer qu’elles auraient du mal à s’ouvrir à un autre homme, qu’elles auraient du mal à aimer de nouveau et que le traumatisme qu’il engendrait durerait toujours. Pourtant, dans le fond, il sentait qu’il avait envie de plus. Il avait envie de les tuer mais n’était pas encore assez renseigné sur la question. Quitte à ôter la vie, autant mettre en scène dignement la mort. Il y réfléchissait. Il lui fallait un signe distinctif, quelque chose de beau qui ferait que l’on parlerait de lui. « Ne te débats pas ma chère, ça ne fera que plus mal. Pense que… ce n’est qu’un mauvais moment à passer et qu’il ne tient qu’à toi de l’abréger en restant bien sage. ». Au-delà de ses petites lubies macabres et malsaines, Sobek ne pouvait nier avoir de l’ambition. Il voulait être Roi. Il voulait que ses sujets l’adulent. Il voulait la gloire et la postérité. Quand il mourrait, un jour, il désirait que les livres d’Histoire parlent de lui, qu’ils le mentionnent partout. Faire de grandes choses, voilà ce qu’il s’était promis en rejoignant le Royaume de Qaixopia. Il réussirait. « Chut chut chut ! » fit-il en plaçant sa main sur les jolies lèvres de sa victime. Heureusement qu’elle avait les yeux bandés. « Tu ne sentiras presque rien. ». Il taillada sa peau de sa lame, léchant le sang coulant du « S » avec plaisir. Il en voulait encore plus. Le sang avait ce goût tout particulier, métallique, agréable en un sens. Elle frissonnait et pleurait. Ça lui donnait envie, à lui. Rien de plus beau que de voir l’esprit d’autrui être détruit par ses faits. Rien de plus excitant que de voir ses traits crispés. Elle avait deviné ce qu’il allait faire ensuite. C’était une évidence. Il prenait son temps, néanmoins. Il savait qu’ils étaient seuls ici, que personne ne viendrait les déranger. Et puis… était-ce de sa faute si Devaraj l’avait rejeté dans la nature sans se préoccuper de sa psyché ? Le Suprême de l’Au-Delà était le seul responsable et, finalement, Sobek se disait que si celui-ci laissait faire, c’est qu’il le voulait bien. À moins que cela ne soit la volonté des Ætheri ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t34197-mitsuko-taiji-stark
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |   | Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice | Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

| Anya Elena Ostara Eorgor | Déchue | Fondatrice |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Atelier d'Elena
» anya solis
» Serais ce le mirage de ma vie ? || Elena & Davis
» La royauté déchue
» Triangle Damon/Elena/Stefan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Présentations :: Présentations Validées-