AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 | Anîhl |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anîhl
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 64
◈ YinYanisé(e) le : 07/12/2016

Caractéristiques
◤ ◤: Agilié : 4/Force : 9/Charisme : 6/Intelligence : 5/Magie : 6
◤ ◤: Épée
avatar
MessageSujet: | Anîhl |   Ven 30 Juin 2017, 22:42


Anîhl

Nom(s) :
Prénom(s) : Anîhl
Surnom(s) :
Sexe : F
Âge réel : 70 ans/Âge en apparence : 20 ans
Race : Réprouvée
Spécialités :
- Agilité : 3+1 =4
- Force : 6+2+1 = 9
- Charisme : 3+1+2 = 6
- Intelligence : 4+1 = 5
- Magie : 4+1+1 = 6
Métier :
Activité(s) :
Arme(s) : une épée un peu ébréchée
Particularité(s) :


Pouvoirs

Pouvoirs :
- Invocation du divin chaos
- Sul Vulon
- Pruzah Aus
- Télékinésie
- Invisibilité

Gain(s) de niveau 2
- Ne pas compléter = (N/A)

Gain(s) de niveau 3
- N/A

Gain(s) de niveau 4
- N/A

Gain(s) de niveau 5
- N/A

Gain(s) de niveau 6
- N/A


Gains

~ Quêtes

POUVOIRS
-N/A

ARMES
-N/A

ARTEFACTS
-N/A

~ Événements

POUVOIRS
-Téléportation

ARMES
-N/A

ARTEFACTS
-N/A

~ Intrigues
-N/A

~ Formes de magie
-N/A

~ Couronnes
-N/A

~ Double-nationalités
-N/A

~ Divers
- Richesse à vie
- Un filet

~ Autres
-N/A



Vos Hauts-Faits



N/A



Physionomie

Anîhl a une silhouette relativement élancée. Elle est grande ; ses hanches et ses épaules sont larges, sa poitrine généreuse. Les iris d'Anîhl sont semblables à deux cristaux de lune incrustés dans le teint pâle de sa peau.
Son visage a des traits forts, mais ils semblent adoucis par la jeunesse. Sa bouche est pleine, son nez fin et droit. Anîhl possède une cascade de cheveux noirs et ondulés qui lui tombe jusqu'au creux des reins. Sa chevelure est épaisse, indisciplinée et brillante.
Le plus marquant chez Anîhl n'en demeure pas moins ses ornements. Elle est entièrement tatouée sur le flanc droit, du visage à l'avant-bras. Des motifs tribaux rouges parcourent son front, sa joue, son cou, son épaule, et viennent s'échouer sur le dos de sa main. Anîhl a un lourd piercing sous la lèvre inférieure et de multiples trous aux oreilles. Et enfin, dans un enchevêtrement de chaînes argentées et brillantes, la jeune femme porte d'énormes opales rouges greffées à même le corps. Une sur le front, une sur le bras, trois sur l'avant-bras droits. La peau se recroqueville un peu sous les bijoux et les opales bougent lorsqu'Anîhl contracte ses muscles.
Les ailes d’Anîhl, qui ne lui ont été d’aucun autre usage que de révéler sa nature réprouvée au monde pendant longtemps, sont semblables à celles de tout Réprouvé : l’une noire, l’autre blanche. Malgré ces attributs impressionnants, la jeune femme a beaucoup de mal à les utiliser et parvient à peine à s'élever dans les cieux.
L'accoutrement d'Anîhl est résolument sobre. Ses vêtements sont de cuir et usés, ses bottes fatiguées. La longue épée un peu ébréchée qu’elle porte en permanence dans le dos est presque dépourvue de fioritures à l’exception du fourreau dont l’extrémité est doublée d’argent.
Anîhl ne porte pas grand-chose sur elle. Elle rassemble ses maigres possessions dans le sac de voyage qu’elle emmène partout où elle va.



Psychologie

Anîhl est de ces personnes qui peuvent monter très haut, et descendre très bas.
En d’autres mots, Anîhl traverse parfois des instants de joie intense, d’extase et de jubilation. Dans ces moments, elle se sent capable de franchir des montagnes et d’illuminer le monde entier de sa présence. Dans ces moments, Anîhl rayonne.
Mais la plupart du temps, la jeune femme est taciturne et renfermée. En permanence sur la défensive, elle se rebiffe comme un animal sauvage contre quiconque tente de l’approcher. Impossible de l’aborder de front ; il faut savoir s’avancer pas à pas, de biais, pour réussir à l’apprivoiser.
Apprivoiser Anîhl semble néanmoins impossible. La jeune femme renferme une grande brutalité en elle. Elle n’hésite pas à frapper et à infliger du mal à autrui, si cela lui prend. Ces brusques crises de colère surviennent souvent sans crier gare et peuvent être extrêmement violentes.
La jeune femme possède une grande fierté. Rejetée par le monde en raison de son sang mêlé, elle mène un combat quotidien pour prouver sa valeur. Anîhl ne se laisse pas marcher sur les pieds, et elle ne tolère pas non plus qu’on viole son espace personnel.
En raison de son caractère chaotique, Anîhl n’a ni ami, ni allié. Cependant, elle est accompagnée partout où elle va par son frère aîné, Silo. Elle entretient avec lui une relation extrêmement conflictuelle, qui ne cesse de migrer du pôle de l’amour à celui de la haine. Ce lien fraternel cristallise en quelque sorte tous les dilemmes intérieurs auxquels la jeune femme est confrontée : l’affrontement constant entre sa part angélique et sa part démoniaque, la culpabilité engendrée par ses méfaits, l’envie ressentie à l’égard des autres races qui, elles, ne connaissent pas cette fracture identitaire. Néanmoins, même si Anîhl ne s’en rend pas vraiment compte, la présence de son frère à ses côtés a un pouvoir apaisant sur elle : tant qu’il est dans les parages, elle parvient à minimiser les aléas de sa personnalité.
À cela vient s’ajouter un sentiment de gratitude à l’égard de ceux qui l’acceptent telle qu’elle est, mêlé à une méfiance constante envers ces derniers. En effet, malgré son dédain naturel pour le reste du vivant, Anîhl souffre d’une grande solitude. Elle n’a personne pour l’aider à se sortir de ses conflits, et c’est parce qu’elle ne laisse personne s’en approcher.
Les va-et-vient constants de son humeur trahissent donc un caractère passionnel et colérique. À l’intérieur d’Anîhl, ça bout tout le temps. Elle est sans cesse sur le point d’exploser. Impossible de trouver une plage de silence et de calme dans son esprit. Pour Anîhl, cette agitation constante se traduit par un sentiment d’enfermement continu : peu importe l’endroit où elle se trouve, elle se sent à l’étroit, comme si le ciel même des Terres n’était pas suffisamment grand pour contenir toute la colère qui se débat en elle.



Histoire


À vingt ans, les Anges étaient encore des enfants, car les années passent pour les êtres éternels comme passent les jours pour les mortels.
À vingt ans et des poussières, Silo vit un jour sa mère Maëlla pousser la porte de leur maison et s’effondrer sur le sol. Imitant son père qui s’était déjà approché de Maëlla, Silo abandonna le livre qu’il parcourait et s’enquit de son état.
La femme sanglotait au milieu de l’auréole blonde de ses cheveux.
-Que se passe-t-il, ma chérie ? demanda encore d’un ton doux son mari Eriald.
Seuls des hoquets larmoyants lui répondirent. Eriald pencha la tête plus près de celle de Maëlla et lui murmura des choses à l’oreille. Il s’écoula un long moment. Puis Maëlla se calma un peu et, toujours allongée sur le sol de la pièce à vivre, elle chuchota quelques mots hachés que Silo, curieux mais respectueux de l’échange entre ses parents, ne put entendre.
Eriald comprit ce que sa femme lui disait et son visage devint blanc sous sa barbe jaune. Il demeura plusieurs instants de glace, puis son regard se tourna lentement vers son fils.
-Silo, dit-il tout doucement, laisse-nous seuls, je t’en prie.
Le garçon hésita un instant, puis tourna les talons.
Il apprit quelques semaines plus tard qu’il allait avoir une sœur. Il comprit assez vite qu’elle n’avait pas Eriald pour père et que Maëlla n’avait jamais voulu cette grossesse.
Sa mère s’était fait violer par un Démon.

Silo regardait son père, assis en face de lui. Ses grandes ailes blanches pendaient tristement de part et d’autre de sa large stature et il avait enfoui son visage derrière ses mains. Son immobilité contrastait avec l’ouragan de pensées que Silo avait l’impression de voir s’agiter dans son esprit.
Une porte s’ouvrit, laissant passer la tête d’une femme brune. Silo tourna le regard vers elle, tandis que son père se redressait brutalement, comme revenu à la vie d’un coup.
-L’accouchement est terminé, dit la femme en s’adressant à Eriald.
Ce dernier se leva d’un bond, les yeux emplis d’appréhension. Silo l’imita plus lentement. Tous deux passèrent le pas de la porte après que la sage-femme se fut effacée sur le côté. Silo tourna le regard vers le lit aux draps défaits et tachés de sang. Sa mère, couverte de sueur et l’air épuisé, y était allongée et tenait un minuscule enfant dans les bras. Comme s’il avait attendu l’irruption des hommes dans la pièce, le nouveau-né se mit à pleurer bruyamment.
Le regard de Maëlla et d’Eriald se rencontrèrent. Silo vit leurs yeux se remplir de larmes.
Spontanément, le garçon s’approcha du lit. Il s’accroupit devant l’enfant et posa son menton sur ses mains pour l’observer. La peau toute fripée et un peu violacée de la fille n’était pas très belle à voir ; elle ressemblait vaguement à un vieillard. Silo tendit le doigt vers la main microscopique de sa sœur. Cette dernière s’y agrippa aussitôt, avec une force insoupçonnée.
Silo sourit.

Eriald passa un bras autour des épaules de sa femme, un pli soucieux barrant son front.
-Tu es sûre que tu peux faire ce voyage seule ? s’enquit-il d’une voix emplie d’inquiétude.
Maëlla essaya de sourire.
-La traversée n’est pas longue. Je serai de retour dans deux jours.
Elle hésita une fraction de seconde et ajouta :
-Silo veut m’accompagner…
La surprise passa sur le visage de l’homme.
-J’ai accepté qu’il vienne, dit Maëlla après un instant de silence. Au moins, comme ça, tu peux être sûr qu’il ne m’arrivera rien.
Cette fois, un sourire franc étira ses lèvres, auquel Eriald répondit par une pression tendre sur l’épaule de sa femme.
Leurs regards convergèrent vers le sein de Maëlla. Emmaillotée dans un grand linge sombre, la petite Réprouvée dormait d’un profond sommeil au creux des bras de sa mère. Eriald soupira avec une douleur contenue.
-Je t’aime, ma chérie, chuchota-t-il à l’intention de sa femme, qui ferma les yeux un instant.
Il y eut un bruit dans la pièce à vivre et le couple se retourna. Silo, un sac de voyage à la main, s’approcha de ses parents.
-J’emporte une couverture supplémentaire pour Anîhl, au cas où, annonça-t-il.
Maëlla acquiesça. Il y eut un silence, puis Eriald déclara :
-Allez-y, maintenant. Vous ne devez pas rater le bateau.
Il déposa un dernier baiser sur la bouche de sa femme, puis cette dernière, suivie de son fils, quitta la maison avec la fille qu’ils s’apprêtaient à abandonner à Bouton-d’Or.

Les Réprouvés ne pouvaient pas vivre avec les Anges. Ils n’appartenaient pas à la même race, et les races n’étaient pas faites pour vivre ensemble. La famille d’Anîhl devait la quitter, pour le bien de la fillette et celui de ses parents.
Maëlla et Eriald ne verraient plus jamais cette enfant, mais ils ne pouvaient se résoudre à se désintéresser totalement de son sort. C’est pourquoi ils allaient la déposer dans la jeune ville des Réprouvés, Bouton-d’Or, où ils espéraient qu’elle pourrait y trouver sa place.
Maëlla et Silo débarquèrent sur le Continent Naturel en fin de journée. Le port était proche de la ville, ils n’eurent pas longtemps à marcher pour atteindre ses abords. Ils n’allèrent pas plus loin que les premières fortifications.
-Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? demanda Silo à sa mère.
Cette dernière hésita longtemps.
-Je vais la poser ici… finit-elle par répondre d’un ton incertain.  Juste à côté du chemin, comme ça elle sera bien en évidence.
Un muscle se contracta dans la mâchoire prognathe de Silo.
-Et si personne ne vient ? répliqua-t-il.
-Quelqu’un va bien finir par passer.
Silo devinait que sa mère tentait de se convaincre elle-même de ses paroles. Il l’observa déposer Anîhl dans l’herbe qui bordait la route. Le bébé s’agita et poussa quelques vagissements.
-Je vais attendre, lança-t-il brusquement. Que quelqu’un vienne.
Maëlla l’observa avec des yeux ronds.
-Je veux être sûr qu’elle aura un toit cette nuit, s’obstina le garçon. Pars sans moi. Je prendrai le prochain navire.
Sa mère protesta. Il fit la sourde oreille. Elle finit par s’en aller, le cœur lourd.

Lorsque la nuit se mit à tomber, Anîhl pleura. Silo s’assit par terre et la prit dans ses bras. Elle ne se calma pas.
Un bruit lui fit tourner la tête. Quelqu’un approchait. Silo se leva.
C’était un homme au physique vieillissant, qui avançait d’un pas lent en tirant une mule derrière lui. En apercevant l’Ange qui se dressait sur sa route, il se figea et se crispa.
-Qu’est-ce que tu fais là, toi ? lança-t-il d’un ton rude et méfiant.

Silo arriva devant la maison de Kobalt au beau milieu de la nuit, à son habitude. Il frappa à la porte de la vieille ferme isolée, attendit quelques instants, puis vit la lumière s’allumer derrière les fenêtres. Le linteau en bois s’ouvrit et le visage endormi de Kobalt apparut.
-On n’a jamais la paix dans cette région, grogna-t-il.
-Bonsoir, Kobalt, répondit Silo avec un sourire désolé.
L’homme grisonnant s’écarta pour laisser entrer le jeune homme.
-Comment vas-tu ? s’enquit Silo une fois la porte refermée derrière lui.
-J’irais bien mieux si toi et ta maudite sœur ne m’importuniez pas sans arrêt, rétorqua Kobalt. S’il y a trente ans, quelqu’un m’avait dit que j’accepterais de laisser entrer un Ange dans ma maison, j’aurais ri au nez de ce fou.
Silo ne répondit pas, habitué aux discours du Réprouvé qui cachaient mal une générosité rare.
-Anîhl a-t-elle encore fait des frasques ? demanda-t-il plutôt.
-Et comment, maugréa Kobalt. Elle s’est battue avec un bonhomme du terrain d’à côté. Je n’ai aucune chance d’établir des relations de bon voisinage tant qu’elle vit sous mon toit.
-Tu n’aurais jamais établi une quelconque relation avec tes voisins de toute manière, lui rappela Silo avec un sourire.
Cependant, les dires de Kobalt lui causaient du souci. À chacune de ses visites, le Réprouvé lui rapportait des incidents de ce genre.
-Tu as raison, concéda ce dernier avec un rire bref qui ressemblait à un aboiement. Encore heureux qu’ils ne soient pas au courant de tes allées et venues.
À cet instant, une porte s’ouvrit dans un coin de la pièce et Anîhl fit son entrée. Silo remarqua aussitôt le cocard qui ornait son œil droit.
-Comment vas-tu, Anîhl ? lui adressa Silo avec un sourire.
La jeune femme ne répondit ni à la question, ni au sourire. Elle se contenta de faire deux pas dans la pièce. En dépit de l’attitude de sa sœur, Silo s’approcha.
-Regarde-toi, murmura-t-il. Tu es toute esquintée.
Il effleura sa plaie du bout des doigts. Anîhl tressaillit imperceptiblement de douleur.
-C’est pas la peine de me faire la morale, dit-elle sèchement.
Kobalt ricana.
-C’est sûr que parler à un tas de foin serait plus efficace, commenta-t-il.
Anîhl fusilla son père d’adoption du regard mais elle tint sa langue.
-Cette fille est plus aigrie que moi, râla Kobalt, indifférent aux éclairs furieux que lançaient les yeux gris de l’intéressée. Remarque, on est tous pareils, nous les Réprouvés.
Et il tourna les talons dans son rire canin, laissant le frère et la sœur en face à face.



J’essuie mes mains tremblantes sur mon pantalon, et mes paumes laissent une trace rougeâtre sur le cuir.
-Non.
Mon regard tombe sur Kobalt. C’est pas possible, je lui ai fracassé le crâne.
-Non !
On toque à la porte et je sursaute violemment. Qu’est-ce que je fais ? La lumière est allumée, la personne qui attend dehors sait qu’il y a quelqu’un à la maison. Je reste figée, incapable de prendre une décision.
-Kobalt, tu es là ? C’est Silo.
Silo !
Sans réfléchir plus longtemps, je me précipite vers la porte. Je l’entrouvre fébrilement. Le visage de Silo m’apparaît et il me sourit. Mais très vite, il semble sentir mon trouble et son expression se fait inquiète.
-Qu’y a-t-il, Anîhl ? Il s’est passé quelque chose ?
Je me mets à trembler un peu. Devant mon silence, Silo répète d’un ton doux et ferme, celui qui sait me calmer :
-Anîhl, dis-moi ce qui t’arrive.
Ça m’échappe d’un coup :
-J’ai tué Kobalt.
Le visage de Silo se décompose. Il semble assailli par la panique pendant quelques instants et j’ai l’impression que s’il perd le contrôle, alors je le perdrai aussi. Mais il se reprend, et je vois qu’il se met à réfléchir intensément. Au terme d’un long silence, durant lequel aucun de nous ne bouge, il finit par déclarer à voix basse :
-On va… on va partir. Toi et moi, on part maintenant. Prends tes affaires.
J’hésite. Je vois que ces paroles lui coûtent énormément. Un malaise horrible m’envahit.
-On peut l’enterrer, d’abord ? je demande avec un mouvement vers Kobalt.
Le visage de Silo se crispe. Il souffre de la mort de mon père adoptif. Je sais qu’il l’appréciait.
-D’accord, on va l’enterrer. Mais il faudra partir juste après.
J’acquiesce et je le laisse enfin entrer dans la maison. Quand il voit le corps de Kobalt étendu sur le sol, ses yeux bleus s’agrandissent.
-Oh, Anîhl… murmure-t-il. Qu’est-ce que tu as fait ?
Je ne réponds pas.


Ils savaient que traverser les mers vers le Continent Dévasté serait un voyage éprouvant, mais ils n’avaient pas imaginé que l’Océan les garderait entre ses murs d’infini pendant si longtemps.
Le bateau sur lequel ils naviguaient fit naufrage lors d’une tempête.
Accompagnés de deux autres rescapés, ils échouèrent sur une île perdue au milieu de l’immensité bleue.
Le premier de leurs compagnons mourut après une semaine de fièvres emperlées de sueur.
Ils retrouvèrent le second la gorge déchirée par un animal sauvage.
Anîhl et Silo survécurent deux ans seuls sur cette plage. À moins que cela ne durât un peu plus. Ou un peu moins.
Un bateau finit par passer non loin de leur île, et parmi l’équipage un marin eut la vue suffisamment perçante pour remarquer les deux silhouettes décharnées qui faisaient de grands signes dans leur direction.
-Pourquoi n’avez-vous pas rallié la côte grâce à la magie ? leur demanda un homme tandis qu’ils observaient l’agitation humaine sur le ponton d’un air éberlué.
C’eût été un moyen de fuir, en effet, si l’un ou l’autre avait su maîtriser un tant soit peu la magie. Anîhl, enveloppée dans une demi-douzaine de couvertures qui dissimulaient soigneusement ses ailes bicolores, observa sans mot dire Silo qui, la tête posée sur ses genoux et le visage caché par sa chevelure blonde qui lui arrivait désormais dans le milieu du dos, sanglotait en silence. Son large corps parcouru de tremblements se reflétait dans les pupilles transparentes de sa sœur.

Ce fut donc presque trois ans après leur départ qu’Anîhl et Silo arrivèrent à Sceptelinôst, la ville portuaire des Réprouvés. Ils découvrirent avec ébahissement son activité pullulante, la rudesse de ses habitants et la mixité anonyme des gens qui y passaient.
Ils surent qu’ils avaient bien fait de venir, car ici, personne ne s’intéresserait à leur nature et à leur provenance.
Si elle leur offrit la discrétion, la ville ne leur fit aucun autre cadeau : sans argent, sans contacts, Anîhl et Silo ne se trouvèrent pas de toit sous lequel dormir. La rue les accueillit, froide, sale, sombre et surpeuplée.
-Est-ce qu’un jour, ça va se terminer ? soupira Silo dans l’obscurité d’un soir où, serrés l’un contre l’autre sous un tas de couvertures élimées, ils attendaient que le sommeil vienne.
Anîhl ne répondit pas mais se crispa un peu.

Mendier n’était pas une solution. Silo se mit à arpenter tous les commerces, à la recherche d’un poste à pourvoir. Il écuma les petites boutiques tenues par des marchands grincheux, s’arrêta sur tous les marchés, se rendit même jusqu’aux écuries de la ville.
Anîhl, quant à elle, s’enfonça dans la pénombre de Sceptelinôst. Puisqu’elle était obligée de vivre à la rue, elle en ferait son alliée. Elle explora tous les recoins, retourna les ruelles les plus putrides, en traça une carte mentale. Malgré la vie infernale qu’elle menait, elle goûtait également à la liberté de ne plus devoir cacher sans cesse sa nature de Réprouvée.
La jeune femme découvrit également la géographie complexe des bandes organisées qui sévissaient aux quatre coins de la ville. Si elle ne s’en approcha jamais de trop près, elle fit la connaissance d’un ou deux membres de l’une d’entre elles. C’était des individus aux yeux plus noirs que la nuit, dont le visage marqué trahissait une vie entière de blessures et de coups rendus.
-Tu nous ressembles un peu, petite, lui dit un jour l’un d’entre eux, un homme petit, sec, brun et surnommé Le Furet.
À ces mots, Anîhl avait senti un frisson lui parcourir le dos, mélange de malaise et de fascination. C’était vrai, ces hommes et ces femmes enveloppés d’une aura d’ombre et de danger exerçaient une grande attraction sur elle. Elle avait effectivement le sentiment qu’entre elle et eux passait un éclair de compréhension.
Elle se gardait évidemment de raconter à Silo la nature de ses escapades citadines.
Un jour, néanmoins, elle lui en toucha un mot :
-Tu crois pas que la vie serait plus simple si on intégrait un gang ?
Aussitôt, Silo s’étouffa avec le morceau de pain rassis qu’il mastiquait et riva un regard étincelant de colère vers elle.
-D’où te vient soudain cette idée absurde ?
Anîhl détourna le regard, regrettant déjà d’avoir abordé le sujet.
-Je connais quelques gars qui en font partie. Ils sont sympas et ils mènent la belle vie, avec un endroit où dormir et un chef qui les couvre.
L’abasourdissement de Silo s’accrut.
-Depuis quand tu fricotes avec les membres d’un gang ? s’indigna-t-il.
Sa sœur ne répondit pas. Elle avait rarement vu Silo dans un tel état.
-Bon, écoute-moi bien, Anîhl, s’exclama le jeune homme devant son silence.
Il lui attrapa l’épaule, l’obligeant à le regarder. Son regard bleu brillait d’un feu pâle et, malgré sa propre fureur, la Réprouvée se sentit pour la première fois de sa vie impressionnée par son frère.
-Je sais que notre vie est dure. Je sais que tu veux que nous nous en sortions. Mais s’il-te-plaît, ne te commets jamais avec quelque bande organisée que ce soit, martela-t-il. Une fois que tu mets un pied dedans, c’est fini. Le piège s’est refermé sur toi et tu es engluée dedans pour toujours.
Il marqua une pause, gardant sa main fermement pressée autour de l’épaule d’Anîhl.
-Alors je t’en supplie, ne t’approche plus jamais de ces gens.
Anîhl serra les dents. Elle hésitait entre la fureur qui la dévorait de l’intérieur, alimentée par l’ascendant que Silo se permettait de prendre sur elle, et la gratitude infinie pour cet homme qui sacrifiait tout pour elle.
Un long moment s’écoula, durant lequel frère et sœur ne se quittèrent pas des yeux. Puis l’expression de Silo s’adoucit et il ajouta avec un mince sourire :
-Je ne t’ai même pas dit. J’ai trouvé un job sur le port. Pour nous deux. On commence demain.
Les épaules d’Anîhl s’affaissèrent brusquement. Saisi d’une vive émotion, Silo la serra dans ses bras et, pour une fois, la Réprouvée se laissa faire.

Silo serra la poigne de la petite femme rondelette, qui lui remit la clé un peu rouillée entre les mains.
-C’est à vous, maintenant, déclara-t-elle de sa voix désagréable.
-Merci, répondit le jeune homme en souriant.
La concierge lui rendit un sourire de travers, découvrant deux chicots noirs sous ses lèvres inexistantes. Elle battit des paupières, manifestement sensible à la présence de l’Ange. Puis elle disparut dans les escaliers grinçants, non sans avoir jeté un rapide coup d’œil un peu jaloux à Anîhl.
Silo fit tourner la clé dans la serrure, qui opposa une légère résistance mais finit par produire un déclic. Il ouvrit la porte et effectua un pas dans la pièce. Puis il se retourna et adressa un immense sourire à Anîhl. Elle le lui rendit au centuple, illuminant son visage jusqu’à ses yeux.
C’était la chambre de bonne la plus miteuse qui soit. Constituée d’une unique pièce que l’on pouvait traverser en trois pas, elle était si basse sous plafond que Silo ne pouvait s’y tenir droit. Une odeur tenace de renfermé y flottait et imprégnait définitivement tous les meubles. Le parquet, gondolé par l’humidité et troué par endroits, s’affaissait un peu sous les pieds en émettant des bruits inquiétants. Le lit était une vague structure en bois sur laquelle avait été jeté un matelas défoncé et des draps rongés par les mites et la moisissure. Un bidet et un seau, dans un coin de la pièce, constituaient la salle d’eau. Le tout était éclairé par une minuscule lucarne dont le verre était si encrassé qu’il laissait à peine filtrer quelques rayons de soleil. Seul luxe : une lampe à naphte suspendue à un crochet sur le mur près de la porte d’entrée.
-On y est, murmura Silo, les yeux brillants. Tout ça nous appartient.
Pour appuyer son propos, il fit un large  mouvement de bras désignant toute la pièce. Puis, d’émotion, des larmes lui perlèrent au coin des yeux.
Anîhl entra à son tour dans leur nouveau foyer, sautillant d’excitation. Et, pour la première fois en près de cinq ans, elle éclata de rire.
D’un rire pur, clair, heureux.
Ils avaient beau vivre dans la misère, avoir quitté leurs racines depuis des années, le devoir de se cacher constamment, l’acquisition de cette minuscule chambre de bonne leur faisait l’effet d’un baume sur le cœur. Ils étaient capables de construire quelque chose dans leur vie. De leurs mains nues, ils pouvaient avancer. En cet instant, ils se sentirent les rois du monde.




HRP

Votre prénom ou pseudo courant : Ludi
Comment avez-vous découvert le forum : Google
Si un jour vous quittiez le forum, comment voudriez vous que votre personnage disparaisse? : Perdante dans un affrontement dont elle aura été l'initiatrice. Du coup elle meurt.
Une remarque, un petit mot ? : De l'amour et du love
Code ? :



Anîhl : #9999ff
Silo : #0066ff
Adam : #990000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33362-anihl-finie
Anîhl
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 64
◈ YinYanisé(e) le : 07/12/2016

Caractéristiques
◤ ◤: Agilié : 4/Force : 9/Charisme : 6/Intelligence : 5/Magie : 6
◤ ◤: Épée
avatar
MessageSujet: Re: | Anîhl |   Ven 30 Juin 2017, 22:47

Silo

Nom(s) :
Prénom(s) : Silo
Surnom(s) :
Sexe : M
Âge réel : 90 ans/Âge en apparence : 25 ans
Race : Ange
Métier :

Niveau : I (début à 0 point de RP)

Arme(s) : une dague

Spécialités :
- Agilité : 2+1 = 3
- Force : 4+1 = 5
- Charisme : 5
- Intelligence : 5+1+1 = 7
- Magie : 4

Pouvoirs :
- Pouvoir racial 1
- Pouvoir racial 2
- Pouvoir racial 3
- Localisation
- Bouclier

Gain(s) de niveau 2
- Ne pas compléter = (N/A)

Gain(s) de niveau 3
- N/A

Gain(s) de niveau 4
- N/A

Gain(s) de niveau 5
- N/A

Gain(s) de niveau 6
- N/A

~ Quêtes

POUVOIRS
-N/A

ARMES
-N/A

ARTEFACTS
-N/A

~ Événements

POUVOIRS
-N/A

ARMES
-N/A

ARTEFACTS
-N/A

~ Intrigues
-N/A

~ Formes de magie
-N/A

~ Couronnes
-N/A

~ Double-nationalités
-N/A

~ Divers
- Un morceau d'île
- Une arbalète de poing
- Un navire et trois matelots

~ Autres
-N/A

Particularité(s) :

Physionomie :

Psychologie :

Histoire :





Adam

Nom(s) :
Prénom(s) : Adam
Surnom(s) : Ad
Sexe : M
Âge (réel et en apparence) : 28 ans
Race : Orisha
Métier :

Niveau : I (début à 40 points de RP)

Arme(s) : un petit couteau

Spécialités :
- Agilité : 4
- Force : 6
- Charisme : 4
- Intelligence : 5
- Magie : 1

Pouvoirs :
- Pouvoir racial 1
- Pouvoir racial 2
- Pouvoir racial 3
- Possession d'autrui
- Environnement printanier

Gain(s) de niveau 2
- Ne pas compléter = (N/A)

Gain(s) de niveau 3
- N/A

Gain(s) de niveau 4
- N/A

Gain(s) de niveau 5
- N/A

Gain(s) de niveau 6
- N/A

~ Quêtes

POUVOIRS
-N/A

ARMES
-N/A

ARTEFACTS
-N/A

~ Evènements

POUVOIRS
-N/A

ARMES
-N/A

ARTEFACTS
-N/A

~ Intrigues
-N/A

~ Formes de magie
-N/A

~ Couronnes
-N/A

~ Doubles nationalités
-N/A

~ Divers
-N/A

~ Autres
-N/A

Particularité(s) :

Physionomie : (126 mots minimum)

Psychologie : (162 mots minimum)

Histoire :(306 mots minimum)



Anîhl : #9999ff
Silo : #0066ff
Adam : #990000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33362-anihl-finie
Anîhl
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 64
◈ YinYanisé(e) le : 07/12/2016

Caractéristiques
◤ ◤: Agilié : 4/Force : 9/Charisme : 6/Intelligence : 5/Magie : 6
◤ ◤: Épée
avatar
MessageSujet: Re: | Anîhl |   Ven 30 Juin 2017, 22:51

MODIFICATIONS EFFECTUÉES :

• ANÎHL :

Divers :
-Ajout des gains de niveau : +5 points de spé (F+2/C+2/M+1) et un nouveau compagnon : Adam
-10 ans de plus (âge réel)
-Gains par l'anniversaire du forum : +4 points de spé (A+1/F+1/I+1/M+1) ; richesse à vie ; un filet ; pouvoir de téléportation

Physique :
-Un ajout :
Citation :
Les ailes d’Anîhl, qui ne lui ont été d’aucun autre usage que de révéler sa nature réprouvée au monde pendant longtemps, sont semblables à celles de tout Réprouvé : l’une noire, l’autre blanche. Malgré ces attributs impressionnants, la jeune femme a beaucoup de mal à les utiliser et parvient à peine à s'élever dans les cieux.
-Une modification :
Citation :
L'accoutrement d'Anîhl est résolument sobre. Ses vêtements sont de cuir et usés, ses bottes fatiguées.
-Une rectification :
Citation :
La longue épée un peu ébréchée

Psychologie :
Deux ajouts :
Citation :
Néanmoins, même si Anîhl ne s’en rend pas vraiment compte, la présence de son frère à ses côtés a un pouvoir apaisant sur elle : tant qu’il est dans les parages, elle parvient à minimiser les aléas de sa personnalité.

Citation :
Les va-et-vient constants de son humeur trahissent donc un caractère passionnel et colérique. À l’intérieur d’Anîhl, ça bout tout le temps. Elle est sans cesse sur le point d’exploser. Impossible de trouver une plage de silence et de calme dans son esprit. Pour Anîhl, cette agitation constante se traduit par un sentiment d’enfermement continu : peu importe l’endroit où elle se trouve, elle se sent à l’étroit, comme si le ciel même des Terres n’était pas suffisamment grand pour contenir toute la colère qui se débat en elle.

Histoire :
-Quelques modifications d'ordre purement stylistique
-Ajout à partir de "Ils savaient que traverser les mers vers le Continent Dévasté [...]"


• Silo :

-Ajout des gains de niveau : répartition des 20 points de spé + 5 pouvoirs (pouvoirs raciaux en attente)
-10 ans de plus (âge réel)
-Ajout d'une arme (auparavant il n'en avait pas) : une dague
-Répartition des points de spé gagnés avant la réforme : il avait 1 en charisme et 1 en intelligence, je lui ai laissé +1 en intelligence
-Gains par l'anniversaire du forum : +3 points de spé (A+1/F+1/I+1) ; propriétaire d'un bout de l'île (à détailler) ; une arbalète à poing ; un navire et trois PNJ


• Adam :

-Rédaction de sa fiche de présentation (en cours)


Anîhl : #9999ff
Silo : #0066ff
Adam : #990000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33362-anihl-finie
 

| Anîhl |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Présentations :: Présentations en cours-