AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 ¤ Fire and Iron ¤ [Fiche Takias v.3.0]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takias
~ Elémental feu ~ Niveau V ~

~ Elémental feu ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 3089
◈ YinYanisé(e) le : 19/06/2011
☿ Âme(s) Soeur(s) : L'Antre de Vulcain: sa forge
✭ Activité : Forgeronne et Maître d'Armes

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité: 10, force: 11, charisme: 11, intelligence: 10, magie: 25
◤ ◤: Une épée à deux mains, une rapière, une hache, un arc, des griffes, des dagues, un boomerang, un lance-pierre et bien d'autres encore...
avatar
MessageSujet: ¤ Fire and Iron ¤ [Fiche Takias v.3.0]   Jeu 01 Déc 2016, 22:58



Takias Mirsaalak

Du combat seuls les lâches s'écartent

ID
Nom : Mirsaalak
Prénom : Takias
Surnom : Taki
Sexe : Féminin
Age : 24 ans en apparence une centaine en réalité
Race : Elémentale
Métier : Forgeron [III ForgeArgent]
Activités : Le combat
Particularité : Peau extrêmement pâle et brûlures sur le cou
††††††††††††††

HRP
Votre prénom ou pseudo courant : Jelena / Takie
Si un jour vous quittiez le forum, comment voudriez-vous que votre personnage disparaisse? : En mourant héroïquement durant un combat
Code du règlement : Pirouette cacahuète


pouvoirs & armes

Spécialité :
- Agilité : 10
- Force : 11
- Charisme : 11
- Intelligence : 10
- Magie : 25

Armes :  
- Un arc: l'Esprit du Feu  (apparence)
- Une paire de katars: les Griffes de l'Ombre (apparence)
- Une faux: la Protectrice permet d'ériger des boucliers       (apparence)
- Une dague: la Nature Discrète augmente le contrôle de la Nature  (apparence)
- Une rapière: la Fureur Ardente permet le contrôle de la lave (apparence)
- Un wakizashi: le Marin permet de prendre la forme d'un animal aquatique (apparence)
- Une dague: la Royale permet de créer des portails de téléportation uniquement pour les Elémentals  (apparence)
- Une épée à deux mains: le Souffle des Abysses permet de décupler la force  (apparence)
- Un boomerang: le Croissant Sylvestre permet de contrôler le bois  (apparence)
- Le lance-pierre de la Destinée  apparence

Pouvoirs :
- Qyndily Mantris [Feu]
- Régénération par absorption d'un élément - Feu
- Etre insensible à la magie noire et blanche
- Création, contrôle et fusion avec la Foudre
- Création, contrôle et fusion avec le Métal
- Création, contrôle et fusion avec l'Eau
- Création, contrôle et fusion avec l'Air
- Contrôle de la Nature
- Contrôle de la Terre
- Contrôle de la Glace




gains & divers
Gains de niveaux
Niveau II :
Niveau III :
Niveau IV :
Niveau V/VI :
Gains de lieux
- N/A

Gains de quêtes
- N/A

Gains Hors RP
- N/A

Gains RP pour tous
- N/A

Arme du temple
Une hallebarde: la Brave Tempête  (apparence)


Physionomie


Il y eut d'abord le feu... La première chose que l'on remarque en apercevant Takias sont ses yeux: deux grandes pupilles aux nuances de rouge qui grésillent d'intensité et d'émotion. On dit souvent que les yeux sont les miroirs de l'âme et dans le cas de l'Elémental du Feu, il traduisent plus que son âme, ils sont le reflet de son être tout entier. Ses iris sont oranges lorsqu'elle se sent joyeuse ou peu soucieuse et tirent progressivement sur le rouge voire même jusqu'à un pourpre ensanglanté lorsque sa colère intervient. L’élément protecteur de la forgeronne est visible dans ses iris mais aussi sur son corps, dégageant une importante chaleur autour d'elle, comme un halo brûlant ; sa chevelure d'un noir de jais brille de reflets rougeâtres au soleil et ondule comme une vague de feu jusqu'au bas de son dos ; des mèches épaisses qu'elle attache souvent en une longue tresse pour le combat. Habillée généralement dans des couleurs chatoyantes, le rouge, l'orangé et l'or sont ses teintes de prédilection et ornent ses chemises flottantes, ses pantalons serrés et ses cuissardes de cuir. Dans un élan rare de féminité, des corsets brodés peuvent resserrer une taille large et une poitrine généreuse, mais la notion de robe ou de jupe échappe complètement à la demoiselle. Par ailleurs lorsque son cou n'est pas couvert de plaques de métal ou de cape de voyage, on peut y voir d'importantes brûlures qui ressortent sur sa peau d'un blanc à peine nacré.

Puis vint l'acier... Mais ceux qui la connaissent verront plus souvent en elle la guerrière et la forgeronne: portant sa lourde armure travaillée par ses soins, il est peu aisé de reconnaître une femme avec une telle allure. Un corps aux muscles d'acier, aux épaules larges et aux cuisses solides façonnées par des années de forge et de travail qui manie les armes comme peu savent le faire. Une démarche quasi militaire rapide et saccadée, et une voix grave cassée qui n'est pas sans rappeler l'accent guttural de certains Berserker. Une agilité très peu présente compensée par une force de la nature qui préfère encaisser plutôt qu'esquiver. Son visage droit et fin que l'on peut espérer apercevoir lorsqu'elle enlève son heaume est d'une pâleur cadavérique, contrastant étrangement avec ses yeux de sang et sa chevelure noire. Un nez droit trône en dessous de grands yeux en amende, rehaussés de sourcils très souvent froncés dans une expression de colère ou d'agacement féroce. Une bouche aux lèvres pulpeuses et rouges vient achever le tableau de la jeune Elémentale du Feu.


Psychologie


Il y eut d'abord le feu... La jeune femme se caractérise parfaitement par son élément protecteur. D'un naturel emporté, Takias est une personne sanguine et colérique qui se laisse très souvent submerger par ses émotions, les bonnes comme les mauvaises. Cependant la plupart du temps c'est sa colère qui l'emporte, une rage profonde ancrée dans son coeur depuis sa transformation et qu'elle extériorise de façon brutale et violente envers les autres comme envers elle-même. Impatiente et intrépide, son audace n'est plus à démontrer et la nécessité de se montrer sans peur fait partie de la jeune Elémentale. Elle aime à paraître masculine, guerrière et n'aime pas ceux qui hésitent ou sont trop calmes. Takias est quelqu'un qui a besoin d'action, de bruit, de cris et de rires autour d'elle, le silence l'effraie de même que la solitude. Ce dernier point vient certainement du fait que la jeune femme fut envoyée dans le département du Charbon à Basphel et s'habitua à être constamment entourée, à pouvoir compter sur un cercle restreint de personnes autour d'elle. Ces "élus" auparavant nombreux se réduisirent seulement à Kolio et Loki vers la fin de son règne.

Puis vint l'acier... Désormais Takias porte de nouveau la méfiance première qui était celle de la jeune Imprégnée sauvage et solitaire d'avant Basphel. Elle n'accorde plus sa confiance et reste toujours sur ses gardes bien que ses souvenirs se soient un à un échappés à compter de sa nomination en tant que maître Elémental. Car si les souvenirs n'existent plus, il semblerait que l'esprit de l'ancienne souverain reste imprégné de cicatrices dont elle ne se souvient pas mais qui sont indéniablement présentes. Ce n'est pas parce qu'on ne se souvient plus que l'on a peur du feu, qu'il ne brûle pas... De même, si la jeune forgeronne ne se souvient plus d'avoir régné de longues années, son esprit reste marqué par une patience naissante et un désir de réflexion avant toute action, résultat de ces années passéss sur le trône à gouverner d'abord avec la fougue et la rage qui l'animait, puis progressivement avec un feu plus calme et plus réfléchi qui a porté des projets plus durables pour Aeden. Si Takias a appris à calmer quelques peu le feu qui l'anime avec les années, elle n'en a pas moins un sens de la justice implacable et aussi tranchant que l'acier de ses armes: son esprit têtu et borné déteste avoir tort et ne revient que très rarement sur ce qu'il pense.


Histoire


I/ Une histoire comme toutes les histoires


Il est des histoires qui commencent simplement, des histoires qui semblent banales, courantes. Celle d’une famille de paysans humains massacrée par des Sorciers pour des questions d’argent et de dettes ne sortaient pas de l’ordinaire, c’était des choses qui arrivaient, qui agitaient le village pendant quelques semaines puis que l’on finissait par oublier. Mais dans cette histoire, il restait quelqu’un pour ne pas oublier… il restait quelqu’un qui se souviendrait, quelqu’un qui avait ce jour marqué au fer rouge dans son esprit, quelqu’un qui avait survécu et qui jura de se venger.

C’était une petite fille pas comme les autres humains, parce que cette petit fille avaient des pupilles rouges -héritage démoniaque ou dérèglement génétique ?- qui l’avaient empêché d’avoir une enfance normale. Cette petite fille n’était pourtant pas malheureuse même si parfois l’obligation de rester à la maison, l’interdiction de se rendre à l’école du village ou encore d’aller jouer dehors toute seule lui pesaient. Mais malgré tout, la petite fille curieuse vivait dans la joie, elle avait des parents aimants, une sœur jumelle qui lui apprenait tout ce que l’école lui avait inculqué, un petit frère qu’elle couvait comme une deuxième maman et un compagnon qui la protégeait férocement. Un lionceau n’est pas un animal domestique qu’on a coutume d’offrir à une fillette me direz-vous, mais le fait est qu’ils s’étaient liés d’amitié et que les parents n’avaient pas le cœur à arracher à leur fille cachée le seul ami qu’elle avait. Il est vrai que cette vie à l’abri des regards indiscrets se serait révélée problématique ; tôt ou tard la fillette deviendrait une fille, puis une jeune femme et elle poserait des questions, voudrait sortir, franchirait les limites. Il y aurait peut-être eu des pleurs, des déceptions, de la peur mais ils auraient surmonté ça ensemble, comme ils en avaient l’habitude. C’était ainsi qu’ils faisaient pour les dettes contractées à cause des rudes chutes de neige qui avaient détruits leurs plantations. C’était ainsi qu’ils faisaient toujours après tout : se contenter de l’essentiel pour continuer à vivre, parfois même à survivre. Mais d’autres en avaient décidé autrement. La fillette n’eut pas à se rebeller pour apprendre à vivre, ses parents n’eurent pas à se questionner, à douter pour savoir s’il valait mieux libérer ou protéger. Ces questions n’avaient plus lieu d’être.

Ce fut à la fois terriblement rapide et affreusement long. A dix ans, on se souvient à peine des discussions financières de ses parents mais on comprend à peu près que lorsque deux hommes menaçants défoncent la porte de la chaumière pour réclamer des pièces, ce n’est jamais une bonne chose. On comprend qu’il vaut mieux rester caché en haut des escaliers, le front blanc appuyé contre les barreaux de bois pour observer sans se faire voir. En revanche, on ne peut comprendre, on ne peut réfléchir à ce que l’on va faire quand ses parents se retrouvent pétrifiés, le visage tordu par la terreur et la douleur tandis qu’une boule de feu fonce vers son petit frère jouant innocemment avec des cubes de bois colorés. On ne peut se préparer, ni même s’attendre à quoi que ce soit, on laisse son corps réagir tout simplement parce que l’esprit terrorisé d’un enfant et incapable d’imaginer une telle violence s’est replié au fin fond de son être. La fillette ne s’est pas entendue hurler, elle ne sait même pas comment elle a pu bondir des escaliers aussi rapidement, la seule chose qu’elle sait c’est qu’elle s’est interposée entre cette boule de feu et la tête aux boucles blonde de son petit frère. Ce dont elle est sûre et qu’elle ressent immédiatement c’est la douleur, la douleur et l’odeur. Une odeur de chair brûlée : le parfum de sa propre peau si pâle livrée aux flammes. Alors il n’y a plus rien que des cris et des cendres. Comment prendre conscience de ce qui l’entoure quand un feu magique se répand sur son cou lentement, brunissant la peau encore duveteuse, craquelant les paumes qui tentent d’étouffer les langues de feu, éteignant la voix qui hurle sa souffrance et son innocence ? Il y a des flashbacks, des images qui traversent des tâches rouges et noires dans l’abîme de la douleur : du sang, celui de ses parents. Des cris, ceux de son petit frère. Et du feu qui brûle tout, la maison, sa peau, sa conscience. Du feu partout, du feu, des flammes, de la fumée. Son enfance n’est plus que cendres, son innocence s’envole, épaisse volute fumeuse et évanescente, qui s’éloigne à jamais dans la nuit noire.


II/ Le Phoenix renaît de ses cendres…


Il aurait mieux valu que cette petite fille ne se réveille jamais. Il aurait mieux valu qu’elle brûle avec la maison, qu’elle meure avec ses parents, qu’elle continue de veiller sur son petit frère pour toujours. Qu’est ce qui a été le plus dur ? L’attaque et le massacre ? Ou le réveil ? Personne ne peut le dire, pas même la petite brune aux joues rebondies et aux yeux pétillants qui se réveille au contact de la langue râpeuse d’un petit félin implorant. Ce n’était pas un cauchemar, le supplice de son cou rongé par les flammes ne peut être le fruit de son imagination, la gorge sèche et éteinte, le corps tremblant à moitié dénudé et noir de suie ne peuvent être que réels. Comment exprimer ce qu’elle a ressenti en ouvrant les yeux sur un monde dévasté, un enfer violent qui venait de succéder à sa paisible existence d’enfant ? Il n’y a aucun mot qui peut dire, qui peut représenter le choc psychologique, l’incompréhension et la culpabilité qui se mélangent dans un petit esprit survivant. C’est encore plus dur, c’est une torture interne encore plus insupportable que sa nuque qui continue de brûler intérieurement et dont la poussière semble infecter chaque petit morceau de chair cloquée et ravagée. La vue des cadavres de sa famille ne l’atteint pas tout de suite : son cerveau semble s’être déconnecté, refusant une évidence qui n’en est pas une. Pourquoi est-ce que personne ne lui répond ?

Une réponse va pourtant lui parvenir beaucoup plus tard… après des mois d’errance, de violence et de cruauté. Comment a-t-elle survécu ? Par la haine, la rage, la colère. Son existence misérable était ponctuée d’explosions de férocité qu’elle ne pouvait contrôler, du feu qui l’habitait qui jaillissait autour d’elle sans qu’elle ne puisse comprendre ni s’expliquer ce qu’elle était devenu. Un monstre très certainement, c’était ce que les gens lui disaient, que croire d’autres ? Ses quelques heures de sommeil réveillaient en cauchemar les incendies qu’elle déclenchait d’abord par accident puis sans se soucier des dommages qu’elle causait. C’était son unique façon d’exister après tout, elle savait qu’elle était vivante quand elle sentait la chaleur de ses flammes et les cris qui perçaient le silence. Mais c’était aussi son cri à elle, son appel à l’aide qui finit par être entendu. Il s’appelait Loki, il était Esprit Elémentaire du métal, mais ça elle l’ignorait. Pour elle c’était la figure paternelle par excellence, un maître qui fut sévère et austère mais protecteur. Et c’était tout ce dont elle avait besoin. Il lui apprit à maîtriser son élément, à le comprendre, à vivre avec lui. Il lui inculqua ses valeurs : celles d’une justice forte et implacable et d’un honneur chevaleresque qu’on ne peut bafouer. Ces règles introduites dans la vie de la jeune fille furent sa force, forgèrent son caractère. Elle apprit à maîtriser le métal avec lui et elle commença à forger. Basphel fut une seconde maison pour elle après la vie nomade en compagnie de Loki, c’était le premier lieu stable qu’elle avait avec Kolio depuis longtemps. Elle intégra le département du Charbon, sans surprise et apprit à faire confiance et à compter sur les autres. Le groupe faisait sa force et un semblant de joie de vivre refit surface. Elle renaissait de ses cendres et pouvait désormais relever la tête et regarder le ciel.


III/Pouvoir et Elévation


Son parcours brillant à Basphel et son entrainement intensif avec Loki avait fait d’elle une guerrière hors pair et sa réputation de forgeronne commençait à se répandre. Gagnant sa vie plus qu’honorablement elle put fonder sa propre forge dans le Volcan. Parallèlement elle gravissait les échelons de la hiérarchie Elémentale et plus particulièrement dans le domaine de l’armée. A peine âgée d’une vingtaine d’année, la fille du feu fut nommée générale des armées d’Aeden : sa carrière militaire la menait doucement vers une carrière politique. Après avoir côtoyé de nombreuses années les Veuves Noires, l’Elémentale du Feu avait appris que le charisme est une force parfois plus puissante que la force physique ou magique et elle commença à s’en servir pour s’opposer à ceux qu’elle haïssait depuis toujours. Elle était raciste, Sorciers et Magiciens dans le même panier, aucun des deux n’étaient dignes de fouler le sol Elémental. Puis tout s’enchaîna rapidement, la disparition mystérieuse d’Iro et la venue de monstres oscillant entre la vie et la mort plongea les Terres du Yin et du Yang dans une urgence folle : il fallait se défendre. Takias prit la tête du peuple Elémentaire pour mener la protection d’Aeden et le combat contre les Sorciers et leurs créatures immondes. Elle avait mis un doigt dans l’engrenage et celle qui n’avait été qu’une orpheline délaissée fut nommée Impératrice du Tout par le Conseil d’Aeden et monta sur le trône. Ses lèvres avaient frôlé la coupe du pouvoir et elle en voulait plus : elle voulait aider ce peuple, protéger Aeden, raviver la gloire Elémentale.

Elle y parvint… durant quelques temps. L’Ecole Elémentaire d’Aeden fut créée par ses soins, de même que l’annexion du Berceau Cristallin sous ses ordres, la remise à jour de l’Erek et des traditions de son peuple, une volonté de mettre à égalité tous les Eléments et de persécuter férocement toute magie impure qui prendrait forme sur ses terres. Mais les belles années d’Aeden ne durèrent pas : la décadence était proche, les erreurs se multiplièrent et la fin d’un règne s’annonça progressivement. Takias ne supporta pas de ne plus avoir le contrôle sur ce qui l’entourait, et sa vengeance enfin assouvie l’éloigna de plus en plus du trône. Le lien ambigu qu’elle avait avec l’un de ses conseillers et son absence au Conseil des Chefs fut le premier coup dur qu’elle encaissa, le second fut celui qu’elle subit durant le Conseil d’Aeden qu’elle présida. On osa lui soumettre des alliances avec Sorciers et Magiciens, la question d’un monopole déjà possédée par une autre race fut soulevé, en bref : le Conseil fut une véritable catastrophe. C’est à la suite des derniers scandales qui marquèrent son règne que Takias Mirsaalak, Impératrice du Tout décida de rendre sa couronne. Depuis quelques temps déjà, l’Elémentale avait fait un rêve étrange qui l’intriguait. Libéré du poids de ses anciennes responsabilités, elle put se consacrer à ses propres recherches, trouvant notamment le moyen de se rendre à la Bibliothèque d’Ilios. Elle n’avait plus qu’une chose en tête et le jour arriva où il lui fut permis d’exaucer son vœu. Avide de connaissance et de pouvoir, Takias s’éleva et devint Aether des Armes… peu avant le moment où les fidèles de Sympan gagnèrent la guerre…


IV/ Retour parmi les mortels


« Hé là ! Doucement, vous allez bien jeune femme ? »

Si elle allait bien ? Sa tête lui tournait, son corps semblait prêt à s’effondrer au moindre mouvement et tremblait comme une feuille. Elle ne savait même pas où elle était.

« Attendez j’vais vous aider à vous lever, comment vous vous appelez ? »

La guerrière chancela et n’eut d’autres choix que de s’appuyer sur l’épaule de l’homme qui l’avait découverte étendue sur le sol.

« Je… je m’appelle Takias. »

« Takias ? Comme la Reine Takias ? »

L’Elémentale fronça les sourcils. Il y avait une Reine qui portait le même nom qu’elle ? Bah… peut-être après tout, les Terres du Yin et du Yang étaient vastes.

« Heu non. Takias tout court, je suis Maître Elémental et … ah nous sommes dans le Volcan ! Je connais bien le chemin jusqu’à un lieu sûr… merci et au revoir… »

Où était Kolio et qu’est-ce qu’elle faisait ici ? … ces questions étaient secondaires cependant car il lui fallait retourner à sa chaumière derrière sa forge pour se reposer… même s’il y avait quelque chose d’étrange… elle réfléchirait plus tard… d’abord se reposer… se reposer.





Kolio








~¤~ Kolio ~¤~
Blason de l'Antre de Vulcain:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33353-fire-and-iron-fiche
Mitsuko Taiji Stark
~ Ombre ~ Niveau II ~

~ Ombre ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 31179
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 40/41 ; Force : 40/41 ; Charisme : 46/47 ; Intelligence : 45/50 ; Magie : 60/61
◤ ◤:
avatar
MessageSujet: Re: ¤ Fire and Iron ¤ [Fiche Takias v.3.0]   Ven 02 Déc 2016, 12:58

Parfait je te valide =)


- -  -  

- -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33359-mitsuko-taiji-stark
 

¤ Fire and Iron ¤ [Fiche Takias v.3.0]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Daniel Rand / Iron Fist (Fiche terminée)
» Radha Matarishvan || "Fire and Blood" [fiche validée]
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Présentations :: Présentations Validées :: Anciennes Présentations-