AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour l'arrivée de Chamallow chez Vanillette, j'offre à tout le monde un compagnon Eversha Chat niveau I ou chat pour l'occasion *O* Parce que je suis comme ça ! Je vous mets même une chanson de bonne humeur en lien hell yeah o/ >> ICI << Yeah ♫ Et pour la petite histoire, quand j'étais petite, je me dandinais dessus avec ma couche culotte o/ #dossiersurladmin

Partagez | .
 

 Zéleph (Pour te faire plaisir PAPA Cocoon) - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zéleph S. Stark
~ Réprouvé ~ Niveau V ~

~ Réprouvé ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 6326
◈ YinYanisé(e) le : 04/04/2011
✭ Activité : I'm sooooooo cute ♬♪

Caractéristiques
◤ ◤: [F : 37] [C : 31] [A : 25] [I : 15] [M : 5]
◤ ◤: [Deux Lames Fantôme.] [Le sabre du serpent.]
avatar
MessageSujet: Zéleph (Pour te faire plaisir PAPA Cocoon) - Terminé   Jeu 14 Juil 2016, 17:15



Zéleph Shizuo Stark

Meurtri par cette existence. Je suis debout, bien que blessé.



ID
Nom : Stark.
Prénom : Shizuo.
Surnom : Zéleph.
Sexe : Homme.
Age : Apparence 30 ans.
Race : Réprouvé.
Métier : Chasseur.
Particularité : Célibataire.
††††††††††††††
HRP
Votre prénom ou pseudo courant : Koalz.
Si un jour vous quittiez le forum, comment voudriez vous que votre personnage disparaisse? : Et pouf ça fait des chocapic !
Code du règlement : Je sais pas ... omelette ? Pipelette ? Triplette ? Chouette ? Un truc en ette.


pouvoirs & armes

Spécialité :
Agilité : 15 + 10 = 25
Force : 29 + 1 + 2 + 5 = 37
Intelligence : 6 + 1 + 2 + 2 + 2 + 2 = 15
Charisme : 17 + 3 + 10 + 1 = 31
Magie :  5

Armes :
~ Deux Lames Fantôme. (www)
Les Lames fantôme ont deux modes de fonctionnement :
Un mode classique où une lame rétractable sort discrètement du brassard.
Un mode grâce auquel la lame peut jaillir du brassard pour être maniée comme un poignard.

Pouvoirs :
~ L'invocation du Divins Chaos.
~ Sul Vulon.
~ Pruzah Aus.
~ Superforce.
~ Soigner les blessures.


gains & divers

Gains de niveaux
Niveau II :
Niveau III :
Niveau IV :
Niveau V/VI :

Gains de lieux
~ Une pincée de poison : Il s'agit d'une petite fiole contenant un poison qui endort petit à petit celui qui le boit. Il ne peut pas le tuer mais cela le plongera dans un sommeil profond que seul un baiser pourra rompre.

Gains de quêtes
- N/A

Gains Hors RP
- Le bonbon enchanté : Rend les individus qui le mangent verts.
- Créer du sang
- Le cheval immortel de la cavalerie sombre : Selon un vieux mythe, il aurait existé une armée de mercenaires qui aurait sévit il y a des siècles : la Cavalerie Sombre, dont les chevaux étaient exceptionnels. Une Sorcière s’est vantée d’avoir tiré d’entre les morts les montures, pour les vendre ensuite aux plus offrants. Grands et robustes, noirs et fantomatiques, ils possèdent le don d’apparaitre selon les besoins du propriétaire et de courir à une vitesse surprenante. Ils n’ont aucun besoin vital, pour n’être plus vraiment vivants.

Gains RP pour tous
- N/A

Arme du temple
~ Le sabre du serpent (voie du temple Niv. IV)
~ Pouvoirs du temple (Serpent) : Niveau I, II, III, IV acquis.

Malus de l’Event :
- Gwiidon’Dur : Lors des nuits de pleine lune, les Réprouvés sont habités par la seule partie démoniaque en eux. Lors des nuits sans lune, les Réprouvés sont habités par la seule partie bénéfique en leur sein. Ils ne peuvent en aucun cas contrôler le processus qui peut leur porter préjudice à bien des égards.


Physionomie


En image c'est mieux : (www)
Albinos, c’est se qui te caractérise. C’est ce que l’on vois de toi dés le premier regard. Un grand animal à l’air blesser, la peau cramé par le soleil, les cheveux blanc comme la neige et des yeux rouge comme le sang. Entre l’ange et le démon. Tu a toujours était de se mélange que l’on pourrait qualifier de « parfait », mais qui dans la réalité des choses, est monstrueux. Qui est-tu ? Si ce n’est un homme au physique particulier. Tu a toujours était très grand, très imposant. Tu ne passe pas inaperçu, ça c’est certain. Comme si cela ne suffisait pas, tu ressemble a une fresque vivante. Couvert de tatouages de la tête au pieds, certains retracent ta drôle de vie. Un tigre, un dragon, un aigle et un serpent se faisant la guerre sur ton corps détruit par la douleur et la violence. Oui ta chair est ravagé par les cicatrices d’une existence cauchemardesque. L’enfer aurait était plus accueillant, mais tu n’a jamais réussit a t’y rendre, même avec toute ta bonne volonté. Ah, il y a ça aussi. Les marque les plus douloureuse son les plus petites. cette trace sur ta nuque, encore blanche. Si profonde. Se « M » qui n’a plu aucune valeur aujourd’hui, tout comme cette marque sur ta main. C’est stupide. Cette air sur ton visage. On ne sais si tu t’ennui où si tu est simplement basant. Peut être que c’est du mépris pour se monde que l’on peut lire dans tes pupille. Tu était si beau autre fois. Quand tu aperçois ton reflet aujourd’hui, tu regrette de ne pas l’avoir compris. Par se qu’à présent tu est loin de l’image du grand et célèbre Zéleph. Tu n’est plu qu’une ombre anonyme. Oh tu garde cette nonchalance, cette impressionnante présence qui fait ta particularité, mais tu est loin de ton apogée. C’est peut être ça… Tu a vécu ton déclin et aujourd’hui a quoi ressemble tu ?

Un homme qui aurait souhaité être comme tant d’autre, mais qui ne peut toujours pas disparaitre dans la foule a cause de son physique bien peu commun. Tu es figer dans ta jeunesse, tout en ayant les traits de ceux qui on vécus plus de siècles qu’une étoile. Se n’est pas vrais, tu n’est pas si vieux, mais tu ne respire pas la fraicheur, il faut bien se le dire.


Psychologie


Tu tes noyer. C’est ça la vérité. t-Tu n’a même pas essayé de regagner la surface. Tu a sentit l’eau envahir tes poumons et ce fut comme une libération. A tu hiberné ? Tes tu cacher ? Qu’importe. Rien n’a changer, ou presque. Tu crois être différent, mais tu ne peut pas fondamentalement te changer. Tu est et tu restera Zéleph, l’animal, la monstrueuse bête. Impulsif, incontrôlable, agacent, impatient. Tu accumule une dose si importante de défaut qu’on se demande comment tu a fait pour être un roi aimer et respecté a une époque. Seulement ça c’est révolu. A présent tu est loin de cette glorieuse vie, si tenté qu’elle l’est était.

Réfléchis tu aujourd’hui avant d’agir ? Enfaite, non, c’est bien pire que cela. Tu est fatiguer. Epuiser, alors penser a quoi que se soit te donne une migraine affreuse. Alors la réponse est non, tu préfère toujours la violence a la parole, enfaite c’est ton seule moyen d’expression, le seul qui a réellement marché durant tout se temps. Tu sais parlé pourtant. Avant tu était un redoutable chef de guerre. Oui, mais ça c’était avant. Aujourd’hui a qui pourrais-tu faire un discoure ? Même toi tu ne t’écouterait pas tellement tu est faible et pathétique. Voilas une chose que tu ne supporte pas, être ridicule. Tu a pourtant toujours eu la sensations de l’être. La faiblesse tu n’en a que faire. Etre un homme ne se résume pas a sa puissance, mais simplement a ce qu’il est.

C’est triste par se que tu n’est plu personne. Ton nom résonne comme un cri de guerre, il fait encore frémir ton peuple, dépend la peur et la terreur. Tu n’est plu qu’une légende. Une histoire qui s’oubliera comme tans d’autre. Cela n’a pas d’importance. Comme dans ta jeunesse tu semble perdu dans le désespoir et tu attend qu’une lueur te face te réveiller de se sommeille mortel.Quand les dieux l’auront décidé tu ouvrira les yeux. En attendant tu semble mort, pourtant ton coeur bat. Enfin, c’est se qu’il semble faire.



Hauts-Faits




Histoire


Zéleph succomba à la colère, la douleur et la déchirure face a l’inévitable. La vérité, nue et claire, Toute sa vie n’était que mensonge. Sa mère, qu’il avait crue morte, avait toujours vécu, mais avait préféré sauver un peuple voué à une mort certaine plutôt que de retrouver son fils agonisant. Ce Dieu dont les Esprits du temple lui avait promit l’existence n’était en réalité que du vent, et cette puissance, était de son propre fait et non pas celui d’un obscur danger pour le monde. La colère, mais surtout une profonde amertume s’empara de lui. Qui était-il ? Que faisait-il ? Plus rien n’avait de sens et il ne savait dés à présent plus distinguer le vrai du faux dans sa vie. Perdu, il s’enferma dans une solitude qu’il ne pouvait combattre. Toute sa vie n’était que mensonge, et tous c’étaient joué de lui comme un vulgaire pantin, de sa naissance à aujourd’hui, rien n’était vrai. Les retrouvailles avec une mère qu’il aimait plus que sa propre vie furent bien amères pour lui. Il lui pardonna pourtant sa faiblesse, celle d’être fidèle à sa nature de vouloir sauver ceux qui ne peuvent pas l’être. Retournant dans son antre des plaisirs, il laissa sa mère à son fils, préférant la solitude. Il avait soudainement tout perdu. Les guerres et les conflits avaient détruit le peu de choses qu’il chérissait, le peu de passion qu’il avait, et la haine envers les Aetheri ne faisait que s’attisait lorsqu’il revoyait le cour de sa vie. Il n’était qu’un jouet, un vulgaire animal avec lequel ils s’étaient amusés. Manipulé comme un enfant, on s’était joué de lui et il se retrouva sans rien. Sa femme lui était enlevée, sa fille aussi, ses enfants tués et le monde s’effondrait. Aussi fort était-il, la souffrance en était insupportable. Oui, il était plus puissant qu’un géant, mais plus impuissant encore qu’un nouveau né, face aux êtres qui se dressaient devant lui. Il en avait marre de se battre, marre de lutter contre les vagues qui le repoussaient incessamment vers le large, pour le laisser sombrer dans les profondeurs noires de l’océan. Alors il stoppa le combat, préférant mourir plutôt que de continuer à voir son cœur se faire mutiler. Que pourrait-il arriver de mieux que les douces chaleurs des Enfers ? Ce monde n’avait rien à leurs envier, et il ne souhaitait qu’une chose, finir ses jours sous le voile noir de la mort.

Aujourd’hui il ne ressemble plus au glorieux roi des réprouvés. Loin de son apogée il n’est que l’ombre de lui même, ayant oublié jusqu’à son cœur, pour penser vivre mieux, il s’enfonce et creuse sa propre tombe. Le futur s’annonce sombre et cruel, il le suivra et s’y laissera mourir. Il a perdu toute sa puissance, tout ces pouvoirs lui on était enlever. Pour le punir d’avoir trahit ses promesses. Pour le punir de crimes impardonnables. Qu’était-il devenu? Rien qu’une carcasse esseulé et oublier. Rien d’autre qu’un mort. Une épave.

Les yeux fermer, il revoyait toute son enfance, sa vie. Il était remplit de regrets et de colères, mais sur tout d’un chagrin qui ne pourrait jamais être consolé. Il y avait dans ses souvenirs cette impression de ne pas avoir bien fait. D’avoir oublié trop de choses et manquer de discernement. Tout était aller si vite. Si peut de bonheurs pour tant de souffrance. Se combat permanent à en épuiser un colosse avait eu raison de lui. Allonger là, au milieux de nul part, les poings et pieds lier, il avait eu du temps pour y penser. Beaucoup trop de temps. Il était attaché, oui, et enfermer tel un animal. On le traiter comme se qu’il avait toujours était. Cela lui semblait être une éternité qu’il était là. Dans cette pièce humide et glacial. La pierre noir et dure ne laisser place à pratiquement aucune lumière. Aucune sauf cette brèche en haut d’un des quatre murs. Un simple rayon qui lui permettait de distinguer les coins de la pièces à peine plus grande que quatre fois sa taille. De toute façon il ne pouvait pas faire grand chose ici, avec les chaines qui lui serrer les bras et les pieds. La prison ? Non, c’était bien pire que cela comme condamnation.

Déchus, on lui avait retiré toute sa puissance. Il ressemblait presque à un misérable humain. Faible et malade. Chétif. On lui avait même reprit ses ailes, tans cas faire. Les Esprits du temples pouvaient être redoutables. Redoutable mais juste. Le voila puni. Enfermer au plus profond des ruines de l’ancien temple des Oracles Orishas, dans les montagnes. Il ne savait où il était. Tout se dont il se souvenait c’était tout ces yeux perdre leurs belles lumières, le sang sur ses mains, puis cette salle avec tout les esprits autour de lui. Il avait craquer. Il avait assassiné de sangs froid ses amis, enfin ceux qu’il avait crue l’être. Zéleph n’en avait aucun remords, ni même le semblant d’un regret. A quoi bon, après tout il avait mit un siècle à faire son deuil de ceux qu’il aimer, au moins cette fois il était sur que c’était vrais. Ils étaient tous morts, bruler. Avec son passer. Avec les mensonges. Sa mère était morte également. Ca se n’était pas de son fait, mais il n’en voulait même pas à son fils. Après tout, elle faisait déjà partie de ceux qui était mort pour lui. Des menteurs, des manipulateurs. Son fils. Il aurait du lui aussi le tuer, mais à présent il n’y penser plu, se n’était pas important.

Enfin, cela n’avait plu aucune importance à présent et ce n’était pas la seule raison de sa présence ici. Il c’était rebellé. Dans sa folie, il avait jeté ses armes, brisé son serment fait au temple des esprits et aux Aetheri qu’il servaient de puis tans d’année. Il avait tué et brulé femmes et enfants se trouvant autour de lui. La rage, la haine, la peine. Peut être était-ce la folie. Il savait que non. C’était sa nature. C’était sa seule réponses aux mal qu’on lui avaient fait. Pourquoi refusaient-ils sa mort ? Pourquoi n’avaient-il pas le droit de mourir et d’en finir ? Non, il devait supporté cette souffrance, encore et encore. Il avait crue que si il abandonner tout, si il les mettaient en colères, alors ils l’élimineraient. Au lieux de cela les Esprits l’avaient condamné à être enfermer pour l’éternité ici, attaché dans ce lieux froid comme la mort et bien aussi cruel pour ne pas l’être vraiment. On lui avaient reprit toute sa puissance. Toute sa force, toue ses pouvoirs. Il n’était plu rien. Comme un nouveau nez. Nue de toute choses. Il ne lui resté que ses vêtements en lambeaux, encore couvert de sang.

Le réprouvé, ouvrit enfin les yeux. Faisait-il nuit ? La lumière bleu de la lune illuminé à peine de quoi voir le bout de ses doigts. Le vent venaient ce glisser dans sa cellule, gelant son corps, bien peut résistant à présent. Il souriait pourtant. Ironie du sort. Lui qui c’était battue plu d’un siècle durant pour ne plu jamais souffrir des faiblesses mortel et devenir pratiquement un demi-dieux, jouissait à présent de cette douleur humaine. Les sensations de froids, de brulures, de douleurs physique était douce et réconfortante plus qu'agréable. Avant il semblait intouchable, comme si sa peau était devenu aussi dur que la pierre, comme si il n’avait plu aucune sensations. Alors, se froid qui lui glacer les os le faisait renaitre. Son regard longea son bras, il suivait les courbes de son tatouage. La queue du dragon qui descendait vers sa main, disparaissait sous le lien de son poing. Puis ses yeux se retrouvèrent sur cette marque. Graver sûr sa main. Elle n’était pas partie, il l’aurait imaginer pourtant. Il était surement mort aux yeux de celle pour qui il c'était infliger cela. C’était mieux ainsi. Il l’aimerait toujours, mais elle n’avait jamais était complètement à lui, comme lui ne pouvait être complètement à elle. Son seul regret était qu’elle ne l’ai jamais tuer. Tout aurait était si simple si elle l’avait achevé au lieux de continuellement le torturé. Quand bien même elle était la seule à pouvoir le faire, aujourd’hui tout était différent. N’importe qui avec un couteau de cuisine pouvaient lui transpercer le coeur. Voilas qui dégouterait Mitsuko. Un homme avec si peut de pouvoirs. L’ombre de lui même au fond d’une cellule hériter par les esprits pour le punir de ses actes lâches et de son esprit faible.

C’était amusant. Oui, il aurait pu en rire. Cela n’avait jamais était qu’un jeu. Toute sa vie n’avait était qu’un jeu. Une farce. Lamentable, longue et fatigante. Cette vie. Il n’avait aucun espoirs de sortir d’ici. Cette vie, comme il l’appelé, était fini. En réalité, il se trouvait dans sa tombe. Il n’avait même pas envie d’en sortir. Si il devait passer l’éternité à regardé ses pieds et ses mains en souriants des souvenirs de sa mère, de sa femmes, ou de tout se qui avait fait de son existence un cauchemars, eh bien il le ferait.  « Tu n’as donc aucun orgueil ? » « Aucun » Soupira-t-il simplement à l’esprit. Haroun était certainement le pire, mais étrangement le meilleur des esprits du temple. C’était le seul qui avait étaient honnête avec lui. Le seul, même si Méli l’avait aimer, protéger, sauver, elle l’avait trahit. Quoi qu’il en soit cela faisait des années qu’il étaient enfermer là, et jamais aucun esprits n’étaient venu lui adresser un mots, pas même lui apparaître. Il aurait pu en devenir fou. En réalité, on l’avait jeté là, attaché, pratiquement sans un mots et puis plu rien. L’ombre, la solitude, le silence. Point. Alors entendre cette voix railleuse et sarcastique résonner dans sa cellule surprit le réprouvé. « Je suis déçu. Tu ne tes même pas débattu. » Quel idée. Se débattre contre les dieux. C’était vain et ridicule. Cette vie, il l’avait abandonner il y a bien des années déjà. Si c’était cela a quoi devait ressemblait sa mort, alors il l’accepté, comme un guerrier le devait. Fièrement, sans un mot. Par se que c’était ainsi. « Tu es devenu si vide. Si lasse. Ta colère s’en est allés. Ta souffrance planté dans ton coeur noir comme cette roche. Il c’est effrité, jusqu’à n’être devenu que poussière. » Si il venait l’accabler, cela ne marcherait pas. Zéleph avait renoncé. C’était terminé. « Ah, mon camarade… » Continua en soupirant l’Esprit vert. « Tu n’es même plu toi même, et pourtant la bête en cage n’attend que le jour où elle s’éveillera à nouveau. » Il ne l’écoutait même plu. Les yeux a nouveau fermer pour retourné a ses méditations, mais Haroun n’avait pas l’intention de le laissé tranquille. « Ni la richesse, ni le pouvoir, ni la puissance et encore moins l’amour ne te ferons retrouvé cette rage si profonde qui te caractérisé. Pourtant tu vie toujours. Quelque chose en toi s’efforce de résisté. J’ignore d’où te viens cette force de vaincre, mais elle me racine et je ne compte pas là laisser mourir ici. » Zéleph voulait dormir, Haroun le fatiguer. La voix de l’esprit lui semblait de plus en plus lointaine, jusqu’à se qu’il finisse par sombré. On entendit le rire de l’esprit résonner dans la salle. Il apparut au dessus du réprouvé, son regard scrutant le corps de celui qui jadis fut l’une des plus grande puissance que se monde n’ai jamais connue et qui aujourd’hui n’était qu’un homme semblable a mile autre. « Mais unique en son genre. » Et l’esprit vert disparut comme il était venu, dans un silence absolu.

Quand il ouvrit à nouveau les yeux, Zéleph fut éblouit par la lumière. non pas qu’elle fut réellement aveuglante, mais une porte qu’il n’avait jamais vu avant était apparut, et s’ouvrait sur un escalier. Déconcerté, pas certain qu’il ne rêver pas, Zéleph se frotta le visage d’une main, quand il réalisa qu’il n’entendait plu le bruits des chaines. Elles étaient brisé, ses poignets et pieds libéré de leurs emprises. Que c’était-il passer? Il n’avait jamais eu l’idée où même l’espoir qu’il sortirait un jour d’ici. Il avait était condamné à l’éternité. Une prison créer pour lui, une pièce à tout épreuve de la puissance du plus fort des mortels. Ne pouvant être assez stupide pour resté assit là à fixer la sortie de sa cellule, il se mit debout puis avança, prudemment vers les escaliers. A l’embrasure, il hésita. Et si c’était une farce. Haroun avait un humour particulier. Il avait passer son temps à le torturé de puis qu’il le connaissait. C’était un pervers. Un vicieux. Il n’avait plus rien à perdre cela dit, alors il se décida à franchir la porte. Attendant quelques instant. Rien n’arriva. Alors il posa son pied sur la première marche et leva la tête vers la sortie. Etait-ce la haut qu’il devait aller? Etait-il libre ? Pour quel raison ? Pourquoi maintenant ? Bien sur il n’y eau aucune réponses à ses questions, pourtant Haroun l’observait de loin. « Il est temps. »





Weï Shen Khan






Ethen Stark



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t32598-zeleph-pour-te-fair
Mitsuko Taiji Stark
~ Ombre ~ Niveau II ~

~ Ombre ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 31869
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005

Caractéristiques
◤ ◤: Agilité : 40/41 ; Force : 40/41 ; Charisme : 46/47 ; Intelligence : 46/50 ; Magie : 60/61
◤ ◤:
avatar
MessageSujet: Re: Zéleph (Pour te faire plaisir PAPA Cocoon) - Terminé   Ven 15 Juil 2016, 13:37

Faut que tu mettes tes nouveaux pouvoirs raciaux mon lapin <3


- -  - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33359-mitsuko-taiji-stark
Zéleph S. Stark
~ Réprouvé ~ Niveau V ~

~ Réprouvé ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 6326
◈ YinYanisé(e) le : 04/04/2011
✭ Activité : I'm sooooooo cute ♬♪

Caractéristiques
◤ ◤: [F : 37] [C : 31] [A : 25] [I : 15] [M : 5]
◤ ◤: [Deux Lames Fantôme.] [Le sabre du serpent.]
avatar
MessageSujet: Re: Zéleph (Pour te faire plaisir PAPA Cocoon) - Terminé   Sam 16 Juil 2016, 15:08

Voilas qui es fait, je suis navré, je n'avais point vue. Ca aurait été dommage. Merci Chaton :)


. : ♛ : .
WEÏ SHEN KHΛN |  | ZÉ|EPH SHIZUØ STΛRK |  | ETHEN STΛRK



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t32598-zeleph-pour-te-fair
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Zéleph (Pour te faire plaisir PAPA Cocoon) - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zéleph (Pour te faire plaisir PAPA Cocoon) - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une soirée entière pour se faire plaisir...
» wellen et son stron en foto pour vous faire plaisir
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» Un cadeau pour me faire pardonner ? [Sirillë]
» Bourgeoise en manque d'affection recherche de la compagnie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Présentations :: Présentations Validées :: Anciennes Présentations-