AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Cocoon V.5 [Admin Graphiste - Codeur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cocoon
~ Orisha ~ Niveau VI ~

~ Orisha ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 5606
◈ YinYanisé(e) le : 05/06/2012

Caractéristiques
◤ ◤: Instigateur ; Fo:52/52 | Ag:45/50 | Ch:42/42 | Int:42/42 | Ma:20/40
◤ ◤: Des gants renforcés d'acier et de poison
avatar
MessageSujet: Cocoon V.5 [Admin Graphiste - Codeur]   Mar 12 Juil 2016, 15:35



Cocoon Sforza

L'Orishala fait la loi et la loi, ici, c'est moi.

ID
Nom : Sforza
Prénom : Cocoon
Titre : Le Titan
Sexe : M
Age (réel et en apparence) : 35 / +300
Race : Orisha
Métier : Alchimiste
Particularité : Il a une cicatrice qui lui barre le torse en diagonale.
††††††††††††††

HRP
Votre prénom ou pseudo courant : THE COCOON
Si un jour vous quittiez le forum, comment voudriez vous que votre personnage disparaisse? : Bouffer au petit dej par un dieu
Code du règlement : I'm the best ;)


pouvoirs & armes

Spécialité :
FORCE : 54/54
AGILITÉ : 45/50
CHARISME : 41/41
INTELLIGENCE : 42/42
MAGIE : 22/40

Armes : Claymore : Le poids de son arme est proportionnel à sa force à lui, de manière à ce qu'il n'y ait que lui qui puisse la soulever.
Pouvoirs :
- Lien du destin
- Empathie
- Vision d'aigle
- Créer des potions
- Vitesse accrue



gains & divers
Gains de niveaux
Niveau II : /
Niveau III : /
Niveau IV : Insensibilité à la magie
Niveau V/VI : /
Gains de lieux
● L'éternité
● Mémorisation ultime (ce pouvoir vous permet de retenir toutes les informations, même en ne les voyant/entendant qu'une fois).
● Se téléporter et de téléporter les objets et personnes alentours (avec soi pour les personnes, pas forcément pour les objets).
● Révélation ultime (cela vous permettra de connaître immédiatement l'identité d'un autre chef de race, même s'il recourt à la magie pour cacher son identité. Pour les personnes lambdas, vous pourrez connaître leur race).
● Création de whisky
● Se transformer en Enzel
● Médaille combattant ange

Gains de quêtes
● Le scarabée doré : permet d'invoquer des scarabées.
● Télépathie avec Nydelia
● Télépahtie avec Absynthe
● Voler (couleur des ailes : bleu nuit)
● Richesse à vie

Gains Hors RP
● Champ de mort : draine la force vitale de plusieurs personnes pour guérir l’utilisateur.
● Le pouvoir de Fusion : un pouvoir éphémère mais très puissant. Le pouvoir de fusion permet à trois personnes (maximum) d'une même race de fusionner pendant 3 tours (c'est à dire 6 messages de rp pour un rp à deux) en une seule et même personne qui additionnera la puissance de chacun (pouvoirs, spécialités, objets etc). Cela dit, si la fusion permet aux membres d'une race de devenir plus forts un moment, le contre coup est plutôt important puisqu'après la fusion, chaque personne perdra la moitié de sa puissance (la moitié de ses statistiques et de ses pouvoirs)
● Invocation des nobles lépreux : Vous pourrez à votre bon loisir les invoquer. En plus d’être dotés d’un certain humour appréciable, ces joyeux lurons peuvent matérialiser les peurs de vos adversaires et traverser la matière comme bon leur semble. Ils vous protégeront si vous leur demandez, formeront une barrière entre vous et votre ennemi, lanceront tout ce qu'ils trouvent autour d'eux sur la personne que vous aurez désigné, bref ils sont utiles. Attention, dans le cas où votre adversaire aurait cette même capacité d'invocation que vous, les cinq nobles ne défendent ni l'un, ni l'autre, ils s'assiéront dans un coin, se moqueront de vous deux, à la rigueur, vous nuiront à tous les deux mais c'est tout.
● Prendre l'apparence d'une autre race (sans les pouvoirs ni les capacités physiques.)
● Double nationalité avec les Vampires
● Contrôle des rêves charnels : ce pouvoir vous permet de plonger les personnes dans une rêve ayant comme illustration l'acte charnel, vous y compris
● Un liquide glissant qui refroidie les ambiances trop chaudes
● Un livre référencent une multitude de positions sexuelles hétéro
● Le Pendentif Sacré qui se sépare en deux. Il faut en garder une moitié et offrir l'autre, ainsi, les deux amants sauront toujours où est l'autre et comment il va, et ressentiront les battements du coeur.
● Une boite de chocolat empoisonné : Ils ne peuvent pas donner la mort ni même paralysé mais promettent une nuit que celui qui en a mangé n’oubliera pas, le tout agrémenté par des effets sur la peau assez répugnant.
● Le diamant rouge : Cette pierre précieuse est d’un rouge sanglant, et à la forme originale. Ovale et presque plate, elle permet à celui qui la place devant ses yeux de voir des silhouettes blanches ou noires, blanches étant celles qui n’ont jamais enlever la vie alors que les noires ont déjà tué. Cela ne permet pas pour autant de connaître les circonstances, les histoires, le nombre de victimes.

Gains RP pour tous
- N/A

Gains d'Event
● Fiole de rêve bleu : Il s'agit d'une fiole qui contient des fragments du cristal bleu. En l'ouvrant, un fragment s'en échappe et un étrange événement se produit puisqu'il semble que le possesseur et les personnes l'entourant soient téléportés dans un autre monde, totalement différent des terres du Yin et du Yang. Néanmoins une fois l'escapade terminée, les personnes se réveillent comme si elles n'avaient fait que rêver. Rêve ou Réalité, telle est la question

Arme du temple
Voie du serpent
Arme du temple (traduit en un fin bracelet d'or s'enlaçant autour de son triceps, et représentant un serpent. Se combine avec un autre bracelet du même genre)
Niveau I : - La protection du Serpent : Cette technique consiste à dévier une attaque de l'adversaire du fait de la grande agilité du possesseur de l'arme.  (1 fois par rp)
Niveau II : - L'illusion du serpent : Cette technique permet au possesseur de l'arme de se déplacer si vite que son adversaire ne peut pas le voir, devenant ainsi invisible. L'autre variante est que l'adversaire, du fait de la vitesse, peut avoir l'impression de voir une multitude de clones de la personne en question, étant totalement déboussolé par ces apparitions. (1 fois par rp)
Niveau III : - L'attaque du serpent : Cette technique ancestrale provient de la grande maîtrise de l'agilité d'esprit et de corps du possesseur de l'arme. Il va pouvoir contrôler toutes les choses qui l'entourent mais, bien plus que cela, se déplacer à une vitesse prodigieuse qui, à chaque fois qu'il changera de sens, produira une réaction magique, créant plusieurs fluctuations invisibles qui se dirigeront droit vers l'adversaire avant d'exploser violemment

Hauts-Faits






Physionomie

Cocoon n'a jamais changé. Si son visage à prit les traits des expériences qu'il pu vivre par le passé, ses caractéristiques physiques restèrent fidèles à elles-mêmes. Un homme si grand que l'on en perdrait la tête, des cheveux si blancs qu'on les confondrait avec la neige, et une peau si dorée, qu'on la confondrait avec le soleil lui même. Ses épaules droites sembles porter les poids du monde, si ce n'est d'une vie, trop meurtrie pour être épargné, et pourtant, trop bénie pour être martyr. L'Orisha s'est vu enfler également, avec les années. Sa force est à la hauteur de sa réputation, et il n'a plus rien à prouver quand à celle-ci, pulvérisant les rochers aussi facilement qu'il étreignait les femmes.
Son visage est anguleux, carré, reflétant la masculinité qui coulait dans ses veines. Une bouche charnue, un nez fin et peu long, et des yeux disparates, pour lesquels tant ce sont damnées. L'un était bleu, presque gris, comme un ciel au bord de la tempête, et l'autre noisette, presque gourmand. Seulement, lorsqu'on regardait à travers, c'était pour y trouver la sévérité et le charisme d'une bête, d'un monstre, et non d'un simple homme. Et pourtant... Cocoon était un homme simple. Si le vie ne l'avait pas emmené sur le trône, lui enfonçant la couronne sur la tête, les Aetheri eux-mêmes savaient combien il serait l'unique habitant d'une bicoque perdu dans les grandes plaines Orines.
Mais on l'a poussé. Il s'est poussé. Il s'est même vu méritant de tout ce qui lui était arrivé, de ses bonheurs à ses malheurs, oeuvrant pour les avoir comme pour les éviter. Mais certains n'ont pu être esquivé, et ceux-ci on su le meurtrir de cicatrices infâmes. Une balafre, refermée depuis des années, traverse son torse encore aujourd'hui, débutant presque de l'épaule gauche, pour venir mourir sur sa hanche droite. Malgré cela, l'homme ne s'en voyait pas négligé pour autant, cherchant à la cacher plus qu'à la dévoiler.
Son dos puissant et travaillé par les épreuves, se voit parfois chatouillé par des cheveux dépassant sa nuque, devenu trop long par négligence. Si par le passé il soignait son apparence, dorénavant, il passait parfois des périodes sans se raser quotidiennement cette barbe blanche hideuse, ou sans pour autant couper ses cheveux raides si régulièrement. Sa femme le lui disait, le lui faisait, mais la motivation n'y était pas toujours.

Ses habits étaient tous de couleur noire, comme s'il voulait dissimuler son existence. Ce fut le cas un jour, trop honteux pour se voir vivre dans le monde actuel, trop souillé pour s'estimer heureux de respirer le même air que les grands, mais si la couleur ne change pas, sa mentalité, elle, su évoluée du tout au tout. Ainsi, ce sera toujours d'une chemise sans manche, d'un pantalon et de chaussures lourdes, que l'on pourra le voire déambuler sur les routes, comme dans sa vie quotidienne. A ses yeux, changer de vêtements, et se parer d'atours, est synonyme de futilité. Mais sa tolérance est souple et il n'appose ce regard rigoureux et critique, qu'à sa propre personne, laissant la liberté aux autres de faire ce que bon leur semble.
Il est un guerrier, élevé comme tel, et a le sang chaud, comme ceux de son peuple. A aucun moment, d'ailleurs, cet être ne dénote de ses congénères.

Psychologie

Tout n'est pas noir ou blanc, Cocoon le sait et pourtant, il est un de ces extrémistes dans ses sentiments. Aimer à la folie, ou haïr à la déraison. Heureux, puis dépression. Il a grandit sans amour, sans repère qu'un enfant classique aurait pu avoir et ses blessures, ce fut que multipliées qu'elles apparurent sur son corps. Se forger un mental d'acier n'était plus un besoin c'était alors devenu une nécessité. Il devait se relever de chaque épreuve à défaut d'être aidé et secondé. Et bien qu'aujourd'hui il soit quelqu'un de puissant, le constat est là : l'Orisha est méfiant de ce qui l'entoure. Il ne croit que ce qu'il voit et si d'ordinaire il aurait parfaitement pu être un religieux accompli, sinon un fidèle, les Aetheri eux-mêmes n'ont pas répondu à ses attentes. Il était venu cherché auprès d'eux, les mauvaises réponses aux mauvaises questions. Eprouvé, malade, les divins le mirent en face de ses pires maux, réouvrant des vices du passé qu'il su enfouir. Malheureusement, ce fut l'hécatombe et, rapidement, Cocoon se détourna d'eux, fatigué de se battre. Ainsi, si leur courroux peut encore s'abattre sur lui, il n'en ai rien pour leurs bénéfices.

L'homme a une relation aussi particulière avec les dieux qu'avec les femmes. Ces dernières, pendant longtemps, étaient là pour combler le vide affectif qui s'était creusé avec le temps. Victime d'un esclavagiste, il ne su pas grandir de la bonne manière, et se raccrocha alors à la gent féminine, comme à une bouée pour ne couler dans les méandres de la dépression. D'aucuns dirons qu'il est un coureur de jupons, un homme à femme ou un croqueur de belles, mais au fond, qui sait vraiment ? Il a l'excuse d'être un Orisha, libre comme l'air, autant dans la vie que dans l'amour. Mais ce n'est qu'une excuse, ne trouvant que rarement son compte avec celle qui l'accompagne pour une nuit si éphémère.
En recherche permanente d'affection, montrant sa virilité et sa froideur, que le lui un peu plus friable qu'il renfermait si profondément, si intouchable. Des gens peuplèrent sa vie, sans pour autant l'atteindre, juste certaines personnes, qu'il laissa à peine ouvrir la porte de son monde, la refermant immédiatement derrière.

Il n'est pas calculateur ou manipulateur. Seulement opportuniste et légèrement menteur, saisissant la balle au bond, car des chances, il en laissa passer un bon nombre, lorsqu'il n'était pas maitre de lui même. Dorénavant, il ne laissait plus rien lui échapper, apposant un sceau évident sur tout ce qui lui appartenait. C'était sa façon d'aimer, posséder. Le maitre mot de sa vie, sans savoir s'y prendre il finissait par faire cela, parfois avec violence et rancoeur, mais tant que ça l'aidait, et que cela lui apportait ce qu'il désirait. Bien qu'il ne soit pas machiavélique, l'homme ne sera pas le hérault de ses Dames. Il n'a de chevaleresque que l'armure, délaissant le mourant pour sauver ses biens, ses êtres les plus chers, sans un seul élan de culpabilité.
Mais personne ne peut lui reprocher d'aimer. Il chérit tendrement celle qui partage sa vie, l'unique à ses yeux qui vaut la peine d'existé et pour laquelle il s'est lié, pour l'éternité. Volubile par le passé, il ne fréquente alors plus aucune femme pour le plaisir, se cantonnant à d'autres relations qui deviendront plus platoniques les unes et que les autres, au fur et à mesure que le temps aurait une emprise sur lui.



Vita part. I

Cocoon eut une vie plutôt mal faite. A l'âge de deux ans, le gosse perdit ses parents. Un sorcier borné et puissant, attaqua un village emplie d'Orisha, dans le but de capturer des esclaves. Seulement, les plus fiers moururent au combat, et les autres se donnèrent la mort. Le petit enfant qu'il était fut épargné, par la grâce d'un gardien, rien d'autre. Lorsque sa mère enfanta, le mettant au monde, son âme se lia avec un autre être, aux mêmes caractéristiques physiques que lui. Quelques disparités -la peau, les yeux, les cheveux, la morphologie- mais les traits étaient similaires, à n'en point douter et pourtant, ce dernier avait vécu déjà un bon siècle. Ainsi, l'Orisha se lia à un Démon, et celui-ci suivit le signal, se rendant alors au plus vite là où son destin l'appelait, dans le but de voir ce petit garçon à qui il était intimement lié.
Il se présenta à ses parents, apparaissant comme un garde du corps, et malgré la méfiance du couple ils ne dirent rien, attendant de voir les agissements de l'inconnu. Mais ce type ne fit rien, jamais, se contentant de le surveiller, comme promis.
Et lors de l'attaque, Cocoon ne fut sauvé que grâce à ses gestes habiles. Le démon prit la poudre d'escampette, laissant les parents mourir dans leur propre sang.

Il éleva alors l'Orisha jusqu'à ses onze ans. Petit être aux cheveux blancs, celui-ci vaqua de villages en villages, de familles en familles, sans jamais trouver l'amour d'un foyer, en permanence rejeté. Dæmon, son gardien, était là, mais il ne faisait office que d'observateur, le laissant livré à lui même quand les conditions l'exigeaient. Puis finalement, lorsqu'il fut en âge d'apprendre et de comprendre, l'homme l'emmena chez un maitre, qui allait lui enseigner tout ce qu'il devait savoir. Vie et mort. Le guidant jusqu'à une tour noire et presque en miette, il l'invita à rentrer.
Le Sorcier qui habitait cet endroit lugubre, n'était aucun autre que le meurtrier de ses propres parents : fort et puissant. L'Orisha ne le reconnu pas, ne sachant même pas qui il était réellement, et se laissa naïvement esclavager. Dæmon fut chassé, radié et menacé, et Cocoon fut exempté des souvenirs qu'il avait pu avoir avec ce démon. Il n'était alors plus lié, et à personne.
Le sorcier, dès le début, fut clair avec lui : il le blessa presque mortellement au torse, affublant son corps d'une infâme cicatrice, lui apprenant que s'il cherchait à partir où à le trahir, il avait le pouvoir de faire éclater cette cicatrice, pour ouvrir son corps en deux. Il était une expérience en semi-liberté, et il n'avait pas intérêt d'en abuser. Ainsi il fut formé. Se battre, parler, lire, écrire, commander, obéir, survivre... Autant de mots pénibles, qui bâtirent son adolescence. Un garçon empli de rancoeur, de douleur, que le sorcier avait tourner dans son sens, lui faisant voir le monde comme lui le voyait... Mais c'était peine perdu.

Depuis sa naissance, Cocoon n'avait pas prononcé -ou presque pas- un mot en langue commune, vêtissent l'Arshala dès qu'il devait s'adresser à son maitre, ou à ses pairs. Lorsqu'il sortit de là, lorsque ce type le relâcha avec sursis, il avait un accent à coupé au couteau, et mit du temps à s'habituer aux mots qu'il rencontrait.
Il le lui avait dit, que de tout temps, il le retrouverait. Il le retrouverait s'il voulait à nouveau l'esclavager car son but était de lui faire goûter la liberté, avant de le soumettre à nouveau. La jubilation d'un sorcier démoniaque.
Seulement, Dæmon ne réapparut pas. Il ne pu se montrer directement à Cocoon, ne bousculant pas son amnésie volontaire. Alors l'homme commença enfin à vivre et à rencontrer tellement de monde...


Vita part. II

18 ans

"Qui je suis ? D'où je viens ? Pourquoi je suis ici ?", ces questions que se posent généralement la plupart des vivants, sont censées avoir une réponse. Pour chaque question, tout le monde connait sa réponse. Moi, je n'en sais aucune.
Je m'appelle Cocoon. Je ne sais pas d'où je viens, ni même comment j'ai atterri ici... Ma vie passée n'est qu'un mélange de souvenirs tous aussi flous les uns que les autres. Rien ne m'aide. Personne ne m'aide. Je ne connais rien de moi, mais je sais une chose : la société, le monde m'a tout pris. Je suis seul, abominablement seul et livré à moi même. Je n'ai pas connu mes parents, ni même ma famille si j'en ai eu une. Je ne sais même pas d'où je viens réellement. Je connais ma race par rapport à ma physionomie et je ne puis que dénoter dans le paysage. Dénoter. Oui. Encore une fois.
Je regardais mon visage tous les matins, dans le reflet de l'eau, ou dans un miroir. Je suis le fruit d'un couple, d'une famille que je n'ai jamais connue, jamais eu. Je renferme en moi une partie d'eux. Me regarder chaque matin me faisait travailler ma mémoire sur eux, sur mon passé. Je connaissais mon visage par cœur. Et je trouvais amusant le paradoxe qu'il y avait... Un visage taillé dans le roc et pourtant quand on y regardait de plus près on s’apercevait qu'il n'était pas si dur que cela, bien au contraire... Je trouvais cette particularité plutôt amusante.

Et puis plus tard, je me souviens avoir été confronté aux duretés de la vie étant très jeunes. Ma communauté n'ayant pas cherché longtemps à me venir en aide, j'ai pris la route. Au fil de mes rencontres, je pu développer mes pouvoirs et mes capacités de manière à contrôler les flux d'énergies émanant de moi.
Je fus longtemps maltraité par un sorcier, qui m'apprit à détruire tout sur mon passage, et qui a surtout bien pris soin de cultiver ma haine envers le monde extérieur.
Puis je du reprendre la route...

Entrée n°06 : C'est le petit matin, la nuit fut éprouvante et particulièrement longue. Je du me battre contre des étrangers, voulant surement me dérober mes biens, ou peut être même me tuer. La bataille ne fut pas longue, et j’eus vite raison des deux hommes, mais quelque chose était différent. Je pouvais ressentir leur peine et leur souffrance. Je pensais que cela venait de moi, que j'étais triste et soucieux, mais ça ne me blessait pas... C'était impersonnel. Rien de me heurtait, c'était quelque chose d’extérieur que je captais. Bon sang ! Qu'est ce qu'il m'arrive ?
De puis ma formation chez ce mage, rien n'est plus pareil. Tout, absolument tout change. Mes émotions, mon caractère, mon regard sur les autres...
Pourquoi ? Suis-je en train de devenir quelqu'un d'autre ?

Entrée n°09 : Il fallait que je sache ! Même si je savais que c'était une mauvaise idée, il fallait que j'aille là-bas ! Cette... Créature malsaine m'a complètement brisé. Je n'aurais jamais pensé m'en sortir. Il faut que je m'entraine, encore et encore, il faut que je lui fasse payer ce qu'elle m'a fait *l'écriture devient tremblante, surement dû à la fureur* toute les... tortures que j'ai enduré... Elle... Fois mille !
Je n'ai aucune raison de m'arrêter en si bon chemin. Je n'ai même pas eu mes réponses ! BORDEL ! Mes origines, mon histoire, mon passé... Elle m'a rit au nez, garce ! *l'écriture redevient soft et manuscrite* Pourquoi ai-je autant envie de lui faire payer maintenant... ? Moi qui, par le passé, lui ai fait si confiance et l'ai tan accueilli... Et comment pouvait-elle me faire cela, elle ne m'a même pas reconnu ! Je suis un Orisha bon sang ! Et dans sa tour il y a tout qui passe, sauf mon peuple ! Elle aurait dû savoir...
Elle était... Quelqu'un d'autre. Elle était partie. Ce n'était plus celle que j'ai connue, et dès demain je m'en irai la tuer.
L'esprit vengeur est là, et peu importe d'où il vient, je compte bien l'assouvir.

Entrée n°14 : Finalement j'ai suivis aveuglément ce que le bout de papier m'indiquait. Je suis retourné dans le village où j'ai passé mon enfance, là, au creux des souvenirs si flous et entravés par mes pensées. Rien n'était en fait plus pareil. Pire encore, le village, qui était déjà un petit bourg insignifiant, fut colonisé par... Des monstres. Par des barbares, asservissant le brave peuple, sous les coups de leurs fouets. À quelle époque étais-je donc ? Je n'avais jamais vu cela. Les constructions autrefois battit par nos ancêtres avaient été démolies et remplacées par de vulgaires habitations de style colonial. Qui pouvait donc porter autant mon peuple en horreur ? Instinctivement j'ai saisi le pommeau de ma claymore dans le dos, mais me suis vite calmé, ne voulant pas attirer l'attention. Un homme chuta à mes pieds, à moitié ensanglanté. Je le rassura et instinctivement le soigna. Cela ne prit que quelques secondes, peut-être une minute. Puis on me donna un coup de pied alors que j'étais accroupi. Les bourreaux me prirent pour un esclave, mais je réussis à leur échapper. Que faire maintenant ? Pourquoi toutes ces questions se bousculent dans ma tête ? J'ai aidé un frère... D'habitude si reconnaissant, pourquoi est-il parti apeuré ? Il faut que je sache, que j'y retourne...

Entrée n°18 : J'ai croisé une humaine. Une Rehla. Je ne lui pas fait peur. Peur. Elle est tout mon contraire.
Elle sourit.
Elle pleure.
Elle est heureuse.
Elle est optimiste, sociable, attachée, et dotée d'un grand charisme.
Elle est mon contraire, ma complémentarité, et elle n'a pas eu peur.
Mes yeux l'ont séduite, ma voix la envoûtée, et mon empathie la soulagée. Qui était-elle ? En sa présence j'ai l'impression... Je ressens des choses que je n'ai jamais ressenties avant. Je ne sais même pas comment les définir. Mais c'est tellement agréable... C'est rare de voir une humaine en ces terres, comment est-elle arrivée là ? Dois-je me méfier ?
Je dois la revoir ce soir, aux portes du village. Rien n'est plus beau qu'elle ! Elle m'a dit vouloir parler de moi et de ce qui me construit, est-ce une intellectuelle ? Je n'ai pourtant pas l'air de quelqu'un aimable, ni sociable. J'ai un nom inadapté pour les humains et même une origine inconnue. J'ai bien peur de ne pouvoir parler de grand-chose avec elle. Mais qu'importe, tan que nous parlons... Peut-être allons-nous nous promener dans les bois, et hors des sentiers battus, comme deux enfants jouant avec les limites.
Je ne sais pas pourquoi je fonds tan d'espoirs en elle, mais il faut que je reste prudent. Ce n'est pas mon genre de m'emballer si vite. Courage !
Et priez pour moi pauvres pêcheurs !

Entrée n°19 (la dernière récupérée des bribes du journal) : Elle m'a menti. Ils m'ont tous menti depuis le début. Mon cœur est plus blessé et brisé que jamais, rien n'est plus douloureux que l'entaille faite par une femme. Pourquoi ai je eu l'impression que l'on était fait l'un pour l'autre ? J'ai été stupide, complètement stupide...
Et pourtant je n'ai pas la même rage. Je n'ai même pas envie de me venger. Mais qui étais-je donc ?
Elle m'a appris que mes parents étaient morts en guerre, mais que c'étaient de très valeureux guerriers. Je n'ai aucun souvenir d'eux, en parler ne m'a rien fait. Là où je suis... Je ne suis pas chez moi, ce n'est pas mon royaume. Quand je suis parti, et que l'on m'a emmené, je suis allé chez un mage. Je n'étais déjà plus en territoire Orisha. Je me suis fait attaquer, piller, dérober, menacer, car j'étais en royaume ennemi. Cette fille me suivait depuis le début. Mais pourquoi engager une humaine pour m'espionner ? Je ne sais pas qu'elle était son but ce soir, je ne sais pas si elle voulait m'accabler, ou m'énerver. En tous les cas, je ne suis ni l'un, ni l'autre bien au contraire. Maintenant que je sais qui elle est, je ne veux que la revoir pour lui poser encore et encore des questions. Peut-être arriva-t-on à débloquer mes souvenirs ? Et je pourrais me rappeler de mon passé, de mon enfance... Et de tout ce qui a fait ma vie jusqu'à présent ? Je retourne en ville dans l'heure pour la retrouver.

Il n'y a plus d'entrées de journal, mon ami. Il n'y a même plus de journal. J'ai préféré ne rien laisser derrière moi, les gens ne doivent pas connaitre mes points faibles. Tu sais quoi, je vais te raconter ce que je sais, et après je te parlerai de ce que j'ai découvert...

J'habitais dans un petit village peu connu rempli d'Orisha. Mes parents étaient des guerriers au service de l'Orishala, ils avaient vécu plusieurs guerres, ils s'étaient toujours parfaitement battus. À ma naissance, un démon est venu leur rendre visite. C'était Dæmon. Il leur a dit qu'il était lié à moi, et qu'il était là pour me protéger et m'accompagner. Mes parents étaient très sceptiques, mais ils l'ont accepté. Après tout ils étaient puissants à eux deux, donc ils étaient sûrs que le démon ne tenterait rien sur moi. Je n'ai cependant pas eu le temps d'avoir une fraternité. Un sorcier est venu attaquer le village, rasant tout, et tuant tout le monde. Il était trop fort, et les villageois tombaient tous, un à un. Est venu le tour de mes parents, ils ont blessé l'ennemi, mais pas assez. Alors il les a assassinés, comme les autres. Dæmon m'a emmené loin, aussi loin qu'il a pu. J'avais deux ans et je n'en ai encore aucun souvenir. Et je m'en veux. Je ne sais même pas à quoi ils ressemblaient. Enfin bon, j'ai survécu grâce à Dæmon, et après maintes et maints rejets de la part des autres, partout où on allait, il m'a emmené dans une tour, où quelqu'un allait pouvoir s'occuper de moi et m'apprendre à survivre correctement. Mon enfance fut gâchée dès le début, car même si j'étais heureux, sans prendre en compte la mort de mes parents, trop jeune à l'époque, je savais quelque part qu'il manquait quelque chose.
Il manque toujours quelque chose d'ailleurs...  

Vita part. III

22 ans

L'Orisha parcouru le monde. Il goûta à la Liberté dans toutes ses formes. Sans chaine, indépendant, seul et volontairement entreprenant... Il avait l'impression que plus il évoluait, moins on pouvait l'arrêter. Il fit la connaissance de son peuple et de ses origines. Il rencontra des femmes, de qui il s'éprit, pour les délaisser le matin venu. Il vaquait, sans but, sans loi, se construisant, comme un adolescent. Les cicatrices morales n'étaient pas dures à refermer, puisque personne ne les ouvrait. Tout allait bien. Il haïssait les sorciers, mais il ne voyait pas la vie aussi noire qu'eux. Son maitre avait échoué, et n'avait pas su lui faire garder cette enseignement chaotique. Mais la solitude, au bout de quelques temps, devint un fléau, et il désirait une affection qu'il ne trouvait nulle part. Les gens le voyaient venir, c'était un être que l'on regardait, puis que l'on oubliait. Personne ne voulait le garder dans sa vie, et lui donner le faux amour plus d'une nuit.
Jusqu'au jour où.
Où la vie lui sourit.
Les étoiles brillaient dans le ciel, et toutes s'étaient enfin tournées vers lui. Une Ange, merveilleuse, divine, avait su faire résonner son coeur froid et mort. Leur âme se liait, et le tambour dans leur poitrine, battait à l'unisson. Il l'aima comme un fou, la choyant, la surprotégeant... Ils se construisirent un vie, un foyer, jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte. Grosse de quelques semaines à peine, tout juste deux mois, elle fut convoqué à la Citadelle Blanche, et n'en revint jamais. Oëna se perdit dans les limbes, à jamais, tué de sang froid. Et leur enfant également.

A l'époque, une amie, chère à son coeur, l'aida à se relever. Plongé dans une dépression, il avait voulu resté dans la demeure qu'il leur avait acheté, au quartier résidentiel du continent du Matin Calme. C'était chez eux et, il avait l'impression que sa compagne vivait encore à travers ces murs. Son rire, ses pensées, son odeur, il avait l'impression que tout était imprégné. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, un monstrueux fléau s'abattit sur les terres. Les morts sortirent de terre, pour dévorer toute chair sur leur passage. Cocoon ne se laissa pas dépérir, luttant, comme beaucoup d'autres, pour endiguer ce fléau perpétrer par un très très puissant sorcier.
Encore un sorcier.
Il aida à reconstruire, à rebatir des vies devenues incertaines, broyées par la perte d'êtres chers. Et pourtant, ce fut dans cette guerre qu'il trouva celle qui devint la Reine de sa vie. Une petite fille d'à peine trois ans, touchée d'amnésie, et aveugle de part les marcheurs. Elle s'était accroché à lui, dans l'espoir qu'il l'emmene, qu'il la garde à ses côtés... Et c'est ce qu'il fit, sans hésitation.
Cocoon adopta une petite blonde, du nom d'Hasnna. Elementale de foudre, joueuse et intrépide, ce fut elle qui combla ce manque d'affection et qui le fit sortir de sa tristesse. Couplée à l'aide de cette chère ami, il finit par se remettre sur pied, quelques années après.
Et une fois remis, l'Elue des Cieux tomba de ces derniers, pour atterrir dans ses bras ouvert.


Puis Cocoon se rappela de Dæmon. En l'absence de cet être, une seconde personnalité, très peu présente, s'était créée. Comme une voix interne, elle agissait parfois à sa place, mais était en permanence près de lui. Lorsque les premiers souvenirs apparurent, l'Orisha chercha, plus que tout, à savoir d'où ils venaient et qui était cet homme. La seule façon de le savoir, était de demander à son maitre, celui l'ayant élever. Devenant tout aussi machiavélique que lui à son contact, il s'y rendit avec l'Ange qui comblait sa vie. Ce fut une lutte acharné, un combat impitoyable, et il du s'y prendre à deux fois. Partir, pour mieux revenir. Le sorcier avait capturé sa fille. Entre temps, Dæmon et Cocoon s'étaient retrouvés et expliqué. Le Démon avait mené l'Orisha sur les traces de son passé, lui racontant l'histoire de son village, de ses parents, lui faisant retrouver vivres et journal.
Pour la première fois, l'homme pu faire un lien avec sa vie d'antan, et ne plus vivre en se fichant de se qu'il s'était réellement passé.
Il avait une culture, des racines, et il savait d'où tout cela venait. Enfin.
Fort de tout cela, il se prépara pour l'épreuve ultime : défier son maitre. Ce ne fut qu'avec l'aide irréfutable du Démon et de l'Ange, qu'il arriva, non sans mal, à le tuer. Le Sorcier périt dans la souffrance, et il libéra sa fille de son emprise. Mais lui, n'en était qu'encore plus meurtri, voyant que tout cela ne s'était pas arrêté pour autant...


Vita part. IV

24 ans

Les années de gloire. Cocoon était chef de guerre sous le règne de l'ancienne Orishala : Lison. Petite femme combattive, elle le forma au savoir et au pouvoir. Il apprit, auprès d'un mentor, comme diriger, gérer une armée, et savoir galvaniser des troupes. Doué en stratégie martiale, il s'illustra plusieurs fois dans des guerres opposants des peuples (Orishas / Vampires - Anges / Déchus). C'était sa vie, vaquant entre Palais et Cabaret...
L'Orisha était, depuis toujours dépendant de l'alcool. Quel qu'il soit, cela lui permettait de s'évader, de partir, de s'anesthésier à la douleur que lui infligeait le monde. Malheureusement, lorsqu'il fut en âge de prendre le contrôle de sa vie, la bête l'avait déjà trop engloutie pour le relâcher. Il avait plonger dans les breuvages, et il y restait. Alcoolique au possible, il ne pouvait s'empêcher de jouer les pauvres types devant celle qui partageait sa vie il y a des années de cela. Elle n'avait aucune emprise, et lui non plus. Personne ne pouvait le tirer de cette léthargie. Mais peu importait, il s'y complaisait sans se doser.
Ce fut naturellement qu'il fit des rencontres du soir, sans se rappeler d'elles le lendemain. Sauf un matin, le matin crucial, fatal, où il s'aperçut de son erreur, de sa bêtise, liant un être à son âme, le rendant esclave malgré eux. Cocoon vécu relativement mal cette situation et il l'exposa à travers le reniement et la violence. Il avait besoin de cette âme et pourtant, il refusait qu'elle existe, qu'elle soit ce qu'elle était. Mais la vérité était la pire... Esprit de femme coincé dans un corps d'androgyne, il ne fallut pas plus que quelques litres d'alcool pour altérer les sens et la vision du bronzé. Il l'étreignit, jusqu'au sang, se réveillant le matin sans croire à la nuit. Personne ne devait savoir et alors, personne ne saurait...
Leur relation dura plus de cinq ans dans un premier temps. Cinq ans de secret, caché, où Cocoon se meurtrissait à chaque fois qu'il ressentait le besoin de le voir, le besoin de le posséder... Cinq ans où il préférait violenter, tuer une femme, ayant peut être les mêmes caractéristiques que lui, plutôt que de l'appeler pour se satisfaire. S'ils se voyaient, c'était seulement pour le manipuler, tel un objet. Démontrer à cette petite âme qu'elle était à lui, et qu'elle devait lui obéir.

Esclavage moderne mené par un puissant Orisha qui était censé se libérer du joug des liens imbrisables et pourtant, il s'y perdit.

Vita part. IV


25 ans

Puis Lison mourut.
Cocoon fut propulsé sur le trône et la couronne lui tomba sur la tête. Le titre de chef de race le percuta et il courba le dos sous le fardeau. Il était celui qui méritait le plus d'être à la tête de la nation Orisha. Mais le voulait-il vraiment ? La nouvelle était abrupte, la cérémonie passa trop vite, et avant même qu'il ne s'en rende compte, il était déjà assis sur le trône.
Et pourtant, avait-il réussi sa vie ?
Pas le moins du monde.
Bourré de névroses, Cocoon assuma cette fonction avec une personnalité encore bancale à l'époque. Un alcoolique roi, n'était-ce pas de la folie ? Et pourtant, il le méritait. Le peuple n'y voyait pas d'inconvénient, du moment qu'il faisait bien son travail.
Il rénova ainsi le Palais, la ville, recruta des Eshus, restructura le port, protégea son peuple, mena des réformes... Tout ce que devait faire un être surpuissant comme lui. Mais au fond, en était il satisfait ?

Ses tares restaient, et les gens autour de lui en souffraient. La petite âme liée ne le voyait pour ainsi dire plus, et les deux pâtissaient de ce manque important. Celle qui partageait officiellement sa vie, à l'époque, n'arrivait plus à le voir, à le retenir... Cocoon était hors de contrôle. Personne n'avait, dorénavant, plus aucune emprise sur lui. Des reines défilèrent dans son lit mais il ne trouva le repos dans aucun bras.
Repoussant, à tout prix, ses excès de violence, de colère, d'humeur et d'impulsivité, il finit par se pousser à bout, se retrancher dans des zones qu'il ne connaissait pas, pour en devenir quasiment fou. Fuyant les yeux innocents des siens, il se réfugia dans des endroits introuvables, se mutilant ou se faisait mutiler pour arriver à endiguer cette chose... Le mauvais sort l'avait visé.
Ainsi, il se sépara de l'Elue des Cieux, et se jeta sur l'androgyne éperdu, pour le rompre sous ses coups dévastateurs. Comme s'il avait été fait pour lui, pour lui résister, pour le combler et à la fois le venger, ce dernier ne mourut, s'en retrouvant seulement brisé. Mais cela ne pouvait plus durer...

La malédiction qu'il avait engendré, c'était à lui seul de l'annuler.

Son règne ne l'aida pas à y voir plus clair, au contraire. Il voulait trouver la solution chez les Dieux. Mais en bafouant ceux-ci, ils l'envoyèrent paitre, brisant son arme divine, et l'ôtant de ses capacité magique. Car au final, si Cocoon se prenait pour un roi, il n'était rien. Il n'était personne, si ce n'était un pauvre Orisha ayant subit l'esclavage. Différent de personne, malgré le désir de se vouloir unique.

Il finit par résoudre l'affaire, se penser libérer de ce fardeau. Il pu reprendre son rôle, son poste, grâce à un élément extérieur inattendu.

Vita part. VI

27 ans

Le petit être qu'il avait à ses côtés, depuis toujours, grandissant doucement dans son ombre, fut pour lui le repos qu'il avait tant demandé, et tant mérité. Ainsi... Pourquoi ne pas enfin se rendre à l'évidence ? Mais celui qu'il tenait entre ses bras était avide. Avide de lui, de sa chaleur et de son amour. Il voulait un enfant, une concrétisation de l'union. Et de la même sorte, Luka devint Lucrezia, n'ayant ainsi plus rien à demander que la main de son homme.
Si d'aventure ils se taisaient sur leur relation, depuis rien ne les dissimulé. Les complexes de l'Orisha partirent, et avec eux, un lot de problèmes s'éloigna.

Si des guerres et des tensions subsistaient entre les peuples, il su trouver l'équilibre pour le sien.
Si il avait l'habitude de se perdre dans l'alcool, l'arrivée de sa femme fut une drogue aussi dure que douce pour lui faire oublier le breuvage ambré.
Si ses colères le ruinaient, dorénavant il savait se calmer.
Et il était prêt à se confondre en elle, à tout lui donner, pour accéder à la béatitude car cette femme était l'aboutissement d'une vie, la matérialisation de ses rêves. Un avenir se dessinait devant lui, et quoi de plus normal que de l'attraper fermement... ?

30 ans

Ainsi, tout avait évolué, mais rien n'avait changé au fond.
Cocoon était un homme plus sage. La vie, les années et les expériences l'endurcirent autant qu'ils l'adoucirent. Sa femme, si chérie, si aimante, n'était pas, pour lui, un fardeau qui le scellait à une fidélité contraignante. Le labeur sur lequel ils durent passer pour retrouver une certaine harmonie, lui fit réaliser qu'il n'y avait qu'elle. Qu'il n'allait pas voir les autres, c'était les autres qui venaient le cherchaient. Lui n'avait besoin de personne, lui se satisfaisait de ce qu'il avait.
Observatrice, méfiante, la vampire savait qu'elle n'était pas seule et pourtant, même lorsqu'il en possédé une autre, c'était vers elle que ses yeux se tournaient. Il détestait toutes les autres odeurs fleuries ou sucrées, il détestait tous les autres cheveux aussi doux soient-ils... Car tout ce qu'il tolérait, c'était elle, et uniquement elle.
Il avait hâte de quitter la ville, le trône, d'avoir un successeur, pour le mettre à sa place, et s'en aller. Se terrer dans une lande inconnue, dans un endroit perdu, où personne ne saurait où il était, où personne ne pourrait venir le chercher, et à peine le contacter.
Cocoon était las de sa vie, las de son parcours. L'homme avait trente ans, et il en paraissait cinquante mentalement. L'étau de sa longue ligne de vie, ne se refermait pas pour l'étouffer et le tuer, au contraire.
Les Dieux le regardaient en riant de son sort lorsque des malheurs lui tombaient dessus, et ils s'amusaient de ses frustrations.

L'Orishala n'avait, ainsi, plus rien à envier à personne. Il avait tout ce qu'il avait toujours désiré, et pour une fois, il savait s'en contenter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t32568-cocoon-v-5-admin-gr
Cocoon
~ Orisha ~ Niveau VI ~

~ Orisha ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 5606
◈ YinYanisé(e) le : 05/06/2012

Caractéristiques
◤ ◤: Instigateur ; Fo:52/52 | Ag:45/50 | Ch:42/42 | Int:42/42 | Ma:20/40
◤ ◤: Des gants renforcés d'acier et de poison
avatar
MessageSujet: Re: Cocoon V.5 [Admin Graphiste - Codeur]   Mar 12 Juil 2016, 15:56


Callum






Dæmon






Hayden






Majid






OSHWER DA VLADIMIR



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t32568-cocoon-v-5-admin-gr
Cocoon
~ Orisha ~ Niveau VI ~

~ Orisha ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 5606
◈ YinYanisé(e) le : 05/06/2012

Caractéristiques
◤ ◤: Instigateur ; Fo:52/52 | Ag:45/50 | Ch:42/42 | Int:42/42 | Ma:20/40
◤ ◤: Des gants renforcés d'acier et de poison
avatar
MessageSujet: Re: Cocoon V.5 [Admin Graphiste - Codeur]   Mar 12 Juil 2016, 15:57


Les Sforza



Blanche






Hasnna






Qiao






Morgana






Zol'hah



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t32568-cocoon-v-5-admin-gr
 

Cocoon V.5 [Admin Graphiste - Codeur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche de codeur et graphiste
» [Admin] Améliorations ForumActif
» [vidéovocale] Comment devenir admin ?
» [ACHAT] Codeur php
» Question pour un codeur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Hors rp :: Présentations :: Présentations Validées :: Anciennes Présentations-