AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Fin du délai pour faire sa fiche Sirène : le 24 avril ; Fin du recensement : Le 30 avril, n'oubliez pas de poster quelque part sur le forum ;D

Partagez | .
 

 La lame de feu [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kain Aodhàn
~ Lyrienn ~ Niveau III ~

~ Lyrienn ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 1908
◈ YinYanisé(e) le : 21/04/2013
☿ Âme(s) Soeur(s) : P'tete bien la rouquine là bas...
✭ Activité : Mercenaire - Conseiller d'Aeden

Caractéristiques
◤ ◤: • Agilité: 24 • Force: 38 • Charisme: 25 • Intelligence: 15 • Magie: 35
◤ ◤: Epée à large lame; Gantelet de métal; Paire de griffe du tigre
avatar
MessageSujet: La lame de feu [Solo]   Sam 02 Juil 2016, 23:44

Jekk


Franchissant le portail d’Aeden, le Berserker se retrouva aussitôt de l’autre côté de ce dernier, à savoir au cœur même du Berceau Cristallin. Des légers vertiges le saisirent aussitôt lors de son arrivée. A vrai dire, il n’avait pas l’habitude d’emprunter ce genre de portail, de plus il n’était guère un grand utilisateur de magie, d’ailleurs cette dernière était peu appréciée par les gens de sa race, allant jusqu’à la craindre ou à la mépriser complètement. Ce qui heureusement ne fut pas le cas de Jekk, du moins pas à l’excès comme ses semblables. L’eut-il été avant ce n’était plus le cas aujourd’hui. Peut-être que les nombreuses années à errer en temps qu’esprit et les mois passé en compagnie des Élémentals lui avait-il permit de supporter cette dernière. Mais voilà que ça nature venait de le rattraper en traversant le portail menant vers l’extérieur. Toussant pendant une bonne minute, genoux à terre, il finit par s’en remettre tout en se redressant afin de se tenir de nouveau sur ses deux jambes. Un râle lui échappa tandis qu’il s’essuya la bouche d’un revers de la main. Plus jamais il n’allait utiliser ce genre de transport à l’avenir, bien que la question du retour ne lui effleura nullement l’esprit une seule seconde. Après tout Jekk pouvait très bien se débrouiller dans la nature, homme d’extérieur il en connaissait très bien les rouages afin d’y survivre, bien qu’il ne soit actuellement plus aussi en forme qu’avant sa mort. Mais c’était l’une des raisons de son départ précipité d’Aeden. L’homme avait envie de découvrir ce nouveau monde qui s’offrait à lui, le parcourir de haut au en bas, de gauche à droite, voyager, bref savourer cette nouvelle vie que le destin lui avait offert. Époussetant alors son simple vêtement, Jekk leva les yeux et observa pour la première fois ce qui l’entourait. Au cœur même du Berceau Cristallin, il contemplait ce paysage gelé et totalement figé dans le temps. Voilà un endroit qui, lui, n’avait absolument pas changé avec les siècles passés. Énorme cuvette se situant en plein centre du continent Dévasté, celle-ci était constamment recouvert d’un épais manteau de givre, et ce tout le long de l’année malgré la présence non relativement proche du volcan ardent. Mais cela offrait un climat assez doux et agréable. Le Berserker en fut lui même surprit, ne portant aucun haut sur son corps, torse nu, il ne ressentait aucun froid en particulier. Phénomène assez étrange selon lui, mais un seul regard porté sur le Berceau faisait comprendre à tous que ce lieu était emplit de bien des mystères et que bon nombre d’entre eux restaient encore à découvrir.
Inspirant un grand coup, remplissant ses poumons de l’air pur de la région, Jekk s’étira ensuite afin de se mettre en forme, prêts à faire route. Par où commencer d’ailleurs ? Il fit un tour sur lui même afin de mieux observer les environs. Remarquant aussitôt le sommet du volcan, au loin, il sut aussitôt où allait le mener ses pas. Et sans tarder il se dirigea aussitôt vers ce dernier

Traversant le Berceau Cristallin pour rejoindre le Volcan, le Berserker ne fit aucune mauvaise rencontre, bien heureusement d’ailleurs. Les bagarre d’ivrogne c’était quelque chose qu’il maitrisait parfaitement bien, mais affronter une bande de bandit organisée c’était une autre paire de manche, surtout sans aucune arme sur lui. Voilà un point qu’il allait devoir rapidement changer s’il voulait arpenter ce monde en toute sécurité, ou en dissuader quelque uns. En tout cas, en l’absence d’ennemi, le guerrier ne put qu’admirer encore un peu plus la beauté du lieu qu’il traversa, jusqu’à ce que le paysage change brutalement devant lui. D’un environnement doux et accueillant, il venait de pénétrer dans une région rude et inhospitalière. Les Terres Arides, vides de toute vies et totalement stériles depuis l’éruption du Volcan qui rasa toute végétations ainsi que chaque personne qui y vivait à l’époque. Et malgré qu’il soit issu d’une ère totalement différentes de celle actuelle, Jekk n’avait pas connu cette catastrophe et les Terres Arides étaient bien le seul endroit à n’avoir pas changé depuis, et duquel il gardait un souvenir quasiment identique à aujourd’hui. L’endroit restait le même, lieu de milliers de batailles et de massacre, le sang et les cadavres avaient gorgés ces terres, sans pour autant leur redonner leur fertilité d’antan. Par ailleurs, le Berserker avait même participé à l’une d’entres-elles aux côtés de plusieurs de ses semblables et d’autres soldats face aux ennemis de ces derniers. Pour qui et pour quoi ils se battaient en cette période, Jekk n’en avait aucune idée, seul comptait le combat pour lui à ce moment. Son sang bouillait de nouveau à ses souvenirs du passé et il continuait même encore aujourd’hui lorsque le guerrier se les remémora. La fureur de l’affrontement, la ferveur du combat qui grimpait à chaque adversaire mourant sous les coups de ses armes. C’était là une sensation des plus grisantes et qui commençait à manquer terriblement au Berserker. Le combattant chevronné qu’il était sentait en lui un besoin intarissable de sang et de violence que seul l’aventure allait lui permettre d’obtenir.
Frappant ses deux poings entre eux, un petit sourire aux lèvres, Jekk continua sa route, droit vers le Volcan. Il avait ouïe dire qu’une forge ce trouvait à cet endroit, peut-être allait-il pouvoir s’équiper là-bas.

Vue de près, le géant de roche et de lave était bien plus impressionnant qu’on ne le pensait, pas étonnant qu’il ait fait autant de ravage dans la région. Aux pieds de ce dernier, le guerrier le contempla pendant un court instant, véritable signe de puissance et dont la fureur se révélait être aussi destructrice que les membres de sa race au cours d’un combat. Inspirant un grand coup, des effluves de souffre, de cendre et de métal lui parvenait aux narines, un odeur chaude et enivrante ravivant ses souvenirs du champs de bataille. Sans plus d’hésitation, Jekk s’enfonça alors au cœur du volcan.
Ne sachant pas avec exactitude l’emplacement de la forge, il avança doucement à travers la chaleur étouffante du lieu, tout en regardant dans toutes les directions et avec une certaine curiosité. Marchant encore quelque temps, le Berserker finit par trouver ce qu’il cherchait, sans grande difficulté, car l’immense château qui se dressait au milieu d’une large plaque de lave durcit flottant sur cette dernière ne lui échappa aucunement. Vu d’ici l’endroit ne semblait pas être des plus accueillant, mais il en fallait bien plus pour dissuader le guerrier. Sans une once de peur, il traversa le pont qui le mena jusqu’à la forge de Takias.
Arrivé à l’intérieur, Jekk se sentit soudainement minuscule tellement les murailles du château étaient immenses et épaisse, comme si le bâtiment n’avait pas été construit pour y abriter des humains, mais plutôt des géants. Enfin, son attention se porta rapidement sur autre chose, à savoir un quelconque étal ou marchand d’armes pouvant se trouver dans les environs. Heureusement, il n’y avait guère de monde pour un endroit de cette ampleur, à tel point qu’il en paraissait même désert, du coup le guerrier put rapidement parcourir la place du regard. Mais il ne trouva pas ce qu’il était venu cherché, ne se décourageant pas pour autant, l’homme pénétra alors dans la première pièce à sa portée. Il n’y avait guère plus de monde à l’intérieur du bâtiment et Jekk put donc s’y balader plutôt librement en continuant de s’enfoncer au cœur du château. Après plusieurs minutes d’errance à travers les couloirs de ce dernier, il finit enfin par trouver ce qu’il cherchait. Sur les murs, des milliers d’armes, de toutes sortes, de l’arc à l’épée, étaient accrochées et mises ainsi en exposition pour ceux qui désiraient l’incroyable talent de celui qui les avaient forgées. Le Berserker n’y alla pas par quatre chemin et interpella directement l’homme dans la pièce en lui indiquait très clairement ce qu’il désirait. Une arme, puissante, fiable et efficace en combat. Lui présentant une bourse pleine, Jekk attendit de voir ce qu’on allait bien pouvoir lui proposer. Hochant la tête, avant de se frotter le menton en réfléchissant, l’Elémental décrocha alors une arme et la déposa sur un comptoir afin de la présenter au guerrier. Une longue et large épée, prenant bien une bonne partie du même comptoir où elle fut déposée, en un mot : imposante. Ce qui plaisait déjà énormément au guerrier.


En voilà une. Elle l’a nommée l’Ancre.
Ce n’est pas l’un de ses chefs d’œuvre imprégné de pouvoir magique, mais chacune de ses armes reste d’excellente facture croyez moi.


Un soupçon de surprise, mais aussi une certaine incompréhension traversa soudainement le visage du guerrier en entendant le marchand utiliser le féminin.


Elle ?

Oui, Takias, notre ancienne Impératrice, mais aussi forgeronne. Vous n’en avez jamais entendu parlé ?


L’intéressé agita vaguement sa main devant lui, comme si il avait comprit et qu’il ne voulait pas en entendre plus. Bien évidemment, il avait déjà entendu le nom de Takias, par Kain lui même et ce dernier semblait d’ailleurs lui montrer un réel respect. Chose que le Berserker ne comprenait guère à l’égard d’une femme, car pour lui elle était bien incapable d’accomplir la moindre tâche physique, tel que se battre ou forger des armes. Mais après tout, son peuple et les Elémentals n’avaient pas les mêmes mœurs. Du coup Jekk fit un bref signe de tête, signifiant qu’il acceptait l’arme que l’homme lui proposait, mais avant cela, il empoigna cette dernière afin de la soupeser dans un premier temps. Faisant ensuite divers passe d’arme avec la lame, le guerrier tenta de voir s’il arrivait à la manipuler sans trop de difficulté et si cette dernière pouvait correspondre à son style de combat.
Au final, après plusieurs coups de tailles et d’estocs dans le vide, Jekk put alors se faire une idée du maniement globale de cette fameuse Ancre. Elle faisait son poids certes, mais avec un peu d’entrainement il pourra rapidement être à même de ne plus en tenir compte ou du moins d’atténuer ce point-ci. Un large rictus de satisfaction vint à se dessiner sur ses lèvres ainsi que ces quelques mots.


Je prends !

D’un geste le Berserker lui tendit sa bourse pleine, laquelle l’Elémental s’empressa de prendre et à en compter l’argent, tandis que de son côté, Jekk se débrouilla pour accrocher sa récente acquisition dans son dos à l’aide de lanière et d’anneau. Les deux hommes ayant alors finit de marchander se séparèrent ici, tout en se remerciant l’un et l’autre.
Profitant encore du fait qu’il était encore parmi la civilisation, il fit donc quelques achats de vivre afin de ne pas mourir de faim en traversant les Terres Arides. Quittant alors ce second marchand, il ne restait plus qu’au guerrier à trouver la sortie du château afin de reprendre sa route et ainsi commencer officiellement son voyage à travers les terres du Yin et du Yang.


1819 mots


Addict of you:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33285-l-elu-du-feu-kain-v
Kain Aodhàn
~ Lyrienn ~ Niveau III ~

~ Lyrienn ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 1908
◈ YinYanisé(e) le : 21/04/2013
☿ Âme(s) Soeur(s) : P'tete bien la rouquine là bas...
✭ Activité : Mercenaire - Conseiller d'Aeden

Caractéristiques
◤ ◤: • Agilité: 24 • Force: 38 • Charisme: 25 • Intelligence: 15 • Magie: 35
◤ ◤: Epée à large lame; Gantelet de métal; Paire de griffe du tigre
avatar
MessageSujet: Re: La lame de feu [Solo]   Lun 18 Juil 2016, 21:03

Jekk


Équipé de sa lame nouvellement acquise, accrochée à son dos, le Berserker s’apprêta alors à quitter la forge  afin d’entamer les prémices de son aventures. Réussissant à s’y retrouver parmi le labyrinthe qu’était pour lui cette citée au cœur du volcan, il quitta finalement cette dernière avec un sourire des plus enjoués imprimé sur le visage. Les grondements du géant de lave continuaient inlassablement de résonner tout autour de lui, preuve de la puissance incommensurable dont celui-ci pouvait faire preuve. Un frisson lui parcourut l’échine à cette pensée. Enfin, Jekk ne se dirigea pas immédiatement à l’extérieur du volcan afin de retrouver les Terres Arides, non il préféra s’arrêter dans un coin tranquille, tout près de la lave qui formait une sorte de lac. Un cadre idéal pour la détente, du moins pour quelqu’un de sa race, bien que la notion de détente leur soit légèrement étrangère. S’approchant ensuite de la lave, une chaleur torride régnait auprès de cette dernière, assez pour faire s‘évanouir ou décourager les plus faibles et les moins audacieux. Ce qui n’était certainement pas le cas du Berserker, du moins selon lui, car il pouvait faire une totale abstraction de toute sorte de sensations que pouvait lui dicter son corps, le chaud, le froid et même la douleur. Du coup, les conditions extrêmes n’étaient pas un réel souci pour lui.
Désormais à quelques centimètre de lave seulement, Jekk se mit alors un inspirer profondément. L’air brûlant, les vapeurs de souffre et de roches en fusion lui parvinrent alors directement aux poumons, tout en réchauffant immédiatement ces derniers avant de s’étendre jusqu’à l’ensemble de son organisme. Expirant, le Berserker semblait satisfait, comme repu après un copieux repas, prêts à relever n’importe quel défi qui oserait se présenter à lui. Et enfin, cette sorte de rituel accompli l’homme s’éloigna de la lave et de sa chaleur accablante, ce mettant à bonne distance de cette dernière, avant de dégainer son épée récemment achetée. Tenant celle-ci à deux mains, le guerrier l’observa une nouvelle fois, admirant les finissions et les détails de cette arme malgré son aspect des plus primitifs. Finissant alors d’être émerveillé par la lame, Jekk entreprit d’effectuer quelques mouvements avec cette dernière. Effectuant divers coups, de taille et d’estoc, le guerrier commença à s’entrainer afin de s’habituer à manier son épée et aussi à s’adapter à son poids assez considérable. Poursuivant ses exercices avec attention, le Berserker ne fit même pas attention à l’ombre qui l’observait discrètement, attendant le moment opportun pour l’attaquer.

Ne se doutant d rien, Jekk ne vit pas le coup qui arriva dans son dos. Ayant trouvé une faille, l’étrange individu qui l’observait précédemment lança son assaut, dans le but évident de tuer le guerrier, purement et simplement. Continuant de s’exercer tranquillement au cœur du Volcan Ardent, il n’entendit même pas la lame de son adversaire qui se mit à siffler, fonçant droit sur lui. Il ne fallut qu’il se tourne au dernier moment pour comprends se qui lui arrivait à cet instant. Un juron se forma dans son esprit, tandis que son corps, lui, réagit immédiatement en levant son épée afin de bloquer le coup de l’assaillante. Car oui, Jekk avait face à lui une jeune femme dont la lame vint percuter violement l’acier du Berserker, bloquant ainsi le coup. N’ayant pas réussit son attaque surprise, la fille serra les dents de colère, aussi bien contre elle que contre la chance inexplicable de son adversaire. Ayant prit chacun leurs distance l’un envers l’autres, les deux ennemis s’observaient en chiens de faïence, chacun se jaugeant avant le prochain assaut. En garde, l’homme se mit à examiner son assaillante, et chose la première chose qui lui vint à l’esprit fut de se demander comment cette dernière pouvait manipuler son arme. Pour lui, les femmes n’étaient pas faites pour combattre, plutôt bonne pour enfanter et rien d’autre. Enfin, cela ne l’empêcha pas de l’étudier plus avant. Des cheveux longs d’un rose inhabituelle cascadaient le long de son visage étroit et de ses épaules. Ses yeux d’un bleu pâle le regardaient avec une haine farouche non dissimulée, comme si elle avait devant lui l’assassin de toute sa famille. Peut-être était-ce le cas ? Non certainement pas, comment aurait-il put ? De ses souvenirs, Jekk n’avait jamais connu, ni vu cette jeune femme nulle part au cours de sa vie. Et enfin, le détail qui ne manqua pas d’attirer son attention fut la lame écarlate que tenait des deux mains cette dernière, un sabre pour être précis. Celui-ci rougeoyait de façon inquiétante, sans compter sur les tâches sanglantes qui maculait ce dernier. Le Berserker n’était probablement pas la première victime de cette femme.
Subitement, un rire des plus amusé s’échappa de la gorge du guerrier, agaçant encore plus son ennemi déjà froissée d’avoir rater son coup.


Maintenant je comprends pourquoi tout ce sang sur ta lame. Tu as tuée tes autres victimes de la même façon que tu essayé de le faire pour moi, je me trompe ? C’est bien une méthode femme ça. Tu n’es pas une guerrière. Si tu aurait eu une paire on l’aurait sut.


Les joues de l’intéressée s’empourprèrent de colère et ses phalanges se mirent à blanchirent intensément sous le coup de la rage intense qui s’empara d’elle. Et sans crier garde, elle chargea droit sur l’homme, tout en répondant à ses insultes.

Ferme-là ! Tu ne m’empêcheras pas d’accomplir ma vengeance, je dois te tuer !

Ses paroles étaient vides de sens pour le Berserker, ne voyant pas de quoi elle pouvait bien parler. Qu’elle vengeance ? Mais peu importait pour le moment, car pour l’heure Jekk para habillement le coup de son adversaire, le sabre de ce dernier glissant sur le tranchant de sa lame, mais ne manquant pas de lui érafler l’épaule, provoquant un légère entaille. Elle était rapide, mais sa colère rendait ses coups prévisibles, ce qui était d’une aide certaine pour le guerrier qui en profita pour contre attaquer aussitôt. Armant son sa lame, il fit un rapide tour sur lui-même, profitant de l’élan donner par le poids de son arme afin de porter un coup à son adversaire. Hélas, la jeune femme esquiva le coup in extremis et put riposter dans le même temps, son sabre venant se planter violement dans l’épaule du Berserker. Un grognement bestial ce fit entendre et le guerrier ne se laissa pas déborder pour autant. Devenant insensible à la douleur, il s’avança vers son ennemi faisant ainsi s’enfoncer plus profondément l’arme de son adversaire, qui d’ailleurs en ressortit de l’autre côté. Ce retrouvant maintenant face à face avec son opposante, qui n’avait d’autre choix que de lâcher son sabre ou essayer de retirer son dernier au risque de s’exposer à un assaut de Jekk. Cette dernière fut plutôt surprise, ne s’attendant certainement pas à une telle chose de la part de son adversaire, et ce dernier en profita pour lui porter un violent coup de tête, suivit d’un horriblement craquement.
Le visage en sang, la jeune femme se tenait le nez, probablement cassé, tandis qu’elle maintenant toujours sa lame de l’autre, comme si cette dernière ne voulait absolument pas s’en séparer. Enfin, elle réussit tout de même à retirer son sabre du corps de Jekk grâce à son agilité, s’aidant de ses jambes, elle en retira son arme, tout en poussant le guerrier à bonne distance. D’ailleurs, celui-ci se mit à rire de plus belle tout en goutant le sang qui s’échappait de sa plaie.


Bien tenté, mais tu ne sais pas qui… ou plutôt quoi tu affronte. Il va en falloir bien plus pour me vaincre.


Crachant un immonde glaviot de sang, l’intéressée insulta l’homme de tous les noms et de toutes les manières possible et imaginable, avant de retourner à l’attaque en lui fonçant directement dessus telle une furie.

Les coups s’enchainèrent entre les deux combattants, la jeune femme avait cependant clairement l’avantage, blessant petit à petit et de plus en plus le Berserker, mais ce dernier était terriblement résistant n’hésitant pas à se blesser lui même, comme précédemment, afin de blesser son adversaire qui, ce dernier, commençait à se fatiguer terriblement, là où le guerrier semblait être totalement infatigable. Le corps ruisselant de sang, un sourire mauvais sur le visage, Jekk observa son opposante, qui tentait de rependre son souffle, tout en marchant tranquillement dans sa direction en faisant raclé son arme sur le sol, et ce malgré ses blessures qui auraient dues paralyser une personne lambda. Levant alors son espadon, l’homme porta un coup de taille, droit vers la jeune femme, qui, dans un dernier sursaut d’énergie, para l’attaque. Mais le coup l’envoya voler sur plusieurs mètres, incapable de se réceptionner correctement elle resta clouée au sol. Tentant alors de se relever tant bien que mal, celle-ci ne vit pas la silhouette du Berserker qui se rua sur elle dans un bond, avant que la lame de ce dernier ne vienne lui transpercer le ventre, la clouant littéralement au sol et criant de douleur. Du sang s’échappa de sa bouche, aspergeant son visage et ses cheveux. Maintenant toujours son épée et n’étant pas sous le coup de la frénésie, Jekk se pencha vers la jeune femme afin d’avoir quelques explications quant à ses actes.


La lame… trempée dans les feux du volcan… Pour être plus fortes… pour me venger. Mais je devais aussi…

La vie commençait à la quitter peu à peu tandis qu’à chaque quinte de toux un peu plus de sang s’échappait.

Je devais… la tremper dans le sang… treize personnes… Tu… je devais te tuer… tu n’étais qu’une victime de plus vers l’aboutissement de vengeance… envers les Aetheri qui… qui ont ruinés ma vie !


Elle haussa le ton sur ces derniers mots, avant de se taire pour se mettre ensuite regarder fixement l’homme, lui implorant de la tuer rapidement.

Très bien. Je comprends.

Ne faisant pas durer plus que cela les souffrances de la jeune femme, Jekk retira son épée d’un seul coup qui ne manqua pas d’achever son ancienne ennemie qui ne tarda pas à succomber peu après.
Le combat finit, le Berserker en profita pour souffler un instant, laissant ses capacités naturelles faire le travail. Après cela, il vit le sabre de la jeune femme encore entre ses mains. Attrapant ce dernier, l’homme l’observa un instant en y cherchant une quelconque source de magie, sans pour autant la trouver. Une lame trempée dans le feu et le sang afin de devenir plus puissant ? C’était là ce qu’il avait comprit des dernières paroles de la femme gisant à terre, mais dans un son de mépris il jeta la lame au loin qui atterrît directement dans la lave.
Jekk n’avait nullement besoin de magie ou de légende pour gagner en puissance, il allait gagner en force et s’endurcir par ses propres moyens et ce sans aucune aide.
1806 mots


Addict of you:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yinandyangpower.forumactif.com/t33285-l-elu-du-feu-kain-v
 

La lame de feu [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eske zafè Lame kapout, gade komandan Mario Andresol
» Lame d'epee
» Kurai Hoshi, La lame divine / Kurama, le roi rouge
» Retou lame dayiti boumboum ou byen se yon pwovokasyon
» lame D'épée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Le dévasté :: Terres arides-