-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

Partagez
 

 Cette chose qu'il y a entre nous (pv Kain) [-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Mar 06 Aoû 2013, 23:02

Le pas de Mitsuko était lent, comme si elle avait tout son temps pour accomplir ses objectifs. C'était, en réalité, un peu le cas. Il faut bien avouer que, lorsque l'on revenait d'aussi loin qu'elle, le temps passait différemment. Une longue robe rouge descendait jusqu'à ses chevilles et son visage était en partie caché par une cape noire à capuche. Seules quelques unes des mèches de ses cheveux ondulaient doucement sur son buste. L'on pouvait également apercevoir ses lèvres d'un rouge éclatant mais ses yeux était difficilement visibles. En même temps, et malgré la lune qui était à son zénith, il faisait nuit. Elle se rappelait du temps où elle avait été vampire, développant une passion ardente pour les voyages sous les rayons de l'astre lunaire. Mais à présent, tout était différent. Elle avait pour objectif d'acquérir le trône démoniaque et ne reculerait devant rien pour cela. Marchant en s'aidant de sa canne épée, elle n'avait rien d'une personne âgée, droite, fière. Néanmoins, cette canne avait une importance capitale puisqu'elle cachait une épée. Après tout, une femme seule la nuit risquait gros, surtout si elle croisait des malfrats. Cela dit, dans son cas, ce serait plutôt les malfrats qui regretteraient de l'avoir croisé. Comme quoi, les apparences étaient parfois trompeuses. Cependant, la jeune femme détestait sa condition actuelle, se sentant atrocement vidée d'énergie. Sa puissance n'avait rien à voir avec celle qu'elle avait possédé par le passé et elle haïssait sa propre faiblesse. C'était d'ailleurs l'une des raisons qui l'avait poussé à rechercher une sorte de couronne qui permettrait de soumettre les individus. Puisque sa prestance naturelle ne suffisait plus, elle comptait bien faire appel à la magie. Elle voulait tous les mettre à genoux devant elle et savait qu'elle réussirait, un jour ou l'autre. Le monde appartient aux êtres doués de patience comme on dit.

La tour inconnue n'était pas des plus faciles à trouver mais elle avait eu un renseignement sur sa position actuelle et, malgré les moyens qu'elle possédait, elle avait voulu s'y rendre à pieds. Lorsque l'on passe des ères entières sous la forme d'un esprit enfermé dans un corps sans pouvoir se mouvoir, il devient alors évident qu'une fois son corps retrouvé, la seule envie que l'on ait soit celle de marcher, de se mouvoir librement. Elle avait trop subi, elle était trop restée passive et c'est pour quoi elle reprenait à présent sa vie en main, pour le malheur de l'humanité sans doute. Quoi que, ses idées ne servaient que l'équilibre entre le bien et le mal, une notion que beaucoup d'individus avaient du mal à saisir. Les bénéfiques se plaignaient que les maléfiques faisaient le mal sans comprendre que, justement, le mal n'était autre qu'une notion similaire du bien pour les êtres qu'ils jugeaient. Pour un démon, c'était bien de torturer, un honneur de déchoir un ange, un principe de vie de corrompre des populations entières. C'était un peu la même chose pour les vampires qui se nourrissaient par la chasse. Ceci était une question de mœurs. Seulement, la culture ne peut être comprise à moins de faire partie de cette dernière, d'avoir été éduqué selon les dites valeurs. Mitsuko ne reprochait pas aux êtres bénéfiques de l'être, elle souhaitait simplement qu'ils arrêtent de se plaindre du fait que les maléfiques avaient envi de leur faire subir mille sévices. C'était ainsi, la nature des choses, comme un bénéfique aurait tendance à essayer de « soigner » l'esprit du maléfique. Pourtant, le mal n'était guère une maladie, juste une autre conception du monde.

Se retrouvant en face de la tour inconnue, ayant décidé de se détacher de ses serviteurs pour être seule, elle entra. Parfois, la tour ne créait pas de porte, rendant l'accès à son intérieur difficile. Elle avait donc de la chance. A présent, il fallait simplement qu'elle trouve la couronne, chose qui ne serait pas aisée à cause de l'espace du lieu. Il y avait, en plus de cela, des escaliers un peu partout, comme si la tour avait eu dans l'idée de faire une sorte de labyrinthe de marches. Ça n'allait pas être une mince affaire mais, d'un côté, Mitsuko avait toujours détesté la facilité, préférant les défis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 07 Aoû 2013, 18:14

Quelle galère ce job. Il aurait mieux fait de refuser s’il avait su ce qui l’attendait, mais hélas la somme proposée pour ce service était des plus coquette, Kain n’avait pas put la refuser. Apparemment un elfe désirait faire garder l’un de ses trésors contre les nombreux voleurs qui désiraient s’en emparer. Ce dernier était caché dans la fameuse Tour inconnue. L’Elémental aurait déjà dû tilter rien à l’évocation du lieu, mais il n’en fit rien, trop absorber par sa future récompense.
Ayan accepté l’offre, son nouvel employeur lui indiqua alors la dernière position connue de l’immense édifice et sans plus de cérémonie, Kain se précipita pour aller rejoindre les lieux de sa nouvelle mission.
Le voyage fut aisé, mais la suite allait s’annoncer légèrement plus corser.

Arrivant devant la grandeur des plus incroyables, de la Tour, l’homme ne put s’empêcher de lancer un sifflement admirative devant l’incroyable structure qui se dressait face à lui. Les complications commençait déjà, et ce seulement afin de trouver l’entrée. Kain fit plusieurs fois le tour de l’édifice, sans plus de résultat jusqu’à ce qu’enfin il puisse trouver une porte, qui semblait-il fut apparue comme par magie. Il ne se fit pas prier et entra directement à l’intérieur. Là, ce n’était que le début.

L’intérieur de la Tour était un véritable casse tête, entre ses couloirs interminables, ses escaliers dans tout les sens et qui s’enchevêtraient les uns sur les autres en un véritable foutoir, impossible de prendre un quelconque chemin qui soit censé dans ce lieu. Kain prit alors divers chemins, sans plus de réflexion. Cela était inutile ici. Il marcha pendant un bon nombre d’heure, errant entre les diverses pièces que la Tour créait selon son bon plaisir.
Finalement, il parvint tout de même à arriver à l’endroit voulut, mais ce fut des plus laborieux.
La couronne était là, juste en face de lui, celle-ci était posée sur un piédestal, auquel on pouvait accéder en grimpant quelques marches.

Et ainsi, il se retrouva donc dans cette maudite Tour à attendre. Attendre un quelconque voleur qui ne viendra jamais. Surement rendu fou par cet endroit. Mais l’Elémental en avait plus que marre de rester ici à poireauter pour garder cette couronne. Il aspirait à un minimum d’action, mais toujours rien.
Assit sur les marches, son épée posée entre ses jambes, il espérait de tout cœur que quelqu’un vienne dans cette pièce afin de dérober ce fameux trésor.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 08 Aoû 2013, 18:53

Mitsuko marchait inlassablement dans la tour inconnue, gravissant des escaliers qui, tout en se mettant à trembler, changeaient de positions. Se battre contre l'endroit était peine perdue et la jeune femme savait qu'elle finirait par trouver ce qu'elle cherchait. Un éternel sourire sur les lèvres, elle tendit l'oreille, essayant de repérer la présence d'un autre individu. Rien. Ce n'était pas si amusant finalement. Le souvenir de la mission qu'elle avait effectué pour Ludwig lui revint alors en mémoire. Les démons avaient la tâche facile, déchoir quelques anges pour acquérir une position hiérarchique plus haute. Un délice plus qu'une obligation. Si seulement la tour inconnue pouvait être peuplée d'êtres humanoïdes, elle aurait pu faire couler un peu de la luxure en flacon vers ces personnes qui auraient commencé à s'échauffer. La luxure, aussi agréable à regarder qu'à pratiquer. Sauf qu'elle préférait nettement la pratique de la torture. Peut-être devrait-elle tester les deux un jour, simultanément. Cela dit, si les pensées de la jeune femme étaient toujours tournées vers l'un des sept pêchés, elle pensait aussi à son avenir. Elle ne souhaitait pas devenir aether mais bien les faire trembler, comme dans ce futur alternatif. Jun était bien stupide, naïf et ceux qui le considéraient comme un grand monarque maléfique n'étaient que des sots. Elle finit par rire doucement, marchant toujours, semblant même y prendre plaisir, prendre plaisir à être seule ici et à se perdre dans ses réflexions.

Néanmoins, alors qu'elle entrait dans une nouvelle pièce, son regard fut attiré par une forme... ou une montagne, une montagne de muscles. Elle s'approcha de l'homme qui était assis sur les marches, apercevant derrière lui le trésor qu'elle était venue chercher. Un peu d'exercice ne lui ferait pas de mal. Mais avant d'exercer tout son corps, elle souhaitait exercer sa langue. A présent, il fallait deviner à quel exercice au juste elle pouvait bien penser. S'arrêtant à quelques mètres devant lui, elle le fixa, retirant sa capuche lentement, comme si elle n'était pas pressée, comme si elle ne sentait pas monter l'excitation que procure un conflit en elle. Elle observa tout d'abord son épée, posant doucement sa canne sur le sol, le bras tendu. On aurait dit une maîtresse vampire, la couleur de ses cheveux la rendant dangereuse, comme ces araignées venimeuses qui revêtent de magnifiques couleurs pour mieux tromper l'ennemi. Ne disant rien, le silence ne semblait en aucun cas la déranger. Elle le regardait, tout simplement, sans la moindre gêne, retenant chaque parcelle de lui jusqu'à l'étincelle rouge qui brillait dans ses yeux. Elle détestait oublier quelqu'un, qu'il soit vivant pour témoigner de leur rencontre ou non. L'air de son visage n'était guère sympathique, aussi, elle finit par lui dire : « C'est bien dommage. J'ai oublié mon huile de massage dans mon manoir. J'aurai pu vous détendre un peu. ». Étonnant, certes, tout comme le petit sourire satisfait qui naquit sur ses lèvres rouges. Changeant de sujet, elle finit par déclarer. « Alors, quel est votre prénom mon cher et pourquoi restez vous planté ainsi devant un objet si rare sans vous en emparer? ». Elle fit une courte pause, reprenant en le fixant intensément. « Ce n'est que pure folie de passer à côté d'une si belle occasion. ». On ne savait pas trop de quoi elle parlait, si elle parlait d'elle et de tout le bien être qu'elle pourrait lui procurer ou si elle parlait du fait de récupérer la couronne. Mitsuko aimait provoquer, même si ses actes ne suivaient pas toujours ses paroles. Elle jugeait les gens ainsi, à leur réaction. Quoi qu'il en soit, et malgré son air détendu et sûr d'elle, elle s'attendait à bien des possibilités de dénouement. Laquelle choisirait-il?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 12 Aoû 2013, 12:48

Quel ennui, ce boulot était de loin le pire qu’il est jamais eut. Rien d’autre à faire que de garder cette satanée couronne. Le mercenaire n’osait pas s’éloigner trop de celle-ci, de peur que la magie des lieux ne lui joue un sale tour en le séparant de l’objet sous sa garde. Donc, il ne bougeait quasiment pas d’un pouce, toujours assit sur les marches. Mais qu’avait-elle de si spéciale cette couronne d’ailleurs, l’elfe c’était bien garder de le lui dire. L’Elémental poussa un long soupir et vint appuyer son front contre le plat de sa lame avant de fermer les yeux un instant. Autant essayer de dormir un peu, de toute façon personne ne viendra fouiller cet endroit.
Kain ne sut pas s’il avait dormit ou non, car, rouvrant les yeux, lui parvint les bruits de talons qui claquaient sur le dallage de la Tour. Quelqu’un approchait, lentement. L’homme resta stoïque, mais toujours aux aguets, attendant de voir ce qui allait ce présenter.

L’inconnu s’arrêta, L’Elémental tourna son immense épée, côté tranchant, de façon à voir la personne qui était devant lui. Ce fut une inconnue, à en juger par ses formes plutôt avantageuse et son visage qui se dévoila, derrière la capuche qu’elle retira. En voyant la jeune femme, une légère pulsion se fit en lui, mais il contint cette dernière, restant calme et silencieux tout en observant la nouvelle venue d’un regard torve.
Enfin celle-ci daigna prendre la parole. Et ce ne fut que pour lui parler d’huile de massage et de le détendre. Kain ne changea pas son regard, mais celui-ci leva un sourcil, quelque peu étonné. Se détendre, ça il en avait bien envie. Hélas pas encore, pas tant que les intentions de cette femme ne soit claires. Mais le mercenaire eut aussitôt sa réponse, ne voyant pas la double référence de son interlocutrice, pour lui, il avait devant lui qu’une simple voleuse venue rafler la couronne.

L’homme se leva alors, la toisant de toute sa taille, encore plus impressionnante vu qu’il était monté sur quelques marches. Descendant de celle-ci, il fit deux trois pas en direction de la démone. Elle était encore plus agréable au regard vu de près. Louchant alors sans gêne n’y la moindre discrétion sur sa poitrine, il articula à son attention, ne répondant qu’a l’une de ses questions, la deuxième restait sans importance pour lui.


Je garde cet objet.

Aucunes menaces, une simple réponse, il n’avait pas envie qu’elle s’en aille, sinon comment passer le temps. L’Elémental voulait qu’elle reste, qu’elle se dirige vers la couronne afin qu’il puisse lui faire tâter de sa lame ou d’autre chose. Il faut dire qu’elle ne pouvait laisser aucun homme indifférent avec un tel physique, mais Kain hésitait encore entre passer du bon temps avec elle ou bien lui tordre le cou après s’être battu contre elle. Peut-être bien les deux après tout, quoique, il hésitait maintenant pour savoir dans quel ordre il devait réaliser cela.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 14 Aoû 2013, 15:14

« Ah oui? » demanda-t-elle d'une voix sensuelle. « Vous gardez la couronne, vraiment? ». Elle sourit, ne montrant pas son désarroi face à cette réponse. Il faut dire qu'elle n'était pas réellement habituée à ce qu'on lui refuse quelque chose. Lorsqu'elle régnait en compagnie de sa sœur sur le monde, ses désirs était des ordres. A présent, il fallait qu'elle fasse avec, qu'elle subisse le fait que les simples d'esprit puissent croire qu'elle allait les laisser s'en tirer à bon compte après un refus de leur part. Oh elle allait sans doute perdre bien des fois mais elle promettait que le jour où sa puissance d'antan reviendrait, alors elle se vengerait sans aucun ménagement. Cependant, son sourire était toujours intact, un sourire malicieux qui ne faisait que refléter la lueur de ses yeux, celle qui disait qu'elle avait bien plus d'un tour dans son sac. « Voyons voir... je ne sais... ». Elle semblait réfléchir. C'était plutôt impressionnant puisque, finalement, toutes les femmes Taiji se ressemblaient, ayant toujours tendance à tourner autour du pot ou à prêcher le faux pour savoir le vrai afin d'amener la conversation exactement où elles le voulaient. Néanmoins, passer des siècles et des siècles sous forme spectrale, n'ayant presque aucun libre arbitre et, parfois même, aucune conscience de soi, n'avait pas aidé Mitsuko à s'améliorer. Elle avait même plutôt régressé dans l'art de la manipulation, même si son niveau était encore assez élevé. Il lui manquait juste la puissance pour jouir totalement de ses jeux. Après tout, à l'époque, si la manipulation ne marchait pas, elle pouvait toujours torturer la personne en question ou ordonner à n'importe qui de le faire à sa place.

Elle s'approcha un peu, gravissant la première marche sans pour autant lui faire face. Il était plutôt imposant et elle voulait tester la proie, tel un serpent qui essayait de voir dans quel trou il pouvait bien se faufiler. « Je suppose que pour garder cet objet, vous avez dû être payé grassement non? ». Elle fit une pause, le contemplant. Il avait une grande masse musculaire et devait posséder une grande force en vue de son arme. Cela dit, l'agilité et la rapidité étaient souvent des choses qui manquaient aux plus forts. Mitsuko avait reçu une éducation où aucune place n'était laissée à la faiblesse, aussi, elle essayait d'être parfaite dans tous les domaines afin qu'aucune lacune ne vienne gâcher ses plans. « C'est même certain, à moins que vous ne soyez une personne altruiste? Cependant, elles semblent se faire de plus en plus rares dans ce monde. Je parierai plutôt sur la première hypothèse alors. ». Elle semblait raisonner à haute voix, n'ayant que faire de l'ennuyer. Si tel était le cas, c'était le cadet de ses soucis. Tout le monde avait un jour supporté ses caprices et le seul à lui avoir résisté sèchement était ce cher Mârid. Cela dit, lui refuser quelques trucs ne l'avait pas empêcher de s'adonner à des plaisirs bien plus charnels avec elle. D'ailleurs, elle avait entendu des rumeurs comme quoi le roi des génies était un homme insaisissable, n'éprouvant aucune envie de se retrouver dans ce genre de situations avec qui que ce soit. Comme il avait changé... enfin, à l'époque, il était son génie, les choses étaient bien différentes. « De ce fait, parlons un peu de votre paie. Vous ne me semblez pas très bavard alors je vais en venir aux faits. ». Elle disait cela mais elle aurait très bien pu être plus concise plus tôt, comme si, finalement, ça lui plaisait d'embêter cet homme avec ses longues phrases. Tendant la main, un rubis en sortit doucement. Il était sans doute un peu grossier mais il valait quand même quelque chose. Sa magie était ridicule par rapport à celle qui avait été la sienne jadis, mais elle pouvait encore créer tout un tas de richesse. « Vous me laissez passer et je pourrai vous donner le double de la somme qui vous a été proposée. ». Elle sourit, laissant tomber le rubis par terre comme s'il s'agissait d'un vulgaire cailloux. Elle était tellement riche qu'elle se fichait de tout ce qui brillait. Ce qui l'intéressait c'était le pouvoir. Pas un pouvoir offert, non, un pouvoir qu'elle aurait obtenu d'elle-même, à force de travail, à force de manipulation. Son plaisir était simplement de faire courir les êtres à leur déchéance, à l'enfer.

Elle se mordilla la lèvre. « Ah moins que vous soyez l'une de ses personnes qui pensent que l'honneur est un principe de vie indérogeable? Dans ce cas, je vous plains. Beaucoup sont morts pour l'honneur. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 16 Aoû 2013, 16:00

Immobile, l’Elémental continua d’observer cette étrange jeune femme aux atouts des plus aguichants. Ceux-ci se voyaient clairement, pas comme ses intentions. Le mercenaire ne savait encore exactement ce qu’elle voulait. Celle-ci c’était contentée de lui poser des questions sans importance dont l’une à laquelle il avait déjà donné une réponse. Ce fut une question rhétorique bien sur, mais le simple fait d’en poser une, Kain trouvait cela idiot sur le principe, une perte de temps.
L’homme aurait bien voulut montrer des signes d’ennui profond face à son interlocutrice, curage de nez ou bâillement profond et bruyant, mais il devait rester alerté au cas ou. Même si cette dernière semblait réfléchir à quelque chose. Finalement, elle commença alors à s’approcher des marches. Un bref sourire satisfait s’afficha sur les lèvres de l’homme tandis qu’il s’apprêtait à se mettre en garde avec son épée. Mais la jeune femme s’arrêta seulement après une marche de gravit. Dommage, il reprit alors son expression habituel tout en se tournant légèrement pour faire face à cette femme. Et une autre question parvint aussitôt aux oreilles du mercenaire. L’intéressé émit un bref grognement tout en hochant simplement la tête. Et elle continua à nouveau de blablater inutilement.

Elle parlait et elle parlait encore, de quoi lui taper sur les nerfs. Mais que voulait-elle au final, le mercenaire n’en savait rien, du moins pas encore. Peut être pour voler la couronne, ou alors elle passait par hasard dans le coin en explorant la Tour inconnue. Dans tout les cas la jeune femme l’agaçait au plus haut point. Assez pour savoir désormais de ce quoi elle allait tâter en premier. Mais sa soudaine proposition et le rubis au creux de sa main lui firent reporter ses projets. Elle proposa au mercenaire de l’acheter le double de la somme qui l’attendait déjà. Il fallait vraiment être sur de sous coup pour proposer un tel deal. Abandonner son contrat actuel pour plus d’or au risque de s’attirer les foudres de son employeur et aussi de se faire une réputation d’homme qui ne remplit pas ses missions auprès du monde du mercenariat. Non merci.
Un rictus se dessina alors sur le visage de Kain. Au moins il savait ce que cette femme voulait réellement, la couronne. A la fin de du propos de celle-ci sur l’honneur, le mercenaire commença alors à se baisser lentement pour ramasser le rubis, tout en tendant son bras. Il accompagna son geste en déclarant, à l’attention de la petite manipulatrice en face de lui.


Et beaucoup d’autre encore pour leur argent.

Et à peine sa phrase finit, sa main et son bras, déjà tendu, fusa vers le cou doux et tendre de la jeune femme. Prêts à faire d'une pierre deux coups en s'emparant des richesses de cette dernière tout en empochant derrière sa récompense pour son actuel mission.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 24 Aoû 2013, 13:58

Mitsuko ouvrit ses ailes, fouettant par la même occasion le bras de cet inconnu. Le bond qu'elle fit pour se défendre la rapprocha de la couronne. Dans les airs, elle regardait l'homme avec amusement. Elle n'en avait pas l'air mais elle n'était pas non plus la dernière des abrutis. Lâchant la protection de sa canne épée, la lame fut révélée alors que l'étui tombait au sol dans un bruit sourd. Battant des ailes pour se poser sur le sol, elle y atterri avec une certaine élégance. Elle avait dû s'y entraîner car maîtriser des ailes n'avait rien de facile après quelques siècles sans. Cela dit, elle en avait eu toute sa vie durant avant de « mourir », le contrôle était donc vite revenu, pas comme des pouvoirs qu'elle n'avait toujours pas récupéré comme celui de pouvoir traverser la matière. Un vrai fléau pour elle qui avait construit son manoir de façon à ce que ceux qui n'étaient pas aptes à user de ce don ne puissent rien voler ou ne puissent pénétrer dans certaines pièces. Voilà qu'elle se retrouvait dans un manoir plus petit qu'il ne l'était en réalité et que certaines informations lui étaient inaccessibles. De quoi enragé bien plus de cette situation plutôt que de celle qu'elle vivait actuellement, c'est à dire de se faire attaquer par un homme qui préférait son honneur à une richesse colossale. Il y avait des fous partout apparemment. « Attaquer une femme avant même de lui avoir demandé son identité, c'est très mal élevé. ». Elle sourit, restant sur ses gardes. « Surtout que je n'ai rien sur moi. ». Elle tendit son autre main, créant une émeraude. « Je créée la richesse mais je ne la transporte pas. Que croyez-vous? Que je pars à l'aventure avec ma fortune dans ma besace? ». Ses lèvres s'étirèrent un peu plus. « Il faudrait bien plus qu'une besace pour contenir cette dernière. ». Allez, sans exagérer, elle devait être la femme la plus riche de ces terres? Elle ne le savait pas vraiment mais vu qu'elle pouvait faire naître l'or et les joyaux de ses mains, elle ne devait pas avoir beaucoup de rivaux.

Elle recula, se plaçant juste à côté de la couronne qu'elle observa du coin de l'oeil. C'était étrange, elle avait un mauvais pressentiment la concernant. Cela manquait de logique de la mettre là, presque à la portée du premier venue. Son « gardien » devait bien s'absenter de temps en temps, ne serait-ce que pour manger, dormir ou aller au toilette. Ne mettre qu'un homme pour la protéger relevait de la pure folie. D'ailleurs, si elle voulait s'assurer de la sécurité de quelque chose, ce ne serait sans doute pas dans la tour inconnue qu'elle l'aurait mis vu que cette dernière changeait sans cesse. Le monument pouvait très bien engloutir la couronne en son sein et ne plus jamais la rendre, il pouvait aussi très bien faire naître un mur entre le gardien et l'objet. Plus elle y songeait, plus elle trouvait cela stupide. C'était assez logique même si elle avait bien plus de mal qu'auparavant pour trouver les causes et les conséquences d'une situation ou d'un problème donné. Elle ressentait un certain flou, comme si sa capacité à réfléchir correctement était étouffée par sa faible puissance. Elle finit cependant par demander : « Vous êtes sûr que c'est la vraie couronne? Non parce que si je dois me battre, j'aimerai que ce ne soit pas pour une babiole sans valeur voyez-vous! Surtout que la tour déteste par dessus tout ne pas être maîtresse de ce qu'il se passe. Nous risquons d'avoir des soucis si nous nous battons en son sein. Et comme je suis bien trop jeune et belle pour mourir pour une cause perdue, je préférerai être sûre... et connaître votre prénom également. Je dois dire que j'aime me rappeler de l'identité de ceux à qui j'ai botté les fesses... ». Un petit rire sortit de sa bouche puis elle ajouta. « Mais si vous préférez, je peux plutôt vous les fouetter. ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 25 Aoû 2013, 15:55

Alors que son bras fusait vers la démone, afin de lui tordre le cou, celle-ci décolla dans les airs en fouettant avec ses ailes le bras du mercenaire, qui ramena ce dernier vers lui afin de se protéger.
Kain jura doucement et se mit en garde, arme en avant, tout en jetant un œil au dessus de lui pour garder en vue la jeune femme au-dessus de lui. Le mercenaire la regardait froidement alors qu’elle sortit une sorte d’épée de sa canne, ou plutôt une grande aiguille à tricoter selon l’Elémental. La démone se posa ensuite près de la couronne, qu’il devait garder, toujours en gardant cet horrible sourire sur son visage. L’homme avait une folle envie d’effacer cette expression qu’elle affichait constamment, quelques coups et elle allait beaucoup moins sourire pour sûr. Mais là n’était pas le pire. Celui-ci était quand la jeune femme commençait à parler, ce qui horripilait le mercenaire au plus haut point, surtout pour de telles choses sans importance. Kain s’en fichait éperdument du nom de cette femme, mais le reste l’intéressa un peu plus. Apparemment la démone pouvait créer tout l’argent qu’elle désirait. Pas mal, mais avoir accès à autant de richesse aussi facilement risquerait de barber. Il préférait largement obtenir son argent en faisant son boulot de mercenaire, combattre, tuer des gens, casser la gueule à quelques-uns, au moins il ne s’ennuyait pas. Il ira juste piquer les quelques pierres précieuses que la jeune femme pour les revendre, tuant au passage cette dernière pour qu’elle arrête de parler.
Kain s’approcha d’elle alors qu’elle posait les yeux sur la couronne.

Dégage de là.

Son ton était dur, froid et sévère au possible, mais la démone fit comme si de rien n’était et reprit de nouveau la parole. L’Elémental souffla intérieurement, elle l’énervait avec ses parlottes inutiles. Est-ce que cette couronne est bien la vraie, ça le mercenaire n’en avait absolument rien à faire. On le payait pour la garder, point barre.  Et voilà qu’elle lui redemandait son prénom, pour ce souvenir de ceux et celles qu’elle avait battues disait-elle. L’homme émit un léger rire avant de lui lancer un rictus des plus sadique.


Tu va voir comment je vais m’occuper de tes fesses ma petite.

Libérant alors une partie de son élément, ce qui fit grimper la température ambiante de quelques degrés, Kain se mit en position d’attaque et chargea sur la démone près à la découper en deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 05 Sep 2013, 20:37

Le combat en compagnie d'Aria avait quelque chose de différent, un goût unique. En réalité, la jeune femme aimait se faire frapper et prenait un plaisir exquis à frapper les autres. La menacer avait donc un fond d'amusement pour elle, une signification particulière. Elle ne connaissait toujours pas le nom de l'inconnu et n'eut pas réellement le temps de lui demander que déjà il fonçait sur elle. Elle s'envola de nouveau, attrapant la couronne au passage pour la mettre sur sa tête. Rien. Il ne se passa rien du tout. Cette couronne était fausse. En temps normal, elle aurait dû soumettre l'homme, ce qui lui aurait bien plu en réalité, le voir s'agenouiller devant elle... et que pouvait bien faire un homme à genoux de plus hum? En tout cas, elle y avait pensé, à cette petite luxure délicieuse. Enfin, apparemment, son compagnon de jeu n'était pas très joueur, un comble. En l'air, elle lui souffla, lui trouvant un nom puisqu'il ne voulait pas avouer le sien : « Igor, vous me donnez si chaud... ». dit-elle d'une voix sensuelle. Igor, c'était parfait. Son sourire s'élargit alors qu'elle le regardait d'en haut. Il pouvait toujours foncer sur elle avec son arme, il lui serait assez peu aisé de l'atteindre. Cela dit, s'il contrôlait le feu, ça risquait de sentir le roussi d'ici peu. Autant s'en protéger de suite, n'est ce pas? Et puis, son acte allait tester la force de cet homme qui se disait garder les objets. Qu'était-il? Un mercenaire à qui l'on aurait confié une fausse mission? C'était risible dans le fond d'être payé à protéger une chose sans valeur. Cela dit, cette couronne lui allait comme un gant, bien que la sienne soit de loin beaucoup plus magnifique. Elle devrait la retrouver un jour.

Elle sortit d'entre ses seins une petite fiole qu'elle ouvrit rapidement, se déversant sur sa poitrine le contenu de cette dernière. La luxure en flacon était son don préféré, éveillant la libido de tout être non habitué à son odeur, éveillant un peu la sienne aussi, il fallait l'avouer. Mais si l'homme sentait son parfum, il aurait envi d'elle. Il fallait être fort pour y résister, cela n'était pas donné à tout le monde, pour son plus grand plaisir à elle.

Mitsuko finit par jeter la couronne sur l'homme, n'en ayant plus besoin. « Gardez la mon cher, je n'en veux plus. Elle ne vaut strictement rien. ». C'était un fait avéré. Cette couronne était aussi inutile qu'un vieux bout de tissu troué. La jeune femme se posa un peu plus loin, face contre un mur, le dos légèrement courbée pour donner une vue des plus alléchantes sur ses fesses. Après tout, on est un démon ou on ne l'est pas et autant dire qu'elle n'avait aucune pudeur à ce niveau là. Elle jouait, voilà tout, un jeu dangereux mais tout de même exquis. Elle fixa l'inconnu un instant avant de positionner une main sur l'une de ses fesses, caressant cette dernière sensuellement. Elle se mordit la lèvre inférieure avant de dire « Oh oui, occupez vous de mes fesses. Donnez moi une fessée, j'ai été une très vilaine fille... ». Elle prenait un plaisir immense à dire ça, le provoquant sans s'en cacher. C'était amusant. Reculant un peu sa main, elle vint l'abattre sur son postérieur en faisant mine d'aimer ça, ce qui n'était pas forcément faux. Et puis, si il lui voulait vraiment du mal, elle n'aurait cas traverser le mur, disparaissant à ses yeux.

Au final, se battaient-ils pour une couronne sans valeur ou parce qu'ils y avaient pris goût? C'était là la question, une question que Mitsuko se posait, même si elle aurait préféré faire autre chose tout en se battant. L'amour violent était sans nul doute meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 09 Sep 2013, 19:03

Alors qu’il chargeait la démone afin de la faire taire une bonne fois pour toute, cette dernière s’éleva à nouveau dans les airs, cette fois-ci en s’emparant de la couronne. Elle n’allait pas s’en tirer à s’y bon compte avec ce geste. D’ailleurs, dans son envole, la jeune femme se coiffa de la couronne qu’elle convoitait tant. Kain s’arrêta un instant, prudent, regardant son adversaire avec son regard froid et qui se volait sans équivoque. Cette couronne devait avoir quelques pouvoirs pour devoir être gardé de la sorte. Mais lesquels ? L’homme restait sur ses gardes en surveillant la démone qui le narguait dans les airs, s’amusant au passage à lui trouver un nom, si cela l’amusait. De son côté, le mercenaire n’avait vraiment pas la patience d’attendre qu’elle redescende et il pouvait toujours l’avoir d’une autre façon, même si un corps brûlé n’était pas l’idéal. Il chargea alors ses flammes dans sa bouche, tandis que la femme, elle, semblait enduire sa poitrine d’un liquide qu’il ne connaissait pas. Du parfum ? En plein combat ? Elle devait forcement ce foutre de lui. Mais alors que l’Elémental s’apprêtait à déverser un flot de flamme sur elle, cette dernière lui lança la fameuse couronne à la tête. Surprit, il n’eut pas le temps de l’esquiver ou de l’attraper au vol, elle rebondit donc sur son crâne avant de retomber sur le sol en plusieurs cliquetis.

Outre la colère, ce fut la surprise qu’on pouvait lire sur le visage du mercenaire. La couronne ne semblait plus l’intéresser on dirait. Pas assez bien pour madame peut-être. Pourtant elle semblait assez déterminée à l’avoir, de plus la jeune femme avait déclarée dans le même qu’elle ne valait rien. C’était à n’y rien pour Kain, mais peut importe, elle avait voulue s’en emparer, elle allait en payer le prix… Juste pour qu’il puisse passer son temps. Et apparemment, la démone voulait elle aussi passer son temps, avec lui, au vue de ses gestes et paroles à son égard. Cette idée était déjà dans les projets de l’homme, mais il préférait largement que celle avec qui il allait l’accomplir soit déjà morte, car celle-ci parlait beaucoup trop à son goût.

Un petit sourire sadique passage sur le visage de l’Elémental, tandis qu’il s’avança vers la jeune femme, l’épée encore dégainée, prêt à la tuer. Mais alors qu’il marchait vers elle, une étrange odeur lui emplissait les narines, il s’arrêta un instant, déboussolé. L’envie de satisfaire ses instincts de mâle devenait soudain plus grand que l’envie de tuer la jeune femme devant lui. Il hésitait. La tuer ou ne pas la tuer ? L’homme fit quelques pas hésitant jusqu’à arriver près de la femme. L’une de ses mains vint alors doucement glisser sur le dos de la démone afin de remonter jusqu’à son cou. Enserrant ce dernier de ses doigts, la pression sur celui-ci était assez forte pour ressentir une certaine gêne, mais hélas pas assez pour réellement étouffer quelqu’un. Ses deux désirs semblaient s’être mélangés donnant une combinaison des plus étrange. D’un côté son corps avait envie d’elle et d’un autre il avait envie de lui faire mal, de la tuer. Peut-être qu’un élément allait il faire pencher la balance d’un côté ou d’un autre ou bien celle-ci resterait-elle dans cette étrange équilibre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 12 Sep 2013, 15:36

Mitsuko sourit, le cou pourtant pris par l'étreinte de l'homme. Elle lui aurait bien répliqué que ce serait plutôt à elle de l'étrangler, la jouissance de l'homme étant bien plus intense dans le cas où il étouffait presque. Cependant, elle ne dit rien, se contentant de laisser passer quelques secondes. C'était, quelque part, assez jouissif. Alors, son « Igor », puisqu'elle l'appelait ainsi, allait-il lui botter les fesses ou les lui caresser ? Grande question que lui-même ne semblait pas avoir défini. Elle pouvait l'y aider, c'était vrai, mais devait-elle ? C'est que, si elle usait du poison des merveilles, il devrait forcément chercher l'antidote, l'antidote qui se trouvait sur elle, quelque part, dans un coin intime de son anatomie. Devait-elle ? C'est qu'il était si près d'elle, c'était tellement tentant. Un autre aphrodisiaque mais, celui-ci bien plus physique que psychique. Cela le pousserait forcément à choisir une action. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire malicieux. Elle se rappelait avoir entendu parler de Blacky, un ancien souverain démoniaque qui avait le pouvoir de provoquer la jouissance chez toute personne. Elle n'avait pas ce pouvoir et, pour tout dire, n'avait guère envie de posséder une chose qu'elle pouvait faire sans magie, mais elle avait le pouvoir de faire naître le désir physique, de provoquer chez les hommes une érection digne de ce nom, une érection qui pouvait même devenir une torture sans l'antidote. Des heures et des heures de souffrance. Seulement, là n'était pas le but. Il est vrai qu'Igor souhaitait la tuer mais, au final, c'était simplement un jeu dangereux auquel elle se livrait avec lui. Elle aurait pu fuir, passer à travers un mur et partir d'ici sans chercher la confrontation. Mais non, elle était restée, malgré le danger. Néanmoins, tant que l'homme restait à distance, il ne craignait presque rien puisque sa magie s'employait presque uniquement de près, un désavantage de taille. Mais qui avait dit qu'elle voulait l'anéantir ? Cela ne serait pas drôle et mettrait fin à leur jeu.

La démone finit donc pas se retourner, forçant un peu pour que la main de l'homme glisse de son cou. Ce n'était pas agréable mais elle savait trouver son plaisir dans toutes sortes de pratiques étranges. Elle se retourna pour lui faire face, le regardant avec envie. « Hum... ». Elle le fixait, l'admirant comme si, soudain, il était le plus désirable des hommes. Au final, pour elle, un homme était toujours désirable. Elle l'attira vers elle après avoir attrapé son col, le collant à son corps sans aucune pudeur. Doucement, elle avança sa main vers son visage, caressant sa joue doucement avant d'y poser sa main. « Eh bien, j'attends toujours mon châtiment... Vos mains doivent être si rugueuses que j'en frissonne déjà... ». Parlait-elle de la fessée qu'il allait lui mettre ou d'éventuelles caresses ? Avec elle, c'était toujours très dur de deviner. Elle fit de nouveau glisser sa main sur sa joue, sauf que, cette fois, elle le griffa doucement, plantant son ongle dans sa peau. Et voilà, le poison des merveilles était injecté en lui et il allait avoir une érection comme il n'en avait jamais eu. Avec son accoutrement, cela deviendrait très vite invivable. Elle sourit, satisfaite. « Je vous explique notre nouveau jeu. Quelque part sur moi se trouve une petite fiole bleue claire. Cette fiole correspond à l'antidote du délicieux poison que je viens de vous injecter dans les veines. Il n'est pas mortel et les effets sont des plus agréables. ». Elle sourit. « Ce n'est plus la couronne que je veux à présent, mais vous. Et si vous voulez cette fiole, il va falloir parcourir chaque centimètre de ma peau pour la retrouver. Mais attention, si vous vous comportez comme un vilain garçon, je la brise et dans quelques longues minutes, vous vous apercevrez que ce poison n'est pas aussi agréable que cela. ». Elle le regardait, désireuse mais surtout joueuse. A lui de décider après tout, elle était ouverte à toute les opportunités, même si elle sentait cette sensation intense dans son bas ventre. L'envie, tout simplement, l'appel de la luxure, de la gourmandise, tous ces pêchés qui faisaient d'elle un démon par excellence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 06 Oct 2013, 18:34

Toujours indécis sur ce dont l’homme avait envie de faire subir à la jeune femme, sa main, elle, entourait toujours le cou de la démone, exerçant un légère pression sur celui-ci, sensation assez dérangeante, mais qui à priori ne semblait pas la gêner plus que cela au vu de son sourire. De son côté, Kain ne souriait en aucun cas, son regard ce faisait quelque peu perdu, dans ses yeux son expression oscillait entre le désir de chair et la folie meurtrière que lui inspirait la démone. Après un petit temps à rester dans cette position et à définir ses envies concernant la jeune femme, cette dernière se défit alors de son étreinte, Kain ne réagit pas plus que cela et la sentit forcer afin de s’en défaire, mais sans plus de réaction de la part de ce dernier. Libérée, elle se retourna pour faire face au mercenaire. L’élémental put alors lire l’admiration et le désir dans le regard de celle-ci, mais il restait stoïque, les bras ballant le long du corps, ne sachant encore que faire à l’heure actuelle. Et même quand la démone l’agrippa afin de le coller contre elle, il ne réagissait pas, se contentant de la fixer, presque l’air bêtement. Le seul début de réaction fut quand la main de la femme glissa, caressa lentement son visage, le faisant frissonner doucement au contact des doigts de celle-ci. Enfin, l’homme grogna légèrement quand les ongles de la démone commencèrent à s’enfoncer dans la peau tendre de sa joue, laissant cinq petites plaies sanglantes sur cette dernière, qui se refermèrent quasi instantanément, mais qui laissèrent tous de même couler un mince filet de sang, jusqu'à son menton et laissant tomber deux trois gouttes sur le sol.

L’incompréhension et la surprise marquaient le visage du mercenaire. Pourquoi avait-elle fait ceci, ce demandait-il. Si elle voulait lui faire du mal ou le tuer, il fallait autre chose que de simples ongles. Mais Kain eut bientôt sa réponse quand la jeune femme vint lui expliquer ce qu’elle entendait.
Ses poings commencèrent à se serrer et la colère commença lentement à la gagner. Plusieurs injures, aussi diverses que variées, lui vinrent aussitôt à l’esprit pour décrire la jeune femme. Elle disait vraie en plus, il sentait soudainement son membre se dresser, devenant encore plus dur qu’a l’habitude. Ce qui créa une magnifique bosse au niveau de son entrejambe. L’Elémental se courba légèrement, tentant de rester droit et en se mordant les lèvres, malgré l’érection qui le tiraillait à cause de son accoutrement. Elle voulait jouer avec lui ? Elle allait être servie. Un regard haineux apparu sur le visage de l’homme et faisant fit de la douleur, il agrippa fermement le vêtement qui cachait la poitrine de la jeune femme et tira d’un coup sec dessus, déchirant ce dernier. Ceci fait, il vint ensuite la plaquer contre le mur et avec sa maîtrise du feu il fit en sorte de brûler les derniers vêtements de la démone pour que celle-ci puisse se retrouver totalement nue.
Une main sur la base du cou de la femme et une autre glissant doucement le long de son corps, il lui dit alors.


Tu veux vraiment jouer ma petite ? Voyons voir où donc tu as pu mettre cette fiole… Quoique j’ai ma petite idée.

Finalement l’équilibre ses deux envies était resté intact et tandis qu’un large rictus se dessinait sur les lèvres de Kain, l’une de ses mains vint aussitôt se diriger vers l’entrejambe de la démone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 02 Déc 2013, 20:51

La violence, c'était cela qui plaisait à Mitsuko, se sentir perdre pieds parce qu'un homme devenait brutal avec elle. L'élémental l'amusait, l'excitait. Il n'y avait pas à dire, même si la couronne s'avérait être une vulgaire broutille, elle avait trouvé quelque chose de bien plus intéressant à se mettre sous la dent. Le fait qu'il soit résistant et grincheux l'attirait encore plus, comme si les défauts avaient plus d'emprise sur elle que les qualités. Généralement, les femmes aimaient que l'on cède à leurs caprices et pensaient que les hommes étaient faits pour donner et elles pour recevoir. Seulement, la démone préférait donner, monter sur le corps d'un homme pour s'unir à lui d'une façon brutale et jouissive. Arracher ses vêtements ? Lui tirer les cheveux ? Faire en sorte que les braises la frôlent pour qu'elle se retrouve nue ? L'étrangler ? C'était des éléments qui lui plaisaient, des choses qu'une femme de bonne famille n'aurait certainement pas accepté. Mais peu importait, ces prudes ne savaient pas ce qu'elles manquaient. Elles pouvaient garder leurs princes charmants, un homme, un vrai, ne devait pas être tendre en faisant l'amour. Et puis, après tout, si elle voulait de la tendresse, elle pouvait très bien s'acheter un chien. En plus de cela, un mari tendre pouvait si facilement être détourné du droit chemin... comme chaque homme et femme en réalité. Il suffisait d'avancer les bons arguments, les bons attributs.

Alors que la main de l'homme se dirigeait vers son intimité, elle l'attrapa, le fixant avec amusement. « A ce que je vois, vous devenez bien plus bavard quand il s'agit de parcourir des contrés chaudes et humides plutôt que lorsqu'il s'agit de garder une fausse couronne. ». Elle continuait à le vouvoyer, preuve de son éducation – du moins, uniquement dans certains domaines – ne prenant pas note du fait qu'il se permette de lui parler aussi familièrement. « Petite », s'il savait qu'elle aurait probablement pu être son arrière arrière arrière, et j'en passe, grand mère, peut-être aurait-il vu les choses autrement. Néanmoins, elle devait faire cesser les plaisanteries. L'heure était grave et puisqu'il était en si bon chemin, elle allait l'aider à la découvrir. « Vous ne savez pas la chance que vous avez... ». Aria sourit, attrapant deux des doigts de l'élémental pour les enfoncer en elle dans un soupire de plaisir. Il devait simplement vouloir la fiole mais, après tout, elle pouvait aussi en profiter un peu. Si elle l'avait placé là, ce n'était pas pour rien. L'excitation de la démone ne faisait aucun doute et, en réalité, en parfaite représentant de la luxure, son corps était toujours prêt pour le coït, de n'importe quelle nature qu'il soit. Un rien l'émoustillait. Elle le fixa, lui laissant le temps de récupérer la fiole, mettant sa poitrine en valeur en la rehaussant à l'aide de ses bras. « Ne suis-je pas profondément désirable mon cher ? ». Elle sourit. « Le seul problème c'est que dès qu'un homme entre en moi, il ne met pas longtemps avant de redevenir impuissant. Mon corps est tellement bon... ». Elle se mordilla la lèvre inférieure, celle-ci devenant humide, brillant légèrement.

Elle aurait bien continuer ce petit jeu mais, le seul soucis, c'est que la tour inconnue se manifesta, le mur contre lequel elle était plaquée se mettant à trembler. Ça ne signifiait rien de bon malheureusement car dès que la tour commençait à bouger, elle pouvait totalement changer de forme, voire même se détruire pour se reconstruire ailleurs, sauvegardant certains éléments mais en annihilant d'autres. « Comme c'est dommage... vos doigts sont si délicieux... ». Il fallait bouger, rapidement, même si elle n'avait pas l'air si pressé que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 18 Jan 2014, 13:56

Totalement nue, le corps de la démone l’excitait encore plus que ne pouvait le faire son horrible et agréable poison. Mais restait à régler le problème du remède avant tout. L’une des main du mercenaire prenait en étau le cou de la jeune femme, plaquée contre un mur, ce qui ne semblait absolument pas la gêner plus que cela, tandis que son autre main se mit à glisser sur le corps et les formes généreuse de la succube, appréciant ces dernières au passage, avant de s’avancer vers son intimité.
Un rictus naquit doucement sur les lèvres de l’homme quant aux mots d’Aria. Plus bavard ? Peut-être l’était-il, après tout, il n’avait plus d’intérêts à garder cette stupide couronne qui, semble t-il, n’avait aucun pouvoir particulier. Kain devait surement l’être, plus bavard, car au lui d’un silence méprisant, il lui répliqua sèchement.


Et toi tu l’es toujours autant. Une femme telle que toi devrait se taire et n’ouvrir la bouche que pour gémir et hurler de plaisir…

Et alors qu’il s’approchait sensiblement du lieu de tout ses désirs, la jeune femme lui lança un bref sourire avant de lui attraper aussitôt les doigts, ce dans le but dans les introduire en elle. Le geste surprit quelque peu l’Elémental sur l’instant, mais au final cela était encore mieux, préférant largement ceci au fait qu’elle ne fasse rien. Du bout de ses doigts, le mercenaire pouvait sentir l’humidité et la chaleur attirante de l’intimité de la succube, ceux-ci renforçant d’autant plus ses pulsions de mâle. S’engouffrant encore plus loin en elle, Kain sentit soudain ce qu’il était venu chercher à un tel endroit. La fiole. L’objet était tout proche, mais il prit tout de même son temps avant de sortir ce dernier.
Alors qu’il commençait à retirer ses doigts, il put sentir un soudain changement dans les alentours. Tremblement, crissement, tel un objet assez lourd que l’ont auraient voulus déplacer. La Tour semblait bouger. Il serait dommage d’être stoppé en si bon chemin à cause des caprices de cette Tour. Son désir était puissant et il avait plus qu’envie de cette femme, là, maintenant et sans tarder.


On va régler ça ma jolie.

Retirant alors vivement ses doigts, il brandit ses derniers, brillant et suintant de l’excitation de la jeune femme, comme s’il avait devant lui un précieux trésor. L’homme en engloutit alors le contenu, jetant ensuite la fiole plus loin, désormais inutile. Celui-ci souleva  la démone, la plaquant sans aucune douceur sur le sol. Placé entre ses jambes, une main toujours sur le cou de cette dernière, tandis que son autre main vint précipitamment enlever tout ce qui faisait obstacle entre elle et sa virilité.

Je suis curieux de vérifier si ce que tu dis est vrai. Si c’est le cas je te laisserai en vie et on aura même le temps de se tirer d’ici… Et si ce ne l'es pas...

Haussement d'épaules, Kain s'en foutait bien. Crever entre les cuisses d'une femme était tout aussi préférable au fait de mourir au combat.
Finalement, enlevant le dernier rempart, celui-ci dévoila son membre à l'air libre, dressé et prêt à pénétrer la succube.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 25 Jan 2014, 15:16

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Cette chose qu'il y a entre nous (pv Kain) [-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» # Cette chose qu'il y a entre nous # ( Solo )
» Cette chose qu'il y a entre nous - [quête, solo]
» Cette chose qu'il y a entre nous [Quête Eärhyë]
» Cette chose qu'il y a entre nous [Quête feat. Léto]
» [Quête] Cette chose qu'il y a entre nous (Jingle & Shawn)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pouvoir du Yin et du Yang :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Désert de Näw-